AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 I don't believe in luck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 31
○ double-compte(s) : Pas encore :p
○ crédits : (c) vava Elinor
MessageSujet: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:32

Jason Wyatt Johansen
La vie se résume à prendre sur soi, ou pire : faire confiance à l'avenir.
Véronique Olmi, Le Premier Amour
○ âge › 40 ans ○ date et lieu de naissance › 30 Juin 1977, à Blackwater ○ profession › Professeur de yoga ○ situation amoureuse › Catastrophique ○ orientation sexuelle › Hétérosexuel ○ situation financière › Désastreuse ○ groupe › Humains ○ avatar › Paul Rudd ○ crédit › elinor & ewe.
Ouvert, mais secret. OoO Enthousiaste, mais prudent. OoO Courageux, mais pas téméraire. OoO Aventurier, mais casanier. OoO Optimiste, mais désabusé. OoO Humble, mais sûr de lui. OoO Menteur, mais pas manipulateur. OoO Bon, mais pas stupide. OoO Zen, mais sarcastique. OoO Malheureux, mais souriant.
○ crois-tu à l'existence du surnaturel ? › “Je sais ce que vous allez penser : encore un illuminé qui croit entendre des voix et voir des fantômes. Sauf que ce n'est pas ça, le surnaturel. Ou du moins, pas seulement ça. C'est physique, quoi que vous en pensiez. Et ce n'est pas toujours moche à voir... ça ne vous prend pas forcément aux tripes, vous n'avez pas toujours envie de fuir. Le surnaturel, c'est vos voisins qui arborent un sourire gêné lorsque vous leur demandez ce qu'il y a de bon dans leur réfrigirateur. C'est les inconnus qui vous abordent dans les bars avec les mots que vous avez rêvé d'entendre toute votre vie. Ceux sont les somptueuses jeunes femmes qui réveillent en vous ce qu'il peut y avoir de pire... Ce sont les copains qui boivent une bière tranquillement et qui s'arrêtent brusquement, sans raison, lorsqu'une odeur d'oeuf pourri apparaît. C'est le couple du dessus retrouvé mort décapité. Le surnaturel, ça peut prendre n'importe quelle forme, et moi, j'y crois. Parce que j'ai assisté à tous les exemples que je vous ai cités.”
Jason est de ceux qui sont persuadés que le silence est d'or. Il respecte avec ferveur cette règle de vie, invitant aisément les autres à combler le vide de leurs propres paroles. Cela lui permet ainsi d'éviter de s'épencher sur sa vie privée, et donc de proférer de nouveaux mensonges. OoO Curieux de tout, il est bien plus cultivé que ce qu'il laisse paraître. C'est un grand lecteur, et il a une passion pour la sculpture. OoO L'homme est fidèle à sa famille, qu'il soutient financièrement par des moyens détournés, puisqu'elle ne veut plus de son aide. OoO Ses neveux et nièces l'adulent, au plus grand damme des autres adultes. OoO Maître yogi et danseur émérite, sa grande souplesse est un atout dont il ne saurait se passer pour ses activités... illégales. OoO Les appareils électroniques ne l'aiment pas, ils sont toujours en panne ou en rebellion lorsque vient son tour de les utiliser. OoO Cleptomane, il tient un petit carnet des choses qu'il vole, où il note le lieu, le jour et une brève description de sa victime, dans l'espoir de la retrouver pour lui rendre le fruit de son larçin. OoO Il en est déjà à son deuxième carnet depuis le début de l'année.
○ 30 Juin 1977› Jason naît à Blackwater et est aussitôt admis dans le service des prématurés. Il est déjà le quatrième enfants du couple Johansen. ○ 18 Août 1984 › Sa mère meurt, assassinée. Son père cumule les petits boulots, le foyer le voit à peine. Les tendances cleptomanes de Jason débutent. ○ 2 Octobre 1990 › Premier renvoi scolaire de Jason. ○ 4 Août 1995 › Jason claque la porte de chez lui et part en Europe. ○ 21 Octobre 1997 › Jason débute des études de psychologie en Allemagne, au plus grand déplaisir de son père. ○ 3 Décembre 2001 › Ses deux soeurs aînées décédent dans un accident de voiture. ○ 25 Avril 2002 › Jason obtient son diplôme en psychologie et rentre au Canada. ○ 3 Mais 2002 › Jason ne supporte ni l'ambiance de deuil, ni son père, et décide de tenter New York.  ○ 24 Décembre 2002 › Jason rencontre Elinor, démone de la tentation. ○ 5 Juillet 2005 › Il est arrêté suite à une tentative de cambriolage d'une banque fédérale et condamné à dix ans de prison. ○ 29 Juin 2013 › Suite à sa conduite d'incarcéré modèle, Jason bénéficie d'une réduction de peine et retrouve enfin la liberté. ○ 3 Février 2014 › L'homme rentre à Blackwater pour y refaire sa vie.
fiche (c) blue walrus
  beyond the veil :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 31
○ double-compte(s) : Pas encore :p
○ crédits : (c) vava Elinor
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:32

Plus j'avance, plus j'ai l'impression que mes jambes deviennent lourdes. Il m'est impossible de courrir, même si je le veux de toutes mes forces. Ma respiration est calme, alors que tout mon être me hurle de fuir, d'aller n'importe où loin de cette maison maudite, d'oublier jusqu'à mon prénom pour pouvoir disparaître à jamais et abandonner mon passé. Mais le faire revient à condamner à mort maman... Alors je continue à avancer, malgré la difficulté croissante et l'impression de respirer de l'air gelé. Je ne suis pas seul... La présence est là, partout et nulle part à la fois. Je ne sais pas ce qu'elle désire...

“Putain !” m'exclamai-je en bondissant comme un diable hors de sa boite, ruisselant de sueur. Pas encore ce même cauchemar... Je mis quelques minutes à retrouver un rythme cardiaque normal pour un homme de quarante ans en excellente santé, puis me passai une main sur la figure, exténué par ma course imaginaire. Trente ans que ce cauchemar s'accroche, il serait temps que mon inconscient passe à autre chose... Je l'ai vu et revu, cette scène, la fin n'a jamais varié d'un pouce. Ah... “Quelle merveilleuse matinée...” conclus-je pour moi-même à haute voix, cherchant à exorciser ce souvenir le plus rapidement possible. Je me levais, ouvris la fenêtre pour respirer l'air frais du matin avant sept heures, puis partis enfiler un jogging. Courrir me changerait très sûrement les idées.

Malheureusement, j'avais oublié où j'étais : Blackwater Falls, la ville qui a inventé l'atmosphère angoissante.

La brume matinale ne se dissipait pas, s'épaississant même, rendant finalement quasi-impossible de voir à plus de deux mètres devant soi. Je levais les mains vers le Ciel, agacé de le voir maudire ma journée si tôt. Je me résignais à marcher, n'appréciant pas particulièrement de courir à l'aveuglette. Si je m'obstinais, avec ma malédiction d'aujourd'hui, un vélo me rentrerait sûrement dedans. Et bien entendu, lorsque l'on marche... Impossible de gérer le cours de ses pensées, surtout lorsque tout se met en place pour lui rappeler certains souvenirs. Un frisson me parcourut tout entier alors que mon corps commençait à refroidir.

Je suis rentré à l'intérieur de la villa. Je frissonne, un peu à cause du froid, surtout à cause de la présence. Je joue nerveusement avec les billes prisonnières de ma poche de pantalon, heureux de sentir leur poids dans ma main et d'entendre leur raclement. J'appelle ma mère, ma voix à peine un murmure. J'ai trop peur de hausser la voix, d'inciter la présence à m'attaquer. Si elle le fait, me tuera-t-elle ?

Je n'aime pas le froid. C'est notamment une des raisons qui m'a poussé à quitter cette fichue ville dès mes dix-huit ans. Je ne rêvais que de partir le plus loin possible, espérant que plus la distance serait grande entre elle et moi, moins mes peurs et mes cauchemars auraient d'emprise sur moi. Je m'étais trompé, candeur de la jeunesse oblige. Blackwater Falls, ma ville natale, celle que j'aurais dû considérer avec nostalgie et amour, ne m'inspirait qu'horreur et inquiétude. Les raisons étaient nombreuses, mais ne pouvaient satisfaire que moi. La pauvreté dans laquelle j'ai grandi, d'une part. Un père absent, mais terrifiant. Des soeurs envahissantes. Une cleptomanie m'attirant les foudres de n'importe quel habitant en contact avec moi. Le meurtre des voisins du dessus, les amis d'école disparus, la mort de mes deux soeurs aînées, Amy et Becky... La mort de ma mère. Comment rester dans un tel environnement ? Surtout lorsque les livres vous promettent des merveilles dans les autres pays ? A dix-huit ans, j'ai quitté, ou plutôt fui, la ville, et je n'y suis pas revenu avec mes vingt-cinq ans, plus par la force des choses que par réelle envie d'un retour aux sources. Si on pouvait appeler ça “rentrer”, puisque je n'y avais même pas passé deux semaines avant de m'enfuir à nouveau.

Je ne peux pas partir, que se passera-t-il si j'abandonne maman ? Que dira papa ? Comment expliquerai-je ça à mes soeurs ? Non, partir seul m'est impossible, je ne me le pardonnerai jamais. Maman, tiens bon, j'arrive !

J'ai tout abandonné derrière moi, je me suis débarassé du Jason Johansen, le sale petit voleur, pour devenir Jax Johansen, le bon gars cool. J'étais heureux pour la première fois, seul et libre. Ma cleptomanie me posait quelques petits soucis, mais rien qu'une bonne explication et de sincères excuses ne pouvaient arranger. J'ai découvert le yoga, j'ai appris l'allemand, un peu de français, un peu de portugais et même un peu d'hindi, dans l'optique d'aller faire un tour en Inde ! J'ai fait des études de psychologie, chose qui ne m'aurait jamais été permise chez moi. J'étais enfin “moi”, libre de m'exprimer et d'agir comme je le souhaitais. J'avais pris confiance en moi. Le gamin malingre qui laissait traîner ses doigts sans trop y penser et les refermait sur ce qui ne lui appartenait pas avait cédé la place à un homme assuré et maître de son corps, qui contrôlait de mieux en mieux ses pulsions.

Malheureusement, toutes les meilleures époques ont une fin. La période dorée de ma vie prit fin lorsque je décrochais le téléphone pour entendre l'annonce du décès de mes deux grandes soeurs.

La porte ouvrant sur le jardin se referma avec fracas derrière moi, me faisant bondir. Quasiment toutes mes billes s'échappèrent de ma poche pour rouler sur le sol, indiquant sans possible doute ma présence à n'importe qui occupant les lieux. J'accélérai enfin mes pas, pour finir par courir pour rejoindre ma mère au salon, là où je l'avais laissé partir à la recherche de vieux souvenirs ne lui appartenant pas. La vieille dame à qui appartenait la maison me donnait des bonbons, parfois. Je l'aimais bien, je trouvais bête qu'elle soit déjà morte. Mais maman m'avait expliqué que c'était le cours de la vie. Je ne comprenais pas encore bien ce qu'elle voulait dire par là. Je compris encore moins lorsque je la vis.

Suite à cette annonce, poussé par un sentiment de culpabilité, j'étais rentré dès mon diplôme en poche pour soutenir ma fratrie. A vingt-cinq ans, je pensais pouvoir prétendre au titre d'adulte responsable : mon père me fit bien comprendre l'inverse. Je ne tins pas deux semaines dans mon ancien foyer, et partit m'exiler à New York, désireux de m'y brûler les ailes. Je n'aurais jamais si bien réussi sans ma délicieuse partenaire de crime, Elinor. Ah... Elinor. Une beauté aventureuse et enivrante, qui alluma en moi la flamme de la témérité. Souple et malin comme j'étais, je n'avais besoin que d'une telle partenaire pour pouvoir voler plus que des vélos et les caisses d'un marchand de hot-dogs peu regardant. On attaqua toujours plus gros, de véritables pirates modernes, heureux de notre butin et de tout ce qu'il nous offrait. Je me trouvais une petite amie, que je couvrais d'or. Je soutenais financièrement les études de mes deux dernières soeurs. Je n'étais pas le roi du monde, mais au moins, j'avais l'impression d'être un prince.

J'étais devenu Icare, et comme pour lui, il arrive un temps où l'on se brûle les ailes. J'étais devenu trop orgeuilleux, trop sûr de moi. Encouragé par Elinor, je me sentais capable de braquer une banque fédérale. J'en ai vite été détrompé. Elinor parvint à s'enfuir, je la couvris et j'assumais les conséquences, sans lui en vouloir. J'avais été moins bon qu'elle, à moi de payer. So long, partner, it has been a good time... Je fus jugé, condamné, et enfermé.

J'eus l'impression d'être enfermé dans une boite, rien n'existait plus en dehors de ce qui s'y trouvait. Maman ne bougeait plus, et ne bougerait plus jamais. Son cou était tordu, ses yeux me regardaient fixement, encore surpris. J'étais devenu aphone. Subitement, une silhouette opaque apparut devant le corps de ma mère, prenant rapidement l'apparence de la vieille dame qui m'offrait des sucreries. Elle leva une main vers moi, tendue et ouverte, comme si elle attendait que je lui rende immédiatement quelque chose. Que voulait-elle ? Que pouvais-je faire ? Allais-je finir coincé ici pour toujours ?

Le temps fut long, dans ma cellule. En même temps, huit ans à tourner en rond, ça ne peut qu'être long. Au début de ma condamnation, je tins bon quelques mois, la sentence de dix ans tournant et retournant dans ma tête, la voix du magistrat la déclarant de manière assourdissante. Puis ça devint trop dur : tous les jours, la même routine, les mêmes têtes, les mêmes paysages. Ma cleptomanie revint en puissance : l'infirmerie était devenue ma véritable cellule. A bout et sans espoir de voir la situation s'arranger un jour, dix ans semblant une éternité, je tentais de mettre fin à mes jours. Les bagarres se terminaient toujours trop tôt. Les lacets n'étaient pas assez solides. Les médicaments, pas assez puissants. Je survécus.

Et comme l'être humain se fait à tout, je me fis à ma vie en prison. Je pris sous mon aile quelques prisonniers purgeant de minuscules peines, des gamins, pour la plupart. Je proposai des cours de yoga, j'ouvris et animai le club de lecture... Je devins un des meilleurs éléments. Pas très difficile, quand on voit la concurrence. Mais tout de même, se l'entendre dire de la bouche du directeur, ça vous réchauffe le coeur. Et finalement, à la place des dix ans promis, pour ma bonne conduite, on m'enleva deux ans de trou, et je fus enfin libre.

Huit ans à l'ombre.

Dix ans seulement. Ma vie ne s'arrêterait pas là. Tremblant, mais décidé, je tirai de ma poche ma dernière bille, un gros qualot, et l'offrai au fantôme en face de moi. Celui-ci considéra l'offrande un long moment, puis un sourire fugace apparut sur ses lèvres. Elle m'appela “bon garçon” puis disparut. L'esprit vengeur s'était vengé. Je n'avais plus de mère, mais j'en avais apaisé une autre. A partir de cet instant, je décidais de toujours avoir quelque chose dans ma poche, aussi insignifiant cela puisse être, pour pouvoir l'offrir et apaiser un autre esprit, que ce drame ne se reproduise pas. Toujours quelque chose... Un objet contre une vie.

A cause des fonctionnaires, je fus obligé de rester quelques mois à New York. Suffisamment pour me rendre compte que personne ne m'y avait attendu. Comment les blâmer ? Je pris donc mon mal en patience, puis lorsque je fus réellement libre, comme avant, je quittai la grande ville et retournai dans mon trou.

Blackwater Falls, j'étais de retour. Mon père me claqua la porte au nez. Un fils taulard, vous comprenez... Un bon à rien de trente-huit ans, sans famille, sans argent. Le retour fut rude. J'habitais un temps chez mes soeurs, gardant mes neveux et nièces. Finalement, Katy, ma dernière soeur aînée, parvint à convaincre son mari de me prendre à l'essai comme professeur de yoga. A partir de là, je remontais doucement la pente. Je consultais un psychologue en plus de pratiquer régulièrement mon sport favori. J'eus enfin assez d'argent pour me louer un petit appart' en banlieue. Je pris un chien, pour me sentir moins seul.

Mais à Blackwater Falls, jamais aucune histoire ne se termine bien.

Sur ces sombres pensées, je repris tranquillement ma course, à petites foulées, prudent et attentif. Le brouillard effaçait tout autour de moi, comme si j'évoluais dans un monde qui n'existait pas. Ou plutôt, comme si je n'existais plus dans ce monde.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 90
○ double-compte(s) : /
○ crédits : skairipa (vava)
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:37

Bienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 101
○ double-compte(s) : Non
○ crédits : (c) blondie
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:38



Paul Rudd + prof de yoga + humain !!! j'adore !!

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 170
○ double-compte(s) : evie, la douce chanteuse.
○ crédits : milles rêves (avatar), endlesslove (sign), tumblr & myself (gifs)
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:40

encore merci de tenter mon scéna
j'ai trop hâte de pouvoir rp avec toi
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 797
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:41

PFIOU Paul Rudd quoi Et prof de yoga en plus, tu vas me tuer !

Spoiler:
 

Bienvenue sur RH en tout cas et bon courage pour le reste de ton histoire (vu que tu es déjà bien avancé) ce que tu as déjà écrit est top, d'ailleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 31
○ double-compte(s) : Pas encore :p
○ crédits : (c) vava Elinor
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 13:44

Merci à vous quatre pour votre accueil aussi rapide et gentil !! Vous êtes trop choux !

De rien Eli, avec plaisir ! J'espère que tu aimeras ma façon de le jouer <3
Je me dépêche de terminer la suite de l'histoire pour vite vous retrouver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
○ messages : 2168
○ double-compte(s) : tadhgán, major, claire, sylvia, jim, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) hallows. – signature (c) lana del rey, myself.
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 15:22

ce scénario de fou. si j'avais pas autant de personnages, c'est sûr que je me serais laissée avoir, aha. je suis tellement contente qu'il soit tenté, en tout cas. avec paul rudd, en plus. que je l'aime, ce petit.
bienvenue dans le coin, en tout cas. I love you bon courage pour la fin de ta fiche, et si tu as besoin de quoi que ce soit surtout n'hésite pas. I love you

_________________

I drive fast, I am alone in midnight. Been tryin' hard not to get into trouble, But I've got a war in my mind. So, I just ride. That's the way the road dogs do it – ride 'til dark.
⚭ ⚭ ⚭
keur keur :
 
absente du 17 juillet au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 65
○ double-compte(s) : Aucun.
○ crédits : Vinyles Idylles (avatar) & Astra (signature)
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 15:59

Bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 31
○ double-compte(s) : Pas encore :p
○ crédits : (c) vava Elinor
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 16:29

Eh bien, j'ai bien fait d'écouter Elinor et de garder Paul Rudd, vu le succès qu'il rencontre !
Merci pour vos mots <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2244
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Dim 2 Juil - 18:41

hannn le scéna d'elinor et puis paul rudd, il est tellement classe j'ai hâte de vous voir en action tous les deux

bienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche si tu as des questions n'hésite pas

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 339
○ double-compte(s) : /
○ crédits : (c) blue walrus / (c) miss pie
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Lun 3 Juil - 4:05

Ce personnage de folie! C'est un super choix de scénario. Bienvenue ici :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
○ messages : 2168
○ double-compte(s) : tadhgán, major, claire, sylvia, jim, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) hallows. – signature (c) lana del rey, myself.
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Lun 3 Juil - 18:25

Jason Johansen a écrit:
Malheureusement, j'avais oublié où j'étais : Blackwater Falls, la ville qui a inventé l'atmosphère angoissante.

ta fiche est super, j'aime vraiment ce que tu as fait du personnage. j'ai bien hâte de vous voir à l'oeuvre avec Elinor. tout est parfait pour moi, donc. j'attends juste son approbation pour te valider. I love you

_________________

I drive fast, I am alone in midnight. Been tryin' hard not to get into trouble, But I've got a war in my mind. So, I just ride. That's the way the road dogs do it – ride 'til dark.
⚭ ⚭ ⚭
keur keur :
 
absente du 17 juillet au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 170
○ double-compte(s) : evie, la douce chanteuse.
○ crédits : milles rêves (avatar), endlesslove (sign), tumblr & myself (gifs)
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Mar 4 Juil - 8:13

tout est bon pour moi I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
○ messages : 2168
○ double-compte(s) : tadhgán, major, claire, sylvia, jim, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) hallows. – signature (c) lana del rey, myself.
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Mar 4 Juil - 18:35

mon dieu j'étais complètement passée à côté de ton approval, je suis désolée. je valide, du coup, tout est bon. bon jeu dans le coin. I love you

congratulations !
Oh yeah, ça y est, te voilà validé ! Maintenant que t'as ta couleur et ton groupe, les choses sérieuses peuvent enfin commencer.

Pour commencer, on te suggère fortement d'aller jeter un oeil au registre des avatars, pour être bien sûr qu'on n'aurait pas oublié de le recenser en même temps que de te valider. Après ça, n'hésite pas à visiter toutes les rubriques ci-dessous, histoire de te familiariser avec le forum, et d'intégrer ton personnage au jeu. Et enfin, si tu as besoin de quoi que ce soit, n'oublie surtout pas que Riley et Eli te sont entièrement dévouées (ou presque), et que leurs boîtes MP sont grandes ouvertes ! I love you

Sur ce, on te souhaite un excellent jeu sur RAISE HELL.
(c) blue walrus

_________________

I drive fast, I am alone in midnight. Been tryin' hard not to get into trouble, But I've got a war in my mind. So, I just ride. That's the way the road dogs do it – ride 'til dark.
⚭ ⚭ ⚭
keur keur :
 
absente du 17 juillet au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 31
○ double-compte(s) : Pas encore :p
○ crédits : (c) vava Elinor
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   Mer 5 Juil - 13:06

Pas de soucis Wink

Merci beaucoup pour la validation !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I don't believe in luck   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't believe in luck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Roman] Luck l'Enutrof
» Road to Luck With Jayce
» Bushiroad new TCG- Luck & Logic
» Le "Luck Time" de summoner
» Lucky Luke

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: death will have your eyes :: fiches validées-