AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mar 4 Juil - 7:45

Fatigue et épuisement, voilà qui fait une jolie pair. Sérieusement, ça faisait bien une semaine ou deux que je n'avais pas eu les 4h de sommeil réglementaires et nécessaire à la survie de mon intellect. La seule chose qui me remontait le morale, finalement, c'est que même complètement épuisé, je ressemblais encore à un humain potable. Il faudrait que je songe à investir dans de l'anti-cernes parce que à ce rythme là, la pauvre petite crème hydratante que j'utilisais allait finir par déclarer forfait, voir elle allait me foutre une tarte bien sentie avant de se barrer en vacance à Ibiza, le tout à mes frais.
Autant dire que dans cet état, je n'étais bon à pas grand chose mais j'avais envie de m'amuser un peu, au désespoir de Simone qui devait prendre le relais le temps que je satisfasse l'un de mes rares caprices. J'avais envie de passer une soirée tranquille, pépère à draguer le chalant ou la demoiselle, c'était selon l'offre. Bien entendu, quitte à sortir autant rester chez soi, aussi, après avoir passé un costume sans cravate qui me mettait en valeur (soit dit en passant, au prix ou je les paie, ils ont plutôt intérêt à me rendre beau, sérieusement) je me dirigeais vers le before the fall. Déjà parce que je voulais garder un œil sur mes petites affaires mais aussi parce que je n'avais pas envie de mettre de l'argent dans la concurrence. Non mais sérieusement, j'ai une tête de suicidaire? Non. Merde. Bon.

Une fois arrivé dans mon club, je commande un verre et paie sous les yeux ronds de mes employés. C'est pas souvent que le patron d'un bar paie à son bar. Je vais me poser en hauteur dans un coin que j'apprécie tout particulièrement et je regarde les gens avant de repérer quelqu'un que je vois souvent de mon bureau. Le mec est plutôt beau, bien bâti et il a ce sourire qui te fait savoir avant même de lui parler qu'il doit avoir une répartie à couper au couteau avec un bon humour grinçant. Je décidai que c'est de ce genre de chose dont j'avais besoin ce soir. Oui. Un homme avec qui flirter tout en s'envoyant des pics pour finir par baiser comme des bêtes, bon programme. C'est pas ce qui allait me faire dormir plus mais ça allait déjà me déstresser un peu, une bonne nouvelle. Non parce que le stress avait un peu un visa à durée indéterminée en ce moment et si je pouvais me calmer les nerfs agréablement, je n'allais pas cracher dessus. Après quelqu'un minutes à le fixer, en pesant le pour et le contre de la situation - bien entendu-, j'arrêtais un serveur et lui demandais de servir un verre à cet homme - ce qui lui ferait plaisir - et de lui préciser que c'est de ma part. Le serveur ne fit aucune reflexion et s'exécuta.  Youpi, même avec la fatigue, j'avais un semblant d'autorité. Gé-nial. Faut dire aussi que mes équipes me connaissaient aussi en dragueur. Jamais les employés cependant mais j'étais bien connu pour ça. Une fois que le serveur eut fait sa petite commission. Je regardai l'inconnu se tourner vers moi. Moment de vérité, allez Asmo, tu souris de ton plus beau sourire et tu regardes ce qu'on te réponds. Sinon, retour case départ... Peut-être que pantoufler devant le journal de Bridget Jones avec Riley serait à nouveau d'actualité.... A voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mar 4 Juil - 10:22



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


Je passe ma vie dans les rades, c'est vrai. C'est pas reluisant, ma vie n'est qu'une succession de fonds de bouteilles crasseuses, de crosses de flingues usées et de sang qui ne part pas à la machine. Je fais comme si je maîtrise tout mais en vérité je suis perdu. La déprime c'est mon nouvel opium, celui qui me fait oublier cette vie de merde, Isaiah et ses coups de pute, les gens qui ne disent pas merci quand on les sauve. Du coup je sors, je vais voir du beau monde, trouve de quoi remplir mes nuits et vider ma tête, ma haine. Frustration.

Ce soir, par contre, j'opte pour un coin hupé. J'y viens plusieurs fois par semaine, on me connait bien. C'est un club un peu précieux, ça ne me va pas trop d'être là et je m'y sens souvent déplacé, mais j'aime bien l'ambiance. La musique est pourrie, par contre. Mais bref, ici je papote avec Mica, je drague des p'tits mecs trop bien pour moi, l'alcool est pas dégueu. Comme un ours mal léché, je pose mon cul sur un des tabourets qui donne sur le bar. Ma gueule me tombe dessus au détour d'un miroir et je grimace. Cheveux en bataille, clope au bec - comme toujours - veste en cuir fatiguée, j'ai eu des jours plus pimpants. Pour me redonner une contenance en attendant que le barman soit disponible je scanne des yeux la carte des trucs à bouffer et snobbe sans vergognes cette vision pas très glamour.

Et là, j'ai une bonne surprise. Un serveur arrive vers moi et me demande ce que je veux boire. Alors comme ça j'ai droit à un freebie ? C'est un nouveau programme de fidélité ? Je lui commande mon habituel scotch on the rocks. Le p'tit gars revient une minute plus tard avec un verre et me désigne un mec au bout de la salle. C'est de sa part, apparemment. Si j'étais une gamine de douze ans j'aurais probablement gloussé - on m'offre un verre, à moi ? Oh mon dieu ! Quel coquin. Accoudé au bar, je pivote d'un quart de tour pour faire face à mon admirateur secret. Autant dire que je ne suis pas déçu de ce que j'ai devant les yeux. Le mécène de mon alcoolisme est une véritable gravure de mode, et encore j'suis gentil. Carrément baisable serait plus le mot, honnêtement. Le genre mannequin, artiste, gentleman millionnaire, avec des cheveux fait pour enrouler ses doigts dedans et une gueule d'ange. Pendant un instant, j'me dit qu'il s'est trompé de mec mais ses risettes font tout pour m'encourager. Je me rappelle alors à quel point je suis fabuleux et lui offre en retour un rictus amusé. Comme je ne suis pas du genre sainte-nitouche, j'embarque mon verre et décolle mon magnifique postérieur du tabouret pour aller à sa rencontre.

Je traverse la salle en prenant tout mon temps puis viens m'asseoir en face de lui.

« Alors, on offre des verres aux inconnus ? » mon accent écossais rend ma phrase un peu moins charmeuse que ce que j'aurais voulu, mais en général ça fait son petit effet. Les mecs trouvent ça exotique. Je bois une gorgée d'un air entendu, le détaillant avec intérêt. Je ne m'en cache pas. « Qu'est-ce qui me vaut l'attention d'un beau gosse comme toi ? » sourire goguenard. Les inhibitions ? Connais pas. Et puis appelons un chat un chat : on offre pas un verre à quelqu'un pour parler scrabble - dieu merci.

Je prends mes aises sur ma chaise, scrutant l'Apollon qui me fait face. Costard chicos, il a du pognon. Il est bien rasé, très classe. Tout à fait mon genre, même si je n'ai pas l'habitude de chopper dans la haute société. Moi je reste comme je suis. Un putain d'ours ; j'assume. Je tire sur ma clope avec délectation.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mar 4 Juil - 17:28

J'ai un faible pour les joueurs. Le voir arriver à la vitesse d'un escargot tétraplégique me donne autant envie de rire que de pleurer. C'est fou ce qu'il peut dégager quelque chose d'assez magnétique. Si l'aimant finit coller à mon cul - littéralement, je suis pas venu pour parler tapisserie non plus – ça sera avec un joie non dissimulée. Visiblement, ce qu'il a pu voir de son tabouret lui plait. Un Whisky on the rocks à la main, le mec joue l'ours mal léché jusqu'au bout et plus il s'approche et plus je vois le tableau sans que ça me déplaise pour un sous. Je le détaille autant qu'il le fait. Le cuir est vieux, les traits tirés, ce sourire sarcastique et cette démarche à la limite de loubard m'indiquent qu'il a dû avoir une vie pas facile, déprime peut-être, dépression même qui sait ? Ben si c'est le cas, on sera deux. Youpi. A peu de chose près on devient un suicide club, sauf qu'au lieu de se tuer en rond on va finir à baiser et complètement bourré. Dans le meilleur des cas. Dans le pire ? Le black-out. Oui, je suis un grand naïf et quelques part, j'vous emmerde. Je fais encore ce que je veux de l'intérieur de mon cerveau. Si j'ai envie de le tapisser de licorne et autre conneries, c'est encore mon affaire. Merde. Je le regarde s'installer et l'écoute. Oh oui, beau gosse, j'offre des verres aux inconnus, j'te paie même toute la réserve...

…. Oui. Bon. Il est possible que mon appétit soit plus qu'une petite envie de me changer les idées. Je suis presque au stade irrémédiable de la fameuse et catastrophique « bite sur pattes », on est pas dans la merde.

L'accent écossais, ça faisait un sacré bail que j'avais pas entendu cet accent. Une raison de plus d'apprécier. Ca me rappelait les échapper là-bas, le gaélique, les racines profondes. Je penche la tête et décide instantanément de faire jouer mon propre accent Islandais. Oui, il a disparu avec le temps mais c'est dans mon sang. Au fin fond de moi, je suis toujours cet islandais guerrier qui a réussi à se faire maudire par un prêtre anglican. Oui. Comme un con. On peut le dire. Je le laisse mon nouveau rencard me détailler, ça me fait sourire un peu plus. Moi aussi je mate, et j'ai hâte de mater sans rien, dis donc.

-Seulement à ceux qui me plaisent. Scottish, hey ?

Je lui offre mon plus beau sourire charmeur. Je sirote mon verre tranquillement en l'écoutant. Son allusion direct ne me gène pas un seule instant, bien au contraire. Ça sera mille fois plus facile. Je fais tourner mon verre et continue de le dénuder du regard, sérieusement. Il est quand même physiquement intelligent, on est d'accord ? On est d'accord. Je remets mes cheveux en place et jette un coup d’œil en voyant Gregor se mettre en poste un peu plus loin. Ah. Oui. Il va falloir régler ce petit problème... Ça risquerait de faire fuir le bel étranger. Je serais sérieusement triste.

-Ton sourire de petit con, pour commencer. Ton attitude, après.

Je lui souris à nouveau et me penche très légèrement en avant. Il est temps de commencer à jouer à ce jeu de qui va faire piaffer l'autre le plus. Mon. Jeu. Préféré. Peut être que pour une fois, je vais gagner... Sait-on jamais ?

-Oh et ce jean laisse entrevoir les miracles de la création, on dirait.


On viendra aux noms plus tard, pour le moment, ça m'intéresse qu'à moitié. Pitié dite moi qu'il a un nom gaélique, s'il vous plaiiiiiit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mer 5 Juil - 6:48



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


J'ai pas l'habitude de draguer des mecs aussi sûrs d'eux, en général c'est moi la grande gueule du rencard et ça me va très bien. Là je découvre un truc nouveau, un eye candy qui sait ce qu'il veut, et putain ce que c'est sexy.

« Seulement à ceux qui me plaisent. Scottish, hey ? » de un, il assume et ça me fout l'eau à la bouche. De deux, il a un accent aussi, donc il gagne le concours d'exotisme. Je sais pas d'où il vient mais vu sa gueule ça doit pas être le sud de l'italie. Je note le petit sourire charmeur et la chemise bien coupée, ça m'inspire des choses pas catholiques. Je hausse les sourcils, amusé. « Yep, bien vu, mate. Et toi, laisse-moi deviner- » je fais tourner les glaçons dans mon verre, pour marquer le temps de la réflexion. « Norvège ? Ou Islande, peut-être ? » qu'est-ce que je gagne si je réponds juste ? non, je préfère avoir la surprise, en fait. C'que je sais, en tout cas, c'est que les mecs du nord sont chauds bouillants. ça contraste avec le climat.

Bref, ce beau petit lot sait se vendre. Il joue avec ses cheveux, avec sa gestuelle d'acteur hollywoodien et c'est presque obscène tellement il m'aguiche. En général faut quand même batailler un peu niveau drague avant de gérer un mec comme ça mais lui il se donne sans concessions, à cueillir dans la foulée. Qu'est-ce que ça doit être quand il a un coup dans le nez. Je veux bien être le cobaye de cette expérience.

« Ton sourire de petit con, pour commencer. Ton attitude, après. » je descends une nouvelle gorgée de mon verre et me mords la lèvre inférieure, goguenard. Il se penche légèrement vers moi et je le scrute, alléché. Son attitude me plaît de plus en plus aussi, faut dire. « Oh et ce jean laisse entrevoir les miracles de la création, on dirait. » J'adore les salauds prétentieux qui pensent pouvoir tout maîtriser, ils se démerdent bien au pieu en général. Blondinet a confiance en lui, c'est bon signe- je vais me faire un plaisir de lui montrer ce que vaut un chasseur, et plutôt deux fois qu'une. J'inhale les fumeroles de ma cibiche en le toisant du regard, railleur au possible. « Ce jean te laissera entrevoir bien plus que ça si tu continues à jouer les allumeuses. » l'image qu'on renvoit au reste du club doit être franchement cocasse. D'un côté le ministre des costards trois pièces et de l'autre une épave alcoolique. ça me vend du rêve alors je décide d'endosser le rôle du bûcheron mal dégrossi jusqu'au bout, petit manspreading et clope au bec inclus. Mais je vais pas lui sauter dessus tout de suite. Comme il a l'air d'en avoir très envie, je vais jouer ma vieille chienne et le faire languir un peu. « Dis-moi, "Thormund", tu viens souvent ici dévergonder le tout venant ? J'crois pas t'avoir déjà vu mais tu me dis un truc. » il s'appelle sûrement pas Thormund, mais ça me fait marrer. Faut bien se faire plaisir, un peu.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mer 5 Juil - 13:40

Cette partie de drague est ga ! C'est tout ce que j'ai trouvé pour la caractériser. Je suis électrisé, j'ai oublié mes milliers d'heures de sommeils en retard. J'ai soudainement envie de le prendre là, tout de suite, sur sa chaise.J'avais prévenu, non, pour le coté débile de mon aspect « bite sur patte », ben voilà. On est en plein dedans. Je me prête au jeu de mon écossais d'un soir et penche la tête en passant légèrement la langue sur mes lèvres avant de boire tranquillement mon verre en attendant qu'il ne rende son verdict.  Son accent me rendrait plus raide qu'un arc, c'est dire. Mate... Ha. Ha. Ha. Le pire, c'est que le bel inconnu tape dans le mille. C'est à mon tour d'afficher un sourire amusé et faussement surpris.

-Bien joué. Islande. Laisse moi deviner, c'est le teint clair qui m'a trahi. Merde, j'aurais dû venir avec du fond de teint pour pimenter le jeu. Presque trop facile, pour toi.


Je le regarde se mordre la lèvre et je me dis qu'il est au moins autant dalleux que moi.  Tant mieux. Cet petite danse de la séduction est toujours ce qu'il y a de plus marrant quelques part. Je peux jouer des heures à ce petit jeu mais je doute très sincèrement que lui et moi ayons si envie que ça de patienter des heures.  Ca se voit à nos attitudes et je suis assez sure que chacun d'entre nous va jouer de ça.

-Ce jean te laissera entrevoir bien plus que ça si tu continues à jouer les allumeuses .

Je me permets de rire et pose une main sur son bras. Ouh, musclé. Très bien monsieur bucheron, t'as intérêt de ne pas parler dans le vent, je vais être incroyablement déçu et j'ai pas envie d'être déçu ce soir. Je m'approche une nouvelle fois, reste hors d'atteinte malgré tout et plisse un peu les yeux, un sourire malicieux avant de murmurer doucement.

-Promises, Promises, sweetheart.

Je me recule et l'air de rien reprend mon verre et le sirote tranquillement. J'ai soudainement envie de le faire languir. Il faudra lutter un peu pour me prouver tout ça, monsieur l'ours mal léché. Sinon, c'est pas drôle. Je le regarde tirer sur sa clope et son coté bad boy, ses yeux perçant me font un effet surprenant. Cette soirée va tenir toute ses promesses. Je pense qu'on va en avoir pour notre temps, lui comme moi. A moins que je me sois soudainement transformé en coup le plus pourri du monde mais j'en doute très sérieusement. J'ai trop pratiqué et cet étalon m'échaude beaucoup trop pour que je n'ai pas envie de donner mon max.

« Dis-moi, "Thormund", tu viens souvent ici dévergonder le tout venant ? J'crois pas t'avoir déjà vu mais tu me dis un truc. »


Je souris et pose la tête sur ma main, accoudé à la table. Thormund va te faire tâter de sa hache, mon mignon... Non mais à quel point je me transforme en truc décérébré pour penser à un truc pareil. Je rigole. J'ai assez hâte de voir sa réaction quand je vais lui expliquer que ça fait un moment qu'on se croise, simplement, moi, je gère cet endroit. C'est pas une question d'avoir l'air supérieur mais j'ai très hâte d'entendre son petit trait d'esprit sur le sujet. Ça va être hilarant.

-Ouais relativement. En fait, tous les jours et moi j't'avais repéré mais depuis là-haut.

Je désigne la large fenêtre en haut, mon bureau. En regardant là-haut, je vois que Simone me surveille avec son air sévère. Bien évidemment, ma charmante assistante a un petit sourire et lève les yeux au ciel avant de s'éloigner. Je pouffe de rire.

-Des belles gueules comme la tienne avec du caractère, ça se croise pas tout les jours, Fergus.

Moi aussi, je peux jouer au jeu des sobriquets clichés aucun soucis. Je lui offre un sourire et un regarde joueur de chat. Je lisse un pli imaginaire sur ma veste et le dévore du regard sans pour autant lever un petit doigt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Jeu 6 Juil - 9:17



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


La langue sur les lèvres c'est prémédité, n'est-ce pas ? Parce que c'est clairement l'impression que ça donne et ça m'arrache un sourire appréciateur. Il joue, le petit mec, il s'amuse et moi aussi. Je suis pas du genre à laisser passer une occasion de draguer et je me targue d'être devenu pas trop dégueulasse à ce petit jeu là.

« -Bien joué. Islande. Laisse moi deviner, c'est le teint clair qui m'a trahi. Merde, j'aurais dû venir avec du fond de teint pour pimenter le jeu. Presque trop facile, pour toi. » Je ricanne. Ouais, un peu trop facile, c'est vrai. Et puis ça aide d'avoir un calendrier avec des photos de beaux gosses scandinaves accroché chez soi, aussi, mais un magicien ne révèle jamais ses secrets. « T'inquiètes pas, j'ai pas mal d'idées pour pimenter ce jeu, avec ou sans fond de teint. » je m'humecte les lèvres dans mon verre d'alcool sans le quitter des yeux. J'suis pas du genre allumeuse en général, je me contente de prendre et de jetter, mais il faut bien admettre que c'est stimulant de tourner autour du pot avant de plonger dedans entièrement. Ce que je ferai avec lui avant la fin de la soirée, on est d'accord.

Là, Thormund pose sa main sur mon bras, fait mine de rire à ma répartie concernant mon jean. Il tâte la marchandise, j'crois bien, et je me laisse faire. Mais je ne réciproque pas, un mec bourru ça ne réciproque pas. Il se penche vers moi, prenant garde à rester hors de portée, et me murmure d'une voix à rendre le pape plus gay que moi « Promises, Promises, sweetheart. ». Il est satisfait de son petit comeback, sirote son verre comme s'il venait de me donner le coup de grâce. Je passe un bras par dessus le dossier de ma chaise, à l'aise. J'expulse la fumée par les naseaux, impassible à part pour la raillerie qui se tisse dans ma risette.  « Damn right, honey. J'suis du genre à tenir parole. » dans ma tête, y'a des images carrément obscènes qui défilent, je me projette déjà complètement dans ce qui se passera plus tard et ça m'échauffe à plus savoir où me foutre. Mais j'ai suffisamment d'expérience pour savoir quand il est bon de garder le contrôle et quand il est temps de le perdre.

Golden boy sourit à nouveau et pose sa tête dans sa main comme une gamine énamourée. Il sait jouer les innocents mais son regard est brûlant. « Ouais relativement. En fait, tous les jours et moi j't'avais repéré mais depuis là-haut. » je suis son regard et tombe sur une large fenêtre, à l'étage. Un bureau, visiblement. Celui de la direction ? C'est pas mal, on dirait que je vais chopper encore mieux que ce que j'aurais cru. « Des belles gueules comme la tienne avec du caractère, ça se croise pas tout les jours, Fergus. » Je me marre, c'est plus fort que moi. Fergus, ça me va bien. Cliché, mais mignon, et il a du répondant, j'aime. En plus ce gars est le patron du club, j'ai été sélectionné par un mec important. J'ai presque l'impression d'être un finaliste dans Britain's Got Talent, ça me rend tout chose. Je chatouille le cendrier du bout de ma cibiche avant de m'accouder sur la petite table, me rapprochant imperceptiblement pour que notre échange se fasse plus intime. Mes pupilles moqueuses ne quittent pas les siennes et je désigne la fenêtre d'un geste évasif. « Ah mais j'ai affaire à un voyeur, en fait ? C'est pas joli-joli, ça, Thormund. » un rictus et une gorgée d'alcool, ça permet de ponctuer une phrase et c'est à peu près aussi élégant que mon apparence. « Donc si je comprends bien, t'es le patron, ici. T'as conscience que payer des verres à ton meilleur pillier de bar est pas franchement bon pour tes affaires ? »

Moi aussi je le dévore du regard en faisant tourner mon verre entre mes doigts. « A moins que tu essayes de me rendre soûl. Et dans ce cas je m'inquiètes pour ma sécurité. » je prends une voix faussement hésitante, comme si je pouvais vraiment avoir peur d'un type comme ça. Il est bien bâti mais sans doute pas aussi brutasse que moi. Quoi que j'ai quand même sacrément envie de tester ses limites, maintenant que j'y pense. La température devient vraiment infernale, j'arrive plus à penser logiquement et je m'extirpe de ma veste en cuir pour pouvoir respirer un peu. C'est peut-être lui qui provoque ça, j'en sais rien. Il est hyper magnétique, je dois avouer que c'est presque flippant. Enfin bon, sans ma veste j'ai tout de suite l'air moins rebelle et ça m'emmerde un peu. Thormund est la classe incarnée et moi je suis en t-shirt, aux couleurs de Black Sabbath comme un vieux biker ou un gosse de quinze ans. J'ai déjà fais mieux niveau présentation mais je ne pensais pas vraiment tirer un coup ce soir- à la base j'étais venu pour humidifier ma dépression. Mon seul espoir de rester en lice avec à un mec comme ça, c'est de titiller un goût pour les tatouages. Chaud comme il est, je suis sûr que ça doit être le cas.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Jeu 6 Juil - 18:47

Il joue les gros dures. Le genre de mec qui regarde, jauge, joue mais ne touche pas. Ok. Ca me va. J'ai une tête de jeune premier de tout façon, alors le rôle du plus tactile me convient, surtout que j'ai très envie de tester ses limites. Si Fergus se la joue gros ours mal embouché, il est beaucoup trop à l'aise dans l'exercice pour me faire croire un seul instant qu'il est cette espèce de stéréotype. Je paries qu'il est du genre à voir venir de loin. Il a l'air de calculer très vite ce qu'il se passe. Tant mieux. Ca va mettre un peu de surprise dans tout ce petit jeu. Visiblement, mes petites manières calculées lui font de l'effet et les signaux qu'il m'envoie en retour me foute littéralement le feu au cul. Un peu plus et je suis partie pour la station spaciale internationale en moins de temps qu'il faut pour dire « oups ». Il n'y aura pas de Oups ce soir, s'il y en a un, ce sera un oups surjoué en l'attente d'une réponse sarcastique de mon vis-à-vis. Le beau Fergus clope comme un pompier et ça le rend plus chaud que tout les brasiers de l'enfer. Et je les connais bien, putain.

T'inquiètes pas, j'ai pas mal d'idées pour pimenter ce jeu, avec ou sans fond de teint.

Son regard fixé sur moi me donne des idées que j'ai assez hate de mettre en application et j'espère ne pas être déçu parce que j'ai connu les grandes années libertines et j'espère bien m'éclater au moins autant avec ce pur sang écossais. Je souris, aguicheur et fais rouler ma langue sur mes dents avant de dire simplement.

-Monsieur a de l'imagination.... Parfait.


Après mon petit manège et mon tatage de bras, j'avoue que je suis assez content. Mais alors, vous savez quoi ? Il reste de marbre. Le.petit.con. Mon sourire s'agrandit autant par jeu que parce que je suis excessivement content qu'il soit comme il est. Il me fout la libido en feu et c'est pas près de s'arrêter. Je le regarde prendre sa pose de bad boy. Il aime se donner une attitude de male dominant, visiblement.

Damn right, honey. J'suis du genre à tenir parole.

Et là, très sincèrement, pourquoi pas là sur la table ? Faisons ça ! Baisons sur cette table, là, maintenant. Après je mets la clé sous la porte, je me fais péter les dents par ma vampire d'assistante et probablement par tout mes employés maiiiiis bon. Ça vaut le coup. Ou peut être pas. Je rejette légèrement la tête en arrière et ai un sourire un peu malicieux avant de remettre une énième fois mes cheveux en place.

-Oh, je saurais me rappeler de ça, chaton.

Mon petit nom bien cliché fait mouche, il éclate de rire. Honnêtement, le mythe de femme qui rit à moitié dans ton lit est vrai. Et ça marche avec les hommes. Plus que bien. A la réflexion, je suis pas persuadé qu'il fallait que je le fasse marrer pour le mettre dans mon lit, celui-là.

Ah mais j'ai affaire à un voyeur, en fait ? C'est pas joli-joli, ça, Thormund.

Le retour de flamme sur ma révélation que j'attendais avec tant de délectation arrive enfin et me fait pouffe de rire. Je le vois se rapprocher et rien que pour le jeu, je l'imite. Je sais. C'est un truc de pucelle mais qu'est-ce que c'est drole. Je fais même exprès de poser ma main pas trop loin, juste pour jouer le mec innocent qui attend qu'on lui prenne la main. Lui et moi, nous savons parfaitement que je n'ai rien d'innocents mais je sens bien que ça le titille ce contraste d'attitudes. Le coté innocent et le coté plus sarcastique et répondant.

- C'est pas joli-joli mais ça paie. Pas vrai ?

Non pas que j'attende un confirmation. C'est un constat, ça paie. La preuve, ça fait maintenant bien vingt minutes qu'on se drague comme des gros sales avec la subtilité d'un 30 tonnes sur de la porcelaine de Chine. Appelons un chat, un chat.... Et une partie de drague décomplexée, un plan cul parfait pour la soirée. Son regard m'a à peine quitté depuis tout à l'heure et ce coté prédateur, qui m'appartient d'habitude, me fait imaginer tout un tas de situations dans lesquelles j'ai envie de nous retrouver, plus tard.

Donc si je comprends bien, t'es le patron, ici. T'as conscience que payer des verres à ton meilleur pillier de bar est pas franchement bon pour tes affaires ?

J'ai un demi sourire suivi d'un haussement évasif d'épaules. Petit un, j'en ai rien à foutre. Petit deux...

A moins que tu essayes de me rendre soûl. Et dans ce cas je m'inquiètes pour ma sécurité.

Je me penche en avant et plonge mon regard dans le sien. Je me mords doucement la lèvre et le détaille, centimètre par centimètre. Je souris, beaucoup moins innocent.

-Oh, Fergus... Toi et moi, on sait parfaitement que j'ai pas besoin de te soûler pour rendre les choses intéréssantes. C'est pas ton pantalon qui dira l'inverse, darling.


Ma main posée jusque là discrètement sur la table l'effleure à l'entre-jambe, tellement brièvement qu'il est difficile de croire un seul instant que quoique ce soit est arrivé. Je repère un serveur et dans le même mouvement qui m'a servir à inspecter le matériel, je l'appelle et commande deux nouveaux verres. Bien entendu, je demande un très bon whisky. Je me retourne vers Fergus et pose la tête sur ma main comme tout à l'heure.

-Alors dis moi, est-ce que j'ai besoin de vider ma cave pour te faire de l'effet, hmm ?

Je connais déjà la réponse à cette question mais c'est plus une question de jeu de controle. Qui joue avec qui? Qui possède qui? Tout ceci est un jeu et c'est le meilleur jeu du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Sam 8 Juil - 18:41



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


« Monsieur a de l'imagination.... Parfait. »

Oh ça oui, j'ai de l'imagination. Aucun problème avec ça, mon cerveau malade carbure à deux cent à l'heure, au moins aussi classy qu'une chaîne payante à deux heures du matin. Je me contente d'acquiescer, souriant dans mon verre. Lui, il a un petit air supérieur, il joue avec ses cheveux comme si on était dans une pub pour Loréal. J'ai envie de les lui attraper, sans ménagement, mais je garde ça en réserve pour plus tard- en privé. Je lui promets de lui faire passer du bon temps et ça a l'air d'être ce qu'il a envie d'entendre. Thormund peut se rassurer, je tiens effectivement mes promesses. Il ne sera pas déçu. « Oh, je saurais me rappeler de ça, chaton. » Je veux bien être son chaton s'il arrive à me faire ronronner cette nuit. « J'y comptes bien. » Je lui offre un sourire en coin, juste parce que j'aime les surnoms animaliers.

On continue ce petit jeu et je pourrais y passer des heures. Golden boy est au moins aussi brûlant que moi, et il sait se maîtriser à la perfection même si ses pupilles sont dilatées et qu'il est sans doute au bord de l'implosion. Moi aussi, d'ailleurs. Je me rapproche de lui pour lui faire part de mes observations concernant son bureau à l'étage et je vois sa main se poser pas loin de la mienne. (faussement) innocemment, comme ce que je font les gamins de douze ans lors de leur premier rendez-vous. Une main tendue c'est plein de promesses, c'est mignon, mais c'est un peu trop facile quand ça vient d'un mec sexuellement agressif comme Thormund. Je jette un oeil à cette main esseulée puis reporte lentement, ostensiblement, mon regard sur son visage en exhalant ma fumée du bout des lèvres.

« C'est pas joli-joli mais ça paie. Pas vrai ? » qu'il me dit, toujours aussi sûr de lui. J'hausse les sourcils, irrévérencieux. « Ça tu le sauras quand tu passeras à la caisse, Lapin. Pas avant. » mes yeux sont rieurs, j'avoue que je m'amuse comme un fou. C'est tellement rare de rencontrer quelqu'un de stimulant, ces temps-ci. Les gens qui fréquentent les bars sont tous les mêmes, ennuyeux à mourir. Moi j'ai besoin de danger, de sassiness et d'un beau petit cul. Thormund m'offre les trois sur un plateau d'argent, amen for that.

Je joue donc le mec inquiet pour sa sécurité parce que... j'ai envie de lui donner l'occasion de me convaincre, de me séduire encore plus. Ce mec a l'air d'être le genre à dominer toutes les situations, à donner des ordres et à les voir exécutés. Il me détaille, il se mord la lèvre et j'ai envie faire pareil. « Oh, Fergus... Toi et moi, on sait parfaitement que j'ai pas besoin de te soûler pour rendre les choses intéréssantes. C'est pas ton pantalon qui dira l'inverse, darling. » et là le mec m'effleure l'entrejambe. Comme ça, normal, comme s'il avait fait ça toute sa vie. J'avoue que je suis agréablement surpris. Parler c'est une chose, titiller sans vergogne en est une autre. Thormund commande un whisky hors de prix et ma risette se fait carnassière. « Alors dis moi, est-ce que j'ai besoin de vider ma cave pour te faire de l'effet, hmm ?. » je me tourne pour lui faire face, plus proche de lui encore. Mes doigts effleurent le col de sa veste de costume, comme pour en lisser l'étoffe. Mes yeux le considèrent avec appétit, de bas en haut, légèrement moqueurs. « T'en as pas besoin mais tu vas le faire quand même. » je deviens tactile, mais par petites touches, histoire de faire durer le plaisir. « Parce que même si mon pantalon ne dit pas le contraire, moi j'aime bien me faire payer des verres par des mecs pétés de thunes. C'est mon côté poule le luxe. »

Nos verres arrivent rapidement. Visiblement le serveur ne veut pas faire attendre son patron, il tremble légèrement lorsqu'il pose les boissons sur la table et je peux voir qu'il n'est pas spécialement serein. Il s'éloigne à la hâte et je n'attends pas le signal de mon hôte pour commencer à l'écluser- je suis pas vraiment le genre à trinquer et à faire des ronds de jambe. « Mais si t'as mieux à proposer pour me faire de l'effet, je t'écoute. J'suis pas difficile. » j'espère qu'il aura quelques idées, parce que je crois bien qu'il est temps de passer à la vitesse supérieure. J'ai beau avoir du self-control, les petites taquineries sous la ceinture sont loin de me blaser et cette séance de drague a beaucoup de potentiel.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mar 11 Juil - 13:14

« Ça tu le sauras quand tu passeras à la caisse, Lapin. Pas avant. »

Je peux pas m’empêcher d'imaginer des choses. Le genre de truc qui font rougir la moitié de la salle pendant que toi tu es remplie d'un sentiment glorieux de plaisir et de fierté intense. Oh, oui, Lapin a très envie de passer à la caisse si Fergus se révèle aussi bon et confiant que ce qu'il a l'air d'être dans mon bar. Si le mâle alpha se transforme une petite pucelle dès la porte de la chambre dépassée, je vais sérieusement me mettre à déprimer. Il va me falloir une livraison de Xanax en express. Je le détaille, le scrute, je dois avoir l'air d'un chat prêt à jouer avec la première ficelle venue.

-Alors vivement que ça arrive. Je suis carrément curieux, maintenant.

Je lui offre un sourire avant de continuer notre petit jeu. J'ai de plus en plus envie de passer aux choses sérieuses, voyez. Lui, moi, plus de vêtements, des accessoires si il faut et beaucoup de sueurs. On en est là. Le plus beau, c'est que Fergus n'a pas l'air d'avoir besoin de motivation pour me suivre dans mon envie de baiser comme un sauvage. Macho man me sort le grand jeu. Il se fait distant mais son petit manège ne marche que si je ne remarque pas le sang qui pulse dans la grosse veine sur son cou, si je ne remarque pas sa posture ou bien ses pupilles dilatées comme si il venait de s'enfiler tout un labo de cocaïne.

« T'en as pas besoin mais tu vas le faire quand même. »

Un grand sourire s'étend sur mon visage. Ouh, macho man a des conditions. Très bien. Je suis prêt à jouer. Clairement prêt à jouer. A ce qu'il veut. Son contact m'electrise assez pour le faire pencher la tête presque comme un prédateur. Mon sourire devient beaucoup plus animal, je sens son regard glisser sur moi. C'est ça, Fergus imagine ce qu'il y a en dessous. Tu n'es pas prêt. Oui, je me la pète et j'emmerde le monde. Il me veut en golden boy pété de thune et près à jouer les Sugar Daddy ? Aucun putain de problèmes.

« Parce que même si mon pantalon ne dit pas le contraire, moi j'aime bien me faire payer des verres par des mecs pétés de thunes. C'est mon côté poule le luxe. »

Je regarde le serveur déposé les verres et j'ai envie de rire en le voyant trembler comme une feuille. Si il savait comment j'en ai rien à foutre à cet instant de ce qu'il va bien pouvoir faire comme connerie. Tout mes sens sont concentrés sur Macho man qui ecluse ce verre comme on boit du sirop. Je remets doucement mes cheveux en riant un peu.

« - Alors t'es en train de te faire enculer, c'est loin d'être du haut de gamme, ce que tu bois... »

Je le regarde boire un moment et, sérieux, je ne peux pas m’empêcher d'imaginer que j'utilise pas le coté métaphorique. Et oui, je me fais marrer tout seul. Il est temps de bouger du bar. Ca tombe assez bien.

« Mais si t'as mieux à proposer pour me faire de l'effet, je t'écoute. J'suis pas difficile. »

Oh, oui, j'ai mieux. Je me lève et m'éloigne un peu, main dans les poches avant de me retourner et de dire.

« Come on, Daddy's waiting. »

Je baisse la tête et éclate de rire tant la phrase est clichée mais c'était beaucoup trop tentant. Je lui fais un signe de la tête et reprend ma route entre les clients et passe par la porte de derrière où on croise les artistes qui vont se présenter ce soir, les danseuses, les chanteurs... La routine, arrive le garage où se trouve garer ma mustang vintage parfaitement restorée, toute en chrome et en noir brillant. J'adorais ce petit bijou. Ca avait une classe incroyable. Je lui ouvre la porte comme un gentleman.

« -Une petite balade, Fergus ? »

J'allais l'emmener chez moi. Je veux lui faire sa fête et j'ai envie qu'on se soule et qu'on baise avec de l'alcool beaucoup trop cher pour se souler avec. J'veux m'amuser et je ne veux pas que la partie s'arrête maintenant. Une fois montés, tout les deux dans la voiture, je démarre et c'est partie pour une petite balade jusqu'à chez moi. J'ouvre la boite à gants et sors un Craig plus vieux que les grand parents des grand-parents de Fergus.

« -Tiens, chaton, ça, c'est à ta hauteur. Pas comme la piquette de tout à l'heure. »

Je lui lance un grand sourire et un clin d'oeil pendant que je détaille le corps du monsieur tout en conduisant avant de remettre les yeux sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Jeu 13 Juil - 13:17



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


Thormun se dit curieux et ça m'amuse. C'est vraiment le genre de phrase qui sonnerait bateau avec n'importe qui d'autre mais dans sa bouche c'est de la pure provoc, sexy à souhait. Plus on continue à jouer et plus il devient prédateur. Sauf que j'suis pas une proie. J'suis un chasseur- et ce genre de comportement, je l'ai vu cent fois, mille fois, chez mes ennemis. Non pas que j'assimile Thormund à une créature surnaturelle, parce que ce serait franchement ironique, mais j'avoue qu'il a ce magnétisme qui fait qu'on peut pas lui refuser grand-chose. Et ça tombe bien, parce que j'ai pas envie d'lui refuser quoi que ce soit. J'écluse mon verre avec mon efficacité habituelle et il ne peut pas s'empêcher de faire un commentaire qui m'arrache un sourire amusé.

« Alors t'es en train de te faire enculer, c'est loin d'être du haut de gamme, ce que tu bois... » je passe le bout de ma langue sur mes lèvres pour savourer la moindre goutte du whisky offert par la maison. J'hausse les sourcils, impertinent. « Pas encore, mais j'espère que ça va venir. » la façon dont il me regarde me fait me sentir carrément baisable et je dois avouer que c'est le genre d'attention qui me plait. Lorsque j'le met au défi de me proposer mieux que l'alcool pour me faire de l'effet, golden boy se lève. C'est le signal, celui que j'attends depuis une éternité. Je ne le suis pas, cela dit, j'me contente de faire tourner mon verre entre mes doigts en détaillant son petit cul. « Come on, Daddy's waiting. » qu'il me dit en se marrant. La cibiche au bout des lippes, je lui renvoie son rire. J'me moque et ça se voit. Je le laisse prendre de l'avance, récupère ma veste et lui emboîte le pas les mains dans les poches.

On passe devant toute une tripotée de personnes, des chanteurs, danseurs, branleurs professionnels mais je ne fais pas vraiment attention à eux. J'ai les yeux rivés sur lui, de loin, comme quand je traque une créature- je marche à pas feutrés, je slalome entre les corps sans vraiment me faire remarquer. La seule différence est que je n'ai pas de flingue chargé à la main, mais je suis quand même préparé à cette éventualité puisqu'il est coincé à l'arrière de mon fute. Sur le chemin j'entends des potes beugler mon nom par dessus la foule et je leur serre la main en suivant mon étalon du regard. Personne ne capte que je suis en train de choper mister beau gosse vu qu'il marche trois mètres devant moi et mes potes sont étonnés de me voir seul. Faut dire que ça arrive, genre, jamais. J'ai pas trop le temps de tailler le bout de gras alors j'expédie les politesses pour pouvoir suivre golden boy.

Je débarque dans un garage et une putain de mustang me saute aux yeux. J'suis vraiment mordu de bagnoles et celle-là fait du bien à l'âme- c'est une pure merveille. « Une petite balade, Fergus ? » Thormund veut jouer les princes charmants et il m'ouvre la portière. J'crois qu'il a vraiment envie d'être mon sugar daddy mais j'ai oublié de lui préciser que j'suis pas du genre à me plier au rôle de la demoiselle en détresse. Il est là, debout, il m'attend. Toujours aussi comestible. Je viens me planter devant lui, un coude posé négligemment sur la portière. Je lui barre le chemin- j'lui offre un regard entendu, de bas en haut, avant de poser une patte sur sa taille. Je lui murmure à l'oreille « Bien tenté hot shot, mais il en faut plus pour m'impressionner. » On est presque nez à nez et je décide de le chauffer un peu. Ma main quitte sa taille pour descendre lentement vers son entrejambe et je choisis ce moment pour l'embrasser, sensuellement. Evidemment, je ne fais pas durer ce baiser, moi aussi je sais jouer les allumeuses. Au bout d'une minute ou deux de pur french kiss des familles je monte dans la voiture, sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit d'autre, et on démarre pas longtemps après.

Une fois dans ce petit bijoux qui lui sert de caisse, Thormund sort de la boîte à gants une bouteille de Craig. J'ai presque envie de l'applaudir, c'est le genre de cadeau qui fait toujours plaisir. « Tiens, chaton, ça, c'est à ta hauteur. Pas comme la piquette de tout à l'heure. » j'acquiesce et ouvre la bouteille pour en boire une gorgée. C'est de la qualité, y'a pas à chier. Je lui jette un coup de d'oeil pendant qu'il conduit- ça aussi c'est de la qualité. « Alors Thormund, je parie que tu m'emmène dans les beaux quartiers, hein. Plutôt penthouse ou manoir ? » Je bois une nouvelle gorgée de whisky, railleur. « A moins que t'ose pas y emmener tes plans culs. Que vont dire les voisins ? » si ça ne tenait qu'à moi on aurait fait ça là-bas direct, dans le garage, mais j'suis vraiment curieux de voir où il habite. Donc je joue le jeu, je brise la glace et je m'enfile une demi-bouteille de Craig pour faire bonne mesure. Tout bénef.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Ven 14 Juil - 7:54

« Bien tenté hot shot, mais il en faut plus pour m'impressionner. »

Quand il me coince entre lui et la voiture, j'avoue, je suis à deux doigts de craquer mon slip et de lui faire sa fête sur cette voiture. J'ai suffisamment de force pour déchirer ses fringues d'une main et le prendre sur le capot. Sérieusement, j'ai du mal à comprendre ce qui me retient et d'un coté, je sais parfaitement que dans notre petit jeu, craquer maintenant serait une connerie monumentale. Il s'amuse, je le sens bien. Il me rend la monnaie de ma pièce et sans déconner, ce baiser et cette caresse me laisse entrevoir des possibilités énormes sur ce qu'il va se passer dans les prochaines heures. Sa main sur mon entrejambe donne envie à Jean-Renée -no comment- d'aller voir dehors ce qui le caresse avec tant d'efficacité. Ma bouche, quant à elle, répond à ses baisers avec toute les compétences qu'elle a acquise autour de siècle. Macho man est brûlant comme la braiser et il me chauffe plus fort que tout les brasiers de l'Enfer, si je le fous pas à poil dans les prochaines minutes, je vais probablement m'en vouloir toute ma vie. Ou au moins pour une semaine... Ou alors à chaque fois que je croiserais ce beau petit lot dans mon bar. C'est à dire quasiment tout les jours de la semaine jusqu'à ce qu'il soit trop vieux pour se déplacer et draguer les mignons.... C'est à dire jamais. Mon cerveau s'emballe jusqu'à ce que Fergus, il se décide à monter dans la caisse. Comme une fleur. Genre : « je décide quand est-ce que c'est fini ». Je souris d'autant plus, carnassier. J'aime ce genre de conquête, le genre sauvage, avec ses propres règles, inflexible et rebelle. Sérieusement, est-ce que je suis en état de conduire ? J'en sais rien, en tout cas, une chose est parfaitement sur, si je tombe en avant, mon nez ne touchera jamais le sol. Jamais. Pas tant que Fergus joue les chaudasses. Bref, je monte en voiture et démarre tranquillement. Je suis décontracté sans l'être. Je suis électrisé mais pour le moment toujours en contrôle. Cela dit, si Macho man continue à faire ses merveilles, je ne suis pas sûre que ses vêtements passent la porte d'entrée. Pas dit qu'il passe la porte non plus et que je le tombe dans le jardin. Un millions de scénarii me passent dans le cerveau, un millions de position, de jeux et d'image. En attendant, mon écossais préféré mérite bien une belle bouteille de Craig et je le laisse me mater sans complexe. J'ai passé l'age de  jouer les pucelles rougissantes quand on me déshabille du regard. Bien au contraire, j'adore ça et depuis le retro central, j'fais la même chose, j'ai meme une sacrée vue privilégiée sur le mec et son corps. Autant dire que je suis content que y ai pas trop de voiture à cette heure-ci, sinon ça aurait pu sentir l'accident. J'ai l'habitude de faire deux choses à la fois et là, j'ai pas envie de me concentrer uniquement sur la conduite. Fergus est bien trop chaud pour que je regarde ailleurs.

« Alors Thormund, je parie que tu m'emmène dans les beaux quartiers, hein. Plutôt penthouse ou manoir ? »


Je souris et me tourne pour regarder son petit sourire railleur, toute son attitude est irrévérencieuse. Il s'en contre fous d'être ou d'aller dans un quartier huppé, ce mec-là, il va où il veut quand il veut et si t'es pas content tu prends un pain. J'en suis sure. La partie rationnelle de mon cerveau, celle qui est baignée dans le foutre depuis près d'une heure, émerge enfin pour me faire remarquer que Macho Man a une vrai descente d'alcoolique, presque arrivé chez moi, il a vidé la moitié de la bouteille. Bah, qu'est-ce que ça peut foutre ? C'est pas fait pour rester dans le flacon et si ça peut lui faire plaisir, hein.

« A moins que t'ose pas y emmener tes plans culs. Que vont dire les voisins ? »

Cette fois, j'éclate de rire et hoche la tête.

« - Oh oui, trop la honte, d'ailleurs, si tu pouvais te planquer quand on arrivera. Ca me ferait chier d'avoir des problemes avec un tas de cons prétentieux. »

Je hausse les sourcils plusieurs fois et continue ma route jusqu'à arrivé dans l'avenue cossue où se trouve mon manoir. Juste pour me marrer, je klaxonne histoire de bien faire chier mon monde et continue ma petite route jusqu'à la grande bâtisse qui me sert de maison. Le manoir est moitié moderne et à moitié ancien. C'est un peu ce qui m'avait plus, le coté manoir de Wayne mixé avec la baraque de Tony Stark. Le portail s'ouvre et je nous emmène tranquillement jusqu'au garage. J'ai peut-être très envie de le baiser mais j'ai pas envie de foutre en l'air ma bagnole en la laissant dehors. Cela étant dit, j'ai une petite idée en tête... Une fois dans le garage, parmi la demi douzaine de voitures que j'ai acheté ces dernières années. Je tends la main pour prendre la bouteille de Craig, enserre sa main en même temps, l'attire à moi et lui roule un long et langoureux patin. J'en profite pour le plaquer contre le siège au retour, mes mains se font joueuses et glissent sur lui avec dextérité, titillant ici et là jusqu'à venir donner un petit aperçue de mes nombreux talents à son Jean-Renée personnel. Je laisse durer -ou durcir, c'est toi qui voit- le plaisir et à peu près au moment où il est à point, je lui offre un grand sourire, m'écarte, boit une longue et délicieuse goulée de Craig puis sort de la bagnole.

« -Bienvenue chez moi. Tu veux un verre ? »

Je m'éloigne tranquillement, lui laissant l'option de répliquer tout de suite. Sait-on jamais, Macho man en a peut être marre d'attendre. D'un coup d’œil, je regarde la pièce et réalise qu'en bricolant sur la DS de Elie, j'ai bougé un meuble laissant apparaître les protections anti-anges qui se trouvent un peu partout dans la maison. Entre ça, le gros sel dans les plinthes et les différents cercles pour transformer cette maison en véritable bunker surnaturel, je me dis qu'il y a de quoi mettre la puce à l'oreille à n'importe qui mais bon... Je suis clairement trop excité et trop fatigué pour aller plus loin que ça dans ma réflexion. Et j'vais sans doute le regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Ven 14 Juil - 18:26



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


Le pantalon de Thormund est content de me voir, je le sens sous mes doigts quand je l'ausculte dans le parking. Il s'abandonne à mon baiser comme si on allait mourir demain et c'est le genre d'attitude qui me chauffe à mort. Je prends tout mon temps, je goûte sa langue, explore des options qui promettent pas mal de trucs cools pour le reste de la soirée. Une fois dans la voiture j'vois bien qu'il me mate autant que je l'mate lui, et on serait presque mignons si on était pas aussi en chien. Enfin, ça me fait quand même esquisser un sourire, juste parce que j'aime qu'on me regarde comme ça. J'me garde bien de lui dire de regarder la route parce que ce serait revenir à la réalité et que j'en ai rien à foutre. En plus ça ruinerait un peu l'ambiance, on ne va pas se mentir.

Du coup on roule et on survit par pur coup de chance, vu le peu d'attention que Thormund a pour sa conduite. Moi je biberonne ma bouteille de Craig, à l'aise. Quand je lui balance ma réplique sur les voisins monsieur le beau gosse éclate de rire. Putain c'qu'il est canon. « Oh oui, trop la honte, d'ailleurs, si tu pouvais te planquer quand on arrivera. Ca me ferait chier d'avoir des problemes avec un tas de cons prétentieux. » moi aussi je me marre et fais mine de lui porter un toast avec la bouteille de Craig. « T'inquiète pas, beau gosse. Je suis la discrétion incarnée. » sourire en coin, parce que c'est une connerie plus grosse que moi et toute la ville le sait. Quand on arrive dans sa rue Thormund balance un coup de klaxon comme un vieux connard et je lève les yeux au ciel, amusé. Il est vraiment du genre à faire chier son monde et ça aussi, ça me plait. En fait, pour le moment j'ai du mal à trouver quelque chose qui ne me plait pas chez lui, c'est plutôt bon signe.

Je reporte mon attention sur la rue et remarque alors le putain de manoir qui se trouve devant nous. Ce mec habite dans un vrai manoir- ok. Le genre moderne, luxe mais ancien en même temps, avec portail électrique et vingt caisses flambant neuves dans le garage. J'ai dû faire tomber ma mâchoire sur le chemin parce que je peux pas m'empêcher d'être bouche-bée, pendant genre une seconde ou deux- avant de me rappeler que Thormund ne me quitte sans doute pas des yeux et qu'il vaut mieux rester cool. J'ai pas le temps de trouver une réplique intelligente parce qu'il s'approche pour me prendre la bouteille des mains et en profite pour me rouler une pelle en me plaquant contre mon siège. Ses mains se font encore plus baladeuses que les miennes. J'voulais un avant-goût ? Bah voilà, je l'ai, et maintenant j'en veux encore plus. Et je suis à l'étroit dans mon fute, aussi, merci bien.

On sort de la bagnole et je laisse la bouteille sur le siège parce que j'veux avoir les mains libres pour lui montrer mon propre savoir-faire. « Bienvenue chez moi. Tu veux un verre ? » je m'approche de lui et le chope par le col pour l'embrasser à nouveau, goulument. « Tu sais très bien ce que je veux, princesse. Tu vas passer à la caisse, comme promis. » J'en ai ras le cul d'attendre et j'veux qu'il m'emmène dans sa piaule, ou qu'on baise n'importe où. Sur le capot d'une voiture. Dans son jardin. Tout ça et plus encore. Mais j'ai beau être pas frais du tout et avoir une trique de malade, je capte quand même un truc bizarre dans son garage. Un symbole dessiné sur le mur, qui dépasse de derrière un meuble- un symbole de protection destiné à éloigner les anges, les démons, des saloperies dans le genre. Je fronce les sourcils et brise notre roulage de pelle en bonne et due forme. Je désigne le symbole à mon camarade de jeu, sans même réfléchir au pourquoi du comment. Y'a comme une sonnette d'alarme quelque part dans mon cerveau embrouillé, entre les vapeurs d'alcool et les images pornographiques. « Eh, mec. C'est quoi ça, au juste ? » je suis un peu bourré et mes mots vont plus vite que mon cerveau « T'es chasseur, en fait ? » et merde. Si c'est pas le cas je vais vraiment passer pour un con. Mais d'un autre côté, qui aurait des symboles de ce style peints dans son garage ? C'est louche, quoi qu'il arrive.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 931
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Dim 16 Juil - 9:54

« T'inquiète pas, beau gosse. Je suis la discrétion incarnée. »

Je sais pas pourquoi mais je suis assez persuadé qu'il vient de se faire la meilleure personal joke de l'univers. Je le vois mal, dans ces circonstances précises, vouloir être discret. En fait, je suis même persuadé, et ça me fout une trique du diable, que si je ne nous avais pas fait migrer dans la voiture puis vers chez moi Fergus m'aurait fait un super numéro directement dans le bar, sans complexe. Peut-être que je me trompe mais vu comme il drague et vu comme il a la main leste sur les affaires, j'ai du mal à l'imaginer autrement que parfaitement décomplexé et singulièrement capable de me baiser en plein milieu de mon bar. Le pire, c'est que l'idée me tente. Elle est incroyablement séduisante et j'ai comme une envie de faire demi tour, de vider le carré VIP pour le transformer en terrain de jeu pour adultes consentants. J'ai déjà un certain nombre d'accessoire à la maison mais y a quelque chose de particulièrement excitant d'être quasiment à la vue de tous. J'ai fais ça pendant les années libertines, quand Bélial et moi avions décidé d'aller nous amuser un peu et ça fait partie de mes souvenirs préférés. On a perdu cet amusement pour le sexe et je pense que Fergus pourrait très bien être de ceux qui l'ont encore.

En le matant dans le retro, j'vois bien que pendant quelques secondes, la propriété scie littéralement Fergus, mais Macho man est bien trop fier et bien trop conscient que je le mate depuis tout à l'heure pour ne pas planquer cette mâchoire tombante. Une fois mon petit numéro d'allumeuse terminé, je sors de la voiture et ai à peine le temps de lui proposer un verre que je me sens attrapé par le col et me retrouver coller à Fergus.

« Tu sais très bien ce que je veux, princesse. Tu vas passer à la caisse, comme promis. »

En lui rendant le baiser, je souris comme un gros con .

« gotcha, macho man.»

Il aura fallu peu de chose pour le faire craquer et j'en suis ravi parce que ça m'aurait bien fait chier de craquer avant lui. Par principe. Là, Fergus m'embrasse de manière tellement indécente que ma main se referme sur sa ceinture et l'en débarrasse. Pas question de perdre plus de temps, j'ai aucune envie de monter jusqu'à la chambre, ça va prendre trop de temps. J'ai envie de le baiser maintenant, pas dans trois minutes. Il est hors de question qu'il quitte ce garage avec un pantalon ou quoique ce soit qui fasse partie de près ou de loin à la famille des textiles. Mort, j'vous dis. Quand ma main se glisse finalement dans son fute ouvert, je réalise qu'il fronce les sourcils. Pas le genre de fronçage de sourcil que t'as envie de voir avant de tringler quelqu'un. Il s'écarte, je retire ma main, je ne sais pas ce qu'il se passe mais très sincèrement si c'est juste pour faire sa mijorée, je vais assez mal le vivre.

« Eh, mec. C'est quoi ça, au juste ? »

Bordel
demerde
mais de quoi il me parle, Macho man.
Je sens déjà le doux frisson de la honte et de la dépression descendre le long de ma colonne. Je me retourne pour suivre son regard et calcule enfin qu'il me parle exactement de cette foutue marque sur le mur, tout ça à cause d'un coup de pied dans une caisse pour la fermer. Sérieusement, quand on pue la loose, on pue la loose. Je m'apprête à expliquer quand :

« T'es chasseur, en fait ? »

J'éclate de rire et répond très spontanément.

« Haha, non. »

Merde.
Merde, merde, merde.
Asmodée, espèce de gros con, tu pouvais pas fermer ta gueule. Sérieusement, je le regarde en réalisant la boulette monumentale que je viens de faire et passe la main sur mon visage. J'suis fatigué, putain. Faut-il être une foutu buse pour faire une erreur aussi conne que celle-là. Est-ce que c'est vraiment à la hauteur de l'intelligence que tu prétends avoir ? bien sur que non, espèce de gros débile . Pourquoi est-ce que j'ai pas dit «C'est quoi un chasseur ? » Pourquoi, j'ai pas dit que j'avais pas le profil d'aller chasser les ours ? Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan au lieu de ça, je mets les deux pieds dans le plat et manque d'annihiler milles ans – milles ans, putain – de couvertures parfaitement réfléchies, de réseaux mis en place en me marrant comme un débile à ce qui aurait pu être la meilleur blague de l'année venue d'une connaissance. Sauf que là, c'est un mec qui me connaît pas, que j'ai toujours autant envie de baiser mais qui risque de devenir une putain d'épine dans mon pied parce que y a deux solutions : soit le mec est un chasseur et je viens de lui donner une preuve que je suis potentiellement une créature surnaturelle, soit c'est un foutu surnaturel et il vient de comprendre que le patron du Eden's rest y connaît quelque chose à tout ce bordel et sans déconné, ça me donne un peu envie de pleurer.

Je pousse un gros soupire et tente de sauver les meubles.

« C'est... ma locataire... Qui fait ces trucs là... C'est un peu moche mais bon... »

Bravo, Asmo, tellement la raison la plus débile du monde. De toute les raisons, il a fallu que ton cerveau malade trouve la moins plausible et la plus facilement démontable... Alors là, si tu te fais pas trouer un deuxième trou du cul à coup de balle en argent, je sais pas ce que je fais. Je rejette la tête en arrière et pousse le troisième soupire en moins de 3 minutes – un record personnel – vous savez le pire ? J'pourrais encore le baiser, là maintenant et c'est pas mon fute qui dira le contraire. Mais là, si Fergus décide de jouer les inquisiteur, j'vais peut être bien être obligé de le baiser d'une autre manière. Seul hic, si c'est un chasseur et qu'à un moment, c'est un bon chasseur... Il est armé. Il a même peut-être de l'eau bénite et un petit christo est si vite arrivé que j'en ai presque déjà les moustaches qui frémissent.

Cela étant dit, je ne perds pas le nord et le nord est donnée, ce soir, par Jean-Renée qui pointe son nez vers Suibhne, je m'approche, j'attire à moi et reviens jouer à pleine mains avec ce qui semble une trique non redescendue. Par- putain de – fait. Je plante le baiser le plus indécent possible sur ses lèvres, joue, mordille tout en continuant mon exploration. Je m'écarte, penche la tête et souris tranquillement. Keep cool, Asmodée. C'est pas la première baise chelou que t'as, c'est pas la dernière, non plus. Oui, parce que si Suibhne délivre ce qu'il promet, j'aime autant vous dire que j'ai l'intention de rebaiser encore avec ce beau gosse.

« - Ben alors, Macho man, c'est pas trois grafittis qui vont te transformer en pucelle éffarouchée quand même, si ? »

Je plisse les yeux et souriant toujours, je penche la tête de l'autre coté en le faisant reculer gentiment jusqu'au capot de la mustang pour l'y acculer.

« -Me dis pas que tu vas me faire le coup de pas tenir tes promesses, ça serait pas bien, ça, Fergus. »

Une fois, ça dit, je glisse dans son cou et tout en m'assurant que la pression sous la ceinture reste constante, j'entreprends de le teaser autant qu'il m'est possible ; Je pourrais déchirer ce T-shirt, sans aucun problème, mais ça va être à lui de voir s'il continue ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 778
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   Mer 19 Juil - 16:43



Being clever does not mean
not being dumb as fuck sometimes.

   


« gotcha, macho man. » qu'il me dit. Oui, oui, y'a pas de problème, il a bien capté le message vu qu'il m'arrache presque mon fute quand je commence à lui rouler un patin. Heureusement qu'il est pas du genre timide, parce qu'avec un numéro d'allumeuse comme ça j'peux pas trop réagir autrement. Limite j'suis bien gentil d'avoir attendu aussi longtemps, je suis pas connu pour ma patience légendaire. Bon et du coup, pour une raison que j'pourrais jamais expliquer je vois la marque sur le mur. En soi c'est déjà pertubant, parce que quand je suis à deux doigts de m'envoyer en l'air j'ai du mal à me concentrer sur autre chose. Faut croire que mon karma a décidé de venir m'emmerder. Ou plutôt ma grande gueule, vous savez, celle que j'arrive jamais à fermer, même quand il faudrait. Du coup je lui demande ce que c'est que ce bordel- et s'il est un chasseur par la même occasion. Bien sûûûr, c'est tout à fait le genre de question qu'on pose à un parfait inconnu. Ma connerie m'étonnera toujours, salutations à elle.

Mais là, sa réponse me laisse un peu perplexe. Il éclate de rire, hyper spontanément. Comme si c'était normal de parler de chasseurs.

« Haha, non. »

Non- quoi ? Non ? Mais alors, espèce de connard, t'es qui ? Parce qu'il réagit pas comme si je venais de lui parler de chasse au canard sauvage, en fait. Son ricannement montre bien qu'il sait que je parle de chasse au surnaturel, et visiblement il trouve l'idée de la pratiquer parfaitement ridicule. Ce qui sous-entend... qu'il n'est pas de mon côté. Ou pas complètement. Et qu'il cache pas mal de trucs. « C'est... ma locataire... Qui fait ces trucs là... C'est un peu moche mais bon... »
Bon. Là il se raccroche aux branches et commence à me prendre pour un con. Okay, j'ai l'air con parce que je suis au milieu de son garage avec le fute en vrac, mais faut pas pousser. Sauf que si ce mec est une créature, je vais devoir trouver laquelle sans éveiller les soupçons. Bref, être moins obvious que cet abruti qui me balance sa culpabilité gratuitement, sans même sourciller. Je lui offre un sourire amusé, en faisant mine de croire plus ou moins à son excuse merdique.

« Ah ouais, d'accord. Je vois. » j'ausculte rapidement le dessin pour en déterminer les éventuels pouvoirs et ajoute d'un ton moqueur « C'est vrai que c'est un peu moche. ». Je pars du principe qu'en cas de doute, vaut mieux jouer les cons et préparer sa dague sans que l'ennemi ne s'en rende compte. Et puis, pour être vraiment honnête, j'ai encore très envie de le baiser donc si j'peux régler ça après notre partie de scrabble ça m'arrangerais. Ce serait pas la première fois que je profite un peu d'une créature avant de la dégommer, aussi dégueulasse que ça puisse paraître. D'ailleurs Thormund revient à l'attaque et j'en suis plutôt content- j'ai entammé les négociations, il les poursuit, la boucle est bouclée. Et quand il sera endormi - et croyez-moi, il va bien dormir quand j'en aurai terminé avec lui - j'en profiterai pour faire le tour de cette baraque pour trouver des indices.

« Ben alors, Macho man, c'est pas trois grafittis qui vont te transformer en pucelle éffarouchée quand même, si ? » chaud bouillant, j'vous dit. Je fais un petit high five au calendrier accroché chez moi, les nordiques sont des putains de bombes. Du coup il m'embrasse, il me cherche plus que jamais et je lui rends clairement la monnaie de sa pièce. Mon rictus s'élargit- c'est pas le seul, d'ailleurs. « Il en faut plus pour m'éffaroucher, hot shot. J'attends toujours que tu me montre ce que tu sais faire. ».

Il me fait reculer jusqu'au capot de la Mustang et je suis content de voir qu'on a eu la même idée. « Me dis pas que tu vas me faire le coup de pas tenir tes promesses, ça serait pas bien, ça, Fergus. » son souffle dans mon cou me donne des frissons. Je lui griffe la nuque et l'attire à moi pour l'embrasser. Sa chemise me barre le chemin alors je l'en débarrasse avec le moins de délicatesse possible, histoire de vraiment passer aux choses sérieuses. Je ricanne et lui murmure à l'oreille « Je tiens toujours mes promesses, Thormund. T'auras pas perdu ta soirée. ». Comme c'est vulgaire d'avoir autant de fringues sur soi je fais glisser son pantalon jusqu'à ses chevilles en me mettant à genoux devant lui. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais effectivement, j'ai toujours été doué pour les langues. Et puis baiser sur une bagnole aussi classe, c'est un luxe qui ne reproduira sans doute pas alors je compte bien en profiter au maximum.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Being clever does not mean not being dumb as fuck sometimes (Suibhne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Décès d'un époux parfait, Goclad Von Dumb
» [RP] Décès de Goclad Von Dumb
» Arbre généalogique de la Famille von Dumb
» Messe pour Akina et Marie-claire Von Dumb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-