AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 Something new {ft. Charlie Holden}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 47
○ double-compte(s) : Nada.
○ crédits : (c) ManiiaKop A.K.A. Me & Myself & I
MessageSujet: Something new {ft. Charlie Holden}   Mer 5 Juil - 20:52



____ ____

J'en avais marre. Marre de la température froide, marre d'être enfermée dans mon appartement. Depuis quelques jours je n'arrivais plus à peindre, l'inspiration m'ayant désertée. Preuve à l'appuie ; ça faisait presque deux heures que j'étais plantée devant une toile vide, pinceau à la main. Il y avait une petite flaque là où les gouttes de peinture rouge tombaient. On aurait presque dit une tâche de sang… Et merde les souvenirs. Avec un grondement irrité, je mis le pinceau dans un pot d'eau pour pas que la peinture sèche dessus et sorti sur le balcon prendre un peu d'air. D'air froid, pour être précise. Qu'importe, à cet instant j'en avais rien à faire de la température. Qui a dit qu'avoir une bonne mémoire était un cadeau ? Parce que ce type s'est royalement trompé. Quand les souvenirs te hantent, nuit et jour, et te font perdre de vue le fait que le monde n'est pas vraiment plein de danger mortel à tous les centimètres carrés, une bonne mémoire c'est plutôt une malédiction. Enfin. Une grande respiration et des doigts gelés plus tard, je retournais à l'intérieur pour mettre une grosse veste bien chaude. Et un manteau. Et des bottes. Le temps de comprendre ce que mon corps faisait par automatisme et j'étais déjà dans ma voiture à conduire en direction de la forêt pour aller peindre en nature malgré la température. Et puis merde, j'y étais presque. Au moins en forêt il n'y aurait pas trop de neige au sol, les branches de sapins et de pins agissaient comme un abri. Juste un petit arrêt en route pour prendre un sandwich puis j'y étais. Une fois la voiture stationnée à l'endroit prévu, je sortis avec mon sandwich à la main pour aller chercher mon matériel à peinture que je gardais dans la valise.

Un petit gémissement m'arrêta après quelques pas. Le genre de gémissement qu'un chien fait quand il veut se faire donner une gâterie. Par réflexe je regardais autour de moi pour trouver le cabot et l'aperçu à la lisière des arbres, tête basse et yeux plein d'espoir. C'était vraiment un bel animal. Un border collie de couleur chocolat aux grands yeux sombres. Normalement j'aurais jalousement gardé ma nourriture pour moi-même, mais il s'agissait clairement pas d'un animal qui appartenait à quelqu'un. Maigre, sans collier. Clairement affamé. Et merde. Même moi je peux pas résister à un pauvre chien errant. Poussant un soupir, je m'accroupis au sol et tendis le sandwich vers le chien. Aussitôt, l'animal s'avança d'un pas joyeux et me vola la nourriture des mains. Il ne semblait pas farouche du tout. Ou elle ne semblait pas farouche du tout. Je penchais la tête de côté brièvement avant de me redresser. Oookay, c'était un monsieur. Je l'ai regardé manger un moment avant de tendre lentement une main vers son dos pour le caresser, un grand sourire étirant mes lèvres quand la seule réaction que je reçus de la part du chien fut un mouvement intensifié de la queue. Je me levais et fouilla dans ma valise un moment avant d'émerger avec un petit son triomphant, un bandana noir à la main. Bon il y avait quelques tâches de peinture dessus puisqu'il servait surtout à essuyer mes mains, mais il ferait l'affaire pour ce que j'avais en tête. Je me suis retournée vers le chien, pas vraiment surprise de voir qu'il avait déjà terminé mon repas, et me penchais pour lui attacher le bandana autour du cou. Et voilà, ce chien était maintenant à moi. Enfin, s'il me suivait et se poussait pas au loin. Retournant à la voiture, je sortis mon matériel de peinture et commençait ma marche vers une clairière dans la forêt où je savais que j'aurais une belle vue. Vive moi pour avoir pensé à acheter un chevalet en aluminium ! Facile à transporter et léger, c'est l'idéal vu mon manque de force. Tout le long de mon chemin, le chien me suivi en gambadant, partant parfois à courir dans une direction à la poursuite d'une odeur, mais revenant toujours vers moi. Découverte du jour, donne de la nourriture à un chien errant et tu obtiens un meilleur ami.

Une petite vingtaine de minutes plus tard et j'arrivais à la clairière. Je mis mon chevalet en place et posa ma valise contenant le matériel de peinture sur le sol. Après un moment d'hésitation j'enlevai mon manteau et le posai sur le sol pour que le chien puisse s'y coucher. De toute façon j'avais encore une veste épaisse et chaude donc je crèverai pas de froid. Quelques minutes plus tard et je commençais finalement à peindre, l'inspiration revenue comme par miracle. Ouaip, j'adorais vraiment la nature.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 97
○ double-compte(s) : None
○ crédits : Avtar = Mathou Signa = Neon Demon (Code) & ShoesofMoriarty (Gif) & Muse (Lyrics)
MessageSujet: Re: Something new {ft. Charlie Holden}   Lun 10 Juil - 8:18

Something New
Kaydence & Charlie
I hear the streets of tomorrow calling
I go I go where you go
Cause we belong to something
We belong to something new
••••

 
Enroulée dans une grosse veste qui lui permettait d’ordinaire d’affronter l’humidité et la fraîcheur Londonienne, Charlie frissonna légèrement lorsqu’un courant d’air de mars vint soulever ces boucles brunes. Les arbres ne la protégeaient pas totalement de la fraîcheur de la journée, mais l’écharpe en laine qu’elle avait empruntée à sa grand-mère lui permettait de ne pas claquer des dents. Et puis, la jeune femme marchait et tout cela l’aidait à garder une chaleur corporelle correcte. Presque agilement, elle évitait les branches au sol et en l’air. Si, par malchance, la forêt était trop dense pour qu’elle puisse passer, elle faisait demi-tour et trouvait un autre chemin. Elle ne savait pas tellement ou elle allait, mais elle y allait. Depuis qu’elle était arrivée à Blackwater falls, la jeune femme se rendait souvent dans la forêt. L’endroit lui faisait du bien au moral, lui vivifiait l’esprit et déposait un joli petit sourire sur ces lèvres roses. Ici, pas de voix, pas de comportement étrange, rien que le bruit des feuilles au passage du vent, celui des écureuils qui attendent avec grande impatience l’arrivée du printemps. Personne pour l’embêter, elle pouvait respirer et s’entendre penser. De temps en temps, le gros matou de sa grand-mère l’accompagnait dans ces escapades, mais, cette fois, le chat de gouttière avait préféré la chaleur et le confort que lui offrait le canapé en cuir de la ferme, placé juste devant la cheminé. Charlie était donc venue se promener toute seule : elle ne voyait pas l’ouvrier de sa grand-mère qui, chargé par cette dernière de la surveiller, la suivait comme une ombre.

Cette solitude et cette forêt qui s’offraient à Charlie n’effrayait pas cette dernière. Elle n’avait pas non plus peur de se perdre, ayant découvert qu’elle avait un bon sens de l’orientation. Elle continua alors de marcher, respirant l’air pur de l’endroit. Les arbres, hauts et imposant, lui rappelaient presque les immeubles de Londres. Elle s’arrêta un instant et ferma les yeux. Elle inspira une grande bouffée d’air.. « Non. Rien à voir avec Londres. » dit-elle, brisant le silence de la forêt, avant de reprendre sa marche en direction de nulle part et partout.

Elle marcha alors jusqu’à une petite clairière. Elle n’avait jamais vu l’endroit, auparavant, la forêt était gigantesque, et elle n’avait simplement pas eu le temps de tout explorer. Alors qu’elle s’apprêta à passer la lisière de la forêt, elle remarqua une présence humaine – et animale. Une jeune femme blonde était assise devant un chevalet de peinture et se laissait guider par son inspiration. A ses côtés, roulé sur un blouson, un petit chien redressa rapidement la tête et regarda en direction de Charlie. L’anglaise perdit alors tout bon sens, et ces prunelles commencèrent à briller d’adoration. « Il est beaucoup trop mignooon.. » susurra-t-elle, en avançant à foulées modérées en direction de l’animal et de sa maîtresse. Si Charlie n’avait jamais vécu avec un animal de compagnie, elle avait toujours eu une adoration adorable pour ces petites créatures. Enfin, petites.. tout dépendaient de l’espèce ! Mais, en général, chien et chat était plutôt de petite taille, comparé aux chevaux de sa grand-mère, en tout cas ! L’anglaise s’avançait toujours davantage vers la blonde, son chevalet, et son chien, lorsque ce dernier, dans un petit jappement effrayé alla se cacher entre les jambes de sa maîtresse, laissant une Charlie aussi perdue que triste. Avait-elle effrayé le petit chien ?  Elle ralenti le pas et s’expliqua, avec que l’artiste ne puisse dire quoique ce soit. « Je suis désolée si j’ai effrayée ton chien.. Je.. J’adore les animaux, je ne vais pas lui faire de mal. Et puis. Et puis.. Il est si mignoooon.. » dit-elle alors, de l’amour débordant de ces prunelles. Prunelles qui passaient d’ailleurs de l’animal à la blonde puis à sa peinture. « C’est vraiment très joli, ce que tu fais mais, tu n’as pas froid, à rester assise dehors par ce temps ? » demanda Charlie, tandis qu’un petit courant d’air vint soulever une fois de plus ces cheveux bruns et qu’un frisson la gagna.
 

  ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 47
○ double-compte(s) : Nada.
○ crédits : (c) ManiiaKop A.K.A. Me & Myself & I
MessageSujet: Re: Something new {ft. Charlie Holden}   Ven 14 Juil - 16:54



____ ____

Pour être honnête, je n'avais absolument pas remarqué qu'une autre personne était dans ma zone de confort avant de sentir le corps légèrement tremblant du chien blotti contre mes jambes. Je mis le pinceau dans un verre d'eau pour le garder humide et empêcher la peinture de sécher dessus puis baissais le regard vers le chien. Qu'est-ce qu'il pouvait bien le rendre aussi nerveux ? Perplexe, je suivis son regard du mien et tombait face à face avec une brunette à l'air triste. J'écoutais son explication et baissais le regard sur la poule mouillée à mes pieds. Vraiment ? Une petite brune inoffensive et il avait peur à ce point ? Décidement, je ne ferais pas ce chien un gardien. Regardant toujours l'animal, j'écoutais la fille d'une oreille distraite. À son commentaire sur le froid, je me contentais d'hausser les épaules tandis que la chanson thème de Frozen jouait en boucle dans ma tête, à mon plus grand désespoir. Je regrettais plus que jamais d'avoir écouté tous les films de Disney pour me remonter le moral en sortant de l'hôpital. Quelle atroce décision quand même. À cause de ça je vivais tout plein de moments comme celui-là, une chanson agaçante jouant en boucle simplement parce que j'avais pensée au mauvais truc. Enfin. Comme la fille ne parlait plus, je considérais le sujet clos et repris mon pinceau pour le nettoyer en examinant ma peinture, jugeant de la prochaine étape. Je détestais perdre mon rythme quand je peinturais. Reprendre là où j'avais été interrompue n'était jamais facile. N'empêche, je devais essayer. Je trempais le pinceau maintenant propre dans une teinte de gris pâle et commençais à faire des ombrages pour la neige. Je fis quelques touches mais j'étais incapable de vraiment me remettre dans le bon état d'esprit, j'étais trop consciente de la présence d'une autre personne proche. Je mourrais d'envie de juste l'ignorer, mais je sentais son regard sur moi et, surtout, sur ma toile. Je me tournais de nouveau vers la brune avec un regard irrité.

- T’as rien de mieux à faire que me regarder peindre ?

Je reportais mon attention sur ma toile. D’un côté, j’avais conscience d’être rude et probablement injuste avec la fille.  Elle avait rien fait de mal, en y pensant. D’un autre côté, j’étais pas sociable dans mes bons jours et à peine civilisée dans mes mauvais. Me faire interrompre pendant que je suis en train de peindre faisait automatiquement de ma journée une mauvaise.  De toute façon, même le chien préférait garder ses distances. Je soupirai et laissait la nature faire sa magie et me redonner mon inspiration.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Something new {ft. Charlie Holden}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Something new {ft. Charlie Holden}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CharlIE :)) dans un beau pull rouge tricoté par Nadine :) Page 2 et 3 :)
» Joyeux Noël Charlie Brown !
» Gears Of War 3 - Parodie pour Charlie
» [TEST] charlie's angels (GameCube)
» Tuto langage : apprenez l'alphabet des pilotes : Alpha, Bravo, Charlie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest-