AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 — heart barely beating (tyr&evelyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 41
○ double-compte(s) : la tentation incarnée, elinor.
○ crédits : avatar (valyria), sign (endlesslove)
MessageSujet: — heart barely beating (tyr&evelyn)   Lun 10 Juil - 9:46

heart barely beating
— Tyr Bajramovic & Evelyn Monroe —

i can feel you in the night
a distant lullaby
underneath the shattered sky
Elle avait besoin d'un peu d'argent. Elle donnait quelques prestations dans les bars et cabarets de la ville mais elle rêvait de plus. Alors quand elle avait appris que le théâtre venait d'ouvrir à nouveau, elle avait su qu'elle devait tenter sa chance. Théâtre et son aura magnifique. Les echos d'applaudissements qui continuaient d'hanter les lieux des heures après les prestations. Il lui était difficile de résister au charme de ce lieu culte au coeur de sa petite ville natale. Gamine trop timide pour oser pénétrer son enceinte, elle était devenue femme. Plus assurée, plus déterminée et accompagnée d'un ciel orangé au soleil fuyant pour laisser place à la nuit, elle entra. Elle annonça ensuite son intention de passer une audition. D'autres artistes se donnaient aussi en spectable pour essayer de gagner le coeur du propriétaire, elle n'avait qu'à attendre une vingtaine de minutes et elle pourrait tenter de faire de même. Elle s'installa dans la salle et se mêla aux autres contestants. Ils observaient tous un acteur proclamant quelques lignes épiques d'une vieille pièce de théâtre qui lui était inconnue. Un vieux morceau oublié par l'histoire car l'ennui était la seule réaction qu'il suscitait. Les autres spectateurs qui attendaient leur tour tentaient de garder les yeux ouverts et acceuillirent avec joie l'interruption du comédien. On l'invita plus ou moins gentiment à quitter la scène puis ce fut au tour d'une autre actrice. Puis d'un chanteur. Ils étaient tous les deux beaucoup mieux que l'horrible comédien.

Puis vint le tour de la belle. Elle entendit son nom être appelé et elle ne réagit pas tout de suite. Elle inspira et quelques secondes plus tard, elle se dirigea vers la scène. Elle monta les quelques marches, s'assurant que son joli chemisier blanc et sa jupe étaient présentables. D'un mouvement de la tête, elle repoussa les mèches qui bloquaient son regard et tout ce qu'elle arrivait à voir en s'arrêtant au centre des planches c'était les projecteurs aveuglants et quelques silhouettes assises dans les premières rangées. Le pianiste à sa droite se préparait à faire danser les touches mais elle se tourna brièvement vers lui. « Je n'ai pas besoin de musique. Merci. » Elle préférait chanter acapella, sans musique pour venir couvrir les subtilités de sa voix. Elle préférait la simplicité des prestations que les grandes symphonies où la musique arrachait toute beauté aux élans hypnotiques d'une voix seule venant hanter les âmes échouées dans la salle. Fermant les paupières une seconde, elle inspira puis ouvrit les lèvres d'où s'échappa quelques mots chantés d'une voix douce et mélancolique.

Tonight
I do not care if some choose to hate me
for who I love.
Burn my cities and my senses down -
for I would die a thousand times
rather than forsake you,
or look into their eyes
and lie.

I love you.
If some must desert me,
bleed, or curse me for that,
then let it come.
This time
I will not run.
♩ ♪

Poème chanté, des paroles qui blessaient le coeur de la belle. Courir, fuir... c'était tout ce qu'elle savait faire depuis qu'on s'amusait avec son coeur pour mieux le briser ensuite. Les hommes n'avaient su que la manipuler. Les hommes n'avaient su que la blesser. Fuir était à présent l'unique bouclier qu'elle connaissait. Mais la belle rêvait de trouver celui qui lui donnerait envie de cesser cette course effrenée. De trouver celui qui arriverait à la retenir et ne plus jamais la laisser partir. De ce désir caché naissait l'affection qu'elle avait pour ses poétiques mots. Elle en oubliait la raison de sa présence sur les planches. On la jugeait, on la fixait. Et elle restait immobile sur la scène, le regard cherchant un responsable ou quelqu'un qui lui assènerait le verdict final. Même si elle avait toujours été fière de sa voix, elle était paralysée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
○ messages : 256
○ double-compte(s) : aucun.
○ crédits : (c) carnavage.
MessageSujet: Re: — heart barely beating (tyr&evelyn)   Ven 14 Juil - 4:05

HEART BARELY BEATING
EVELYN ET TYR


L'écho de quelques paroles oubliées résonnent à ses tympans, au rythme incessant des mélodies qui s'écorchent contre les vieilles planches de la scène. Derrière ces longs rideaux écarlates, il ne voit que les silhouettes des comédiens qui se succèdent les uns aux autres,  espérant vainement décrocher un rôle pour apparaître sur un pâle tableau. Car une fois le visage dessiné sur l'affiche, un sordide destin les attends ; dirigé par le propriétaire stricte au sang bouillonnant. Qu'ils osent se tromper de lignes, ces infâmes acteurs, et les voilà sombrant dans la bouche béante de la bête. Il se délecte déjà de ce festin prometteur, songeant aux supplices à venir.
De ces visages qui défilent, il n'en retient aucun. Tous des êtres las, sans aucune passion.  Lui est avide d'amour, de sentiments et de la rage qui brûle au fond de chacun. Avide de découvrir le feu ardent qui jaillit des douces paroles de ces comédiens. En vain, nul n'est capable de lui offrir le spectacle tant attendu. Il désespère, assis sur son siège cramoisi, attendant qu'une voix vienne le saisir de long en large. Il s'apprête presque à clore les auditions, lorsqu'une demoiselle apparaît soudain. Il ne l'avait pas remarquée, trop occupé à pourrir dans son coin. De ses longues boucles blondes, il ne retient que son visage qui s'esquisse, illuminé par les éclairages. Il devine de jolies courbes, derrière son cheminer pâle et sa jupe révélatrice. Il se redresse vaguement, plonge ses pupilles dans les siennes et, alors qu'elle glisse un refus de mélodie, il se fige.
Il y a l'écho de sa voix, qui retentit jusqu'à sa caboche et ricoche dans son esprit. Il y a l'orchestre de ses appels, de cette douce chanson qui parvient jusqu'à lui. Et puis, il y a le vide. Juste elle et lui, alors qu'il est paralysé à son siège. Il n'ose plus bouger, craignant de rompre le charme qui s'opère. Une succulente magie qu'elle installe de sa voix de cristal. Et puis, le tintement cesse en un agréable écho. Un ange qui laisse apparaître la silhouette féminine, alors qu'il se lève et quitte son siège. Il s'avance jusqu'aux planches de la scène ; elle le surplombe de toute sa splendeur. Elle semble divine, telle une apparition soudaine qui l'illumine. L'espace d'un instant, il oublie l'odeur succulente du liquide pourpre qui coule tout autour de lui, la médiocrité de l'humanité et la pauvreté de son existence. L'espace d'un instant, il n'y a qu'elle et lui.
Il aimerait cracher quelques mots, mais il est figé. Comme hanté par les fantômes du passé qu'elle ose réanimer de sa voix aux mille nuances. C'est un silence de quelques secondes -un interminable silence- qui lui répond et qu'il ose finalement briser d'une voix mal assurée : « Je... C'était surprenant. Un choix très audacieux. » dit-il, en plongeant ses deux billes noirâtres dans celles de la demoiselle. Aussitôt, il est saisi par un sentiment étrange, une flamme qu'il croyait éteinte au fond de son être. Les boyaux se tordent en quelques nœuds oubliés. Il se détourne subitement, avant que ses joues ne s'empourprent et que son âme ne soit avalée par la sienne. Un réflexe d'antan, humain qu'il juge aussitôt futile et inutile. Il se surprend à la gêne, à la honte et à l'intimidation. Il retourne se plonger dans son siège rouge, fuyant les regards de la demoiselle. « À qui ai-je l'honneur ? » Sans même la regarder, il fait mine de fouiller dans quelques papiers dénués de sens.
Il souhaite juste oublier l'étrange sentiment qui l'anime depuis que la voix séraphique est venue écorcher son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

— heart barely beating (tyr&evelyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cadaver Heart
» Team : Heart of Rathalos (ouverte à tous)
» Arcana Heart / Arcana Heart Full (pcb)
» Conversation entre Evelyn et Enora
» ► You can't break... my heart ! • Olivia Wilde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district :: théâtre-