AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 Way Down We Go (tyr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 103
○ double-compte(s) : None
○ crédits : Avtar = Mathou Signa = Neon Demon (Code) & ShoesofMoriarty (Gif) & Muse (Lyrics)
MessageSujet: Way Down We Go (tyr)   Lun 10 Juil - 11:20

Way Down We Go
Tyr & Charlie
You let your feet run wild
Time has come as we all oh, go down
Yeah but for the fall oh, my
Do you dare to look him right in the eyes?
••••

 
Les prunelles de Charlie brillaient d’une satisfaction toute naturelle et enfantine. Voilà quelques mois déjà, qu’elle était arrivée à Blackwater Falls et si le contrôle de son « don » n’était pas encore parfait, les choses allaient tout de même mieux. Tellement mieux que la grand-mère de la jeune fille lui avait proposé d’aller voir l’une de ses rares pièces proposées par le théâtre de la ville. Le petit théâtre n’était pas aussi lumineux ou luxueux que ce dont elle avait l’habitude mais, le simple fait de retrouver des fauteuils de velours rouges alignées devant une scène dont les planches en bois méritaient bien une petite couche de vernis, fit le plus grand bien à la demoiselle. Comme un retour en arrière, un petit écho de son passé qui ne manqua pas de lui rappeler ces soirées à observer sa mère sur scène. Loin de se laisser abattre par ces souvenirs du passé, Charlie, à peine sortie de la salle de spectacle, ne perdit pas son temps pour commenter le show à sa grand-mère, qui retrouvait en sa petite-fille, la même passion que chez sa fille, voilà une vingtaine d’année plus tôt. « C’était merveilleux ! » s’extasia la jeune femme, ravi d’avoir renouer avec ce monde qu’elle aimait temps. « C’est génial ! Même si l’actrice manquait surement un peu de profondeur et de sincérité, mais, sinon, c’était parfait. » continua-t-elle, et elle cessa de parler seulement lorsque sa grand-mère la laissa pour aller aux toilettes. « Je t’attend dehors ! » lui lança alors Charlie, qui quitta le confort climatique du théâtre pour affronter la froideur de la nuit.

Elle s’emmitoufla dans son manteau et son écharpe, et entreprit l’observation attention de l’extérieur du bâtiment. Il était vieux, mais ne manquait pas de charme. Une ou deux petites réparations devaient être réalisées, mais le propriétaire de l’endroit devait certainement être au courant. Alors la jeune femme continua son observation. Et puis, une envie lui piqua l’esprit : Et si elle parvenait à trouver les acteurs ? Elle pourrait ainsi leur faire part de ses remarques ! Après tout, elle avait tout de même passé deux ans dans l’une des meilleures écoles dramatiques du Royaume-Uni, et avait passé toute son enfance dans les différents théâtres dans lesquels sa mère s’était produite : elle savait de quoi elle parlait lorsqu’il s’agissait de théâtre.

Résolue et déterminée, la jeune demoiselle chercha alors l’entrée des artistes. Oui, il était de coutume que les artistes entraient sur leur lieu de travail par une petite porte dérobée à l’abris des regards un peu trop curieux des spectateurs. Charlie trouva alors l’entrée qu’elle cherchait dans une petite ruelle qui se trouvait au flanc du théâtre. L’endroit était un peu glauque, il fallait l’avouer, mais la jeune femme ne s’en formalisa pas plus que cela. D’autant plus qu’une silhouette se détachait dans la lumière pâlotte et chancelante d’un lampadaire. « Monsieur ! » s’exclama-t-elle alors, ravie d’avoir trouvé quelqu’un à cet endroit. Elle avança de quelques pas et s’arrêta : elle ne le reconnaissait pas comme étant un acteur. « Excusez-moi, mais, faîtes vous partis de la troupe qui vient de jouer ? J’aurais quelques remarques à faire part aux acteurs. Les connaissez-vous ? » continua-t-elle de demander, son accent tout à fait british brisait le silence de la ruelle et donnait au tout une petite atmosphère typique du Londres ouvrier de la fin du 19ème siècle. Charmant, en somme.
 

 ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Way Down We Go (tyr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district-