AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en avril 2017. le soleil pointe enfin le bout de son nez
en raison d'un déséquilibre dans la répartition des créatures, les démons ne sont plus autorisés, tout comme les vampires de plus de 100 ans.

Partagez | .
 

 Kidnapped and begging - Slade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
— animatrice —
○ messages : 396
○ double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
○ crédits : trouvé sur imgur pas de signature...
MessageSujet: Kidnapped and begging - Slade   Ven 14 Juil - 5:25

C'était une journée calme pour Elie, elle en avait passé la majeure partie à bosser ses cours dans un petit café, juste pour avoir de l'animation autour d'elle. L'endroit ne transpirait pas la classe mais il avait quelque chose d'authentique qui avait attirée la demoiselle. Elle s'était mise contre un mur au milieu de la salle et profitait du passage des gens, des conversations de comptoirs pour travailler tranquillement, sans prise de tête. Elle avait prévu d'aller boire un verre plus tard dans la soirée et peut être même qu'elle irait manger un bout en ville, histoire de décompresser totalement. Sa touffe de cheveux bleus détonnait dans les paysages ainsi que ses vêtements colorés. Elle était particulièrement joyeuse, aujourd'hui était un jour sans clients et elle était toujours ravie quand ça arrivait. Elle pouvait prendre soin d'elle sans avoir à planifier les rendez-vous, sans avoir à se balader avec un sac plein de vêtements de rechanges et de lingeries finies et de lingettes... Bref tout l'attirail de la parfaite escort girl.
Elle avait finis par ranger ses affaires, payé son addition dont elle nota méticuleusement combien elle venait de dépenser. Elle sourit au patron quand celui-ci lui déclara qu'il ne voyait plus personne faire ses comptes comme ça. Elle doutait que tout les clients de son patron touchent l'intégralité de leur salaires en liquide et se contenta de dire simplement qu'elle appréciait garder la trace de ce qu'elle faisait de son argent, autre que la banque. Elle s'en alla son fidele ukulélé sur le dos, elle ne voyait pas pourquoi elle ne s'arrêterait pas pour chanter un peu en ville, meme si l'air était un peu frisquet, elle aimait bien se poser et pousser la chansonnette un peu partout en ville, juste pour le plaisir de voir sourire des gens.

Quelques heures plus tard, la nuit tombait. Elle avait bien mangé et décidai de retourner dans son petit squat pour dormir, elle était épuisée. Malgré l'épuisement, cette journée de repos lui faisait l'effet de véritables vacances, aussi, lorsqu'elle passa dans la ruelle sombre qui menait à son immeuble désaffecté, elle ne put s’empêcher de danser en chantonnant sur un air qui n'avait ni queue ni tête. Elle n'avait pas conscience de quoi que ce soit. Sans être naïve, Elie était capable d'être oublieuse des règles élémentaires de sécurité lorsqu'on était une fille qui marchait dans la rue. Ce ne fut que lorsqu'un bras puissant vint l'attraper et une main s'écrasa sur sa bouche pour étouffer son cris de protestation qu'elle réalisa qu'elle aurait du être plus vigilante. Tout en maudissant sa débilité profonde, elle se débattit comme un beau diable pour tenter de briser l'emprise de l'homme silencieux qui la trainait à l'abri des regards. Très stupidement, elle pensa tout d'abord au fait qu'elle aurait bien aimé qu'il fasse ça que demain, elle était en congés et les viols et les rapts étaient bon pour les jours de la semaine où elle travaillait. Surtout, elle avait du mal à comprendre pourquoi quelqu'un lui tomberait dessus comme ça et c'est à ce moment précis que la douce langue de la panique s'insinua jusqu'à son cerveau. Pour le moment tout à fait raisonnée, cette dernière pouvait devenir à tout moment un horrible monstre incontrolable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 166
○ double-compte(s) : riley et lenny.
○ crédits : lux aeterna (avatar), hallows (signature), muse (lyrics).
MessageSujet: Re: Kidnapped and begging - Slade   Mar 1 Aoû - 20:54

kidnapped and begging

C’était juste un job. Un job pas si différent des autres, un job ordinaire. Un job qui ne lui faisait pas froid aux yeux, qui était loin d’être dans ce qu’il avait fait de plus horrible. Au départ, Slade était pas convaincu. Cette histoire lui semblait un peu louche, mais il était pas du genre à poser des questions, ou vraiment s’en faire pour les autres. Et puis de toute manière, il avait besoin d’argent pour payer son appart’, alors il avait fini par accepter d’un hochement de la tête. C’était simple, après tout. Pas de casse-tête. Trouver la fille, prendre la fille, l’emmener à un endroit X. Il savait pas pourquoi cet homme voulait tant cette fille. Ça l’intriguait pas vraiment. C’était une drôle d’histoire, une drôle de demande. Cette fille avait peut-être quelque chose de spécial. Ou peut-être pas. Mais Slade avait besoin d’argent. Alors il avait accepté le job, en se disant qu’au final il avait qu’à le faire et passer à autre chose. C’était pas son premier kidnapping. Mais c’était bien la première fois qu’on lui demandait de kidnapper une gamine.

Bien malgré lui, il se posait des questions, alors qu’il la suivait. Habilement, subtilement, c’était loin d’être sa première fois. Il le faisait bien et il le faisait vite – c’est pour ça qu’on l’engageait. Si quelqu’un voulait quelque chose vite fait bien fait, c’est lui qu’on appelait. Et Slade, y’a rien qui le dérangeait, c’est pour ça qu’il était aussi populaire. Il n’avait pas froid aux yeux, et il ne refusait rien à présent – pas depuis la mort de Miranda. Quand elle était là, c’était différent. Mais à présent il n’avait plus vraiment rien à perdre. Alors il s’en foutait. Mais alors qu’il regardait la gamine avancer à quelques mètres de lui, des couleurs partout sur le corps, la démarche presque sensuelle, Slade commençait à sérieusement se demander ce qu’il foutait. Elle avait les cheveux bleus et elle n’avait pas l’air d’avoir plus de vingt-cinq ans – qu’est-ce que ce type pouvait bien vouloir d’elle ? Slade secoua la tête – il ne s’était jamais posé des questions comme ça auparavant. C’était Miranda. Miranda, qui lui avait mis dans la tête que y’avait du bien à l’intérieur de lui, et qu’il pourrait utiliser ce qu’il savait pour répandre autre chose que de la violence. Qui l’avait fait réfléchir à propos du bien et du mal, et à la nature de son travail. Tout ça, c’était Miranda. Et il n’arrivait pas à la chasser de sa tête, alors qu’il suivait la gamine.

Rapidement ils se retrouvèrent dans la zone industrielle. Elle squattait là, il l’avait suivie la veille pour connaître sa route habituelle. C’était facile, presque trop facile de l’avoir – il lui rendait la tâche facile en habitant au beau milieu de nulle part. Slade se positionna alors pour pouvoir l’attraper, ignorant la voix dans sa tête qui ne cessait de lui hurler des questions. C’était pas le moment, vraiment pas. Ce fut sans difficulté qu’il se saisit de la gamine alors qu’elle passait, plaquant sa main sur sa bouche pour taire son inévitable cri. Silencieux, rapide, Slade l’embarqua à sa suite pour aller se réfugier dans un immeuble désert. Elle se débattait, mais il n’avait pas de mal à la garder en place – elle était coricace, mais plutôt petite. Et finalement, Slade s’arrêta. « Arrête de bouger. » Quelques mots soufflés, et elle n’aurait pas le choix de l’écouter. Quelques mots qui écorchèrent la gorge de Slade comme des lames de rasoir – il détestait  utiliser son pouvoir à présent. Il ne le faisait que pour un job – que pour ça. Et alors que le corps de la gamine se détendait, Slade la lâcha finalement. « Et crie pas. J'te ferai pas mal. » Pas lui. Il la regarda ensuite, un petit regard bref. La prochaine étape serait de l’emmener à sa voiture, et de faire la livraison. Mais pour une raison inexplicable, Slade en était incapable. Elle semblait tellement jeune. Dans quelle genre d’histoire s’était-il fait embarqué, au juste ?
(C) HALLOWS

_________________

there's a cross hair locked on my heart with no recourse and there's no one behind the wheel. hell fire, you're wiping me out. ///
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— animatrice —
○ messages : 396
○ double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
○ crédits : trouvé sur imgur pas de signature...
MessageSujet: Re: Kidnapped and begging - Slade   Mer 2 Aoû - 10:16

Un immeuble désert, voilà où l'homme qui l'enlevait venait de s'arrêter. Un immeuble désert dans une zone industrielle déserte, dans un quartier peu ou pas fréquenté. Qu'est-ce qu'elle pouvait être conne. Habiter dans un endroit pareil et ne pas penser une seule seconde que ça pouvait arriver. C'était sa faute si ça arrivait, pas de doute. Elle avait été stupide comme elle l'était toujours. Stupide, stupide Elie. Toujours en train de se foutre dans la merde. Elle se débattait mais une part d'elle savait très bien que rien n'y ferait. Elle luttait contre une armoire à glace, silencieuse et determinée. La panique s'insinuait doucement, les voix harcelantes aussi. T'as bien mérité, petite conne. A montrer son cul, on finit par se faire avoir. Elie secoua la tête comme pour pousser ses pensées loin, elle tentait de se calmer mais soudain.

« Arrête de bouger. »

Et elle s'arrêta net. Elle sentit ses muscles se détendre, l'homme la lâcher. Ses yeux s'écarquillèrent, terrifiée. Pourquoi n'arrivait-elle pas à bouger ? Pourquoi obéissait-elle alors qu'elle n'en avait pas la moindre envie ? Elle voulait fuir et fuir loin. Pourquoi il voulait l'emmener. Ses yeux se remplirent instantanément de larmes tandis qu'elle se tendait comme un arc, elle se mit à trembler violemment. La perte de contrôle était ce qu'Elie craignait le plus au monde. Perdre le contrôle de son esprit, de son corps. Cet homme avait la capacité de lui enlever ce contrôle. Elle ne pensa même pas à crier. Ce qui lui arrivait était au dessus des cris. La terreur était trop grande. Elle ne pouvait plus bouger consciemment, seul les tremblements demeuraient, violents et douloureux.

« Et crie pas. J'te ferai pas mal. »

Elle ne put s’empêcher d'éclater d'un rire désespéré. Pourquoi cet homme se donnait la peine de préciser tout ça ? Le mal était déjà fait. Il était en train de l'enlever pour l'emmener elle ne savait où.
Elle sentit son corps s'affaisser malgré elle. Elle ne contrôlait pas. Accroupie par terre, elle regardait son ravisseur avec ses grands yeux de gamine traumatisée. Elle cherchait à calmer l'angoisse, cette impression grimpante qu'elle méritait ce qu'il se passait et par dessus tout, cette sensation que rien n'irait bien. On allait l'emmener quelques part et des gens, à cet endroit, lui feraient du mal. Son rire se transforma en sanglot tandis que ses mains tremblante vinrent s'agripper à ses cheveux.

-Laisse  moi... Laisse moi. S'il te plaît. Je... veux pas...

Elle s'arrêta, le souffle coupé par une nouvelle vague de peur, elle se crispa et secoua la tête.

-Je peux te payer. J'ai pas...pas grand chose mais... Mais c'est à toi. Si tu me laisses... Si tu me laisses tranquille.


Elle sentait qu'elle commençait à perdre pied. C'était toujours une sensation glaçante, cette panique qui, petit à petit, transformait son esprit en celui d'une petite fille à peine capable de s'occuper d'elle. Morceau par morceau, les griffes de sa maladie défaisaient tout ce qu'elle était, tout le travail qu'elle avait fait pour devenir une humaine normale, sans probleme.

-Où... Où est-ce que...je vais ? J... Je veux pas y aller. Je serais gentille, si.Si tu m'emmenes pas. Promis. Je sais... Je sais faire plaisir. Je veux pas y aller. S'il te plait. J'veux rentrer chez moi. J... C'était...


Un sanglot l'étrangla soudainement, douloureux. inutile gamine qui cherche à vendre son cul pour éviter le pire, à ton avis, tu vas gagner quoi ? Hein? Elle tourna la tête vers la gauche, comme pour éviter le cri de quelqu'un directement dans son oreille et c'est la sensation qu'elle a. T'as bien cherché ! De toute façon, personne sera triste si tu disparais. Ton père te hais, t'es un poid pour Asmodée et Suibhne te tolère parce que tu paies ta tournée, personne te regrettera. Ses mains se crispèrent d'autant plus tandis qu'elle se mit à murmurer frénétiquement.

-C'est pas vrai. C'est pas vrai. C'est pas vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 166
○ double-compte(s) : riley et lenny.
○ crédits : lux aeterna (avatar), hallows (signature), muse (lyrics).
MessageSujet: Re: Kidnapped and begging - Slade   Dim 3 Sep - 21:20

kidnapped and begging

Slade détestait peut-être à présent utiliser son pouvoir – mais il fonctionnait toujours, c’était une certitude. Y’avait qu’à regarder la manière dont la gamine s’était arrêtée de bouger, soudainement, pas du tout naturellement – comment ses muscles s’étaient détendus, comment elle s’était figée net comme une statue de marbre. Slade ravala l’amertume dans sa salive, tentant vivement de se concentrer sur le job. Après tout, il avait besoin d’argent, il ne le faisait que pour ça. C’était pas le moment de se poser des questions. C’était presque fait. Le plus dur, le plus chiant était fait. Y’avait plus qu’à l’emmener là où il fallait, et oublier tout ça. Passer à autre chose, et continuer d’ignorer cette maudite voix dans sa tête qui lui disait que c’était pas bien. Miranda. Toujours, Miranda. Slade en grogna presque. Miranda était morte. Elle était morte, et par sa faute. Il ne voulait pas de ses leçons de morale, pas maintenant, plus du tout. Peu importe qui il avait été quand elle avait été là, peu importe qui il aurait pu être et devenir – tout ça, c’était mort, mort et enterré. C’était trop tard pour lui, cas désespéré – autant faire le job et aller récupérer l’argent. Slade se dirigea vers la porte de l’immeuble, et jeta un regard autour, pour s’assurer que y’avait personne dans le coin, pas de curieux, pas de témoins. Il avait beau ne rien avoir fait à la gamine – et il ne comptait rien faire non plus – mais s’il pouvait éviter trop de questions, ça l’arrangerait bien. En se retournant, il vit que la gamine s’était à moitié écroulée par terre, et ses grands yeux étaient posés sur lui. Des yeux qui demandaient de la pitié, des yeux qui demandaient la liberté. Slade la fixa en retour, le visage impassible, alors que la voix de Miranda dans sa tête hurlait de plus en plus fort. Et le pire, c’était qu’elle riait. Elle riait, la gamine, un rire étranglé de sanglots. Slade la toisa juste, un peu pris au dépourvu par sa réaction. Même pas de peur, ou presque pas – juste un désespoir complet.

Elle le suppliait, la voix entrecoupée de grands souffles, de sanglots. Elle lui offrit de l’argent. Elle lui dit qu’elle serait gentille, qu’elle voulait rentrer chez elle. Mais sa voix ne cessait de se couper, alors qu’il semblait chercher de l’air. Slade fouilla sa mémoire – il lui avait juste dit d’arrêter de bouger, rien d’autre. Avait-il mal pesé ses mots, était-il allé trop loin ? Slade ne bougea pas, observant la gamine perdre totalement pied. Elle se tournait dans le vide, regardant là où y’avait personne, et des murmures se mirent à s’échapper de ses lèvres. Clairement, quelque chose ne tournait pas rond chez elle – et ce n’était pas une simple crise de panique comme Slade avait bien pu en voir. Cette gamine était complètement cinglée, à toiser le vide et à secouer la tête comme elle le faisait. Slade tendit l’oreille, plissant les yeux – tentant de comprendre ce qu’elle disait. Et finalement il entendit. C’est pas vrai. Se redressant, Slade lui jeta un regard hésitant. Incertain. Voilà qui compliquait un peu les choses. Qui voudrait d’une gamine comme elle, sans argent et clairement, sans toute sa tête ? « Hey. Arrête de murmurer comme ça. » Ça le rendait mal à l’aise, Slade, il savait plus trop quoi faire de ses mains – et son hésitation était plus forte que jamais. Merde, merde, merde. Pourquoi est-ce que le boulot aurait pas pu être simple, pour une fois ? « Écoute-moi. J’te ferai pas de mal, j’te l’ai dit. J’dois juste t’emmener que’q’part. J’fais juste mon job. » Il semblait à Slade entendre une voix dans sa tête; qui tu tentes de convaincre ? Secouant agressivement la tête, l’homme pointa un doigt sur la gamine. « Alors tu vas t'calmer, d’accord ? Tu vas t'calmer, et ne pas me foutre encore plus de problèmes sur le dos. » La délicatesse, il ne connaissait pas – le tact non plus. Et cette gamine, il ne la connaissait pas. Mais elle était clairement en détresse. Et la nature de Slade se battait contre celui qu’il avait appris à être. Qui gagnerait le combat ? Un silence suivi ses paroles. « Comment tu t’appelles ? » Après tout, ça l’aiderait peut-être à se calmer un peu.
(C) HALLOWS

_________________

there's a cross hair locked on my heart with no recourse and there's no one behind the wheel. hell fire, you're wiping me out. ///
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— animatrice —
○ messages : 396
○ double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
○ crédits : trouvé sur imgur pas de signature...
MessageSujet: Re: Kidnapped and begging - Slade   Lun 4 Sep - 15:03

ça devait arriver, à force de faire la maline. Les voix n'avaient pas été si agressives depuis des semaines. Des semaines entières de liberté et elle le payait avec un enlèvement et une crise qui s'annonçait monumentale. L'homme restait stoïque, peut être un peu perdu, elle ne savait plus bien, sa vision était troublée par une centaine de petites mains malignes qui s'amusaient à creuser les sillons de sa folie toujours plus profondément dans son cerveau. Elle essayait de se protéger des cris, de la pression mais le fait était qu'elle ne pouvait plus bougé et que c'était cet homme qui lui avait dit de ne pas le faire. Elle ne pouvait plus bouger, parce qu'il avait parlé. Sa voix était spécial, sa voix était magique... Elle ne l'était pas. La seule magie qu'elle avait, c'était des cauchemars infernaux de son connard de père. Face à un tel pouvoir, elle était plus nue que n'importe qui parce que son esprit était fêlé et qu'elle n'arrivait pas à recoller les morceaux longtemps. Il suffisait de peu mais aujourd'hui, c'était beaucoup. Beaucoup trop, même. Elle se fissurait à une vitesse hallucinante, plus elle parlait, plus elle tentait de négocier plus l'homme en face d'elle lui semblait terrifiant et plus les voix l'agressaient et lui rappelaient qu'elle ne méritait que ça et bien pire encore. La liste était longue, les cris puissants et les minutes d'une interminable lenteur.
Elle ne calculait pas l'attitude de son ravisseur, tout ce qu'elle voyait c'était qu'elle était dans la merde et que c'était sa faute. Toujours agrippée à ses cheveux, elle sursauta violemment en entendant l'homme lui parler. C'est comme si il lui avait hurlé dans l'oreille, comme si une menace était cachée derrière chaque foutu syllabe. Elle plaqua les mains avec force sur sa bouche pour contenir l'incessant flot de paroles. Parfait, empire donc la situation. Comme d'habitude.. ironisèrent les voix malignes. C'était un cauchemar. Un véritable cauchemar. Comme par enchantement les murs et les perceptives commençaient doucement à se déformer, les coins à s'assombrir et des odeurs inexistantes à émerger. Les tremblements s'intensifièrent et la jeune femme se fit encore plus petite, rentrant la tête entre ses genoux, mettant ses bras en protection comme si on s'apprétait à lui faire mal. Puis l'homme parla à nouveau et une énorme bouffée de fureur monta dans la jeune fille. Elle redressa la tête, plus raide qu'un automate et planta son regard rempli de terreur et de colère dans celui de son ravisseur.

« Juste ? Juste ?! », s'étrangla-t-elle dans un nouveau sanglot incontrôlable, « c'est pas ton problème ce qui arrive après. Pas ton probleme.du.tout. »

Un rire incontrôlable s'échappa de sa gorge qui la surprit autant que son vis-à-vis. Elle savait ce qu'il se passerait si il l'emmenait là où il devait. Elle le savait parfaitement et avec les pouvoirs de cet homme pour la contrôler, celui qui avait commandité l'enlèvement pourrait lui faire absolument ce qu'il voulait sans qu'elle soit capable d'y opposer une quelconque résistance. A jouer aux objets de désir, petite conne, on en devient un. Elle gémit doucement. Puis l'homme la pointa du doigt, agressif, mécontent, menaçant. Les yeux d'Elie s’écarquillèrent un peu plus, Elle eut un mouvement de recul instinctif presque aussitôt bloqué par l'ordre que lui avait donné l'homme. Elle éclata définitivement en sanglot, roulée en boule au milieu de l'immeuble. Elle recommença à parler dans le vague, presque incohérente mais pas encore tout à fait.

« Ils vont m'faire du mal. Là-bas. C'est jamais bien quand... Si j'faisais pas tout ça pour les études... Le docteur, il a dit quoi ? Il a dit qu'il fallait pas mentir, sauf que je mens pas. J'mens jamais. J'ai pas envie d'être enfermée. On va encore m'enfermer. J'veux pas retourner dans une boite, c'est pas bien les boîtes, c'est dure de sortir. Les problèmes. Pas les problèmes sur le dos. Comme un petit sac à dos. Moi, j'ai pas le droit. Pas le droit de faire des problèmes. Pas le droit, pas le droit. Le droit de les subir pas le droit de les faire. », ajouta-t-elle en secouant la tête, de nouveau coincée non loin de ses genoux.

L'homme lui demanda un nom et d'une voix aigüe et enfantine, elle hurla.

« TU T'EN FICHES ! TU T'EN FICHES ! CHUI UN PAQUET ! FAIS PAS COMME SI ! »

Elle s'arrêta aussi vite et cligna des yeux avant d'être secouée d'énormes sanglots. Secouant la tête à nouveau, elle murmura d'une voix faible et frêle.

-Non, non, non... Faut pas. Faut pas crier. La voix magique. Elle va tout bloquer. Faut pas. Faut pas. Faut pas. Faut être gentille, gentille... Elie. Elehiel. Maman a dit, comme les anges. Pour porter chance. Ou... Ou... Pour...euh... Comme Elemiah mais en fille. Mais les anges, ça fait pas prostitués alors... Y sont pas très contents. Du coup, ils m'aident jamais. Si ça se trouve, ils existent même pas.


Elle se retrancha dans le silence, tremblante. Ses yeux roulant furieusement dans ses orbites comme si des choses affreuses passaient devant ses yeux. Elle  pleurait et riait par intermittence mais dans l'ensemble, la jeune femme était dans une detresse absolue.

-Mon chat... J'veux mon chat. Il va être tout seul. J'ai promis qu'il serait pas. J'ai promis et je mens jamais alors... tu peux pas m'emmener, pas vrai. Sinon... Sinon j'ai menti. Et je mens pas. J'mens pas.

_________________
Iron skin, Crystal heart.
I let the bullets fly, oh let them rain. My luck, my love, my God, they came from pain. You made me a, you made me a believer, believer.

(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Kidnapped and begging - Slade   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kidnapped and begging - Slade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Slade, le nouveau meilleur editeur de maps
» StarSchip.wad par Galactus, Mon Premier WAD !
» (M² & F) Josh Hutcherson & Jeremy Allen White & Laura Slade Wiggins — Forum City, Los Angeles.
» Slade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: residential area :: zone industrielle-