AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en mai 2017. le printemps est doux et ensoleillé
n'hésitez pas à aller vous inscrire aux nouvelles missions juste ici

Partagez | .
 

 Break The Silence [Hunter ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 203
○ double-compte(s) : Rodin & Seth & Emrys
○ crédits : ironshy
MessageSujet: Break The Silence [Hunter ]   Lun 11 Sep - 4:10


Gray n'avait encore rien bu et pourtant il se sentait paumé. En même temps ça lui apprendrait à se balader sans faire attention dans une ville qu'il ne connaissait pas ; enfin pour une fois qu'il n'avait ni sa belle-sœur et son mari sur le dos, il n'allait pas s'en plaindre. Personne pour lui dire d'éviter les bars, ou de se trimballer cette putain de canne ; non les gens qu'il croisait ne s'occupaient pas de lui et ça faisait un bien fou. La ville ne lui semblait pas bien différente de n'importe quel autre, mais pourtant il ressentait quelque chose, comme s'il lui manquait une pièce pour comprendre cette étrange atmosphère. Ou alors ça voulait simplement dire qu'il avait besoin d'un verre ; il verrait comment rentrer plus tard ; la famille parfaite attendrait bien son retour quelque heure de plus non ? Il n'avait plus 16 ans. Sans y réfléchir plus, Gray rentra dans le premier pub qui croisa sa route ; et s'il ne se l'avoua pas, s'asseoir lui fit un bien fou, sa jambe le lançait et avait apparemment elle ,aussi, besoin d'une pause.

Bien calé sur son tabouret, le militaire jeta un œil autour de lui ; il n'avait pas réussi à rejoindre un vrai bar depuis un bon moment, depuis qu'il était coincé ici en fait ; et revenir à une atmosphère de ce genre lui faisait du bien ; rien de parfait, être seul au milieu du monde ; ça lui avait manqué. Enfin du monde, vu l'heure, l'endroit était loin d'être plein ; soit c'était une preuve qu'il tombait sur le mauvais bar de la ville, ou simplement c'était encore bien trop tôt pour les buveurs occasionnels. Ne voulant pas s'enfoncer plus loin dans cette idée, alcoolique ou non, Gray n'avait pas envie d'y penser ; sa femme et sa famille le faisait très bien pour lui. Il commanda une pinte ; et essaya de la faire durer ; c'était bien meilleur que la pisse que son beau-frère achetait. Elle ne dura pas bien longtemps et il en recommanda une autre. Gray n'avait pas prévu de dépasser ses limites, il en était encore loin ; mais entre ce qu'il avait prévu et ce qui risquait d'arriver, la barrière était très mince…

La courte pause finit par s'éterniser, et après sa 3ème bière, il commanda un whisky. Entre la deuxième et la troisième, il avait bien essayé de se motiver à rentrer, mais rien à faire, rien ne l'attirait le moins du monde dans cette maison ; il avait eu l'impression de se retrouver dans la peau d'un ado qui n'a pas envie de rentrer chez sa famille dysfonctionnelle. ça réussi à lui tirer un demi-sourire, la seule chose dysfonctionnelle c'était lui après tout. Il avait fait disparaitre cette pensée avec une gorgée de plus. Et lorsqu'il commençait à avoir ce genre de choses à l'esprit, ça ne faisait qu'empirer, ainsi lorsqu'il pensa à sa fille ; il passa au whisky, bien plus utile pour se vider la tête. " Ça me fait mal au cœur " les mots aussi ça peut briser, il se rappelait encore sa petite voix ; il ne savait pas d'où elle sortait une tournure de phrase pareille, mais ça avait eu le mérite de le secouer un peu … pas encore assez apparemment vu où il était. Gray grogna entre ses dents, saisit son verre et le vida d'une traite. Il n'avait pas envie de penser à ça maintenant. « Encore un » c'était une idée de merde. « Rapidement » pas qu'il ait été servi au ralenti jusque-là, mais il avait envie d'être désagréable ; quitte à être un connard autant l'être jusqu'au bout. « Et de meilleur qualité que ce truc » grommela t'il en repoussant son verre vide. Ouais, autant être un connard, ça rendait tout plus facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 797
○ double-compte(s) : Raven Silverwood - la folle qui voit les morts.
○ crédits : sign - Blue Walus (Gif(moi)+vava: moi
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   Lun 11 Sep - 10:24


Break the silence
Gray & Hunter


Cela faisait à peine une semaine que ma cure improvisée avait pris fin et pour l'coup, je ne savais pas trop si j'étais vraiment apte à reprendre le taf, de suite. Genre, j'avais eu beau montrer des signes d'bonnes volontés et m'étais tenu loin d'une teille et d'un rail depuis sept putain de jours, j'me demandais quand même si reprendre l'chemin du bar aussi rapidement relevait pas d'la connerie. Bon, c'vrai que mon patron m'avait aidé à passer outres mes démons, mais fallait pas non plus qu'j'abuse d'sa charité. Combien d'mec aurait offert d'me garder en poste avec les addictions qu'jme trainais ? Pas beaucoup. Donc fallait rendre la pareille même si j'la sentais moyennement cette histoire. J'm'étais pas battue comme un beau diable pour m'en sortir et ensuite tout foutre en l'air, juste parce que j'étais incapable d'me faire confiance. Sûr que si les choses s'étaient passées autrement si j'm'étais pas senti aussi redevable. C'tait assez humiliant, mais parfois fallait croire qu'on était obligé d'encaisser des blessures narcissiques si on voulait avancer... Ouais, j'disais ça maintenant, mais qui sait si j'allais réussir à conserver c'cap ?

Premier service de la semaine, j'ouvris le bar non sans quelques appréhensions. Sentir de l'odeur d'un lieu comme ça, pour un gars comme moi, ça faisait hérisser l'épiderme. Non pas dégoût mais d'plaisir; les effluves d'alcools m'parvenaient au narine aussi parfaitement qu'si j'me tenais au dessus d'une bouteille ouverte. Dans une certaine mesure, on ressemblait à ces connards de vampire, les sens en éveils au moindre parfum alcoolisé. Sans dec', ça m'faisait mal d'voir à quel point j'pouvais être relativement semblables à ces erreur d'la nature. Étrangement, quand t'as la tête dans la tise, tu perçois pas tout ça. T'es dans ta bulle d'solitude si salvatrice. Tout t'paraît indistinct et tu t'fous de quasi tout...Sorte d'liberté aliénante. Malgré tout c'que l'alcool peut t'pousser à faire, perso' j'regrettais pas d'm'être noyer, parce que c'tait en sombrant qu'on trouvait l'fond pour rebondir. Certes, t'pouvais aussi très bien caner avant d'réussir à reprendre pied, mais au fond c'tait ça tout l'intérêt. Le pile ou face d'l'existence. Faire l'choix d'la sobriété, c'tait une bataille néanmoins elle paraissait carrément moins excitante quand on s'y trouvait. Ouais, j'tais fière de moi tout en étant aussi perdu qu'avant. M'enfin, c'tait pas l'moment de penser à ça, j'avais du taf et j'prenais du retard en divaguant dans l'néant.

M'avoir laissé seul pour tenir ce matin était une preuve d'confiance, mais bordel, que c'tait difficile d'voir ses bouteilles qui n'attendaient qu'on les boivent sans retenues; ces espèces d'ptites aguicheuses !  

Et alors qu'j'tentais d'leur tourner l'dos, j'entendis qu'on entrait. Je jetai un coup d'œil à l'horloge sur l'mur et me surpris à sourire. Il était tôt pour s'pointer dans un endroit comme ici. Genre, on était pas l'établissement dont tu poussais la porte en voulant qu'un café, t'vois l'truc. Malgré l'heure, je saluai l'homme qui venait d'entrer d'un signe de tête avant d'remarquer qu'il boîtait. C'tait pas d'l'ivresse, c'tait autre chose, une vraie douleur et d'ailleurs, ça s'voyait qu'il dérouillait. Tous les traits d'son visage étaient tirés et même si y avait un peu d'manque éthylique derrière, l'était pas difficile d'voir que tout ne s'résumait pas à ça. Il vint se poser sur l'un des tabourets devant l'zinc et ce fut alors qu'la descente de pinte commença, très rapidement suivit par un whisky sec. Je m'exécutai sans porter l'moindre jugement, m'contentant d'le regarder en essuyant des verres distraitement. Il avait un sacré gosier l'bougre ! N'empêche l'Divin m'éprouvait en m'envoyant un alcoolo dès ma reprise, franchement c'tait très fair-play.

Tandis que j'rechignais pas à l'servir en conservant un comportement relativement avenant, j'fus quelque peu refroidis quand son ton se durcit. J'comprenais, l'pire c'tait ça; mais c'tait pas pour autant qu'j'allais continuer à sourire.

- De meilleur qualité ? répétai-je d'une voix sarcastique, t'sais mon pote, j'suis sûr qu'à l'heure qui l'est j'pourrais t'donner n'importe quel tord boyau, tu m'dirais amen. On est seul bar ouvert du pâté d'maison et quelque chose m'dis que même si y en avait un autre, personne voudrait t'servir.

Cependant, j'lui rempli de nouveau son verre avant d'reprendre.

- D'ailleurs, j'vais être très clair; la maison fait pas crédit, donc va pas falloir qu'tu te foute dans l'coma sans avoir payé ton due. Si t'allonge les billets pour tes premiers verres, j'verrais c'que je peux t'donner comme whisky un peu plus goûtu...Genre, prend ça pour un geste commercial, d'ma part.

Je lui adressai un sourire moqueur; c'tait pas du tout d'cette façon dont j'voulais procéder, mais j'm'étais senti obligé, une vieille habitude, sûrement.  



(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 203
○ double-compte(s) : Rodin & Seth & Emrys
○ crédits : ironshy
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   Mar 12 Sep - 11:37


Gray ne savais pas trop ce qu'il essayait de faire ? Se faire virer ? Se prendre un coup ? Juste être chiant ? Peut-être tout ça à la fois. Ce type ne lui avait rien fait, il l'avait juste servi jusque-là, et n'avait posé aucun problème ; s'en prendre à lui c'était inutile et gratuit mais apparemment plus fort que lui. Le militaire eut un sourire en coin en se demandant si un psychologue n'aurait pas analysé ça comme une tentative de s'arrêter là ; peut-être qu'en se prenant assez la tête avec le barman il arrêterait de le servir ou mieux le mettrait dehors à coup de pied. A croire qu'il y avait des raisons à tout ? Même à simplement être désagréable. Lorsque son interlocuteur répondit, Gray leva finalement les yeux vers lui ; il n'appréciait pas spécialement son ton, mais il l'avait bien cherché. Ce qu'il disait n'était d'ailleurs pas totalement faux, enfin pour le peu que Gray puisse en juger ; après tout il ne connaissait pas la ville, et qui sait, peut être qu'une rue plus loin, il y avait un autre pub du genre, qu'est ce qu'il en savait lui. Et puis, il voyait mal pourquoi on aurait refusé de le servir, ça aurait été débile, et absolument pas profitable pour l'établissement. Le militaire se contenta de lever les yeux au ciel pour toute réponse. La partie sur le tord-boyau n'était malheureusement pas à côté de la plaque…

Son regard se reposa sur son verre, le regardant se remplir bien trop lentement à son gout. La suite lui tira un sourire, bien trop naturellement à son gout ; partir sans payer ne lui avait pas traversé l'esprit, en fait payer non plus, pour l'instant tout ce qui l'intéressait c'était terminer son verre et qu'on ne l'emmerde pas … mais maintenant que l'idée était lancée , pourquoi pas. Son sourire disparu rapidement ; se rappelant les deux ou trois fois où sa femme avait dû venir le chercher et payer à sa place ; ou bien même la fois où la police avait ramené la facture elle-même, comprenant entre autres quelques dégâts sur place. Gray ne chercha pas plus loin, en sorti quelques billets et les posa sur le bar sans un regard supplémentaire. Vu ses finances actuelles, tout dépenser en boisson, c'était une idée de merde en plus, mais il n'était pas en état d'y penser, ou plutôt il ne le voulait pas.

« Si je paye assez, je peux m'effondrer sur le comptoir, c'est sympa à savoir » commenta t'il avec indifférence. « Vive la conscience professionnelle » C'était un barman pas un médecin, depuis quand était-il là pour s'occuper personnellement des clients ? Ils étaient là pour servir des verres, point . Le militaire tenta de ralentir, finir son verre d'un coup l'obligerait à lui en demander un autre, et vu son humeur, pas sûr qu'il y ait droit… et pas sûr qu'il accepte qu'on lui coupe les vivres si facilement. Gray n'avait pas encore assez bu pour débuter une bagarre aussi facilement, pas pour une simple réponse en tout cas ; et puis s'il était venu ici, c'était bien pour faire profil bas non ? Ce n'était pas le moment de recommencer ses conneries.

« Et pour info, on n’est pas pote, donc apprends à me parler autrement , tu seras sympa » Ils n’avaient pas élevé les cochons ensemble comme on dit si bien. Et là peut être qu’il ne cherchait pas les problèmes ? Gray effaça cette pensée en s’occupant à nouveau de son verre. Une gorgée, puis une autre, pas dit qu’il tienne bien longtemps non plus. La seule pensée d’agacer sa belle-famille en rentrant, réussit pourtant à lui tirer un sourire en coin, oh, ils allaient détester ça. Oui, il agissait comme un ado, mais il n’était pas prêt à se l’avouer, sa capacité à accepter ses propres conneries n’allaient pas si loin.«  Finalement, ressert moi » conclut-il en vidant le fond d’une traite. Il allait y avoir droit à son whisky de meilleur qualité, oui ou merde ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 797
○ double-compte(s) : Raven Silverwood - la folle qui voit les morts.
○ crédits : sign - Blue Walus (Gif(moi)+vava: moi
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   Ven 15 Sep - 10:34


Break the silence
Gray & Hunter


C'était donc à ça que j'ressemblais lorsque l'attrait d'la bouteille ne se contentait pas d'se manifester comme une pensée mais bel et bien un geste ? Sérieusement, je ne m'en étais jamais vraiment rendu compte, j'crois. 'Fin, si un peu quand même puisque j'avais fini par choisir la voie de l'abstinence, non sans quelques rechutes teintées de mauvaise foi. En observant l'homme affalé à mon comptoir, j'parvenais à saisir ce qui avait poussé Baltasar à m'tendre la main. Non pas que le client en question fut aussi lamentable que j'l'étais, difficile d'faire plus cliché que moi à l'époque, lui son seul poison c'tait la bibine, moi ça avait surtout la drogue qui m'avait ravagé, autant qu'ouverts les yeux; ouais dis comme on dirait que j'invitait tout l'monde à prendre d'la dope, histoire d'enfin s'réveiller. Mais non, c'tait illusoire et finalement presque plus facile à arrêter que l'alcool. Ouais, si j'avais autant traîner l'nez dans la farine, c'tait un choix délibéré par une réelle addiction...La tise, la tise, ça c'tait un vrai fléau. Si j'en étais parfaitement conscient, pourquoi j'lui avais sorti ça ? Ayant été à sa place ou celle qu'il semblait être sur l'point d'occuper, j'savais comment m'adresser aux gens dans son état. Exit les paroles mielleuse et les bons sentiments, en vrai c'tait exactement l'genre d'attention qui hérissait l'poil.

On a sans doute du mal à l'comprendre quand l'alcool n'est qu'une distraction, un truc que l'on prend pour rire un peu et passé un bon moment. En vrai, au départ c'tait toujours comme ça qu'ça commençait. Naturellement, y avait un truc enfoui quelque part qui nous forçait presque inconsciemment à prendre la bouteille et la descendre. Mais on y fait pas attention ou en tout cas, on évite d'trop y penser. Au début, c'est cool, on arrive à mieux dormir à voir l'positif dans une existence qui pourtant est presque tout l'temps entrain d'se casser la gueule. On d'vient nostalgique et puis on s'anesthésie bien, l'monde semble presque sympa et plaisant, l'genre idyllique à la limite du cliché. Mais arrivé à un moment, on passe d'l'autre coté. On sait pas trop comment on fait ça, mais d'un coup sans crier gare, voilà qu'on sombre dans l'obscurité qui à mesure des verres n'fait que s'opacifier. On pense alors qu'c'est passagé, la faute à la longue journée sans sa dose...Or, nan, désormais dès qu'le gramme est atteint, les démons reviennent frapper à la porte et bientôt la défonce sans qu'la barrière psychique qu'on croyait avoir consolider à force d'éthanol puisse les arrêter. C'tout le cerveau qui est sur l'point de céder. Ouais.

Après un tel exposé, pourquoi j'continuais à zyeuter le whisky avec autant d'envie ? La sobriété c'tait affronter ses problèmes, pas seulement les subir en s'disant qu'façon on les a mérité. C'est la solution d'facilité et bordel qu'c'est tentant !

-Si je paye assez, je peux m'effondrer sur le comptoir, c'est sympa à savoir; vive la conscience professionnelle.

Je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire de façade. J'devais bien avouer qu'il marquait un point, là. J'voyais bien à ses yeux vitreux qu'son foie tirait déjà la gueule, j'aurais en effet pu le dégager mais au lieu d'ça j'agissais comme un connard profitant d'la faiblesse et de l'addiction d'un homme. Malgré l'fait que je me sentais légèrement coupable, j'pris l'parti de lui donner raison.

- Nan pour l'comptoir ça va pas être possible, mais sur la banquette au fond, ouais y a moyen de négocier, dis-je en pointant mon doigt dans la direction en question avant d'encaisser l'argent, t'sais j'voudrais pas qu'les clients au foie sain soient rebutés en t'voyant...Donc nan, je n'ai aucune conscience professionnelle, mais au fond j'crois pas que ça soit pour te déplaire, si ? Et même si j'essayais de te virer à coup de pompe, tu trouverais l'moyen d'me supplier d'te servir.

Toute ressemblance avec des événements ou personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

J'ignorais sa remarque sur l'fait que nous ayons pas élevé les cochons ensemble, et sa capacité à s'croire suffisamment impressionnant ou au moins crédible en me le disant. En vrai, là j'souriais vraiment, pure sincérité. Sans déconner, l'mec s'tait un gamin, genre. Mais il se laissait pas démonter, fallait lui reconnaître une certaine assurance. Non pas qu'c'tait quelque chose d'incroyable, surtout vu l'contexte, mais en même temps, normalement on se faisait plutôt petit quand on cherchait à avoir c'qu'on voulait. En tout cas, j'pouvais me tromper, mais le bonhomme avait un coté sans concession qui sans doute devait lui poser quelques problèmes. Moi à sa place, j'aurais plutôt tenter la fourberie. Se mettre bien avec un barman ça apportait toujours des avantages, mais l'gus n'avait pas trop compris l'principe. Perso', ça m'faisait plus rire qu'autre chose. J'trouvais ça presque remarquable ! Malgré tout, je me retins de le montrer outre mesure et continuais dans l'ton paternaliste légèrement hypocrite qu'il paraissait ne pas du tout apprécier. Ouais, c'tait en rendant les gens fous qu'on parvenait à mieux les cerner.

- Au fond, j'préfère t'avoir à l'œil là plutôt que t'savoir dehors par ce temps, l'choc thermique ça pardonne pas et vu l'quartier, t'pourrais être sûr qu'on viendra t'faire les poches plutôt que t'tendre la main. La preuve en est, regarde c'que j'vais ouvrir pour toi.

Je pris la bouteille qui m'faisait les yeux doux depuis mon arrivée. C'tait jouer avec le feu, j'en étais pleinement conscient, mais avec elle j'verrais jusqu'à quel point l'type s'tait embourbé.

- Un sublime et subtile whisky tourbé, le fameux KNOCKANDO 21 ans d'âge Master Reserve, autant dire du très très lourd, déclarai-je sur un ton cérémonieux.

J'lui servis un verre et observai sa réaction, la moindre excitation de la pupille au plus petit tremblement. Rien qu'à la façon dont il boirait ce nectar, j'saurais....D'mon coté, j'faisais sans doute face à la plus difficile épreuve depuis la fin d'ma cure. Au fond, j'nous mettais tous deux à l'épreuve.      



(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 203
○ double-compte(s) : Rodin & Seth & Emrys
○ crédits : ironshy
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   Mar 19 Sep - 3:50

Il aurait dû s'arrêter là. Il aurait dû s'arrêter depuis longtemps. Il n'aurait pas dû venir. Plus il restait là, pire c'était, il n'y réfléchissait même plus ; enchaînant les verres comme pour effacer la culpabilité qui grossissait à mesure qu'il les enfilait. Un putain de cercle vicieux … Gray essaya de se secouer un peu, se tirer maintenant avant qu'il ne finisse encore dans une cellule de dégrisement ou effectivement sur une banquette miteuse au fond d'un bar. Il avait un endroit où rentrer, mais plus il y pensait, moins il en avait envie ; faire chier son beau-frère était un jeu, mais il savait qu'il le laisserait encore moins tranquille ensuite ; autant dire qu'il ne serait pas gagnant à la longue … Puis merde, tout ce qu'il voulait lui, c'était rentrer chez lui, avec ses gosses, pas crécher chez un coincé.

Pourquoi est-ce qu'il avait commencé à taper la conversation à ce type ; il était censé être tranquille, pas se prendre la tête ; et pour le coup c'était plus que raté. S'il n'avait pas bu autant, il se serait certainement tiré, histoire de trouver un endroit où le barman ne le ferait pas chier à ce point. Rebuter en le voyant ? à ça y avait pas à dire, il savait parler à ses clients … Pourtant, la pique avait fait son effet, il se fichait de ce que les inconnus penseraient de lui et si ça pouvait éviter à ce gars-là de gagner des pourboires tant mieux, mais ça voulait simplement dire que sans s'en rendre compte, il était déjà allé bien trop loin. Mais certainement pas au point de le supplier ; pas tant qu'il n'aurait la certitude que c'était le seul endroit où s'abreuver du coin  et ça il n'y croyait pas une seule minute. Sans compter qu'il était plus du genre à supplier avec les moins, ce qui au fond n'était pas moins pathétique, juste plus stupide.

« Je l'attends le premier qui voudra me faire les poches, il risque d'y perdre des doigts » Grogna t'il entre ses dents. Vu son agacement croissant, Gray espérait presque croiser un crétin du genre, ça aurait au moins le mérite de l'apaiser un peu. Quant au froid, vu la quantité d'alcool qu'il venait d'ingurgiter, pas sûr qu'il s'en rende compte avant de se taper un rhume demain. Le militaire ne rajouta rien se contentant de suivre des yeux le barman, il allait peut-être enfin se décider à le servir. Il leva les yeux malgré lui ; il était loin le temps où il buvait par plaisir, où il s'intéressait à la qualité ; franchement du moment que ça l'assommait un peu, tout était bon à prendre. Ce ne fut pas un constat très agréable pour lui. Raison de plus pour boire et oublier ces conneries. « C'est bon, c'est bon, sert moi ça, ça fera très bien l'affaire » Il n'allait tout de même pas le refuser, d'autant plus qu'à la base c'était bien lui qui avait demandé mieux.

« Et si c'est du si lourd, sert toi un verre aussi tant qu'à faire, histoire que je vérifie que tu m'empoisonnes pas » conclut-il avec un demi-sourire. En général, il préférait payer un verre à la serveuse sexy, mais ça semblait raté pour ce soir ; et puis ça semblait compliqué de boire avec quelqu'un d'autre à cet instant. Ça semblerait peut-être moins pitoyable, s'il n'était pas tout seul … « C'est pour moi » Et après il s'étonnait que l'argent disparaisse si facilement, il n'était qu'un con. Gray leva son verre en direction du barman, attendant qu'il se décide à se servir ; il n'allait tout de même se priver de se « nectar » juste pour le faire chier si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 797
○ double-compte(s) : Raven Silverwood - la folle qui voit les morts.
○ crédits : sign - Blue Walus (Gif(moi)+vava: moi
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   Dim 24 Sep - 6:49


Break the silence
Gray & Hunter



- Je l'attends le premier qui voudra me faire les poches, il risque d'y perdre des doigts.

Pour le coup, je n'en doutais pas une seule seconde. J'ignorais bien des choses sur l'homme qui me faisait face, mais j'étais convaincu qu'il n'était pas du genre à se laisser emmerdé. Sa carrure démontrait une certaine assiduité dans la musculation. Pas de gonflette pour faire style, c'tait du vrai muscle qui avait servi. Habituellement, je n'étais pas de ceux à détailler le client, j'répondais aux commande et encaissait les paiements avant d'passer à autre chose. Cela étant, quand le bonhomme était entré...J'crois bien que j'avais eu l'impression de me voir il y a quelques semaines en arrières. Et j'dois avouer qu'c'était assez déstabilisant. Et puis, je n'avais pas pu ignorer la gêne qu'il avait la jambe. Ouais, en tant que mec presque totalement invalide d'un bras, c'tait le genre de truc qui m'sautait aux yeux. Si j'tais entrain d'faire un transfert ? Nan, pas mon style. Néanmoins, il y avait quand même des choses que nous avions en commun et si dans d'autres temps j'l'aurais carrément pas relever, là ma sobriété m'faisait poser des questions...Enfin, disons que j'tais intrigué par l'bonhomme et c'tait bien l'une des rares fois où j'accordais un peu d'attention à l'un d'mes semblables. Mais manifestement, ça lui plaisait pas des masses; au fond j'comprenais assez.

- J'imagine, finis-je par rebondir, alors on dira qu'il vaut mieux pour eux qu'tu te retrouves dehors...D'ailleurs, les cellules du commico central sont pas top, ni même les keufs du coin. Crois-moi, si tu y atterris là bas, tu regrettera de pas avoir opté pour la banquette.

Mon ton c'tait adoucit et je contenais de toute mes forces pour ne pas jouer les curieux. J'savais très bien qu'c'tait chiant de parler quand on en avait pas envie. Si il existait des gens à l'alcool loquace, rien n'était plus emmerdant pour un alcoolique taiseux de devoir supporter en plus de son gramme des paroles auxquelles il voulait pas entendre. Mais au fond, si l'on se terrait dans le silence c'tait pas toujours parce qu'on voulait pas discuter, y avait un combat interne qui se livrait à l'intérieur du cerveau. Une partie de soi souhaitait qu'enfin on s'intéresse à la douleur lancinante qui nous forçait à demeurer prostré dans les bar nuit et jour. Et de l'autre, une pudeur maladive qui nous intimait d'la fermer parce qu'on avait besoin d'personne et qu'les vrais hommes s'en sortaient en serrant les dents; l'adversité ou la meilleure école de la vie. Les deux avaient des arguments convaincants, malheureusement. Autrement, cela aurait été beaucoup trop facile ! Une tempête de vents contraires, rien d'mieux pour foutre en l'air un homme.

- Et si c'est du si lourd, sert toi un verre aussi tant qu'à faire, histoire que je vérifie que tu m'empoisonnes pas. C'est pour moi !

Alors que mes lèvres dessinaient un sourire, celles-ci se figèrent d'un seul coup en un rictus tendu. En même temps, il fallait bien que cela arrive. J'savais comment ça fonctionnait l'job de barman. Les clients n'hésitaient pas à t'payer des verres et si les règles étaient assez strictes sur l'fait de les accepter tout en se servant une boisson non alcoolisée, jamais je ne les avais respectées. D'ailleurs, j'avais failli perdre ma place en l'faisant et pourtant j'tais toujours là, on avait confiance en moi et mes capacités à lutter contre mes démons. Mais en même temps...Un verre, sérieux ça allait tuer personne, hein. Pas vrai ?! Il fallait me faire confiance sur ce coup là. Alors pourquoi au moment où il m'avait dit ça mes mains s'étaient mises à trembler ? Bordel, de nous deux, j'tais sûrement celui qui en disait bien plus sur son état et j'appréciais pas trop trop le concept...Et zyeuter cette satanée bouteille ne risquait pas de m'aider à me calmer. Je m'étais mis tout seul dans c'pétrin, désormais il m'faudrait m'en sortir. Et sans doute, devrais-je à nouveau affronter mes passions, mais tant pis. Si un verre m'foutait à terre, j'pouvais plus travailler ici.

Je pris une profonde respiration, sortis un verre et tâchant de dissimuler l'impatience de mon cerveau d'ancien alcoolique, j'me servis une grosse rasade de whisky. Si j'tais conscient de la merde dans laquelle j'me foutais ? J'voulais pas y penser. J'regardais le précieux nectar une seconde avant de l'engloutir d'une traite. J'réitérais l'opération trois fois...Sans déconner, ça me fit un bien fou ! Genre, comme si le soleil avait pris place dans mon estomac, dans mon corps tout entier. J'avais p'être trébuché sur le chemin de la sobriété, mais bon sang qu'ça faisait plaisir ! J'gardais la main agrippée au goulot de la bouteille, à croire que mon esprit avait peur d'la voir partir. Pris d'une certaine nonchalance rempli à nouveau mon verre et celui du client.

- Échange de bon procédé.

J'sortis un paquet de clope ainsi qu'un bol avec des cacahuètes que je posais sur l'zinc. Portai un stick bicolore à mes lèvres.

- Cigarette ?

A quoi je jouais ? En vrai, j'en avais pas la moindre idée. J'profitais du moment...P'être aurait-il fallu me mettre sous traitement médicamenteux pour m'empêcher d'enchainer les verres comme à l'époque de ma glorieuse descente en enfer. Tant pis !  

- Ouais, j'sais c'est interdit tout ça; mais c'pas comme si on allait déranger qui que ce soit.

J'allumais ma clope avant de me diriger vers la porte, retournai l'écriteau "ouvert" et revenais sourire béat derrière mon bar. Sans rire, les gars, c'tait comme naître une seconde fois !     



(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 203
○ double-compte(s) : Rodin & Seth & Emrys
○ crédits : ironshy
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   Mer 27 Sep - 4:11

L'ambiance sembla se calmer ; il se détendit légèrement, l'envie d'envoyer toute sa colère à la figure du barman pour une mauvaise phrase ou un regard de travers avait plus ou moins disparu. Le verre était semblèrent une tentative pour que tout le monde baisse les armes ; et vu l'expression du barman, Gray ne sut pas tout de suite si ce fut positif. Son esprit était confus, mais les différentes choses qui passèrent dans les yeux de l'homme en face lui, le perturbèrent bien plus ; comme s'il avait dû comprendre quelque chose, comme si finalement lui offrir un verre était tout sauf une bonne idée … Il baissa les yeux sur le sien, pourquoi s'en soucier ? Ce n'était qu'une petite chose, de plus, il ne le connaissait pas ce type, qu'il accepte ou non, ça n'était pas son problème. Ça lui coûterait moins cher s'il n'en voulait pas d'ailleurs. En le voyant finalement se servir, il se détendit à nouveau, sans savoir pourquoi il avait eu cette sale impression. La surprise remplaça bientôt tout le reste ; ok, il avait une sacrée descente. Un sourire se cala finalement sur ses lèvres, décidant que le barman était bien plus cool qu'il ne l'aurait cru au premier abord. Il descendit son verre à son tour, appréciant malgré ces aprioris précèdent ; oui, il avait bien raison, rien à voir, bien meilleur.

Le voir se remplir comme par magie maintint son sourire en place, cette soirée commençait bien à lui plaire ; l'avantage quand on ne boit plus tout seul, c'est que c'est bien plus facile de mettre ses mauvaises pensées en arrière fond, plus besoin de ruminer dans son coin pour le moment donc. Il acquiesça pour la cigarette, bonne idée ; encore une chose qu'il n'était pas prêt d'arrêter, il aurait fallu pourtant. « Merci » Ayant lui-même un briquet dans sa poche, il n'attendit pas celui du barman et tira avec plaisir sur celle-ci. Si le comportement du barman le surpris, ça ne le dérangea pas, après tout ce n'était pas lui, le propriétaire des lieux, il ne travaillait même pas ici, donc qu'il soit ouvert ou non, ce n'était pas son problème ; tant qu'il pouvait rester du moins. « C'est toi le patron » façon de parler. Gray tira à nouveau sur sa cigarette et souffla doucement. Il suivi la fumée des yeux, sa concentration commençant à être plutôt amoché. A ce rythme-là, il allait donner raison au barman, la banquette finirait par être la solution de secours ; et comme celui-ci l'avait si bien dit, celle du commissariat ne devait même pas lui arrivait à la cheville. Il ne connaissait pas celui du coin, mais ça ne devait pas changer de l'un à l'autre ; sans compter qu'il fallait souvent partager et lorsque l'alcool s'estompait, supporter les autres types bourrés, c'était un enfer.

Gray réalisa soudain ce qu'il avait dit plus tôt et leva la tête vers le barman. « Alors comme ça on connait les bons plans? Si peu confortable que ça le commissariat du coin ? » Il avait parlé en connaissance de cause, ça, le militaire en était certain ; un simple type du coin aurait pu se plaindre des flics,  mais pas comme ça ; ça sentait le vécu. Après, vu l'alcool ingurgité, il n'était pas prêt à devenir détective, peut-être se trompait-il simplement. « J'aurais pourtant cru que les flics ici, était du genre à éviter les ennuis » En bon americain, Gray s'était mis en tête que le Canada était un pays un peu simplet, et que les villes du coin étaient plutôt paumés ; ce qui donnait des flics plutôt lâche, à tourner la tête plutôt qu'à arrêter les gens des coins. « Ça parait plutôt peinard pourtant » Pour le peu qu'il avait vu en tout cas. « Sinon, moi c'est Gray » ajouta-t-il finalement, calant sa cigarette entre ses lèvres pour tendre sa main en direction du barman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Break The Silence [Hunter ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Break The Silence [Hunter ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» xX Soul Hunter Xx
» Nouvelles images de Monster Hunter 3rd
» Monster Hunter Tri à la Japan Expo 2010.
» Monster Hunter sur mobile!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district :: bars et restaurants-