AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Revenir en haut Aller en bas



 
n'oubliez pas que les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en juin 2017. l'été arrive en ville, sortez la crème solaire
la maintenance aura lieu lundi le 26 février en soirée (heure québécoise) !

Partagez | .
 

 won't let go, (violet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 1543
double-compte(s) : eli, sylvia, ichabod, ismael.
crédits : avatar (c) hallows la parfaiiite. – signature (c) hozier.
MessageSujet: won't let go, (violet)   Lun 9 Oct - 23:59


won't let go
tj et violet / Feels like I'm falling, into a world I can't control. I hear it calling Down in my soul. Gripping my bones, It won't let go. Feels like I'm frozen, Nowhere to run. – RUELLE.

Ça n’y avait rien fait. Il avait eu beau essayer de se cacher, essayer de se faire le plus discret possible et de se faire oublier, ça n’avait tout simplement pas fonctionné. Pas capable de glisser entre les pattes des chasseurs pour disparaître au nez et à leur barbe. Pas lorsque les chasseurs sont des monstres, et que les monstres entendaient son cœur battre à plusieurs rues de là. Pas lorsque leur nez était capable de capter son odeur de bien plus loin qu’aucun humain ne le pourrait. Et, alors, l’habituel chasseur se retrouvait la proie. La proie qui courrait, la proie qui fuyait. La proie qui tentait désespérément de trouver un refuge avant de se faire tuer. La proie qui avait bien essayé de rentrer chez lui à temps, mais qui n’avait rien pu faire lorsqu’on lui avait barré la route de tous les côtés. La proie, qui avait soudainement une peur folle de crever. Une peur folle de payer, pour tout ce qu’elle avait fait.

TJ ne courait plus. Le coup l’avait cueilli dans l’estomac, par surprise, alors qu’il pensait tourner dans une ruelle pour se cacher. On l’avait attendu dans l’ombre, et il n’avait rien vu venir. Il n’avait pu que s’effondrer. Plié en deux, le souffle coupé. Le pied avait suivi le poing, s’écrasant dans son visage au lieu de viser l’abdomen. Il était tombé à la renverse, le goût du sang envahissant brutalement sa bouche. Métallique, pâteux. Lui donnant envie de vomir — à la fois de dégoût et de peur. Il n’avait même pas tenté de venir essuyer l’hémoglobine qui coulait le long de son menton, tâtonnant dans sa veste à la recherche de sa deuxième arme. Il avait vu son agresseur s’emparer de la première, tombée lorsqu’il avait accusé les coups. Et désormais, il ne lui restait plus grand-chose pour se défendre. Il le savait : son revolver ne lui était d’aucune utilité. Seule son couteau aurait pu le débarrasser de ses poursuivants. Mais il en avait été désarmé — et désormais, il n’y avait plus que les balles qui allaient pouvoir ralentir ses attaquants.

Il leva le petit revolver vers la créature qui s’approchait. Par-dessus son épaule, il aperçut les deux autres, qui les avaient finalement rattrapés. Il entendit un léger ricanement. Mais s’ils parlaient, le chasseur était bien incapable d’entendre ce qu’il disait. Rendu sourd par la peur — peur de mourir, peur de finir vidé de son sang au fond de cette ruelle crasseuse. Pire que cela, même ; peur d’être transformé en guise de vengeance, et de devoir vivre le reste de sa misérable existence dans la peau d’un de ces monstres qu’il abhorrait tant.

Alors, quand son agresseur s’approcha de lui, il tira. Simplement, sans y penser davantage. La balle en pleine cœur pour le faire reculer. La balle qui dérange le vampire plus que ne le blesse — la balle qui le fait rigoler. Mais alors qu’il s’apprête à se pencher pour faire payer au blondinet son geste, son attention semble attirée plus loin. Et comme ses compères avant lui, il tourne la tête. TJ, lui, n’essaie même pas de savoir ce qui les a distraits. N’essaie même pas de savoir ce qui a pu le sauver. TJ, il enfonce encore une nouvelle fois la gâchette. La balle vient se loger dans la tête de la créature, aussitôt suivi d’une troisième, puis d’une quatrième. Il ne fait plus attention aux comparses qui se tenaient derrière la sangsue, quelques secondes auparavant encore. Et il s’apprête à tirer la cinquième et dernière munition logée dans le barillet. Son doigt sur la gâchette, son cœur s’emballant de terreur à l’idée d’être ensuite désarmé.

(c) blue walrus

_________________

When I was a child I'd sit for hours Staring into open flames. Something in it had a power that Could barely tear my eyes away. All you have is your fire. »»

keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

won't let go, (violet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district-