Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 ≡ mission d'halloween : amityville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 809
double-compte(s) : riley, lenny, slade, rain, arabella, bazyl, silas.
crédits : avatar par blue comet. signature par hallows.
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Mar 27 Fév - 8:53

Heureusement, la voiture s'arrêta. Blair se dépêcha de franchir la distance qui la séparait de la voiture et de son conducteur, espérant que ça pourrait être un moyen de sortir de là. Mais son coeur sembla tomber dans sa poitrine lorsqu'elle entendit les toussotements du moteur, et finalement les tentatives du conducteur de redémarrer - tentatives qui n'eurent aucun succès. Non, non, non. Elle n'y comprenait rien. Qu'est-ce qui pouvait provoquer toutes ces choses ? Ouvrir et fermer des portes, projeter des gens en l'air, arrêter des voitures. C'était loin d'être normal et elle n'était pas certaine de vouloir savoir ce qui se passait. Ça dépassait tout rationalisation possible - et dans sa panique, Blair était incapable de réfléchir. Il fallait se concentrer, et comme son partenaire d'infortune l'avait si bien dit, trouver un moyen de partir. Elle s'approcha du type qui était sorti, un grand blond qui lui disait vraiment quelque chose. « Hey ! » lança-t'il d'une voix agressive. Il ne semblait vraiment pas content. « Il s'passe quoi, ici, hein ? C'est quoi ce bordel ? » Blair le reconnut finalement alors que ses traits semblèrent se détendre un peu - c'était le gars de la fourrière, où elle allait passer un peu de temps parfois. « C'était pas censé être la soirée du siècle ici ? Ils sont où tous les autres ? » Blair ouvrit la bouche, mais la peur et la panique semblaient l'empêcher de trouver les bons mots pour expliquer la situation. Comment, après tout ? Comment expliquer ce qui s'était passé, ce qui était encore en train de se passer ? Comment expliquer qu'ils ne pouvaient visiblement pas partir d'ici en un morceau, et que maintenant, lui aussi était dans le pétrin ?

« A l'intérieur surtout » dit finalement le brun à ses côtés, et Blair fut reconnaissante qu'il prenne les devants. Elle inspira profondément, tentant de calmer sa respiration. « La soirée du siècle, elle a mal tournée et si vous voulez pas vous retrouver à faire des vols planés, vous devriez vous casser, tant pis pour votre voiture. » Blair acquiesça d'une manière fébrile. « C'est le chaos, on comprend rien à c'qui s'passe. On était coincés à l'intérieur avec les autres, et puis la porte s'est ouverte, et on a pu sortir avant qu'elle se referme... Et puis là, les gens essaient de s'enfuir mais ils se font juste... » Elle hésita. « Projeter en l'air » termina-t'elle à mi-voix, comme incertaine de ce qu'elle avait même vu. « On devrait quand même essayer de se tirer à pieds » dit le brun, et Blair acquiesça. C'était sans doute la meilleure idée, en autant qu'ils ne subissent pas le même sort que les autres. « Donc à part si vous avez quoi que ce soit dans votre sac, pour tuer des êtres invisibles, c'est demi-tour toute. » Blair jeta un regard éberlué au brun, des êtres invisibles ? Tuer ? « Hein ?! » s'exclama-t'elle, la voix tremblante de panique et d'incompréhension. Cette soirée était complètement ridicule, à croire que ce n'était qu'une mauvaise blague et qu'une équipe de cinéma sortirait des arbres autour de la maison à tout moment.

« Ceux qui ont essayé de partir ont terminés la tête fracassée contre un arbre - peu importe comment ça a bien pu arriver. Moi j'ai pas très envie de finir à l'hôpital avec une commotion, et vous ? » Sa voix était un peu plus aigüe qu'à l'habitude, et elle essaya de se concentrer pour trouver des solutions. « Il faut comprendre si on veut s'en sortir » dit-elle à mi-voix. La perspective l'effrayait - qui sait ce qu'elle allait trouver en cherchant ? « Y'a quelque chose qui se passe, et ce n'est pas juste dans la maison, c'est... tout le terrain. Comme si on était pas censé être là. » Elle savait que c'était ridicule, qu'elle avait probablement trop vu de films d'horreur, mais voilà. Autant jouer le jeu. « Mais pourquoi ne pas nous laisser partir si on est pas censé être là ? » Elle y comprenait rien. Ses yeux passaient du brun au blond, espérant que l'un d'eux aurait la réponse, pour qu'ils puissent partir d'ici le plus vite possible.

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 1747
double-compte(s) : eli, sylvia, ichabod, ismael, janek, leonard, fiona.
crédits : avatar (c) babine. – signature (c) bastille.
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Ven 13 Avr - 22:11

Vouloir intervenir était une connerie. Mais fallait croire que c'était un abonnement qu'il avait pris il y a bien longtemps. Avant même ses premières chasses, avant même d'être capable de comprendre l'ampleur de ce monde. Les conneries étaient une seconde nature. Passé pro dans l'art de les faire, et champion olympique jamais médaillé pour les dire. Jamais il n'avait pensé que venir ici aurait pu en être une autre. Tout ce qu'il voulait, malgré la mauvaise humeur, c'était les aider. Le truc, c'est qu'il était bien incapable de le leur montrer.

Alors il s'énerve. Crache des mots secs — et on lui répond de la même manière. Il devrait admettre qu'il l'a mérité, mais c'est pas son genre. Tout ce qu'il voit, c'est que ce gamin gifle sa fierté, en plus d'avoir l'air de sortir tout juste de l'école primaire. Va chier. Et il s'apprête à lui répondre, s'apprête à lui gueuler je sais me démerder, merci, quand il se fait couper dans son élan par la rouquine. Décidément toujours là pour intervenir au mauvais moment. Décidément toujours là pour parler, aussi — même si de toute évidence elle n'avait pas la moindre idée de ce à quoi elle avait à faire ici. Il sent son hésitation quand elle parle de se faire projeter en l'air, et il lève les yeux au ciel. En plus d'être heureuse, elle était visiblement vierge du surnaturel et de ce qu'il pourrait lui faire. Quelle veine. « On devrait quand même essayer de se tirer à pieds. » Le petit reprend la parole, et ça l'irrite plus que ça ne devrait. Il essaie de se retenir de tourner les talons, sachant qu'il ne risquerait que de se faire agresser par les esprits apparemment déjà échauffés. Respire, TJ. Respire. « Donc à part si vous avez quoi que ce soit dans votre sac, pour tuer des êtres invisibles, c'est demi-tour toute. » Cette fois, c'en est trop. Ce n'est même pas le petit en lui-même — il ne le connaît pas, c'est la première fois qu'il le voit, et il devrait savoir qu'on ne juge pas les gens comme ça. Mais ça n'y fait rien. Tout ce qu'il entend, c'est le ton sarcastique. Et si c'est comme ça qu'on remercie un bon samaritain venu aider, et bien il pouvait bien aller chier. « Ils sont déjà morts, Einstein. » Pas de pitié dans le feulement, et pas plus dans le regard noir qu'il lui sert. « Mais ouais, j'ai c'qu'il faut pour les arrêter, bien sûr que j'ai c'qu'il faut putain. C'est quoi le problème, hein ? T'es pas encore assez avancé dans la puberté pour que ta mère se décide à t'expliquer qu'il faut toujours sortir protégé ? » C'est déplacé, c'est ridicule. C'est profondément immature, et une petite voix au fond de lui le sait. Mais il s'en fout. Il est de mauvaise humeur, et comme d'ordinaire ça déteint sur les autres. Et les autres, c'est le gamin. La gamine aussi, si elle daigne ouvrir encore la bouche.

Et comme de fait, voilà qu'elle s'y met. Il a balancé son sac au sol, l'a ouvert et a commencé à fouiller, pendant qu'elle s'est mise à parler. À lui expliquer ce qu'il n'avait absolument pas besoin de savoir, et ce dont il se moquait. Elle comprend visiblement rien à la situation, et il n'est pas là pour l'asseoir, la prendre entre quatre yeux et lui expliquer. Il est là pour faire en sorte qu'elle s'en tire, et en vie si possible. Elle, comme le merdeux d'à côté. Même si celui-ci, il est bien tenté de le laisser se tirer à pied si ça le chante. « Mais pourquoi ne pas nous laisser partir si on est pas censé être là ? » « Parce qu'ils aiment jouer avec la nourriture avant de la manger. » 10/10 pour la rassurer, bravo TJ. « Fallait pas vous jeter dans leur assiette si vous vouliez pas vous faire bouffer. » Une seconde, il suspend son geste. Réalise l'incongruité de son jeu de mot, grogne et secoue la tête. « Enfin façon de parler, ils s'en foutent de vous manger, ils mangent plus de toute façon, ils sont morts. » Il s'emporte, raconte n'importe quoi, essaie d'aligner ses pensées en même temps qu'il charge les balles du shotgun qu'il a sorti de son sac. « Fait chier. » Il grommelle plus pour lui que pour les petits. Taper la causette c'est vraiment pas son truc, et il a l'impression de perdre un temps précieux. Concentre-toi, TJ.

« Elle a raison. » qu'il sort finalement. Pointant la rouquine du doigt sans aucun respect. « Si on essaie de s'en aller ils vont nous dézinguer. » Il a baissé le doigt, il est retourné à son sac. Et il jette un regard au gamin au passage, plus sarcastique que jamais. À mon tour de te prendre pour un con. « Mais si tu veux rentrer à pieds, vas-y, hein, j'te retiens pas. » Il a sorti un deuxième shotgun du sac, le tient dans sa main. Sait qu'il faut faire vite, que s'il s'éternise à bavarder les esprits vont les trouver et venir les cueillir. Pour le moment, ils sont sûrement occupés à martyriser les autres fêtards toujours coincés. « Moi pendant ce temps-là j'vais voir si j'peux pas régler le problème une bonne fois pour toutes. » Un regard pour le deuxième fusil, puis un regard pour les deux petits. Et quelques mots, aussi exaspérés que pressés. « Je suppose qu'aucun de vous deux ne sait tirer ? » Conscient, malgré tout, que le petit brun pourrait dire oui histoire de prendre l'arme et de pouvoir lui tirer dessus dès qu'il aurait le dos tourné. Mais après tout, ce serait mérité.

(c) blue walrus

_________________

Band-aids don't fix bullet holes. You say sorry just for show. You live like that, you live with ghosts. »»

keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 533
double-compte(s) : Rodin, Seth, Rory
crédits : havana
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Mar 17 Avr - 6:17

Entre l'intérieur et l'extérieur, il n'y avait finalement pas de grosse différence. Parce qu'apparemment se tirer, même à pied, c'était proscrit, mais attendre ici sans rien faire aussi au fond ... Il n'aimait vraiment pas cette situation. Et ce type là, ne servait pas à grand chose pour l'instant sinon avoir l'air agacé, et franchement Emrys se serait bien gardé ce rôle. Et son putain de téléphone qui ne marchait pas, dire qu'il avait le numéro parfait pour les sortir de là, parce qu'il s'attendait pas à ce que ce nouveau venu là, sorte un arsenal de sa voiture, pas plus que la jeune femme à côté de lui se mette soudain à combattre les fantômes à coup de pied. Fallait pas déconner la vie c'était pas un conte de fée, quand les choses allaient mal à ce point, la chance c'était pas la solution. Emrys grimaça en l'entendant répliquer, il avait beau être pessimiste, il n'avait pas envie d'imaginer qui que ce soit mort pour l'instant, mais le ton de ce dernier lui permettait au moins de maintenir son propre agacement et c'était une très bonne défense contre la peur.

Le reste de ses paroles l'énerva profondément et en même temps, plutôt que de lui répondre, il resta un instant sans voix. Il avait vraiment ce qu'il fallait ? Ses yeux parcourent rapidement l'homme devant lui, retenant plutôt cette information que les conneries qu'il pouvait bien sortir. Ok, comme quoi même dans le pire, y avait peut-être du bon. Sa concentration passa sur la jeune femme, mais comprendre quoi bordel ? Si le type là avait de quoi s'en occuper qu'il s'en occupe, il n'était pas là pour écouter ce que ces putains de fantôme avaient à dire. «Vous avez raison, dès qu'on va une fête, c'est dans l'optique de se faire bouffer par des fantômes, vous en avez beaucoup comme ça où vous allez commencer à montrer que vous êtes utile ? » répliqua t'il, finalement. S'il était bien un chasseur, c'était vraiment leur jour de chance, après franchement, il n'aurait pas été contre un type plus sympa ... Même si ça n'avait pas tant d'importance pour l'instant, s'il était compétent, c'était déjà ça ...

« Non c'est bon, je me dis que si vous êtes aussi compétent que vous êtes désagréable, on devrait peut-être s'en tirer. Même si faudra m'expliquer comment des balles vont pouvoir faire quoi que ce soit contre des fantômes » Non, parce que bon, il était légèrement rassuré, parce que si c'était pas un chasseur comme Oren, qu'est ce qu'il foutait avec ce genre d'arme sur lui ? Après, comme il l'avait si bien dit, ils étaient morts donc leur tirer dessus ne semblait pas être la meilleure solution. Emrys secoua la tête, un moins sûr de lui pour le coup, parce qu'il aurait voulu répondre positivement, mais non, c'était bien quelque chose qu'il n'avait jamais appris. Il jeta un oeil à la jeune femme, avec un peu de chance elle oui ...histoire qu'il paraisse encore plus inutile tiens. « Vous n'avez pas plutôt du sel qu'on se mette à l'abri ? Parce que ça peut durer indéfiniment si ? » Il ne savait pas tirer et le seul avantage qu'il avait, c'était de plus ou moins savoir où était les fantômes, merde, ça aurait été bien plus utile s'il avait vraiment pu les voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 809
double-compte(s) : riley, lenny, slade, rain, arabella, bazyl, silas.
crédits : avatar par blue comet. signature par hallows.
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Jeu 3 Mai - 22:56

Ça se crache au visage, ça s‘insulte comme à la récréation. Deux gamins qui essaient de se montrer qui a la plus grosse, sauf que ça n‘a vraiment pas sa place, mais alors vraiment pas dans la situation. Blair a juste envie de leur gueuler que c‘est pas le moment, qu‘ils auront qu‘a régler leurs comptes une fois tout ça réglé et classé, mais la peur lui bloque la gorge et elle reste juste muette devant les insultes échangées. C‘est vraiment pas le moment, les gars. Mais le blond a l‘air particulièrement de mauvaise humeur - une habitude chez lui, d‘après la maigre expérience de Blair à son sujet - et le brun a décidé de ne pas se laisser marcher dessus. Les éclairs qui fusent dans les regards, et Blair parvient finalement à refocuser la conversation sur ce qu‘elle considère l‘essentiel. Comprendre ce qui se passe, pour trouver une solution à tout ce bordel pour que tout le monde puisse rentrer chez eux. Une partie de son cerveau refuse de se mettre à y réfléchir, pourtant, comme par peur de ce que la logique va trouver. Et y‘a toujours cette partie de Blair qui attend les caméras, attend les grands sourires de producteurs de télévision pour leur dire que c‘était une blague, que tout ça n‘est qu‘un coup monté et que les larmes versées par les blessées ne sont que du jeu d‘acteur. Mais les minutes passent et la panique reste. « Parce qu‘ils aiment jouer avec la nourriture avant de la manger. » Blair s‘arrête de respirer le temps de regarder le blond, les yeux grands comme des soucoupes. « Pardon ?! » Elle n‘ose pas trop croire ce qu‘elle a entendu, ça ne peut être qu‘une blague pourrie de la part d‘un gars qui, clairement, n‘a pas le sens de l‘humour très développé. Cependant il continue, et Blair se perd dans les mots qui s‘échappent de sa bouche. Ils sont morts. Elle secoue la tête, ferme les yeux, essaie de continuer de respirer calmement. Ça se peut pas. C‘est qu‘une mauvaise blague tout ça. Puis voilà que le brun se met à parler de fantômes, et Blair regarde les deux gars comme s‘ils étaient deux patients d‘asile, à croire qu‘ils savent quelque chose et qu‘elle n‘est pas au courant. Des délires qui lui échappent complètement, ils ne peuvent pas vraiment parler de fantômes, n‘est-ce pas ? N‘est-ce pas ?

« Elle a raison. » Les mots ramènent Blair à la réalité, les épaules basses, les yeux remplis de larmes. Et alors que le blond sort des armes de son sac, elle a un mouvement de recul, elle en tremble presque. Tout ça est un cauchemar. Juste un long et terrifiant cauchemar. Personne ne se trimbale avec ça dans son sac. Elle ne comprend plus rien, tout ça la dépasse complètement. « Je suppose qu‘aucun de vous deux ne sait tirer ? » Blair le regarde, les yeux ronds, et détourne le regard pour aller chercher du soutien chez le brun, pourvu qu’il soit de son côté, et qu’il se mette à rigoler en disant que c’est une bonne blague. « Non c’est bon, je me dis que si vous êtes aussi compétent que vous êtes désagréable, on devrait peut-être s’en tirer. Même si faudra m’expliquer comment des balles vont pouvoir faire quoi que ce soit contre des fantômes. » Faut croire que non. Encore ces histoires de fantômes. Blair secoue la tête, sèche les larmes au coin de ses yeux, inspire profondément et expire, tête tournée vers le ciel. Rester calme. Rester calme. Tout ça ne fait aucun sens. « Vous n’avez pas plutôt du sel qu’on se mette à l’abri ? Parce que ça peut durer indéfiniment si ? » Encore cette histoire de sel, Blair a envie de soupirer mais bon ça avait fonctionné un peu plus tôt alors autant ne pas trop poser de questions. Elle déglutit, se tourne vers le blond et tend le bras vers l’arme.

« Moi je sais tirer. » Sa voix tremble un peu, mais elle résignée à son incompréhension. Clairement ces deux-là ont l’air de savoir de quoi ils parlent, autant les laisser prendre le devant et arrêter d’essayer de comprendre. Clairement y’a rien à comprendre. « Je sais pas c’est quoi votre délire à parler de fantômes, et honnêtement je veux pas savoir. » Elle s’impatiente alors, Blair, et empoigne le fusil des mains au blond, le lui arrache et l’agrippe comme il se doit. Son oncle lui avait donné des leçons en Alaska, elle était allée à la chasse quelques fois avec lui. « Si tu sais comment nous sortir de là, j’te suis » dit-il finalement au blond, lèvre tremblante mais regard décidé. Je veux juste rentrer chez moi. Et alors elle se tourne vers le brun, le regard un peu plus calme. « Il a raison - à l’intérieur y’avait cette fille et elle a mis du sel par terre, et il nous est rien arrivé. Peut-être qu’on devrait faire pareil ? » Ton incertain, épaules haussées. « Ce qui est sûr, c’est qu’il faut qu’on reste ensemble. Y’a que comme ça qu’on va s’en sortir. » Après tout le brun était devenu son allier dans toute cette histoire, elle n’avait pas envie qu’il parte de son côté et elle du sien. Puis malgré la mauvaise humeur du blond, il avait l’air en possession de ses moyens et elle préférait rester de son côté aussi.

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 1747
double-compte(s) : eli, sylvia, ichabod, ismael, janek, leonard, fiona.
crédits : avatar (c) babine. – signature (c) bastille.
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Dim 17 Juin - 22:25

C'est un merdeux, ce gamin. Il garde son insolence bien en bouche, et il ne se gêne pas pour rendre à l'irlandais la méchanceté qu'il lui balance depuis qu'il est arrivé. Il le mérite, ça ne fait aucun doute. Mais ça l'irrite tout de même — et il ne se gêne pas pour le montrer. Les regards noirs qui s'enchaînent, et le venin qu'il force à rester sous sa langue, pour ne pas empirer la situation dans une dimension où personne n'y gagnerait quoi que ce soit. Et où les fantômes seraient les seuls heureux de la discorde qui se serait semée entre les derniers survivants de leur petit jeu. « Non c’est bon, je me dis que si vous êtes aussi compétent que vous êtes désagréable, on devrait peut-être s’en tirer. Même si faudra m’expliquer comment des balles vont pouvoir faire quoi que ce soit contre des fantômes. » Il a envie de lui coller sa main dans la tronche, mais il se retient. Encore saisi du peu de professionnalisme qu'il lui reste, et motivé par ce qu'il connaît. Il grommelle, se met à fouiller dans son sac, pendant que l'autre continue. « Vous n’avez pas plutôt du sel qu’on se mette à l’abri ? Parce que ça peut durer indéfiniment si ? » Trouvant finalement ce qu'il cherchait, il empoigne une munition dans la boîte au fond de son sac, et la lève un peu pour la montrer clairement au gamin. « Cartouche de sel. Voilà. T'es content ? Tu lui tires ça dans la tronche, et ça va te donner un peu de temps. » Mais bien sûr, il ne sait pas tirer.

Y a que la rouquine à leurs côtés pour finalement se redresser et dire qu'elle sait. Il la dévisage un instant, mais n'a pas le temps de lui ricaner au nez qu'elle poursuit. « Je sais pas c’est quoi votre délire à parler de fantômes, et honnêtement je veux pas savoir. » Et ça lui confirme ce qu'il pensait : elle ne pige rien du tout à ce qui est en train de se passer. Elle ne laisse pas le temps à TJ de réagir, et elle empoigne le fusil qu'il tient encore. Ça le fait marmonner un peu dans sa barbe, alors qu'il lui tend des munitions et retourne chercher son deuxième fusil au fond de son sac. Au moins, l'ado boutonneux, lui, avait une petite idée de ce qui se tramait. « Si tu sais comment nous sortir de là, j’te suis. » « Je sais. Alors si tu vois quelque chose bouger, tu lui tires dessus. Tu te poses pas de questions. J'espère que t'as de bons réflexes. » Puis il se tourne vers l'autre gamin, se redressant avec un second fusil entre les mains. Remplissant ses poches de munitions, et chargeant rapidement l'arme. « Et toi, j'espère que t'as de bons yeux. Si tu vois quelque chose, tu pointes la bonne direction, pigé ? » Il commence à refermer le sac, fusil calé sous son pied, tandis que la bavarde reprend la parole — et qu'il soupire rien qu'à l'entendre babiller. « Il a raison - à l’intérieur y’avait cette fille et elle a mis du sel par terre, et il nous est rien arrivé. Peut-être qu’on devrait faire pareil ? Ce qui est sûr, c’est qu’il faut qu’on reste ensemble. Y’a que comme ça qu’on va s’en sortir. » Il a un ricanement léger, sans sourire pourtant. Et il se redresse, son fusil bien en main, jetant un pot en plastique rempli de sel au gamin — à défaut d'avoir un fusil à lui mettre entre les mains. « Si vous voulez vous tracer un cercle de sel et attendre tranquillement dedans, allez-y, pas de soucis. Moi, j'vais pas passer la nuit à jouer les baby-sitters. Si ces fils de pute sont sur le terrain, j'vais les trouver et j'vais les brûler. Faites ce que vous voulez. Mais si vous êtes partis pour gaspiller tout mon sel avec votre beau petit cercle, ayez au moins la décence d'y rester jusqu'à ce que j'aie terminé. » Il ronchonne. Balance son sac aux pieds du brun. Il n'allait pas s'en encombrer — et puisque l'autre ne savait visiblement pas comment se rendre utile, c'était sa chance pour prouver qu'il pouvait servir à quelque chose. « Mais si vous restez plantés là, vaudrait mieux me le dire maintenant, histoire que je prenne ce qu'il faut pour mon petit feu de joie. » Et, un peu plus loin, un cri attire son attention. Il serre sa poigne autour de son fusil. Sent ses muscles se contracter, et l'air se refroidir brusquement autour d'eux. Il est prêt. La forme apparaît derrière le gamin, et TJ n'hésite pas plus longtemps à lever son fusil et à tirer. Le sel qui ne passe pas loin du petit, et qui fait immédiatement disparaître l'esprit. Mais pas pour longtemps — et il le sait. On les a repérés. Il recharge à nouveau son fusil, les dents serrées, grommelant quelques insultes à voix basse et se moquant bien de la frayeur qu'il a pu faire à l'un ou à l'autre. Ses yeux qui sondent le terrain, et qui cherchent une quelconque anomalie. Un coin dense, à l'autre bout du jardin. Il laisse ses jambes commencer à le guider dans cette direction, portées par son instinct. Et crache à peine quelques mots aux deux gamins derrière lui. « Vous allez rester plantés là toute la nuit ou vous allez enfin vous décider à faire quelque chose pour m'aider ? »

(c) blue walrus

_________________

Band-aids don't fix bullet holes. You say sorry just for show. You live like that, you live with ghosts. »»

keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 533
double-compte(s) : Rodin, Seth, Rory
crédits : havana
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Dim 8 Juil - 5:33

Emrys ne savait pas tirer, et là tout de suite, il ne se sentait pas forcément coupable parce que de toutes manières, ça semblait complètement stupide de tirer sur un fantôme Ça allait juste passer à travers. Rester à espérer qu'il se plante et que monsieur le chasseur ait des balles spéciales, parce que sinon, ils étaient juste tombés sur un frimeur au mauvais caractère. Ses yeux se posèrent sur la jeune femme, la regardant un peu surpris, elle savait tirer elle ? C'était assez impressionnant. Quoi que jusque là, elle n'était pas non plus complètement affolé, pas au moins de lui envoyer des cris stridents dans les oreilles, c'était déjà ça. « Arrêtez de me prendre pour un con, j'ai pas décidé de me suicider avec vous en indiquant volontairement la mauvaise direction » répliqua t'il, vexé. Parce que merde, évidemment qu'il allait pointer la bonne direction, il était stupide ! Surtout qu'il les sentait plutôt bien ses fantômes là, leur agressivité était flagrante. Et l'idée d'attendre dans un cercle de sel lui paraissait plus sûr, mais il se voyait mal attendre ici tout seul, si suivre ce chasseur ça permettait de finir cette histoire et de pouvoir se casser enfin.

Et dire que Mica était encore à l'intérieur. Si elle était encore dans un cercle de sel, elle était sans doute à l'abri. Il l'espérait en tout cas. Emrys fronça les sourcils. Les brûler ? Brûler un fantôme ? Il avait vraiment de sacré lacune sur le sujet. Dire qu'il pensait s'y connaître. Sans faire le moindre effort pour ne pas ronchonner, il attrapa le sac, comptant bien se montrer un minimum utile, mais vu la manière dont il venait de lui balancer le truc, autant dire qu'il ne comptait pas s'empêcher de se plaindre et de lui lancer un regard noir. « J'espère que vous savez ce que vous faites » Commenta Emrys, avec l'air d'en douter. Qui sait, il allait peut-être enfin leur prouvé qu'il était un bon chasseur. L'avantage de sa mauvaise humeur, c'est que ça lui avait permis d'atténuer un peu la peur, ce qui n'était vraiment pas une mauvaise chose. « Il y en a un qui arrive » reprit t'il rapidement, trop proche de lui pour savoir où exactement. Et le chasseur l'avait aussi senti puisqu'il tira dessus. Bon apparemment tirer sur les fantômes, c'était efficace, c'était bon à savoir. Emrys grogna à nouveau et pris la suite du chasseur, jetant un rapide coup d'oeil à la jeune femme pour voir si elle se remettait de l'action récente, même si son oreille à lui, sonnait encore un peu.

« Et qu'est-ce qu'on cherche exactement, parce que je veux bien être utile, mais je tiens pas à jouer les cibles à nouveau » En posant la question, il réfléchi un peu, avant de trouver la réponse par lui même. Sur le terrain... les brûler Évidemment qu'il n'allait pas brûler les fantômes, mais les cadavres. « Il y a un coin bien plus fleuri de l'autre côté de la maison » reprit il, finalement. Ça lui avait paru étonnant vu que les nouveaux habitants n'avaient pas encore du s'occuper du jardin. Emrys ne chercha pas à le doubler, mais lui indiqua la direction, bien décidé de rester derrière lui. Il n'avait jamais été courageux et encore moins assez téméraire pour foncer tête baissé, il n'avait pas d'arme, et ne risquait pas de se mettre en première ligne. Ça ne l'empêcha pourtant pas de pointer vers la droite, parce qu'un nouvel esprit avait décidé de venir à leur rencontre, et sans doute pas pour leur faire un câlin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 809
double-compte(s) : riley, lenny, slade, rain, arabella, bazyl, silas.
crédits : avatar par blue comet. signature par hallows.
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   Ven 13 Juil - 21:28

Elle sait qu’elle est chiante, Blair, avec ses histoires de travail d’équipe et de coopération, mais c’est bien la seule chose à laquelle elle est capable de se raccrocher dans tout ce bordel. Elle comprend absolument rien à tout ce qui se passe, ça parle de fantômes, de cartouches de sel et elle a un fusil entre les mains - mais de toute façon, ça ne peut être qu’un cauchemar alors autant se lancer en plein dedans pour terminer tout ça et pouvoir rentrer chez elle. Poser la tête sur l’oreiller et se réveiller sans souvenir de tout ça. Elle avait trop bu ce soir, sans doute que y’avait quelque chose dans les petits gâteaux qu’elle avait avalé, c’était bien la seule explication à ce bordel. Le blond lui donne des indications sèches, quand tu vois quelque chose tu tires, et elle se tient bien la langue de lui dire que ça semble un peu intense son truc, mais bon elle a un peu l’impression que si elle dit quoi que ce soit d’autre il va finir par hurler, alors elle pince les lèvres et acquiesce juste. Le blond repart ensuite dans une tirade bien énervée, et la rouquine le laisse faire. Blair hausse les sourcils, et le regarde avec des grands yeux. Jette un bref regard en direction de son partenaire de guerre, l’air de dire - il est vraiment remonté celui-là, alors là. Mais le brun réplique juste, ces deux-là ne s’entendent clairement pas et Blair se sent franchement un peu seule. « J’espère que vous savez ce que vous faites. » Et Blair ne pouvait être que d’accord avec lui, acquiesçant brièvement en sa direction, mais bon il semblait vraiment prendre les choses en main et avoir les outils pour faire… Quoi que ce soit qu’il devait faire. « Il y en a un qui arrive. » Et avant que Blair n’ait pu se mettre à paniquer, le blond tire une fois. Le bruit est fracassant, et la rouquine retient à peine un cri étranglé. « Putain - merde ! » Elle n’a même pas eu le temps de voir ce qui se passe, à part qu’il y avait une silhouette là qui n’y est plus. Les grands yeux perdus, le blond se met en route pour traverser le terrain. « Vous allez rester plantés là tout la nuit ou vous allez enfin vous décider à faire quelque chose pour m’aider ? »

La rouquine s’élance à la suite, tandis que le brun indique une direction. « Il y a un coin bien plus fleuri de l’autre côté de la maison. » Blair lui jette un petit regard, ne comprend pas trop pourquoi ça peut vraiment leur être utile de comment les propriétaires s’occupent de leur jardin, mais bon. Le trio continue d’avancer, et son coeur bat frénétiquement dans sa poitrine. Et alors une silhouette grisâtre apparaît juste en face, d’absolument nulle part - le souffle de Blair se coince dans sa gorge. Y’avait vraiment quelque chose de louche dans ces gâteaux. Mais elle a bien entendu les instructions, elle soulève le fusil, vise et tire. La balle se perd dans l’air, et la silhouette se dissipe. Elle doit cligner des yeux plusieurs fois avant de réaliser ce qui s’est passé, sans comprendre. « Je l’ai eu ! Je l’ai eu ! » Elle ne peut pas s’empêcher de s’écrier ça, sans véritable joie ou nervosité. Et elle indique à ses compagnons de continuer d’avancer, le fusil bien en main. « Tu vois, j’vous ai dit que je savais tirer. C’est mon oncle qui m’a appris quand j’étais en Alaska, et - Oh. » Par nervosité, elle parle, beaucoup trop -  c’est vraiment pas le moment, Blair, mais elle s’en fiche, elle en a besoin. De toute façon, ils sont pas obligés de l’écouter ou de lui répondre. Mais ils arrivent au coin fleuri, et Blair s’arrête devant le petit jardin, qui semble en effet naître de nulle part. « C’est quoi le truc avec le jardin, au juste ? Y’a des fleurs magiques ou je sais pas quoi ? » Elle hausse les épaules, toujours aux aguets cependant. « Bah c’est vous qui parlez de fantômes depuis tout à l’heure, hein. J’essaie de suivre votre délire. » Respire, Blair. Tout ça c’est juste un rêve. Ou une grosse blague.

Juste un rêve.

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ≡ mission d'halloween : amityville.   

Revenir en haut Aller en bas
 

≡ mission d'halloween : amityville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Dromadaire Arabe / Dromadaire Africain / Dromadaire d’Halloween
» Mission Classique : Sus à Halloween [Toutes plateformes]
» [Software] Topic de discussion du jeu "Mission Von Nebula"
» [Blog] LEGO Actu 2011 : nouvelle mission, nouveaux gangsters !
» ====ORDRE DE MISSION=====

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: tall oak cree-