Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 take this to heart (pv Alrune)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 44
double-compte(s) : Aveline et Gene les paranormales et Simon le chasseur
crédits : fae (ava) | unknown (signa)
MessageSujet: take this to heart (pv Alrune)   Sam 9 Déc - 23:49


take this to heart
BéLIAL & ALRUNE


C’était une nuit tiède, de celles qui annoncent un été plus que chaleureux et probablement très sec. Cela dit, dans cette petite région du Canada, il était difficile de ne pas être victime de l’humidité qui régnait, implacable, tout au long de l’année. Entre les pluies régulières, les cours d’eau, les cascade et la forêt gigantesque qui ceignait Blackwater Falls, la ville serait à l’abri de la sécheresse pour les années à venir. Peut-être pas les siècles : Bélial pensait souvent qu’à se rythme, il n’aurait plus le temps de sortir de l’Enfer tant les humains aimaient à s’entretuer pour des prétextes fallacieux et des raisons absurdes. Cela dit, c’était un magnifique pied de nez à ce Dieu invisible qui voyait en eux sa plus belle création – fallait-il être idiot pour considérer l’humain comme l’être parfait. Même du temps où il en faisait encore partie, Bélial savait que l’humanité n’avait rien de merveilleux ni de sublime ; et plus les années passaient, plus il était facile de leur faire vendre père et mère et leur âme pour quelques pièces, quelques plaisirs ou quelques secondes de gloire.
Ceux qui finissaient par plonger tête la première dans les fosses de l’Enfer ne ressortaient pas tous démons : beaucoup y restaient piégés, condamnés à souffrir mille douleurs pour l’éternité jusqu’à un supposé jugement dernier marquant la fin de ce monde. Mais lorsque démon il y avait, c’était généralement le résultat d’une grande corruption ou bien d’un ressentiment si grand qu’il transcendait la mort elle-même ; cela dit, tous les démons en question n’étaient pas sensibles à la grande machine bien huilée qu’était le domaine de Lucifer. Certains avaient commencé à déserter, discrètement, se faisant passer pour mort ou bien se cachant comme ils le pouvaient de leurs congénères. Leurs ruses marchaient parfois, mais beaucoup d’entre eux avaient été retrouvés et étaient parti exactement là où ils ne voulaient plus jamais aller. Dernièrement, Bélial avait remarqué une recrudescence de ces fuyards, et il avait mis un point d’honneur à exécuter la tâche qu’on lui avait confié sans avoir besoin de le convaincre : les ramener à n’importe quel prix ou les achever une bonne fois pour toutes. Tâche difficile, mais pas impossible – surtout pas depuis qu’il avait retrouvé Asmodée et Alrune. S’il faisait confiance au premier au point de lui confier sa propre vie et celle de cette fille qu’il commençait tout juste à connaître, il était encore un peu méfiant avec la grande démone. Après tout, elle n’avait pas son statut depuis aussi longtemps que lui et l’Islandais, et il attendait encore quelques preuves pour être tout à fait serein avec elle.

C’était d’ailleurs pour cela qu’il l’avait mandée ce soir-là : pour venir avec lui chasser un renégat qu’il avait repéré quelques semaines plus tôt, attendant simplement le bon moment pour le faucher. Mais puisqu’à ses yeux, la jeune démone avait encore quelques tests à passer avant qu’il ne se décide à totalement la valider, elle la suivrait dans sa traque et peut-être qu’il lui laisserait même le privilège de renvoyer le déserteur droit vers les fosses infernales.
Adossé à un arbre à l’orée des bois, il avait troqué son élégant costume pour des vêtements moins chics mais plus résistants. On ne va pas à la chasse comme on va travailler, et s’il n’avait pu s’habillé de son armure de général, il avait trouvé autre chose pour ne pas tâcher ses chemises – il était plus coquet qu’il ne voulait bien l’admettre et il n’aurait plus manquer que du sang vienne salir ses vestes hors de prix.
Le regard fixé sur un point que lui seul pouvait voir, il ressassait beaucoup de choses : ce qu’il savait sur le démon, sa situation, et puis parfois, une pensée personnelle s’invitait dans sa réflexion, comme ce que représentait Elie et ce qu’il allait bien pouvoir faire d’elle sur le long terme.
Un bruit le sortit brutalement de ses pensées et il redressa la tête, épaules redressées, tous sens en alerte, son corps réagissant plus vite que son esprit, façonné par quinze siècles de guerre. Ce ne fut que lorsqu’il reconnut les cheveux blonds comme les blés et le beau visage d’Alrune qu’il se détendit. Au moins ses réflexes, eux, étaient toujours opérationnels – pas comme son cerveau qui avait tendance à un peu trop vagabonder à son goût depuis quelques semaines.

- Pile à l’heure. Heureux de voir que mon invitation ne t’a pas déboutée.

Il sourit tranquillement à la jeune démone. La soirée serait plus intéressante avec elle.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 656
double-compte(s) : -
crédits : Lux Renerna
MessageSujet: Re: take this to heart (pv Alrune)   Jeu 28 Déc - 20:34


bloody feelings
Bélial & Alrune





Il y aurait certainement pu y avoir une terrible tempête ou un vent de tous les dieux que je n’aurais de toute manière rien senti et il n’y avait absolument aucune chose qui aurait pu me retenir d’arriver à lui. Filant à travers les ruelles de Blackwater Falls j’en aurais oublié jusqu’à ma propre santé certainement, si ma santé avait eu une certaine importance de toute manière. 
Bélial. Il avait suffit qu’il appelle pour que j’accours. Pas trop vite toute de même, car il fallait habillement savoir se laisser désirer, mais je ne pouvais pas non plus retenir trop longtemps mon impatience à l’idée d’une invitation de sa part, quelle qu’en aurait été la raison. 
Après tout : quelles choses n’aurais je pas fait pour Bélial, pour qu’il m’apprécie, pour qu’il me considère ou qu’il me regarde seulement ? Dans l’immédiat, je n’imaginais pas de limite à ce dont j’étais capable. Alors pour la proposition d’une simple chasse, je ne voyais en aucun cas matière à refuser.

Le rendez vous avait été donné hors de la ville à l’orée de la forêt. J’avais rejoins les abords de l’endroit rapidement mais cette fois-ci, mes pas étaient moins légers que d’habitude lorsque j’allais rejoindre celui qui ne quittait jamais bien longtemps mes pensées. Je n’arrivais pas à me sortir l’histoire d’Asmodée de la tête : Bélial avait une fille et elle allait faire partie de son quotidien. Notre quotidien - par extension. Je ne pouvais pas m’y faire, principalement parce que je n’en avais pas envie. Et cela me dévorait de l’intérieur, ça polluait mon esprit et influençait mes réactions, ça brûlait mes lèvres et je savais que je ne pourrais pas tenir longtemps ainsi, qu’il me faudrait de l’air pour cesser d’étouffer, quand bien même je prenais très certainement le risque d’inspirer des cendres. 


Lorsque j’aperçus sa silhouette de loin, je pris une grande inspiration pour calmer les battements de mon cœur. Je ne pouvais pas me permettre de me présenter à lui avec le palpitant qui martelait ma poitrine dans un concert tonitruant de sentiments. 
Les derniers mètres qui nous séparaient passèrent en un éclair, compactés par mon excitation et mes efforts pour la calmer. Quand j’arrivai doucement à hauteur du brun, je le gratifiai seulement d’un sourire. Si ça avait été son frère ou n’importe qui d’autre de ma connaissance, il aurait eu le droit à un contact physique plus qu’appuyé de ma part. Mais face à Bélial je n’étais qu’une enfant timide et mes bonnes habitudes tactiles allait se perdre quelque part, très loin de moi. Quand j’étais en présence du Démon, c’était lui qui avait la main... jusqu’à ce que je sente que je pouvais prendre mon tour en tout cas. 

‹‹ Pile à l’heure. Heureux de voir que mon invitation ne t’a pas déboutée. ››

Évidemment. Je m’étais déjà difficilement appliquée à ne pas venir avec un quart d’heure d’avance alors à l’heure était le mieux que je pouvais faire. 

‹‹ Tu sais que tes propositions sont toujours trop tentantes. ››

Dit presque sur le ton du reproche mais avec un doux sourire pour en masquer le goût. 
Combien de fois nous étions nous retrouvé dans un même lit ? J’en avais perdu le compte. Et pourtant à chaque début de rencontre avec le Démon de la Colère j’avais l’impression de repartir à zéro, de devoir faire mes preuves encore une fois, de le faire retomber dans mes filets pour finalement n’avoir le droit qu’à une courte étreinte qui finirait bientôt par n’être qu’un souvenir et je reperdrais alors à nouveau tout ce que j’avais durement acquis. J’en souffrais et pourtant je n’aurais échangé ma douleur contre rien au monde car rien ne valait les moments où j’étais enfin dans ses bras... Définitivement, mieux valait qu’il ne sache rien de toute cette guimauve amoureuse qui embourbait mes pensées. 

‹‹ Quelle est la cible ? ››

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 44
double-compte(s) : Aveline et Gene les paranormales et Simon le chasseur
crédits : fae (ava) | unknown (signa)
MessageSujet: Re: take this to heart (pv Alrune)   Dim 21 Jan - 23:09


take this to heart
BéLIAL & ALRUNE


Alrune n'était pas démone depuis très longtemps lorsqu'on comparait son âge à celui d'Asmodée ou de Bélial. Les vieux démons avaient pourtant accepté de prendre la toute jeune femme tombée dans les fosses infernales sous leur aile noire - avec plus de réticence de la part de l'ancien général qui avait dû se laisser convaincre par son frère ; mais, petit à petit, il avait bien voulu accepter qu'elle était plus capable qu'elle n'en avait l'air. Elle n'était peut-être pas à la hauteur des attentes colossales du grand guerrier mais elle avait su se montrer assez débrouillarde, intelligente et prête à tout pour qu'il revienne sur son jugement. Mais si Asmodée avait été une évidence, Alrune mettait beaucoup plus de temps à trouver une place de choix dans sa vie. Peut-être était-ce à cause de ses deux siècles d'existence à peine, peut-être était-ce parce qu'il préférait être sûr de lui avant d'accorder sa confiance à quelqu'un d'autre. Son rang et sa mission ne lui laissaient que très peu de place pour l'erreur, et il ne supportait pas l'échec ; alors, il s'assurait simplement que la jeune succube ne le poignarde pas dans le dos pour des rêves de grandeur, même s'il la savait plus amourachée de lui que désireuse de lui trancher la gorge lors des nuits qu'ils passaient ensemble. Et si son frère l'avait maintes fois rassuré à ce sujet, il prendrait le temps nécessaire pour en être sûr lui-même. Tant pis pour les sentiments de la dame.
Dame qui fut parfaitement ponctuelle, chose que le général apprécia ; il ne supportait pas que tout ne se déroule pas selon ses prévisions et ses attentes. La faute, sans doute, à l'éducation militaire qui avait rythmé aussi bien sa vie humaine que son existence démoniaque. La faute, aussi, à des tâches difficiles et parfois périlleuses qui exigeaient un déroulement impeccable sous peine de lourdes conséquences. Mais la petite chasse qui l'attendait ce soir ne serait pas dangereuse ; tout au plus serait-il agacé si le renégat traqué opposait plus de résistance que prévu.
Bélial plongea son regard noir dans celui d'Alrune. Etait-ce une remarque déguisée qu'elle venait de lui faire là ?

- Si cela te dérange, je t'en ferai moins.

Il se doutait qu'elle répondrait par la négative, qu'elle ne sacrifierait pas leurs moments passés à deux ; c'était un avantage considérable pour lui, malgré le regard encore critique qu'il portait sur la démone.
D'un discret geste de tête, il l'invita à le suivre le long d'un petit chemin presque invisible qui s'enfonçait dans la forêt. Peu importe les loups-garous, les fantômes et même les wendigo qu'ils croiseraient sur leur route : aucun ne serait une menace.
Ecartant les branches d'une main, ses yeux sombres scrutant le sous-bois face à eux, il laissa à Alrune le soin de le rattraper et de marcher à côté de lui. D'une voix calme et basse sans pour autant être un chuchotement, il lui décrit le fuyard qu'ils allaient traquer ce soir.

- Un déserteur. Anavhim, connu ici sous le nom de Thomas Glenn. Toi qui sait t'introduire partout, tu as surement dû le voir au vernissage de la galerie d'art : un petit homme effacé, brun et portant des lunettes presque trop grosses pour lui.

Il ne pouvait s'empêcher d'admirer la dévotion du démon à parfaire son déguisement : lui qui en Enfer avait un minimum de prestance s'était contraint à une banalité telle que quiconque l'aurait croisé aurait tôt fait de confondre son visage avec celui des millions d'autres hommes lui ressemblant comme deux gouttes d'eau. C'était pourtant son amour de la peinture qui l'avait trahi : à trop s'exposer à chaque vernissage, il avait fini par attirer l'attention du général Barsamain. Peut-être l'avait-il senti, puisqu'il s'était retranché dans la gigantesque forêt entourant Blackwater Falls. Dommage pour lui, sa course s'arrêterait ce soir.

- S'il n'est pas possible de le renvoyer d'où nous venons, il faudra le supprimer.

Il était hors de question qu'un échec lui soit imputé ; et puisqu'il savait déjà qu'il serait impossible de le convaincre de revenir par lui-même, alors il ne lui laisserait pas le choix : il le ferait chuter de force, ou bien il lui transpercerait le coeur et s'assurerait que son âme disparaisse - où, il n'en savait rien. Mais ce ne serait certainement pas en Enfer.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 656
double-compte(s) : -
crédits : Lux Renerna
MessageSujet: Re: take this to heart (pv Alrune)   Sam 3 Fév - 22:22


bloody feelings
Bélial & Alrune




Empêcher mon cœur de battre plus vite, décrocher mes yeux qui courraient sur le moindre de ses détail, décrivait la moindre des courbes de son visage, aurait été comme essayer d'empêcher la pluie de tomber. Je me sentais comme dans ma première jeunesse, le cœur au bord des lèvres il n'y avait que mon corps qui avait appris à ne plus trembler avec le temps. Je me souvenais de mes premiers amours, mon premier grand amour... des premières horreurs aussi qui m'avaient justement fait connaître Bélial. Un démon terrible qui avait exaucé mes vœux avec la même malice diabolique que l'aurait fait un djinn. Je n'étais pas immédiatement tombée sous le charme du grand brun, il m'avait fallut du temps pour soigner mes blessures puis pour le revoir encore et encore à travers les années avant de trouver un manque dans ma vie, une vieille rengaine qui dans une douloureuse nostalgie venait serrer mon cœur. Et moi qui depuis des décennies voguait d'une aventure à une autre, il me semblait à nouveau entrevoir la possibilité d'une vie à deux. Pourquoi était-ce tombé sur lui ? Je n'en avais aucune idée et je n'avais de toute façon pas chercher à le savoir. L'alchimie entre les personnes était une des choses que je portais au rang de la plus grande importance dans ma vie et la magie qui entourait cette entente n'était pas moins précieuse. Ou bien était-ce une malédiction ?

‹‹ Si cela te dérange, je t'en ferai moins. ››

A sa remarque sur le fait que ses propositions pourraient me déranger, je lançai à Bélial un regard un poil condescendant sans davantage lui répondre. Il était évident que je ne voulais pas que ses invitations ne cessent et tout aussi évident qu’il s’en était rendu compte. Je n'étais pas dupe, il ne l'était sûrement pas non plus. Comment aurait-il pu rater les regards que je ne retenais même pas ? Mais qu'il sache réellement ou non n'avait pas d'importance pour le moment, à l'instant c'était notre cible commune qui importait.

‹‹ Un déserteur. Anavhim, connu ici sous le nom de Thomas Glenn. Toi qui sait t'introduire partout, tu as surement dû le voir au vernissage de la galerie d'art : un petit homme effacé, brun et portant des lunettes presque trop grosses pour lui. S'il n'est pas possible de le renvoyer d'où nous venons, il faudra le supprimer. ››

Ajustant mon rythme au sien, je suivais Bélial à travers le sous bois avec la vague impression d’être le petit Chaperon Rouge éperdue du grand méchant loup, tout en écoutant attentivement la description qu'il me faisait de notre victime à venir. Au vue de mes fonctions autant en tant qu’assistante du maire que de coéquipière d’Asmodée, je me devais d’en connaître un maximum sur toutes les personnes dont les pas avaient un jour foulé le sol de Blackwater Falls. Ce n’était pas la tâche la plus simple qu’il m’avait été donné d’accomplir mais je m’appliquais pourtant à la mener à bien. Aussi le nom des Thomas Glenn sonna à mes oreilles comme une connaissance et sa description fini d’éclairer son portrait. Un homme à l’allure peu engageante, manquant cruellement de charisme et de prestance. Pas quelqu’un qui allait manquer à BWF en tout cas. 

‹‹  Un air de souris prise au piège en permanence sur le visage, oui je vois.  ››

Je dis en acquiesçant doucement.

‹‹   Tu connais son pouvoir ?  ››

Pour éviter d’être pris au dépourvu. Pour pouvoir contrer les attaques avant même qu’elles ne surviennent. 
Mon seul espoir était que cette promenade soit de courte durée. Que je n’ai pas le temps de réfléchir davantage, de laisser s’échapper le sujet qu’il fallait à tout point éviter. Qu’il fallait même oublier et ne jamais sortir de sous le tapis. Mais ça me déchirait, ça rendait mon cœur lourd et j’avais l’impression que ça ralentissait mes pas. Moi qui d’habitude me déplaçait avec l’agilité d’un félin, il me semblait être maladroite, trébuchante.

‹‹  Bélial... ››

Déjà je regrettais. Il allait falloir que je trouve autre chose. Quelque chose de pas trop stupide à dire de préférence. Mais il était trop tard, les paroles étaient au bord de mes lèvres alors que nous continuions à avancer à travers les bois. Ca sentait le roussi et je croyais déjà pouvoir dire que les flammes de l'enfer me léchaient déjà la peau.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: take this to heart (pv Alrune)   

Revenir en haut Aller en bas
 

take this to heart (pv Alrune)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 2011 - Heart burn (tenue uniquement)
» [Fan-Fiction] BIONICLE: Dive to the Heart
» Bérénice (My Tell-Tale Heart) débarque chez Cérès
» Lonely Heart et Pru de la Convention Tonner 2008
» LAST CHRISTMAS, I GAVE YOU MY HEART

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest-