Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 the beautiful and damned, (ismael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— administratrice —
messages : 579
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, janek, leonard, sarwan.
crédits : avatar (c) hallows de mon coeur. — signature (c) ed sheeran, pinterest.
MessageSujet: the beautiful and damned, (ismael)   Sam 10 Fév - 22:06

ismael asaf drake
Bury your doubts and fall asleep, Find out I was just a bad dream
○ âge › vingt-huit ans. il ne les fait pas, il le sait. on lui demande souvent s'il prend une potion quelconque pour conserver sa jeunesse. ce qu'on oublie, c'est qu'il avait déjà l'air vieux lorsqu'il était adolescent. on le pensait alors plus âgé qu'il ne l'était. et on dirait qu'il n'a simplement pas changé, depuis la fin de sa scolarité. le temps ne fait que le rattraper petit à petit — et depuis quelques années, s'inverser, sans qu'il ne puisse se l'expliquer. ○ date et lieu de naissance › il est né un vingt-deux mars, dans la ville de springfield, dans l'illinois (usa). ○ profession › sa vocation, ça n'a jamais été un secret. il a grandi dans les pattes d'un jazzman, et sa virtuosité a fait en sorte qu'il a toujours voulu — et espéré — pouvoir vivre de la même chose un jour. il a réussi, et il est aujourd'hui trompettiste, pianiste, ainsi qu'à l'occasion contrebassiste et chanteur. il touche à tout, joue bien de tout. le genre de gars qui a l'oreille impeccable, et qu'on aime avoir à ses côtés quand un type annonce qu'il ne pourra finalement pas participer. ça ne paie pas beaucoup, néanmoins. être musicien, c'est un rêve qu'il a réalisé, c'est une part de lui qui a toujours existé, mais il est parfois obligé d'arrondir les coins en proposant ses services à droite et à gauche. barman, serveur, cuisinier, il est capable de toucher à tout, et ne se prive pas pour le faire. il participe également à des combats illégaux, à l'occasion. il a un peu plus d'agressivité à évacuer qu'il ne le souhaiterait, et c'est le meilleur moyen qu'il a trouvé. ○ situation amoureuse › célibataire aux quelques conquêtes d'un soir, il a pourtant toujours en tête un doux visage que les années ne parviennent pas à lui faire oublier. ○ orientation sexuelle › bisexuel, il n'en rougit pas. il a néanmoins une assez nette préférence pour les femmes, qui n'est en rien aidée par le fait qu'il a fréquenté pendant près de huit ans la même, et qu'il la considère aujourd'hui encore comme la seule qu'il ait aimée. ○ situation financière › précaire, depuis toujours. c'est pour ça que maman avait quitté papa — parce qu'être musicien à droite et à gauche, ça ne payait pas assez pour élever les gamins. mais le gamin s'est engouffré dans le même chemin, trop passionné pour faire autrement. il se serre la ceinture quand ça ne paie pas assez, et il s'adapte. il a toujours travaillé à côté, ou presque. il prend ce qu'il trouve. offre ses services. il est bon, polyvalent, charmant et passe-partout. et même si l'argent ne rentre pas à flots, il ne s'en plaint pas, et se satisfait amplement de ce qu'il a. ○ don et niveau  › gamin, il s'est découvert un don de télékinésie. il a rapidement compris que s'il ne le maîtrisait pas, les choses pourraient très vite dégénérer. alors il s'est appliqué à entraîner cette force paranormale qu'il avait en lui. il l'a poussée dans tous ses retranchements, a appris à la plier et l'adapter. il en possède aujourd'hui une maîtrise de niveau 5 dont il n'a que peu conscience. tout ce qu'il sait, c'est qu'il n'a plus de problèmes avec ça depuis longtemps. tout ce qu'il sait, c'est qu'il peut faire des choses aussi minimes qu'effrayantes, et que tout est toujours sous contrôle. ○ groupe › bad company. ça fait un peu plus de deux ans et demi maintenant qu'un loup-garou l'a pris pour cible, et qu'il a hérité de la foutue malédiction qui s'en accompagnait. ○ avatar › david prat. ○ crédit › avatar, magma.
calme, en contrôle, déterminé, intelligent, cultivé, pragmatique, lucide, franc, juste, protecteur, vindicatif, appliqué, charismatique, rassurant, attentif, observateur, à l'écoute, borné, rigoureux, résilient, créatif, adaptable, cynique, indépendant, patient, prudent, rationnel.
○ quelle est ta position par rapport au surnaturel ? › le surnaturel, il le côtoie depuis suffisamment longtemps pour y être habitué. pourtant, il n'a jamais cherché à aller plus loin que ce qu'il lui tombait sous le nez. il a découvert tout ça à cause de son don — une télékinésie dont seul son père était au courant, et qu'il lui a fallu apprendre à maîtriser. il a su ce jour-là que certaines personnes avaient des capacités qui sortaient de l'ordinaire. futé, il a compris qu'il n'était pas le seul, mais il n'a pas pour autant cherché à rencontrer des gens à la situation similaire. il a pris le fait pour acquis, il l'a mis dans son sac, et il le traîne avec lui depuis. devenir loup-garou, ça n'a pas été bien différent, à tout bien y penser. il s'est fait mordre et il lui a fallu s'habituer à sa nature. maintenant qu'il a conscience que les créatures existent, il s'attend à tout. plus rien ne le surprend, hormis la douleur de ses propres transformations, et les black-outs qui résultent de ces nuits de sang. la seule différence, c'est qu'il n'avait jamais pensé au surnaturel avec dégoût auparavant. et qu'il a réalisé, désormais, que les choses qui peuplaient ce monde caché n'étaient pas toutes des plus agréables à côtoyer. il a réalisé que les monstres existaient, et il ne sait plus tout à fait dans quelle catégorie les ranger. dans quelle catégorie se ranger.
[un] À première vue, Ismael, il ressemble à un gamin des rues. C'est d'ailleurs un peu ce qu'il est, à tout bien y penser. Un gamin dont la vie s'est effondrée alors qu'il n'était encore qu'en pleine puberté, et qui a bien eu plus de mal à se relever qu'il ne l'a jamais montré. Un gamin qui s'est pris d'une étrange affection pour les vieux bars et les ruelles sombres de cette ville dans laquelle il a été forcé de déménager. Pourtant, le gamin a grandi. Et s'il est resté proche des rues et adepte invétéré de tous ces vieux bars où il se produit aujourd'hui, ça n'a pas vraiment de rapport avec ses apparences. Il empile les couches de vêtements, ne réfléchit pas vraiment à la manière dont il s'habille. Il porte très bien la chemise et le costard, tenue qu'il porte souvent pour jouer ; pourtant, il ne sera pas rare de le voir avec des jeans et des t-shirts troués — des vieilles Converses et des vestes rapiécées. Il se fond dans le décor, partout où il va. Et il n'y a que sur les scènes de tous ces petits bars que la lumière arrive à le faire ressortir des ombres, et à lui donner un autre visage. Un autre jour, que la misère ambiante dans laquelle il a fini de grandir et dans laquelle il a continué de vivre ne parvient pas à lui donner. Haut en couleur, mais parsemé de taches d'ombre impossibles à effacer. Des taches qui font partie de sa personnalité.

[deux] Ismael, il voit le monde tout en nuances. Il a conscience du bien, il a conscience du mal — mais il a surtout conscience de la zone de gris logée juste entre les deux. Pour lui, l'humanité vit dans cet perpétuel état d'entre-deux, et inscrit chacune de ses actions dans la zone blanche ou la zone noire qui l'entoure. Pour lui, les gens ne sont ni bons ni mauvais ; ils sont, c'est tout. Cette mentalité, il l'a acquise avec les années — mais tout particulièrement lorsque son père est décédé et, plus tard, lorsqu'il a été attaqué. Il ne juge pas trop vite, et n'arrête jamais un opinion de manière inaltérable. Les choses peuvent changer, et il le sait. La stabilité n'existe pas, pas plus que le Bien ou le Mal absolus. Il laisse des secondes chances, laisse le temps faire son oeuvre. Et si rien n'évolue, alors, tant pis.

[trois] Il a toujours eu un petit côté plus sombre, que très peu de gens ont eu l'occasion de côtoyer. Une certaine nervosité, une violence créée par l'environnement délicat dans lequel il a grandi pendant les quinze premières années de sa vie. Avec les années et la pratique de son don, il n'a cependant pas eu d'autre choix que de calmer cet aspect sa personnalité. Le gamin à fleur de peau et potentiellement violent a cédé la place à un homme responsable et en contrôle. Y en a qui disent que c'est à cause de la quantité de livres qu'il a lus étant gamin — d'autres disent que la vie et l'âge se sont chargés de le faire rentrer dans les clous. Mais lui, il le sait : sans son don, il ne serait pas là où il est aujourd'hui. Sans la maturité qu'un tel pouvoir a nécessité pour être apprivoisé puis contrôlé, rien n'aurait sûrement changer. Sa conscience claire l'a aidé à rapidement maîtriser les dégâts qu'il pouvait faire, mais il lui a fallu changer et se poser pour être capable d'atteindre le niveau de maîtrise qu'il en a aujourd'hui. La mort de son père a aidé, et son envoi loin de son ancienne vie aussi. Il a pris un nouveau départ, qui lui a évité les travers que sa vie passée auraient pu alimenter. Cette colère à l'égard de ce monde qui lui avait pris son père et arraché sa mère aurait pu le conduire à bien mal tourner — et ça, il le sait. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme la plupart de ses proches de l'époque le prédisaient. Le gamin qui en voulait à la terre entière a retourné cette haine contre lui-même, avant d'apprendre à la contrôler. Et s'il est aujourd'hui quelqu'un de calme et posé, parfaitement en contrôle de ses mots comme de ses gestes, il ne faut pourtant pas gratter avec trop d'insistance la carapace que les années ont créée. La violence n'est pas très loin — d'autant plus maintenant que le loup sommeille en lui. Et il n'a jamais vraiment eu de problème à se servir de ses poings.

[quatre] Quand il est arrivé à Blackwater Falls, il aurait pu mal tourner. L'univers dans lequel il avait grandi était instable, la mort de son père l'avait déchiré, et la séparation avec sa soeur l'avait laissé vulnérable. C'est le mari de sa marraine, Joe, qui a trouvé la solution. Il lui a mis des gants aux mains, et il l'a fait frapper contre des sacs de sable, des heures durant. Extérioriser ce qui lui noircissait le coeur, et faire en sorte que sa vie à côté puisse avoir la stabilité nécessaire à lui permettre de se relever. Ça a fonctionné. À l'occasion, ça lui est arrivé de se mêler à des combats illégaux. Joe le savait, et c'est même lui qui lui a dégoté les premiers auxquels il a participé. C'était le deal, quand s'entraîner n'était plus suffisant. J'te mêle à ça, mais on fait seulement ce que je t'offre. Tu veux pas t'enfoncer trop loin, gamin. Crois-moi. Tu veux pas. J'te mêle à ça, mais tu m'promets de continuer à travailler sur ton don. Et si ton comportement n'est pas assez exemplaire en-dehors de tout ça, tes combats tomberont à l'eau. Pigé ? Pigé, Joe. Et Joe a tenu parole. Joe l'a encadré. Joe ne lui a jamais fait toucher d'argent sur les combats. C'était une entente commune, afin d'éviter qu'Ismael n'intègre cette activité comme un moyen de se remplir les poches. Et aujourd'hui encore, lorsqu'il participe, il ne garde pas l'argent qu'il touche. Ou du moins, il essaie de le limiter. Par respect pour la mémoire du vieux Joe.

[cinq] La musique l'a toujours aidé. Il a commencé la trompette et le piano quand il était encore trop petit — la faute à son père, qui les jouait sur des petites scènes de St. Louis, puis de New York. Le gamin a toujours eu une oreille musicale presque absolue, à la grande fierté de son paternel. Et s'il ne s'en préoccupait pas nécessairement lorsqu'il était petit, ça a changé en grandissant. Il sait que c'est ce qui lui a permis de recommencer sa vie, malgré les années durant lesquelles il avait cessé de pratiquer — il sait que sa virtuosité, son père ne l'avait pas inventée pour lui faire plaisir. Il ne s'en vante pas spécialement, mais il n'a pas eu de problème à la prouver et à la mettre de l'avant pour se décrocher du boulot. Sa maîtrise de plusieurs instruments et sa voix juste parlent pour elles-mêmes, et on l'a accueilli pour ce qu'il était, et pour le talent qu'il avait. Il y a dix ans, maintenant, qu'il s'est à nouveau ouvert à la musique. Dix ans qu'il s'y est réfugié sans trop compter, comme son père l'avait fait bien avant lui. Dix ans qu'il a mis fin à son deuil du jazz, provoqué par la perte trop douloureuse de son géniteur. Aujourd'hui, il joue à droite et à gauche. Il est bon ; ça se sait, ça s'entend — et ce n'est pas bien dur de le reconnaître.

[six] Ça fait treize ans, maintenant, qu'il est orphelin. Presque moitié de sa vie s'est écoulée dans la bienveillance parentale pour le guider. Sa mère, il ne s'en souvient pas très bien. Tout ce qu'il sait, c'est que son père l'aimait. Qu'elle l'aimait aussi, mais qu'elle avait choisi de le quitter pour arrêter de vivre dans cette vie précaire qu'il leur offrait. Qu'elle a emmené ses trois enfants, et qu'elle a fait en sorte de leur offrir la vie qu'ils méritaient. Il ne se souvient pas tout à fait de comment elle est morte, mais son père lui a toujours dit que ça n'avait pas d'importance. Qu'il fallait se rappeler des gens de leur vivant, et non lors de leurs derniers instants. Alors il sait ce qu'on lui a dit. Il sait qu'elle a été renversée par une voiture en rentrant un soir. Qu'on ne l'a pas retrouvée à temps. Son père en a été très lourdement affecté, mais n'a pas sombré. Il s'est efforcé de garder la tête droite, pour s'occuper des trois gamins qui restaient désormais à son entière charge. Et il en a pris soin avec plus de bienveillance et de bonté qu'aucun père n'aurait jamais pu le faire. Jusqu'à ce qu'il se fasse tuer, à son tour. Une nuit de pleine lune, alors qu'il rentrait d'un petit concert de jazz qu'il avait donné dans un bar de New York. Il assista à une agression, intervint sans trop y penser, et se fit poignarder. Après la perte de son père, Ismael s'est renfermé. La séparation avec sa soeur lui a pesé — son frère, il l'a juste laissé filer. Malgré tout, il s'est efforcé de continuer d'avancer, s'est appliqué à essayer de rendre fiers les deux fantômes de son passé. Et il n'est pas un jour qui ne passe sans qu'il ne pense à eux. Pas un jour sans que ces deux modèles ne lui manquent. C'est la raison pour laquelle il s'est reconstruit une autre famille, auprès de celle de sa marraine. La raison pour laquelle il a couru après sa soeur, quand il a eu besoin d'une attache pour ne pas sombrer. La raison pour laquelle il a toujours tout fait pour protéger ceux qu'il aimait.

[sept] Les Drake, ç'a toujours été une étrange fratrie. Y a le plus vieux, Mason. Jamais été proche des autres, jamais apprécié papa et jamais encaissé la mort de maman. Il a grandi à reculons, défiant tout le monde du regard chaque fois qu'on l'intimait de rentrer dans les clous pour mieux avancer. Ça n'a jamais fonctionné, et quand papa est mort Mason était sur le point de devenir majeur. Il a été envoyé chez son parrain pour le mois qu'il restait, et a foutu le camp immédiatement après. Il n'a jamais recontacté Ismael ou Leora. Les deux autres gamins — les deux qui avaient hérité de la fibre artistique de papa et de maman. Mason, c'est le reclus, le mis à l'écart. Parce que Leora, elle n'avait qu'un an de plus qu'Ismael. Et qu'Ismael, il avait le caractère qu'il fallait pour apaiser celui de sa soeur. Alors ils ont été proches avant même d'être en âge de comprendre le lien qui les unissait. Y avait rien pour les séparer, les premières années. Et quand Ismael a découvert qu'il pouvait déplacer les objets autour de lui, il a fait en sorte qu'elle ne l'apprenne jamais. C'était pour la protéger. C'était sa première erreur, peut-être. Mais Leora, elle n'aurait pas compris — et ça, même à cet âge-là, il le sentait. Quand papa est mort, le déchirement a été bien plus important entre eux qu'avec Mason. Ils ont pété les plombs, chacun à leur manière. Aussi fut-ce naturel pour Ismael de la retrouver lorsque la vie qu'il s'était reconstruit a fini par s'effondrer. Fallait pas lui partager sa vraie nature — fallait pas lui dire ce qui était arrivée. Mais Leora ne demanderait rien, et il le savait. Pas tout de suite. Et quand le moment est arrivé, il a fui. Trop peur de la réaction qu'elle aurait face aux secrets qu'il avait gardés toutes ces années. Trop peur de devoir affronter la tempête qu'il a toujours su contenir, lorsqu'elle était dirigée contre un autre. Pourtant, malgré la peur et les séparations, malgré la distance physique et parfois psychologique qui les unit, Ismael il tuerait pour sa soeur. Drôle de mot, quand on sait ce qu'il est désormais capable de faire. Drôle de mot, mais sincère dans sa loyauté. Pour elle, il tuerait. Pour elle, il crèverait. Deux facettes d'une même pièce, qu'on a de tout temps essayé de décoller.

[huit] Il était jeune, lorsqu'il a découvert son don. Trop jeune pour être capable de mentir à son père, trop jeune pour être capable de protester lorsque celui-ci lui a dit de ne surtout pas en parler à ses aînés. Il a appris à se cacher, appris à se contrôler. Il ne fallait pas se montrer — et Ismael, il s'est appliqué à ne jamais se montrer. Ça lui a flanqué des migraines de retenir les objets de voler autour de lui lorsque la colère l'irradiait. Ça l'a fait souffrir, plus qu'il n'aurait pu l'imaginer le jour où son père lui a dit qu'il l'aiderait à se maîtriser. Mais aujourd'hui, il admet que le jeu en valait la chandelle. Le contrôle qu'il a de son pouvoir est impeccable, et jamais celui-ci ne survient dans des moments où Ismael ne l'a pas désiré. La puissance qu'il arrive à en retirer est parfois impressionnante, et bouger les corps d'êtres vivants ne lui pose plus de soucis. C'est ce qui lui a sauvé la vie, il y a un peu plus de deux ans. Et rien que pour cela, il se félicite d'avoir réussi à dégager un tel potentiel de ce qui lui avait paru, depuis toujours, être un genre de malédiction.

[neuf] Pourtant, la malédiction, il n'en savait encore rien. Elle est venue plus tard. Bien plus tard. Lorsqu'il pensait que rien ne pourrait plus l'atteindre, et que la peur d'être rattrapé par la réalité avait foutu le camp de ses pensées. C'était une douce ignorance, douce innocence. Elle n'a pas duré. Sa tête a cogné le sol. Les griffes ont labouré sa chair, et avant qu'il n'ait pu rassembler ses esprits pour se défendre, la mâchoire a laissé son empreinte dans le creux de son bras. Comme celui-ci était brisé, il a pu se cacher de la blessure fatale pendant assez longtemps pour quitter sa vie et se retrancher. Car l'addition s'est vite faite dans sa tête, et ses maigres connaissances du surnaturel ont été suffisantes pour lui permettre de comprendre pourquoi ses plaies guérissaient plus vite que la moyenne. Pourquoi il se sentait mal. Pourquoi quelque chose avait changé. Sa nature de loup-garou, il a encore du mal à s'y faire. Ça fait plus de deux ans, pourtant. Il sait qu'il a de la chance d'être encore en vie — mais ignore qu'on a décidé de le laisser ainsi. Il a rencontré son créateur sans jamais avoir accès à l'envers du décor. Sans jamais savoir que c'est la vengeance qui a porté son joug sur lui. Sans jamais savoir que les yeux qu'il a aimés pendant tant d'années avaient failli lui coûter la vie. Pour le moment, tout cela lui est bien égal. Disparaître les nuits de pleine lune, disparaître pour ne pas blesser, pour ne pas tuer, lui est plus important que n'importe quelle vérité. Et se contrôler, toutes les autres nuits, est devenu un mal plus grand que les mensonges et les secrets.

[dix] L'amour, il l'a rencontré plus jeune qu'il ne l'aurait jamais pensé. Sur le coup, il s'est dit que ce n'était qu'une histoire d'adolescents. Une romance amicale, qui finirait par s'étioler et qui s'éteindrait comme tant d'autres l'avaient fait avant elle. Mais ça ne s'est pas produit. Rain, il l'a aimée un peu plus chaque jour, dès l'instant où il a pu commencer à l'embrasser. Et même maintenant, même alors qu'ils ne sont plus ensemble, il ne l'a jamais oubliée. Il n'arrive pas à tourner la page, et il a bien compris qu'il n'y arriverait jamais. Que les autres ne veulent rien dire. Que s'appliquer depuis deux ans et demi maintenant à la remplacer, ne serait-ce que pour une nuit, n'a jamais vraiment porté ses fruits. Rain, il l'a aimée comme il ne pensait jamais aimer. Ce genre de choses, ça n'existait que dans les contes de fées. Et peut-être que leur relation aussi. Peut-être que c'était ce qui faisait qu'elle n'était pas faite pour durer. Peut-être que c'est la raison pour laquelle il s'en mord les doigts, aujourd'hui encore. Pour avoir cru que, tout ça, c'était destiné à survivre aux intempéries. Que ce qu'ils avaient, lui et elle, elle et lui, c'était plus fort que tout ce qu'il leur arriverait. Il s'est trompé. Il le regrette. L'amour des contes de fées n'existe pas dans la réalité. La réalité ne laisse qu'un goût salé de larmes sur le bout de la langue, et que de l'amertume contre le palais. La réalité, elle ne fait pas de cadeaux. Elle n'en a jamais fait. Et il se sent bien idiot, désormais, d'avoir cru un jour qu'il pourrait en être autrement pour ce qu'il ressentait. Pour ce qu'ils avaient.

[en vrac] Il lit beaucoup, et a une préférence marquée pour les livres d'histoire et de philosophie. La fiction ne l'intéresse que dans une moyenne mesure. •• Il a d'ailleurs fait un an d'études de philosophie avant d'abandonner. Ça coûtait trop cher, et sa vie était à l'époque bien trop compliquée. •• S'il joue beaucoup de musique, il n'en écoute pourtant pas nécessairement. Ainsi, il ne ressent pas le besoin d'avoir de la musique dans les oreilles lorsqu'il se promène dans la rue, et ne porte que rarement d'écouteurs. Il a un iPod dont il ne se sert que peu, préférant poser un vinyle sur un vieux tourne-disque pour en savourer le grain sonore. •• La trompette qu'il possède est celle de son père, qu'il a héritée à sa mort et qu'il n'a jamais abandonnée depuis. Le seul véritable legs qu'il ait de lui — ça, et son talent pour en jouer. •• Il cuisine un peu. Suffisamment pour pouvoir se faire embaucher comme cuisinier lorsqu'il lui faut un petit boulot pour payer le loyer — pas assez pour avoir l'énergie de se faire trois repas par jour lorsqu'il est seul. •• Il a le sommeil plutôt léger. Il a toujours fait beaucoup de cauchemars, et la mort de sa mère a changé l'approche qu'il avait de ses mauvais rêves. Il s'est barricadé dans la crainte d'être un poids, et a tenté de gérer seul les nuits agitées qu'il pouvait avoir. Gamin qui a grandi trop vite, et qui a hérité d'un sommeil particulièrement sensible à tous les éléments l'environnant. Lorsqu'il dort avec quelqu'un, le moindre geste trop important le réveille. Inutile d'essayer de quitter la chambre sans qu'il ne s'en rende compte. •• Il n'est pas très branché sur les réseaux sociaux, et ne possède un téléphone que pour téléphoner — et envoyer des textos, tout au plus. •• Il possède un chat, prénommé Mosiah et âgé d'une dizaine d'années, ainsi qu'un chiot adopté il y a quelques mois, qu'il a baptisé Chet — en l'honneur de Chet Baker. •• Adolescent, lorsqu'il lui a fallu commencer à se raser, il n'arrêtait pas de se couper. Ça lui a valu des moqueries, ainsi que quelques petites cicatrices. Avec les années, ça s'est calmé. En partie parce que son ex avait décidé de prendre le rasage en charge, et qu'elle s'appliquait à ne jamais le blesser. Aujourd'hui seul, à nouveau, il continue de se couper. Plus de cicatrices pour le lui rappeler, ceci étant — peut-être un des seuls avantages de sa nature de loup-garou. •• Il a toujours aimé prendre des bains. Une habitude de gamin qu'il n'a jamais perdue, et dont il profite aujourd'hui à sa manière. Le genre à fumer une cigarette et à attraper un roman. Le genre à rester jusqu'à l'eau ne soit froide, et que ses doigts ne soient complètement frippés. •• Il aime porter un chapeau, surtout quand il est à l'extérieur. Chapeau rond, bords larges. S'il n'a pas le chapeau, c'est une paire de lunettes qu'il enfile — ses lunettes d'aviateur. Il est même capable de les mettre lorsqu'il est chez lui et que le soleil se fait trop fort. Faut dire qu'il n'est pas du genre à aimer accrocher des rideaux aux fenêtres pour s'en cacher. C'est bon pour le teint, à ce qu'il paraît.
[the kids aren't alright]

○ mars 1989 › Naissance d'Ismael Asaf Drake, troisième enfant de Mary et Joseph Drake, un an après sa soeur Leora, et trois ans après son faire Mason. Peu de temps après sa venue au monde, ses parents se séparent. Maman ne supporte plus la vie précaire de papa — le salaire d'artiste, ça ne paie pas. Elle décide de recommencer à travailler et de se prendre une maison à Des Moines, Iowa. Papa retourne à St. Louis quelque temps, avant de bouger vers New York, pour continuer de vivre de la musique sans laquelle il n'est rien. Ils ne divorceront jamais, et s'entendront pour que maman garde les enfants. Papa les verra une fois de temps en temps. ○ avril 1992 › Mary Drake est renversée par une voiture, et meurt des suites de ses blessures. Un choc pour les gamins — et l'aîné ne s'en remettra d'ailleurs jamais. Les enfants sont envoyés à New York chez leur père, qui est forcé de stabiliser un tant soit peu sa vie. Mason ne s'adaptera jamais à ce nouveau quotidien, et se mettra rapidement à l'écart du reste de sa famille. ○ septembre 1994 › Le don de télékinésie d'Ismael se manifeste pour la première fois. Apeuré, le gamin en parlera à son père. Celui-ci le croira, et lui enseignera à se contrôler pour ne pas blesser son frère, sa soeur, ou ses camarades. Ismael n'avouera jamais à quiconque d'autre ce qu'il est capable de faire, et sera amené à devenir un enfant beaucoup plus posé pour être capable de maîtriser cette faculté. Ce secret entre père et fils contribuera à renforcer encore la relation qui les unit. Nul doute que, de toute la fratrie, Ismael a toujours été le digne fils de son père. ○ mars 1995 › Pour les cinq ans d'Ismael, son père lui offre une trompette de taille enfant. C'est symbolique, et aucun des deux ne s'attend à quoi que ce soit. C'est cependant avec une passion invétérée que le gamin commencera à jouer, et n'aura de cesse de progresser. Véritable virtuose, il n'arrêtera pas durant de longues années. Sa consolation, lorsqu'il est parfois aux prises avec l'instabilité de son don. ○ jusqu'en juin 2004 › L'adolescence succèdera à l'enfance, petit à petit, au son de la trompette et du piano sur lesquels le jeune Ismael se perfectionne sans arrêt. Sa relation avec sa soeur et son père se solidifie, tandis que Mason s'éloigne peu à peu du noyau familial. Le don est de plus en plus maîtrisé, tout comme la personnalité. Les restes de violence s'effilochent, passent dans les bagarres de l'école sans jamais entraîner de dommages collatéraux. Le gamin grandit, le gamin rêve de devenir jazzman et de marcher aux côtés de son père. Le gamin croit encore que la vie s'est arrangée, et que les choses vont continuer de se stabiliser. Le gamin se trompe.

[good grief]

○ juillet 2004 › Un soir, en sortant du travail, Joseph Drake assiste à une agression. Pas d'un naturel à reculer et à faire comme si de rien était, il intervient. L'altercation dégénèrera néanmoins, et un coup de couteau le laissera ensanglanté sur le pavé. Les secours interviendront trop tard, et il perdra la vie. Aucun des gamins n'est majeur, et plus aucun parent proche ne peut les garder. On les envoie alors chez leurs parrains et marraines respectifs ; Mason n'y restera pas longtemps, atteignant dès le moins de septembre sa majorité et disparaissant alors complètement de la vie de ses cadets. Leora et Ismael seront séparés, et le benjamin sera envoyé chez sa marraine, une amie très proche de sa défunte mère, vivant à Blackwater Falls, Canada. Il obtiendra son Visa en accéléré et changera donc de pays. Seul. Isolé. Le coeur brisé par la mort de son père, et le désir de garder à jamais rangée cette trompette dont il a hérité. Il ne s'ouvre ni à sa marraine ni au mari de celle-ci, dont le prénom similaire à celui de son père ne fait que retourner le couteau dans la plaie. Oncle Joe et Tante Sally — ainsi surnommés malgré l'absence de liens du sang — ne pousseront pas trop le gamin. Pas les premiers mois. Ça viendra, qu'ils disaient. Ça viendra. ○ septembre 2004 › Après un été extrêmement compliqué, Ismael rentre à l'école de Blackwater Falls. Sa marraine s'attend à voir ses résultats chuter, mais il n'en est rien. Le gamin n'a rien d'autre à faire que de se réfugier dans ses cours le jours. Et quand il se met à errer à la sortie de l'école, Joe l'attirera dans son club de boxe pour le pousser à se défouler. Ça fonctionnera. Ça l'aidera à se stabilise. Ça sentira le nouveau départ, et Ismael réussira à se faire à l'idée. Il s'ouvrira petit à petit à ses camarades, et se liera d'amitié avec quelques étudiants du même âge que lui, ainsi qu'une jeune fille d'un an de moins que lui, Rain Crawford. Les choses se placeront. Les choses s'arrangeront. Et à la fin de l'année scolaire, on se prendra à le louer sur ses exceptionnelles facultés d'adaptation. ○ juin 2006 › L'amitié entre Ismael et Rain s'est muée en flirt, avec les mois. Et alors qu'une fête de fin d'année est donnée, le jeu du chat et de la souris ne semble plus satisfaire la petite Crawford. C'est un baiser tenté — c'est un baiser échoué. Mais aucune rancoeur ne sera gardé. Leur petit jeu reprend de plus belle, continue. Ismael a eu peur que ce soit une mauvaise idée, sur l'instant. Mais plus les jours passent, plus il regrette son rejet. Peu de temps après la rentrée, il craquera finalement, et lui donnera le baiser auquel il avait pensé tout l'été. Les deux se mettront plus ou moins ensemble, gardant leur relation tout de même secrète quelque temps, puis non-officielle jusqu'à la fin de l'année scolaire. Jusqu'à cette graduation tant redoutée, qui signera une année de plus pour Rain, et la fin des études secondaires d'Ismael. Personne ne réagit à l'officialisation de leur couple. Tout le monde le savait. ○ septembre 2007 › Rain retourne à l'école, pendant qu'Ismael se retrouve projeté dans le monde professionnel. Il prendra un petit boulot dans un dépanneur, continuant de s'entraîner et de faire à l'occasion quelques combats de boxe illégaux. Il n'en parlera néanmoins que peu à Rain ; elle a ses secrets aussi, et ils s'entendent pour dire que certaines choses méritent d'être gardées sous silence. Il la sentira décrocher de l'école, et l'aidera à conserver de bons résultats jusqu'à la fin de l'année. Tiens le coup, bébé. C'est presque terminé. En parallèle, elle finira par le convaincre de reprendre la trompette. De poursuivre ce rêve que la mort de son père lui avait fait abandonner, mais qu'il n'avait jamais réellement oublié. La familiarité du poids de l'instrument entre ses doigts lui revient rapidement, et il replonge corps et âme dans la musique. Enfin.

[whatever it takes]

○ avril 2010 › On s'en va. Ça fait des mois qu'ils n'attendaient que ça. Des mois que leur relation était devenue compliquée, sous le poids de l'école de police dans laquelle Rain ne semblait pas ravie de s'être enrôlée. Y avait quelque chose qui clochait — quelque chose dont elle ne voulait pas parler. Ismael avait continué de travailler, avait mis de l'argent de côté. Il lui avait proposé d'emménager avec elle, et elle avait accepté. Les choses avaient été mieux, quelque temps. Mais le bonheur ne dure pas, et il avait vite compris que cette ville continuerait d'exercer sur elle un effet indésirable. Il n'avait pas insisté, avait laissé tristement leur relation se dégrader. Se réfugiant dans la boxe, dans la musique. Jusqu'à ce qu'elle ne dise, on s'en va. Jusqu'à ce qu'il n'acquiesce et qu'il ne fasse son sac. J'ai trouvé un stage à Edmonton. Pas besoin de réfléchir plus longtemps. C'était là-bas qu'ils s'en iraient. Ensemble. Toute autre option ne pouvant être considérée. ○ juillet 2010 › Ismael et Rain s'installent à Edmonton. Aussitôt, Rain semble revivre, et leur relation s'améliore grandement. Ismael prend le pari de vivre un peu de la musique, et commence à dégoter des petits contrats à droite et à gauche. Vie précaire, vie tranquille. Tout ce qu'ils ont toujours recherché. ○ mai 2011 › Rain abandonne finalement son stage. S'éloigner de Blackwater Falls lui a fait réaliser qu'elle ne voulait plus être dans la police, et elle décide d'emprunter sa propre voie. Elle prend la décision de s'inscrire à l'Université de Vancouver, pour mettre de la distance entre eux et l'Alberta. ○ juillet 2011 › Rain et Ismael emménagent à Vancouver. Ismael se met à jouer sur de petites scènes là-bas, et se fera proposer un contrat un peu plus permanent dans un petit bar de jazz, où il travaillera à la fois comme musicien et comme serveur. ○ septembre 2011 › Rain rentre à l'université. Leur nouvelle vie se stabilise, leur couple s'arrange. Au cours de l'année, Ismael sera pris de l'envie de suivre des cours, lui aussi. Il s'inscrira dans un programme de philosophie, et commencera à suivre ses cours en septembre 2012, en plus de son contrat dans le bar de jazz, devenu à durée indéterminée. ○ avril 2013 › Ismael et Rain finissent par arrêter l'université, et par vivre uniquement de leurs emplois. Une vie plus ou moins stable qui leur fait le plus grand bien. Loin de la famille problématique de Rain, loin des ennuis qu'elle semble toujours redouter. À vivre sur le pouce, à ne jamais vraiment se soucier du lendemain. Une mentalité qu'Ismael apprécie plus que tout, et qui lui convient parfaitement.

[lost frequencies]

○ mars 2015 › Alors que Rain et Ismael prennent quelques jours dans un chalet aux alentours de Whistler, au nord de Vancouver, Ismael se fait attaquer par un énorme loup durant une promenade solitaire. Il s'en tire de justesse grâce à son don, envoyant l'animal valser plus loin, et lui faisant tomber un arbre dessus. Il rentre péniblement jusqu'au chalet et Rain appelle les secours. Quelque chose, cloche, pourtant. Il s'en rend rapidement compte au regard de la vitesse de cicatrisation de ses plaies, à l'hôpital. La visite d'un homme se faisant passer pour un des responsables de la station de ski alentour achève de lui mettre la puce à l'oreille ; Ismael le repousse, se renferme. Et lorsqu'on lui dit que l'animal l'a mordu, il commence à comprendre ce qui est en train de se produire. Il décide de ne pas en parler à Rain. Décide de la garder en sécurité, se doutant de ce qui va arriver — ou ayant à tout le moins l'instinct que rester à proximité n'est pas une bonne idée. Il est presque étonné de la trouver distante, également. Et d'un commun accord, les deux se séparent. On dira qu'ils n'ont pas surmonté le traumatisme de l'attaque. On se satisfera de cette excuse, et on ne cherchera pas plus loin. Ismael quittera son travail à Vancouver, et partira rapidement. L'homme qui était venu lui rendre visite à l'hôpital tente de l'approcher à nouveau pour l'aider, mais il le repousse encore une fois. La première transformation survient à la fin du mois de mars. La violence et la souffrance seront trop lourdes à supporter pour Ismael, laissé seul par le drame. Il retournera vers l'homme qui lui avait proposé son aide et qui lui avait laissé son numéro — au cas où. ○ mai 2015 › Après quelques mois passés avec Sven, Ismael finit par se sentir oppressé de la relation de mentor/apprenti que l'autre cherche à leur apposer. Il ne sait pas non plus comment gérer les aveux de Sven — c'est moi qui t'ai mordu, c'était un accident. Il ignore complètement que c'est un mensonge et accepte de lui pardonner. Pourtant, ça ne le retiendra pas. Fin mai, il partira, remerciant le vieux loup pour ses conseils, et décidant de faire son chemin seul. Pour quelques semaines, à tout le moins. ○ juin 2015 › Souffrant cruellement de sa solitude et de sa nouvelle nature, Ismael décide de chercher du réconfort auprès de la seule personne qui ne pourra jamais complètement se détacher de lui. Il retrouve la piste de sa soeur Leora, malgré les voyages constants de cette dernière. Et lorsqu'il arrive à ses côtés et lui demande s'il peut l'accompagner, elle accepte, malgré la surprise. Les deux se mettent donc à voyager ensemble. Évitant les questions, rattrapant discrètement le temps perdu avec la même simplicité d'antan. Ismael s'éloigne pour ses transformations, veille à ce que Leora ne se doute de rien. Et ça fonctionnera. Quelque temps, à toi le moins. ○ février 2016 › Un homme se met à tourner autour d'Ismael, alors que lui et Leora font une escale en Amérique du Sud. Un soir, l'altercation se déclenche. Ismael essaie de repousser les menaces et les accusations, mais l'autre perd patience. Une fourchette en argent plantée dans la main, le jeune loup-garou manque de se transformer, et ne réussit qu'à grand-peine à s'en tirer et à s'en aller, au milieu du chaos qu'un tel acte de violence engendre. Il empêche Leora de se jeter à la gorge du gars, laisse les videurs de l'endroit contrôler l'agresseur, et il s'en ira avec sa soeur. La plaie mettra un temps fou à guérir, aux yeux du jeune loup ayant perdu toute habitude d'être blessé. Et la situation ne fera qu'attirer les questions de Leora — des questions auxquelles son frère ne veut pas répondre. Il prend peur, se remémore les quelques incidents que Leora semblait avoir également provoqué, et qui lui rappelaient ceux que lui avait déclenchés avec son pouvoir durant l'enfance. Sa soeur ignore toujours tout du surnaturel, mais la discussion fatidique approche à grands pas. L'accumulation devient trop importante. Ismael fait ses bagages et s'en va, sans laisser autre chose qu'un petit mot à Leora.

[wild hearts can't be broken]

○ jusqu'en mai 2017 › Seul. Il s'applique à le rester, malgré le poids qui lui pèse un peu plus chaque jour. Rain lui manque. Leora lui manque. Il pourrait les retrouver, se réfugier auprès d'elles et tout leur expliquer. Aller chercher le réconfort qu'il lui faudrait pour être capable de continuer. Mais rien n'y fait. Il n'a pas la force d'y aller, refuse de les mettre en danger. Il continue de voyager, plus discret que jamais. Il s'arrête pour prendre des contrats, par-ci par-là. Vivant toujours de la musique — vivant dans la faim, et parfois sans toit. Il reprend contact avec Sally et Joe à l'automne 2016. Apprend par leurs mots la situation à Blackwater Falls. Apprend par leurs mots que Rain est de retour là-bas, depuis quelque temps déjà. Il gardera correspondance avec eux, et prendra soin d'organiser ses voyages pour leur permettre d'avoir toujours l'adresse à laquelle leur écrire. Il s'installera quelques temps à Minneapolis, au début de l'année 2017. C'est temporaire, il l'a décidé. Mais les voyages commencent à le fatiguer. ○ juin 2017 › Au début du mois, Ismael reçoit une lettre de Sally, lui annonçant que Joe a disparu. Il plie immédiatement bagage pour revenir à Blackwater Falls. Peu de temps après son arrivée, le corps de Joe est retrouvé. La perte est un coup dur, et il décide de rester aux côtés de Sally pour quelque temps, malgré l'arrivée de Leora pour l'enterrement — malgré la présence de Rain en ville. La fuite est finie. Sally a besoin de lui. La mémoire de Joe aussi. Pour le reste, tant pis. Ainsi va la vie.
fiche (c) blue walrus
  beyond the veil :
 

_________________

Well I know there can come fire from the sky. And even though I know this fire brings me pain, Even so, And just the same, Make it rain. ❊ ❊

keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
— administratrice —
messages : 681
double-compte(s) : riley, lenny, blair, slade, arabella, bazyl, maya, darcy.
crédits : avatar (c) moi-même, signature (c) hallows, bannière (c) johann, icons (c) vocivus, gif (c) dylan.
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Sam 10 Fév - 22:09


_________________

look me in my eyes, tell me everything's not fine.
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— administratrice —
messages : 579
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, janek, leonard, sarwan.
crédits : avatar (c) hallows de mon coeur. — signature (c) ed sheeran, pinterest.
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Sam 10 Fév - 22:11



(challenge accepted)

_________________

Well I know there can come fire from the sky. And even though I know this fire brings me pain, Even so, And just the same, Make it rain. ❊ ❊

keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 2:24

Lien
Mais je crois qu'on en a déjà parlé xD
C'est cool de voir ton compte arrivé ici en tout cas ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 6:42

REBIENVENUE CHEZ TOI
Revenir en haut Aller en bas
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 700
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur/Klaudia Bissot/Simone Montespan
crédits : (c)Kafkaïne
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 6:43

Diantre ! Un nouveau couple en devenir, on ne vous arrête plus ! Rerererererebienvenue dans votre belle maison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 338
double-compte(s) :
crédits : (c) terpsykore (ava), astra (signature), vocivus & myself (gif)
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 6:45



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 11:17

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 13:55

mais trop beau ce petit nouveau, je crois que j'aime un peu trop pour mon bien ce qui se dessine
Revenir en haut Aller en bas
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 138
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil & Mihai le choupi chasseur
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 15:15

Rebienvenue parmi nous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 255
double-compte(s) : Rosenwald, Harker, Tokarev & McSteen
crédits : moi (ava), Hiddle-Dog47 (ava origine)
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Dim 11 Fév - 15:33

Rebienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— administratrice —
messages : 579
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, janek, leonard, sarwan.
crédits : avatar (c) hallows de mon coeur. — signature (c) ed sheeran, pinterest.
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Lun 12 Fév - 9:09

hkgjfhtdtyughk merci à tous, vous êtes adorables.

neil, yesssssss, héhé, on se retrouve bientôt en rp.

caius, dans tes rêves.

leia, on l'aura ce ship un jour, on l'aura.

river, t'es trop adorable, merci. ce qui me fait penser que je suis toujours pas allé te voir pour des liens, je vais essayer de me rattraper.

_________________

Well I know there can come fire from the sky. And even though I know this fire brings me pain, Even so, And just the same, Make it rain. ❊ ❊

keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Ven 16 Fév - 6:09

ahon, ils sont là !
Ismael me fait penser à un musicien des Aristochats (qui aurait viré loup-garou)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
shapeshifter ○ leave my body
— administratrice —
messages : 681
double-compte(s) : riley, lenny, blair, slade, arabella, bazyl, maya, darcy.
crédits : avatar (c) moi-même, signature (c) hallows, bannière (c) johann, icons (c) vocivus, gif (c) dylan.
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Ven 16 Fév - 23:23

omg mais tellement

_________________

look me in my eyes, tell me everything's not fine.
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 442
double-compte(s) : Rodin & Emrys
crédits : Valtersen
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   Sam 17 Fév - 11:47

je connais pas du tout l'avatar, mais j'aime bien
Rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the beautiful and damned, (ismael)   

Revenir en haut Aller en bas
 

the beautiful and damned, (ismael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» A beautiful lie
» The most beautiful dice in the world
» Evangeline - collection 2011
» Mystery is beautiful ♥ ROSETON
» News Games Workshop 2014/2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: death will have your eyes :: fiches validées-