Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 Not meant to be • Elehiel&Alrune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 636
double-compte(s) : -
crédits : Lux Renerna
MessageSujet: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Lun 12 Fév - 21:50


judging was made for demons
Elehiel & Alrune





Un autre soir, un autre rendez vous, un autre bar et strictement rien qui ne présageait que quelque chose puisse différer de l’habituelle routine. C’était bien, je n’avais de toute manière aucun souci avec la routine, comme je n’en avais pas avec l’imprévu... En général en tout cas. 
Il fallait que j’aille retrouver Asmodée à l’Eden Rest pour une nouvelle sur l'attaque près du lac, que j’étais plus qu’impatiente de lui partager. A croire que ma patience et ma persévérance avaient fini par porter leurs fruits et que nous pourrions enfin avancer un peu dans cette ombrageuse affaire...
À la sortie du travail, je n’avais donc pas fait de détour pour rejoindre le commerce de mon ami. Il était de toute manière assez tard pour qu’il y soit déjà et assez tôt pour que l’endroit ne soit pas encore bondé.
Je poussai les portes pour passer le sasse et entrer pleinement dans le restaurant quand la scène me sauta aux yeux et fit manquer un battement à mon cœur. Asmodée était là, à une dizaine de mètres, tenant dans ses bras une jeune femme aux cheveux bleus qui l’enlaçait sûrement plus étroitement qu’elle ne l’aurait dû. C’était tout du moins l’impression que cela donnait vu d’ici. Il ne me fallut qu’un instant pour reconnaître Elie, la fille de Bélial et par extension, la de nièce d’Asmo... C’était comme ça qu’on tenait sa nièce ? Est ce que c’était comme ça qu’on la regardait ? Comme s’il n’y avait qu’elle sur terre en cet instant... 

‹‹ Bonsoir.  ››

J’avais dit d’une voix forte pour annoncer ma présence. Pas comme quelqu’un ayant peur de déranger mais plutôt comme quelqu’un ayant été dérangé... 
Tentant de balayer ce sentiment inhabituel qui me traversait, j’entrepris de me remettre en marche pour les rejoindre d'un pas rapide et décidé.
Il me semblait logique que je n’étais pas jalouse de leur étreinte. Après tout, j’avais déjà vu Asmodée avec de nombreuses conquêtes, hommes ou femmes et je n’avais jamais ressenti quelque chose dans ce genre. Non, le Démon était ce qu’il y avait de plus proche d’un meilleur ami. C’était autre chose, plus vicieux, comme une petite fille craignant que l’arrivée du nouveau né lui pique ses parents. Oui, j’étais jalouse parce que j’avais peur qu’on me vole mon grand frère. C’était stupide, puéril, mais c’était un sentiment et j’avais pour habitude de ni les refouler, ni tenter de les contrôler. 
Arrivée à leur hauteur, je tendis une main froide et un sourire qui avait envie de déchirer la jeune femme en petits morceaux. Tout en politesse, en charme et en courbettes, avec des ongles assez affutés pour couper au sang... Soudain, il me sembla avoir un aperçu d'un jour, dans la vie de Simone...

‹‹ Elehiel, je suppose.  ››

Oui je m’étais documentée. Bien sûr que je m’étais documenté ! De l’intégralité de ses prénoms à savoir si elle avait jamais détenu un poisson rouge qu’elle aurait fait survivre plus d’une semaine. Comment aurais je pu ne pas vouloir tout savoir sur la fille de l’homme qui m’intéressait à outrance et qui semblait passer beaucoup de temps avec son frère ? 
Ne jetant même pas un regard à Asmodée, je me présentais seule. 

‹‹ Alrune, une amie d’Asmodée. ››

Une amie. Et puis quoi encore ? Sa voisine de trottoirs ? Parce que j’aurais bien dit voisine de portes mais vu la distance à laquelle se trouvait la sienne de la mienne à cause de son entrée démesurément grande, ça n’aurait eu aucun sens. Mais qui savait s’il lui avait seulement déjà parlé de moi ? Leur relation semblait suffisamment intime mais peut être préféraient ils rester dans leur jolie petite bulle de coton ? Diable que j’avais envie de les soulager de leurs têtes... Austen qui aimait les personnages féminins aux caractères affirmés, aurait elle été fière de moi si je l’avais fait ? 

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 808
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
crédits : Hallows
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Lun 19 Mar - 14:35

J'aime pas me pointer chez Asmodée parce que j'arrive pas à gérer ma vie. Je déteste ça. J'aimerais pouvoir dire que j'ai besoin de personne, que je me débrouille et que surtout, surtout, je sais me défendre. Et je crois que je le gueule souvent haut et fort. Peut-être trop souvent. Si ce passage à tabac m'a appris un truc, c'est peut-être bien l'humilité. Peut-être même que c'est le silence. Des fois, Elie, faut fermer sa grande gueule. Des fois, faut savoir se taire parce que t'es infoutue de te défendre. Ouais. C'est ça que je me dis, penaude, au Eden's Rest alors que j'attends qu'Asmo ai fini avec son barman. Il me jette des coups d'oeil et il est pas intrigué, il est pas surpris, il est furax mais il le cache bien. Moi, plus il me regarde avec cette colère contenue envers la personne qui m'a fait ça, plus je me demande si j'ai bien fait de venir. Plus j'entrevois ce qu'il va faire, ce qu'il va se passer et ce, par la force des choses, à quoi je vais me rendre complice.

Si j'avais su me défendre. Si j'avais réussi à prendre le dessus. Si j'avais été plus forte, on en serait pas là. J'aurais pas eu à venir, j'aurais pas eu à déranger Asmodée, j'aurais pas eu à prendre sur moi de venir le voir pour lui balancer ma vie pourrie à la gueule une nouvelle fois. Il avait autre chose à gérer, autre chose à voir, autre chose à penser. Putain, ce que je pouvais être conne, des fois... J'm'étais faite avoir comme une bleue et voilà que j'allais pigner chez mon oncle, le démon milliardaire. Et pourquoi? Un bras tordu, des ecchymoses, des menaces et des propos glaçants, même pour la prostituée que j'étais?... A quel point c'était dérisoire?

Je m'en veux, j'm'en veux de m'être mis en tête de parler à Asmo, je m'en veux d'avoir eu la trouille au point d'avoir à me planquer derrière un démon aussi important que lui. Bien sur que je savais que ce mec allait mourir. C'était évident et ça me pétrifiait sans doute plus que tout : j'avais pris la décision d'arrêter la vie d'un homme. De le tuer... Ou bien... Est-ce que c'était du réconfort que je cherchais? Peut-être... Juste une épaule sur laquelle pleurer un bon coup, quelqu'un pour me dire que ça allait aller, pour me plaindre et repartir du bon pied. Suibhne n'était pas disponible, en vrai, la vie était compliquée pour lui et j'avais pas envie d'en rajouter encore une couche. Il était dans le mal et j'avais pas la moindre envie d'être autre chose qu'une force positive dans sa vie. Il en avait vu de belles et entre gens qu'en chient, on se soutient... Et j'avais déjà fait une scène. Une scène pas terrible et j'avais pas envie de réitérer tout de suite. Fallait-il seulement parler de Hunter...? A bien y réfléchir, il aurait sans doute mis un putain de point d'honneur à m'expliquer comment je l'avais bien cherché et que ça démontrait bien, là, l'étendu de mes mauvaises décisions et de mon peu de vertu et bla bla bla... J'avais pas envie de me faire subir ça. J'ai pas besoin de ça.

Après un moment, Asmodée s'approche de moi. Il pose doucement la main sur mon épaule et me regarde comme si j'étais la chose la plus importante de la pièce. Il a cette façon de regarder les gens, vous voyez... Comme si ils avaient réellement de l'importance à ses yeux alors qu'on sait tous que j'en ai moyen de l'importance. Même pas qu'à ses yeux mais d'une manière générale. Ses yeux bleus cherchent les miens, sa main se pose sur ma joue, effleure délicatement l’ecchymose sur ma pommette. Il ne dit rien et moi non plus. Je fuis son regard alors que le sien me cherche mais je sais que j'y trouverais de la colère et même si elle ne m'est pas destinée, c'est trop pour moi aujourd'hui. J'écarte un peu mon visage de sa main. Il soupire doucement. Il a l'habitude de me voir m'éloigner à force. Surtout quand ça va mal. Le fait que je sois là est une amélioration notable et je pense qu'il le sait parfaitement. Peut-être que je ne parle pas mais au moins, je suis venue le voir. Au moins, cette fois, j'ai pris sur moi de venir me cacher derrière mon grand méchant démon d'oncle. Putain, ça fait pitié, non?
Il me scrute en silence, il me laisse l'espace et le temps de faire le premier pas sans quoi je rejetterais tout en bloc, on le sait tout les deux. J'aime pas qu'on m'aide, à moitié parce que je considère que je mérite pas, à moitié parce que je veux compter sur personne... Sauf que dans la réalité, j'ai toujours besoin de quelqu'un, toujours besoin d'aller quémander de l'aide, de l'attention... Alors ça me fout en rage quand on me propose alors que j'ai vraiment besoin et que j'ai rien demandé. Aucune logique là-dedans, c'est une question d'égo ou de connerie. Pour moi, les deux se ressemblent étroitement et ça me scie les jambes.
Finalement, les images reviennent. L'homme, la violence, les mots. Les souvenirs plus lointains. Ceux que je planque derrière l'honnêteté forcenée de l'instant, ceux que j'éclipse derrière un éclat de rire, une pirouette, une grimace ou une boutade. mes yeux se brouillent et je baisse la tête dans une tentative assez pitoyable pour cacher ce qui va devenir des larmes dans très peu de temps. Sois forte, putain. Forte. Tu te démerdais toute seule avant. C'est quoi ton excuse, maintenant?  La main d'Asmodée se posant dans mes cheveux me coupe en plein lynchage de moi-même et m'oblige à relever les yeux pour croiser son regard qui y reste fixé.

-T'es une guerrière, Elie.

Un pauvre petit sourire se dessine sur mon visage suivi d'un rire qui ressemble déjà beaucoup trop à un sanglot à mon goût.

-Tu parles...

Il m'arrête d'un mouvement de tête.

-Je sais ce que je dis, gamine.

J'arrive pas à savoir si il se fout de ma gueule ou non. Sincèrement. L'espace d'un instant, je suis vexée comme un poux qu'il se moque de moi comme ça. Il continue de parler sans jamais rien me demander et ça me va.

-T'as du sang sur tes vêtements et à priori, c'est pas le tiens, tes ongles sont rouges et les marques que t'as sur les tibias, c'est certainement pas des liens, tu t'es pas laissée faire et t'as survécu. Toute seule.

Ca fait du bien de se l'entendre dire. Ca fait tellement de bien, en fait, que je me mets à pleurer silencieusement. Je me suis défendue. J'ai réussi à partir. Oui, j'ai pris des coups mais je les ai rendus, un par un. Je suis pas venue voir mon oncle milliardaire, je suis venue voir mon oncle, le guerrier Viking intraitable, le démon aux milles guerres, la personne la plus forte et la plus intelligente que je connaisse.
Alors que je pleure à chaude larmes, Asmodée me prend dans ses bras et je m'y agrippe comme si ma vie en dépendait. Je me presse contre lui, comme on se presse à un doudou pour se rassurer. Je reste comme ça ce qui me semble être une éternité et je m'écarte pour détailler le sol. Je sens le regard d'Asmodée me bruler la nuque tellement il est intense et je finis par dire.

-Il... Je crois qu'il habite du coté du quartier historique. Il a un tatouage sur le bras, un truc cliché... Une dague qui transperce un cœur. Il est plus grand que toi, un peu. Les cheveux courts et les yeux marrons, c'est une armoire à glace. Il m'a sonné en me balançant contre un grillage. Il fait ça a d'autres filles, Asmo. Je-

Une voix tonne dans le silence du bar et clairement on dirait qu'on l'a dérangé. Elle me fait taire directement, surprise.

-Bonsoir.

Je lance un coup d'oeil à Asmo. Il regarde la nouvelle arrivante et rien qu'à son regard, je sais qui c'est. J'ai pas besoin de plus d'explications. C'est Alrune. Son grand amour à sens unique. La plus grosse épine dans son pied. Il en parle qu'à demi mots mais je sais très bien lire entre les lignes, surtout quand il s'agit de ce genre de chose. Je l'entends s'approcher. Démarche lente, clac   clac   clac   clac. Elle porte des talons et bientôt son parfum envahit mon espace vital, un parfum qui hurle désir, luxure, provocation. Je ne l'ai pas encore regardé, je ne sais pas pourquoi. Peut-être que j'ai pas envie de me faire voir avec des bleus partout. Envie de faire une bonne impression à la femme si proche de l'unique membre de ma famille qui n'est ni mort ni activement en train d'essayer de me tuer.

-Salut, princesse.

-Elehiel, je suppose.

Une main se tend sous mon nez. Le ton est glacial. Elle ne m'aime pas et j'ai même pas encore parlé. J'existe juste et je sens bien que c'est un problème. L'ignoble sensation d'être en trop. J'ai un avantage à ce niveau-là : j'ai l'habitude qu'on me fasse sentir que je suis en trop. Je tourne mon visage ecchymosé vers elle, ma lèvre écorchée pique quand je souris et lui sers la main avec beaucoup d'en train malgré mes yeux rouges et les tremblements résiduels de ma frayeur de plus tôt.

-Oui, c'est ça. Mais personne m'appelle Elehiel, donc appelez moi Elie.

J'essaie d'être aussi chaleureuse que possible donc j'embraye directement. J'ai pas envie qu'elle me haïsse et je veux y mettre du mien au moins pour Asmodée.

-et vous devez être -

-Alrune, une amie d'Asmodée.

J'ai un petit sourire crispé, sincèrement, ça va pas me plaire des masses de me faire couper la parole. J'ai compris que Asmodée, c'était son territoire mais je pensais qu'elle voulait se taper mon père.. Décidément, je suis complètement paumée. Asmodée, lui, sourit à Alrune et ne tombe pas dans son petit jeu de jalousie. En fait, je suis pas persuadée qu'il le calcule. Il doit mettre ça sur le fait que je suis la fille de Bélial mais je suis pas si certaine que ça soit le problème. Je rends un sourire malgré tout et croise les bras, un peu gênée. Je suis pas spécialement super en forme pour faire preuve de toute ma superbe.

-Oui. Asmodée m'a beaucoup parlé de vous deux et de votre amitié. Il tient beaucoup à vous.

Je sais pas pourquoi je la vouvoie. Sérieux. Asmodée pouffe de rire et le détaille.

-Tu vouvoies les gens depuis quand, toi?

Je le regarde en haussant les sourcils et cligne des yeux.

-Euh... Depuis que je sens que "les gens" en question ne m'apprécient pas des masses alors que j'ai pas encore ouvert la bouche.

Je cligne des yeux et lance un coup d'oeil furtif à Alrune. Merde. J'ai vraiment dit ça.... Ok. Asmo ricane et me tapote l'épaule. Il regarde Alrune et s'approche d'elle.

-Je suis désolé, princesse, mais j'ai une petite chose à régler avant tout ça. Allez vous poser toutes les deux à une table, si tu veux bien. C'est cadeau. Ichabod, va vous servir un verre. C'est la maison qui offre.

-Non mais attends, Asmo. J'm'en vais. J'savais pas que t'attendais de la visite, j'vais pas m'imposer.

-Arrête de dire de la merde, Elie. Tu déranges pas. Prends le temps de te poser.

Je hausse les sourcils et lance un coup d'oeil au jumeau de Slade qui a l'air tellement plus paisible que son frangin. Ca m'a fait un choc quand je l'ai vu la première fois. Un sacré choc, même. Je vois bien qu'il veut me garder dans un endroit safe pour le moment alors je hoche la tête tranquillement pendant qu'il embrasse Alrune sur le front et l'entraine à part quelques instants. Il croit que je ne l'entends pas et son visage reste joviale et souriant.

-J'aurais besoin de ton aide, Alrune. J'aimerais que tu fasses en sorte qu'elle ne sorte pas. Pas tant que je n'ai pas réglé le petit soucis que l'existence de son agresseur me pose. On se voit après ça.

Je soupire et me laisse tomber sur la banquette luxueuse, je grimace, j'ai des courbatures et des bleus partout. Je me demande si elle va s'asseoir avec moi comme l'a suggéré Asmodée et me surveiller ou bien si elle va juste m'ignorer et l'attendre dans son bureau ou je sais pas trop où ailleurs. Elle m'intrigue. Elle m'intrigue d'autant plus que je connais l'attirance de Asmodée pour elle. En même temps, c'est une femme magnifique et elle doit faire tomber tout les hommes, elle a une présence magnétique et très sensuel. A moindre échelle, elle me rappelle mon mentor. C'était une femme d'un charme fou, d'une presence incroyable et qui respirait la féminité et la distinction tout en développant une aura d'une sensualité incroyable. Alrune, c'était le niveau au dessus. C'était la Reine de la séduction.

-T'es pas obligée de baby-sitter... Asmo se fait trop de soucis. Ca ira pour moi. T'auras qu'à lui dire que j'ai filé en douce par la fenêtre des toilettes ou je sais pas... Il sera pas surpris.

Je lui souris gentiment, j'ai pas envie de la faire chier outre mesure. Ichabod me sert ma boisson préférée, un truc de minette : un mojito et il y a mis des trucs fluos. Ce mec est un foutu génie, rien qu'en regardant mon verre, je souris comme une débile. Il sert un verre d'un excellent vin à la démone et s'éclipse. J'attrape mon verre et murmure un petit.

-Cheers...
[/color]

_________________
Iron skin, Crystal heart.
I let the bullets fly, oh let them rain. My luck, my love, my God, they came from pain. You made me a, you made me a believer, believer.

(c) blue walrus


Userbars are so in, this season:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 636
double-compte(s) : -
crédits : Lux Renerna
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Dim 25 Mar - 17:58


judging was made for demons
Elehiel & Alrune




Il me fallut un moment pour distinguer le visage de la nièce d'Asmodée à qui je lançai à peine un regard de politesse. Un moment pendant lequel bourdonnaient dans ma tête tout un tas de mauvaises pensées. Des songes sombres, égocentriques, peut-être violents et fort malpolis. Je n'allais pas la laisser me voler Asmodée, je n'allais pas la laisser me voler Bélial. L'évincer ne serait pas facile : elle faisait partie de leur famille, il me faudrait beaucoup de malice, beaucoup de ruse, me servir de ce qu'Asmodée m'avait appris et me replonger dans tout ce que j'avais déjà lu au travers de mes terribles histoires de manipulation rencontrées à de maintes reprises dans les romans qui jonchaient mes étagères...
Et puis le visage de la fille aux cheveux colorés m'apparut. Un si joli visage, tâché de bleu, de pourpre. Un visage qui aurait dû être indemne, lisse, blanc .
Si j'avais le défaut d'être égoïste, j'étais loin d'être sans cœur, j'en étais au point de ne distinguer que rarement le sexe et les sentiments. Le contact platonique, ça n'avait pas d'intérêt, il fallait des émotions, un palpitant battant. Alors j'étais loin d'être un cœur de pierre. Et ce visage abimé ne me plut pas du tout.
Je venais de lui faire un accueil plus que froid et pourtant je recevais un sourire, même blessé et une prise de main franche. Mon visage se radoucit alors que les paroles d'Asmodée me revenaient : déterminée et tête de mule il avait dit en me la décrivant. Il avait dit aussi qu'elle me plairait. Elle me plaisait déjà. Ce regard franc mais doux dans ce visage qui avait combattu. Comment aurait-elle pu ne pas me plaire ?

‹‹ Elie. ››

Je tentais de répéter avec des accents secs, froids, mais ma voix n'était plus du tout sous le contrôle de mes manipulations. Il n'y avait plus que ma présentation pour continuer sur ma lancée distante et avertissante.

‹‹ Oui. Asmodée m'a beaucoup parlé de vous deux et de votre amitié. Il tient beaucoup à vous. ››

Voué à l'échec. Un léger sourire se dessina sur mon visage alors que je lançai un regard amusé à Asmodée. Il était plutôt clair que ce n'était pas Bélial qui avait élevé cette petite.

‹‹ Tu vouvoies les gens depuis quand, toi ? ››

‹‹ Euh... Depuis que je sens que "les gens" en question ne m'apprécient pas des masses alors que j'ai pas encore ouvert la bouche. ››

Je relevais un sourcil entre la surprise et l'admiration. En tout cas elle n'était pas aveugle.

‹‹ Je suis désolé, princesse, mais j'ai une petite chose à régler avant tout ça. Allez vous poser toutes les deux à une table, si tu veux bien. C'est cadeau. Ichabod, va vous servir un verre. C'est la maison qui offre. ››

La jeune femme protesta un peu. De mon côté, il me semblait qu'un peu de temps libre pour en apprendre plus sur la fille de Bélial, ça ne se refusait pas. Dans ma tête, la proposition était déjà toute accepté quand je me laissai entrainée un peu plus loin par Asmodée non sans avoir encore lancé un regard curieuse à sa nièce.

‹‹ J'aurais besoin de ton aide, Alrune. J'aimerais que tu fasses en sorte qu'elle ne sorte pas. Pas tant que je n'ai pas réglé le petit soucis que l'existence de son agresseur me pose. On se voit après ça. ››

Mes yeux sondèrent un instant ceux clairs de mon ami comme si je considérais vraiment sa demande - comme si j'avais l'habitude de ne pas aider Asmodée dès que je le pouvais. Plus encore lorsqu'il s'agissait d'une bonne cause - avant de répondre :

‹‹ Pas de soucis, je m'occupe d'elle. Garde moi les détails croustillants pour tout à l'heure, si déjà je n'ai pas le droit de participer au massacre... ››

Après lui avoir déposé un baiser sur la joue, je me dirigeai lentement vers la table où s'était installée la belle blessée. M'installant en face d'Elie, je me mit à la détailler sans aucune gène. Un visage magnifique, de grands yeux ronds et des merveilleuses lèvres pleines desquelles il était difficile de détacher son regard. Je me laissai d'ailleurs la fixer un moment, admirative des belles choses.

‹‹ T'es pas obligée de baby-sitter... Asmo se fait trop de soucis. Ca ira pour moi. T'auras qu'à lui dire que j'ai filé en douce par la fenêtre des toilettes ou je sais pas... Il sera pas surpris. ››

Secouant doucement la tête mon regard remonta à ses yeux.

‹‹ Non. Ca ne me dérange pas. ››

Quand Ichabod me posa un verre de vin entre les mains, je le remerciais d'un mouvement de tête. Je ne me laissai pas de ce genre de plaisirs simples : être servie sans avoir à dire un mot. C'étaient mes instinct de princesse qui remontaient assurément.
A l'invitation de la jeune femme, je levai légèrement mon verre avant de tremper mes lèvres dans le liquide à la robe dorée.

‹‹ Tu en as beaucoup des comme ça ? ››

Je lançai en jetant un coup d'oeil insistant à sa lèvre fendillée.
Pas que je voulais la faire parler de ce qui était arrivé, je finirais par l'apprendre de toute façon si ça avait un certain intérêt pour moi. Plutôt que je me préoccupais des blessures invisibles qu'elle pourrait avoir subit. La jeune femme semblait avoir bien dégusté. Si je ne connaissais pas les rixes, j'avais vécu la guerre et je savais comment en réparer les blessures.

‹‹ Quelqu'un t'a soigné ? ››

Loin de moi l'idée de la prendre en pitié alors que mon regard dansait sur la surface lisse et soyeuse de l'alcool. Je ne prenais pas les gens en pitié, ce n'était pas mon genre. Les gens qui avaient besoin de choses pareilles étaient faibles et il était clair que le petit bout de femme en face de moi était loin de l'être.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 808
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
crédits : Hallows
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Mar 24 Avr - 13:14

Pas la moindre idée de ce que se disaient Alrune et Asmodée mais d’extérieur, comme ça, je trouvais qu’ils faisaient un jolie couple. Ils avaient une certaine complicité et c’était clair qu’Asmo était raide dingue de cette fille. J’imaginais parfaitement que tout le monde à part elle était au courant de l’attirance de mon oncle pour la jolie démone. Comment faisait cette démone de la luxure et de la séduction pour ne pas le griller ? C’est vrai quoi ? Je suis sûre que n’importe qui le voyait. Même Hunter l’aurait vu et c’était un putain d’aveugle sur le sujet.

La belle dame embrassa Asmodée sur la joue qui fila, non sans poser une main inconsciente sur la joue qu’elle venait d’embrasser. Ça me faisait sourire, on aurait dit un lycéen qui reçoit son premier bisou. C’était mignon et même si je savais le mal que pouvait lui faire cette relation, je voyais aussi pourquoi il y revenait toujours malgré tout. Asmodée, c’était un grand romantique et j’étais persuadé que ces petites attentions valaient tout l’or du monde pour lui. C’était sans doute des détails parfaitement insignifiants pour la démone mais je savais qu’elles étaient gravées dans la mémoire de mon oncle. Des centaines de petits souvenirs remplis de moments qu’il voyait comme important alors que le tout-venant aurait trouvé ridiculement communs, absurdes. C’était ça, pour moi, la vraie puissance d’Asmodée. C’était les détails qu’il percevait alors que tout le monde restait aveugle. J’étais persuadée que c’était comme ça qu’il avait toujours un coup d’avance.

J’admirais ça et j’essayais de copier au mieux. C’était loin d’être facile mais je pensais réussir à me débrouiller. Enfin aussi bien que je pouvais. Enfin, j’veux dire… A un moment donné, on ne peut pas s’attendre à ce que j’égale un mec de mille ans, si ? Perdue dans mes pensées, j’ai pas vu Alrune revenir et je lui dis qu’elle avait pas besoin de me surveiller, que de toute façon je pouvais me débrouiller.

Pour dire la vérité, j’ai un peu peur d’en prendre plein la gueule. Elle n’a pas l’air de m’apprécier des masses, même si elle a l’air de s’être radoucie depuis quelques minutes. J’ai peur que ça soit un piège, le genre où elle joue la gentille pendant un moment avant que j’en prenne pour mon grade au moment où je suis le plus vulnérable. J’ai pas la force de subir ça, ce soir. J’me suis déjà faite tabassée, j’aimerais éviter le démontage psychologique en prime. J’ai pas envie de partir en crise et je sais qu’il me faudra pas grand-chose dans mon état. Elle m’observe et me dit que ça ne la dérange pas. J’ai rêvé ou bien elle fixait mes lèvres, là… ? Putain, j’ai l’impression qu’elle me détaille et je me demande si c’est vrai ou si je commence à avoir une montée de paranoïa.

Une petite minute de silence et je constate que je ne suis pas en pleine psychose, elle me détaille. Mais pourquoi ? Est-ce que c’est ça son grand plan ? Me séduire pour qu’Asmodée me haïsse… ? Elle est mal tombée, je dois être la seule prostituée de tout Blackwater Falls à être une grosse asexuée refoulée à cause de mon boulot. En vrai, j’ai pas l’impression que c’est ça. J’vous jure, je pense qu’elle est sincère et qu’en vrai, elle est juste sympa. Elle a eu peur que je lui pique Asmo et maintenant, pour une raison qui m’échappe, elle a compris que je ferais rien. Je trinque avec elle en souriant, après qu’Ichabod nous ai ramené à boire. Elle a ce petit sourire de personne contente qu’on la serve, moi, ça me fout toujours un peu mal à l’aise. J’ai l’impression de ne pas être à ma place et ça me stresse toujours.



‹‹ Tu en as beaucoup des comme ça ? ››



Je hausse les sourcils et la regarde, l’air un peu perdu. J’ai pas la moindre idée de ce dont elle parle jusqu’à ce que son regard se fixe sur ma lèvre explosée. Elle s’est rappelée à moi avec le citron du Mojito. C’est pour ça qu’elle me mate, ma gueule ravagée par les bleus. J’aurai dû y penser. Je me sens donc super con. Je souris et hausse les épaules.



« Moins qu’on penserait vu mon métier et plus que ce que j’aimerais. »

Je laisse un silence, je suis un peu dans le malaise et dans la rétrospective. Je soupire et n’arrive pas à empêcher ma main de venir vérifier que ma lèvre ne pisse pas le sang. J’ai mis un temps fou à l’arrêter, tout à l’heure.



« Lui, il a pas aimé qu’une pute lui dise non. Comme si c’était le meilleur coup de la terre… Enfin. J’vois pas pourquoi j’en fais tout un plat… C’est pas comme si j’m’attendais pas à ce genre de situation. Ca fait partie des risques. »



Je me tais, lance un coup d’œil à la femme magnifique qui se trouve en face de moi. Aucune chance qu’un truc pareil lui arrive. Ce genre de chose n’arrive qu’aux gens comme moi. Un petit sourire, qui finit par me faire grimacer, se peint sur mon visage. Ces bleus me font super mal.



« Toute façon, dans quelques mois, ça sera plus la question… »



En ce moment, je réalise que l’Enfer s’approche dangereusement et forcément je suis pas super rassurée. Je suis résignée et je sais qu’un petit passage à tabac, ça sera rien comparer à ce qu’il va se passer en bas. C’est pas tant la douleur que le rejet, l’annihilation complète de l’humanité aux yeux d’un autre humain. Ca m’est arrivé beaucoup trop souvent, beaucoup trop longtemps et j’ai déjà beaucoup de mal à croire que je vaux le coup de quoique ce soit pour que ça ne fasse pas de gros dégâts lorsque ça arrive. Perdue dans mes pensées, je réalise qu’Alrune me parle et je la regarde, un peu égarée. Qu’est-ce qu’elle vient de me dire… ? Pour donner le change, je bois mon mojito. Ca met du temps à venir mais je crois qu’elle m’a demandé si on m’avait soigné.

Je hausse les épaules avant de secouer la tête.



« Non… j’ai accouru ici comme une bonne petite poule mouillée. Et j’rajoute du boulot à Asmo en plus d’être complice de meurtre. Sans déconné, c’est abusé à un moment. »



Je finis par me redresser un peu et détaille Alrune avant de demander par curiosité.



« Comment vous vous êtes rencontrés avec Asmo ? J’imagine que c’était y a longtemps. Et j’comprends mieux pourquoi Simone peut pas te blairer, en vrai. Y a beaucoup de nana qui doivent pas pouvoir te blairer.»



Je plisse les yeux et renifle. Des fois, je me rends pas compte quand c’est blessant mais là…



« Ouais.. Euh. C’était un compliment… J’veux dire, t’es superbe. Ca doit rendre pas mal de gens jaloux. Et Simone, elle est pas amoureuse d’asmo ou quoi mais j’pense qu’elle se sent vite menacer parce qu’elle a construit toute sa vie pour servir Asmo et que tu pourrais bien la rendre inutile et ça, ça la fait flipper je pense. Etre inutile à Asmo. Sauf que c’est pas prêt d’arriver, ça. Mais bon, elle le sait probablement pas. Enfin, voilà… C’était un compliment déguisé en insulte. Une de mes spécialités, ça et le fait que je parle beaucoup trop. Désolée… »



Je soupire et rebois avant de me fendre d’un sourire un peu désolée envers la belle dame. Elle était devenue sympa et j’vais m’en faire une ennemie, Asmodée va rentrer et il va me retrouver baignant dans mon sang.


_________________
Iron skin, Crystal heart.
I let the bullets fly, oh let them rain. My luck, my love, my God, they came from pain. You made me a, you made me a believer, believer.

(c) blue walrus


Userbars are so in, this season:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 636
double-compte(s) : -
crédits : Lux Renerna
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Mar 1 Mai - 13:45


judging was made for demons
Elehiel & Alrune




Il aurait été facile de détester Elehiel si je ne l'avais pas rencontrée. J'avais d'ailleurs déjà bien entamé ce processus là depuis qu'Asmodée m'avait apprit que Bélial avait une fille. Une fille. Quelqu'un qu'il était supposé aimer naturellement plus que n'importe qui. Plus que moi. Ca avait été intolérable. Ca serait resté intolérable si en croisant les yeux de la demoiselle, je n'y avais pas vu une belle enfant ressemblant bien plus à mon meilleur ami qu'à l'homme de ma vie. Non, elle était loin d'être son portrait craché bien que dans ses traits, j'arrivais à voir quelques ressemblances. Mais son caractère, c'était évident, ne venait pas de son père. Enfin tout du moins à première vue, il n'était jamais interdit de changer d'avis... C'était d'ailleurs ce que nous allons voir pendant que je me chargerais de la garder saine et sauve ici en attendant sagement le retour d'Asmodée.
En attendant, toute information était bonne à prendre, en commençant par son état et le nombre de ses blessures.

« Moins qu’on penserait vu mon métier et plus que ce que j’aimerais. » 

J'acquiesçai doucement à sa réponse. C'était vrai, Asmodée m'avait dit qu'elle était une prostituée. Un métier qui ne me dérangeait pas plus que ça, s'il fallait avoir un avis sur la question. Bien que je n'étais pas sûre que la jeune femme y trouve son compte de plaisir. C'était presque dommage de gâcher un tel bonheur pour le transformer en un travail mécanique, détaché, répétitif. Mais enfin pour ce que j'en avais à faire...

« Lui, il a pas aimé qu’une pute lui dise non. Comme si c’était le meilleur coup de la terre… Enfin. J’vois pas pourquoi j’en fais tout un plat… C’est pas comme si j’m’attendais pas à ce genre de situation. Ca fait partie des risques. » 

Les mots de la jeune femme étaient attentivement écoutés, soigneusement retenus, sans jamais l'interrompre pour lui permettre de s'exprimer en ses propres termes, pour ne pas l'arrêter dans sa confession. Il était clair que je n'enviais pas la position de la demoiselle, mais elle avait raison : elle avait fait des choix et elle savait à quoi s'attendre. Je la respectais pour ça.

« Toute façon, dans quelques mois, ça sera plus la question… » 

La tête appuyée sur une de mes mains, mes yeux clairs ne lâchant plus une seconde la jeune femme, je ne manquais aucune de ses expressions de douleur alors que ses traits tirés venaient à heurter une de ses blessures.

‹‹ Qu'est-ce qu'il y a dans quelques mois ? ››

Quelque chose d'important pour sûr. Quelque chose qui impliquerait Asmodée ? Je n'étais plus trop étonnée que mon ami me fasse des secrets en ce moment, plus depuis Tobias et encore moins quand ça touchait de près ou de loin Bélial... Je faisais mine que cela ne m'atteignais pas mais en réalité, je détestais qu'il me cache des choses, qu'il ne me fasse plus entièrement confiance comme avant...
Mais ce n'était pas la discussion pour le moment et puis à force de voir la douleur passer sur le visage de la fille aux cheveux bleus, je finis par me demander si dans la colère de son oncle et dans sa peur à elle, quelqu'un avait pensé à la soigner.

« Non… j’ai accouru ici comme une bonne petite poule mouillée. Et j’rajoute du boulot à Asmo en plus d’être complice de meurtre. Sans déconné, c’est abusé à un moment. » 

Un sourire satisfait apparut sur mon visage : j'avais eu raison, personne n'y avait pensé. Il fallait croire que maman Alrune avait encore un rôle important à jouer dans cette famille.

« Comment vous vous êtes rencontrés avec Asmo ? J’imagine que c’était y a longtemps. Et j’comprends mieux pourquoi Simone peut pas te blairer, en vrai. Y a beaucoup de nana qui doivent pas pouvoir te blairer. » 

Reposant le verre que j'avais prit en main pour descendre une nouvelle gorgée d'alcool, je laissai s'afficher sur mon visage un mélange d'étonnement et de malice face à la remarque d'Elehiel. J'aurais peut-être été en colère si elle n'avait pas prononcer tout ça avec une candeur incroyablement adorable. Cette jeune fille ressemblait vraiment à une poupée, elle était magnifique. Elle avait de qui tenir...

« Ouais.. Euh. C’était un compliment… J’veux dire, t’es superbe. Ca doit rendre pas mal de gens jaloux. Et Simone, elle est pas amoureuse d’Asmo ou quoi mais j’pense qu’elle se sent vite menacer parce qu’elle a construit toute sa vie pour servir Asmo et que tu pourrais bien la rendre inutile et ça, ça la fait flipper je pense. Etre inutile à Asmo. Sauf que c’est pas prêt d’arriver, ça. Mais bon, elle le sait probablement pas. Enfin, voilà… C’était un compliment déguisé en insulte. Une de mes spécialités, ça et le fait que je parle beaucoup trop. Désolée… » 

Elle était vraiment terriblement intelligente et clairvoyante. Et apparemment, la petite Elie en savait long sur Asmodée et les gens qui l'entouraient... Il devait vraiment énormément l'apprécier. Et tout cas, il était certain qu'après notre entrevue, j'aurais à méditer sur certaines de ses paroles...  
Après un moment, un sourire se redessina sur mes lèvres alors que je me retenais presque de rire devant tant de franchise.

‹‹ Tu es adorable. ››

Mais mes yeux retombèrent bien rapidement sur sa lèvre fendue. De ce que j'avais appris sur la nièce d'Asmo, elle n'avait pas de pouvoir, elle n'allait donc pas se régénérer aussi vite qu'un Démon aurait su le faire...
Me levant avec mon rictus malicieux toujours accroché au visage, je fis le tour du comptoir, les yeux parcourant les différents rayons qui s'étalaient devant moi. Il n'y avait toujours personne dans le bar à cette heure trop peu avancée de la soirée et si Ichabod n'était pour le moment pas débordé, je m'estimais assez grande et assez chez moi pour me lever et chercher ce dont j'avais besoin.

‹‹ Asmodée ne t'a jamais raconté notre rencontre ? ››

A m'en souvenir, cela me paraissait bien loin en effet. Il s'était passé tellement de choses depuis la première fois que j'avais vu Asmodée... Tellement d'années... Mais peut-être ne lui avait-il rien raconté pour une raison précise... Je choisis donc une version de l'histoire plus vague, pour le moment.

‹‹ J'ai fait un pacte avec lui, pour qu'il renvoie mon mari six pieds sous terres. ››

A cette évocation, mon sourire faiblit un peu tandis que mes yeux continuaient à passer d'une étiquette d'alcool à l'autre. Les années avaient eu beau passer, je n'étais pas du genre à prendre l'amour à la légère. J'avais sincèrement aimé cette homme, au point de tout vouloir sacrifier pour lui. J'avais porté son enfant et je l'aurais chéri et aimé comme personne avant, si... Alors peu importait les années, peu importait si mon cœur pouvait en aimer d'autres, mon soldat aurait toujours une place toute particulière dans mon cœur.

‹‹ Il n'était plus le même, Asmodée m'a aidé à remettre les choses en ordre... Il a toujours été doué pour ça. ››

Pour les autres évidemment, par pour lui, c'était pour ça que moi j'étais là.
Enfin, je réussis à repérer une bouteille d'alcool pas trop chère – ce qui n'était pas aisé à trouver vu les gouts luxueux d'Asmodée – et une petite réserve de chiffons propres. Empoignant la bouteille d'une main et un des tissus de l'autre, je revins à table où j'ouvrais l'alcool pour en verser un peu sur le chiffon.

‹‹ Je peux ? ››

Relevant mon regard de ma tâche pour le plonger dans celui, sombre, de la belle jeune fille. Reposant la bouteille, venant m'asseoir à demi sur la table, juste devant Elehiel, je saisis doucement son visage pour le relever vers moi. Mon but n'était pas de lui faire peur, elle avait sûrement déjà eu assez de proximité avec des étrangers pour ce soir et moi qui n'avais pas l'habitude de faire attention aux zones personnelles, je faisais maintenant attention à garder une certaine distance entre son visage et le mien. Mais mes gestes étaient doux, apaisants, la réponse par le toucher, comme toujours.

‹‹ Ca va piquer un peu, mais crois moi : tu ne veux pas que ça s'infecte. ››

Je dis doucement, à nouveau concentrée sur ma tâche, avant de presser progressivement l'alcool contre les lèvres de la jeune fille.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 808
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
crédits : Hallows
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Jeu 3 Mai - 15:27

‹‹  Qu'est-ce qu'il y a dans quelques mois ? ››



Mon sourire se perd un peu et j’en profite clairement pour boire mon Mojito. Ca se voit moins. Je suppose qu’Asmodée a dû lui dire. Aucune raison de lui cacher. C’est pas un secret d’état. C’est pourquoi j’ai fait ce pacte de merde qu’en est un. J’inspire doucement, expire avant de dire avec un ton que j’espère assez détaché. J’allais pas lui mentir de toute manière, mon honnêteté que je voulais toujours aussi radicale m’en empêchait. Alrune est appuyée ses poignets courbés. Quand elle fait ça, on dirait un modèle d’une vieille peinture : belle, immuable, gracieuse. Elle me fixe de ses grands yeux et ça me donne un peu la même impression que quand c’est Asmo qui me regarde. Plus rien n’existe autour à part moi et ça me donne envie de devenir toute petite. J’aime pas être le centre de l’attention, c’est bizarre. Je suis habituée au mépris, à l’indifférence ou à l’intérêt mesuré.



-Oh. Asmo a dû t’en parler. Dans quelques mois, j’irais faire un petit tour en Enfer. Asmo m’a dit que ça devrait pas duré longtemps. Je sais pas trop sur quel critère il se base mais de toute façon, c’est mieux que d’y rester pour toujours… Donc, d’ici pas longtemps – selon les critères d’un mec d’un millénaire – je viendrais grossir le club des démons.



J’agite les mains comme une pompom-girl dépressive et pousse un soupir qui en dit long. Quand j’ai passé ce pacte y a dix ans, ça me paraissait tellement loin. Quand bien même ça ne l’était pas, je ne regrette pas. Ca peut paraître étonnant et débile mais c’était soit ça, soit les cauchemars perpétuels et le risque d’y aller quand même. Je suis pas persuadée que les filles de démons aillent spécialement autre part qu’en Enfer. Au moins, j’avais pu profité de la vie plus ou moins normalement. Beaucoup mieux, en tout cas, que dans l’état qui avait été le mien en sortant de l’HP. Je souris un peu et pencha la tête.



-Je regrette pas. Simplement, la date se rapproche et je commence un peu à flipper. Au moins, j’ai profité un peu de mes dix ans, même si y a des hauts et des bas, on va pas se mentir…

Alrune me parle de mes blessures et je suis plutôt heureuse qu’elle le fasse. J’arrête pas de parler de ce truc et j’ai pas envie d’en parler. J’ai envie d’appréhender toute seule dans mon coin sans faire peur à personne. Je lui réponds donc que non, j’ai fui me planquer derrière mon oncle que je connais depuis à peine deux ans. Haha. La bonne blague et j’enchaine. Tout pour qu’on ne retourne pas sur le sujet qui m’angoisse. On a qu’à parler d’Alrune et d’Asmodée. J’ai envie de tester le terrain, de voir si la belle est aussi hermétique que ça au grand nordique.

Suivant Alrune du regard, je la couvre d’un compliment douteux mais visiblement, il passe pour une raison qui m’échappe totalement. Elle a un sourire malicieux tandis qu’elle passe derrière le bar à la recherche d’une bouteille. Je jette un coup d’œil à Ichabod. Il l’a vu faire mais ne bouge pas. Asmodée l’autorise donc à faire comme chez elle. C’est une règle. Même moi, j’ai pas le droit de faire ça. Encore moins quand le bar est ouvert. La seule raison pour laquelle j’ai potentiellement le droit de le faire, c’est pour passer dans l’arrière-boutique, là où Asmo a prévu une salle pour les travailleuses du sexe comme moi. Un havre de paix quand on a besoin de se poser quelques minutes. J’y vais quasiment jamais mais je sais que les autres s’y plaisent. Quand on connait Asmodée, prince des maisons de jeux, c’est pas vraiment étonnant ce genre de chose. Alrune a donc carte blanche, elle est ici autant dans son domaine que Asmodée, ou presque. Ça doit rendre Simone furieuse. Moi, je commence à avoir du mal à comprendre comment la démone de la luxure ne voit pas ce qu’il se passe. C’est son truc, pourtant, la séduction, ce genre de signe. Alors que je réfléchis à tout ça, Alrune me dit que je suis adorable et ça me coupe la chique. Elle me sourit et se retient de rire, on dirait. Loin de me vexer, je lui rends son sourire même si l’adjectif « adorable » me concernant me désarçonne. C’est pas que je le prends mal, c’est simplement que je n’imagine pas que ça puisse être utilisé pour moi.



‹‹  Asmodée ne t'a jamais raconté notre rencontre ? ››



Elle me dit ça d’un ton calme en farfouillant dans les bouteilles. Je ne sais pas ce qu’elle cherche mais ça n’a pas l’air super facile à trouver dans un bar. Je hausse les épaules doucement et sirote toujours mon verre. Asmodée m’a raconté beaucoup de choses. Il m’a parlé d’Alrune et son amour pour Bélial, d’Alrune et les aventures qu’ils ont vécus mais jamais de ça. Je pense qu’il y a quelque chose qu’il cache, un truc que j’ai envie de savoir sans trop savoir pourquoi je veux le savoir.



-Bah… Il m’a raconté des trucs. Je sais que vous vous êtes bien amusés en Italie, que Bélial et toi, vous êtes partis de votre coté à un moment et que vous avez participé à Woodstock, je crois ? Non, c’était peut-être pas toi, c’était peut-être que lui. Je sais plus. Mais de manière général, il me dit rien qui soit vraiment très important pour lui.



‹‹  J'ai fait un pacte avec lui, pour qu'il renvoie mon mari six pieds sous terres. Il n'était plus le même, Asmodée m'a aidé à remettre les choses en ordre... Il a toujours été doué pour ça. »

Je fronce les sourcils et réfléchis un moment avant de demander.



-J’ai raté un épisode, je crois. C’est pas Bélial à qui tu as vendu ton âme ? Je me suis plantée ?



Pendant que je dis ça, je la vois se rapprocher avec un chiffon et une bouteille d’alcool. Elle s’approche de moi et imbibe le tissu. Oh putain ! Elle va pas coller ça sur mes plaies, si ? J’ai l’air d’avoir fait la guerre, ou q… oooooh…. Elle avait pas été infirmière ou je sais pas quoi, Alrune ? Hmm. C’était elle qui l’avait été ou c’était Simone. J’imaginais mal un vampire nouveau-né au milieu du sang et des viscères, ça pourrait faire des dégâts.



« Je peux »  me lance-t-elle avec un sourire desarmant. Je cligne des yeux et regarde, bête, le chiffon s’approché de ma lèvre tandis qu’elle me dit que j’ai pas envie que ça s’infecte. En sentant l’alcool me remplir les narines je recule violemment et glisse de ma banquette. Je m’étale par terre en gémissant. Mon corps est une blessure géante que j’avais presque oublié en parlant avec Alrune. Je me relève avec difficulté, mes jambes complètements dans le coton et la regarde.



-Alors. Euh. Aie. J’apprécie le geste, hein. Vraiment. Ça part d’un bon sentiment. Mais comment dire. Est-ce que c’est obligé d’être de l’alcool ? Non parce qu’y a une trousse de premier soin dans la salle des filles. Ichabod sait où elle est si tu veux.



Un rire nerveux me parcourt et je me rends compte que la panique n’est pas loin. En même temps, je sais pas pourquoi ça me surprend alors que je viens de m’éjecter de mon siège pour éviter plus de douleur. Je vais plus mal que je pensais… C’est à méditer. Je me regarde un peu autour de moi et inspire un grand coup pour ensuite expirer tout aussi doucement. Il faut que je me calme, c’est débile cette histoire. Bon, c’est vrai qu’il se passe beaucoup de choses : Suibhne et Hunter sont introuvables. J’ai beau envoyé des messages aux deux, personnes ne me réponds. Gene non plus. Ça fait longtemps maintenant, au moins un bon mois, voire peut-être même deux. Ca fait que si on excepte Asmodée, j’ai perdu tout contact avec les personnes qui me sont le plus proches. Rien que d’y penser, j’ai envie de pleurer. Je regarde Alrune et me reprend.



-Et, du coup, il s’est jamais rien passé entre Asmo et toi ? J’suis sûre que Asmo serait pas contre, en plus.



Oups. C’était une boulette, ça, non ?

_________________
Iron skin, Crystal heart.
I let the bullets fly, oh let them rain. My luck, my love, my God, they came from pain. You made me a, you made me a believer, believer.

(c) blue walrus


Userbars are so in, this season:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 636
double-compte(s) : -
crédits : Lux Renerna
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Ven 11 Mai - 21:12


judging was made for demons
Elehiel & Alrune




« Oh. Asmo a dû t’en parler. Dans quelques mois, j’irais faire un petit tour en Enfer. Asmo m’a dit que ça devrait pas duré longtemps. Je sais pas trop sur quel critère il se base mais de toute façon, c’est mieux que d’y rester pour toujours… Donc, d’ici pas longtemps – selon les critères d’un mec d’un millénaire – je viendrais grossir le club des démons. »

Je secouait la tête. Non, Asmodée ne m’en avait pas parlé et je n’avais pas honte de le dire. Et s’il voulait garder l’effet de surprise, tant pis pour lui, c’était trop tard ! Il avait qu'à cesser de faire des pauses dans notre relation. Des pauses qu'il semblait diriger seul. Alors certes, peut-être que pendant un moment je n'avais pas fait beaucoup d'efforts, peut-être que j'avais profité que son frère soit un peu plus disponible... Mais de son côté, le Démon de la Colère n'avait pas non plus cherché à me voir... La faute était partagée, c'était certain, mais mon ami me cachait quelque chose, quelque chose de pire encore que sa tragique histoire avec Tobias. Et ma patience de princesse n'était que toute relative...
Considérant l’expression de la jeune femme un instant pour tenter de savoir ce qu’elle ressentait par rapport à ça. 

‹‹ C'est un sacré changement qui t’attend... C’est l’idée d’Asmodée j’imagine... Et toi tu en penses quoi de tout ça ?  ››

Mon ami devait certainement avoir une bonne raison pour avoir décidé de transformer sa nièce en démon...  Et au fur et à mesure de la conversation je me rendais bien compte qu’à part la date de naissance et le groupe sanguin de la demoiselle aux cheveux bleu, je ne savais pas grand chose sur elle. A croire qu’il était bien difficile d’avoir des informations sur la petite nouvelle, surtout quand elle avait été prise sous l’aile d’Asmodée, même pour moi... 

« Je regrette pas. Simplement, la date se rapproche et je commence un peu à flipper. Au moins, j’ai profité un peu de mes dix ans, même si y a des hauts et des bas, on va pas se mentir… »

Non je ne savais pas tout. Mais peut être aussi que malgré tout ce que je pouvais dire ou penser, je n’avais pas tant chercher que ça à savoir. J’avais peut être eu peur de ce sur quoi je pourrais tomber... Et puis c'était quoi cette histoire de dix ans ? Un pacte peut-être ? Je ne voyais rien d'autre.

« Bah… Il m’a raconté des trucs. Je sais que vous vous êtes bien amusés en Italie, que Bélial et toi, vous êtes partis de votre coté à un moment et que vous avez participé à Woodstock, je crois ? Non, c’était peut-être pas toi, c’était peut-être que lui. Je sais plus. Mais de manière général, il me dit rien qui soit vraiment très important pour lui. »

Asmodée, ce beau parleur, cet orateur hors paire capable de parler des heures, des jours durant peut être, cultivé, intéressé, intéressant et pourtant il arrivait à manipuler, à cacher ses émotions. Il aurait su tromper n’importe qui. A priori sa jeune nièce n'était pas faite de la même veine, ses émotions se lisaient sur son visage et si ce n'était pas suffisant, son honnêteté glissait d'entre ses lèvres comme de l'eau d'une fontaine.

« J’ai raté un épisode, je crois. C’est pas Bélial à qui tu as vendu ton âme ? Je me suis plantée ? »

A ce moment, je relevai la tête de ma tache, toujours plus interrogée par la jeune femme. 

‹‹ Eh bien demoiselle, on en sait des choses ! Mais assez parlé du passé. Je crois que tu en connaît déjà assez.  ››

Ce n’était pas dit méchamment, j’avais juste assez plongé dans mes souvenirs pour l’instant. Maintenant il était temps de s’occuper de la jeune femme et de ses blessures. J’avais d’ailleurs trouvé le nécessaire pour se faire... M’approchant de la belle demoiselle, j’allais appuyer doucement le tissus imbibé d’alcool contre ses lèvres quand Elie me glissa entre les mains plus vite que je n’eus le temps de m’en rendre compte. Et pourtant les démons avaient de sacrés réflexes ! Mais en bien moins de temps qu’il fallait pour le dire, la fille aux cheveux bleus fut au sol. 

« Alors. Euh. Aie. J’apprécie le geste, hein. Vraiment. Ça part d’un bon sentiment. Mais comment dire. Est-ce que c’est obligé d’être de l’alcool ? Non parce qu’y a une trousse de premier soin dans la salle des filles. Ichabod sait où elle est si tu veux. »

J’haussai les épaules en regardant la nièce d’Asmodée se relever, toujours appuyée contre la table du bar, quelque peu ébahie par sa réaction. Pourquoi diable avait elle si peur ? 

‹‹ Hum. Alcool, solution hydroalcoolique...  ››

Je n’y avais pas vu de différence. Elle, si. 

‹‹ Tu as un problème avec l’alcool ?  ››

Je ne serais pas allée jusqu’à affirmer que poser directement les questions était le meilleur moyen d’avoir des réponses car qui pouvait bien être en mesure de compter le nombre de stratagèmes plus ou moins directs que j’avais utilisé pour obtenir ce que je souhaitais ? Je ne m’y serais personnellement pas aventurée. 
Ma voix était toujours douce, je n’obligeais pas la jeune femme à me répondre. Elle n’était obligée à rien en ma présence. 
Me redressant doucement, je posai le torchon au dessus de la bouteille sur la table avant de me réinstaller tranquillement à ma place, tournée vers Elehiel. 

‹‹ Fais comme tu veux.  ››

Je répondis pour l’alcool, la trousse de secours, tout ce qu’elle voulait, mais elle ferait mieux de se soigner si elle ne voulait pas que les prochains soins soient bien pire qu’un petit tissus imbibé.

« Et, du coup, il s’est jamais rien passé entre Asmo et toi ? J’suis sûre que Asmo serait pas contre, en plus. »

Cette fois ci le rire m’échappa vraiment. Un rire bref mais sincère. 

‹‹ Non, bien sûr que non ! C’est mon meilleur ami, presque mon frère.  ››

Et j’y croyais. Il était comme ma famille. Il m’avait tendu la main quand je n’avais plus personne. Il m’avait offert un toit, il m’avait offert toute une nouvelle vie. Et si rares étaient les personnes d’un tel charisme pour lesquelles je n’avais pas d’attirance, lui en faisait partie. 

‹‹ Je sais que j’ai des rapports très étroits avec le sexe mais je n’en suis pas encore arrivée à l’inceste.  ››

Avec encore un rire au bout des lèvres tandis que je prenais une nouvelle gorgée d’alcool, oubliant totalement la réflexion d'Elie concernant le consentement d'Asmodée.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 808
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
crédits : Hallows
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   Dim 13 Mai - 13:11

Etonnant qu'Asmo n'est rien dit à Alrune... Ou alors connaissant cet andouille à meches, il a été super explicite. Ca serait pas étonnant, en vrai. Ça la blase, je le vois bien. J'ai un petit sourire désolée. J'imagine qu'elle doit souvent se sentir mise de coté. Je savais sans doute des choses qu'Alrune ne savait pas et je savais également lequelles ne devaient pas remonter aux oreilles de mon paternel.

‹‹ C'est un sacré changement qui t’attend... C’est l’idée d’Asmodée j’imagine... Et toi tu en penses quoi de tout ça ?  ››


Je hausse les épaules d'un air dubitatif. J'en pense pas grand chose, en fait. J'en sais rien.

-C'était pas l'idée d'Asmo. J'ai pas passé mon pacte avec lui. En vrai, j'me suis fait pourrir quand il l'a su. Par contre, c'est son idée de me faire sortir le plus vite possible.

Je soupire et ferme les yeux.

-De ce que j'ai vu de l'enfer grâce au don inutile de revivre les années de mon cher papounet en bas,  j'ai pas spécialement hâte... Après, j'ai passé un pacte, me reste plus qu'à assumer. Quelque part, c'est mieux que ce que j'avais, honnêtement. Même si je me suis faite avoir.

Je me tais un moment et la regarde avant de demander timidement.

-Ca va ? T'as l'air blasée. T'sais, Asmo, il te fait confiance. C'est juste que c'est Asmo, il est secret et il se laisse pas dire les choses qui le travaillent vraiment... C'est pas toi, le soucis.

C'était sans doute assez déplacé mais elle a vraiment pas l'air super bien. Je finis mon verre tranquillement et soupire d'aise. Quand elle me raconte son histoire du passé, je suis super confuse. Je me redresse un peu et l'écoute avant de demander si c'est pas à Bélial qu'elle avait vendu son ame.

‹‹ Eh bien demoiselle, on en sait des choses ! Mais assez parlé du passé. Je crois que tu en connaît déjà assez.  ››

Je fronce les sourcils et penche la tête sur le coté. Je suis dubitative. C'est quoi cette histoire de double pacte à la con ? C'est juste impossible de vendre son âme deux fois. J'ouvre la bouche et la referme.

-Euh... On peut pas vendre son âme deux fois. Donc t'as pas pu passé un pacte deux fois. C'est soit Bélial, soit Asmodée. Ca peut pas être les deux. Et si le premier pacte c'était le soucis, alors c'est que Asmo l'a fait gratos. Ou pour le baiser. Mais t'as pas vendu ton âme à Asmo et connaissant Bélial, ça m'étonnerait qu'il t'ai libéré de ton pacte pour que tu te revendes à Asmo, derrière. Trop borné ou trop plein de balais dans le cul, au choix.


Je hausse les sourcils. Elle a pas dit qu'elle voulait plus en parler ? Merde. Je ris un peu, je suis gênée. Je m'enfonce dans mon fauteuil et lâche un.

-Désolée ! J'arrête. Désolée.


Après ça, elle s'approche de moi avec un foutu torchon imbibé de vodka, sincèrement j'ai glissé de ma chaise façon patinette et je me suis éclatée par terre. J'ai vraiment des bleus partout, c'est délicieux. Je me redresse et la remercie de vouloir me soigner. Je peux pas me permettre d'avoir plus mal, ça va partir en couille et j'ai déjà bien du mal à controler les tremblements. J'aimerais éviter autant que possible d'entendre des voix et de partir en live devant Alrune. Bonjour l'image de marque après ça. Alrune me regarde avec la surprise dans le fond de ses prunelles, je me gratte la tête, grimace parce que j'ai une sacrée bosse.

‹‹ Hum. Alcool, solution hydroalcoolique... Tu as un problème avec l’alcool ?  ››

Je secoue la tête et souris.

-Non. Je viens de m'enfiler un Mojito, c'est pas l'alcool, le soucis. Le soucis, c'est que je suis à deux doigts d'une belle grosse crise et j'aimerais éviter de ruiner la soirée en m'enfermant dans les chiottes pour me taper littéralement la tête contre les murs. Sans Et ça, ça va piquer la race à sa grand-mère. Et je pense que si j'ai plus mal que ce que j'ai déjà, ça va partir en couille. Donc. Voilà. C'est... ben... C'est juste ça, en fait...

Je plisse les yeux avant de dire.

-J'avais dit que je le disais pas à voix haute, ça...

Je soupire et me masse les tempes.

‹‹ Fais comme tu veux.  ››

Je lui lance un sourire reconnaissant et file à petite foulée chercher la trousse de soin que je pose sur la table entre nous. J'ouvre la malle et y a beaucoup beaucoup trop de chose qui me disent absolument rien. Je regarde tout ce merdier d'un air bête. Je fais quoi avec mon idée brillante, maintenant... ?

J'en profite aussi pour lui demander ce qu'il en est entre elle et Asmodée. La réponse me fait la fixer beaucoup trop longtemps avec un air perplexe.

‹‹ Non, bien sûr que non ! C’est mon meilleur ami, presque mon frère.  ››

Ah ouais, il est même plus dans la friendzone, il est encore plus loin que ça. Ca m'étonne même pas. Il a dû lui envoyer des signaux de fumées super cryptiques et complètement alambiqués. Je prends une nouvelle gorgée.

‹‹ Je sais que j’ai des rapports très étroits avec le sexe mais je n’en suis pas encore arrivée à l’inceste.  ››

Je m'étouffe et tousse comme une damnée. Bordel de merde. Mais c'est pas vrai. Je mets quelques secondes à calmer la quinte de toux. J'ai les larmes aux yeux et d'un coup, je me sens tout de suite beaucoup plus sexy, c'est incroyable.

-... Et, euh... Asmo, il est au courant que c'est presque ton frère ou bien ? Non parce que, moi j'suis pas complètement sûre...

_________________
Iron skin, Crystal heart.
I let the bullets fly, oh let them rain. My luck, my love, my God, they came from pain. You made me a, you made me a believer, believer.

(c) blue walrus


Userbars are so in, this season:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Not meant to be • Elehiel&Alrune   

Revenir en haut Aller en bas
 

Not meant to be • Elehiel&Alrune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-