Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 "Fortress" {Earl & Ciulin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Jeu 1 Mar - 22:48

- "Il vécut seul et eu beaucoup de petits chats..."

On va dire ça comme ça. C'est étrange dit comme ça, mais oui, presque. Avec une guitare et un harmonica.

- Tu m'as toujours pas dit comment tu t'es pété le bras.

Tu déglutis. Non en effet et tu hésites encore à lui dire. Elle pourrait très mal réagir et tu hésites encore sur la version des faits. C'est flou dans ta tête. Et tu n'en veux même pas à la personne qui t'as fait ça. Tu veux que Ciu oublie ça tient...

- J'ai retrouvé Shioban. 'M'étais fait un tas de film sur nos retrouvailles. J'ai fait fait plusieurs scénars dans ma tête : celui où elle me reconnaissait pas, celui où je la découvrait rangée et heureuse et que je me présentais même pas... Et même la version un peu mélo où on se retrouve on se chiale dans les bras. P'tain, c’est tellement con quand j'y repense. Dis à voix haute ça me fait vraiment passer pour un tâcheron fleur bleue… On s’est retrouvé. Elle est aussi cassée et paumée que moi. Elle... On s'est engueulées, on s’est tapées dessus, on a baisé. J'ai fui et j'y suis pas r'tournée depuis.


Tu écoutes sans rien dire, rassuré de changer de sujet, l'observant à tes pieds. Tu restes figé sur son tatouage pendant son récit. Un question se pose à toi d'un coup. Si.. Ton Ange revenait… comment cela se passerait ? Avec le temps tu n'y avais jamais pensé non plus. Et si ça finit comme avec Ciu ? Et s'il elle avait refait sa vie ?

- C'est naze, hein ? Chuis la dernière des connasses. C'est ça que je suis, frate. Tu sais c'est quoi mon taf ?

Tu fronces les sourcils. Quoi ? Son boulot ?

- Tu veux regarder dans ma tête, Earl ?

Tu grimaces. Tu n'aimes pas ça.

-Tu sais que je n'aime pas le faire ? Sur n'importe qui… Tu en es sure ? Tu pourrais revoir de mauvais souvenir… si je ne me contrôle pas…

Qu'est-ce que tu pourrais voir ? Qu'est-ce que tu pourrais y trouver ? Cela ne pourrais pas te surprendre si tu y vois des morts. Ce n'est pas la première fois.

-Je ne sais pas ce que je vais y voir, mais je n'ai pas spécialement peur tu sais… J'en ai vu… ne t'en fais pas pour moi…

Tu te prépares, et pour ça, tu vas à son niveau, en face d'elle en tailleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Mar 20 Mar - 0:22

Earl se lève, se coule jusqu'au sol. Ce mec est gracieux même avec des os félés. Les anglais... Je lui laisse une place, on se retrouve en tailleur l'un en face de l'autre. Je le regarde. J'ai les miquettes. Une frousse que même les monștri n'ont jamais généré. Ce saut vers la vérité va nous changer, lui comme moi.

-Je ne sais pas ce que je vais y voir, mais je n'ai pas spécialement peur tu sais… J'en ai vu… ne t'en fais pas pour moi…

Je déglutis. Rare son ceux qui peuvent m'observer sous ce jour de gosse blessée, meurtie, et cassée. Je lui offre une expression misérable et peinée.

- Tu sais pas Earl. Dis pas des trucs que tu sais pas. Quand t'auras vu, tu me chasseras peut-être d'ici. J'ai un sourire grinçant. Allez... Fais ton "truc".

Je ferme les yeux tant pour lui simplifier la tâche que pour me donner le courage de continuer.

J'essaie de clarifier mes pensées, mais rien n'est lisible. C'est un merdier sans nom. A l'image de ma vie. Earl se noie dans le magma de souvenirs qui bouillonnent.


Halètements.
Souffles courts.
Frottement de peaux.
Il fait chaud.
Les baisers moites échangés, l'empressement maladroit. Deux chevelures noires qui se mêlent, s’emmêlent. Shioban est si belle. Buée et humeurs liquides, fluides. Râles en vagues. Gêmit.
« Je t'adore si fort, Molie... » 

Halètements.
Souffles courts.
Craquement d'os.
La pluie pince.
Elle pique les blessures à vif. Du sang. Partout. Des morceaux, des rires qui claquent, de l'adrénaline. La machette en argent vole, fait voler la tête. Les têtes. Les monstres, grotesque, effrayant et si réels. Le décor change mais on rejoue la scène. Meurtre et Échafaud. Les cadavres s'empilent. La rage est brute, le plaisir aussi. Hurlement rauque. En cascade.
Exultation d'être en vie.
Et pas eux.

Halètements.
Souffles courts.
Nez bleui.
Le beurre est noire, la foule en furie. La sueur ruisselle sur les corps qui endurent. Efforts. La lumière crue blesse plus que les poings. Les cordes s'enroulent au quatre coins. Le monde brille. Tout n'est qu'étoiles fugaces. Vrilles. L'arbitre lève ton bras. C’est fini.
Coutures, surpiqûres et piqûre. La seringue de testostérone se plante dans tes veines.
Fin du round.

Halètements.
Souffles courts.
Aiguilles d'escarpins.
Vapeurs d'opium.
Joie mutine. La musique est forte et ta robe est jolie. Un regard vers « lui ». Il devront s’entre-tuer tôt ou tard. Mieux vaut tard et jamais. Danse, danse jusqu'à l'oubli. Trois petits tours et puis s'en vont. Doigt sur la bouche de Thaddeus. Le Vampire sourit.
« Chuuuut... »
Rideau.

Halètements.
Souffles courts.
Pleurs et insomnies.
Il fait froid. L'Amérique c'est loin de la Roumanie. Tu va crever ici. Un peu de bouffe, un peu de chaleur, ça vaut bien ton hymen et tout ce qu'il y a à l'intérieur. Laisser-aller et billets verts. Carcasse prostrée. C'est pas beau, ni bon. « C'est » juste.
Et c’est plus rien très tôt.
Parti.

Halètements.
Souffles courts.
Caverne sombre.
Nuit Noire.
Bide qui se liquéfie. Douleurs menstruelles et première lune. Le Strigoï est là, lui aussi. Créature famélique et affamée, tentée -si tentée- par cette toute jeune femme offerte en pâture. Tu n'a qu'un couteau, un simple couteau en argent.
Père est là-haut. Père regarde.
T'aime t'il autant que Nelu et Iulan pour t'offrir à la mort.
Comme eux.
« Soit le fils que je n'ai jamais eu... »



Mes paupière s'ouvrent. Mes pupilles se dilatent.
Je regarde Earl dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Mer 21 Mar - 21:10

Elle déglutit doucement, comme si elle avait peur que tu vois quelque chose d’inattendu ou de dangereux.

- Tu sais pas Earl. Dis pas des trucs que tu sais pas. Quand t'auras vu, tu me chasseras peut-être d'ici.


Tu fronces les sourcils ne comprenant pas de suite, mais qu'importe. Il faut poser les cartes sur la table avant qu'un malheur de plus n'arrive. Et puis vous aviez dit qu'il était temps de tout dire.

-Allez... Fais ton "truc".

Tu hoches la tête et pose ta main sur sa tempe avant de fermer les yeux. Qui sait. Tu pourrais très bien avoir une clairvoyance plutôt qu'une lecture de pensées, mais Tu t'en fous, il faut que tu vois… Tu fermes les yeux et te concentre… Tu entends son cœur qui bats entre chaque vision, lecture.. Un nouveau chapitre de sa vie… comme une sorte d'horloge, de compteur..

~*~

- Je t'adore si fort, Molie…

Tu vois une jeune femme au long cheveux ébène, juste son visage souriant entre deux baisers. Shioban… Son visage restera dans ta mémoire.. Encore… C'est l'Ange de Ciu, la seule personne qui peut la voir comme toi tu vois le petit chat égaré...

~*~

Du sang t'éclate au visage alors que tu suis le mouvement de l'arme qui fait tomber les têtes comme s'il s'agissait de vulgaire morceau de plastique. Tu grimaces et ferme les yeux, t'échappant de cette vision d'horreur…

~*~

Un coup dans les dents qui fait mal, trop de monde autour qui hurle ton nom. Tu ne sais pas.. si… c'est un combat. Un combat aussi inégal que vital. La rue. Les seringues… Tu sais ce qu'elle contiennent… C'est ça.. la porte de sortie… Le nouveau début des emmerdes.

~*~

Une danse dans les bras d'un inconnu au yeux sombres et au sourire étrange. Une jolie robe et un sourire assassin. Une valse sanglante… Une valse au bras d'un ennemis. Longue agonie.. Stress.. Ou cela mènera ?

~*~

Tes dents claquent sous le dur froid de la rue. De la neige ? Possible. Le corps en boule pour se réchauffer, c'est ce qu'il te reste dans cet endroit inconvenable. Tu lâches une larme sur ta joue en sentant la triste douleur de la faim et de la soif qui s'allient pour faire brûler tes poumons… Alors que ce qu'il reste c'est vendre ta dignité… Le peu qu'il te reste..

~*~

Douce jeunesse envolée dans les bras d'un couteau d'argent et la mort en face te salue. Prenant l'apparence d'un doux prédateur alors que le sang coule entre tes jambes. Le visage d'un père en hauteur espère qu'il garde l'honneur de la famille sur tes épaules… qui es-tu ? Que deviendras-tu ?

~*~

Tu lâches le lien, en sueur et dans un cri soudain. Ton coeur ne s’arrête pas, il bat trop fort et sur le coup de la surprise tu t'effondres un peu, la main sur ta poitrine qui te brûle à ton tour. La douleur te marque comme jamais et.. Tu oses lever les yeux vers elle. Comprenant ses cauchemars, ses nuit agitées. Tu comprends ses vas et vient incessants, ses apparitions nocturnes. Elle chasse. Du gros gibier.

-Lion…

Le seul mot qui te vient. Non.. elle… Tu te redresses juste un peu pour retomber sur tes genoux, épuisé.

-Tu… Oh Ciu…

Tu l'as prend dans tes bras. Incapable de rajouter… quelque chose de correct… du moins une phrase complète.

-Tu.. le.. Ma porte restera ouverte.. n'importe quand…

Tu ne peux pas… te détourner de ta générosité.. Non..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Jeu 5 Avr - 16:15

Il hurle. Son hurlement me déchire l'âme comme une feuille de papier. Sa souffrance, crue, dépiautée de son emballage, est celle que j'ai coulé dans le béton armé de mes propres souvenirs. Cette douleur ne m'atteint presque plus. Presque. Un vague écho à peine, parfois, quand je suis saignante ou trop bourrée.
Désormais, il sait.
Désormais, il est libre de me craindre et de me détester.
Son regard est un marteau piqueur qui détruit le bunker que j'ai solidement échafaudé. Je suis terrifiée, terrorisée à l'idée qu'il me jette aux orties.

- Lion...

Froncement de sourcils.
Je ne saisis pas le sens de ce mot qui lui échappe, qui vient de loin. Un dérapage intime.

- Tu… Oh Ciu…

Je... Je quoi ?
Crache le morceau, putain ! Dis-le que je te dégoute , que j'te fous les foies, que tu veux me chasser, que tu veux plus de moi dans ta petite vie cosy. Jamais. Dis, le Rhahat !
Il est crevée, vidé comme un berlingot de jus de fruit, le même que je lui siffle chaque matin que Dieu fait. Son message est trouble et, pendue à ses lèvres, à son verdict, je n'ose plus bouger. Un lapin pris dans les phares d’une bagnole.

-Tu.. le.. Ma porte restera ouverte.. n'importe quand…

Son bras libre m'enlace, il se niche contre moi, il me couvre de cette même affection inexplicable. Je ne pige pas. Je ne suis qu'une crevarde, un truc mauvais. Je suis moche et sale en dedans, sans vergogne, sans pitié, sans rien pour personne. J'ai rien à t'offrir, espèce d'idiot. J'ai rien.
Chuis rien.

- T'es qu'un couillon... que je fais d'une voix fêlée.

Les larmes s'échappent, cavalcade, j'inonde son épaule de chiale. Je n'ai pas pleuré comme ça depuis des années, pas depuis les genoux de ma mère. Je le sers contre moi, des fois qu'il s'évapore ou qu'il change d'avis. On ne sait jamais. C’est un peu trop beau. Binecuvântat ești tu, binecuvântat ești tu, înger din cimitir.

Le temps fuit.
J'ignore combien d'eau nous avons perdu. Elle s'est évaporée et me laisse vaguement chose, cuite à l'étouffée. Je ne l'ai toujours pas lâché. Son odeur de thé, et de poils de chat m'apaise. Alors, seulement, je m'écarte. J'ai trop honte de le remercier honnêtement. Tous les mots du monde ne seraient pas assez chargés de gratitude. Earl tu es mon frère, désormais, familia mea. Tu comprends ça ?

J'opte, donc, pour la diversion.

- Qui est Lion ?
Épiphanie tardive. Qui t'a cassé le bras, frate... ?

Peu importe la crinière du fauve, j'irais le buter.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Jeu 5 Avr - 21:47

Elle ne bouge pas, ne te repousse pas alors que tu t'approches. Et mine de rien cela aurait dû être toi qui devait la jeter dehors, l'éloigner. Ses démons loin de toi, mais non. Qui es-tu donc pour te permettre cela ? Ils ne t'ont pas élevé comme ça. Certes ce n'était pas les meilleurs parents du monde, mais ils avaient des valeurs. Et ne jamais laissé tomber quelqu'un dans le besoin en faisait parti. Tu ouvres donc les bras, tu ouvres ton cœur. Tu ouvres ton cœur à ce chat sauvage.

- T'es qu'un couillon…


C'est vrai que tu peux être un couillon, un naïf, qui croit que la vie vaut la peine d'être vécue et que chaque rencontre apporte quelque chose. Tu rigoles un peu alors que tu sens que les larmes coulent sur sa joue. Tu as un petit pincement dans ta poitrine. Tu la sens si faible dans tes bras maintenant, c'est limite déstabilisant. Pourtant avec ce qu'elle a vécu, cela paraît impensable. Peut-être que même le plus dangereux des prédateurs peut être humain. Tous les humains sont des monstres. Chacun plus que d'autres.

- Qui est Lion ? Qui t'a cassé le bras, frate... ?

Tu te mords la lèvre et recule un peu pour croiser son regard. Tu affiches une certaine détermination. Une détermination pour qu'elle ne l'approche pas, qu'elle l'oublie, qu'elle soit loin. Tu te promets que jamais ils ne se croiseront. Tu ne veux pas les perdre. Ni l'un, ni l'autre. Pour différente raisons.

-S'il te plait non. Laisse Lion tranquille. C'est de ma faute si je suis dans cet état. Il n'a pas fait exprès...

Ne pas donner de nom. De toute façon, tu ne le connais même pas. Tu n'as que son visage dans ta pauvre caboche. Tu prends sa nuque et pose ton front contre le sien. Proximité. Mais c'est uniquement pour prouver que tu ne reculeras pas. Un regard glacial.

-Promet moi de le laisser tranquille…. C'est entre lui et moi. Uniquement… Je veux juste que tu fasses ce que tu fais depuis toujours pour ta sécurité ou ceux que tu aimes, je m'en fiches… mais pas lui… Promet le moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Jeu 5 Avr - 22:18

Traquenard.
J'ai mis le pied dans un piège à loup. "Lion" est une saloperie et mon instinct me crie que c'ets le genre de nuisibles que j'éradique. J'ai sincèrement aimé Thaddeus, j'ai eu du regret pour Yuichiro. Le monde n'a jamais été cette peinture en noir et blanc que mon père voulait me faire gober. Il faut être un monstre pour tuer des monstres. Il faut être humain pour se dissimuler parmi eux. Le reste, c'est juste une affaire de choix merdiques ou de mauvaises circonstances.


-... C'est de ma faute si je suis dans cet état. Il n'a pas fait exprès...
- Ça lui arrive souvent "de ne pas faire exprès" ?

Je grince, à peine.
Il m'attrape par la nuque, joint son front au mien. Communion. Ferme et sans concession.

-Promet moi de le laisser tranquille…. C'est entre lui et moi. Uniquement… Je veux juste que tu fasses ce que tu fais depuis toujours pour ta sécurité ou ceux que tu aimes, je m'en fiches… mais pas lui… Promet le moi...

Un silence.
Un ange qui vient crever sur le parquet. Loki miaule et vient nous ronronner aux flancs. Petite merde à poils longs, parfois tu sais jouer de tes talents pour détendre les cordes tendues. Mes nerfs se dénouent, mes épaules s'affaissent. Vaincue par abandon.


- Ok. Pesant soupir, le temps d'un battement de paupière avant de replonger dans la piscine de ses yeux. J'te laisse gérer ton biz', frère." Noli me tangere".

Je lui attrape le visage à deux mains. Mes pouces flattent ses pommettes effilées. Il y a de l'amour, du vrai, dans ce geste brusque.

- Mais, si jamais, tu me reviens cabossé parce qu'il a "pas fait exprès". Je m'en mêlerais...

Tu mérites mieux que quelqu'un qui te bat. Tu mérites d'être aimé comme un saint. Toi et moi, on sait comment a fini Jésus à force de tendre bêtement les deux joues... J'ai pas une gueule de Marie-Madeleine, tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Jeu 5 Avr - 23:05

- Ça lui arrive souvent "de ne pas faire exprès" ?

Grognement, grincement des dents, chat qui feule. Son ton est sec, nerveux. Elle ne te croit pas vraiment. Mais il le faudra. Il faudra qu'elle t'accorde la confiance que tu as besoin. Il y a un temps de silence entre vous. Comme un espèce d'accord fait dans le vent, entre vous. Sans mot. Puis Loki apparaît, comme d'habitude et il vient vers nous. Comme s'il voulait être dans nos bras, comme s'il sentait que quelque chose n'allait pas. Je rigole alors qu'elle se détend.

- Ok. J'te laisse gérer ton biz', frère." Noli me tangere".

Elle pose ses mains sur mes joues. Un peu rapidement, mais j'y vois qu'elle y met du coeur, du sien. Elle aime étrangement. Mais elle sait aimer. Tu l'as vu. Elle n'a juste pas eu de chance c'est tout. Peut-être que ton antre, ta maison, ton espace intime, ta présence lui permettrait d'être elle même, calmement, sans le sang et les armes...

- Mais, si jamais, tu me reviens cabossé parce qu'il a "pas fait exprès". Je m'en mêlerais…

Tu rigoles doucement et te relève enfin en lui tendant la main. Il faudra pas que vous restiez par terre sur le sol. Tu comprends son point de vue évidemment. Tu lui aurais dit la même chose.

-Ne t'en fais pas.

Tu la guides jusqu'au canapé et te met en face. Loki en profite pour venir sur tes cuisses en bon chat collant et possessif qu'il est. Tu rigoles et lève la tête vers l'horloge. Ah oui. Cela faisait un bon moment que vous étiez là. Il serait temps de penser à la soirée. Tout en caressant le chat blanc tu repose tes yeux vers Ciu.

-Tu restes dormir ici ce soir ? Histoire que je sache quoi faire pour le dîner. Et au pire je te laisse la seconde chambre, ça me ferais mal de te laisser le canapé même si je sais que tu viens aussi dans ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Ven 13 Avr - 0:06

- Ne t'en fais pas.

La phrase fait soap. Mon palpitant n'est aps convaincu, ma caboche non plus. Mais quand mama me disait " Ne t'en fait pas", je lui ai toujours fait confiance pour tenir cet engagement. Il en sera de même pour Earl.
Il est mon semblant de chez moi.

- Tu restes dormir ici ce soir ?
- Aller...
- Histoire que je sache quoi faire pour le dîner.
- Aahaha, arrête t'sais très bien que c'est moi qui vais finir par jouer les commis.[/i] Regard vers Loki qui vient me provoquer de sa queue en plumeau. [i]J'crois que mon "taf" peut se passer d'moi une nuit ou deux,
que je dis en jouant à rebrousser son poil.
- Et au pire je te laisse la seconde chambre, ça me ferais mal de te laisser le canapé même si je sais que tu viens aussi dans ma chambre.
- Heyyy, c'pas d'ma faute si t'es plus relaxant qu'une cuite au jack da'... Je ricane comme une bécasse.

Soupir d'aise.

Paisible.
Vaporeux.
Je me sens épuisée mais c'est de la saine fatigue. J'ai vidé mon sac, posé mes lames au clair sur la table. Chuis à poil. C'est pas si mal de desserrer les poings, de temps à autres.

- Crois-le ou non, du moment où j'tai rencontré, j'ai redécouvert ce que c'était le sommeil. Je le regarde en percutant seulement maintenant que... ça t'embête ?

Je me gratte l'arrière de la nuque.

- Si jamais "Lion" m'découvre un jour dans ton pieu, il va peut-être s'faire de mauvaises idées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Sam 14 Avr - 15:24

- Aller...

Elle reste chez toi, histoire de se poser tranquillement. Tu as peur maintenant. Tu as juste peur qu'elle se fasse tuer.

- Aahaha, arrête t'sais très bien que c'est moi qui vais finir par jouer les commis. J'crois que mon "taf" peut se passer d'moi une nuit ou deux.

Ce serait une bonne idée oui. Tu hoches doucement la tête. Puis une nuit ou deux de moins à te ronger les ongles en pensant qu'elle pourrait mourir un jours ou l'autre. C'est mieux que de devoir l'enterrer avec personne autour un de ces jours.

- Heyyy, c'pas d'ma faute si t'es plus relaxant qu'une cuite au jack da'...

Ah. Tu ne sais pas comment le prendre. Vraiment. Tu rigoles un peu entre deux phrases de votre dialogue sans queue ni tête. C'est si étrange cette complicité que vous vous portez.

- Crois-le ou non, du moment où j'tai rencontré, j'ai redécouvert ce que c'était le sommeil. Ca t'embête ?

Tu secoues la tête négativement. Bien sur que non cela ne te dérange pas. Tu commences à aller dans la salle à manger pour préparer la tambouille. Même à une main tu peux le faire. C'est comme ça, vieille, très vieille habitude de célibataire et pourtant cela ne te dérange pas de faire pour deux, trois, quatre.

- Si jamais "Lion" m'découvre un jour dans ton pieu, il va peut-être s'faire de mauvaises idées…


Tu rigoles un peu. C'est étrange comme phrase, mais non.

-Non ne t'en fais pas pour ça. Mets moi juste la table.

Un miaulement plaintif. Loki. Il monte sur le plan de travail alors que tu commences à peine à couper les légumes. Tu lui embrasse la tête, par habitude. Beaucoup de maître d'animaux ne supporte pas qu'ils traînent sur les tables ou ce genre de bêtises.

-Mais oui tu auras à manger mon grand, attend ton tour Loki. Ciu ?! Tu veux quoi avec tes carottes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Lun 30 Avr - 17:45

- Non ne t'en fais pas pour ça. Mets moi juste la table.

Que je m'en fasse pas, hein ? T'es marrant, frate, mais  je tiens pas à beaucoup de monde sur cette foutue terre. Pas de bol, tu es l'un des trois.
Je me redresse et j'ouvre les placard, à l'aise. Je connais bien l'endroit et l'emplacement des choses à force. Squattage sans loyer, colloc' d'oreiller. Je dispose les assiettes et les verres, avant de me mettre en quête de fourchettes et de couteaux.
C'est presque parodique, cette sensation de repas de famille. Je me retrouve là, gamine, à écouter ma mère donner des ordres de ses fourneaux.

- Ciu ?! Tu veux quoi avec tes carottes ?
- Chuis pas un lapin, Mama ! Fous-moi de la viande avec ça !

Je ricane  en remplissant une carafe d'eau.
Et mon sourire fond tout doucement. Que font-ils à cette heure, cette famille que j'ai reniée ? Ma mère borde-t-elle toujours les petits en chantonnant la comptine de la Nuit ? Père préside-t-il toujours la table en récitant la bénédiction des Nocturnes ? Vioréa doit avoir grandi. Cristian a peut-être une petite amie. Ai-je d'autres frères et soeurs ?

N'y pense pas.

L'image de Shiobàn s'impose. Sa peau laiteuse, sa chevelure d'encre, ses soupirs. Ses promesses de foyer.


N'y pense plus.

T'as pas le droit.

-  Tu nous a fait quoi de beau ? J'ai la dalle.


Mange.
Demain tu ne pourras peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Mer 2 Mai - 18:42

Les carottes en tranches, tu les fous dans un walk assez grand. Et hop, on y rajoute une bonne pincée de curry et du riz qui restait. Tu attends la réponse de ton invitée qui rétorque avec humour.

-Chuis pas un lapin, Mama ! Fous-moi de la viande avec ça !

Tu rigoles de bon coeur à l'appellation et va chercher dans le frigo ce qu'il te reste. Ah la chanceuse. Tu attrapes la viande haché, en fait des petits bout et le rajoute à la mixture. Un peu de tout, un peu de rien. Ouais, au moins elle se rempliera le ventre de manière équilibrée. S'il faut que tu l'héberge, autant que tu t'occupes comme il se doit. Vu que pour toi, c'est déjà fait. Puis cela te donne une nouvelle raison de vivre…

-Tu nous a fait quoi de beau ? J'ai la dalle.


Tu prends un de tout dans uns cuillère propre et lui tends assez près de la bouche pour qu'elle mâche dedans.

-Goûte avant de dire non. Tu verras.


Grand sourire, bienveillant. Puis mine de rien, a force de savoir comment faire la cuisine seul, tu sais quoi faire pour marier les ingrédients ensemble. Tu la regardes, presque soulagé. Au pire tu lui feras autre chose, mais qu'importe. Du moment qu'elle mange comme il faut.

-Et prend ce que tu veux comme boisson dans le frigo. Au pire je ferrais une liste demain. Ca te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Lun 14 Mai - 16:27

-Goûte avant de dire non. Tu verras.

Ce gars.
Merde, il est impossible qu'un tel gars existe, trop précieux pour ce monde fangeux et dégueulasse. Je vais cligner des yeux et il va disparaître, et je serais là où j'aurais du être : la joue dans le caniveau, le bide ouvert et la bidoche en étoile sur le pavé.

-Et prend ce que tu veux comme boisson dans le frigo. Au pire je ferrais une liste demain. Ça te va ?

Demain.
Y'a des demains possibles avec ce type. Est-ce que c'est mal de savourer cet instant de paix tout simple quand on a l'âme en violence comme moi ? Je ne mérite pas ta bouffe, Earl, ni une place à ta table, ni même une dans ton coeur. T'es un drôle de type, Earl.
J'attrape deux bières dans le frigo, avant de me raviser et de plutôt choisir l'eau minérale. Je consomme beaucoup trop de binouzes en ce moment et ça finit jamais bien. Je pose le cul devant mon assiette. Ça sent bon. Ça a l'air bon.

- Tu bouffes pas toi ? Même pour m'accompagner ?

Je graille vorace. J'ai pas de manières, elles se sont perdues dans les ténèbres après que Thaddy ait lâché prise. L'est où c'con là ? Dans une villa morbide, sans doute, du marbre et de la marqueterie plein sa bibliothèque et sa réserve de whisky.
C'était une belle époque.

- HUM ! P'chain, Ear ! Cha déchire...
Que je baragouine la bouche pleine, avant d'avaler goulûment. Sérieusement, c'est curieux que tu te sois pas trouvé de meufs depuis "Machine". 'Fin tant pis pour ces dames, ça m'en laisse plus pour moi.

Je dévore en bonne morfale. C'est pas faire honneur au temps de préparation, mais, merde ! C'est bon !

- Mec, t'es quand même le seul gars que je connais qui invite un meurtrier à gueuletonner après que c'ui-ci lui ai raconté toute la merde qu'il a pu faire.

Silence gênant.

- Scuze, s'tait pas hyper drôle.

Je regarde le fond de mon verre d'eau. Je regrette la bière d'un coup.

- J'aurais pas assez d'une vie pour te rendre ce que tu m'offres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 192
double-compte(s) : Rosenwald, Harker & Tokarev
crédits : (c) blue walrus, moi, tyrellweillick (tumblr.)..
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Mer 23 Mai - 11:08

Elle se pose enfin avec un verre d'eau à la main. Tu poses l'assiette devant elle et t'en sert une part, tranquillement.

- Tu bouffes pas toi ? Même pour m'accompagner ?
-Si, j'arrive.

Tu n'as pas le temps de finir qu'elle est déjà en train d'engloutir son repas. Tu souris et te pose en face en mangeant doucement. Loki a même le temps de venir sur tes cuisses et se rouler en boule dessus.

- HUM ! P'chain, Ear ! Cha déchire..

Grand sourire sur tes lèvres alors que tu souffles sur ta fourchette. Au moins elle aime. Tu es content. Un peu de légumes ne fait jamais de mal à personne et surtout pas à une jeune femme d'un vingtaine d'année comme elle.

-Sérieusement, c'est curieux que tu te sois pas trouvé de meufs depuis "Machine". 'Fin tant pis pour ces dames, ça m'en laisse plus pour moi.

Tu hausses les épaules en rigolant.

-Profite, profite.
- Mec, t'es quand même le seul gars que je connais qui invite un meurtrier à gueuletonner après que c'ui-ci lui ai raconté toute la merde qu'il a pu faire.

Un silence se pose, un ange passe.

- Scuze, s'tait pas hyper drôle. J'aurais pas assez d'une vie pour te rendre ce que tu m'offres…

Tu rigoles doucement alors qu'elle a son nez dans le verre.

-Tu n'es pas obligée tu le sais ? Je le fais de bon coeur et je sais que tu as un bon fond… Tu as un but, tu sais pourquoi tu fais ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 468
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur
crédits : (c) Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   Jeu 24 Mai - 9:29





-Tu n'es pas obligée tu le sais ? Je le fais de bon coeur et je sais que tu as un bon fond… Tu as un but, tu sais pourquoi tu fais ça.


Je m'étrangle avec ma bouffe, sur un rire qui grince.
Un hoquet.
Du dégout.

- Un but ? Tu crois sérieusement que j'ai un but ?

Mon hilarité claque et râpe, bourrée d'épingle. J'ai mal à la gorge.

- J'ai pas un bon fond, Earl. je suis une raclure, sans foi, ni loi, ni cause. La seule chose que j'pige c’est ce que je ressens dans l'immédiat : la douleur, le plaisir, la colère, la faim. S'tout et ça m'va. Je suis un monstre taillé pour en butter d'autres. J'ai cru que ce serait chouette de regagner ma liberté, que j'édicterais mes propres règles mais tout c'que ça a révélé c'est que j'étais vide et sans ambition. Chuis incapable de construire, alors..... avoir un objectif ?

Ricanement sans joie, expression brisée. Cest ce que me renvoient les rétines de Earl. C'est ça que tu as ramené chez toi, mec. Une putain de paumée.

-  Chuis une arme qui se balade sans maître et sans fourreau. Ce qui me pousse à avancer c'est la peur qu'on me rattrape. Que mon cerveau m'rattrape. Si je me remets à penser... Je...

Ma phrase éclate en petit tessons, sans fin. Pourquoi j'ai la lèvre qui tremble et les yeux qui s'embuent ? C’est complètement con.

- Si j'm'arrête d'avancer, j'vais imploser. En continuant sur ma lancée, je vais exploser. L'un dans l'autre ça n'a ni but, ni sens et rien de "bon". Rien de noble...

Je crois que je pleure. Je ne suis pas certaine. Ça sort sans trouver la mollette du robinet pour éteindre. Ça déborde de l'évier : les mots, les émotions, le pathétique. Je touche la table du plat de mes deux mains.

- Un jour... ça aussi.. ça va disparaître. J'aurais saccagé cette jolie bulle. J't'aurais piétiné. Tu s'ras déçu, et blessé, et tu me haïras : comme mon père, Shioban et tout ceux qui m'ont tendu la main. Faut pas m'garder près de soi....

Hilarité tragique. Je me cache le visage.

- Chais pas du tout c'que j'fais....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Fortress" {Earl & Ciulin}   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Fortress" {Earl & Ciulin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-