Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 333
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Ven 16 Fév - 11:00

Perceval Nikolaus Rosenwald
Les animaux sauvages ne tuent jamais par sport, l'homme est la seul créature pour qui la torture et la mort de ses semblables est une distraction. ~ James Anthony Foudre
○ âge › cent ans ○ date et lieu de naissance › 8 mai 1917, Berlin ○ profession › milles vies, milles métier… comptons militaire au service des reseignement pour la SD ou Sicherheitsdienst, récolteur et vendeur d'info de type multiple, horloger pour le moment ○ situation amoureuse › célibataire ○ orientation sexuelle › pourquoi se priver ?○ situation financière › voler les faibles rapporte… et j'ai encore l'héritage familiale qui fait des profits dans son coin ○ groupe › bad company/vampire ○ avatar › Jake Abel ○ crédit › google image et moi
Joueur, provocateur, sadique, manipulateur, menteur, loyal, opportuniste, économe, analyste, peu sentimental, possède un humour assez douteux, ponctuel
○ as-tu déjà été témoin d'un événement surnaturel ? › Vous vous foutez de moi ? Allons enfin… j'ai passé mon premier siècle de vie, évidemment que je crois au surnaturel sinon je ne pourrais plus croire en mon existence. Certes avant j'avais un doute, un petit, aussi petit que l'amour que je porte à mon paternel, mais quand on le vit… Après j'ai eu le temps d'apprendre que même les mortels pouvaient avoir leur armes, les dons… puis j'ai rencontré d'autre créatures aussi étrange que fascinante et malfaisante… enfin bref, j'y crois, je suis en plein dedans et Dieu sait que pour en sortir… il faudrait que je crève et que je me réincarne… Manque de bol, je pense que j'en ai encore pour un certain temps à vivre ici sur cette terre… Enfin bref. Vous permettez que j'aiguise mes dents en attendant que vous me posiez d'autres question aussi stupide ?
Salaud de première pour ceux qui le déteste, sadique pour ceux qui ont tenté de le doubler, joueur pour les plus naïfs, frimeur pour ceux et celles qui ne le connaissent pas ou juste charmeur pour certaines douces créatures qui pourraient venir dans ses bras. Il semble ne rien prendre au sérieux à sourire en toute circonstance et cela peut en agacer plus d'un. On pourrait même dire qu'il s'agisse d'un Raymond Reddington dans sa façon de faire mais en version allemand ancien nazi (de façade plus que de raison)… Et en y regardant de plus près... c'est vrai.

Il est capable de récolter, garder et revendre facilement des informations pour n'importe qui. Il sait aussi les utiliser à bon escient pour gagner un contrat, un jeu, ou se sortir d'une situation à la con. Capable de mentir comme il respire, il aura cependant une étrange loyauté. Une promesse pour lui, c'est important et ira au bout de ses encagement, qu'importe les moyens pour y parvenir. Ceux qui voudront entrer en contact avec lui pour des informations devront utiliser son vrai prénom, sinon il ne répondra jamais.

Il a aussi fait une bonne dizaine de métier pour garder une certaine couverture de son commerce étrange. Libraire un jour, directeur artistique une nuit, conservateur de musée, barman… En ce moment, il s'est pris d'une certaine passion pour les montres et les horloges. Il a aussi une certaine passion pour la torture et adore entendre les gens hurler de douleur quant il les saigne, les brûle pour avoir ce qu'il désire. C'est un homme au mille visages, aux mille facettes.

Il est l'aise partout. Il ne laissera cependant personne toucher son dos. Il saura répondre à cette violation d'intimité et se battra jusqu'au bout pour vous faire regretter votre geste.

Côté vie privée, il joue du violon parfaitement bien, des deux mains. Il aurait pu devenir un musicien reconnu si son père n'avait pas mis son droit de veto. C'est la seule qu'il lui reste de sa mère, un violon à l'archer déchiré.
○ 8 mai 1917 › Naissance choyée entre une mère aimante et un père ambitieux. Les Rosenwald sont riche et ravis d'avoir un héritier alors que la guerre continue de ravager des familles entières. Ta mère te donneras le nom de Nikolaus tandis que ton paternel t'offrira, en gage de bonne foi, celui de Perceval.
○ 1918 › Ton oncle, avocat de renom, perd sa vie dans la folie meurtrière de la guerre. Ton père arrive à rentrer sain et sauf, mais accablé par les événements, une rancœur sans nom naît dans son regard et fait la promesse qu'un jour son pays de vengera et que tu porteras le flambeau de cette rage.
○ 1919 › Ton père retrouve doucement son cabinet de médecin et essaye de s'occuper de toi, poussant ta mère à laisser les gouvernantes de la maison à ton service. Elle n'aime pas ça et dit que l'amour d'une mère reste ce qu'il y a de mieux pour un enfant. Tu n'as que deux ans, tu ne sais pas ce qu'il se passe, il n'y a que les cris qui remplissent les pièces. Dehors, l'Allemagne subit le boulet de chaînes du traité de Versailles. Les partis politiques prennent place doucement et le DAP prend doucement positions avant de se faire mieux connaître sous le nom de NSDAP.
○ 1920 › Malgré son interdiction, ta mère t'initie doucement à la musique, loin de toute la violence du monde. Tu es son rayon de soleil, son remède à ce mariage de raison, d'arrangement financière plus que d'amour…
○ 1921 › Petite fête entre amis pour féliciter les Rosenwald d'avoir un fils, malgré le pays qui ronge son os avec le manque de nourriture, les Rosenwalds ont toujours gardé leur héritage dans un coin au cas où. Tu n'aimes pas ce genre de fête et veut juste rester avec ta mère… et tu la découvre en train de pleurer face à un autre homme que ton père… Tu ne le connais pas, mais semble bouleversé de te voir… Mais ton père le chasse avant même que tu puisses connaître son nom.
○ 1923 › La violence de ton père devient de plus en plus quotidienne et s'étend sur tous le monde, surtout toi. Tu es censé devenir un jeune homme ambitieux, plein d'avenir, intelligent et prêt à défendre ton pays contre eux, ceux qui l'ont détruit jadis. La pays enchaînent les mauvais jours avec les manifestations et les grèves… Essen, Munich, Kaiserstuhl… Puis c'est l'hyper-inflation… Plus rien ne va…
○ 1925 › Ton père tombe par hasard sur un livre écrit par un soit disant activiste qui était en prison pendant près de neuf mois. Il réalise alors que les idées de cet homme sont les siennes et adhère de suite. Ta mère prend doucement peur et toi tu te laisses embarquer sans comprendre…
○ 1927 › Nouvelle éducation, nouvelles règles. Les cicatrices sur ton dos ne s'effacent plus. Tu es même en âge d'intégrer cette nouvelle réforme un peu scolaire. Les Jeunesse Hitlérienne. Tu as obéis… Sans pleurer… Sans rien dire.
○ 1929 › Alors que ton père adhère à cent pour cent à ce nouveau parti de droite montant, Himmler prend la direction des SS. Tu entre à peine dans l'adolescence et entre les cris de ton père et les pleurs de ta mère, tu t'enfermes dans une spirale étrange. Tu sais comment faire pour ne pas montrer tes émotions. Tu rencontres même des gens qui deviendront tes amis… et il y a Ulrich… Plus jeune que toi… mais dont tu te sens obligé de protéger d'une certaine manière. Ton seul ami qui puisse te comprendre… et te connaître parfaitement bien, sans masque...
○ 1933 › Ca y est. L'homme que ton père admire devient le Chancelier, prêt à remonté la puissance Allemande, prêt à refaire la grandeur de ton pays. Les règles s'imposent d'elles même et toi, tu arrives enfin à tenir à tête à ton paternel pour qu'il te lâche alors qu'il devient médecin de Dachau. Il faut qu'il omprenne que tu es un homme, un vrai. Tu te concentres aussi sur tes études pour devenir le meilleur de ta promotion… sans voir que ton meilleur ami s'éloigne de toi… par amour...
○ 1935 › Tu intègres enfin les SD le jour de tes dix-huit ans, apprenant par la suite que l'an passé, la fameuse Gestapo arrive enfin. La "Nuit des longs couteaux" s'oublie d'elle même et ta famille sort le champagne en clamant haut et fort "Heil Hitler!". Tu assistes ensuite à la première parution de votre nouveau symbole, la belle et unique croix Gammée du parti. Tu rends fière ta mère, inquiète certes, mais tellement fière de son fils. C'est dans cette même année qu'un drame dans la famille se produit. Un accident domestique qui envoie ton père à l’hôpital. Personne ne sait ce qu'il s'est réellement produit, ta mère dira qu'il a glisser sur le tapis… toi, tu souris… simplement.
○ 1936 › Tout s'enchaîne rapidement. Tu gravis les échelons doucement, mais sûrement. Cependant, ton père se met en tête que tu épouses une femme de ton rang, inconnue au bataillon. De plus en plus de disputes éclatent, t'éloignant au mieux de ta famille. Il ne reste que tes amis de promo et Ulrich, qui t'es encore et toujours fidèle alors qu'il choisit la voie scientifique.
○ 1938 › Tu mutes enfin ailleurs, loin de Berlin, loin de tout. Ton ami se dirige plutôt vers la Bavière. C'est dans une déchirement silencieux que vous vous quittez à la gare, sans un mot, juste des regards plein de confession que tu ne comprends pas. Et que dieu sait que jamais tu ne pourrais rendre… C'est ton ami… ton frère… pas plus.. et c'est dans ce regret que vous vous quittez… Tu gardes quelques correspondance par lettre, vous vous voyez un peu à Noël, mais tu te sens le besoin de partir… Tu deviens de plus en plus changeant, dangereux… On te connaît et tes manières sont étranges… Tu n'hésites pas à te salir les mains.. à ça non...
○ 1939 › La guerre éclate, alors que tu envoies tout les documents sur les juifs en cavale à tes supérieurs. Tu enrichis par ailleurs le trésor familiale en parallèle. Personne ne dit rien vu que tout le monde le fait. Tu chéris ta mère de cadeaux, hurlant sur ton père quand il faut. Tu ne reprends même pas le violon… Tu te concentre juste sur la guerre… sur ton pays… Tu es d'ailleurs bien installé à Paris dans une maison de fonction qui te convient parfaitement.
○ 1940 › Alors que tu enquêtais sur la fuite d'une famille juive influente, tu tombes nez à nez avec elle. Face à ton supérieur, il n'y avait qu'une solution… les tuer… C'est avec un sang-froid mémorable que tu abats le père, la mère et la fille aînée. Tes camarades salueront ton exploit alors que tu oses offrir la vie à la deuxième fille. Tu la nommeras Stella, lui retirera son étoile et la contraint à te servir de bonne. Quelques fois, elle servira aussi d'amuse-bouche à tes supérieurs ou à tes hommes du moment qu'ils ne savent pas qu'il touchent une juive.
○ 1942 › La nouvelle tombe. Alors que tu t’apprêtais à faire une nouvelle mutation en Bavière pour rejoindre ton meilleur et seul ami, tu apprends que son laboratoire explose suite à une erreur pendant une expérimentations sur un sujet sensible. Après cet incident, tu deviens beaucoup plus dur envers toi-même et les autres… ne laissant rien paraître… Seule Stella te connaît alors sans le masque que tu portes inlassablement face aux autres...
○ 1943 › Ton père ne peut plus marcher suite à quelques problèmes qui ne t'importent pas des masses. Pourtant tu achètes une jolie maison en Normandie pour tes parents, histoire que ta mère vienne te voir le plus souvent possible. C'est une joie pour toi, un moment de calme dans la tempête de la guerre qui fait rage dehors.
○ 1944 › C'est fini… Ils sont là… Les Américains sont à vos portes, sur la côte… Ton père, dans un élan de désespoir tue la seule femme qu'il n'a jamais aimé et se suicide juste après. Nouveau drame. Toi ? Tu fous le feu à ta maison pour que personne ne connaisse ton existence. Stella disparaît aussi ce soir là et tu n'as qu'une idée en tête… survivre.
○ 8 mai 1945 › C'est limite une blague.. ou une façon de te dire que c'est fini. Pile le jour de tes vingt-huit ans, c'est fini. La guerre a enfin pris fin et tu découvre ce que ton père admirait aveuglement et ce que ta mère redoutait. L'horreur des camps, l'horreur de ce que les tiens pensaient être juste. Tu n'as jamais vraiment adhéré à ses idées en y repensant, c'était pour éviter de finir comme tous ceux qu'on envoyait là-bas que tu disais oui… et là il te reste quoi ? Des faux papiers et une envie de quitter la France le plus rapidement possible, sans repasser par Berlin. Et puis… tu le rencontre lui… Toi dans un coin, lui avec ses compagnons, beau dans son habit militaire. Tu l'as séduit, pensant trouver des papiers, les brûler et faire ta vie ailleurs, mais... ton cœur en a décidé autrement.
○ 1946 › Un an... un an avec lui et tu avais presque oublié que tu as étais forgé dans l'âme Nazi, un an et tu pensais que ta vie était fixée... mais... un jour ton dossier tomba entre ses mains et la rage a éclaté. Tu as tenté de te justifier mais tu venais de le trahir, sans le vouloir et tu n'en entendis plus jamais parlé alors que tu avais fini en taule avant ton procès. Tu pensais en avoir fini pour de bon, mourir comme il l'aurait fallu, mais… non.. Un espèce de bon samaritain est venu à toi, comme un ange tombé du ciel. Il t'as donné une chance de refaire renaître le véritable monstre que tu étais pendant cette guerre. Il fallait quoi ? Que tu boives son sang et que tu te laisses mourir… pour renaître.
○ 1947 ~ 1960 › Voyage, découverte de tes pouvoirs, de ta puissance… Tu es un jeune vampire en quêtes de savoir. Tu mets en pratique ton enseignement militaire pour te créer une réputation d'informateurs médiateur. Force de l'ordre ou malfrats de renom, qu'importe tant que ça paye. C'est incroyable comment tu arrives à manipuler ton monde.
○ 1961 ~ 1970 › Direction Berlin, ou finalement tu oses retourner à ton ancienne maison familiale… Reprise par une autre famille. Tous documents indiquent que la famille Rosenwald est morte pendant la guerre, il ne restait personne sauf un fils héritier disparus dans un incendie chez lui à Paris d'après les rumeurs. Tu ne sais pas s'il faut rire ou revendiquer ton titre… tu garderas juste une chevalière avec le sceau familiale en guise de souvenir.
○ 1971 ~ 1980 › Moscou… Le froid ne te fais pas peur et le blanc de l'hiver laisse juste derrière toi une traînée de sang. Entre tuer pour survivre et tuer pour le plaisir de voir la souffrance des gens, ton sillage est signe de mauvais présage. Tu ne restes pas longtemps dans ce beau pays… sauf pour y découvrir que ton beau capitaine, encore en vie, y traîne de temps à autre… Mais il ne faut pas qu'il te revoit… c'est trop tôt… Tu fuis alors toute responsabilité, encore une fois.
○ 1981 ~ 1990 › Suisse. Tu y découvres pas mal de vice, de nouvelles créatures surnaturelles, un compte en banque toujours à ton nom qui fluctue encore et toujours en grossissant. Tu créé une entreprise d'imprimerie pour blanchir l'argent et l'or nazi que tu avais dérobé dans ta jeunesse mortelle.
○ 1991 ~ 2003 › Londres. Tu poses tes valises et apprend à cacher ton accent Bosh. Cette ville te plaît. Et à force d'informations toujours plus fructueuses, tu passes par la case prison pour suivre une intuition et découvrir que même les mortels peuvent être doté de ce que les gens nomment dons… malédiction… pouvoirs psychiques… Intéressante ...
○ 2015 › Tu sors enfin de prison, non sans avoir revu ton ''père créateur''. C'est un renouveau pour toi. Mais tu restes tout aussi sadique et même encore plus qu'avant. Tu restes encore sur Londres, créant de nouvelles rencontres…
○ 2017 › Il te faut partir… Encore… Cette fois tu décides après quelques recherches d'aller vivre dans une ville aussi méconnaissable que curieuse. Balckwater Falls. Après des semaines d'apprentissage, tu deviens horloger pour la plupart des gens, reprend tes deux prénoms et ton nom de famille. Qui te reconnaîtrait ? Tu as plus de cent ans et ceux que tu connaissais sont morts. Tu peux donc savourer une sorte de retraite paisible au fond de ta boutique, à jouer de tes doigts habiles pour remonter, construire des horloge et montre en tout genre.

Mais le naturel revient aux galops… Si tu entends cette fameuse phrase ''Je voudrais voir Nikolaus…'', tu souris au client et lui donnera alors l'info qu'il désire tant… Attendez… qui a dit que tu avais décidé d'arrêter de vendre des infos ?
fiche (c) blue walrus
  beyond the veil :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 333
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Ven 16 Fév - 11:01

1922 ~ La fête en l'honneur des Rosenwald bat son plein. Les lumières agressent les yeux, les gens s'empiffrent alors que dehors c'est tout juste si on arrivent à survivre avec ce que donne les militaires. Toi, tu haut de tes cinq ans, tu n'aimes pas voir ces gens hypocrites qui te regardent comme une bête de foire. Ils disent que tu as les yeux de ton père alors que c'est faux. Ils disent que tu es un vrai Rosenwald alors que tu es juste l'enfant choyé par une mère à qui on veut arracher la responsabilité de son enfant. Parce que l’apparence… Parce que c'est une famille riche.

Tu manques de pleurer, tu veux juste dormir, blotti dans les bras de la seule femme que tu connais réellement bien. Mais il ne faut pas… Sinon ton père hurlerait alors la seule chose que tu fais c'est courir. Ton père n'a pas le temps de te voir faire que tu détalles sous les tables des buffets pour aller voir ta mère. Tu la cherches sans un mot, juste tu cours dans ton petit costume sur mesure. Les violons de la salle de bal sont trop forts, C'est comme si la salle se refermait sur toi. Tu as peur et cherches juste une lumière d'espoir dans cette nuée de faux semblants. Puis dans un couloir sombre tu la vois enfin. De tes petites jambes, tu cours, souriant vers elle, attrapant sa robe. C'est alors que tu la vois dans les bras d'un homme qui n'est pas ton père. Tu ne comprends pas bien ce qu'il se passe, tu ne l'avais jamais vu avant. Tu sais qu'une chose, c'est qu'elle pleure… et te prend dans ses bras en disant juste :

-Andrew… voici mon fils Nikolaus…

Tu observes l'homme qui semble plus que surpris… même… heureux ? Ou alors tes yeux d'enfants ne comprennent pas bien. Il sourit de plus belle et s'approche de toi. Tu prend ton pouce pour le mettre dans ta bouche, signe que tu veux aller dormir et pose ta tête sur l'épaule de ta mère. Il demande quel âge tu as, simplement, le ton doux et bienveillant. Tu réponds que tu viens de fêter tes cinq ans. Quelque chose se passe dans le regard de cet inconnu, mais il n'a pas le temps d'en rajouter, ton père s'invite à la réunion.

-Qu'est-ce qu'il fout ici ? Tu n'as pas à approcher ma femme sale fumier !
-Jurgen… S'il te plait…

Ta mère tente de l'arrêter, pour éviter qu'il ne lève la main, mais non, il hurle de plus belle, chassant l'homme dans la nuit. Tu te mets à pleurer sous les cris. Tu ne le reverras pas, mais tu sais qu'après ta mère en a pleuré de plus belle… te demandant pardon… Tu ne sauras jamais pourquoi…

~*~

1935 ~

-Oh mon dieu Jurgen !!

La voix de ta mère s'élève dans la maison alors que du haut de l'escalier, tu observes la situation, un sourire au coin des lèvres. Ton père a perdu conscience, tout en bas, le sang s'étale sur le sol et toi tu ne bouges pas… Tu restes de marbre… A observer ce sang, ce corps inerte… Tu jubile doucement, les poings sérrés… Mais que s'est-il passé ? Tu en avais juste marre de te faire toucher par ton paternel, te faire battre… Tu l'avais donc juste… pousser pour lui prouver que tu étais devenu un homme, un vrai. Dix huit ans… C'est le bel âge… Et tan mieux qu'il finisse à l'hosto. Une part de toi même espère plutôt qu'il crève comme un chien. Mais non, il faut faire bonne apparence et ainsi faire semblant d'être concerné… Mais depuis.. Jurgen Rosenwald hurle moins sur son fils… moins… mais est toujours aussi grinçant dans ses paroles. Un jour tu l'auras.. Un jour..

~*~

-Ca ira monsieur ?
-Oui… laissez tout ici je m'en occupe…

Tu souris en voyant le magasin. Pourquoi ces deux années te reviennent en tête alors que tu ouvres ta boutique ? Qui sait ? Peut-être parce que l'odeur du bois t'as marqué et te revient à la tronche. Petit à petit les horloges sont montées, les montres sont à l'heure et le tic tac assourdissant te fait sourire. Il est temps pour toi d’avancer et de continuer tes magouilles ici.. Qui est donc au courant que l'informateur Nikolaus est de retour ? Tu souris en allumant les lumières et tourne la pancarte ''Open'' de la boutique… Oui… il est temps… Nikolaus Rosenwald reprend du service… La cloche retenti et avec ton grand sourire tu dis :

-Bienvenu chez Time's, que puis-je donc pour vous ?
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 754
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur/Klaudia Bissot/Simone Montespan
crédits : (c)January Cosy
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Ven 16 Fév - 11:04

Salut vilaine canaille ! Je crois pouvoir dire qu'on t'attendait de pied ferme *affûte sa machette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 2447
double-compte(s) : riley, blair, slade, rain, arabella, bazyl, maya, darcy.
crédits : avatar par noobody ♡. signature par hallows. icons par VOCIVUS.
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Ven 16 Fév - 17:10

le voilà
j'adore jake, c'est un super choix
vivement d'en lire plus, rebienvenue chez toi

_________________
personnage en hiatus rp. ne pas mp, ne pas taguer. contactez-moi via mes autres comptes svp.

i have waited, i have waited. takes it's toll, my foolish pride, how long before I see the light? i have waited, i have waited for you to lay me down.
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 333
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Sam 17 Fév - 8:16

Tiens tiens... mais merci *grand sourire* mon créateur avance doucement, mais sûrement. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 471
double-compte(s) : Rodin & Emrys
crédits : Valtersen
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Sam 17 Fév - 11:45

Rebienvenue
Avec un vampire en plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Sam 17 Fév - 14:09

Rebienvenue dans le coin :D
Jake Abel ? J'approuve cet avatar. J'ai tellement été perturbé que j'en ai oublié ma blague sur ton prénom (que j'adore en vrai)
Du coup, je me contenterais de ça
Revenir en haut Aller en bas
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 333
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Sam 17 Fév - 14:15

*Applaudit* bravo Neil, tu as tué mon créa avec ton gif... félicitation xD

Encore merci de votre accueil, je tente de lui donner des coups de pied au cul pour qu'il avance ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 5442
double-compte(s) : blair, rain, bazyl, maya, darcy, leilani, graham. (aussi lenny, slade et arabella)
crédits : avatar (c) self. gif et signature (c) self. icons par dΛndelion.
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   Lun 19 Fév - 12:24

hello alors j'ai beaucoup aimé ta fiche, elle est très complète, j'ai beaucoup aimé comment tu l'as intégré à l'histoire et tout ça, c'était très intéressant à lire comme parcours et le personnage en soi est intéressant, j'ai hâte de voir comment il va évoluer à BF bon jeu avec ton nouveau petit

congratulations !
Oh yeah, ça y est, te voilà validé ! Maintenant que t'as ta couleur et ton groupe, les choses sérieuses peuvent enfin commencer.

Pour commencer, on te suggère fortement d'aller jeter un oeil au registre des avatars, pour être bien sûr qu'on n'aurait pas oublié de le recenser en même temps que de te valider. Après ça, n'hésite pas à visiter toutes les rubriques ci-dessous, histoire de te familiariser avec le forum, et d'intégrer ton personnage au jeu. N'hésite pas non plus à investir le flood ! Et si tu as besoin de quoi que ce soit, n'oublie surtout pas que Riley et Eli te sont entièrement dévouées (ou presque), et que leurs boîtes MP sont grandes ouvertes ! I love you

Sur ce, on te souhaite un excellent jeu sur RAISE HELL.
(c) blue walrus

_________________

it's darkest before the dawn, but you don't need to do this alone. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un sourire, mille résonances... ~ Nikolaus P. Rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mille et une Dînettes à Mehun-sur-Yèvre
» Mille et une nuits (Lustre)
» Cette chanson qui te donne le sourire
» Deux mille quarante danger planètaire ?
» Grazie Mille la squadra azzura

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: death will have your eyes :: fiches validées-