Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 (left for dead), sven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
shapeshifter ○ leave my body
— administratrice —
messages : 1196
double-compte(s) : riley, blair, bazyl, maya, darcy, leilani, graham. (aussi lenny, slade, arabella)
crédits : avatar (c) acid rain, icons (c) hallows, gif (c) dylan le frérot.
MessageSujet: (left for dead), sven   Mar 20 Fév - 0:08

left for dead
when i go into the ground, i won't go quietly, i'm bringin' my crown. when i go into the ground, oh, they gotta bury me, bury me face down.(GRANDSON)

Ce soir, elle n’est personne. Ce soir, elle se dissimule dans la noirceur, se réfugie dans l’anonymat. Derrière son verre, son nouveau meilleur ami, son compagnon de tous les jours maintenant. Elle fait pitié. Elle le sait. Elle s'en fout ce soir. Tous les soirs. C'est un bar un peu crade. Un peu douteux. Mais l'important c’est que y’ait l’alcool et qu’elle puisse brouiller du noir en paix.  Ce soir elle a envie de rien d’autre, pas envie de réfléchir, pas envie de se torturer, à hésiter et à peser les pour et les contre. Ce soir elle veut juste se laisser bercer dans les ombres, accepter que sa vie soit merdique et n’a été presque rien d’autre qu’une accumulation d’erreurs et de regrets. Commander le prochain verre, le boire, baisser les yeux, repenser à ce qu’elle aurait dû et ce qu’elle devrait faire sans être capable de ramasser le courage. Tout ce qu’elle a à penser, c’est de continuer de boire, de laisser l’alcool faire son effet, et de songer au passé. Se faire mal un peu, pour ressentir les choses entièrement, se laisser se noyer un peu dans sa peine, dans sa douleur. Qu’est-ce que t’as foutu, Rain ? Pourquoi ? Comment ? Elle aurait pu avoir tellement plus. Les choses pourraient être si différentes. Et pourtant elle est là, seule, âme perdue dans un bar inconnu, à ignorer les regards curieux et à ruminer sur des choses qu’elle ne peut même pas changer. Ce soir elle s’autorise à être pathétique, à être triste, à être ridicule, à faire pitié un peu. T’es pathétique, Rain.

Le bar n’est pas très rempli mais il l’est suffisamment pour que les conversations aux alentours créent un genre de bruit de fond, et Rain se laisse glisser dedans, invisible et anonyme. Elle a déjà bu, plusieurs verres, mais on dirait que ça ne fonctionne pas ce soir, le vertige ne vient pas, l'oubli ne vient pas, l'engourdissement est juste suffisamment pour que le monde tourne un peu, suffisamment pour sentir que l’alcool fait son effet sans qu’elle ait perdu le contrôle. Pour l’instant elle a juste envie de pleurer, juste envie de hurler, de briser quelque chose, t’as merdé, t’as merdé, et pourtant c’est juste le monde qui semble être contre elle, qui semble juste vouloir l’empêcher d’être heureuse. Foutez moi la paix, qu’elle a envie de dire à tout le monde. Mais elle ravale tout ça et elle fait juste boire la prochaine gorgée, alors que y’a une silhouette familière qui s’assit à ses côtés. Un gars bien bâti, tout de même, et des cheveux noirs de jais, elle le connaît, ce n’est pas la première fois que leurs routes se croisent, mais ça semble arriver de plus en plus ces derniers temps. Un gars qui fait juste lui rappeler comment elle mériterait peut-être de crever,  comment elle a pu faire des erreurs et pas des petites, comment elle est responsable pas juste de son propre malheur mais aussi de celui des autres. « Salut » dit-elle, la voix râpeuse, elle est peut-être un peu plus ivre qu'elle le croit pour l'aborder comme ça, celui qui doit avoir envie de lui arracher la tête, de lui tordre le cou, de lui bouffer les yeux et de la laisser crever dans son propre sang. Après tout, comment le blâmer ?

Après tout il n'a pas l'air armé, et c'est pas la première fois qu'elle le croise à Blackwater Falls et il n'a toujours pas envie de la tuer. Peut-être que l'envie lui a passé. Peut-être que faire du mal à Ismael c'était suffisant, comme vengeance. Mais elle ne peut pas l'affirmer, après tout elle ne sait même pas si c'était vraiment lui. Le doute est là, la confirmation presque là, mais peut-être que c'est pas si nécessaire que ça de savoir. « T’es venu noyer tes problèmes dans le whisky toi aussi ? » Sa voix est amusée, son sourire toujours au coin de ses lèvres, même si elle ne trouve même pas ça drôle en fait. Elle garde ses yeux sur Sven, dans la noirceur de ses yeux, et termine son verre. « Si t'es v'nu pour me tuer, vas-y, perd pas de temps. J'ai pas envie de discuter ce soir. » Elle se doute bien qu'il va faire son possible pour la faire chier, mais l'alcool la fait trop parler, l'alccol lui fait faire n'importe quoi. Et elle sait qu'elle est pathétique, qu'elle fait pitié, et qu'elle mérite plus qu'une balle entre les deux yeux. Que Sven doit avoir ses raisons pour l'approcher ce soir, que ça doit être autre chose que pour une vengeance prenant la forme du meurtre. Une vengeance plus sournoise, qu'elle mérite peut-être. Probablement. Certainement.
(C) HALLOWS

_________________

look me in my eyes, tell me everything's not fine.
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 343
double-compte(s) :
crédits : (c) terpsykore (ava), astra (signature), vocivus & myself (gif)
MessageSujet: Re: (left for dead), sven   Dim 29 Avr - 12:08

left for dead
when i go into the ground, i won't go quietly, i'm bringin' my crown. when i go into the ground, oh, they gotta bury me, bury me face down.(GRANDSON)

Les soirées détentes autour d’une bonne bière, ce n’est définitivement plus pour lui. Du moins, c’est ce qu’il se disait il n’y a pas si longtemps, seulement quelques années en arrière. Posséder une longévité accrue change les perceptions. Les pensées ne tournent plus simplement autour de cette fameuse question sur le futur, sur de quoi sera fait le lendemain, comment profiter de chaque instant avant que son séjour sur cette Terre n’arrive à son terme. Le cycle de la vie, ce fameux cycle que chaque mortel se voit contraint de suivre ; naître pour vivre, vivre pour mourir, mourir pour finalement laisser une autre âme s’éveiller. Ce cycle, l’allemand en connaît bien les rouages. Il la voit œuvrer chaque jour, chaque année, chaque décennie. Lui, qui aurait dû quitter ce monde comme tous les natifs de cette terrible guerre orchestrée par la folie d’un seul homme. Il en a vu des horreurs, l’enfant de mère lune. Et pourtant, la folie, l’ambition, l’orgueil de certains mortels ne cesseront de le répugner. Depuis cette terrible nuit, l’avenir du lupin est devenu incertain, obscurci par ce sentiment qui l’habite, le côtoie et le guide tel un vieil ami. Ils sont loin de se douter de ce qui se cache derrière ce masque, eux, les ignorants de l’autre monde. Ils sont loin de se douter que derrière ce sourire amical et ces gestes bienveillants se taire une violence insoupçonnée. Alors oui, Sven se questionne tandis qu’il profite de ces rares instants de répit où le surnaturel n’est qu’un lointain souvenir, effacé par le quotidien d’une vie ordinaire. Arrivera-t-il à conserver cette empathie qu’il éprouve à l’égard de l’humanité ? Il ignore. Il espère.

Les rires font remonter des limbes la conscience du Räder. Une main dans sa crinière, clope au bec, il exhale avec allégresse cette brume que ses entrailles ont finalement appris à ingérer. Le cœur brûle d'émotions controversées, les poumons s'empoisonnent de nicotine, mais l'esprit se divertit de cette soirée en compagnie de bons camarades. Dehors, là, assis sur les chaises installées sur la terrasse du bar, l'allemand et les deux autres hommes profitent de cette fin de semaine pour se détendre. Les verres sur leur table sont cruellement vides, seule la mousse encore présente au fond des pintes témoigne du type de la boisson. Ils décident finalement de se faire une deuxième tournée, plus raisonnable sur la quantité d'alcool, optant pour un galopin. Sven se lève avec entrain pour aller passer commande auprès du barman, seul, lançant au passage une pique à son collègue qui ne manque pas de répliquer sur un ton tout aussi plaisantin. Le pas sûr, la démarche marquée par un enthousiasme certain, il se déplace entre les tables, avant d'atteindre l'intérieur du bar. L'ambiance se fait plus lourde, malgré la porte ouverte qui laisse entrer l'air frais de la nuit, une légère odeur alcoolisée venant éveiller ses sens olfactifs. Alors qu'il atteint le comptoir, une silhouette attire son attention. Elle est là, dissimulée dans la noirceur du recoin, effacée derrière son verre. Rain Crawford. Étonnant hasard.

Le palpitant se serre, son diaphragme se soulevant au rythme lancinant d'une mélodie pernicieuse invisible. Il la sent, cette vague de chaleur qui brûle le myocarde, qui réanime cette fièvre vengeresse. Il la sent, cette envie de justice, cette envie de sang. Mais il ne peut agir, il ne peut laisser ces instincts lui dicter ses agissements. Pas ici. Pas maintenant. Pas avec tous ces innocents autour. Sven n'est pas comme ces monstres de l'organisation, après tout. Finalement, il commande deux bières et un whisky, demandant par la même occasion à l'une des serveuses s'il est possible d'apporter les deux galopins à ses deux collègues. Elle acquiesce, et alors qu'elle s'éloigne avec son plateau, le lupin s'empare de son bourbon et se dirige vers celle dont il a juré la mort. Le verre claque contre le bois de la table, sans retenue, des gouttes d'alcool s'éparpillant sur le meuble. Il s’assoit à ses côtés, sourire énigmatique aux lèvres dont lui seul connait la signification, suffisamment proche pour percevoir l'émeraude de ses prunelles. « Salut » L'allemand reste stoïque. « T’es venu noyer tes problèmes dans le whisky toi aussi ? » Le silence pour seule réponse. Il la toise, elle et son air amusé. La petite n'est pas elle-même, son regard brumeux et le whisky qu'elle tient entre ses doigts en témoignent. L'alcool la rend vulnérable, il pourrait profiter de cet instant pour apaiser une bonne fois pour toute cette tension qui l'habite. La bête jubile déjà à l'idée, mais cela ne serait point raisonnable au vu du contexte. « Si t'es v'nu pour me tuer, vas-y, perd pas de temps. J'ai pas envie de discuter ce soir. » Les traits du germain s’étirent en un sourire narquois, un rire grondant au creux du larynx. « Je te trouve bien pressée d'en finir pour une personne qui a un tas de projet à accomplir. » Sa voix porte autant son sarcasme que son amertume. « Papa serait sans doute attristé d'apprendre que sa petite fille ait de telle pensée. Où est donc passée ta combativité ? » Une gorgée, l'acide alcoolisé lui ronge les lippes. « À moins que tu es prise conscience de ta lâcheté et que c'est cette dernière même qui te pousse à fuir la réalité. » Les mots sont cinglants. Sven gerbe sa rancœur sur ces quelques syllabes tranchantes. Cette soirée devait se résumer à un simple apéro entre amis. Il semblerait que le destin en ait voulu autrement.
(C) HALLOWS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
— administratrice —
messages : 1196
double-compte(s) : riley, blair, bazyl, maya, darcy, leilani, graham. (aussi lenny, slade, arabella)
crédits : avatar (c) acid rain, icons (c) hallows, gif (c) dylan le frérot.
MessageSujet: Re: (left for dead), sven   Sam 19 Mai - 1:45

La mort c’est une solution trop facile. Ça ne permet pas que la torture par les regrets, les cauchemars par les erreurs. Tuer est trop évident, tuer est trop rapide. Rain mérite autre chose que la mort, mérite toutes les merdes qui lui tombent sur la tête. Mérite sa solitude et sa douleur, toujours quelque part au creux de son estomac, où un petit coeur avait autrefois battu. Où un coeur s’était éteint, alors qu’elle l’avait trahi, alors qu’on ne lui avait pas laissé le choix. Les cauchemars ne se produisent pas la nuit, ils tournent comme un disque brisé dans la tête de la jeune Crawford. Rien à se rattacher, à part la noirceur des jours et le creux de la solitude. Sven a raison, il fait mieux de venir la regarder dans sa déchéance dans le bar le plus miteux de la ville, plutôt que de venir lui arracher la gorge dans son sommeil, l’humiliation est méritée après ce qu’elle a fait. Peu importe qu’elle ait pu les aider à s’échapper, c’est son ami qu’elle a tuée. C’est le nom Crawford qu’elle porte, patronyme qui lui pourrit les entrailles, qui lui lacère la langue dès qu’elle le prononce. Sven a raison, Sven a tous les droits, Rain accepte sa sentence, accepte les regards moqueurs et les accusations, accepte tout ce qu’il voudra bien lui faire subir, parce que la voix continuer de tourner en boucle, tu le mérites, tu le mérites, moins que rien, moins que rien. Et pourtant elle lui balance qu’elle n’a pas envie de discuter, et c’est la vérité, mais ça n’a pas d’importance. Sven choisira bien ce qu’il veut, et Rain se compliera à la punition qu’il veut lui infliger ce soir. Tu l’as tué. Son ami, c’est toi qui l’as tué. Elle observe le sourire de Sven avec une amertume sur les lèvres, boit une gorgée de son verre pour essayer de l’atténuer. Ça ne fait qu’empirer. « Je te trouve bien pressée d’en finir pour une personne qui a un tas de projets à accomplir. » Elle arque un sourcil, voilà longtemps qu’elle a fait une croix sur des projets, les projets sont morts avec l’enfant qu’on lui a arraché. Mais Sven ne le sait pas, ne peut pas le savoir, et Rain n’a pas envie de lui dire, ça ne serait que des excuses. « Papa serait sans doute attristé d’apprendre que sa petite fille ait de telle pensée. Où est donc passé ta combativité ? » Tiens, voilà une autre chose qui est morte voilà longtemps. La séparation avec Ismael qui a débuté de l’achever, et la fausse couche qui a terminé le reste. Sven boit, elle l’imite, une roche se forme dans sa poitrine. « À moins que tu ais pris conscience de ta lâcheté et que c’est cette dernière même qui te pousse à fuir la réalité. »

Cette fois, elle ne peut le retenir, un rire lui échappe. Un ricanement rouillé, désillusionné, qui lui fait presque mal à la gorge. « Droit au but, hein ? » Elle termine le verre d’une grande gorgée, le dépose sur le bar, essaie d’attraper les yeux du barman pour qu’il la serve à nouveau. « Je fuis pas la réalité. » Un regard en direction du loup. « J’me noie dans le déni. » Où est la différence ? Rain n’en sait rien, mais ça lui parle davantage comme description de son état actuel. « Et tu f’rais mieux de faire vite, Räder. L’alcool risque de m’tuer avant que tu n’le fasses. » Le barman remplit son verre avec un petit regard, et Rain lui sourit pour le remercier. Un sourire amer, un sourire faux, le regard de Sven la fait sentir petite, minuscule, pathétique. La honte lui colle à la peau, il lui rappelle tellement ce qu’elle a pu faire, ça fait des années pourtant, et tellement de choses se sont passées - mais ça n’a pas d’importance, pas pour ce qu’elle a fait. Cependant l’alcool la fait délirer, Rain, et sa langue s’active, se délie, se tord. « Mon père peut bien aller s’faire foutre. » Le rire qui suit est jaune, suinte d’amertume. « Ça l’a jamais intéressé de savoir ce que je pense, j’te signale. T’as beau faire à semblant, tu sais rien d’moi. » Sa voix se durcit un peu vers la fin, et son regard est plus noir quand il se pose sur Sven. Et si tu regardais plus loin que le bout de ta haine, Sven ? Et si tu voyais que j’ai jamais voulu tout ça ? Mais c’est un caprice, ce désir, c’est une embrouille, une échappatoire. Elle veut autant que Sven comprenne que Sven la punisse - dualité qui la rend confuse, qui la prend aux tripes, qui lui donne envie de caler son verre, autant que ça lui donne envie de vomir.
(C) HALLOWS

_________________

look me in my eyes, tell me everything's not fine.
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 343
double-compte(s) :
crédits : (c) terpsykore (ava), astra (signature), vocivus & myself (gif)
MessageSujet: Re: (left for dead), sven   Jeu 20 Sep - 10:09

left for dead
when i go into the ground, i won't go quietly, i'm bringin' my crown. when i go into the ground, oh, they gotta bury me, bury me face down.(GRANDSON)

Le maudit n’aurait jamais imaginé que cette soirée allait prendre une telle tournure. Lui, qui espérait compter sur cette sortie pré-nocturne pour se perdre à nouveau dans un instant d’insouciance. Oublier la réalité de son existence pour savourer le quotidien d’un « être ordinaire ». Rares se faisaient ces moments de répit. Néanmoins il n’avait guère à se plaindre. Il y a de cela cinq ans, il aurait été incapable de ne serait-ce que prendre du temps pour lui. Et pourtant, maintenant, il respire à plein poumons ce que l’ataraxie lui offre, éphémère par la présence de cette épée de Damoclès qui plane au-dessus de sa carcasse, certes, mais bel et bien réelle.

Revoir ces onyx émeraudes fait ressurgir des souvenirs et des émotions obscures, dévorantes. Si dévorantes que son cœur s’est remis à battre à la cadence de sa haine, cette même haine qui l’avait poussé à vivre dans l’ombre de ses sombres desseins par le passé. Bien que durant ces dernières années l'homo-lupus ait changé, cette fièvre a finalement gardé toute son ardeur. « Droit au but, hein ? » Une moue faussement dubitative anime son visage. « Disons que ce n’est pas dans mes habitudes de tourner autour du pot. D’autant plus que tu connais mon point de vue à ton sujet. » Droit au but, il l’est et continuera de l’être face à cette meurtrière. Sven n’a pas l’attention de l’épargner et ce, dans tous les sens du terme. Mais si ce soir, il ne se sent pas de mettre à exécution sa promesse pour des raisons d’ordre civique, il n’a aucunement l’attention de faire preuve de tact. Des questions persistent depuis toutes ces années. Cette soirée va donc être l’occasion de trouver des réponses et surtout, de faire prendre conscience à ce rejeton de Crawford la véritable ampleur de ces actes. « Ça l’a jamais intéressé de savoir ce que je pense, j’te signale. T’as beau faire à semblant, tu sais rien d’moi. » Sven prend le verre de Rain et le glisse à côté du sien, à l’extrémité de sa position. Maintenant qu’il détient son attention, il serait fort déplaisant que l’alcool la fasse divaguer davantage. « J’en sais suffisamment sur toi pour savoir que tu n’es en aucun cas digne de confiance. » Il fait une pause, plonge ses prunelles dans les siennes. « Et surtout que tu es une belle pourriture, tout comme ton enfoiré de pater et de frangin. » À cet instant, il peut déjà entendre le discours que Tobias lui tiendrait s’il avait été présent à leurs côtés. Ce même discours qui, à chaque fois, menait le petit et le vieux loup à se disputer. Ils ne se comprenaient pas, du moins, pour être plus exacte, chacun avait pris sa décision. L’un avait finalement réussi à accepter le passé et décider de se tourner vers le futur, tandis que l’autre continuait de vivre dans ses tourments par conscience. Là était la différence. « Peut-être que des personnes pourront dire le contraire, sont prêtes à pardonner tes erreurs pour je ne sais quelle raison. Et sans doute que leurs raisons sont valables. » Au fur et à mesure que les mots se délient, les yeux de l’homme-loup se perdent sur les glaçons fondant dans leurs propres verres, pensif, se remémorant les paroles de son petit protégé. Une profonde inspiration et les yeux se reposent à nouveau sur elle, plus sombres. « Mais moi, je ne serai jamais capable d’oublier et de te pardonner pour ce que tu as fait. Tu as ta part de responsabilité dans cette affaire, Rain. » Sven se rapproche un peu plus d’elle, les visages suffisamment près pour que leur discussion ne soit plus qu’un murmure inaudible pour les oreilles curieuses. « Vois-tu… Depuis tout ce temps, je me suis toujours posé une question. Une seule. Et même en prenant du recul, en sachant comment il était, je n’ai jamais su trouver la réponse. Pourquoi Seweryn avait-il autant confiance en toi ? »
(C) HALLOWS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (left for dead), sven   

Revenir en haut Aller en bas
 

(left for dead), sven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Living Dead Doll ATTENTION ame sensible
» Pour retenir qu'en anglais, left désigne la gauche et right la droite
» The Walking Dead [série] Koh Lanta en Zombieland
» Dead man's ridge walk 2011
» The Walking Dead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-