Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 (i cried tears you'll never see)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 755
double-compte(s) : riley, lenny, slade, rain, arabella, bazyl.
crédits : blue walrus la parfaite (avatar), hallows (signature).
MessageSujet: (i cried tears you'll never see)   Mar 27 Fév - 1:28

blair mabel Denbrough
i found love where it wasn't supposed to be
○ âge › VINGT-CINQ ANS, bien que son anniversaire arrive à grands pas. bientôt le quart de siècle sera derrière elle, bientôt elle sera plus proche de la trentaine que jamais. ○ date et lieu de naissance › née le 7 SEPTEMBRE 1991, c'est dans la petite ville de blackwater falls qu'elle a pris son premier souffle. après tout, c'est là qu'était le business familial et les plus belles pentes de ski de la région. après ça, y'a eu la tragédie, qu'on l'appelait, et c'est en alaska qu'elle est partie, rejoindre une tante. ce n'est que récemment qu'elle est revenue à ses origines. ○ profession › elle a toujours su qu'elle voulait faire des études, et même si ça lui a pris bien du temps à savoir dans quel domaine, elle a trouvé sa voie aujourd'hui. ÉTUDIANTE EN ANTHROPOLOGIE à l'université de blackwater falls, c'est son doctorat qu'elle essaie de compléter. stagiaire, elle travaille aussi à l'hôpital de la ville comme ASSISTANTE LÉGISTE. son objectif, c'est d'être anthropologue judiciaire. oui, comme bones, à la télé. submergée par les études, rêvant presque d'ossements humains toutes les nuits, elle s'est rendue à l'évidence qu'elle avait besoin de se changer un peu les idées, et après s'être fait offert un petit job de BARMAID dans un établissement de la ville, elle a accepté, et va y travailler quelques soirées par semaine. une jeune femme occupée, ça c'est clair. ○ situation amoureuse › CÉLIBATAIRE, elle avance simplement, la rousse, souriante, elle flirte, elle rêvasse. elle ne s'attache pas, préférant s'amuser et laisser les choses faire leur chemin. quelques visages lui font tourner la tête, mais son coeur n'est pas pris. pas encore. ○ orientation sexuelle › elle n'a jamais aimé les étiquettes, elle n'a jamais trop songé à tout ça. la PANSEXUALITÉ lui sied bien, elle aime tout le monde de toute façon. ○ situation financière › c'est triste à dire, mais elle a hérité de beaucoup d'argent à la disparition de sa famille. une vraie fortune, à vrai dire, et maintenant qu'elle est majeure, cet argent lui appartient. son compte en banque est donc bien rempli, et elle s'en sert sans trop se priver, mais elle n'est pas extravagante non plus. c'est une drôle de chose, d'être considérée RICHE à son âge. ○ groupe › simple humaine, même pas au courant du surnaturel, elle est chez les LONG WALK HOME. ○ avatar › ZOEY DEUTCH. ○ crédit › avatar par THE RIDDLER.
téméraire, souriante, sociable, sportive, dynamique, curieuse, ouverte d'esprit, sensible, optimiste, solide, chaleureuse, débordée, boudeuse, sans gêne, surprenante, moulin à paroles.
○ crois-tu à l'existence du surnaturel ? › non. enfin, elle croit pas. c'est que des histoires, tout ça, non ? les fantômes, c'est juste dans les films d'horreur, et les vampires ça reste dans les romans d'anne rice. blair ne croit pas croire au surnaturel. c'est dur à dire, enfin, parce qu'elle n'est pas complètement fermée à la possibilité, mais elle ne s'attarde pas vraiment sur la question. après tout, ça la terrifie. des monstres sous le lit, dans le placard, enfouis dans la noirceur ? non merci, elle préfère dormir la nuit plutôt que d'avoir peur de son ombre.
(un) en 1984, sa mère a gagné une médaille olympique aux jeux de sarajevo. puis une autre en 1988, à calgary. une belle médaille bronze, une autre argentée, qui ont trônées au-dessus de la cheminée toute l'enfance de blair. deux médailles qui lui ont données ses plus grands rêves, ses plus grandes ambitions. « ma maman c'est une médaillée olympique », qu'elle clamait haut et fort avant même de vraiment savoir ce que ça voulait dire. le ski, ça a toujours été le rêve. même pas deux ans et elle regardait les yeux grands comme des pièces les athlètes dévaler les pentes. les skis glissant dans la neige, avec ce doux son, mélodie à ses oreilles de gamine. pour blair, c'était que ça, y'avait que ça, le ski. et quand elle a finalement pu commencer, elle était douée. bien sûr qu'elle était douée. c'était dans son sang, dans son coeur, dans son âme. elle voulait se rendre loin; et elle allait. tout le monde le disait. elle gagnerait la médaille d'or manquante. (deux) les denbrough, c'était le bonheur. de l'amour, du soutien, de l'argent, des ambitions. famille réputée de la ville, ils possédaient la plus belle station de ski dans le nord de l'alberta. c'est ce que tout le monde disait. on les admirait, avec leurs sourires de célébrités, leur patience et leur dévouement. on acquiesçait à  leurs paroles, applaudissait leur désir de garder une vie privée. les denbrough étaient dans les journaux, à la télévision. et chez eux, c'était un cocon. un petit cocon qui aidait les petites à fleurir. à faire pousser leurs ailes. où le papa était un peu trop doux et la maman faisait de vilains cauchemars. elle n'avait jamais pu gagner sa médaille d'or. ça lui avait brisé le coeur. mais ils étaient bien, si bien, ensemble. heureux. peut-être trop. (trois) et un jour, boum, paf, clap, slap. ils ont disparus. ils sont allés skier et ils sont jamais revenus. et blair était seule. seule, avec les avocats. les policiers. les journalistes. les amis. les curieux. les membres de famille éloignés. mais seule. elle n'a jamais ce qui était arrivé. ils sont juste partis et ils sont jamais revenus. peut-être qu'ils sont encore dans la montagne. perdus dans un trou noir, dans un continuum d'espace-temps. peut-être qu'un jour ils vont rentrer de skier et trouver la maison vide, abandonnée. ou occupée par une autre famille. elle sait pas. le changement a été brusque. elle a été tiré de force du cocon. plongée dans l'hiver glacial du vrai monde. alberta -> alaska. juste quelques lettres de différence. mais ça a tout changé. (quatre) c'est pas qu'ils étaient pas gentils. au contraire. sa tante est adorable. son oncle était rigolo, avec sa barbe blanche aux quelques poils roux. mais pour blair c'était comme si on l'avait jeté dans un fossé et qu'elle n'avait pas heurté le sol, qu'elle était en suspension dans l'air et incapable de respirer. où es-tu, maman ? où es-tu, papa ? où es-tu, soeurette ? tellement de fois elle s'est réveillée en pleurant. en criant. en hurlant. tellement de fois elle ne se réveillait pas parce qu'elle ne dormait pas. puis y'a eu les déformations du miroir, vouloir s'amincir jusqu'à disparaître, comme eux, en ne mangeant pas et en faisant comme si elle avait mangé. par chance, on l'a rattrapé au vol à chaque fois. on lui a donné des médicaments pour dormir. une thérapie pour respirer. (cinq) ça lui a pris du temps à reprendre ses skis. à retourner en piste. à vouloir ressentir le vent piquer son visage, balayer ses cheveux. de réentendre ce fameux swish. et inévitablement, de repenser à ses deux foutues médailles, qui traînaient à présent au fond d'une boîte qu'elle refusait d'ouvrir, littéralement et figurativement. elle savait pas que ça allait lui faire autant de bien. de se délier les jambes, de s'étirer les bras, de retourner à ce que son corps savait faire le mieux. bouger, ça l'aidait à avancer. s'exténuer sur les pistes, ou en gymnastique, ou par la course, ou par quoi que ce soit, pour mieux respirer. pour sentir l'air aller et venir de ses poumons, de suer, de grogner, de sentir ses muscles contractés, d'être une épave le lendemain, de se blesser un peu. comme ça elle vivait. comme ça elle était quelqu'un. et elle redevint quelqu'un. plus un fantôme; une vraie fille. avec un sourire. un rire. des amis. la petite blair sociable et resplendissante d'autrefois. (six) enfant -> adolescente -> jeune adulte. son oncle est mort. il a eu un cancer. et blair a voulu partir. elle avait l'âge, après tout. plus besoin d'avoir un tuteur. elle était restée parce qu'elle savait pas trop où aller. ou alors elle savait parfaitement où aller mais elle était pas prête. pas prête à affronter les montagnes de blackwater falls. alors elle est partie en voyage. peu importe, de toute façon. elle ne manquerait à personne; pas vraiment. sa tante, peut-être un peu. mais elle lui manquerait dans le genre « donne nous des nouvelles de toi, ma chérie ». pas l'autre genre. c'était ok. depuis son arrivée en alaska elle avait pas eu beaucoup d'amis. juste quelques connaissances, t'es mon amie, ok moi aussi. alors partir ça a pas été dur. et là-bas, elle s'est trouvée. perdue dans des terres étrangères, tellement opposées à tout ce qu'elle avait toujours connu, elle a compris ce qu'elle aimait. ce qu'elle voulait. elle voulait le monde au grand complet. (sept) un squelette. c'est bizarre, aimer regarder des squelettes. tout est là, nu. y'a rien à voir dans un squelette. bah blair elle trouve que si. ça la fascine. elle y plonge son regard et n'en ressort plus. chaque petite craque, chaque petite bosse, chaque petit angle, chaque petit rond, chaque petit carré. elle aime détailler, trouver les particularités. ça tombe bien. elle a pu jumeler ça avec sa fascination pour le monde et ses innombrables cultures. tout à coup elle s'est retrouvée devant des ossements datant de 50 ans. 100 ans. 500 ans. 1000 ans. et elle a cru se décrocher la mâchoire tellement elle souriait. c'était ça. elle a regardé vers le ciel et elle a pleuré. tellement fort. elle disait « j'ai trouvé. j'ai trouvé. maman, papa, soeurette. j'ai trouvé. » (huit) alors après c'était facile. l'université. les études à juneau. une chambre au dortoir, avec une fille en droit. qui lui a fait découvrir un peu c'était quoi « vivre », d'après ce qu'elle disait. la bière, le vin, la vodka, la tequila, la sangria, les margarita. une fête, deux fêtes, puis trois. les garçons et leurs clins d'oeil et leurs remarques désobligeantes. les filles et leurs lèvres et leur curiosité. ça a été intense, puis ça s'est calmé. elle aimait trop apprendre pour se laisser attirer de l'autre côté. elle aimait trop lire. découvrir. se dépasser. et alors elle a décidé de pas s'arrêter là, une fois son diplôme en main, son chapeau lancé. surtout pas s'arrêter là. et elle savait ce qu'elle voulait. devenir temperance brennan. que quelqu'un la surnomme bones pour de vrai. mais juneau c'était pas la place. pas du tout. elle a réalisé que c'était le temps de partir. tic toc. l'horloge avait fait le tour. « maman, papa, soeurette. je m'en retourne à la maison ». (neuf) blackwater falls. sweet home blackwater falls. blair était arrivée au volant de sa petite fiat rouge, les joues rouges de fébrilité, les yeux un peu fuyants. elle n'avait jamais conduit dans ses rues et pourtant elle se trouva comme si elle ne les avait jamais quittées. le stationnement. les clés de l'appartement chez le proprio. l'appartement. l'université. les salles de cours. l'hôpital. la morgue. le bureau du responsable de stage. le supermarché. la pharmacie. les tâches se succédèrent dès son arrivée, et elle a plus arrêté après. à quoi bon ? elle avait choisi cette vie. choisie de retourner à blackwater falls pour faire son doctorat, pour se rapprocher de ce qu'elle voulait être. elle était revenue sur ses pas. c'était la boucle, non ? et elle était retournée à la station de ski. abandonnée. en lambeaux. arrachée à ses propriétaires. et elle n'avait pas été triste. nostalgique, certes. mais pas triste. parce qu'elle ne voyait pas les ruines comme un échec. c'était un défi. « un jour, papa. un jour, maman. un jour, soeurette. » (dix) elle veut tout faire, trop faire. courir un marathon. pas s'arrêter pour se reposer. tout enchaîner. cours, stage, sport, fête, dodo. puis ichabod lui a dit de se calmer. de respirer et de devenir barmaid un soir ou deux par semaines. ça lui fait du bien. parler et sourire aux gens. apprendre à faire des cocktails. le stage, ça va. c'est dur mais c'est fascinant. son patron lui dit qu'elle progresse bien. son collègue de travail peut pas l'endurer. c'est pas grave. blackwater falls, c'est un endroit bizarre. elle se souvenait pas qu'il se passait autant de trucs étranges. c'est pas grave. enfin ça l'était pas. mais ça commence à l'être, parce que y'a des trucs qui bougent dans son appartement. des lumières qui grésillent, des courants d'air qui apparaissent de nulle part. des ombres. elle aime pas ça. elle devrait en parler à ichabod. ou eli. cece, sûrement. elle sait pas. ouais. elle lui en parlera demain, quand elle rentrera du boulot, et elle lui apportera ses biscuits préférés.

(blair aujourd'hui) elle est douce. elle est optimiste. elle est sociable. y'a des gens qui l'aiment parce qu'elle sourit tout le temps. d'autres qui trouve ça énervant. et elle parle. elle parle, parle, parle. sans arrêt. toujours une histoire à raconter. mais toujours prête à écouter. posée. elle donne de bons conseils. ou elle essaie. et quand elle peut pas, elle réfère. mais elle essaie toujours de donner le meilleur d'elle-même. + on la croit faible. on la croit mince comme une feuille de papier. une fille qu'on peut faire tomber d'un souffle. y'a rien de plus faux. c'est un mur de briques. il en faut beaucoup pour la faire vaciller. elle a déjà vécu le pire. y'aura jamais rien de pire que ça. elle a les deux pieds ancrés dans le ciment. personne ne peut la faire tomber. + elle adore les animaux. chat, chien, souris, oiseau, tigre, lézard, éléphant, tortue, dauphin. pas les écureuils par contre. ils sont bizarres. elle a un faible pour les chats. elle en a deux. on lui dit toujours qu'ils sont pareils, tous les trois. haricot, clémentine et blair. la petite famille. + elle a jamais arrêté de faire du sport. l'hiver, elle fait du ski et du snowboard. l'été, elle fait du volley-ball et de la course. et à l'année longue, elle fait de la gymnastique. elle a beaucoup d'énergie à dépenser. et elle la dépense à fond. elle est grande et élastique et de plus en plus difficile à casser. même si ça arrive encore parfois quand elle est un peu imprudente. + elle prends soin d'elle. elle a appris cette valeur là, avec le temps. de bien manger. de s'aimer. de se le répéter. alors elle le fait. elle mange bien (même si elle aime les bigmacs) (qui ne les aime pas). elle garde ses cheveux longs, les brosse, les soigne. elle les aime comme ça. sa mère les aimait comme ça. elle se maquille. pas trop. « juste pour pas avoir l'air d'un zombie ». elle s'habille bien. comme elle aime. (elle aime beaucoup les sweat-shirts). + elle aime les gens. les gens l'aime. elle embrasse des garçons et des filles. ça lui plaît. elle ramène parfois du monde chez elle. de temps en temps. blair elle aime les gens. elle a jamais pu se placer. elle bouge trop, qu'ils disent. « j'suis pas capable de te suivre ». ok. c'est ok. un jour quelqu'un saura la calmer. + elle aime les fêtes. le grand bruit, les grandes foules. elle adore les concerts, les festivals de musique. se perdre dans une masse de gens au rythme d'une bonne chanson. blair, elle aime l'électro. et elle danse n'importe comment. dans tous les sens, elle s'agite. ça lui fait un bien fou. elle mets des écouteurs et se plonge dans le rythme jusqu'à s'éclater les tympans. + elle a eu de l'argent de ses parents. à ses dix-huit ans, elle a hérité de tout. mais ça fait pas tout. blair le sait. elle est sage. elle dépense pas trop. elle s'est acheté une voiture, d'accord. mais pas deux ou trois. une. petite. du quelle elle prends soin. et elle a bien décoré son appartement de choses utilitaires. et de deux trois choses moins utilitaires. mais l'argent l'a surtout aidée à payer ses études. et elle sait qu'elle doit pas faire de folies. juste une ou deux parfois. mais parfois c'est dur, et parfois elle est irresponsable. elle aimerait bien qu'il existe un guide quelque part, how to adult.

(blair en bref) elle fait des jeux de mots vraiment nuls. + elle a une culture cinématographie désastreuse. + ses jeans préférés ont onze ans de vie. + elle ne dors pas beaucoup, et son sommeil est léger. + elle se réveille soit à six heures du matin, soit à midi. y'a pas d'entre-deux. + elle n'aime pas trop le café, elle préfère le thé. + elle aime manger avec des baguettes même si elle est pas très douée. + elle aime porter des chapeaux; bonnet, casquette, béret, elle en possède tout plein. + elle se mets beaucoup de baume à lèvres car ces dernières sont rapidement sèches. + ce qu'elle aime le plus, c'est les baisers. ça la fait frissonner. et elle embrasse bien, on lui dit souvent. + quand elle écoute de la musique dans des écouteurs elle s'éclate presque les tympans tellement c'est fort. + elle veut voyager dans sa vie, aller là où personne ose aller. + son écran de téléphone est toujours craquée. + elle a toujours les médailles olympiques de sa mère; mais elle n'a toujours pas trouvé le courage de les afficher sur son mur. elles sont toujours dans une boîte. + elle est active sur les réseaux sociaux mais poste principalement des photos de ses petits chats. + elle a toujours voulu apprendre à faire du surf. + pour le reste faudra lui demander.
○ septembre 1991 › naissance de blair mabel denbrough dans le domicile familial à blackwater falls, alberta. ○ 1993 › même haute comme trois pommes, blair observe avec de grands yeux la station de ski familiale. elle rêve déjà de ses premiers skis, de ses premières descentes. ses parents sont ses idoles, et elle envie sa soeur qui prends ses premières leçons. la nuit, elle rêve de sa future médaille olympique. sur le mur de sa chambre, c'est une photo de sa mère avec la sienne qu'elle observe. ○ décembre 1997 › pour noël, blair reçoit ses premiers skis et ses parents l'inscrivent à des cours. elle est la plus jeune du groupe, mais se démarque déjà. agile et rapide, elle apprends vite. elle a ça dans le sang, qu'on dit. ○ 1998 › extrêmement sportive, la petite blair n'arrête jamais. l'hiver, c'est le ski et le snowboard, et le reste de l'année, elle enchaîne la course à pied et la gymnastique. ○ janvier 1999 › se sentant d'humeur téméraire, blair tente pour la première fois, et en secret, une piste trop difficile pour sa taille. elle fait une vilaine chute et se casse la jambe. elle devra passer les semaines suivantes hors des montagnes, à son plus grand désarroi. ○ décembre 2000 › à neuf ans, elle participe à sa première compétition et remporte la première place. ○ juin 2002 › blair est brièvement hospitalisée pour anorexie; elle est rapidement prise en charge et ses habitudes changent. ○ novembre 2003 › blair fait une chute en gymnastique et se foule le poignet. la blessure est mineure, mais douloureuse. ○ décembre 2003 › une belle soirée d'hiver, son père, sa mère et sa soeur partent faire du ski en famille. blair doit rester derrière, son poignet n'étant toujours pas guéri. sa famille ne reviendra jamais. la jeune fille, endormie, ne réalise leur absence que le lendemain. elle va prévenir un voisin, en larmes; ce dernier appelle la police et les recherches débutent. la tante de blair, la seule qui lui reste, est appelée à venir d'alaska pour s'occuper de la petite. ○ janvier 2004 › l'hiver est rude, et très enneigé. les recherches sont compliquées, les théories nombreuses. on se rends bien vite à l'évidence que les denbrough ne seront jamais retrouvés. ○ avril 2004 › l'enquête, vouée à l'échec, est abandonnée. la station de ski, que personne n'avait visité de la saison, tombe à l'abandon, et sans personne pour la reprendre, fait officiellement faillite. blair repart avec sa tante et son oncle pour s'installer à juneau, en alaska.  ○ juin 2004 › la petite blair, âgée de treize ans, s'adapte bien à sa nouvelle vie, même si elle souffre de l'absence de sa famille. les cauchemars sont nombreux, l'incompréhension très présente. l'hiver suivant, elle refuse de se remettre au ski; la douleur est trop cuisante. ○ décembre 2006 › après deux hivers à juneau, blair décide finalement de reprendre le ski. elle le fait cependant en solitaire, ne voulant plus de la célébrité. elle le fait pour elle; et pour eux. ○ juillet 2007 › blair fait une légère rechute dans son anorexie à cause du poids de l'adolescence et de la perte de sa famille qui est toujours lourde. les quelques mois suivants sont difficiles, mais elle reprends le dessus grâce au sport, s'inscrivant dans l'équipe de volley-ball de l'école. ○ février 2008 › alors qu'elle descends une piste, blair attire l'oeil d'un moniteur qui l'aborde. ce dernier veut la prendre sous son aile pour l'aider à s'améliorer et pouvoir devenir ce qu'elle a le potentiel d'être. blair refuse, cependant. ça ne l'intéresse plus.  ○ septembre 2009 › blair fête ses dix-huit ans, et reçoit un important héritage de ses parents. avec ce dernier, elle s'achète une petite voiture, sa seule folie. ○ mai 2010 › malgré sa vie confortable à juneau, blair repense toujours à la ville de son enfance, blackwater falls. elle est un peu solitaire, sentant qu'elle n'est pas chez elle à juneau, pas totalement. elle s'informe un petit peu, songeant à peut-être y retourner un jour pour des études. cependant, l'oncle de blair tombe soudainement très malade. c'est un cancer ravageur, et blair aide sa tante et ses cousins comme elle le peut. elle adopte un petit chat errant, qu'elle nommera haricot. elle abandonne l'idée de déménager. ○ février 2011 › après plusieurs mois de combat, son oncle périt finalement de sa maladie. les funérailles sont bouleversantes pour blair, qui décide qu'elle a besoin de changer d'air. ○ juin 2011 ›  départ de blair pour un voyage humanitaire en afrique du sud. elle se découvrira une passion pour l'anthropologie là-bas. elle y sera trois mois, en solitaire. ○ septembre 2011 › blair s'inscrit donc à l'université en anthropologie, certaine à présent de ce qu'elle veut faire de sa vie. elle complète son baccalauréat avec succès et gradue en mai 2014. elle se lancera ensuite dans une maîtrise. ○ juin 2016 › blair décide de continuer sur sa lancée et de faire un doctorat, mais elle veut quitter l'alaska. c'est le moment ou jamais, après tout. quand elle apprends que blackwater falls offre le programme qu'elle suit, elle fait sa demande sans hésitation. ○ août 2016 › arrivée à blackwater falls. elle s'y installe sans trop de difficulté, même si l'émotion est au rendez-vous. elle se trouve rapidement un stage dans le laboratoire de l'hôpital. elle adoptera rapidement un deuxième chaton, clémentine. ○ mars 2017 › blair, un peu submergée par les études et son travail, a besoin de se changer les idées. c'est finalement un barman, ichabod conway, qui lui offrira un petit boulot dans son bar quelques soir par semaines. la distraction lui fait du bien. ○ avril 2017 › les premiers incidents surviennent dans l'appartement de blair. des bruits étranges, des portes qui se referment toutes seules, des choses déplacées par elle-mêmes; elle n'y porte pas trop d'attention, même si ça l'inquiète. ○ juin 2017 › les incidents sont de plus en plus nombreux chez elle et blair commence à être sérieusement effrayée. elle se confie à un ami, eli, sur ce qui se passe. il lui dit qu'il va s'en occuper - et peu de temps après, les incidents cessent. ○ juillet 2017 › temps courant sur le forum. une nouvelle serveuse est engagée au bar où blair travaille, une brunette fougeuse qui attire son attention. quelque chose est en train de changer, la jeune femme peut le sentir.
fiche (c) blue walrus
  beyond the veil :
 

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— modératrice —
messages : 692
double-compte(s) : tobias le bb loup
crédits : (c) hallows ♥♥♥ (avatar), asta (codes sign)
MessageSujet: Re: (i cried tears you'll never see)   Mar 27 Fév - 18:04


_________________
There's a war inside my core

≈ love me like I'm not made of stone.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 755
double-compte(s) : riley, lenny, slade, rain, arabella, bazyl.
crédits : blue walrus la parfaite (avatar), hallows (signature).
MessageSujet: Re: (i cried tears you'll never see)   Mar 27 Fév - 19:49





(moi qui allait t'envoyer le lien, t'es trop rapide et parfaite )

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— modératrice —
messages : 692
double-compte(s) : tobias le bb loup
crédits : (c) hallows ♥♥♥ (avatar), asta (codes sign)
MessageSujet: Re: (i cried tears you'll never see)   Mar 27 Fév - 19:59

c'est toi qui est parfaite ( )

_________________
There's a war inside my core

≈ love me like I'm not made of stone.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (i cried tears you'll never see)   

Revenir en haut Aller en bas
 

(i cried tears you'll never see)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 2010 - Multiple Tears
» 2011 - Ellowyne Wilde - Tears of endearment
» Pot pourri musical...
» Le retour de Cérès (Feeling Drained)
» Soleen & Gina (Ellowyne tears of Endearment+Baroque and Dreams) sont arrivées!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: death will have your eyes :: fiches validées-