Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Mer 11 Avr - 22:32

La soirée avait été... étrange et putain de frustrante, franchement, il commençait à haïr de plus en plus ces putains de flics... à croire que ces derniers avaient pour mission de lui pourrir sa vie sexuelle, ça commençait à bien faire là, parce que si ça continuait, il allait finir par devenir curé... bon sauf qu'il croyait en rien, et qu'il était pas vraiment attiré par les jeunes enfants. Quoi qu'il en soit, il devait avoir une conversation avec Eliott aujourd'hui, parce que Rodin était resté pas mal vague sur cette histoire là, et qu'il avait du mal à tout saisir encore. Il lui avait clairement dit de demander au principale intéressé et c'était donc ce qu'il comptait faire. Il était rentré tard, ou tôt en fait, il avait pas vraiment dormis, il était six heures du matin quand il était rentré et il avait juste lancé une cafetière et s'en était déjà avalé la moitié alors qu'il préparait un dessin pour un tatouage qu'il devait réalisé dans la journée. Il attendait qu'Eliott se lève, parce qu'il ne voulait pas retarder trop, oué, sa curiosité allait sûrement le tuer un jour, mais c'était plus fort que lui, depuis que son connard de proprio l'avait chopé trois jours plus tôt en lui disant de la mettre en sourdine quand il faisait des trucs dégueulasse dans son appartement et qu'il ne tolérait pas ce genre de choses, il se posait vraiment des questions. Parce qu'il avait jamais rien fait dans son appartement en fait... enfin pas dernièrement du moins, parce que Eliott y vivait aussi et que ce serait quand même un peu gênant... et puis il était même pas là en fait la nuit où il lui reprochait d'avoir fait du bruit... et il avait alors parlé du jeune blondinet qui passait par l'échelle de secours et entrait par la fenêtre comme un voleur... bien tiens, ça il avait pas mis bien longtemps pour comprendre de qui il s'agissait, mais ce qu'il ne comprenait pas, c'était pourquoi Eliott ne lui avait encore rien dit, et pourquoi Rodin ne lui avait rien dit non plus sur le coup et qu'il avait dut le cuisiner pour avoir des réponses vagues qui n'expliquaient au final pas grand chose...

Il y avait un truc louche là dessous, et il voulait comprendre quoi. Surtout qu'il était presque sur qu'ils n'avaient pas put se battre, parce que Rodin était un putain de vampire et qu'il aurait tué Eliott qui devait pas peser plus de cinquante kilos... alors pourquoi son connard de proprio semblait penser qu'il y avait eu une putain d'orgie chez lui cette nuit là au juste ? Rodin lui avait assuré que ce n'était pas le cas, et vu son air dégoûté, il avait tendance à le croire, mais si ce n'était pas ça, alors il y avait quand même eu du grabuge... hors Eliott était encore une fois un foutue humain, qui ne pouvait pas rivaliser face à un vampire... et putain ça lui prenait la tête cette connerie, il en avait marre de ne rien comprendre et en plus de se sentir mit à l'écart de ce qu'il se passait. Il avait le sensation de manquer un truc... bon en soit, c'était pas nouveau, ça lui arrivait même assez souvent, mais c'était chiant... et il aimait pas se sentir con et se sentir à la traîne. Il regarda sa montre, il était plus de sept heure du matin, et puis merde... il en avait marre de ressasser encore et encore ça, il se leva, attrapant une tasse, la remplissant de café avant de se diriger vers sa chambre pour réveiller Eliott... oué, il s'exposait à de la mauvaise humeur, mais bon il avait besoin de réponses ! Il posa la tasse de café sur la table de nuit, avant de se diriger vers les volet pour les ouvrir, et de se laisser tomber sur le lit à cotés de son ami sans la moindre subtilité en disant :

- Oué oué, je sais, il est tôt, et je suis un vrai connard, et tu me déteste... mais faut qu'on parle toi et moi, parce que j'aimerais bien savoir pourquoi tu ne m'as pas dit que Rodin s'était pointé à l'appartement... et pourquoi mon proprio semble penser que jm'envoie en l'air comme un sauvage avec une équipe de hockey alors qu'il n'y avait que lui et toi dans l'appartement cette nuit là... ?

C'était direct, en même temps, il y avait pensé toute la nuit... enfin une bonne partie, et puis il ressassait depuis un petit moment, donc il avait pas le temps de tergiverser, pas le temps de tourner autour du pot, il voulait des réponses, et voulait comprendre. Et puis hey, il était pas si vache que ça, il avait apporté le café... et il avait attendu plus de sept heures... il aurait aussi bien put le tirer du lit en rentrant sur les coups de six heures... ça aurait été bien plus connard de sa part !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Jeu 12 Avr - 21:36

La soirée avait été horrible. Le client était gros, moche et même pas drôle. Autant dire qu’il avait largement mérité ses quelques billets. C’était même pas assez payé. Il avait fait un crochet pour s’acheter une bouteille d’alcool avant de rentrer. Histoire de se bourrer la gueule pour oublier. CHose qu’il avait copieusement fait, tout seul, comme un gland, parce qu’Haven était pas là. La lose ultime cette soirée. Du coup, il s’était pieuté comme un con, seul, et un peu beaucoup déprimé. Mais après tout, une bonne nuit de sommeil l’aurait complètement requinqué, il verrait sa paie et se dirait que ce n’était finalement qu’un mauvais moment à passer pour avoir de quoi vivre sa vie. Mais… La vie en avait décidé autrement.

Un grognement passa ses lèvres alors que la lumière lui arrivait sur la gueule. Oh le mal de crâne. Il avait trop bu. Il se roula en boule sous les draps, râlant comme une animal qu’on égorge. Mais la voix d’Haven lui fit sortir le nez de sous le tissu. Il ouvrit ses yeux bouffis. Mais d’un coup, il se sentit plus réveillé quand il entendit de quoi Haven lui parlait. Merde. Merde. Merde. Il se redressa d’un coup. Aoutch. Ça faisait mal.

Attends, attends…

De qui il parlait ? Rodin ? C’était qui ça ? Il fronça les sourcils alors que son sang pulsait à ses tempes.

Attends… Il s’appelle Rodin le connard ?” demanda-t-il pas réveillé.

Il éclata de rire. C’était tellement pourri ce nom. Pas étonnant qu’il ait pas voulu lui dire. Merde. Rodin. Ses parents ne l’aimaient pas en lui donnant un nom aussi moisi. C’était pas forcément la bonne réaction à avoir, mais… Il était sans doute encore un peu ivre. Il tendit la main pour attraper le café. Il en but une ou deux gorgées pour se remettre les idées en place. Il se retourna vers Haven. Le problème de cette soirée-là. Le bruit. Tout ça. Il se souvenait pourquoi il n’avait rien dit. Ça, il s’en souvenait carrément. Mais là… Haven lui laissait pas vraiment le choix, si ?

Déjà, j’aurai pas pu te dire que Roooodin était passé parce que ce connard voulait pas me dire son nom. Donc, déjà, apprends-lui à être poli quand il rentre par effraction chez toi…” lâcha-t-il avec mépris.

Ensuite… Il eut un soupir.

T’aurais pas pu attendre une ou deux heures de plus avant de m’agresser ?” râla-t-il déjà épuisé.

Il passa une main dans ses cheveux. C’était merdique comme situation. Il ne voyait vraiement pas comment lui expliquer qui il était. Ou plutôt ce qu’il était et ce qu’il avait fait avec son Rodin là.

Déjà, on a pas couché ensemble… Genre, parce que t’as des goûts de chiotte. Ensuite… Il est possible qu’on se soit un peu foutu sur la gueule ce soir-là… Et il est possible que j’ai volontairement pas voulu t’en parler parce que ça impliquait de t’expliquer beaucoup trop de trucs…” expliqua-t-il d’un ton bien moins assuré qu’à son habitude sur la fin.

Il eut un nouveau soupir, et replongea le nez dans la tasse de café.

Il a dit quoi exactement l’autre-là ?” demanda-t-il histoire de savoir s’il devait détester à mort l’autre connard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Ven 13 Avr - 14:35

Il avait l'air dans un sale état, il n'avait pas trop songé à ce cas de figure, il pouvait pas deviner que Hell s'était prit une cuite et qu'il allait avoir sa gueule des mauvais jour au réveille, et puis de toute manière ça n'aurait pas changé grand chose, parce que ça faisait déjà trop longtemps qu'il tergiversait de son cotés, qu'il était rentré, qu'il s'était retenue de pas le sortir du lit et puis il avait quand même été cool, il lui avait apporté du café, c'était histoire d'arrondir un peu les angles, même s'il avait la sensation que ça n'allait pas totalement fonctionner. Mais au final, lui aussi avait des raisons d'être en colère, parce qu'on lui avait caché des choses, parce que l'un comme l'autre, ils s'étaient visiblement entendu pour la fermer sur leur rencontre et que cette histoire lui retombait dessus alors qu'il croisait son propriétaire et qu'il avait l'air d'un con à pas comprendre de quoi il s'agissait... oué, clairement il avait de bonnes raisons d'être en colère lui aussi. Mais au lieu d'être complètement furax, il ne put se retenir d'afficher un léger sourire en comprenant que Rodin n'avait pas donné son prénom à Eliott... et que ce dernier semblait l’appeler « connard »... oui ça lui rappelait des choses, puisqu'il avait fallut attendre leur troisième ou quatrième rencontre pour qu'il se décide enfin à lui filer son prénom, pour en plus lui dire que c'était pas son vrai et qu'il se souvenait plus du vrai... et en attendant, il l'avait surnommé « connard » aussi... chose qu'il faisait toujours d'ailleurs.

- Oué... enfin si ça peut te rassurer, moi aussi il m'a fait galérer avant de me donner son prénom, et connard ça lui va bien, mais je crois qu'il apprécie pas de la part de n'importe qui... enfin oué il s'appelle Rodin.

Il haussa un peu les épaules, il comptait pas trop entrer dans les détails, surtout que Eliott semblait trop occuper à se moquer, bon c'est vrai que Rodin c'était pas un prénom super courant, mais bon il allait pas se lancer là dessus, parce que Haven... c'était pas mieux, déjà on le prenait pour une gonzesse en général, et en plus on le prenait pour un enfant de cœur ou une connerie du genre... Il leva les yeux au ciel quand son ami lui demanda d'apprendre la politesse au vampire... oué ben il s'y efforçait, mais ce con voulait rien entendre !

- Oué bein j'essaye, mais il est un peu borné... j'aime pas non plus qu'il passe par la fenêtre mais t'inquiète, je pense avoir un plan pour lui faire passer l'envie...

Oué, il avait l'intention de lui dire le plus naturellement du monde qu'il ressemblait à l'autre tocard de vampire adolescent stalker dans Twilight à passer par la fenêtre, vu à quel point il semblait avoir adoré ce film, il allait sûrement revoir tout de suite ses manières de faire se mettre à frapper comme une personne totalement normale. C'était fourbe, mais en même temps, il lui laissait pas trop le choix !

- J'te signal que ça fait plus d'une heure que je me retiens de venir te réveiller, tu devrais être reconnaissant, parce que même si tu connaissais pas son nom, tu aurais quand même put me dire qu'un type chelou était entré par effraction par la fenêtre pendant que j'étais pas là... merde j'suis quand même un peu concerné non ?!

Totalement même, mais apparemment il s'était passé un truc assez bizarre pour qu'ils préfèrent se taire l'un comme l'autre. Il leva les yeux au ciel quand Eliott lui confirma qu'ils n'avaient pas couché ensemble, ça il l'avait compris, et oué, il avait des goûts de chiotte... c'était peut être bien possible, mais il les assumait. Mais la suite... il se redressa d'un coup, faisant face à son ami avant de dire :

- Wow wow wow... attends tu veux dire quoi par « vous vous êtes un peu foutus sur la gueule » ? Comment vous... enfin s'il t'avait touché tu aurais des marques ou...

C'était compliqué, parce qu'il pouvait dire ce qu'il voulait dire sans devoir admettre tout haut que Rodin était un putain de vampire. Et ça lui semblait improbable que Eliott sans sorte sans la moindre trace dans une baston avec un vampire...

- Il m'a dit qu'il t'avait pas touché... et il m'a rien dit de plus, il m'a juste dit de voir ça avec toi... mais bordel c'est pas possible... enfin, il en a pas l'air, mais il est plutôt... balaise, t'avais aucune putain de marque...

Alors là, ils l'avaient perdus, aussi bien l'un que l'autre, entre Rodin qui disait ne pas l'avoir toucher, et Eliott qui parlait de baston... et son propriétaire qui semblait corroborer la version d'Eliott... sauf que le reste ne collait pas... et merde c'était quoi encore cette embrouille ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Ven 13 Avr - 15:49

Bon au moins y’avait pas qu’avec lui que le connard jouait au con visiblement. C’était encore plus à se demander ce que son ami pouvait lui trouver à Rodin. Putain, que c’était laid et vieillot comme nom. Un nom genre du siècle dernier. Au moins, ils étaient d’accord sur certains points.

Hey, il avait pas l’air d’apprécier, mais il m’a laissé l’appeler comme ça. Faut croire que j’ai un statut privilégié dans la catégorie des petits cons qu’il peut pas encadrer…” ironisa le bouclé en grimaçant encore d’être réveillé si tôt.

Eliott haussa les épaules. Pour lui, ce serait sans doute plus très longtemps un problème qu’il passe par la fenêtre. Eliott cherchait vraiment activement un autre logement. Histoire de plus faire chier le grand tatoué. Il envisageait de plus en plus de squatter aléatoirement au grès des gens qu’il arriverait à parasiter en ville. Il avait son petit talent pour ça après tout. Et bien trop de chose à élucider pour bosser comme monsieur et madame tout le monde. Enfin… C’est au tour d’Eliott de lever les yeux au ciel.

Ouais t’es concerné, mais bon… Si ça avait permis que tu t’amouraches pas d’un mec chelou…” râle-t-il de mauvaise foi. “Et puis j’aurai dit quoi ? “Hey, j’ai foutu sur la gueule au connard qui semble être ton mec” mais bon comme t’étais pas sensé avoir de mec…

Regard accusateur, insistant. Ouais, il l’avait eu mauvaise qu’Haven lui parle pas de ça. Il l’avait toujours mauvaise ceci-dit. Surtout vu comment le dit mec l’avait accueillit. S’il n’avait pas été lui aussi un monstre, il serait probablement mort lors de leur rencontre, ce qui, soyons honnête, n’aurait pas trop plu à Eliott. Mourir, c’était pas dans ses plans.

Je cicatrise bien…” lâcha le petit bouclé en toute mauvaise foi, et froidement.

Il se leva du lit, allant fouiller dans son pantalon pour choper son paquet de clope. Il ne s’était pas assez préparé à ce moment. En fait, non, il n’avait fait que se dire qu’il valait mieux l’éviter. Parce qu’il ne voulait pas qu’Haven lui en veuille de lui avoir caché certaines vérités si longtemps. Mais… Il s’alluma sa clope, s’adossant à la fenêtre, pas joyeux à l’idée de devoir cracher le morceau.

Je veux dire que si j’étais pas aussi doué pour encaisser, ton petit copain m’aurait sûrement tué.

Il hausse les épaules.

Seulement, ni lui, ni moi, sommes vraiment comme le commun des mortels. Je sais pas ce qu’il est. Je sais juste qu’il tape aussi fort que moi. Et lui, il savait ce que j’étais. Mieux que moi.

Il fait tourner nerveusement la cigarette entre ses doigts, il n’ose pas fixer Haven.

Je suis pas humain. T’as jamais trouvé que j’avais un peu trop de poigne pour mon gabarit ? Que je me démerdais trop bien quand il fallait foutre sur la gueule des autres avec mon corps d’allumette ? Tu crois que j’aurai aussi bien vécu la prison si j’étais pas capable de me défendre ?

Il tire sur la cigarette, il expire à la hâte, nerveux.

C’est un truc que je dois à mes géniteurs visiblement… Ton connard, il a appelé ça de la polymorphie… Et je serai pas le seul à faire ça… Et… Merde je sais que j’aurai dû t’en parler… Mais… Je croyais que j’étais un putain de monstre…

Il releva son regard vers Haven, un regard perdu, triste, désolé.

Je voulais pas que tu me fuis… Je voulais pas que t’aies peur de moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Sam 14 Avr - 17:20

Haven était déjà au courant de cette partie, Rodin lui avait dit qu'il n'avait pas vraiment apprécier de se faire appeler connard, visiblement il appréciait assez quand ça venait de lui, mais beaucoup moins quand ça venait de quelqu'un d'autre. Et il lui avait aussi dit qu'il s'était retenue de pas le tuer parce qu'il lui avait dit qu'ils étaient proche... donc c'était sans doute la raison pour laquelle il n'avait pas dit grand chose à ce sujet, et puis merde aussi, de quoi il se plaignait ce con ? S'il veut pas se faire appeler « connard » il a qu'a donner son prénom ! Haven lui avait déjà fait remarquer quand il avait refusé de lui donner au début, mais il lui avait répondu que ça lui déplaisait pas comme surnom venant de lui... et apparemment ça lui déplaisait pas non plus de la part d'Eliott puisqu'il lui avait pas donné son prénom non plus... tss, c'était con surtout que c'était même pas son vrai putain de prénom. Cette idée lui plaisait pas beaucoup... d'ailleurs il ne se retint pas de grimacer en entendant son ami parler de statue de privilégié et se contenta juste de dire :

- Oué... un truc comme ça...

Le ton était blasé, toute cette histoire ne lui plaisait pas de toute manière, il y avait trop de zones d'ombres, trop de choses qu'il ne pouvait pas expliquer, il se sentait littéralement mit sur la touche et il n'aimait pas ça du tout, parce qu'il était question de son meilleur ami, du type qu'il considérait comme son frère, un type avec qui il vivait actuellement, avec qui il partageait même son pieu quoi... et il s'agissait de Rodin qui était... bon il savait pas trop ce qu'il était mais ça l'empêcha pas de grimacer en entendant les expression « amouracher » et « ton mec » sortir de la bouche de son ami... parce que c'était pas ça... pas du tout... même pas un peu ! Il avait dit à Eliott qu'il avait personne, et c'était vrai, parce que Rodin il l'aimait bien, c'était vrai, mais c'était un foutue vampire, qui n'avait aucun savoir vivre, qui tuait des gens pour se nourrir et qui allait probablement finir par quitter cette ville pour partir à la recherche de ses potes vampires... alors à quoi bon lui parler de lui ? Mais maintenant qu'il y pensait, peut être qu'il aurait dut... mais encore une fois, ça l'aurait obligé à révéler trop de choses...

- C'est pas mon mec...

Il avait dit ça d'un ton boudeur, c'était très gamin et puéril et de tout ce que Eliott venait de lui dire, c'était visiblement la seule chose qu'il avait noté et à quoi il avait été capable de répondre... dans le genre inutile... Il allait sans doute devoir faire mieux, mais avant qu'il n'en ai le temps, Eliott lui parla d'une bagarre, ce qui lui semblait totalement impossible, sachant que Rodin l'aurait mit en pièce... et il fronça les sourcils en l'entendant simplement dire qu'il cicatrisait bien... c'était quoi ce délire là ? Il l'observa se lever, récupérer ses clopes et quand il reprit, encore une fois Haven ne put s'empêcher d'intervenir :

- C'est pas mon petit... attends quoi ?!

Il y avait des mots qui visiblement le percutaient plus que d'autres... c'était quoi ce délire là ? Rodin lui avait dit qu'il ne l'avait pas touché, parce qu'il savait qu'il aurait été en colère après lui, et Eliott lui parlait du fait qu'il aurait put le tuer... Il écouta la suite, un poids s'installant au niveau de son estomac et de sa poitrine... parce que Eliott était en train de lui dire qu'il était pas humain, et que quoi qu'il soit, il pouvait rivaliser avec un foutue vampire... comment il avait put passer à cotés de ça ? Enfin, il était passé à cotés de beaucoup de choses ces vingt cinq dernières années, faut croire que son déni était vraiment fort...

- Bordel de merde...

Ça lui avait échappé, il baissa les yeux, fixant le matelas sur lequel il était toujours assis, se demandant à quel point sa vie était encore étrange... il découvrait qu'il était entouré de gens bizarre, et même Eliott, la seule personne qu'il pensait connaître le mieux, la seule personne qu'il pensait être une constante dans sa vie... même lui s'avérait être... anormal. Et il pouvait même pas lui en vouloir, c'était pas comme si lui était normal aussi... c'était pas comme s'il ne lui avait pas caché qu'il faisait des putain de rêves prémonitoires... Lorsqu'il releva les yeux vers Eliott, il comprit à peu près... parce que au final, lui aussi c'était en partie pour cette raison qu'il lui avait caché ce qu'il pouvait faire. Il poussa un soupir avant de dire :

- C'est un vampire... Rodin j'veux dire, c'est un foutue vampire, et oué... j'te dis pas la gueule que j'ai fais en découvrant que ce genre de truc existait... il voulait m'buter ce con... mais je sais pas... j'crois que je l'amusais ou un truc comme ça et puis il a débarqué chez moi en sang, avec une putain de balle dans l'dos, il a massacrer mon canapé avec son sang et...

Il savait pas trop pourquoi il disait tout ça, sans doute parce qu'il avait besoin de faire comprendre à Eliott que son histoire là, c'était pas si grave pour lui. Il fréquentait un putain de vampire, alors un poly...truc, c'était pas la mer à boire, et puis il connaissait Eliott, depuis genre... presque toujours, donc c'était pas comme s'il allait se mettre à flipper.

- J'aimerais presque être vexé que tu m'en ais pas parlé avant et que tu penses que je pourrais en avoir quelque chose à foutre... mais j'peux même pas...

Il se leva, se dirigeant vers la sortis de la chambre en disant :

- Amène toi !

Il ouvrit le tiroir d'un meuble dans le salon, sortant une pile de dessins, représentant pour la plupart des scènes assez macabre, c'était les dessins des rêves qu'il faisait. Il les posa sur la table faisant signe à Eliott de regarder, le laissant étudier ça avant de dire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Sam 28 Avr - 18:22

Pas son mec, pas son mec, vu comme le connard était possessif, il devait pas être au courant qu’il était pas son mec à Haven. C’était assez exaspérant pour Eliott, cette façon que son ami avait de nier qu’il avait ce qui ressemblait plus ou moins à un petit-ami. Un sacré connard de petit-ami. Mais bon, Eliott tarderait pas à trouver le moyen de lui ouvrir les yeux. Ou de casser la tête du dit connard. Au choix. ENfin, c’était pas encore son premier problème. Celui de la vérité le concernant était plus important. C’était tellement dur à avouer à Haven. Lui dire qu’il avait menti tant d’années, c’était comme avouer un terrible acte de traîtrise. C’était bien le seul à qui il aurait dû parler de tout ça. Depuis bien longtemps. Depuis le premier jour en fait. Mais il avait préféré le mensonge. Il s’attendait à tout, à ce qu’Haven s’énerve. Qu’il le foutte dehors. N’importe quoi de ce genre. Il ne s’attendait pas à ce qu’il reste si calme à dire vrai.

Vampire ? Un sourcil qui se hausse. Vampire ? C’était une blague ? Et c’était ce connard qui se foutait de lui ? Alors que lui était un putain de vampire ? L’instant n’aurait pas été aussi stressant, Eliott aurait sûrement explosé de rire face à cette nouvelle. Un putain de vampire. Et il brillait au soleil aussi ?

T’as le chic pour attirer les mecs chelous putain…” commenta Eliott incrédule. “T’es conscient… Qu’il te prend sans doute pour un steak ? Ou un truc du genre… T’es pas genre son repas favori ? Et en plus il a niqué ton canapé… Franchement t’as des goûts plus que douteux…

Il était tellement abasourdi qu’il n’arrivait même pas à être en colère face à l’inconscience de son ami. C’était tellement improbable cette discussion. Le niveau de bizarrerie avait atteint un summum qu’on ne pouvait plus dépasser. C’était vraiment complètement aberrant. Un vampire. Un change-forme. Et pourquoi pas un loup-garou tant qu’à y être ?

Oui… Mais… J’aurai… J’aurai dû t’en parler… Depuis des années…” souffla-t-il plus sérieux, revenant sur le noeud du problème.

Il fronça les sourcils, suivant sans comprendre son ami. Il s’approcha des dessins, un peu perplexe. Il ne savait pas bien ce qu’Haven essayait de lui faire comprendre. Il y avait tout un tas de dessins. Mais qu’est-ce que ça voulait dire ? Il observa un peu mieux chaque dessin. Et il se figea sur l’un d’eux. C’était… Quelque chose qu’il avait vu. Au lycée. Mais… Haven était pas avec lui. Alors… Comment il avait pu dessiner ça ? Cet accident de voitures. Un accident assez horrible pour que lui, l’égoïste Eliott s’en souvienne encore parfaitement.

Comment… Comment t’as pu dessiner ça si bien… C’est… T’étais pas là… Je le sais… J’étais tout seul… C’était en plein milieu de la nuit… Et… Merde… Comment tu as fait ça ? Tu lis dans la tête des gens ?” questionna-t-il perplexe. “Toi aussi tu… ?

Tu es différent ? Il n’avait jamais rien soupçonné… C’était vraiment ironique. Ils avaient souffert tous les deux en silence ? L’un à côté de l’autre ? Sans le savoir ? Sans l’imaginer ? Il se sentait étrangement mal en réalisant ça. Coupable. Et idiot. Tellement idiot.

Merde… J’aurai… J’aurai dû le voir… Enfin… Pourquoi tu m’en as jamais parlé ?

Et en disant cela, il se sentait encore plus con. Pourquoi lui n’en avait jamais parlé ? Sans doute pour les même raisons… Il soupira.

Pas besoin de me dire… Je sais pourquoi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Dim 29 Avr - 19:55

C'était dur à encaisser, parce que Eliott, il le connaissait depuis toujours, parce que sa vie avant qu'il ne le rencontre, elle avait jamais vraiment eu de sens, il avait toujours été habitué à être seul et quand il avait débarqué, il était passé de seul à deux et c'était plaisant comme sensation il avait presque eu l'impression d'avoir une famille et cette impression avait fait que se consolider au fil des années mais maintenant... il se sentait surtout con à vrai dire. Parce qu'il se rendait compte que sa seule et unique famille, le type sur qui il pensait pouvoir compter quoi qu'il arrive, n'était pas vraiment celui qu'il pensait qu'il était, qu'il avait passé des années à croire le connaître, à être proche de lui et qu'au final, il ne savait rien ! Parce que merde, c'était pas un petit truc de rien du tout là, c'était toute sa nature, c'était ce qu'il était... et même s'il ne semblait pas l'accepter ou même le savoir lui même, c'était tout simplement lui. Et il pouvait même pas lui en vouloir, parce que lui aussi il lui avait caché des choses, à commencer par son dons de voyance, et aussi le fait qu'il fréquentait quelqu'un et que ce quelqu'un était un vampire par la même occasion... d'ailleurs il trouvait pas ça très juste que Rodin sache ce qu'était Eliott et qu'il ne lui ai pas dit ce qu'il était en retour, raison pour laquelle il avait décidé de mettre les compteurs à zéro, de toute manière Rodin était borné et pour savoir quelque chose de lui, fallait batailler encore et encore... donc autant épargner cette peine à son ami. La réponse d'Eliott n'était pas vraiment étonnante, il aurait presque put lui répondre « comme toi... » mais il se sentait vraiment pas de plaisanter sur le sujet là tout de suite, sans compter qu'il était du genre chelou lui aussi au final... il leva par contre les yeux au ciel, un peu vexé qu'il le croit aussi con que ça avant de dire :

- J'ai une gueule à laisser qui que ce soit m'bouffer ? Tu vois une marque de morsure ou autre sur moi... ? Merde vieux, je supporte à peine la vue du sang, tu crois vraiment que j'le laisserais se nourrir sur moi ?

Il ne l'avait jamais envisagé et il avait même mit les choses au clair directement avec Rodin, d'ailleurs ce dernier ne lui avait jamais demandé quoi que ce soit à ce niveau, il n'avait même jamais essayé de le mordre... alors non, c'était pas du tout ce qu'imaginait Eliott, ça n'avait rien à voir avec la bouffe, il était pas son repas. Mais oui, par contre il lui avait bien niqué son canapé et ça, ça l'avait bien fait chier, mais il s'en était à peu près remis. Il poussa un soupir un peu blasé, parce qu'il était bien au courant de ses goûts douteux, c'était pas utile d'en rajouter... il préférait se concentrer sur ce qu'il venait d'apprendre et certes, il aurait dut lui en parler, il était un peu vexé qu'il ne l'ai jamais fais d'ailleurs, parce que putain, il était pas aussi connard que ça, il ne l'aurait pas laissé tombé pour autant... il aurait sans doute flippé... en fait il en savait rien... et ça le faisait chier, mais il était de toute façon mal placé pour dire quoi que ce soit. Il avait fini par se lever, lui demandant de le suivre jusqu'au salon ou il avait sortis un paquet de dessins, certains récents, d'autres plus anciens et il lui l'avait laissé regarder ça de lui même. Il laissa échapper un rire un peu amer à sa question sur le fait de lire dans la tête des gens, se souvenant que récemment, il avait accusé une rouquine de faire ça aussi...

- Je lis pas dans la tête des gens, c'est dans la mienne... je fais des rêves, et la plupart du temps, ils se réalisent...

Il se contenta d'hocher la tête à sa question en suspend, parce qu'il avait bien compris et que oui, lui aussi était anormal pour le coup... qui l'était vraiment dans cette ville en même temps... ? Il lâcha un nouveau soupir, alors qu'il lui demandait pourquoi il ne lui avait jamais rien dit, et au final, il répondit de lui même à la question, mais Haven avait quand même la sensation de devoir ajouter quelques petites choses... de se justifier, il lui devait bien ça.

- Je l'ai découvert genre un an après qu'on se soit rencontré... j'étais dans cette famille, il y a eu un accident et je les avait prévenue, j'étais qu'un gosse, ils m'ont dit que c'était juste un rêve, mais quand ça s'est produit, ils ont eu peur, ils m'ont renvoyé et j'ai dut me taper des séance chez ce connard de psy qui parlait de démence, de schizophrénie et de trucs bien flippant... alors j'ai compris qu'il valait mieux que j'la ferme. Que personne ne me croirait vraiment et... j'ai simplement fait comme si de rien était.

Et jusqu'au bout, il avait laissé toutes ces personnes mourir sans réagir... enfin à une ou deux exceptions prêt... il aimait pas voir des gosses mourir, c'était vache ! Il baissa un peu la tête, avant de dire :

- Mes migraines, mes problèmes de sommeil... c'était juste... ça.

Il avait toujours eu ce genre de problème, il avait faillit devenir toxico dans son adolescence à cause de ça, parce que l'héroïne l'aidait à mieux dormir et à pas avoir de vision, mais ça n'avait fonctionné qu'un temps... et c'était quand même revenue... au moins maintenant, Eliott comprenait mieux la raison de certaines choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Dim 29 Avr - 22:42

Le point positif dans tout cela, c’était qu’au moins Haven ne lisait pas dans sa tête… Et en même temps, s’il avait lu dans sa tête, il n’aurait pas pu avoir de secrets pour son ami. Réfléchis putain, Hell. N’empêche que c’était sacrément confus comme situation. Comme s’ils découvraient tous les deux que l’ami qu’ils pensaient avoir tout ce temps n’était finalement qu’un mascarade. En quelque sorte. Quoique, ça ne changeait finalement qu’une infime partie de leur vie ? Peut-être ? Il l’espérait. Parce que lui, il n’avait pas l’impression d’être une autre personne. Alors… Il allait espérer qu’il en allait de même pour Haven.

Hm… T’es comme le personnage de Heroes…” commente-t-il un peu stupidement.

Merde y’avait que lui pour comparer son pote au mec de Heroes qui devient fou et… et qui meurt. Ouais nan, c’est vraiment carrément nul comme comparaison. Il secoua donc la tête pour évacuer cette idée dans sa tête. Haven crèverait pas. Hors de question. Il releva le nez des dessins, et fixa son ami. Il demandait pas plus de détails mais… Il hocha la tête. Et il comprenait vraiment ce que disait Hav. Parce qu’il avait eu le même réflexe. Il en avait jamais parlé de ce qui lui rongeait l’existence. Au fond, cela expliquait quelques trucs.

T’sais quoi… J’te crois… J’te crois grave…” lâcha le petit brun avec un sourire complice.

Il s’approcha de son ami. De son frère. Il alla le prendre dans ses bras. Il le serra contre lui. Assez fort. Trop pour sa carrure. Il ne cacha pas vraiment sa force. Plus maintenant. Il lui devait aussi plus d’informations. Il devait… Mais… C’était tellement douloureux de lui montrer. Et aussi affreusement glauque. Il se recula un peu.

J’te repprocherai pas d’m’avoir rien dit… Mais, on est toujours ensemble contre le reste du monde ok ? Encore plus maintenant…

Il secoua un peu sa tête en reculant.

Laisse-moi deux secondes… Faut que je mange avant de te montrer mon truc…

Il alla fouilla dans le frigo. Il engoufra deux ou trois trucs qui traînaient. C’était pas franchement pour le goût qu’il mangeait ces trucs. Il but aussi de grandes lampées de soda. A le voir comme ça, il faisait très ogre. Et au fond, il se voyait comme ce genre de monstres depuis tant d’années. Il essuya sa bouche. Il regarda à nouveau son ami.

Bon… Déjà… Faut que tu saches que c’est grave dégueulasse ce que je vais faire… Et… ça me fait un mal de chien… Alors… Jusqu’à présent, je le faisais vraiment pas trop… Parce que… C’est ouf comme ça fait mal… Mais… J’veux que tu vois… Pour comprendre pourquoi j’en ai jamais parlé… Tu me promets de pas crier ? Hein… Et m’approche pas ? J’ai pas envie de te faire mal sans faire gaffe…

Les mises en garde étant faites, il se recula de son ami, sautillant un peu sur place, les yeux fermés, comme pour se concentrer. Il ne savait jamais trop comment déclancher le truc. Souvent, ça arrivait quand il se contrôlait plus… Et comme il se contrôlait presque toujours, c’était dur de relâcher cet instinct primal en lui. Et le seul truc qui le foutait vraiment hors de lui en ce moment c’était…

Il eut un râle de douleur en sentant la transformation débuter. Il s’empêcha de hurler, mais il tomba à genoux par terre. Ses mains agripant la peau de son visage, ses cheveux se détachant par poignée. Il n’y avait pas beaucoup de sang, mais l’épiderme qui se décollait avait tout de même cette répugnante couleur sanguinolente. Il fallut quelques longues minutes pour qu’il réussisse à se débarasser de sa peau. Il avait viré son tee-shirt dans la pagaille. Il se retrouvait en boxer devant son ami alors qu’il se relevait au milieu des peau, dents, ongles et autres cheveux sans une seule blessure. Il n’était même pas sûr de qui il était devenu. Il avait un sale préssentiment en voyant ses mains. Il les avait déjà eu ces mains là. Il se regarda dans un reflet de vitre. Il eut un râle d’exaspération.

Mais merde putain ! Pourquoi je me suis encore changé en lui ?” lâcha-t-il avec l’exacte réplique de la voix de Rodin. L’exact corps. L’exacte gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Mer 2 Mai - 21:46

La comparaison le prit un peu de court, parce que en fait il avait dut bugué un instant pour essayer de se rappeler de quel personnage il parlait... parce que déjà cette série elle remontait un peu, et en plus, il y en avait une sacrée tripoté de personnages dedans, mais finalement ça lui était revenue, il parlait du peintre, celui qui entrait en transe et qui peignait l'avenir... bon c'était pas totalement ça, mais ça s'en rapprochait. La différence, c'était que lui il faisait des rêves quand il dormait et il les dessinait ensuite une fois bien réveillé parce que ça lui permettait en quelque sorte de se les sortir de l'esprit et de pas rester focalisé dessus toute la journée, mais ça marchait pas toujours ce truc là en fait. Il ne put se retenir de rire un peu devant la référence, ça faisait du bien dans un sens, ça permettait d'alléger un peu l'ambiance, parce que pour le coup, il savait plus trop comment réagir à tout ça... c'était vraiment perturbant. Et il partait du principe qu'il lui devait des explications, parce qu'il avait caché ça pendant longtemps et c'était quand même son meilleur ami, son frère, donc s'il y en avait bien un qui méritait des explications et des détails, c'était lui. Il fut un peu rassuré en l'entendant dire qu'il le croyait, en même temps, il le connaissait mieux que n'importe qui, assez pour savoir qu'il était pas un super menteur, et quand bien même, il aurait trop facilement put le griller. D'autant plus que là, il avait aucune raison de lui mentir, c'était lui qui avait décidé de tout lui révéler, ce serait con de l'avoir fait pour ensuite lui mentir. Il lui rendit son étreinte, un peu plus apaisé, esquissant un sourire alors qu'il lui répondait :

- Oué c'est ça, encore plus, parce que entre monstres aux pouvoirs bizarres, faut bien se serrer les coudes ! Surtout avec tout ces chasseurs là...

Est ce que Eliott était au courant pour les chasseurs d'ailleurs ? Parce que si ce n'était pas le cas, il allait devoir le mettre en garde. Il devait faire profil bas et il devait aussi faire attention à lui... il savait que certains n'hésitaient pas à chasser les gens comme lui, alors ceux comme son ami, ça devait pas être exclus non plus... Il le relâcha alors qu'il prétendait vouloir lui montrer, il fronça un peu les sourcils, il était pas bien sur pour le coup... enfin une grande partie de lui était vraiment curieuse, il pouvait pas s'en empêcher, il avait bien envie de savoir comment ça fonctionnait, mais d'un autre cotés, il avait aussi peur que l'image qu'il avait d'Eliott change en le voyant ainsi... c'était un peu comme pour cette histoire de dents des vampires là, il voulait voir ce que ça donnait sur Rodin, mais d'un autre cotés, il était pas sur que ce soit l'idée du siècle et que ça ne change pas sa vision de lui... Il le regarda alors aller s'empiffrer dans le frigo, tandis qu'il commençait à expliquer un peu les choses, et pour le coup ça donnait pas trop envie...

- Euh... dégueulasse à quel point ? Parce que tu sais que le sang et moi... et puis si ça te fais aussi mal, t'es vraiment pas obligé de... Oh merde...

C'était un peu tard pour discuter visiblement, parce que d'un coup le corps de son ami se mit à se tordre de façon vraiment... ben oué, dégueulasse et c'était sans compter les bruits d'os qui craquaient... et quand sa peau commença à s'arracher, il eu un haut le cœur et se retourna d'un coup... merde, il avait déjà entendu un vampire arracher à main nue la tête d'un autre vampire ce soir, il avait pas en plus besoin de voir son meilleure ami s'écorcher vif alors que ses os se brisaient un à un... c'était vraiment horrible ce truc là, et en plus ça le faisait un peu flipper parce qu'il se demandait dans quel état il allait finir... Il avait presque envie de plaquer ses mains sur ses oreilles et il se sentait vraiment prêt à vomir là... et d'un coup ça s'arrêta, jusqu'à ce qu'il entende une voix qu'il connaissait très bien, mais qui n'avait pas sa place ici, tout de suite. Il écarquilla les yeux, avant de se retourner pour voir... Rodin qui se tenait devant lui. C'était... bluffant, il était exactement pareil, la voix, la tête, le reste aussi... ben oui, c'était dur de pas observer le reste, surtout vu la tenue... et c'était encore plus dur de se dire que c'était Eliott en vrai...

- Merde, c'est... woow c'est vraiment identique de partout... et franchement bizarre... oué très bizarre et... oh bordel c'est dégueulasse ce truc par terre là... est ce que c'est toujours comme ça ? Genre y a pas moyen de faire ça plus proprement et moins douloureusement ? Oh merde j'vais vomir j'crois...

Il plaqua une main devant sa bouche, il essayait de s'empêchait de fixer le sol aux pieds de son ami... mais du coup il était obligé de le fixer lui, et c'était encore plus bizarre sachant qu'il renvoyait l'image de Rodin... et d'un coup l'idée le frappa...

- Attends... physiquement t'es tout pareil mais du coup... t'es pareil aussi pour le reste ? Genre... t'as envie d'sang là tout de suite ? T'as les dents là comme les vampires... j'avais jamais vu encore jusqu'à cette nuit, c'est vraiment pas terrible comme truc...

Il avait énormément de questions du coup, et ça allait pas aller en s'arrangeant... mais bon ça restait bizarre, en fait ce serait sans doute mieux si Eliott reprenait son apparence à lui parce que là ça le perdait un peu quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Jeu 3 Mai - 22:27

Chasseur ? Quoi ? Le petit brun n’avait pas complètement enregistré l’info. Mais elle se pose dans un coin de sa tête. Quelque part. Ils en reparleraient. Parce que ça l’étonne pas qu’il y est des gens vénères contre les gens comme lui, ou Rodin. Mais contre Haven ? Sérieux. C’était idiot. C’était une crème, qu’il rêve de trucs chelous, ça donnait aucune raison de vouloir sa mort. Fallait être furieusement con pour vouloir ça. Mais bon, ils en parleraient plus tard. Là, il essayait de se transformer. Il ne tenait pas trop compte de la crainte de Haven, parce qu’il devait voir. C’était impossible de vraiment comprendre sans voir ça.

Mais ça faisait mal. Surtout si c’était pour finir avec sa sale gueule à lui, franchement. Ce mec le faisait même chier quand il était pas là. Putain de Connard de merde. Il sourit à Haven malgré tout. Ouais, c’est bluffant. Douloureux as fuck. Mais bluffant. Ça il en avait jamais douté. Enfin flippant, c’était peut-être plus le mot.

Ouais enfin j’sais pas si sa teub est vraiment aussi p’tite…” ironise-t-il avec un sourire méchant.

Il regarde à ses pieds et a aussi une grimace. Ouais, ça, c’est dégueu. Il a un air un peu désolé sur le visage. Enfin sur son visage. Et ce mec doit pas être désolé souvent.

Euh ouais, c’est toujours dégueu comme ça… Tu sais, c’est comme un serpent qui fait sa mue… Enfin, c’est ce qui s’en rapproche le plus… Merde, euh… Attends… Vomis pas partout…

Eliott se met à la recherche d’un saladier, d’une bassine, d’un contenant quelconque. Il finit par lui tendre un saladier où moisissent quelques fruits pas très frais qu’ils n’ont pas encore jeté. Il s’en veut un peu de foutre Haven dans un tel état de… Nausée ? En même temps. La première fois, il avait gerbé lui. Et pas qu’un peu. Les toilettes du gymnase devaient encore s’en souvenir. C’était tellement terrifiant et dégueulasse.

Par contre… Il fronce les sourcils. Envie de sang ? Ben non. Il a la dalle ouais, mais de sang, non. Il a plus envie de frites. Il secoue négativement la tête du coup.

J’ai envie de frites. Pas de sang. T’inquiète. Relax. Et je sais pas pour les dents…

Il ouvre la bouche, et vérifie son palais, d’une façon quelque peu ridicule. Mais il n’y a visiblement qu’un nombre normal de dents. Il a pas l’air d’avoir copié ça. C’est probablement pas possible ? Il en sait rien. Ou c’est parce qu’il gère pas assez ? Il en sait trop rien. Mais il est pas mécontent de pas avoir copié ça en vrai. Il retire ses doigts de sa bouche.

Nan, ça a l’air normal… Mais après… J’suis pas vraiment un expert sur ce que je suis, tu vois… En vrai, j’sais pas grand chose…

Il hausse les épaules. Il revit son reflet dans la fenêtre. Il a une grimace. Merde, c’qu’il est moche. Il secoue la tête un peu dégoûté.

Tu m’en veux pas si je quitte sa gueule… J’aime pas m’voir comme ça. Franchement… J’vois pas ce que tu lui trouves, sérieux…” râle-t-il. “Tourne-toi, ce sera pareil…

Seulement, revenir à lui. C’est plus simple. Moins violent. Un peu moins. Il se concentre un peu mieux. Il ferme les yeux. Le picotement ne tarde pas tant que ça. La brûlure ensuite, le déchirement. Il sort exsangue de la transformation, essoufflé, ayant lâché quelques gémissements. Mais ce n’est rien comparé aux hurlements qu’il contient à chaque fois. C’est par contre tout aussi salissant. Alors même s’il est épuisé, il pense à Hav. Il chope un ou deux sacs poubelle et balance le plus gros des mues dedans. Il y a bien quelques dents qui doivent traîner, mais merde, c’est pas le plus glauque.

C’est bon, Hav’... Putain, j’ai la dalle…” qu’il lâche en se traînant dans la cuisine.

Il bouffe des morceaux de sucre, il s’attrape une casserole pour faire une plâtrée de pâtes. Ouais, il crève la dalle. C’est toujours comme ça. Il regarde Haven.

J’crois qu’tu comprends pourquoi j’en ai jamais parlé avant… C’est pas genre le truc le plus glauque que t’aies jamais vu ?” demande-t-il sous un faux air de nonchalance. “Le pire… C’est qu’la première fois, j’me suis changé en meuf… Britany… T’sais, la poufiasse, capitaine des pompom girls… Celle que se faisait Andy… Putain… J’avais tellement envie d’me faire Andy que j’me suis changé en sa poufiasse… Ma bite me perdra toujours…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Sam 5 Mai - 1:27

Il aimait pas ça... il comprenait que Eliott n'aime pas, parce qu'il n'aimait pas non plus. Et ça n'avait rien à voir avec tout le cotés dégoûtant, parce que bon, oué, il avait dut refréner son envie de vomir sur le coup, mais c'était plus par rapport au cotés douloureux. Rien qu'à entendre les os de son ami se briser un à un, il avait mal pour lui et c'était plutôt sur à supporter. Autant il y avait certaines personnes sur cette terre, ça ne le gênait pas plus que ça de les voir souffrir, mais Eliott... non, il avait aucune envie de le voir, ou même de l'entendre souffrir. Et putain, qui avait bien put inventer une créature qui était obligé de se briser entière pour se reconstruire ? C'était franchement barbare comme truc ! Et puis le voir avec la tête de Rodin... oué, ça aussi c'était perturbant, si encore il avait conservé sa voix, genre comme dans Harry Potter, mais non, il avait même sa voix, c'était l'exact réplique, sauf que c'était Eliott, son meilleur ami, dans la peau de son... enfin du vampire quoi... bref... Mais il y avait certains détails qui ne trompaient pas, comme le sourire... c'était à ça qu'il voyait bien la différence, parce que Rodin ne lui souriait pas comme ça, avec lui c'était toujours des genre de sourire taquin, joueurs, ou amusé, mais c'était pas... chaleureux comme ça pouvait l'être de la part de son ami. Il secoua un peu la tête, lui rendant malgré tout son sourire, fallait qu'il la sorte celle là tiens... d'ailleurs ça lui prit quelques secondes, mais il se rendit compte que du coup, oué, il pouvait le voir à poil, et même le tripoter en fait... merde, c'était vraiment bizarre...

- J'ai pas très envie de t'voir aller vérifier cette information... et là du coup c'est bizarre...

Oué, vraiment bizarre, ça lui plaisait pas trop... mais en même temps, il pouvait pas dire grand chose non plus, c'était pas comme si Eliott l'avait fait exprès. Et puis il y avait une autre expression nouvelle qu'il n'avait jamais vu sur le visage du vrai Rodin, parce que quand Eliott était désolé, ça se voyait, il avait vraiment l'air désolé, quand Rodin lui l'était, il boudait comme un gosse et devait se forcer à cracher des excuses comme si ça lui brûlait la gorge... Il eut un léger sourire un peu attendrit, merde, c'était dur de se dire que ce n'était pas vraiment le vampire, et c'était un peu chiant aussi... pourquoi il souriait pas plus souvent comme ça ce con là aussi ? Enfin du coup il se retrouva avec un saladier dont le contenue n'était pas plus appétissant que ce qui se trouvait sur le sol, mais il le posa sur la table, se retenant simplement... il avait charcuté le dos d'un vampire, il pouvait supporter... de la peau, et du sang, et des cheveux, et... merde, ne pas y penser, c'était mieux en fait, oui, se focaliser sur autre chose, comme la possibilité que Eliott puisse aussi copier les capacités du vampires. Il prit un air un peu déçu avant de dire :

- Oh... enfin pour l'envie de sang c'est plutôt une bonne chose, j'te l'ai dit, j'suis pas une banque du sang !

Il le regardait s'examiner la mâchoire... encore un spectacle assez spéciale... il grimaça un peu, et finalement leva les yeux au ciel quand il lui reprocha encore ses goûts douteux... il se retourna pour le laisser se retransformer, en parlant en même temps, ce qui l'empêchait d'avoir à trop se focaliser sur les sons écœurants :

- Ça va, j'ai compris que tu l'aimais pas... et je peux comprendre, je l'aimais pas du tout non plus au départ... mais il est plutôt cool dans l'fond, et puis il m'a sauvé la vie... genre deux fois, ou peut être trois d'ailleurs... bien qu'il y a une ou deux fois ou en fait c'était peut être de sa faute au départ... enfin peu importe... d'ailleurs si tu veux en savoir plus, moi je peux t'obtenir des réponses. Je peux lui demander, vu son âge, ce serait pas étonnant qu'il en connaisse un rayon sur un peu tout et n'importe quoi...

Enfin si on omettait ses problèmes de mémoires évidemment... Il se retourna vers son ami quand ce dernier lui indiqua, un peu plus à l'aise de le revoir lui, il afficha un sourire, en le regardant se diriger vers la cuisine et il l'y suivit en grimaçant avant de dire :

- Ce type était un connard de première en plus... tu peux me reprocher mes goûts, les tiens étaient pas mieux... attends... t'as baisé avec lui en étant une fille ?! Ça fait quoi ?

Autant pour le cotés sérieux de la conversation... visiblement tout ce qui l'intéressait en cet instant, c'était de savoir ce que ça faisait de s'envoyer en l'air dans la peau d'une fille... merde, après tout, c'était pas tout les jours qu'il se retrouvait face à quelqu'un qui pouvait en témoigner... c'était plutôt intéressant d'ailleurs quand il y pensait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Mar 8 Mai - 18:35

Entendre Haven parler de Rodin, c’est d’une insoutenable cruauté. S’en rendait-il compte ? Sans doute pas. Eliott ne lui en voulait pas. Ou peut-être que si. C’était trouble dans son esprit. Tout était si trouble en ce moment. Mais l’idée qu’Haven soulevait le révoltait. Demander de l’aide à ce mec ? Il était sérieux. Il se rendait pas compte. Il disait vraiment de la merde là. Son meilleur ami. Quelque chose en lui se brisait à chaque fois qu’il essayait de défendre ce connard. Alors quand il proposa d’enquêter pour lui, ce fut la goutte d’eau. Probablement.

J’ai pas besoin de ce connard pour savoir qui je suis, ok ? Tu couches avec lui si tu veux, mais j’veux rien avoir à faire avec lui. Ok ? J’me démerderai pour savoir. Lui demande rien.

Son ton était froid. Il avait jamais été aussi froid vis à vis d’Haven. Il avait jamais renvoyé son meilleur ami dans les cordes comme ça. Peut-être parce qu’il n’avait jamais vu son ami aussi proche d’une autre personne. D’un autre gars. Rodin le méritait pas. Il le pensait peut-être un peu trop fort. Il n’avait aucun droit sur la vie de son ami et en même temps il ne pouvait pas rester sans rien dire.

La suite de la conversation lui échappa. Quoi ? QUOI ? Haven avait vraiment des questions super cheloues, merde. Il en eut une grimace dégoûtée. Vraiment ? C’était glauque.

Arrête ! J’ai jamais baisé avec lui… J’ai fantasmé sur lui, ok ? Ma bite a des goûts de merde, mais j’utilise mon cerveau pour réfréner mes envies, moi.” le coupa-t-il offusqué. “Et j’ai jamais baisé en meuf. J’veux pas être une meuf. Sérieux, t’es grave Haven. Putain. Si j’veux baiser, j’ai largement assez de choix en restant moi… J’ai… J’ai jamais baisé en étant quelqu’un d’autre. Ce serait beaucoup trop chelou. J’suis pas tordu…

Il verse les pâtes dans l’eau salée. Il aurait jamais cru parler de trucs si chelous avec Haven. Et il pensait pas qu’Haven le croirait capable de faire des trucs aussi bizarres. Franchement. Il relève la tête vers Haven. Il soupire. Il se sent encore plus fatigué qu’avant de parler de tout ça. Peut-être parce que tout revient toujours à Rodin dans la bouche de son ami. Même quand il parle de lui. Il lui vole même ses possibles instants d’égocentrisme ce connard. Nouveau soupir.

De toutes façons, c’était au lycée, y’a prescription…” conclut-il avec une mine contrariée. “J’fantasme plus maintenant, je baise, ça va plus vite. On s’fait moins chier à attendre.

C’est cru. Il aime se donner cet air je-m’en-foutiste, insensible à l’amour. Il se verrait mal dire à Haven qu’il y a que lui qui compte de toutes façons. Qu’il a jamais rencontré mieux que lui. Que tous les gars qu’il rencontre, il les compare à son ami. Qu’ils tiennent jamais la comparaison. Mais ça, il en parlera pas.

Tu voudras des pâtes ? Ou j’peux tout manger ?” demande-t-il pour éluder le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Mer 9 Mai - 16:34

Il ne s'attendait pas à une réaction aussi vive, en fait, ça lui avait fait l'effet d'une baffe en plein visage... là il comprenait pas trop en fait. OK, Rodin était un connard, OK, ils s'étaient battus et pas du tout entendus, ça il l'avait compris, mais il ne pensait pas que c'était à ce point non plus. Il avait rarement vu Eliott avoir autant de haine envers quelqu'un, au point même de préférer rester dans l'ombre concernant ce qu'il était que de le laisser poser quelques questions au vampire... c'était ridicule un peu. Surtout que de son point de vue à lui, c'était un peu grace à Rodin qu'ils avaient enfin osé s'avouer la vérité à leur propos, enfin si il n'y avait pas eu cette altercation entre eux, combien de temps encore Eliott lui aurait il caché son secret ? Et s'il ne l'avait pas révélé, Haven lui aurait il révélé le siens ? Autant dire que ça aurait put être un cercle vicieux qui aurait put durer encore bien longtemps, mais le brun était content que ça ai enfin prit fin. Il était pas à l'aise avec l'idée de cacher des choses à Eliott, il l'avait jamais été et c'était compliqué de lui cacher ses rêves, ou plutôt ses cauchemars ainsi que ses dessins alors qu'ils vivaient sous le même toit et allaient même jusqu'à dormir dans le même pieu... Mais du coup cette réaction jetait carrément un froid... merde alors, il se demandait vraiment ce qu'il avait put faire de si mal pour que son ami semble lui en vouloir à ce point. Il fronça un peu les sourcils avant de dire :

- Woow... on s'calme vieux, j'propose juste de t'aider à comprendre moi... OK, tu l'aimes pas et t'as de bonnes raisons, mais s'il peut t'être utile...

Haven faisait partie de ce genre de personnes qui n'avait aucun scrupule à utiliser les autres, et encore moins quand justement il ne les appréciait pas, c'était encore plus facile, mais visiblement, c'était pas le cas de son ami. Eliott aurait put exploiter ça, mais il ne semblait pas vouloir le faire, et le brun n'arrivait pas à se défaire de la sensation qu'il lui en voulait pour quelque chose. Il détestait être en froid avec Eliott, ça arrivait qu'ils ne soient pas d'accord sur certaines choses, qu'ils se prennent la tête, parce que c'était normal, ils étaient différents avaient chacun un caractère bien spécifique... et pas facile aussi, mais en général, ils se disaient les choses directement, hors là, il avait l'impression qu'il y avait trop de non-dit... plutôt ironique sachant qu'ils venaient justement de s'avouer leurs plus gros secrets respectifs.

- Pourquoi j'ai l'impression que tu m'en veux pour un truc là... ? Vas y dis le si t'as un truc à me reprocher, je préfère encore que tu me le balance dans la gueule plutôt que de te voir agir froidement comme ça en t'en prenant à moi alors que tout ce que je cherche à faire c'est t'aider...

Et puis il en avait marre de batailler avec les gens pour obtenir des réponses de leurs parts, ce serait bien d'être un peu plus direct et de dire les choses d'eux même de temps en temps... dans tout les cas, ça n'avait jamais posé de problèmes entre eux avant, du moins jusqu'au aujourd'hui et il avait comme l'impression que le sujet de discorde, c'était Rodin. Mais il ne comprenait pas encore vraiment pourquoi... OK, il se tapait un mec que Eliott n'aimait pas, mais il s'en était tapé d'autre, et ça va, c'était pas comme s'il allait lui annoncer qu'il allait se marier avec Rodin, ou encore qu'il devait dégager parce qu'ils allaient vivre ensemble... putain, Rodin était immortel et un foutue vampire, ça voulait dire qu'il allait finir par se casser à un moment donné et Haven le savait très bien... il était pas totalement aveugle, et il était pas débile... Rodin finirait par sortir de sa vie, alors que Eliott lui serait toujours là, ça a toujours été ainsi, et il ne pensait pas différemment, il était lucide sur ce point. La suite lui prouva bien qu'il y avait un truc qui clochait, parce que OK, sa question était bizarre, mais bon, il y avait pas de quoi non plus avoir une telle réaction, c'était pas nouveau qu'il avait un sens des priorités bizarre et qu'il avait une tendance à avoir l'esprit un peu tordus... Eliott le savait, et pourtant encore une fois, sa réponse était quand même plutôt froide... Il croisa les bras sur son torse, s'adossant au mur de la cuisine, observant son meilleur ami avant de pousser un soupir blasé en disant :

- Ben j'dois être méga tordus, parce que moi j'aurais sûrement essayé... et oué, t'es très bien comme tu es, et si un type un jour te demande de changer de gueule pour lui, envoi le chier clairement, mais en attendant, ton truc là, ça t'ouvre quand même pas mal de possibilité et les expériences, ça peut être sympa...

Si penser comme ça c'était être tordus pour Eliott, et bien dans ce cas, oué, il l'était c'était indéniable. Mais c'était pas nouveau non plus... il essayait juste de comprendre et il n'était pas questions de ses goûts à lui là, il était juste question de Eliott, il avait envie de parler de lui, de comment il vivait ça, de ce qu'il avait déjà tester... merde alors, c'était si con de sa part d'espérer avoir une conversation civilisé et agréable avec son meilleur ami ? C'était pourtant pas compliqué, ils y arrivaient très bien jusqu'à présent, mais maintenant il avait l'impression qu'il avait juste plus envie de lui parler et franchement, ça faisait mal. Il secoua la tête négativement avant de dire :

- Non c'est bon, j'ai vus trop de trucs dégueue cette nuit, faut laisser le temps à mon estomac de se remettre là...

Parce que entre le vampire qui se faisait arracher la tête et les transformations d'Eliott... clairement, il trouvait son truc fascinant là, mais c'était quand même dégueue et il trouvait aussi que c'était franchement moche la manière dont ça avait l'air de le faire souffrir...

- Bon, tu vas me dire ce qui va pas ou tu vas juste te concentrer sur tes pâtes... ?

Il avait pas l'intention de lâcher l'affaire, ça le faisait chier et il détestait ce genre de situation là, si Eliott avait un truc à lui reprocher, il préférait nettement qu'il le fasse au lieu de refréner ça et de lui faire subir sa mauvaise humeur en échange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Jeu 10 Mai - 13:08

C’était fou comment des fois, Haven comprenait rien. Il pouvait vraiment pas comprendre qu’il ne voulait pas apprendre de la bouche de ce connard là les secrets de sa vie ? Et puis, c’était pas ce même connard qui lui avait dit qu’il connaissait pas grand chose ? Bon, c’était déjà beaucoup, mais non, il n’irait pas lui parler, ni n’enverrait Haven jouer les pigeons messagers. Il trouverait autre chose. La facilité, ça menait rarement à une bonne solution. C’était même souvant l’inverse. Rodin, c’était un nid d’emmerdes. Il en avait assez comme ça. Et beaucoup trop de fierté pour se salir de son savoir.

Il fixe Haven. Quoi ? Il veut qu’il lui dise quoi ? Putain, c’est pas assez clair ? ça se voit pas assez ce qui le fout en rogne ? Il se demande comment Haven peut avoir besoin de mots. Est-il vraiment stupide ?

Tu sais très bien ce qui me fout en rogne. C’est lui. Et de toutes façons quoi que je dise, t’es déjà accro. Tu lui trouves même des putains d’excuses alors qu’il t’a foutu dans la merde putain. T’es en train de devenir complètement con !” finit par lâcher en explosant à demi.

Il se sent idiot de balancer ça comme ça. C’est lui qui va passer pour le connard intolérant. Il passe une main dans ses cheveux en soupirant. Putain. C’était fou de devoir le dire. De devoir lui dire un truc qui se voit comme le nez au milieu de la figure. C’était n’importe quoi. Il soupire.

Et me dis pas que c’est juste une passade. Parce que pour ton connard, ça en sera pas une…” ajoute-t-il d’une voix morne.

Il remue les pâtes. Un peu trop rageur. Le métal de la cuillère se tordant entre ses doigts. Se cassant entre ses doigts. Merde. Il retire les bout de cuillère de l’eau bouillonnante. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas pété un truc comme ça. Par mégarde. Il regarde les deux bouts de métal avec agacement. Envers lui-même. Envers Haven. Il n’en sait plus rien. Il est juste tellement énervé. Il balance les morceaux à la poubelle. Putain. Il aimerait tellement casser des trucs.

Mon truc m’ouvre vachement de possibilités ouais… La possibilité de me rendre compte que comme mes vieux, je peux n’être absolument personne. J’peux faire n’importe quoi. J’peux être n’importe qui. Ça a toujours été mon rêve d'être personne, tu vois.” Il secoue la tête. “Je changerai jamais pour qui que ce soit… Et les possibilités, c’est surtout que je pourrais me changer en plein milieu d’une partie de jambes en l’air. Génial. Ou je peux casser en deux un de mes amants si je fais pas gaffe à ma force. C’est vrai que ça a toujours été génial…

Il attrape une nouvelle cuillère mais à peine l’a-t-il serré entre ces doigts que le métal se tord. Merde. Il la balance sur le plan de travail, pire qu’agacé. Pourquoi il était pas là son Rodin, qu’il puisse se défouler une bonne fois pour toute. C’était peut-être la seule utilité qu’on pouvait trouver à ce type, putain.

Et tu vois, si je me concentre pas sur ces putains de pâtes je vais péter tout ce foutu appartement !” s’énerve-t-il, les poings serrés.

Colère trop longtemps contenue. Condition depuis trop longtemps insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Jeu 10 Mai - 18:25

OK, là il y avait clairement un truc qui lui échappait, parce que non... il était pas accro... enfin, peut être un peu, il aimait bien Rodin, mais ça va quoi, c'était pas non plus comme s'il était dingue de lui, qu'il pouvait plus s'en passer et qu'il rêvait de lui toutes les nuits, il était pas une foutue héroïne débiles et niaise de roman pour adolescents... et puis merde à la fin, c'était pas non plus le premier mec que Haven fréquentait dans sa vie, enfin c'était sans doute le premier qui soit durable, mais est ce qu'on pouvait vraiment parler de durable sachant qu'ils se voyaient pas forcément très souvent avec Rodin que ce dernier avait un peu de mal avec le fait de rester en contact et qu'en plus quand ils se voyaient, ils étaient toujours emmerdés pour un truc ou un autre... ? Sans parler du fait que tout cela n'était que passager au final, il allait pas rester éternellement à BF, qui aurait envie de rester dans cette ville pourris alors qu'il pouvait aller où il voulait ? Et Haven allait vieillir, il allait changer, il allait évoluer... ce qui ne serait pas le cas de Rodin, donc dans tout les cas, c'était voué à l'échec, alors merde quoi, il pouvait bien juste en profiter un peu maintenant et s'amuser tant qu'il le pouvait ! Et ça l'énervait vraiment de voir Eliott aussi en colère après lui, sans qu'il sache exactement pourquoi et en plus de se faire insulter... depuis quand il devenait complètement con ? Déjà c'était pas possible, il était déjà con avant, c'était pas nouveau mais en plus il n'avait pas l'impression d'avoir changé... il avait plutôt l'impression que c'était Eliott qui avait changé, qui se renfermait sur lui même depuis qu'il était sortis de prison et ça ne lui plaisait pas.

- Putain mais c'est quoi ton problème au juste ? J'ai aucune idée de ce qu'il s'est passé entre vous, et je veux même pas le savoir au final, j'ai pas envie d'avoir à choisir un putain de camps ! Et putain on parle d'un vampire vieux ! Un putain de vampire, tu sais ce que ça veut dire ? Qu'il est immortel, qu'il va jamais vieillir et qu'un jour ou l'autre, plus ou moins prochainement, il va se lasser de ma petite personne, se casser de cette ville et ne plus jamais revenir ! Alors oui, c'est qu'une putain de passade, quoi que tu en dises, mais toi et moi, c'est pas une passade... ça l'a jamais été à mes yeux du moins, mais en ce qui te concerne... j'ai des doutes...

Il était en colère, tout ça le frustrait bien trop, il avait juste envie de dire tout ce qu'il avait sur le cœur, et c'était pas brillant. Les paroles d'Eliott lui faisaient mal, parce qu'il le connaissait mieux que personne et qu'il savait très bien comment l'atteindre, comment le faire culpabiliser. Et oui, il culpabilisait, parce qu'il avait l'impression de l'avoir trahit en quelque sorte alors qu'il n'avait rien fait de tout ça... il avait rencontré Rodin pendant qu'il était encore en taule, alors qu'il l'avait abandonné, parce que c'était comme ça qu'il l'avait vécue quand Eliott s'était fait arrêté... et maintenant il lui reprochait presque d'avoir eu une vie pendant qu'il était en taule... Et il essayait de comprendre, de vraiment comprendre, il était même prêt à essayer de voir les bons cotés de la chose, il avait juste envie qu'il lui parle, de faire partie de sa vie et d'être là pour lui, mais quoi qu'il fasse, Eliott ne faisait que lui claquer la porte au nez encore et encore... il poussa un soupir blasé, alors qu'il lui répondait de manière sarcastique, plus blessé qu'il ne le devrait sans doute.

- C'est ce que tu penses... ? Que t'es personne ? Woah... et moi qui pensais que tu étais Eliott, mon meilleur ami, mon frère, celui avec qui j'ai grandit et que j'ai toujours considéré comme ma famille...

Il prenait ses paroles comme une forme de rejet, parce qu'il avait l'impression de ne plus le reconnaître, et dans un sens, c'était sans doute le cas puisque Eliott lui même semblait ne plus se reconnaître... c'était con, parce que de son cotés, ça ne changeait rien, OK, il était pas normal, et alors ? Lui non plus ne l'était pas... lui non plus n'avait pas de parents et on peut pas dire que son existence ai eu beaucoup de sens jusqu'à maintenant, mais il pensait au moins pouvoir compter sur une constante dans sa vie, à savoir son meilleur ami, mais au final il avait juste l'impression que ce dernier le repoussait et il avait aucune idée de comment arranger les choses.

- Tu veux quoi Eliott ? Que je te dise que t'es un monstre ? Que je te dise tu as pas ta place ici ? Ça te faciliterait peut être les choses... ?

Ce serait franchement hypocrite de sa part, et en plus complètement faux, parce que la normalité au final c'était surfait, et surtout dans cette ville. Pour lui ça ne changeait rien du tout, mais il avait comme l'impression que pour son ami, ça changeait beaucoup de choses et que ce dernier cherchait juste des excuses pour rompre le dialogue et l'éjecter de sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   

Revenir en haut Aller en bas
 

Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-