Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Jeu 10 Mai - 20:12

Peut-être qu’il avait oublié qu’Haven pouvait aussi se foutre en rogne. Il avait vraiment oublié. Deux ans sans lui, il l’avait peut-être un peu trop idéalisé. Peut-être. Ou alors, la prison l’a rendu plus égoïste. Plus violent. Il en sait rien. Il reste les mains crispées face à Haven. Il croit quoi ? Que pour lui, il est une passade ? Putain. Il est sérieux là ? Il croyait qu’il était revenu ici pour quoi ? Pour qui ? Il avait le choix de partir, de quitter définitivement cette putain de ville. Et pourtant, il était revenu ici. Juste ici. Pour Haven. Par égoïsme. Parce qu’il pensait pas que ce soit possible de vivre sans lui.

C’est un putain de vampire ! S’il veut vivre avec toi pour l’éternité, il peut ! Putain ! C’est possible ! Et si tu deviens comme lui… Arrête de dire de la merde ! Tu crois que je suis revenu ici pour qui ? Pour toi, putain ! Parce que tu me manquais ! Parce que j’peux pas vivre loin de toi !

Parce que sans toi, j’me serai déjà tiré une putain de balle, connard.

Eliott devrait peut-être pas se laisser autant atteindre. Mais putain. Y’avait que Haven pour réussir à lui faire aussi mal. Il se sent tellement blessé. Parce qu’il sait pas ce qu’il doit faire pour qu’Haven sache combien il l’aime. Il doit faire quoi ? Sourire stupidement, tenir la chandelle ? Lui dire qu’il est heureux pour lui ? Mais merde. Ils étaient déjà heureux tous les deux. Ils ont pas besoin de qui que ce soit. C’est Haven et lui contre le reste du monde. C’est juste eux.

Putain mais tu comprends rien, merde. Je veux pas être quelqu’un d’autre que cette personne justement. Parce que j’ai toujours existé que pour être avec toi ! Tu veux quoi comme preuve ? Tu veux quoi de plus ?” explosa-t-il avec hargne.

Il serre tellement les poings qu’il sent ses ongles s’enfoncer dans sa peau. Douloureusement. Mais ce n’est rien face aux mots d’Haven. Il se prend comme une gifle. Est-ce qu’il y avait pensé à ça ? A lui dire de partir ? Qu’est-ce que ça lui faciliterait ? Il a envie de chialer tellement ça fait mal. Mais il est pas une pleureuse. Il fera pas ça. Il donnera pas ça à Haven. Son regard reste froid, foudroyant. Il en veut à Haven de lui parler comme ça. De douter de lui. Il a jamais douté d’Haven lui.

Pourquoi ? T’y as pensé à me dire de partir ? ça t’arrangerait ? T’étais plus tranquille sans moi ? Deux ans sans que je sois dans tes pattes, ça te plaisait bien ?

Il grince des dents. L’eau des pâtes fout le camp. Il se jette pour éteindre le feu. Putain. Il reste penché quelques secondes vers la casserole. Il a envie de tout foutre en l’air dans cette foutue cuisine. Il avait envie de hurler. Et il était en même temps si fatigué. Il soupire.

J’ai pas envie de te perdre. C’est tout. J’ai pas envie qu’on te fasse du mal. J’ai juste… T’es la seule personne qui compte pour moi. Je veux pas… Je veux pas que tu souffres. Ni à cause de moi. Ni à cause d’un autre. Alors si je te blesse par ma présence, ouais, vaut mieux que je parte.” souffle-t-il douloureusement en posant son regard dans le sien. “Je t’aime trop, Haven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Jeu 10 Mai - 20:59

Pour le coup, il n'avait pas put se retenir de lâcher un rire ironique... parce que c'était la preuve qu'il ne connaissait vraiment pas Rodin, il n'avait aucune envie de s'encombrer de lui pour l'éternité... avait il seulement conscience de ce que ça impliquait ? L'éternité c'était long et Rodin avait été plutôt clair jusqu'à présent, il était du genre à se lasser très rapidement, un peu comme lui d'ailleurs, alors il y avait peu de chance que lui, le petit humain un peu boulet sur les bords et chiant le fasse changer sur ce point. Et quand bien même, lui n'avait aucune envie de ce genre de vie, la sienne n'était pas parfaite, mais elle lui convenait, il avait pas envie d'en changer. Il était ce qu'il était, et tant pis s'il n'était qu'un humain fragile et pas vraiment digne d'intérêt, lui, ça lui convenait. Donc non, il ne disait pas de la merde, il n'y aurait pas de choses de ce genre là, il ne l'envisageait même pas... et à entendre la suite des paroles d'Eliott, il se demandait maintenant s'il n'était pas une sorte de frein pour son ami, si il ne le retenait pas un peu contre son gré, alors qu'il aurait put changer de vie, partir loin d'ici, de toute cette merde... ça lui faisait mal d'imaginer qu'il puisse le retenir un peu contre sa volonté, mais d'un autre cotés, égoïstement, il en était heureux. Parce qu'il avait lui aussi besoin de lui, ces deux dernières années alors qu'il était en prison, il en avait été conscient, il n'avait pas vraiment d'amis en dehors d'Eliott, ou du moins, aucun qui ne soit pas remplaçable, il était la seule constante stable dans sa vie.

- Tu pense vraiment qu'il veut s'encombrer de moi pour l'éternité ? Merde, on arrive déjà pas à passer plus d'une heure ensemble sans se prendre la tête comme des gosses... et j'ai aucune foutue envie de devenir un vampire ! Franchement, tu m'imagines moi en vampire ? J'serais sans doute le vampire le plus pitoyable qui soit...

Ça faisait aucun doute, vu sa capacité à attirer les emmerdes, les chasseurs qu'il avait dans son entourage, il se ferait couper la tête en moins de deux... à ce compte là, il préférait encore rester humain et vivre quelques années de plus, quitte à vieillir et à de devenir tout fripé... Il baissa la tête, il savait pas vraiment ce qu'il était sensé dire ou faire, parce que maintenant, il avait l'impression de le retenir, que les décisions d'Eliott étaient prises en fonction de lui, alors qu'il aurait dut les prendre pour lui même...

- T'es personne d'autre pour moi, jm'en fous que tu sois capable d'être qui tu veux quand tu veux, t'es juste Eliott pour moi, et ça changera pas...

Il arrivait pas à saisir tout ce qu'il pouvait ressentir, comment il le pourrait sachant qu'il était pas comme lui, et d'ailleurs ça lui faisait bizarre de se dire ça, il avait bêtement pensé qu'il était la personne qui le connaissait le mieux, qui le comprenait le mieux, parce qu'ils étaient dans la même galère depuis qu'ils étaient gosses, mais au final, ils n'étaient pas tant que ça dans la même galère. Il releva les yeux vers son ami, fronçant un peu les sourcils, ne croyant pas à ce qu'il entendait... comment il pouvait penser un truc pareil ? Comment il pouvait croire qu'il avait ne serais ce que songé une seconde à le mettre dehors ou encore qu'il aurait été plus tranquille sans lui...

- Bordel Hell ! T'es sérieux là ? Tu sais très bien que c'est de la connerie ! Quand tu t'es fais coffrer, j'étais en colère après toi, parce que tu m'as abandonné putain ! Tu m'as abandonné pour tes conneries qui t’ont coûté deux ans... et tu crois que je les ai vécue comment ces deux ans, hein ? J'me suis retrouvé tout seul comme un con... t'as aucune idée d'à quel point je t'en ai voulu pour ça, parce que c'était sensé être toi et moi... pas toi en taule et moi comme un con à essayer de survivre sans aucun repère !

Il avait dépassé ça, il n'était jamais capable de resté fâché bien longtemps contre Eliott, mais il n'appréciait pas ce qu'il sous entendait, parce que visiblement, il avait du mal à imaginer que cette situation n'ai pas touché que lui... ça l'avait touché aussi, plus qu'il ne le pensait visiblement. La taule c'était peut être l'enfer, mais cette putain de ville sans lui, ça l'était tout autant du point de vue d'Haven. Il se rapprocha de quelques pas, alors qu'il se tenait au dessus de la gazinière, prenant une inspiration pour se calmer avant de dire :

- Ce qui me blesse c'est que tu refuses de me parler, que tu refuses de me dire les choses... parce que c'est moi putain, tu sais que je suis là pour toi... je t'aime aussi et j'ai aucune envie que tu t'en ailles du moins... pas si tu ne le veux pas... mais si c'est ce que tu veux, si tu pense que je suis un frein, ou je sais pas trop quoi... j'ai pas envie de te retenir contre ta volonté.

Il avait parlé plus calmement, mais dans sa tête, il était loin d'être calme, il était angoissé, parce qu'il avait peur, peur de le perdre, peur que les choses soient vraiment différentes entre eux, qu'ils soient à un tournant et qu'il n'y ai aucun moyen de faire marche arrière... il avait besoin de lui, mais peut être que c'était égoïste de sa part... peut être qu'il devrait penser un peu plus à Eliott...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Dim 13 Mai - 2:16

Qu’est-ce qu’il pouvait en savoir de la volonté ou non de ce connard de le garder avec lui pour l’éternité ? Il en savait rien. C’était une possibilité. Eliott ne voulait pas omettre cette possibilité. Et rien que d’avoir cette possibilité qui planait au dessus de son ami, c’était trop. Il voyait cela comme une menace potentielle.

Qu’est-ce que j’en sais ! Je suis pas dans la tête de ce con ! Et qu’est-ce qui me dit qu’il le fera pas ? Et puis… Tu crois que ce genre de créature se soucie de ton avis ?” répondit Eliott d’une voix agacée.

Peut-être qu’Haven serait un mauvais vampire, mais à quoi bon ? Est-ce qu’on se pose ce genre de questions quand on veut garder une personne avec soi ? Est-ce qu’il aurait transformé Haven s’il avait été à la place de ce foutu Rodin ? Oui, sans doute. Sans grande hésitation. Qu’importait qu’il ne soit pas fait pour cette vie là. Il aurait veillé à sa survie, il lui aurait appris à vivre par cette condition.

Eliott se sentait tellement… Piégé par la situation. Il avait l’impression d’être toujours infoutu de se faire comprendre par son ami. Comme si quelque chose s’était brisé entre eux avec les années d’absence. Il sentait plus tangiblement cette barrière qui s’était malheureusement érigée. Il aurait voulu foutre de grands coups de masses dedans mais…

Hell se prend les mots du grand brun en pleine tronche. Abandonné ? Quoi ? Il avait vraiment cru ça ? C’était complètement con ! Il était tellement énervé, dépité, déprimé par cette conversation.

Tu crois que je voulais finir en taule ? Quand on abandonne quelqu’un, c’est volontaire putain ! Je voulais pas te laisser !” se défend-il désemparé.

Il s’en était déjà tellement voulu de finir en taule. Haven ne l’aidait franchement pas. Il venait d’ajouter une brique au mur de la culpabilité, déjà bien monté en son for intérieur. Il soupira, essuyant ses yeux avant que les larmes n’y viennent. Il releva les yeux vers Haven. C’était horrible ce qu’il lui disait.

Haven… Dis pas de la merde. J’ai aucune envie de partir… Et… Tu peux pas dire que je te parle pas… Je sais juste pas ce qui se passe dans ma tête, comment tu voudrais que j’en parle ?! C’est le bordel pour moi, ok ? Et puis...T’as jamais été un frein ! T’es… T’es la seule personne pour qui je me suis toujours battue !

Il secoue la tête.

J’suis paumé, ok ? Je suis juste largué. J’ai passé plus de dix ans de ma vie à croire que j’étais un putain de monstre, paumé parmi des gens normaux, alors… Je sais pas comment réagir… Surtout avec toi… Parce que… Parce que j’aurai dû te dire tout ça… Depuis si longtemps… Tu peux pas savoir comme c’était dur de faire semblant et…

Il soupire.

Je veux pas te perdre, c’est la seule chose que je sais…

Il s’approche d’Haven. Il finit par le prendre dans ses bras. Parce qu’il n’y avait rien de plus éloquent que ses gestes. Il se sert contre lui. Il aurait voulu qu’Haven comprenne tout le bordel dans sa tête. Qu’il sache tout ça. Il voulait juste qu’ils arrêtent de se faire du mal.

Je suis désolé…” murmure-t-il contre son torse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Lun 14 Mai - 14:17

Le problème avec Eliott, c'était qu'il était borné, il avait des idées bien avancé sur Rodin, visiblement, ils ne s'étaient rencontrés qu'une fois, s'étaient détestés au premier regard, s'étaient même tapé dessus et maintenant ils semblaient tout savoir l'un de l'autre... c'était stupide, Eliott n'avait aucune idée de qui était Rodin, d'ailleurs Haven ne savait pas trop non plus à vrai dire et Rodin lui même n'en savait rien vu que sa mémoire était une vrai passoire... enfin il était au moins sur d'une chose, il ne l'avait jamais obligé à rien, il n'avait jamais recherché à vouloir le convaincre de lui refiler son sang, qu'être un vampire c'était génial, qu'il devait se laisser tenter... en fait quand ils étaient ensemble, Rodin ne parlait pas trop du cotés vampire, c'était un peu comme s'il cherchait en quelque sorte à l'oublier. Alors non, il n'allait pas le mordre, il n'allait pas le transformer contre sa volonté et il y avait peu de chance de toute manière pour qu'il ai la moindre envie de le garder pour l'éternité avec lui... et pour quoi d'abord ? Pour pouvoir se prendre la tête toutes les cinq minutes ? Vraiment, quitte à se trouver un animal de compagnie pour l'éternité, il pouvait trouver plus docile et moins chiants que lui. Il poussa un soupir un peu blasé, ne prenant pas la peine de répondre, parce que ça servirait à rien, il allait encore une fois prendre la défense de Rodin, Eliott n'allait pas apprécier, il allait l'accuser d'être accro, lui dire que le vampire était « son mec » et ils allaient recommencer encore un coup... non, ça ne valait pas le coup, il préféra ne pas relever, sachant de toute manière que c'était faux et que le vampire ne ferait pas un truc pareil.

Et il avait conscience que ses mots blessaient Eliott, que c'était quelque peu injuste de l'accuser de l'avoir abandonné pour finir en taule, parce qu'il n'avait pas choisis d'aller en prison, mais d'une certaine manière, il en était quand même responsable. Haven n'avait jamais apprécié les conneries dans lesquels il trempait, ces histoires de drogues, de gang et autres joyeusetés du genre... il savait que ça allait mal finir, il lui avait dit plus d'une fois, mais Eliott en avait fait qu'à sa tête, jusqu'à ce qu'il se fasse choper et jusqu'à ce qu'il finisse par l'abandonner pendant deux ans. Alors certes, il n'avait pas choisis, mais il en était quand même responsable, c'était ça qu'il voulait lui faire comprendre.

- Je sais que tu ne voulais pas... mais tu l'as quand même fait au final, et ça n'a pas touché que toi ! Si tu penses que tu as été le seul à en baver ces deux dernières années tu te trompe totalement, parce que crois moi, cette ville sans toi, c'était l'enfer !

Le ton était assez sec, il n'aimait pas avoir à admettre ce genre de chose, c'était compliqué mais d'un autre cotés, c'était la vérité. Et Eliott semblait ne pas en avoir conscience, il donnait l'impression de croire que pour Haven tout avait été facile, qu'il avait juste eu à vivre sa petite vie tranquillement... mais c'était loin d'être le cas, rien n'était jamais facile ou tranquille dans cette putain de ville. Il avait échappé à un vampire, à des démons, à un putain de loup garou... deux fois pour ce dernier, alors non, c'était pas facile et oui, il s'était sentit abandonné. Il se calma un peu en entendant la suite, voyant à quel point son ami était démunis, à quel point il avait effectivement l'air paumé... ça lui foutait vraiment un coup, parce que c'était pas ce qu'il avait voulu, il voulait juste que Eliott lui parle, lui fasse confiance, lui dise ce qui n'allait pas, parce qu'il voulait être là, il voulait l'aider et le soutenir... Il referma ses bras autour de lui, le serrant contre lui avant de dire :

- Tu vas pas me perdre... je te l'ai déjà dit, je vais nulle part, et rien ne changera entre nous ! Je t'en veux même pas de m'avoir rien dit, parce que... ben c'est pas comme si je t'avais pas caché un truc aussi... mais je veux juste que tu arrêtes de faire semblant, avec moi du moins... J'en ai rien à faire que tu sois un... merde c'est comment déjà ?... enfin c'est pas important ça, je te le redis, t'es juste Eliott pour moi !

De ce qu'il avait put en voir, c'était dégoûtant son truc, mais ça n'avait pas l'air vraiment dangereux, enfin ça ne faisait pas de lui un monstre, au moins il ne bouffait pas les gens, il ne tuait pas, alors il était plutôt normal dans un monde comme celui dans lequel ils vivaient. Il poussa un soupir, glissant ses doigts dans les cheveux de son ami à la base de sa nuque avant de demander :

- J'suis pas un spécialiste, mais j'ai appris pas mal de choses sur ce qu'il y a comme créatures dans le coin dernièrement... si tu veux savoir, t'as juste à demander...

Et il n'avait pas appris le principale de Rodin en plus, mais bon il voyait pas l’intérêt de le préciser, il fallait arrêter les gamineries là, peu importe la source, si l'infos était importante, ça valait le coup c'est tout. Surtout que Eliott devait faire attention aux chasseurs lui aussi... est ce que seulement il connaissait leur existence ? Pas sur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Mar 15 Mai - 10:35


Cette ville sans toi, c’était l’Enfer. Les mots résonnent dans la caboche du petit brun. C’était… vrai ? Alors Haven aussi avait autant besoin de lui ? C’était pas que lui ? C’était réciproque cette dépendance ? Plus profonde qu’une addiction à la drogue. Il s’en voulait tellement d’avoir merdé. La seule chose qu’il avait voulu, c’était… Avoir une vie meilleure, réussir un truc, pour qu’ils puissent être enfin sortis de la merde, tous les deux. Encore une chance qu’Haven ait pas plongé avec lui. Il s’en serait jamais remis. Et le mal qu’il avait fait à Haven en finissant en taule, il pourrait jamais se le pardonner. Il le savait.

Je voulais pas tout ça, Haven… Je te jure… Je voulais pas te laisser…” murmure-t-il comme un gamin pris en faute.

Il se serre contre son ami. Pourquoi les choses pouvaient pas être simples ? Simples comme quand ils étaient gamins. Parfois, il regrettait les années qui passaient. Même si elles semblaient glisser sur sa peau. Il n’avait pas beaucoup changé ces dernières années. Moins qu’Haven. Est-ce que c’était son truc ? Est-ce que c’était juste une impression ? Il en savait rien. Mais il pourrait jamais vivre sans Haven. Ça, c’était une certitude. Sa mort signerait la sienne. C’est eux deux contre le reste du monde. Sans Haven, le monde aurait tôt fait de le broyer. Il niche son visage tout contre lui. Il avait jamais voulu faire semblant avec lui…

Polymorphe…” murmure-t-il quand Haven ne trouve pas le mot.

Il aurait préféré n’avoir aucun nom. Ne pas être différent des autres. Mais on pouvait rien y faire. Pas de remède. C’était pas une malédiction vaudoue. C’était juste inscrit dans son code génétique. Dans son foutu code génétique. Il sent les larmes couler le long de ses joues. Peut-être qu’Haven sent l’humidité au travers de son tee-shirt. Il ne dit rien. Juste collé à lui. Il a besoin de ce contact. De se sentir accepté. Il a besoin de cette tendresse qu’il y a toujours eu entre eux. Gamins perdus. Gamins unis par la solitude. Par la peur de ne plus être deux. Il reste un moment comme ça. Sans rien dire. A profiter de la main dans sa nuque. Des doigts dans ses cheveux. Tout pouvait parfois être si simple entre eux. Et d’autres fois, tout devenait si compliqué. C’était improbable.

Y’a tant de trucs bizarres ?... En dehors de nous et des crevards suceurs de sang ?” qu’il demande un peu atone.

Cela ne le rassurait pas des masses de savoirs qu’il y avait tout un tas de trucs bizarres dans le coin. Cela voulait dire plus de menaces. Plus de dangers pour Haven. Il n’aimait pas ça. Il renifle un bon coup. Essuie ses yeux en se décollant à peine de son ami. Il ne montre son visage qu’une fois certain qu’aucune larme n’est plus visible. Sursaut de fierté. Haven est habitué. Hell n’avouera jamais clairement sa faiblesse. Secret de Polichinelle.

Bon… J’ai toujours mes pâtes qui m’attendent… Puis ça caille, j’vais m’habiller un peu… Désolé, tu pourras plus mater mon corps de rêve…” reprend-il d’un ton qu’il reprend plus entraînant.

Allez de l’avant toujours. Il récupère les morceaux de cuillères et les met à la poubelle. Il se sert une assiette et lui fait signe qu’il revient. Il va dans la chambre. Il pioche des fringues. Un tee-shirt, un jogging, rien de foufou. Puis retournant dans la pièce principale chope son assiette et s’assoit dans le canapé pour la manger.

Hav… Tu veux bien me dire tout ce que toi, tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Mer 16 Mai - 14:49

Ça il le savait, il savait bien que Eliott n'avait pas fait à sciemment, dans son esprit, il pensait pouvoir y échapper, tout le monde pensait ainsi... c'était facile de se laisser porter par la facilité, de se dire qu'il suffisait de pas grand chose pour se faire de l'argent et que ça ne risquait rien, après tout cette ville était pleine de criminalité et de merdes, alors pourquoi venir faire chier les petits dealeur... sauf que c'était quand même arrivé. Et évidemment, Eliott n'avait pas fait exprès de se faire choper et d'aller en prison, c'était la raison pour laquelle Haven avait fini par lui pardonner d'ailleurs, la raison pour laquelle il avait digéré tout ça, la seule raison pour laquelle il l'avait ressortis maintenant, c'était pour qu'il comprenne bien que lui aussi il tenait à lui, qui lui aussi avait besoin de lui, et c'était pas important qu'il fréquente un vampire, qu'il l'apprécie, et qu'il soit attaché à lui parce que Eliott serait toujours son frangin, il serait toujours sa putain de famille quoi qu'il arrive et rien ne pourrait changer ça ! OK, peut être que Rodin s'était bien immiscé dans sa vie, peut être qu'il l'appréciait un peu plus que ce qu'il n'aurait dut, ou même voulu, et peut être qu'il n'assumait pas certaines choses qui étaient pourtant assez évidentes à son propos... mais il ne voyait pas en quoi ça changeait quoi que ce soit concernant Eliott, il était toujours là pour lui, il l'acceptait, peut importe ce qu'il était, parce que ce qu'il était, c'était pas important, le plus important c'était qui il était. Et oué, il avait un peu de mal avec ce terme là « polymorphe », mais encore une fois, c'était pas si important, parce qu'il ne voulait pas le réduire à ça... il était bien plus que ça pour lui. Il resserra un peu son étreinte avant de dire :

- Je sais, et je t'en veux plus pour ça, je t'en ai voulu sur le coup, mais j'ai dépassé ça, je sais que tu le voulais pas et c'est pas de la rancœur, c'est juste que... t'es important pour moi aussi, je veux pas que tu l’oublie.

C'était juste pour ça qu'il avait ressortis cette histoire et il ne voulait pas que Eliott se sente coupable ou mal, il ne cherchait pas à l'accabler, au contraire. Quoi qu'il en soit, la tempête semblait terminé, dans un sens c'était pas plus mal, il avait juste envie de se poser tranquillement maintenant, de discuter un peu et puis de dormir aussi, ce serait pas mal sachant qu'il n'avait pas dormis de la nuit et qu'il avait quand même vécue pas mal de choses cette nuit... il avait d'ailleurs proposé à son ami de lui faire un petit topo sur ce qu'il pouvait y avoir comme créatures dans le coin, enfin il ne savait pas tout d'ailleurs, c'était un peu le soucis, il apprenait au compte-goûte et il était plutôt fermé à certaines choses, genre les fantômes... mais il pouvait au moins lui parler des chasseurs, des loups garous et même des démons... quoi qu'il y avait aussi les gens comme lui, avec des pouvoirs bizarre... il y avait déjà de quoi faire avec tout ça. Il esquissa une légère grimace à sa question avant de dire :

- Euh... oué, apparemment cette ville c'est un vrai festival de freak show ! Je sais pas tout d'ailleurs, y a certains trucs qui sont assez dur à encaisser comme ça... je crois que si je savais tout, je ne mettrais plus le nez dehors !

Il laissa échapper un rire un peu amusé, il avait dit ça d'un ton léger, mais à vrai dire, il l'avait déjà envisagé quelques mois plus tôt, c'était juste après son attaque par des démons, autant dire que ça l'avait marqué, et pas dans le bon sens. Il avait passé des semaines à flipper et à regarder par dessus son épaule... Il relâcha son ami quand ce dernier se détacha de lui, prétextant qu'il avait faim et froid, il hocha donc la tête, laissant échapper un rire amusé à sa réplique avant de dire :

- C'est pas comme si je le connaissais pas déjà par cœur, espèce d'exhibo va !

C'était dit sur le ton de l'humour, parce que d'eux deux, c'était sans doute Haven le plus exhibitionniste en fait... il secoua un peu la tête, amusé, allant s’asseoir à la table devant les dessins qu'il avait laissé éparpillé dessus, et attendit qu'il revienne un peu plus habillé et s'installe avec son assiette sur le fauteuil en lui demandant ce qu'il savait. Par où commencer...

- C'est dur de savoir par où commencer... du coup je vais zapper le speech sur les vampires, c'est le premier truc que j'ai découvert, mais tu sais déjà du coup... après ça, j'ai découvert les démons... et oué c'est aussi flippant que le nom le laisse supposer ! Ils ont les yeux vides, ont des super pouvoir de télékinésie... et ils sont pas très sympa en plus... ce jour là c'est un chasseur qui m'a tiré de là, du coup j'ai également apprit pour eux. C'est des humains, comme... moi, ils tuent les créatures surnaturelles, d'ailleurs faut que tu te méfie d'eux, je sais qu'ils sont pas tous super extrémistes, mais certains si... oh et il y a des loups garous aussi... c'est carrément pas cool non plus comme créature... après j'ai cru comprendre que les légendes sur les Wendigos, ben c'était pas vraiment des légendes... et puis y a les gens comme moi aussi, je sais pas trop ce qu'on est, j'ai croisé personne avec le même pouvoir que le miens, mais rien que dans cette ville, y a une adolescente avec le pouvoir de télékinésie et une rouquine du genre secrétaire cochonne qui peut obliger les gens à faire ce qu'elle veut avec sa voix... c'est flippant comme truc !

C'était un gros résumé, en même temps, s'il devait tout raconter, il en aurait sûrement pour toute la journée et il valait mieux s'assurer que Eliott digère déjà ces informations là pour commencer. Il l'observa, un peu inquiet avant de demander :

- Ça va, t'as pas envie d'aller te planquer sous les draps ? Parce que si c'était le cas... je comprendrais !

Il était passé par là... et il constatait que même maintenant, ça ne lui semblait toujours pas banal... il n'y avait rien à faire, rien de tout cela n'était normal à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 129
double-compte(s) : Ange au 3eme oeil
crédits : (c) Ilyria & Alaska
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Sam 19 Mai - 20:08

Peut-être qu’Haven connaissait son corps par coeur, mais… Il avait pas trop envie de rester à moitié à poils. Pas qu’il soit pudique, il avait aucune honte. C’était juste un peu bizarre s’il restait trop longtemps aussi dévêtu avec Haven. Maintenant, cela lui paraissait bizarre. Sans doute à cause de Rodin. De toute cette merde. De la complexité de leur relation. Eliott pouvait pas se dire qu’il était juste un frère pour Haven. Il était peut-être plus. C’était peut-être trop chelou pour être honnête. Il voulait pas être un mec bizarre vis à vis d’Haven. Il voulait pas que son ami s’imagine d’autres trucs. Ou qu’il comprenne des trucs sur lui. Sur ses sentiments. Il l’aimait littéralement trop. Haven saisissait pas le sens de ce “trop”.

Il s’affala dans le canapé, attrapant son assiette. Il mangeait vraiment comme un goinfre après ses transformation. Il avait un tel budget nourriture. Un tel budget pour le bouffe grasse et calorique. Il engloutit ses pâtes. En écoutant. Il sait peut-être des choses ? Il en sait rien. Il a toujours été si aveugle. Des démons ? Il fronce les sourcils. Ça sonne comme une belle saloperie. Il s’étonne de ne pas en être un si c’est vraiment un truc de connard. Plutôt que de se retrouver à jouer les changelin comme un vieux leprechaun de merde. Et puis, ces histoires de chasseurs aussi. Il aime pas l’idée d’être une petite biche courant dans la forêt dans l’attente qu’un tireur le fauche en plein saut.

Eliott pose sa fourchette, l’assiette est déjà vide. Il s’aperçoit qu’il a même pas mis de fromage dans les pâtes. C’est juste pour se bourrer le ventre. Se remplir l’estomac. Il bug cependant à la description de la rouquine. Jane ?

Merde. La rouquine ? Elle bosse à la bibliothèque non ? Merde… Elle aussi ? Sérieux, j’m’amusais bien avec elle, maintenant j’vais flipper… Merde…

Il pose l’assiette sur la table basse, de dépit. Il en a marre. Le surnaturel a l’air décidé à tout lui pourrir. Même ses plaisirs les plus anodins. Envie de se planquer ? Il soupire. Non. Il secoue la tête.

J’ai pas envie de me planquer. Ça changerait quoi ? De toutes façons, je suis un des leurs. Peut-être un peu plus que toi, Hav.” lâche-t-il finalement. “Tu sais quoi ? ça change rien. Le monde, ça a toujours été de la merde. Avec des monstres en plus ou en moins. On sait à quoi on a à faire maintenant, tu crois pas ?

Il sourit. Il rit même.

Et en vrai, j’ai une putain de droite. Genre, t’as jamais vu ce que je pouvais vraiment faire. Alors, j’ai pas peur. Le premier qui vient me faire chier, je lui dérouille la gueule. Loup-garou, vampire, ou n’importe quel autre connard. Et le premier qui lèvera la main sur toi, il est mort. Ça change pas. T’as compris ? Si on doit faire parti de tout ça, ce sera vivant. Et pour longtemps. On est des battants. Et on est deux.

Son regard se pose sur lui. Un regard intense. Assuré. Protecteur. C’était pas parce qu’Haven avait une tête de plus que lui que c’était lui qui les protègerait. D’eux deux, c’était lui la teigne, le pitbull avec une gueule de caniche. Il soupire.

Putain, j’ai encore la dalle. J’suis plus affamé qu’une nana enceinte quand j’me transforme. C’est relou !

Il se lève pour se resservir une assiette de pâtes. Il avale quelques fourchettes avant de reprendre.

Oh tu sais que ça me rend aussi plus ou moins résistant à tout ? Genre… Quand ton pote m’a tapé avec sa super force de vampire. Il m’avait probablement pété un truc ou deux, et j’avais des bleus… Et bim, nouvelle peau, plus une trace. C’est pas si merdique que ça des fois…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 595
double-compte(s) : Oren & Asher
crédits : Ilyria
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   Lun 21 Mai - 23:46

Qu'est ce qu'il en savait si elle bossait à la bibliothèque la rouquine... quoi que, c'était peut être possible, il se souvenait pas non plus de tout ce dont ils avaient parlés, juste qu'apparemment ils avaient été dans la même école pendant un temps, elle semblait se souvenir de lui... et vu que son truc c'était d'écrire des fictions, c'était peut être bien possible qu'elle soit bibliothécaire, enfin entre la bibliothécaire et la secrétaire cochonne, il y avait pas grande différence pour lui. Elle était pas méchante et même plutôt attachante dans son genre, c'était juste blasant cette manie de vouloir toujours jouer au super héro et puis quitte à tomber sur quelqu'un avec un super pouvoir un jour, il aurait apprécié que ce soit quelqu'un qui pourrait répondre à ses questions et non le contraire... genre, comme si lui savait tout quoi... il savait que dalle ! Oui, il avait croisé quelques truc, il en savait bien plus sur les vampires maintenant, mais pour le reste... ah si, il savait que pour les démons, fallait de l'eau bénite... et que ça marchait pas sur les vampires... encore heureux, il aurait cramé la tronche de Rodin sinon lors de leur seconde rencontre... enfin visiblement Eliott la connaissait, enfin c'était peut être pas elle aussi, après tout il devait pas y avoir qu'une seule rouquine une peu chelou dans cette ville... il haussa donc les épaules avant de dire :

- J'sais pas moi... enfin elle est pas méchante hein, elle a juste un pouvoir flippant... et puis elle écrit des trucs chelou sur moi aussi... dans l'genre sacrément salace !

Il esquissa un sourire un peu amusé, il avait décidé dès le début de prendre tout ça la rigolade, bon le coup des flics, ça l'avait un peu moins fait rire, c'était assez dérangeant, mais pour le reste, ben c'était plutôt fun. Il s'inquiétait néanmoins pour son ami, c'était nouveau pour lui tout ça et il était bien placé pour savoir à quel point ça pouvait être perturbant dans le genre, mais il s'attendait pas vraiment à ce genre de réflexion. Ça le blessait dans un sens... avant aujourd'hui, il n'y avait pas vraiment eu de différence notable entre eux, ils étaient juste deux personnes, deux personnes proches, mais avec ce genre de mots, il avait l'impression que Eliott renforçait l'espèce de mur qu'il y avait entre eux. Ils n'étaient plus juste deux gamins sans famille qui avaient décidés qu'ils seraient la famille de l'autre, ils étaient maintenant de deux espèces bien différentes et apparemment, ça comptait plus qu'il ne l'avait soupçonné pour Eliott. Alors oui, ce genre de truc ça faisait plutôt mal, mais il ne semblait pas vraiment s'en rendre compte, il tenta de garder un air détaché en répondant simplement :

- Je suppose que oui...

Il l'écouta alors parler de sa super force, il avait cru comprendre ça, parce que apparemment ils s'étaient bien bastonné avec Rodin, ce que ce dernier s'était bien gardé de lui dire... il allait pas le louper quand il le verrait, mais si Eliott avant autant de force que le vampire, il ne doutait pas qu'il soit en mesure de se défendre, cependant il avait cru comprendre que chaque créatures avait un point faible et donc lui aussi devait en avoir un, même si disait être super résistant, il devait bien y avoir une faille quelque part et ça lui plaisait pas trop de le voir si confiant alors qu'il ne savait rien de sa propre nature et risquait de se mettre en danger bêtement.

- T'en fais pas pour moi, je gère, mais je pense que tu devrais quand même faire gaffe, de ce que je sais, toutes ces créatures là, elles ont des points faibles, genre l'eau bénites pour les démons ou l'argent pour les loups garous... tu dois en avoir un aussi, alors fait gaffe, ça me ferait chier que tu tombe sur un type qui connaît mieux ta nature que toi et sache comment vraiment te faire mal...

C'était plus fort que lui, il pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter, peu importe qu'il soit super fort, super résistant, ça n'avait pas la moindre importance pour lui, et ça ne changerait jamais rien, il avait pas l'intention de faire une séparation entre eux comme s'ils n'étaient plus de la même espèce... et il avait pas non plus l'intention d'arrêter de s'inquiéter pour lui sous prétexte qu'il était plus fort.

- T'es pt'être plus fort que moi, mais j'reste le plus canon toute façon !

Il afficha un grand sourire à sa connerie avant de se lever pour aller vers la cuisine, il ouvrit un placard pour sortir un paquet de chips et revint vers Eliott pour lui balancer, il hésita quelques secondes avant de demander :

- Tu compte faire quoi maintenant que tu sais tout ça ?

Chacun avait sa manière de gérer les choses, il avait dit ne pas vouloir se planquer, c'était une bonne chose, mais il avait plutôt pas intérêt à parler de devenir un super héro, parce que super force ou pas, il lui en collerait une là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott   

Revenir en haut Aller en bas
 

Say my name, never leave your side, I will be your shadow in the night Feat. Eliott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-