Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 — the ghost of you (w/mairéad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 162
double-compte(s) : merrill, la torturée
crédits : myself (avatar), myself (sign), remembering myself/stephen (lyrics)
MessageSujet: — the ghost of you (w/mairéad)   Mer 18 Avr - 13:51

-----------------------------------
(you see her when you close your eyes
maybe one day you'll understand why
everything you touch surely dies.
)

crédits; passenger - w/mairéad

Une journée de plus qui se termine. Une de plus dans cette mer sans fin qu'est l'existence de la démone enfant. Éternelle gamine à l'âme plus vieille que le monde. Personne ne remarque la jeune Vayne, toute seule dans son grand manoir. Personne ne s'imagine ce qui se cache derrière ce regard malicieux. Ou encore derrière ce sourire moqueur. Derrière le masque se cache l'ennui. L'ennui que même le tourment des mortels n'arrive plus à satisfaire. Alecto, elle a tout vu. Elle a tout fait et tout vécu. C'est une éternité de supplice qui l'attend car après tout, les créatures démoniaques ne trouveront jamais la paix d'un repos éternel. Joueuse, pleine de malice, Alecto est condamnée à se consumer au milieu d'un monde gris et sans couleurs. Elle n'a donc d'autres choix que de chasser l'ennui à sa manière. Jamais la démone ne se laissera dépérir sans se battre. Alors elle agit, ajoute de la couleur à son quotidien à sa manière, selon ses termes. Les mortels du 21ème siècle ont au moins compris comment s'amuser. Ils sont loin les temps où l'unique façon qu'elle avait de s'amuser c'était en invitant la paranoïa dans la tête des gens. Semant le chaos dans les communautés qu'elle croisait.

À présent, y'a la musique, les différents alcools et autres remèdes à l'ennui comme les vapeurs de délicieuses drogues. Bien que de telles substances affectent moins la gamine de par sa nature démoniaque, elle peut tout de même s'évader de cette terre banale vers un monde bien plus excentrique. Celui de l'imagination, celui de l'esprit défoncé. Alecto, elle est une drogue. Elle injecte folie et images irréelles dans la tête des gens autour d'elle. Voilà longtemps qu'elle ne s'est pas amusée à se jouer des humains mais parfois, elle s'imagine à retourner tout Blackwater Falls les uns contre les autres. Ce serait si facile... trop facile. Y'a rien d'excitant dans la facilité. Elle rêve de défis, l'enfant éternelle. Elle rêve d'aventures dignes de romans. Nul doute qu'elle serait l'antagoniste de telles histoires mais n'est-ce pas là tout le plaisir ? Vivre sans limites et sans personne pour nous retenir ? Une éternité de solitude, voilà ce qui l'afflige mais qu'elle considère aussi sa force. Aucune chaîne, aucune attaches pour l'arrêter si elle décide du jour au lendemain de faire ce qu'elle veut. Aujourd'hui, la lune commence à réclamer son trône parmi les étoiles et les êtres de la nuit se réveillent. Pour éviter de se morfondre seule dans son manoir trop vide, Alecto enfile ses talents. Elle se glisse dans un léger manteau de cuir et laisse ses cheveux en bataille cascader sur ses épaules.

Un dernier regard au miroir pour évaluer son allure et une fois satisfaite, elle quitte l'immense demeure qu'elle partage avec un père inventé de toute pièce. Tout le monde connaît la petite Alecto. Princesse à son papa, celle qui vit aux limites de la ville dans la maison familiale pratiquement abandonnée tout au long de l'année si ce n'est qu'à sa présence. Tout le monde sait qu'en cette soirée de fin de semaine, la riche héritière ne restera pas enfermée chez elle. Tout le monde sait qu'elle apparaîtra dans l'un des bars de la ville. Et c'est ce qu'elle fait, tout de suite accueillie par les autres habitués. « Hey, Alecto. We were wandering if you would come. With everything happening lately, maybe it's not wise for a girl like you to come out at night. » « Pfff. » Elle éclate de rire. Un rire franc, cristallin. Oh, s'ils savaient ce qui se cache derrière ce visage d'ange. Alecto est tout le contraire de l'innocence. « It will take more than bear attacks to keep me from having fun. » Bien sûr, la démone se doute que ce n'est pas un animal derrière les attaques, plus rien ne l'étonne à présent. Il faut bien plus que la menace d'un être du surnaturel pour la paniquer. Peu importe ce qui s'en prend aux gens, ce qui tue ses humains là-bas dans les bois, Alecto ne craint aucun monstre... Les monstres la craignent. « Aren't you afraid of anything ? » demande alors le vieux barman. Elle lui lance un regard amusé et lève la tête haute. Elle lui offre son air le plus assuré mais Alecto a bien peur d'une chose ; passer l'éternité seule. « Honestly, I would prefer to be scared than bored. Like I am now. » « I get it, I'll put on some music. » Il lui fait un clin d'oeil et se dirige vers l'arrière. Bientôt, une mélodie dansante se met vibrer dans le bar. Elle aime bien ce vieil humain, toujours prêt à monter le volume pour elle. Quand il revient derrière son bar, elle commande l'habituel ; un verre de whiskey.  Elle sirote son verre, déambulant entre les tables en laissant la musique l'envelopper. Son verre dans une main, son corps se déhanche doucement sans se préoccuper des regards qui la suivent.

Bientôt, la clochette d'entrée résonne et Alecto jette un coup d'oeil aux nouveaux venus. Soudain paralysée, elle s'arrête de danser. Elle fixe la brune qui vient d'entrer. Mairéad. Deux, voir même trois millénaires pourraient passer qu'elle n'oublierait pas ce visage. Brûlante Mairéad qui a su la renverser y'a de cela plusieurs années. Combien exactement ? Alecto ne l'sait plus. Chose certaine, la belle qui pénètre dans le bar devrait être morte. Quand Alecto avait voulu la retrouver, regrettant d'être partie et de l'avoir abandonné, elle était arrivé trop tard. Mairéad est morte. Elle est morte qu'on lui avait dit. Elle avait visité sa tombe, avait été enragée d'apprendre les circonstances menant à son décès. Non, son meurtre. De sang froid. Preuve que les mortels peuvent être aussi inhumains qu'une démone comme elle. La succube n'a jamais été confrontée à une telle situation dans toute sa longue vie. La belle fut-elle recrachée par les enfers tout comme elle ? Pour s'en assurer, elle approche, prudente et interpelle ce fantôme sorti tout droit de son passé.

« Well shit... Am I fucking dreaming ? » Est-ce ainsi que se sentent ses victimes lorsqu'elle les afflige d'illusions ?

Si oui...
Ce n'est pas surprenant que tant d'entre eux deviennent fous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
— administratrice —
messages : 189
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, ismael, cecilia, janek.
crédits : avatar & aes (c) renegade la plus belle. (<3) – signature (c) whi, danzig.
MessageSujet: Re: — the ghost of you (w/mairéad)   Jeu 19 Avr - 11:15

▼▲▼

« Gimme my fucking money back. » « Let go of me. » « I said– » « I don't have it, ok ?! » « What ?! » « I... I spend it all, ok ? Lost it, actually. No no don't get mad, don't– » Détresse humaine. Chairs qui s'entrechoquent, du sang sur les pavés. Et dans son coin d'ombre, la démone regarde la situation évoluer. Silencieuse et dangereuse, fascinée par les pulsions vengeresses de l'homme à l'argent perdu comme un papillon de nuit serait attiré par la lumière grésillante d'un lampadaire. « WHERE'S MY FUCKING MONEY ? » « LOST IT AT A POKER GAME, please, please, I can tell you where, and the names of the guys, and... » Il serre les dents, se prépare au coup qui ne vient pas. L'autre a armé son poing dans le vent, et il attend. « Go ahead. Location. Names. » « Ok, ok. » Et l'humanité se désintègre sous la peur d'un simple coup bien placé. Il donne les noms, pense que ça va le sauver. Pour au final se prendre la raclée de la décennie, recroquevillé là, sur les pavés. Et dans l'ombre, Mairéad n'a pas bougée. Interpellée par la manière dont le désir de vengeance s'est démultiplié. Ce type va aller dans ce bar, et ce type va récupérer son argent. Si les gars n'y sont pas, il retrouvera le premier, et il le tuera. Dans son esprit, c'est aussi simple que ça.

La nuit qui les avale. Lui le loup, qui avance avec fracas — elle le monstre, qui n'émet pas le moindre bruit ici bas. Elle ne cherche même pas à se faire oublier, ou à le filer discrètement. Elle s'est contentée de lui emboîter le pas, et de filer à sa suite en direction du bar qu'on lui a nommé. À la recherche de ces types qu'on lui a pointés. Mais peu avant d'arriver à l'adresse, l'homme s'arrête. Se retourne et la voit, se retourne et la désigne du bout du doigt. « Are you following me ? » Et elle ne répond pas. Considérant que les mots n'en valent pas la peine, et que le seul intérêt à le filer était la promesse d'un bain de sang. L'altercation, elle n'en voulait pas. Pas maintenant. « You better answer me, you little bitch. » C'est craché, méprisant. Elle ne le lâche pas des yeux, les mains toujours enfoncées dans les poches de sa veste en jean. Il la toise un instant. De haut en bas, de bas en haut. Les sandales et les pantalons amples, colorés. Le débardeur noir, un peu trop moulant, un peu trop court aussi. La veste en jean agrémentée de patchs. Les cheveux tressés. Le regard noir, indifférent. Mais allumé d'une étincelle qu'il ne parvient pas à identifier. Étincelle qui ne lui plaît pas, et sur laquelle il a tôt fait de s'accrocher. « Go back to your mom or I'll kick your skinny ass. » Elle ne s'embarrasse pas plus de lui répondre, mais s'approche. Il n'ira pas jusqu'au bar tant qu'elle sera là, et elle commence à s'impatienter. Le jeu n'est plus amusant. Les pulsions de ce type se sont tournées vers elle, et elle n'a plus aucun intérêt à le convoiter. Mais alors qu'elle passe à sa hauteur, bien décidée à se rendre jusqu'au bar et à s'y prendre un verre, la main de l'homme attrape son bras. Le serre. Il la tire vers lui, et il lui empoigne l'autre épaule, fermement. « Wait a minute. » Elle vrille ses yeux dans les siens, ne fait rien. Mais la lueur qui y brille veut dire lâche-moi, tourne les talons et ne reviens pas. Il insiste, pourtant. Serre, jusqu'à se rendre compte de la douleur qui fait écho dans son propre bras. « What the– » Il la lâche un peu, puis quelque chose semble s'agencer au fond de son esprit. Une clé trouvée, une serrure de moins à enfoncer. Et il l'attrape à nouveau, essayant de la plaquer contre le mur le plus proche. Quand sa tête à elle cogne, il se retrouve étourdi. Va pour revenir à la charge, un grondement au fond de la gorge. Silly humans. « What the fuck are you ?! » « Let me go. » « No. » « Ok, that's it, I'm bored. » Se battre ne l'intéresse pas. Pas ce soir. Tout ce qu'elle voulait, c'était assister à la complexité d'une vengeance nullement méritée. Pas être prise pour cible. Alors, avant qu'il n'ait eu le temps de parler, il se retrouve projeté un peu plus loin. Heurte le mur de l'autre côté de la rue. Elle lui jette à peine un regard, rajuste sa veste sur ses épaules, et reprend son chemin. L'adresse, elle s'en souvient. S'il ne veut pas l'accompagner, elle ira seule. S'ennuiera, sans personne pour provoquer les joueurs de poker dont elle a les noms. Mais au moins, l'alcool sera là.

Quelques dizaines de mètres, et elle y est. Au moment d'entrer dans le bar, son instinct lui tord les tripes, et elle a une seconde d'hésitation, main suspendue au-dessus de la poignée de la porte. C'est une sensation de déjà-vu. Pourtant, elle ne se souvient pas l'avoir déjà vécu. Elle soupire brièvement, et laisse finalement tomber les interrogations. Uniquement motivée par le verre de whisky qui l'attendrait de l'autre côté du battant, elle le pousse sans plus attendre. Ses yeux qui repèrent le comptoir, son corps qui s'avance instinctivement vers le barman. La musique dans les airs, les corps qui se déhanche, et un aimant qui attire irrésistiblement son regard loin du bar. Elle ne veut pas. Veut aller boire. En a marre de suivre ses instincts, marre que son attention soit agrippée par les humains. Elle veut son whisky, veut sa récompense de la soirée. Mais elle sent l'aimant s'approcher. Et quand elle se décide finalement à tourner la tête pour l'observer, son regard rencontre une voix qu'elle pensait avoir oubliée. « Well shit... Am I fucking dreaming ? »

Arrêt sur image. Une lointaine sensation de déjà-vu. Des souvenirs plein le coeur, plein la tête. Et la surprise que les coïncidences de Blackwater Falls continuent à s'enchaîner. Arabella, Slade, son père, Ellis, et maintenant Alecto. Le monde avait décidé de se rassembler dans ce trou paumé du Canada, et Mairéad ne savait plus quoi en penser. Ses yeux qui s'accrochent à ceux de la démone, incapable de les lâcher. Le coeur compressé au fond de la poitrine, malgré l'absence de battements depuis plus de quarante ans. Et les souvenirs qui tournoient dans son esprit. « Well I could ask you the same question. » Quand sa voix sort, elle a l'impression d'être désincarnée. Que ce n'est pas elle qui parle. Que ce sont ses réflexes, ses instincts. Et elle l'observe encore. Effrayée à l'idée de la toucher, effrayée à l'idée de la perdre. C'est impossible. Alecto ne peut pas être là. Alecto est partie. Alecto l'a oubliée. Alecto a d'autres chats à fouetter. « What's with this fucking town anyway ? I feel like I'm going crazy. » La dernière phrase soufflée en un murmure. Son corps attiré par celui de la jeune femme. Corps qui s'approche, doucement. Comme pour s'assurer qu'elle est vraie. Comme pour s'assurer que le monde ne va pas s'évaporer. Qu'Alecto va rester face à elle, et continuer de lui parler. « Am I ? » Going crazy, I mean. 'Cause it seems to me that it's the closest I could ever be.

Am I going crazy, Alecto ?
Or are you really here to smile at me ?

(c) blue walrus

_________________
I've met a demon in your brain'. I think it's time to let it out again. And this world you know goes insane, Never ever gonna be the same again. It's gonna rain down like black hell.

✵ ✵ ✵


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 162
double-compte(s) : merrill, la torturée
crédits : myself (avatar), myself (sign), remembering myself/stephen (lyrics)
MessageSujet: Re: — the ghost of you (w/mairéad)   Mer 25 Avr - 14:33

-----------------------------------
(you see her when you close your eyes
maybe one day you'll understand why
everything you touch surely dies.
)

crédits; passenger - w/mairéad

Dire que la soirée s'annonçait ennuyante. Dire qu'elle était certaine de passer la nuit à déambuler dans les rues de la ville, bouteille à la main et démarche mal assurée. Plombée de l'excès d'alcool et l'esprit embrouillé des vapeurs de quelques verres de trop. Mais là voilà qui n'a pas le temps de terminer son premier whiskey qu'un mirage apparaît. Faut croire qu'elle ne tient pas aussi bien l'alcool que par le passé. Bientôt, des souvenirs s'invitent dans la danse. Mairéad et elle, écrasées sur ce trottoir de Boston à observer les étoiles et dévorant un repas improvisé que la démone a bien sûr volé pour elle. Leur premier baiser volé à l'abri des regards. Avec elle, Alecto s'était senti vivante... une première en plus d'un millénaire. Mairéad ; la première femme à avoir fait battre son coeur maudit. Si y'a bien une chose qu'elle n'avait pas vu venir, c'était à quel point elle finirait par s'attacher à l'irlandaise. « Maybe it's destiny. A fucking ironic destiny. » Se doutant que la brune est ici pour un verre, Alecto lui tend le sien. Elle la connaît par coeur, le whiskey a toujours été son point faible. Mais pour ne pas se retrouver les mains libres, elle repère un mec assis tout seul à la table à sa droite. Glissant dans sa tête, elle lui fait entendre une voix, l'appelant par son nom et dès qu'il tourne la tête, elle lui vole sa bière même pas encore ouverte. Personne ne remarque l'acte en dehors de la O'Hale, à qui elle fait un sourire complice. « Where's my beer !? » que le pauvre petit mortel gueule en frappant la surface de la table de bois. La voleuse ne le regarde même pas, et il ne réalise pas que c'est elle qui lui a pris sa bière. L'homme se lève en furie et retourne au comptoir pour commander à nouveau, complètement confus. Mais l'attention de la gamine n'est pas sur l'humain... son regard ne quitte plus le mirage venu renverser sa vie. La belle Mairéad semble tout aussi perplexe par la situation.

Quelles sont les chances pour que leurs routes se croisent de nouveau... Une sur des milliards de milliards, voilà la réponse. Jamais elle n'aurait cru la revoir. Peut-être que c'est une seconde chance, une occasion de réparer son erreur. Elle n'aurait jamais dû partir. Même si à l'époque elle croyait que leur relation était vouée à l'échec, elle aurait dû profiter de chaque secondes. Être avec Mairéad pour plusieurs années étaient mieux que c'qui s'était passé. Mais quand elle avait réalisé son erreur, il était trop tard. Oui, trop tard... c'était le mot qui revenait constamment quand elle se permettait de penser à l'irlandaise. Parfois, elle se posait la question ; et si ? Et si elle était restée ? Et si avait ouvert les yeux avant ? Que ce serait-il passé ? Tant de questions qui resteront sans réponses. « No, no. I'm really here. But you, you should be dead. So let me guess. You missed me so much you decided to come back from hell ? » Sourire moqueur sur les lèvres, et éclat amusé dans l'regard. Pas d'questions à se poser, la jeune femme avait fini au purgatoire. C'est l'unique explication à sa présence ici. Comme elle... condamnée aux feux de l'enfer puis recrachée. Après tout, Alecto avait été attirée par Mairéad car elle n'avait rien d'une sainte. Comme elle. « What happened ? » Certaine que son amante avait fini dans le domaine des monstres, ça ne veut pas dire qu'elle s'attendait à la voir revenir. Pour s'assurer qu'elle est bien là, et non un fantôme qu'elle ne pourrait toucher, Alecto passe sa main libre près du visage de la brune et fait glisser quelques mèches de cheveux derrière son oreille pour dégager son visage. Elle est là. Ce n'est pas le fruit de son imagination. Ce n'est pas son propre pouvoir qui se retourne contre elle. C'est Mairéad, en chair et en os. Toujours aussi belle que la dernière fois qu'elle l'avait vu. Avant de partir... non ; de fuir. Fuir avant qu'elle ne s'attache trop et qu'il ne soit trop tard. À l'époque, Mairéad avait été mortelle. Savoir qu'elle était destinée à la perdre l'avait poussé à partir. Mais le mal était déjà fait. Quand elle avait appris sa mort, ça lui avait retourné l'estomac, transpercé le coeur. Si elle n'était pas partie, elle aurait pu la protéger de ceux qui lui voulaient du mal. Rien ne resterait de ses ennemis, pas même quelques parcelles d'âme pour pourrir en enfer. Mairéad, elle aurait vécu pleinement. Elle serait peut-être morte dans son sommeil d'un âge avancé. Peut-être mariée et avec des enfants pour porter fièrement son nom. Elle aurait mérité une fin heureuse. À la place, elle avait été assassinée trop jeune. Une vie gaspillée.

C'est cette pensée qui la torture depuis toutes ses années chaque fois qu'elle pense à la belle. Alecto a bien du mal à cacher son mécontentement. Oh, elle est heureuse de la voir. Mais si elle est là, c'est qu'elle est destinée à se balader sur Terre pour l'éternité sans jamais connaître le bonheur. L'âge et l'expérience ont appris une chose à la gamine éternelle ; y'a pas de fin heureuse pour des démons comme elles. C'est pas la vie que Mairéad mérite. Le destin trouvera toujours un moyen de briser le peu de lumière qu'elles peuvent trouver. Elles sont des créatures de l'abysse, destinées à s'perdre dans le noir à jamais. Leur chemin se croise de nouveau mais pour combien de temps pourra-t-elle profiter de sa présence. « Come, I wanna know everything. The night is just starting. And it's ours. » Lui lançant un clin d'oeil, Alecto glisse sa main dans celle de sa complice du passé et l'attire vers une table en retrait pour discuter plus calmement loin des oreilles indiscrètes. Et parce qu'elle veut garder Mairéad pour elle toute seule. Pour ce soir, pour aussi longtemps qu'elle le pourra. Parce qu'elle ne réalise pas mais la belle lui a manqué. Terriblement manqué. Elle veut l'entendre rire de nouveau à toutes ses conneries. Parce que dans ce monde, peu de gens supportent les caprices de la voleuse. Peu de gens l'acceptent comme elle est. Mais pas Mairéad. L'irlandaise ne lui a jamais tourné le dos, même en apprenant ce qu'elle est vraiment. Un monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
— administratrice —
messages : 189
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, ismael, cecilia, janek.
crédits : avatar & aes (c) renegade la plus belle. (<3) – signature (c) whi, danzig.
MessageSujet: Re: — the ghost of you (w/mairéad)   Dim 6 Mai - 23:13

« Maybe it's destiny. A fucking ironic destiny. » La réponse d'Alecto lui ôte les mots de la bouche, et elle ne peut s'empêcher de sourire. Attrapant le verre que la démone lui tend, et le hissant légèrement entre elles pour trinquer. « Amen to that. » Comme d'ordinaire, elle est bien incapable de retenir ses pensées. Les mots qui fusent, encouragés par la présence agréablement surprenante d'Alecto. Et elle prend une gorgée de whisky sans plus tarder, soudainement réchauffée par la présence de l'autre démone à ses côtés. Cette présence que les décennies lui avaient fait progressivement oublier, mais qu'elles n'avaient jamais complètement effacées. Elle a un sourire aux oreilles en rabaissant le verre, observant Alecto voler sa bière à un pauvre type trop aisément dupé par les pouvoirs de la malicieuse. Et Mairéad garde un sourcil haussé, le sourire léger flottant sur ses lèvres. Maintenant qu'elle peut comprendre ce que c'est, il lui semble que tout s'éclaire. Qu'elle jette un regard nouveau sur les pouvoirs d'Alecto, et qu'elle voudrait lui demander. Les limites, les recoins les plus obscurs. Jusqu'où elle peut aller, ce qui est capable de l'arrêter. Les jeux auxquels elle s'est amusés, durant l'éternité qui s'est offerte à elle. Mais toutes les phrases se bousculent dans sa gorge, et rien ne sort. Rien d'autre qu'un léger rire, qu'elle étouffe à peine dans son verre. Pas de nouvelle gorgée de whisky, pourtant. Juste le regard fuyant pour ne pas attirer l'attention de l'homme qui, énervé, s'est précipité vers le comptoir pour commander une autre bière. Il serait si facile de l'exciter. De lui faire comprendre la direction que sa vengeance pourrait emprunter, et contre qui la diriger. Si facile de recueillir les énergies néfastes de sa haine, de sa colère ivre. Si facile de les ramener sur elles, et de passer un de ces bons temps dont les démons semblaient avoir les secrets. Mais soudainement, elle n'en veut pas. Son attention n'est pas sur lui. C'est elle, qui l'a captée. Elle et ses grands yeux, elle et ses longs cheveux. Elle et sa jouvence éternelle, elle et ses traits qui n'ont pas changé. Mairéad l'avait toujours su : Alecto ne vieillirait plus jamais. Mais s'y retrouver confrontée était une autre histoire. Jamais elle n'aurait pensé la recroiser. Jamais elle n'aurait pensé avoir à le constater.

« No, no. I'm really here. But you, you should be dead. So let me guess. You missed me so much you decided to come back from hell ? » Elle a raison, Alecto. Des deux, l'anomalie, c'est elle. Elle et son verre de whisky gracieusement donné, elle et son sourire qu'elle tente de réfréner. Ses dents qui mordent sa lèvre inférieure, alors qu'elle ne peut s'empêcher de rire aux derniers mots de la jeune femme. Le choc s'est dissipé, et le petit tour d'Alecto a eu le mérite de la dérider. De l'extirper de la lassitude dans laquelle sa soirée, ces derniers jours, ces dernières semaines l'avaient plongée. « Yeah... Something like that. » Et elle rit. Absorbant une nouvelle gorgée de whisky, ses yeux dévorant sans la moindre gêne la démone qui lui faisait face. Peinant toujours à croire qu'elle n'avait pas pris une ride. Elle avait confronté le temps, au cours des années. Vu des humains vieillir, périr. Mais peu de figures immortelles avaient croisé son passé — et celle d'Alecto, elle ne s'était jamais attendue à la retrouver. Alors elle l'avait laissée vieillir aussi, au fond de son esprit. « What happened ? » Oh, darling, if only you knew. Et Mairéad s'apprête à lui répondre, à commencer à lui expliquer. Mairéad entrouvre les lèvres, son verre de whisky abaissé, quand les doigts d'Alecto viennent repousser une mèche de ses cheveux. Et alors, elle se fige. La réalité n'a plus une saveur d'alcool. Elle a la douceur des doigts d'une main, de ces doigts du bout desquels elle avait pensé ne jamais plus être touchée. Ça arrête les mots au beau milieu de sa gorge, et ça force ses yeux à se plonger dans les siens. Bon sang.

Et dire qu'il avait fallu cette ville de malheur pour en arriver là. L'infortunée destinée qu'elle promettait, et le lot de sang qu'elle avait déjà donné. Tout ça pour arriver à la voix d'Alecto qui résonne, à nouveau. « Come, I wanna know everything. The night is just starting. And it's ours. » La main d'Alecto qui se glisse dans la sienne, et son corps qui l'entraîne à sa suite. Et Mairéad ne peut s'empêcher de sourire, en suivant l'autre démone dans un coin reculé du bar. Elle voudrait lui dire d'attendre, de faire attention à son verre de whisky, qu'on ne le gaspille pas, que c'est sacré, qu'il ne faudrait pas prendre le risque de le renverser. Mais pour la première fois depuis longtemps, elle s'en moque. Elle s'en moque éperdument, et ses yeux ne peuvent que suivre les cheveux d'Alecto qui se balancent dans le creux de son dos. Souvenir d'une caresse, d'une odeur difficile à oublier. Le péché que personne n'avait jamais appris — péché qu'on ne lui aurait jamais pardonné. Le plus beau de tous, pourtant.

Et finalement, toujours emportée par l'élan, elle se laisse tomber à leur table nouvellement choisie. Le verre de whisky qui s'y pose, quelques gouttes qui tombent à côté. Tant pis. Elle ramène ses jambes sous elle, croise ses bras sur la table, et elle se penche vers Alecto. L'observe, quelques secondes. Elle est là. Elle est bien là. Et maintenant, il faut lui expliquer. « Oh, dear. Where do I begin ? » Elle lâche un rire, relève une main pour y caler son menton. « First... I could still be alive, technically. I would only be... Like... Sixty-six years old. » Et elle écarte les bras, lentement. Lui coule un coup d'oeil malicieux, un sourcil qui se hausse. « Not that bad for an old lady, huh ? » Puis elle reprend son verre de whisky, le vide d'un trait. Ça en prendra d'autres pour réussir à se dérider. Et pourtant, il faut qu'elle se dévoile. Elle n'a pas le choix. « Anyway, I died, came back as a vengeful spirit, made sure every last one of the bastards who were responsible for my death would be slaughtered, and bla, and bla. » Elle soupire. Sa joue qui retombe dans sa main. Trop de temps à couvrir, et quelque chose lui fait ressentir une urgence qu'elle ne saurait expliquer. Comme si, à la moindre seconde, Alecto disparaîtrait, et emporterait dans la nuit toute promesse de se rattraper. « I did a lot of bad shit, so I became one of yours, and... Now here I am. » Ses épaules qui se haussent, et ses mains qui reviennent jouer avec le verre posé devant elle. Son regard ne se détache pas de la jeune femme, pourtant. Car au fond de son esprit, quelque chose s'accroche. Grince, vibre. Elle l'a senti dans la manière dont Alecto a réagi en la voyant, puis plus tard en lui parlant : elle sait. Et alors, Mairéad est bien incapable de retenir la question plus longtemps. « How d'you know I'm supposed to be dead ? » Son ton est soudainement moins nonchalant. Ses iris se sont plantés dans ceux de la démone, et son sérieux est entier. How did you know, Alecto ? Did you ever try to see me again ?

Did you ?

(c) blue walrus

_________________
I've met a demon in your brain'. I think it's time to let it out again. And this world you know goes insane, Never ever gonna be the same again. It's gonna rain down like black hell.

✵ ✵ ✵


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: — the ghost of you (w/mairéad)   

Revenir en haut Aller en bas
 

— the ghost of you (w/mairéad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-