Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 Street singer feat. Elehiel Thatcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 144
double-compte(s) : nope
crédits : (c) little liar (avatar) & sial (sign)
MessageSujet: Street singer feat. Elehiel Thatcher   Ven 4 Mai - 12:18

OOTD + Loin d'être ivre, l'alcool permettait malgré tout à Eden de se sentir plus léger. C'était un peu un pari avec lui-même. Est-ce que l'alcool allait lui permettre de garder les hallucinations éloignées ? Il l'espérait. Eden n'osait toujours pas demander à ses collègues de la radiologie pour passer un scanner. Il avait trop peur de ce que cela pourrait révéler, son cerveau était malade. Il ne voyait pas d'autres explications à ce qu'il voyait, à ce qu'il entendait. Ce qui était le plus étrange, était que cela concernait toujours une personne physiquement proche de lui au moment T de l'hallucination. Il avait cherché les causes. Le stress ? Une anxiété sociale ? Des dissociations face à ces personnes ? Mais rien n'expliquait ce qu'il voyait, ce qu'il entendait. Le comble pour un médecin, il avait même tapé ses symptômes dans un moteur de recherche. Au-delà des diverses maladies (toutes fatales) qu'il avait trouvé, il était tombé sur certains témoignages parlant de don... La télépathie, c'était ce qui correspondait le plus à ses symptômes. Loin de répondre à ses questions, ça lui avait au moins valu un bon fou rire. Il ne voyait alors qu'une seule explication, une anomalie cérébrale. Une masse, probablement une tumeur, devait faire pression dans son cerveau et il hallucinait.

Alors l'alcool était un essai pour gagner un peu de temps avec ce qu'il pensait être le moment fatidique du diagnostic. Accoudé au bar de cet établissement qu'il n'avait jamais vraiment côtoyé, il découvrait l'ambiance, les gens qui s'y trouvaient et surtout ce qu'on y servait. Néanmoins, rien ne le divertissait de son trouble, de ces angoisses qui ne faisaient que s'accroître à chaque fois que ces voix étaient venues le hanter. Il ne s'y connaissait pas franchement en psychiatrie, mais n'était-ce pas là les premiers signes de la schizophrénie ? Dans un énième soupir et voyant que cette sortie ne l'amenait à rien, il termina le verre qui se trouvait devant lui, déposa quelques billets sur le bar et sortit de l'établissement. Et il erra, au hasard des croisements, se laissant influencer par les personnes qui le bousculaient, et par ses pensées. Il y avait les siennes, celles qu'il parvenait à suivre, et parfois, il y avait ses éclats de voix complètement étrangers, totalement aliénants. Des pensées qui ne lui ressemblaient pas, parfois prises d'une agressivité qui n'était pas sienne, parfois d'une douleur familière mais qui, pour autant, n'était pas sienne non plus, parfois d'une rage virulente qu'il ne ressentait pas...  

Plus le temps passait, plus Eden avait la sensation de se perdre, de voir sa personnalité, qui il était vraiment, s'émietter à chaque manifestation de ce qu'il pensait être des hallucinations. Au détour d'une rue, il tomba sur une performance de rue. Il hésita un moment avant de s'approcher, tout était bon pour le divertir de ce qu'il ressentait. Il se plaça de façon à avoir une bonne vue sur la jeune femme qui chantait, mais surtout de bien l'entendre. Peut-être était-ce la voix de cette jeune femme, son style qui sortait de l'ordinaire, ou cette aura particulière ? Mais elle avait toute son attention. Il était plus ou moins hypnotisé, mais ce n'était pas pour autant qu'il était moins agité, c'était presque l'inverse au fond. Néanmoins, il resta à observer la performance jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'elle ait terminé de performer ses chansons. Puis finalement, avide de penser à autre chose, avide de ne pas rester seul sans doute, il avait besoin de compagnie, il avança jusqu'à elle, un fin sourire étirant ses lèvres. « Super performance. » Il le pensait, il avait apprécié ce qu'il avait entendu. « Ce sont des compositions personnelles ? » Pas qu'il s'y connaissait, mais il se demandait si ce qu'elle venait de chanter était d'elle ou non. Tâchant d'oublier tout ce qui le hantait, il se concentra sur une seule et même idée, comme si cela l'aiderait à contrôler ses pensées chaotiques. « Est-ce que vous acceptez les invitations de spectateurs conquis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 808
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux
crédits : Hallows
MessageSujet: Re: Street singer feat. Elehiel Thatcher   Ven 11 Mai - 20:02

Fin des exams, semaine de vacances ou presque. J'avais effectué mes rendus à temps et j'étais pas peu fière d'avoir fini cette putain de panthère mécanique. Elle avait ses défauts mais au moins, elle était finie. Maintenant, j'avais plusieurs option devant moi : bosser à fond pour pouvoir mettre de coté pour ouvrir ma propre boutique ou bien faire autre chose. J'avais pas vraiment envie de bosser. Pas pour le moment. Le club de strip tease où je bossais était fermé et j'avais pas très envie de me retrouver à faire le tapin sur le trottoir, c'était bien chiant et de toute façon, c'était pas les clients que je cherchais. Je me concentrais sur les gros bonnets que je pouvais siphonner à coups d'extras. Ce soir, j'avais envie de profité un peu. Suibhne ayant disparu, Hunter également, Gene étant aux abonnées absente également, j'étais dans une situation bien chiante où tout mes potes sans exception m'avaient oubliée comme le caca moisi d'un chat derrière une étagère.

Une fois rentrée à la maison, je regardais mon téléphone en passant en revu les numéros : mort, mort, absent, absent, absent, occupé, occupée, faché, nope. Je poussais un gros soupire et regardais mon chat qui se prélassait tranquillement sur l'unique fauteuil de la pièce. Mon squat, mon cher petit squat... Je n'avais pas envie de rester là-dedans. J'avais pas envie de ruminer le fait que j'étais bien seule au monde à nouveau et que si j'avais mon diplôme, personne ne serait là pour le célébrer avec moi. Ces derniers temps, avec les amis que je m'étais fait, je m'étais prise à imaginer une soirée post remise de diplôme, des gens fiers de moi, des blagues sur ma tenue de jeune diplômée... Au lieu de ça, je sentais que ma remise de diplôme se résumérait à moi, seule, allant récupérer mon diplôme suivi de moi, seule, qui recevrait un message d'Asmodée me disant qu'il était fier de moi et qu'il n'avait pas eu le temps de venir. Autant dire que c'était une grosse éclate en perspective, j'avais presque envie de ne pas y aller. A quoi bon ? Une fois que j'aurais mon diplôme en main, de toute façon, ça changerait pas grand chose.

Bienvenue à Déprimeland, prenez votre cacheton de lexomil et rendez-vous à 18h pour la crise d'apitoiement quotidienne.

Merde. Hors de question. Mon regard se braquait sur mon ukulele. On allait reprendre les veilles habitudes : j'allais aller chanter dans les rues et m'amuser à divertir des inconnus ! Ouais ! J'allais carrément faire ça ! Tapotant la tête de Crow, au passage, qui me dévisagea d'un œil sommeilleux, je récupérais l'instrument, le fichais sur mon dos et repartais en direction de la porte en sautillant. Heu-reuse, on avait dit.

Cela faisait désormais une bonne heure que je jouais dans la rue et un petit attrouppement de gens s'était formé autour de moi. Certains riaient, d'autres m'accompagnaient, d'autre encore se contentaient de m'écouter. On avait balancé quelques pièces dans le petit sac devant moi, c'était toujours ça et c'était marrant de voir les gens dodeliner la tête en rythme ou essayer de le faire en rythme. Je finis par mettre fin à la performance, fatiguée et surtout assoiffée. En ramassant mon petit sac, une voix me surprise.

« Super performance. »

Je me redressais et lançait un sourire content à l'inconnu, un asiatique au trait fin. Je lui tapotais l'épaule gentiment.

-Merci beaucoup !

« Ce sont des compositions personnelles ? »

A l'intérieur de moi, un petit Hunter se suicida à l'aide d'un vinyl des rolling stones. J'avais si mal jouer que ça ou bien ? Je plissais les yeux dans la confusion sans me départir de mon sourire.

-Euh... Non. C'est des reprises. Ca me fait marrer de reprendre des gros classiques du rock pour les jouer au ukulele, ça donne un coté toon, j'trouve.

« Est-ce que vous acceptez les invitations de spectateurs conquis ? »

Est-ce que tu écoutes ce que dis, monsieur ? Était ce que j'avais envie de répondre. Il ne relançait pas la conversation, il se contentait d'avancer, de combler. Mais de combler quoi ? Hmmm. J'étais intriguée, la belle gueule en face de moi me détaillait avec un sourire charmeur, le genre de sourire que j'avais vu sur la frimousse d'Asmo quand il tentait de choper un beau ou une belle.

-...Ben ça dépend. Si t'as dans l'idée que ça va se finir autrement qu'avec moi qui repart tranquille chez moi, oui, ça me dérange.

Je souris toujours. Je n'étais pas agréssive, comme à ma très grande habitude, mon honnêteté faisait le travail et la brutalité la suivait de près. Je reniflais un peu avant de rire un peu.

-Okay pour un verre, golden boy. Moi, c'est Elie.


_________________
Iron skin, Crystal heart.
I let the bullets fly, oh let them rain. My luck, my love, my God, they came from pain. You made me a, you made me a believer, believer.

(c) blue walrus


Userbars are so in, this season:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Street singer feat. Elehiel Thatcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town-