Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 every night my mind is running around her (rain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 99
double-compte(s) : par pour le moment.
crédits : avatar@lumos solem.
MessageSujet: every night my mind is running around her (rain)   Ven 11 Mai - 15:59

every night my mind is running around her
Thunder's getting louder and louder   / ❀

Les jours défilent. Un mois, maintenant, que la belle observe, qu'elle épie. Un mois qu'elle enfile la peau de cette inconnue qui ne lui est maintenant plus étrangère. Qu'elle arpente les rues de cette ville qu’elle a tant fuit, incognito alors qu'elle reconnait parfois les visage, parfois les façades. Elle passe devant la vitrine de ce café où elle se rendait quotidiennement, croisant dans la vitrine les traits peu familier d'un visage qui n'est pas le sien. Elle se sent imposteur. Ce n'est pas une habitude pourtant, pour cette polymorphe effrontée, qui ne ressent aucune culpabilité en temps normal à voler les visages, mais pas uniquement. Cette fois-ci pourtant, c'est différent. Elle ne monte ni arnaque, ni mission aux bonnes intentions. Autour d'elle, le passé la plonge dans les souvenirs douloureux d'une période troublée. Cette fois-ci, elle n’arnaque pas un riche collectionneur, elle ne traque pas de chasseur ; c’est sa fille qu’elle a pris en filature. Si elle est si dérangée par ce changement de visage, c’est sa faute, à elle. A Rain.

Daphne sait exactement où se trouve sa progéniture. Pas besoin de savoir pister pour deviner où s’est réfugiée Rain en ce début de soirée pluvieuse. La polymorphe se presse avant d’apercevoir l’enseigne de son bar fétiche. C’était avec le coeur lourd que Daphne a réalisé que sa fille lui ressemblait plus que physiquement, et que leur engouement pour l’alcool était un défaut partagé. Mais là où Daphne dépensait des fortunes en whisky et gin de qualité, à l’abri dans son manoir, sa fille elle fréquentait les pubs miteux de Blackwater Falls. L’odeur d’alcool la submerge alors qu’elle pousse la lourde porte, et directement son regard se met à chercher la jeune Crawford. La silhouette nonchalante de sa fille se dessine alors que la belle rejoint l’un des tabourets du bar. L’air est lourd, au loin l’orage gronde. Daphne tâche de ne pas jeter de regard trop souvent, mais c’est rongée par la curiosité qu’elle assaille Rain de coup d’oeil furtif. A chaque fois, son coeur se serre. Elle détaille chaque traits de son visage encore enfantin, se reconnaissant avec une précision déconcertante. Elle baisse le regard et fini son verre cul sec.

Un mois qu’elle est là, et pourtant il lui manque encore le courage. Pour la première fois de sa vie, la téméraire polymorphe se retrouve lâche. Incapable d’affronter sa plus grande peur et de confronter celle qu’elle avait abandonner. Mais signe du destin ou coup de malchance, les pas furibonds dans son dos l’interpelle alors qu’elle repose son verre vide. Elle se retourne et son coeur s’arrête. Si elle n’arrivait pas à trouver le courage, ce serait lui qui viendrait à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
— administratrice —
messages : 343
double-compte(s) : riley, lenny, blair, slade, ellis, arabella, bazyl.
crédits : avatar (c) AILAHOZ, signature (c) hallows.
MessageSujet: Re: every night my mind is running around her (rain)   Lun 14 Mai - 17:03

On la suivait. Rain pouvait le sentir. Ça faisait quelques temps que ça durait, elle n’aurait pas su dire combien exactement. Le temps s’écoulait drôlement, grains de sel dans un sablier brumeux. Rain perdait tous ses moyens, tous ses repères. Elle ne savait pas si elle tiendrait encore longtemps, combien de temps on pouvait tenir dans un tel état. Elle avait l’impression qu’à chaque coin de rue qu’elle tournait, quelqu’un serait là, à l’attendre, lame en argent à la main. Libérer le monde des malédictions qu’elle semble semer. De la souffrance qu’elle ne cessait de propager. En attendant, il n’y avait qu’une solution, et c’était de boire pour oublier. Plus de raison à se faire, plus de cachotteries, on lui avait fait comprendre de toutes les manières possibles. Une alcolo. Une ivrogne. Pathétique. Peu importe. Elle en avait mérité le droit, après toutes les merdes que le destin lui balançait sur la tête. Quelle était l’alternative ? La sobriété, la cruauté des émotions pures. La douleur violente. Ça pourrait être pire. Au moins, l’alcool l’aidait à gérer. Autant que l’alcool ne faisait qu’empirer les choses. Mais ça, Rain ne voulait pas le comprendre. C’était plus facile de choisir de vivre dans le déni, après tout.

Bar miteux, mine basse, Rain n’est pas belle à voir. Ses cheveux sont maladroitement rassemblés sur le sommet de sa tête, son maquillage pâtit de l’ivresse. Toujours les mêmes fringues sur le dos, bottes noires, jeans noires, pull noir. La couleur appartient à un passé qui ne peut plus exister que dans ses souvenirs. La tête pleine d’Ismael, le coeur vide du reste. Et pourtant, son attention est pleinement dirigée vers la silhouette qui vient de passer la porte du bar. Un profil qu’elle a déjà vu se profiler au coin des rues, dans les vitrines des magasins. Une jeune femme, l’air pas beaucou plus vieile qu’elle, qui la suit. Pourquoi, Rain n’en sait franchement rien. Mais les options sont nombreuses. Une chasseuse sur sa piste, une créature en quête de vengeance. Ce n’est pas si difficile de retracer le nom de Crawford quand on sait où chercher. Rain a déjà vu de près les désirs de vengeance, et par son nom elle incarne une organisation qu’elle déteste. Masi si cette inconnue veut la tuer, elle a mieux fait de se grouiller. Ajoute ton nom à la liste d’attente, ma grande. Mais Rain n’a pas de patience ce sir, n’a pas envie de jouer non plus, alors elle demande à ce qu’on lui remplisse son verre et elle se redresse. La jeune femme a pris place un peu plus loin. Verre en main, Rain se dirige vers elle, le pas franc malgré l’alcool. Le whisky ne l’a pas encore frappée trop fort, mais ça ne saurait tarder.

Elle se laisse retomber sur la banquette face à l’inconnue, regard blasé, sourcil haussé. La regarde fixaement, un léger air de défi sur les traits. L’air de dire, bah allez, montre ton vrai visage. Rain cherche dans ses traits un air familier, mais elle n’en trouve aucun. Juste un drôle de sentiment, sous la peau. « What do you want ? » demande-t’elle, sans s’embarrasser de quelconques politesses. Pas le temps ou l’énergie pour ces conneries, pas alors que le monde est ce qu’il est. « I know you’ve been following me. So, what do you want ? » Verre aggripé entre ses doigts, Rain attend. Reste plus qu’à espérer que cette histoire serait rapidement réglée. Ce n’est pas le moment de lui rajouter un autre poids sur les bras. Plus de force, plus de place. Alors fais ton truc. Peu importe ce que c’est. Et grouille-toi, j’ai autre chose à m’occuper.

_________________

we'll never get free, lamb to the slaughter, whatcha gonna do when there's blood in the water? (x)
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 99
double-compte(s) : par pour le moment.
crédits : avatar@lumos solem.
MessageSujet: Re: every night my mind is running around her (rain)   Lun 21 Mai - 12:50

every night my mind is running around her
Thunder's getting louder and louder   / ❀

Dans le bar, l’odeur est lourde. Pesante. Les corps se meuvent lentement, avec une maladresse propre à l’ivresse. Les effluves d’alcool lui font froncé les sourcils à alors que l’amazone se voit regretté sont immaculé manoir, et ses bouteilles hors de prix. Poisseux, bancale, la banquette où elle a pris place la dégoute presque tout autant que le liquide fade au fond de son verre. Si la liste des points communs entre elle et sa fille ne cesse de s’allonger, Daphne a enfin trouvé l’exception. Mais les quelques regards timide vers sa progéniture pardonnent la saleté des lieux et la morosité de l’assemblée. Après tant d’années à la détester, à se détester, c’était la peur au ventre qu’elle observait enfin sa fille, rongée par vingt-sept années de culpabilité. L’année de se vingt ans, la Malone avait pris son courage à deux mains : le coeur lourd et les yeux brillant, ses jambes n’avaient pas réussis à passer la frontière de la ville. Wesley était ensuite entré dans sa vie ; le jeune polymorphe, qui fréquentait les bancs de son cours, avait changé la donne. Daphne s’était attaché, pris sous son aile. Elle avait tout fait pour l’aider, à accepter sa condition, à s’accepter, lui. Mais tout, ça n’avait pas été assez. Et alors que sa mort la frappait de plein fouet, la belle ne pu soudain plus supporter l’ignorance. De ne rien savoir de sa fille, de sa vie, de sa santé à elle. Rien ni même son nom. Frappé par la mort, et la réalité, Daphne avait enfin décidé de corriger les erreurs du passé. Ca en avait pris, du temps. A attendre, à hésiter, Malone était allé à reculons. Même maintenant, plus près que jamais, elle n’arrivait pas à franchir le pas ; mais inévitable, si un jour elle voulait se pardonner, et si jamais elle espérait qu’elle lui pardonne.

Au fond de sa gorge, le whisky infect lui brule encore la gorge alors que son coeur s’arrête net. Devant ses yeux ronds, le corps maladroit de sa fille vient s’installer dans la banquette qui lui fait face. Sous le choc, Daphne ne dit rien. Jamais elle n’avait encore fait face à sa fille. Son regard se noie dans ses traits, si familiers, les détaillants avec une fascination non dissimulé. Face au fantôme de son passé, la belle est figée. Son regard, sa bouche, son visage. Tout dans la jeune Crawford lui renvoyait sa propre image avec impertinence. « What do you want ? » Les mots se perdent dans son esprit alors que l’impatience de la jeune polymorphe envenime sa voix. « I … »  L’ingénieuse Malone se retrouve rarement décontenancée, au contraire. Mais pour la première fois depuis bien longtemps, elle ne trouve plus ses mots. A la place, elle continue de dévisager sa fille, l’air troublée. « I know you’ve been following me. So, what do you want ?  » Son coeur se serre et son regard se détourne vivement ; si elle était bonne traqueuse, Daphne venait de découvrir qu’elle ne s’en prenait pas à une débutante. Elle devait reprendre ses esprits, elle devait sortir de sa torpeur et ne pas attiser plus de soupçons. Pour retrouver contenance, Daphne fini son verre d’une traite, puis son regard s’aventure à nouveau dans le noisette de ceux de sa fille. « Is it useless to try to convince you I’m not ? » souffle-t-elle maladroitement, sachant déjà que c’était peine perdue. Décontenancée, Daphne ne s’était jamais préparée à une telle éventualité. « You’re a Crawford, right ? You should be used to strange people following you, no ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: every night my mind is running around her (rain)   

Revenir en haut Aller en bas
 

every night my mind is running around her (rain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-