Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes, les médiums et les immunisés psychiques
nous sommes présentement en août 2017. c'est pluvieux et humide, prévoyez vos cirés.
n'oubliez pas qu'un recensement est en cours par ici vous avez jusqu'au 22/06 pour vous manifester !

Partagez | .
 

 i wish i was a little more delicate - norian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 159
double-compte(s) : .
crédits : (c) boxshock
MessageSujet: i wish i was a little more delicate - norian   Mer 16 Mai - 6:19

Il est assez étonnant, quand on y réfléchit deux minutes, de savoir que Nora aime les bars. Parce que la jeune femme ne boit pas. Or, si l’on suit la logique des choses, on est censé trouver des gens légèrement alcoolisés dans ce genre d’endroits… En fait, c’est peut-être spécialement pour ça qu’elle y va. Parce que Nora croit dur comme faire que la personnalité se révèle sous l’influence de l’alcool. Parce que manipuler devient plus facile. Parce que les souvenirs s’embrouillent, la réalité s’efface pour ne laisser place qu’aux sentiments les plus bruts. Et en plus de trouver une vérité décoquillée, Nora aime croquer dans l’ambiance festive. Se sentir entraînée par la musique, les rires, l’euphorie ambiante. Elle trouve toujours quelques corps gracieux, quelques esprits volatiles, de quoi faire fonctionner sa créativité insatiable, toujours à la recherche de quelque chose de nouveau. Et ce soir, pour du nouveau, c’est du nouveau.

Un petit bar tranquille de la ville haute. Du genre à s’inspirer de la dernière mode sériesque un peu loufoque, « Peaky Blinders » et de son graphisme haut en couleurs. Nora n’a pas suivi la série, pas son genre, elle n’a pas accroché mais l’ambiance, par contre… et ça remet en route le moteur de sa créativité, légèrement en berne depuis qu’elle a rencontré un certain Kilik. Alors oui, se fondre dans la masse, écouter des bribes de conversation, chercher de nouvelles choses à dessiner, ça lui permet de se changer les idées. Et puis il faut aussi qu’elle prépare son cours particulier de dessin le lendemain, et pour le moment elle n’a aucune idée de ce qu’ils vont travailler, alors autant aller piocher quelques idées à l’extérieur.

Et donc, c’est cet homme, qui a arrêté son regard. Un homme peut-être encore plus bizarre qu’elle, car si elle ne boit pas d’alcool, au moins ne fait-elle pas l’affront de le boire à la paille. Encore moins de la bière ! Elle le fixe une seconde, avant de détourner le regard, ayant conscience que ça ne se fait pas, dans la réalité des normes sociales, de fixer quelqu’un. Quoi qu’il a l’air bien perdu sur son smartphone, alors elle peut peut-être abuser un peu… Voilà deux choses peu communes mais qui ne semblent pas antinomiques pour autant : l’homme boit à la paille et l’homme ne semble pas s’intéresser à ce qui se passe alentours. Et quand elle dit homme, c’est surtout parce qu’il n’arrive pas vraiment à déterminer son âge. Vingt ans ? Non, un peu plus. Vingt-cinq ? Peut-être. Ça reste un homme tout de même ; un homme dont la morphologie l’intrigue. Voilà, c’est le mot. Nora est intriguée. Et la curiosité mortelle qui la pousse constamment à s’ouvrir aux autres – ou tout du moins à les faire s’ouvrir à elle – reprend le dessus. Alors elle prend son carnet, l’ouvre à une page vierge, sort un crayon à papier, un criterium, car les vrais diront que ce n’est pas comme ça qu’il faut dessiner, mais c’est avec cette pointe affutée qu’elle aime le faire, et commence à dessiner. A lui inventer une vie, un passé, une explication de son inexplicable intérêt pour son smartphone. Un asocial, peut-être ? Un homme à qui l’on aurait posé un lapin ? Ou quelqu’un qui attend, tout simplement. Que le temps passe, que les choses changent, que les feuilles mortes jonchent le sol. Oui, voilà. Lui, c’est les feuilles, c’est certain. Parce que dans son monde virtuel, les feuilles de papier n’occurrent plus, sont dénuées d’intérêt. Alors les tourbillons de feuilles rouges tournoient autour de lui, cherchent à le coller au sol tandis que son esprit s’élève haut, bien haut, si haut qu’il s’égare dans les sphères d’un monde virtuel, numérique, détaché. Il lui faudrait un nom, à cet homme. Alors Nora se lève, referme souplement son carnet qu’elle glisse dans son sac en bandoulière, laissant la moitié de son dessin éventrer la page blanche de ses tracés noirs, et s’approcher de la table dudit homme-curiosité, son Virgin Mojito Fraise à la main.

« Bonsoir, je vous prie de m’excuser, vous attendez quelqu’un ? demande-t-elle sereinement. »

Nora n’est pas timide, n’a pas de barrières. Quand elle veut savoir, elle sait, et c’est tout.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 50
double-compte(s) : Nu
crédits : (c) Twizzle et Pando
MessageSujet: Re: i wish i was a little more delicate - norian   Mar 22 Mai - 18:13

Son téléphone avait vibré le son de la discorde, et c'est avec une certaine nonchalence que Cristian s'installa un peu mieux sur sa chaise de bar, pour se mettre au travail. On avait visiblement besoin de son aide sur une de ses espèces de bataille digitales entre hackers. Si il n'y mettait plus vraiment les pieds depuis son adolescence, quand il s'ennuyait, il acceptait de temps en temps un challenge qui pouvait l'occuper une bonne dizaine de minutes.

Et force était de constater qu'il s'ennuyait effectivement au milieu du bar. Il ne savait pas vraiment pourquoi il s'y était arrêté en premier lieu. Si il se forçait à fréquenter les endroits animés, il avait vite comprit que regarder les gens parler autour de lui était mal vu. Alors son téléphone était une bonne alternative, un peu mieux que de fixer le fond de son verre. Les relations sociales n'étaient pas un terrain de jeu pour lui, et encore moins un sujet d'étude. Pour qu'il les étudie, il faudrait déjà qu'il y comprenne quoique ce soit. Lui qui devait déjà apprendre des phrases pré-construites pour commander sa bière ou un café sans avoir l'air parfaitement gauche et pataud... Il ne partait pas vraiment d'un bon pied.

Alors il se plongea dans la contemplation de son smartphone, et précisément l'écran noir sur lequel il posait des lignes et des lignes de codes, avec une dextérité certaine dans les doigts, pour le simple frisson de la guerre virtuelle, pour lequel il n'avait plus vraiment d'attrait depuis des années. C'était vaguement du même niveau que jeter une balle à son chien. Répétitif, un peu ennuyeux, et ça a l'air stupide. Mais si ça fait plaisir à quelqu'un, que ce soit son vieux chien qui bave ou alors un type qu'il a jamais vu de sa vie à l'autre bout du monde, qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire?

Et d'un coup d'un seul, sa bulle explose. Avec une brutalité effrayante, malgré la douce voix de celle qui vient de le rejoindre. Il lui faut une seconde pour qu'il comprenne qu'elle lui parle, une autre pour qu'il reprenne conscience du bar. Son cerveau qui habituellement va si vite, à toujours un peu de mal avec le principe de conversation. Il ne sait tout simplement pas quoi lui répondre. La réponse est pourtant simple, mais il ne comprend pas vraiment la question. Il jette un regard autour de lui pour être sûr de ne pas gêner, et ça n'a pas l'air d'être le cas. Personne ne fait attention à lui, et c'est de loin ce qu'il préfère. Il pose délicatement son téléphone à côté de sa bière, et depuis le début, il n'affiche pas beaucoup d'expression, si ce n'est celle du type taciturne. Et il n'améliore pas son cas en prononçant un simple :

« Non. » Qui paraît rapidement sec et presque blessant. Il le sent bien, mais Cristian ne sait pas vraiment quoi ajouter. Là tout de suite, donnez lui une winchester et un vampire, et il sera beaucoup plus éloquent. Promis. Ou du moins plus actif.

Il sait qu'il est particulièrement impoli, alors il lui propose d'un simple geste de la main de le rejoindre à sa table : elle a un verre à sa main et elle est debout avec son sac. Il en déduit qu'elle cherche un endroit ou s'asseoir. Il a juste du mal à comprendre pourquoi elle veut absolument être en face de lui alors que le bar a encore quelques tables vides. Ça le dépasse un peu, mais il ne sait pas comment exprimer son ressenti sans avoir l'air du dernier des rustres. Déjà qu'il ne s'était pas vraiment drapé d'une aura de gentleman depuis tout à l'heure.

Cristian ne dit rien pendant ce qui peut sembler une éternité, il fronce un peu les sourcils, et à la seconde où il se concentre -enfin- sur le visage de la jeune femme, la réponse lui saute aux yeux. Nora Jefferson. Bourreau de L'organisation. Elle était tombée dans ses fichiers quand Cristian, tout récemment installé, s'était penché sur les chasseurs du coin. Il y a peu de chances pour qu'elle sache qui il était, mais il était curieux. Déjà parce qu'elle voulait s'asseoir à ses côtés. Tout aussi perturbant que cela pouvait l'être, ça avait au moins le mérite de changer de son habitude. Et que ses habitudes étaient confortables... Trop même. Il le savait et il essayait volontairement de les casser. Que ce soit en voyageant, ou en allant dans des bars.

Après ce qui pouvait sembler être une éternité pour son interlocutrice, mais une éternité nécessaire pour lui, le temps qu'il répète en boucle sa phrase dans sa tête pour la dire avec un semblant d'aisance, il ajouta avec son fort accent.

« Je n'attends personne ici, j'avais juste soif. »
C'est peu, mais c'est un progrès. Il enviait presque l'aisance naturelle de sa sœur à cet instant, comme à chaque conversation avec un parfait inconnu. « Vous pouvez m'appeler Cristian. » Précise-t-il, sans prendre trop de temps cette fois -cette phrase il la connaissait par cœur- pour entamer ce qui ressemblait à une conversation badine. L'invitant à se présenter à son tour. La glace brisée ne l'aiderait pas à se sentir rapidement plus à l'aise, mais soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 159
double-compte(s) : .
crédits : (c) boxshock
MessageSujet: Re: i wish i was a little more delicate - norian   Hier à 6:11

Le jeune homme regarde autour de lui. Il doit se demander si Nora lui parle, mais elle n’en démord pas. Elle vient seulement de se rendre compte combien ça doit être impoli d’être coupé en plein travail ou même juste « moment solitaire » – sans mauvais jeux de mots – mais Nora a l’habitude d’être maladroite ou malaisante alors elle s’en moque un peu. Il éloigne son téléphone.

« Non. »

Elle ne s’attendait pas à ça pour sûr, mais elle le dérange certainement. Nora sait comment faire sortir les gens de leur agacement – enfin, quand elle se donne la peine et qu’elle ne fonce pas bêtement dans le tas. C’est surtout son calme qui apaise les autres. D’habitude. Car l’homme-curiosité a l’air différent. Oiseau parmi les vivants, avec sa paille, son smartphone, ses airs détachés. Dommage pour lui, Nora est encore plus curieuse. Geste de la main, invitation tacite à venir le rejoindre – elle n’en attendait pas tant, mais puisqu’il fait l’effort. Elle s’assoit sur la banquette en face de lui, pose son verre et son sac à côté d’elle.

« Je n’attends personne ici, j’avais juste soif. »

Les mots. Les attitudes. Il y a tant de choses à décortiquer lorsque l’on rencontre une nouvelle personne que parfois Nora est dépassée ; ici, dans la singularité de sa phrase et les mots épisodiques qu’il emploie l’interpelle. J’avais juste soif. Comme s’il s’excusait, cherchait à se justifier de sa présence ici. Quelque part, il y a de nombreuses raisons de se rendre dans un bar. Ne pas être seul. Boire. Entendre du monde. Se détendre. Passer le temps. Il avait… soif. Dans un bar si atypique. Est-ce qu’il ment ? Pour couvrir une petite amie qui ne serait pas venue ? Nora aime bien faire des suppositions. Inventer une vie aux personnes qu’elle rencontre, même si elle se doute que c’est bien souvent à des années-lumière de la réalité.

« Vous pouvez m’appeler Cristian. »

Nora aime cette manière élégante de parler. Elle ne saurait pas trop comment dire, peut-être encore ce choix des mots. « Je m’appelle Cristian », dirait la plupart des gens. Là, non, le vouvoiement. Le tu avant le je, l’autre personne avant tout. Curieux. Curieux aussi qu’il décline son identité avant de lui demander la sienne – est-ce par politesse ? C’est une invitation à se présenter. Sans forcer, sans rentrer dedans ; je te donne une information, un léger indice, et à toi de te dévoiler en retour. Note mentale : faire attention à lui. Elle ne doute pas une seconde qu’il puisse être un fin manipulateur.

« Nora, enchantée. Je ne me suis aperçue qu’après que vous auriez peut-être préféré rester seul. Pour être honnête, vous m’avez intriguée. J’attendais de voir si quelqu’un venait vous rejoindre, mais ça n’avait pas l’air d’être le cas. Ça va paraître terriblement indiscret et je peux partir aussi vite que je suis arrivée mais… qu’est-ce que vous faites sur votre téléphone, au milieu d’un bar ? »

Nora n’a pas toujours conscience des normes sociales qui doivent s’ériger entre les gens. Elle n’a pas « le contact facile » mais on lui a déjà fait la remarque que ses questions ou même ses propos étaient parfois un peu trop tranchés, un peu trop… inattendus pour être corrects. Nora s’en fout, de faire bonne impression. Comme disait sa tante quand elles parlaient encore de ses problèmes, « t’es pas une imprimante, tu t’en fous ». Alors Nora s’en est foutue. Et puis, elle parle déjà bien trop pour la majorité des gens... Moulin à paroles qui ne s'arrête qu'en se rendant compte de sa propre exubérance. De toute façon, Cristian n’a qu’un mot à dire et elle s’en ira. Elle n’aime pas importuner les autres.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: i wish i was a little more delicate - norian   

Revenir en haut Aller en bas
 

i wish i was a little more delicate - norian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-