Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
messages : 94
double-compte(s) : Antoine, Ipolitt, Oana & Peter
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Ven 25 Mai - 11:32


Y'a des incohérences dans la vie, ça, c'est certain. Et j'en ai une sous les yeux, qui s'est éventrée à mes pieds. La sensation d'en retrouver d'autres quand on vient de me chier dans les bottes. Pas toi, fort heureusement. Juste ceux que tu pouvais bien avoir dans ton sac. Et je sais bien que t'as pas l'air d'avoir suivi toi-même comment le contenu de ce dernier a pu bien se retrouver par terre, y'a qu'à voir le regard qu'on a échangé quand tu t'es tourné. Les mains dans les poches de mon cuir, à jouer avec le stylo qui est fourré là depuis des années et qui me sert parfois à noter des trucs que je dois retenir sur des pans de peaux vierges de toute encre. Je l'ai senti dans ton regard, cette possible suspicion que j'ai pu tenter d'y fiche une patte dans ton fourre bordel. Ou alors c'est juste moi qui me serait dit ça à ta place, pour tenter de comprendre comment la totalité de son contenu s'est retrouvé à terre. Faut s'avouer, entre nous, que les deux lames qui se retrouvent fort heureusement pas planté dans un de mes petits orteils doivent y être pour quelque chose... Mais moi, franchement, la seule chose qui m'interpelle...

¡Madre de dios! Meuf, pourquoi t'as du sel dans ton sac ??

Parce que tu vois, il a bien éclaté et j'en ai pleins les bottes. Et franchement, à peine un pas en arrière et j'ai l'impression de me retrouver à des années lumière d'ici. Et tu vois, encore bon, le sable à la plage ça passe. Autant la sensation d'en avoir plein les orteils sans profiter de la mer pour autant, ça me casse quelque peu - bien - les couilles en toute franchise. Alors ouais, je grogne un peu, te jauge un peu à me demander réellement ce qu'on peut foutre avec un truc pareil en dehors de chez soi. T'as peur d'en manquer quand tu vas bouffer ailleurs que chez toi ? Et je peux même pas retirer mes chaussures là, parce qu'on est deux pauvres connards qui attendent à une caisse et que le troisième gros con de la scène est pas là pour la tenir. On a juste l'air de deux pigeons sur un belvédère qui savent pas quoi foutre de leur vie. Quoique, au moins, on a une activité désormais. Toi tu ramasses ton boxon et moi je maugrée. Fantastique duo.

Buen provecho...

J'ai l'ironie qui me scie la gorge, tandis que je fais crisser le sel sous mes pieds. Dans un soupir, je ramène mes mèches en arrière, en train de me demander si j'ai assez de bien séance pour résister à l'envie de retirer mes bottes maintenant, pour y virer ce qui réside de trop dedans. Et ce qui me retiens, au final, c'est juste que je risque d'en refoutre plus encore dedans, à patauger misérablement dedans. Je me penche finalement, pour ramasser une des lames qui est tombée bien plus près de moi avant de te la tendre. Sans poser la question de qu'est-ce que tu fous avec ça. PARCE QUE DU SEL, BORDEL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 227
double-compte(s) : .
crédits : (c) DANDELION
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Mar 29 Mai - 10:24

Nora a toujours été très agile et habile lors des chasses. En fait, c’est même cette furtivité qui lui a valu, de nombreuses fois, d’être sauvée in extremis. Comme si dans l’adrénaline, dans les intenses moments se révélait sa capacité hors du commun à pouvoir se sortir des situations désagréables. Pour autant, on n’aurait jamais pensé lui trouver ces qualités dans la vie quotidienne. Organisée tête en l’air, méticuleuse car maladroite, Nora a toujours essayé de gommer ses défauts par tous les moyens possibles. Défauts certainement hérités de son angoisse chronique, de ses crises de panique pour un tout petit rien. Ne rien montrer. Ne rien laisser paraître. Statue de marbre au milieu des autres, ne pas s’énerver, de pas rugir, ne pas tempêter comme les ouragans sur la côte. Froncer un sourcil, esquisser un sourire, à peine effleurer ses lèvres de mots doucereux. Ne pas céder un pouce à quelque émotion que ce soit, rester sereine, cadrée. Tout l’inverse des ravages que l’on peut apercevoir dans les failles de son cœur, Nora s’était pourtant exhortée à devenir une parfaite statue de cire que personne ne pourrait déranger. Enfermant tout ce qu’elle détestait d’elle sous un vernis presque parfait qui, malheureusement… avait parfois tendance à s’écailler.
Comme aujourd’hui.

Elle était dans un petit supermarché, pas de quoi être impressionné, juste de quoi faire quelques courses pour regarnir ses placards désespérément vides, comme lui avait fait remarquer Johann en partant de chez elle le matin même. Alors ni une ni deux, elle avait décidé que ne l’y reprendrait plus et qu’elle aurait un peu de nécessaire chez elle. En plus d’une boîte de capotes, subrepticement cachée entre le reste de ses courses… Nouveauté qu’elle avait encore un peu du mal à appréhender ; elle se sentait, peut-être, prête à passer le cap avec un autre homme, et de manière beaucoup personnelle qu’une simple partie de jambes en l’air entre copains. Et ça la mettait un peu mal à l’aise. Elle se rassurait en se disant qu’elle n’était pas obligée de lui dire, que ça pouvait rester dans un coin rangé de sa chambre jusqu’à ce qu’un jour, la question fatidique se repose. Et puis elle n’avait pas pu résister en voyant qu’ils en avaient goût fraise. Les fraises, ça la connaissait. Un peu stressée à l’idée de passer à la caisse avec ça – elle connait le caissier en plus, même s’il vient de s’éclipser pour aller faire le plein de monnaie -, déboussolée car elle n’a clairement pas assez dormi – Johann, bon Dieu, Johann ! – et stressée en voyant qu’elle n’est pas certaine d’avoir pris sa carte en partant de chez elle, elle se met à farfouiller dans son sac, si rapidement et maladroitement qu’elle laisse échapper une des lames au passage. Voyant le désastre se produire – oui madame, désolé mais qu’est-ce que vous faites avec une lame ? – elle essaye dans un geste désespéré de la rattraper avant de faire tomber la deuxième… puis le sel qu’elle garde savamment caché dans son sac en bandoulière.
Coup d’œil dépité à son collègue d’attente, qui voit tout le sel se répandre à ses pieds. Et merde. Longue barbe blanche, regard acéré, traits durs – elle ne l’imagine pas sourire et elle ne sait pas trop comment il va prendre la chose…

« !Madre de dios ! Meuf, pourquoi t’as du sel dans ton sac ?! »

Ok, mal à première vue.

« Buen provecho… »

Et en plus elle tombe sur un étranger. Nora ne parle pas quarante mille langues, elle connait déjà la biblique c’est amplement suffisant. Le sel crisse sous ses bottes alors qu’il fait un pas en arrière dans l’espoir de s’en débarrasser. Ses doigts effleurent l’un couteau qu’elle vient de faire tomber, avec un beau manche de sublime manufacture. Héritage de feu son père.

« Je suis… vraiment, vraiment désolée… se désole Nora en essayant d’enfiler son costume de demoiselle en détresse. »

Ça fonctionne toujours bien sur les hommes, encore plus quand ils sont assez âgés. Ils la prennent pour une conne mais ils évitent de trop se poser de questions sur pourquoi elle se balade avec des couteaux sur elle. Ça la soule clairement que le sexisme fonctionne aussi bien, mais aux grands maux les grands remèdes comme on dit…

« Vos bottes n’ont rien ? Je suis d’une telle maladresse… »

Le sel était contenu dans un petit bocal en verre style Ikea avait une ouverture bien pratique pour réaliser des cercles. Ou pour en jeter sur la tronche de ses assaillants – oui, ça lui était arrivé une fois. Le verre a éclaboussé le sol tant et si bien qu’elle doit aussi surveiller que d’autres badauds ne viennent pas voir la connerie qu’elle vient de faire.

« Et vous, pas blessé par… le verre… ? »

Son cerveau mouline à cent à l’heure. Gagner du temps pour ne pas avoir à donner d’explication. Après tout, elle peut bien faire ce qu’elle veut avec du sel dans son sac.

« Eh bien, mon porc sauce aigre-douce sera plus doux que prévu ! s’esclaffe-t-elle en essayant de contenir son malaise. »

Les doigts de l’inconnu sur son couteau ; son regard qui verrouille sa proie. Elle déteste que quelqu’un d’autre manipule ses armes. Elle a l’impression que ça porte malheur. Elle ne peut cependant pas lui exiger de le lui rendre. Et elle est persuadée qu’il va s’attarder sur la beauté du manche, putain… Génial, Nora, t’as tout gagné.

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 94
double-compte(s) : Antoine, Ipolitt, Oana & Peter
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Ven 1 Juin - 11:49


T'es désolée et en même temps, tu m'étonnes. Parce qu'en plus va falloir expliquer le carnage actuel au couillon qu'on attend. Puis sans doute que c'est lui qui va se taper le ménage derrière nous, quand on aura décollé de là. En attendant je t'écoute en récupérant une des lames. Puis je hausse les épaules.

On s'en fout de mes bottes. Te blesse pas, en plus du reste. Le sel, c'est une horreur dans les plaies.

Pas que je sois d'un naturel prévenant, loin de là. Juste que la situation me stresse un peu dans le fond. J'ai pas envie de revoir de genre de scènes à la con, de me refaire une vision d'une blessure dans laquelle le sang se retrouve comme gluée dans ce bordel trop blanc. Et puis ça douille aussi, même si j'imagine qu'à petite échelle, ça doit aller. Je détaille le manche de l'arme, tout en répondant.

Non, je crois pas. Juste du sel entre les orteils. T'as des envies de plage à assouvir ?

J'inspire, tente le sarcasme à petite échelle pour me détendre et oublier le détail que je viens de citer. C'est un peu con de ce fait, ok, je te l'accorde. Mais bon, autant dire les choses comme elles sont et s'éviter le milliard de questions qui pourraient découler, alors que dans les faits tout va bien. Ceci dit, ça m'empêche pas de râler en tirent la gueule, loin de là. Faut pas déconner, être aimable, c'est clairement pas une seconde nature chez moi.

Hum. Tu peux pas en racheter... ?

Simple suggestion. Parce qu'on est dans le lieu idéal pour ça. Pas comme s'il devait avoir tout un rayon avec des saloperies du genre et qu'on avait rien d'autre à foutre aussi au passage, se rajouter des conneries à acheter. Vu le temps qu'il fout l'autre... Je soupèse ce que j'ai dans une main, le regard toujours dessus.

Elle est pas mal du tout. Elle doit être facile à lancer. Tu pratiques ou c'est juste pour te rassurer ?

Je repose mon regard sur toi, tente d'évaluer le danger que tu peux bien être. Parce que dans tous les cas... Soit tu maîtrises et tu sais où l'envoyer pour faire mal sans tuer, où frapper pour faire hurler. Soit tu maîtrises pas et ça  eut dire que tu peux tuer par accident en voulant te défendre. Ceci dit, pas moi qui reprocherais d'avoir des morts sur la conscience ou non. Je m'en contrebanle.

Très belle, en tout cas. Ça se voit qu'on prend soin de la lame. J'inspire, fait glisser la lame entre mes doigts, la pinçant sans me couper, pour te la tendre par le manche. Tiens, ça me gonflerait de voir un autre type que moi jouer avec mes affaires.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 227
double-compte(s) : .
crédits : (c) DANDELION
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Mer 20 Juin - 7:39

« On s’en fout, de mes bottes. Te blesse pas, en plus du reste. Le sel, c’est une horreur dans les plaies. »

Elle se baisse pour ramasser les gros morceaux. Elle n’a pas peur de se couper ni de voir le sel s’infiltrer dans ses plaies — ça lui est déjà arrivé, pour sûr, et il a raison c’est tout sauf agréable. Mais si elle pouvait éviter que d’autres, surtout des enfants, se blessent, ce serait mieux pour sa conscience.

« Non, je crois pas, juste du sel entre les orteils. T’as des envies de plage à assouvir ?
— M’en parle pas, vu la pluie qu’on se traîne depuis un mois je n’ai qu’une envie c’est…
elle s’arrête en plein milieu en constatant que c’était de l’ironie. »

Ferme-la, Nora, tout le monde s’en fout de tes envies de vacances. Elle a toujours eu un peu de mal à situer l’ironie, le sarcasme, le second degré. De quoi la faire plonger dans l’erreur commune et se ridiculiser un peu plus au passage. Tant pis, ça renforcera ce personnage qu’elle essaye de jouer.

« Hum. Tu peux pas en racheter… ?
— J’ai déjà bien assez emmerdé le monde, je vais pas non plus faire poireauter vingt ans le temps que je trouve le gros sel qu’il me faut.
»

Je pose les gros morceaux sur le tapis roulant, ne sachant pas trop quoi en faire. Autour de nous résonne le silence d’un matin où personne ne vient faire ses courses, et où apparemment personne ne travaille car le gars de la caisse n’a pas l’air décidé à revenir.

« Elle n’est pas mal du tout. Elle doit être facile à lancer. Tu pratiques ou c’est juste pour te rassurer ? »

Leur regard se croisent, ils ont l’air de se jauger un instant. Elle ne sait pas quoi répondre – faire l’idiote ? Elle ne peut pas continuer à ce point. Mais elle n’est pas certaine que lui avouer maîtriser le couteau soit une bonne idée non plus, il la trouvé déjà étrange…

« Très belle, en tout cas. Ça se voit qu’on prend soin de la lame.
— Merci beaucoup, j’y tiens énormément. Vous vous y connaissez en lames ? Je pratique un peu, mais on ne va pas nier le côté rassurant. Pas que je sois une angoissée mais… on sait jamais ce qui traîne dans les rues, n’est-ce pas ?
— Tiens, ça me gonflerait de voir un autre type que moi jouer avec mes affaires.
»

Nora aime bien jouer double-jeu avec ceux qui en connaissent rien au surnaturel. Laisser traîner des petits sous-entendus qu’elle est la seule à pouvoir comprendre ; et puis, ça lui permet de jauger si la personne en face d’elle connait ou non son existence. Là elle en doute vraiment. Le type n’a pas bronché devant son sel ni devant sa lame, c’est qu’il ne doit pas connaître les chasseurs. Ou alors une créature surnaturelle qui se cache bien ? Son regard se pose sur la lame qu’il lui tend. Qu’il lui rend. Elle le jauge du regard, essaye de ne pas trop s’attarder avec curiosité. Mais c’est trop tard : le doute s’est insinué dans son esprit. Il sait qu’elle est une chasseuse, qu’elle a des armes, et qu’elle est seule.

« Pas de problème, reprend-elle en récupérant sa lame. Je n’aurais pas dû vous agresser en premier ! Et promis, je n’ai pas une composition de sac aussi bizarre d’habitude. »

Menteuse. Au moment où elle prend le couteau, un employé s’approche enfin d’eux, sauf qu’elle n’est pas la temps de ranger son bordel.

« Qu’est-ce que… »

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 94
double-compte(s) : Antoine, Ipolitt, Oana & Peter
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Mer 20 Juin - 11:55


Je hausse vaguement une épaule à tes réponses. Autant celle sur le fait de poireauter, parce qu'on le fait déjà dans le fond, que ça tuera personne et qu'au pire, il passera d'autres clients entre deux. Mais aussi sur le fait de ce qui peut traîner dans la rue. Parce qu'au fond, le mal peut se cacher chez soi aussi sans qu'on le soupçonne ou peut-être que si, de trop, et c'est pour ça qu'on se dit qu'il peut être partout, qu'on préfère la sécurité d'une lame à celle toute relative d'un autre être. Parce que c'est n'importe qui, la potentielle menace, même ceux qu'on soupçonne jamais trop assez.

Ouais, je vois ce que tu veux dire.

Sans savoir qu'on évoque pas la même chose. Alors je te rends ton arme et j'attends simplement, pas décidé à faire autre chose de ma vie à cet instant. Sans comprendre ce doute que je vois éclore au fond de tes prunelles. Alors je reste sur mes gardes aussi, parce qu'après tout, t'es peut-être le danger que t'évoque. Et gonzesse ou non, tu demeures la même menace que n'importe qui. On a vu assez de films où une nana cache son jeu avant de défoncer le boule du connard égocentrique qu'on te vend comme un héro. Je lorgne vers ton sac, quand tu l'évoque encore, prêt à ouvrir ma grande gueule encore, tandis que la lame froide quitte mes doigts, prenant soin d'éviter de se couper la peau au dernier moment dessus. Je tourne la tête vers la voix tierce et le jauge lui aussi.

Quoi, t'as jamais vu un échange cordial du genre ?

Je me fous de sa gueule aussi, rangeant ma pogne vers une poche de mon cuir, reniflant pour bien lui signifier le mépris de la phrase, pour souligner le tout. Et je lui laisse pas vraiment le temps d'en caler une nouvelle, d’interactions qui n'avancera personne.

T'as pas un balais, plutôt que de rester avec la bouche ouverte ? Non parce que c'est une horreur et que ça serait con de se rétamer la gueule sur ça en plus.

La journée des amabilités, ouais. Matinée classique j'ai envie de te dire, presque. Et d'un signe de menton, je lui signifie d'aller chercher son râteau et son seau histoire qu'on ait plus du sel pleins les panards. J'en reviens ainsi à toi, curieux un brin.

Tu t'entraînes où, du coup ? Pas que je m'y connaisse de trop, juste ce qu'il a fallu par le passé.

Parce que moi, j'étais plutôt derrière une arme à feu, derrière le trop plein de précision, à tirer de loin plutôt que de sentir un cran s'arrêtait à un cran. Le sang qui te coule entre les doigts, c'est arrivé peu de parfois. Trop de morts sur le palmarès en soi, peu que j'ai réellement ressentis. Merci l'armée et ses discours qui te font croire que t'es un héro. Sauf que c'est comme les films, que des mensonges qui te rétament la gueule avant même que tu le percutes réellement. Ce qu'on te montre pas dans les longs métrages, c'est le moment où tu te relèves la nuit, prêt à dégobiller le trop plein de patriotisme passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 227
double-compte(s) : .
crédits : (c) DANDELION
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Lun 2 Juil - 8:27

« Quoi, t’as jamais vu un échange cordial du genre ? »

Nora ne peut s’empêcher de sourire face à son ton. Elle aime bien la grossièreté de ses mots, le côté un peu je-m’en-foutiste de l’homme qui vient de lui rendre sa lame comme si de rien n’était.

« T’as pas un balai, plutôt que de rester avec la bouche ouverte ? Non parce que c’est une horreur et que ce serait con de se rétamer la gueule sur ça en plus. »

L’employé bougonne, fait demi-tour pour aller chercher ce que l’homme a exigé. Nora n’est pas certaine d’avoir autant d’autorité sur les gens. L’âge, peut-être, ou la voix rauque ? Ou tout simplement le couteau qu’il vient de lui rendre mais qu’elle n’a pas encore eu le temps de ranger.

« Tu t’entraînes où du coup ? Pas que je m’y connaisse trop, juste ce qu’il a fallu par le passé.
— Ce qu’il a fallu pour… ?
ne peut s’empêcher de demander Nora, piquée de curiosité. »

Zut, il va falloir qu’elle invente quelque chose maintenant, elle n’a jamais vraiment pratique où que ce soit. Bon, perdue pour perdue, elle n’est pas certaine qu’il ait peur d’une de ses autres bizarreries.

« Tu ne pratiques plus ? Pour être honnête… C’est mon père qui m’a appris. Entre autres choses. Il y a des structures pour s’entraîner à Blackwater Falls ? Je dois avouer que je n’ai pas cherché, ça pourrait être intéressant toutefois. »

Nora adore apprendre, surtout quand ça concerne les armes. On n’est jamais trop prudent à la chasse et elle ne se permettrait jamais de croire qu’elle n’a plus rien à apprendre. Ses séances d’entraînement remontent à loin désormais, et même si l’on apprend sur le tas, elle ne serait pas contre une petite séance de remise à niveau, pourquoi pas. Quand il en va de sa propre vie… ce n’est jamais négligeable.
L’employé revient, passe un coup de balai entre les deux compères mais Nora a bien pris soin de ranger son couteau entre temps : elle ne voudrait pas le perturber outre mesure.

« Vous avez fait comment votre coup ? grogne-t-il. Si vous avez cassé quelque chose, vous payez, c’est compris ?
— Pas de souci, c’était dans mon sac, rien de chez vous.
»

Il me regarde, suspicieux.

« Et vous, vous n’avez rien touché ? demande-t-il en se tournant vers son copain de couteaux. »

Nora lève les yeux au ciel : il risque de mal le prendre, l’homme à la barbe blanche. Elle a hâte de l’entendre mitrailler à nouveau le pauvre caissier qui vient de finir de ramasser le verre et le sel. Elle aurait presque honte si cette rencontre fortuite ne lui avait pas tiré un sourire ou deux.

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 94
double-compte(s) : Antoine, Ipolitt, Oana & Peter
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Mer 4 Juil - 9:38


Armée.

Rien de plus à dire quand tu demandes des précisions. Ça suffit à expliquer la maîtrises des armes, la plupart du temps. Même s'il y a toujours des chieurs pour connaître ta compagnie, ce que tu bouffais le soir, si tu niquais et ce genre de conneries dont on s'en bat les couilles franchement. Mais t'en demandes pas plus alors ça me va bien et j'acquiesce face à tes mots, simplement. Puis ce sont mes épaules qui bougent, quand tu me renvoies en quelque sorte la question.

En général je me contente de mes poings. Le couteau papillon dans une poche, je m'en sers franchement rarement. Et aucune idée s'il y a un club dans le coin. J'aurais pas pensé à chercher non plus, en fait.

Mais ouais, ça pourrait être intéressant. Un moyen de décompresser un peu dans autre chose que dans l'alcool. Et ça m'apprendrait peut-être à tenir en laisse les foutus nerfs qui sont pires que des chiens lâchés en pleine nature. L'autre revient et je m'écarte un peu pour le laisser faire son taf, parce que pour ma part, j'en ai un tout autre alors je vais pas jouer à l'âme charitable - parce que je le suis pas, déjà - pour faire bonne figure quelconque. Par contre, le ton qu'il prend me donne envie de lui en coller une. SURTOUT quand il insinue que j'aurais pu ne pas être réglo. Et là, tu vois que ça passe pas, que ma gueule se referme directement, que le peu de sympathie que t'avais pu m'arracher vient de mourir au fond de mes yeux pour le regarder comme si j'allais le tuer. Parce que j'hésite, un instant.

Répète pour voir, petite bite ? Une pogne qui s'élance, pour l'attraper au col, le rapprocher vers moi, qu'il tâte de plus près ma gueule de connard pas content du tout. Tu trouves que j'ai une gueule à jouer au petit con et casser des trucs dans le dos d'un pauvre connard pas capable de faire son taf correctement en laissant poireauter deux putains de clients ? Je crache mes mots avec une froideur teinté de lave, le genre qui t'explose à la gueule telle une grenade que tu as à peine entendue rouler. Et la dame aussi, tu trouves qu'elle a la gueule d'une pisseuse qui va planquer des bonbons dans son sous tif pour se barrer sans payer ? Vu votre putain d'INCOMPÉTENCE, on aurait pété ton putain de magasin et se barrer depuis longtemps, sale con. Alors répète, vas-y.

Il se chie dessus. Alors je le relâche, le repoussant violemment vers l'arrière, avant de cracher par terre, l'air toujours aussi mauvais, poussant le panier de merde que je pouvais avoir, avec mes conneries qui se battent en duel vers lui.

Le seul truc que je vais encore toucher dans ce magasin, c'est toi, du con la joie. Décarre vite, je te laisse de l'avance.

Il s'immobilise, fait des grands yeux... Avant de se barrer en courant. Une insulte en espagnol qui lui dit de retourner dans la chatte de sa mère, avant d'en revenir à toi.

L'irrespect, ça m'irrite le poil. Et face à l'ironie de la phrase, vu comment je viens de lui causer, j'ai un sourire qui en coin qui se dessine sur la face. Je me casse, je donne pas d'argent au con. Salut... Pas de prénom. Alors je fais le mec poli un instant, rien qu'un. Moi c'est Chunk.

Et je suis prêt à décarrer d'ici pour aller m'allumer une clope dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 227
double-compte(s) : .
crédits : (c) DANDELION
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Ven 6 Juil - 7:26

« Armée. »

Le mot est tombé. Nora relève un peu la tête, étonnée, mais pas choquée. Etonnée parce qu’elle n’en rencontre pas souvent, des types qui ont fait l’armée, pas choquée parce qu’en soit… Eh bien elle ne veut pas faire de généralité, mais cette assurance, ça colle avec le profil. Le physique, aussi, la carrure. Nora aussi aurait aimé faire l’armée, mais toute petite, trop fragile, pas de quoi protéger qui que ce soit — du coup, elle protège les autres autrement. Elle s’est entraînée, assez pour devenir une chasseuse qui ne meurt pas, et c’est déjà pas mal.

« En général je me contente de mes poings. Et aucune idée s’il y a un club dans le coin, j’aurais pas pensé à chercher non plus, en fait. »

Mais voilà, les explications intéressantes, elles sont coupées par l’idiot qui sous-entend que l’homme de fer a volé. Nora grimace en l’entendant dire ça ; elle sent que ça ne va pas passer, que ce sont les mots de trop. Et la déferlante, les insultes qui sortent, et presque un peu de violence physique, même, quand les doigts du cinquantenaire s’égarent sur le col de l’employé. La chasseuse voudrait s’interposer mais elle a déjà retenu sa leçon ; on n’approche pas d’un homme en colère, c’est comme un chien, ça mord, ça reconnait rien, pas même son maître, et elle doute sérieusement que l’animal en face d’elle en ai jamais eu un, de maître. Après un monologue digne d’une punchline d’un film d’action, l’homme repousse finalement l’employé, le lâche en le repoussant vers l’arrière. Il crache par terre, ce qui ne manque pas de faire sourire Nora — c’est pas une petite nature, elle a l’habitude des attitudes disons… « vulgaires » mais elle ne peut s’empêcher de les trouver amusantes. Elle ne se moque pas de la personne, mais elle est plutôt impressionnée par cette capacité chronique à s’en foutre de tout. A ne pas chercher l’accord des autres, à avoir ce charisme qui se permet tout. La jeune femme est plutôt du genre fantôme, discrète, glissant entre les ombres pour ne pas se faire trop remarquer. L’oubliable, qu’elle aimerait qu’on l’appelle. Surtout pour son rôle dans l’Organisation. Et parce que les gens oubliables, on les oublie, justement, et Nora ne veut pas rester dans le souvenir des gens — un courant d’air, un regard, un dialogue, être fade, presque, voilà ce qui lui convient bien. Pas comme le type qu’elle a en face d’elle, qui doit marquer les esprits de tous ceux qu’il rencontre, bordel.

« Le seul truc que je vais encore toucher dans ce magasin, c’est toi, du con la joie. Décarre vite, je te laisse de l’avance. »

Elle meurt d’envie de lui demander s’il a un marmot, mais elle en doute sérieusement. Elle hausse un sourcil quand il se tourne finalement vers elle après avoir fait définitivement peur au caissier.

« L’irrespect, ça m’irrite le poil. Je me casse, je donne pas d’argent aux cons. Salut… Moi c’est Chunk.
— Tu t’en fous certainement, mais combien je parie qu’il est en train d’appeler les flics ? Allez, Chunk, on sort de là.
»

Elle sourit intérieurement en pensant aux capotes qui resteront sur le tapis roulant — ce sera pas non plus pour cette fois-ci, Johann, désolée. Peut-être qu’une malédiction s’est abattue sur leur couple, qui sait.

« Moi c’est Nora, enchantée, lâche-t-elle en lui tenant la porte de la supérette où résonne encore l’écho de leur dispute. L’armée, alors ? Quel pays, quelle branche, si ça n’est pas indiscret ? »

La jeune femme a laissé tomber les simagrées, les gentilles paroles, le côté midinette. Il a vu les lames, il sait que c’est du beau matos. Il n’a pas besoin de savoir qu’elle sait s’en servir parfaitement, mais il n’est pas né de la dernière pluie. Dommage, pour une fois qu’elle tombe sur un type intéressant il faut qu’il voit la panoplie qu’elle se traîne dans son sac.

« Et oui, les poings, ça marche bien. T’en veux une ? lui propose-t-elle en sortant son paquet. »

Elle a pour habitude de ne pas trop fumer. De garder les clopes pour les circonstances particulières, ne pas encrasser ses poumons, avoir un régime de vie correct, sain, sans accrocs. Mais là vu la nuit qu’elle a passée, elle réalise seulement que c’est de ça qu’elle a besoin. D’une bonne Lucky, et surtout, d’arrêter de penser. Tant pis si elle doit une entorse à sa règle du « pas une clope de trop ».
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 94
double-compte(s) : Antoine, Ipolitt, Oana & Peter
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Lun 9 Juil - 9:01


Le mec s'est barré et reste que toi et moi, devant cette caisse désespérément vide de toute vie. Et toi, tu me fais rire un grand instant, à me parler de flics, alors que je hausse des épaules l'air de te dire qu'il peut bien tenter.

Il peut bien. Mais je l'ai pas touché, le marmot, qu'il se plaigne pas de trop, ça aurait pu être pire.

Un sourire en travers de la gueule, l'air de te dire que même si je lui avais foutu mon poing dans la gueule, je me serais tenu droit et j'aurais attendu la flicaille, l'air de défi sur la gueule, de celui à qui ça effraye pas des menottes, même trop serrées. Mais bon, on se casse d'ici quand même, juste pour le plaisir de le savoir revenir avec les jambes en coton en gueulant qu'il a appelé justement les flics et que j'ai intérêt à être sympa et déguerpir. Et il y a aura juste des produits à ranger et nous qui auront décarrer depuis perpète sans attendre après un morveux pour cela. Je passe la porte avec un bref signe de la tête, les pognes encore en poche, à jouer avec mon foutu stylo, avant de décoller de là et fouiller dans l'intérieur du cuir pour choper mon zippo. J'allais pour prendre mes clopes, mais t'es plus rapide que moi et ça m'arrache un bref rire.

Ouais, avec plaisir. Alors je t'en pique une, plutôt deux fois qu'une. Et en bon gentleman -AH AH AH- je t'allume ta propre clope, la mienne coincée entre les lèvres. Armée de terre américaine. Les plus cons. La flamme éclaire pas grand chose de plus que le soleil s'occupe déjà de faire et je ramène le zippo vers moi, pour cramer le bout de la mienne aussi. Le jour où ils sauront s'occuper de leur propre cul sans aller fouiner dans celui du voisin, ça pourra éventuellement devenir un bon plan.

Franchement, ils envahissent trop de pays, pire qu'un concours de bite entre deux mecs bourrés. C'est même plus à celui qui pissera le plus loin, mais qui aura la plus grosse ouais. Si au moins, ils arrêtaient de servir des excuses de merde, pleine de mauvaise foi, et assumez simplement ce besoin de conquête du monde... Alors, les USA, ça serait autre chose.

Mais faut leur reconnaître qu'ils savent bien former, ouais. Je tire sur la clope, engloutit de la fumée, l'habitude bien trop ancrée. Alors, qu'un hobby, les couteaux... Tu fous quoi de ta vie, dans ce cas ?

Je m'éloigne à peine de quelques pas, pour aller m'écraser contre ma bécane, croisant les chevilles entre elles, une fois le cul bien calé, le regard porté sur toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 227
double-compte(s) : .
crédits : (c) DANDELION
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Ven 13 Juil - 8:01

« Ouais, avec plaisir. » Nora est presque contente d’avoir deviné qu’il fume, mais faut pas avoir fait des études supérieures pour s’en douter. L’animal ne tient pas en place, a des bottes comme el a jamais vu, se targue d’avoir fait l’armée et doit boire au moins son poids en alcool par an : la clope n’est que la suite logique du personnage qu’elle ne peut s’empêcher d’apprécier même juste après deux trois vannes échangées. Nora en glisse une entre ses lèvres, petit délice qui l’empêche de trop stresser, empêche ses pensées de tourbillonner en boucle dans son esprit. Son zippo vrille, frissonne entre ses mains et la flamme vient lécher le bout de la nicotine. Nora aimerait se passer de ce petit bâton de cancer, mais c’est un peu comme sa récompense. Quand il y a eu une semaine compliquée, des heures sombres à essayer de se sortir la tête de l’eau, voir la braise rougeoyer au bout de son bec c’est comme un cadeau. Tiens, voilà, t’as survécu jusque-là, t’as bien le droit de cramer un peu tes poumons quelques minutes. Ne penser à rien, se contenter de penser à la fumée qui se loge en toi et qui, quelque part, te décrasse un peu de tout ce stress.

« Armée de terre américaine. Les plus cons. » Rires. La chasseuse n’est pas certaine d’avoir un avis tranché sur l’armée. « Le jour où ils sauront s’occuper de leur propre cul sans aller fouiner dans celui du voisin, ça pourra éventuellement devenir un bon plan. — Alors pourquoi s’être engagé ? » Nora se doute que ça doit avoir un lien avec sa famille ou la situation dans laquelle il était au moment de faire ce choix mais elle préfère demander ; ne pas imaginer, spéculer, se contenter de la vérité des gens, ou tout du moins leur vérité, car parfois se mentir est bien plus simple que de se regarder dans un miroir.  

« Mais faut leur reconnaître qu’ils savent bien former, ouais. Alors qu’un hobby, les couteaux… Tu fous quoi dans la vie, dans ce cas ? — Si je te le disais, il faudrait que je te tue. » Nora a balancé cette phrase un peu douce-amère. Elle ne tuerait jamais un innocent au courant de son véritable « métier », ça a bien été prouvé avec l’irruption de Shiloh dans sa vie, mais entrer dans son monde ce serait comme mourir à petit feu. Une fois qu’on sait ce qui peuple la nuit… On change radicalement de point de vue. Elle se met une seconde à s’imaginer en plein combat contre le cinquantenaire. Est-ce qu’elle aurait le dessus ? Sa formation de militaire distille un doute en elle — un bon coup de poing de sa part et elle ne doute pas de se retrouver au sol. Mais Nora est bien plus que ça. Et elle est déjà venue à bout de bien pire qu’un homme détestant les gens.
« Je manie d’autres genre de couteaux, si on peut dire. Je suis prof de dessin, mais les mômes ça peut être violent, faut pas croire comme ça. » Ils s’éloignent pour aller trouver la bécane de Chunk, ça l’étonne pas des masses non plus d’ailleurs, encore un cliché coché sur sa liste. Elle se demande si elle répond aussi à cette liste, parfois. La petite nana prof de dessin… Buter des loups garous la nuit l’aide à ne pas sombrer dans le lieu commun, mais ce n’est pas si elle pouvait se défendre de cette manière face aux autres. « Particulier. Je fais pas avec les classes, ni trop jeunes, j’aime bien ceux qui ont quelque chose à raconter. On dirait pas comme ça, mais c’est presque être psy sur certains d’entre eux. » Et pour moi-même, aussi, bon dieu…
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 94
double-compte(s) : Antoine, Ipolitt, Oana & Peter
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    Mer 18 Juil - 15:13


Pourquoi m'être engagé, que tu me demandes ? Je t'observe un instant, avant d'éclater de rire, t'écraser une pâluche dans le dos, l'air de te dire que t'en tiens une bonne.

J'ai jamais dit que j'étais pas qu'un gros con, moi aussi !

Ça me semble évident. Même que ça s'arrange pas avec l'âge, y'a qu'à entendre mon rire gras et sardonique, pleins de misères écrasées, pour s'en rendre compte. Que je m'en bats d'autant plus les reins désormais. Que je suis déjà un vieux con fini. J'étais juste un jeune con, auparavant. Les années sont passées, ont juste enfoncé le clou dans la cervelle. Si tu crois que t'as quelqu'un de bien face à toi, autant que tu te plantes le doigt dans l'oeil directement. Ceci dit, t'arrives à me faire sourire, avec ta réplique sorti tout droit d'un film.

Hin hin.

Tue-moi, je t'en prie, je suis curieux de voir comment tu t'y prendrais. Réellement curieux, ouais. Et finalement, je t'admire un bref instant. Parce que déjà gérer une sale gosse, j'ai du mal. Mais alors des putains de dizaines, franchement, respect meuf. Alors j'ai une vague gueule qui l'exprime un instant, avant que je me pose tout en écoutant. Clope tirée, fumée recracher quand elle a bien le tour du proprio, qu'elle a déposé le goudron.

Et ben. J'en aurais déjà noyé les trois quarts je crois. Pas fait pour être père, le bon vieux Chunk. Alors qu'est-ce que j'ai foutu ce jour où j'ai répondu à l'appel ? Fuck. T'as pas envie de les abandonner dans un coin ? Non parce que jouer aux psy, ça doit aller deux minutes quoi.

Haussement d'épaules, pas d'empathie à portée de vue. T'en trouveras pas beaucoup en moi. Ou alors il aurait fallu que tu me fracasses face contre terre, que tu m'éventres le coeur à grands coups de mots mais tout le monde ne s'appelle pas Vesper. Heureusement pour ma sale gueule, je serais dans la merde autrement. Elle me fatigue pour dix.

T'as l'air jeune. Pourquoi tu t'emmerdes avec ce genre de boulets ? Éduquer les gosses des autres... Quelle horreur.

Heureusement pour moi, Maya a fait tout le taf avant que je ne débarque. Bon, il aurait juste fallu qu'elle hérite pas via la génétique de la grande gueule mexicaine, la gosse, et c'était parfait. Quoique, qu'est-ce que je me ferais chier si elle était du genre sage à écouter. Un jour, elle va me poser une merde tellement grosse sur la table que même moi, ça me va scier sur place. Plus qu'à attendre pour voir ce que ça sera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson    

Revenir en haut Aller en bas
 

La note est... Salée. (BadumTsss!) || Nora Jefferson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Note au milieu
» petite note informative ! le Nabcast déraille un chouilla
» Rapport Etoiles totales / Note totale !!!
» Caramel Beurre salé ou pas ?
» DEATH NOTE - Ryuk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district :: commerces-