Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Sam 26 Mai - 4:10



I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

La fourchette se plante dans la gaufre. La gaufre se hisse jusqu’à mes lèvres, sirop d’érable se faisant une joie de rejoindre ma bouche. C’est délicieux, sucré à souhait, enivrant tellement j’avais la dalle. Mes paupières se ferment, je laisse le temps à mon cerveau de se connecter au centre du plaisir, celui que j’aime titiller avec n’importe quel outil. Ce soir, c’est le sucre et ses milles et une saveurs. Ça m’hérisse le duvet sur l’échine et je souris comme un gosse a qui on aurait offert une multitude de bonbecs. Trop de bonheur sur mes papilles, trop de sucre, de jouissance olfactive. C’est bon. Terriblement bon.

Il est 22h passé, le moment est à l’alcool, au plat épicé, au bacon fumant. Mais non je commande une autre tour de pancakes se noyant sous le sirop auburn. Devant moi, trois autres assiettes sont étalées, vides, raclées jusqu’à la dernière gouttelette collante. 1m72, 65kg et pourtant la faim d’un ogre qui me tiraille le corps chaque jour. J’en engouffre des quantités, des fruits, des parts de cakes, du chocolat par tablette entière. J’aime quand ça pétille sur ma langue, quand ça explose, vanille des iles, framboises acidulées. Ça a tourné dans le monde des journalistes, ce léger soucis avec la nourriture. Et à chaque interview, on m’accueillait avec une plâtrée de crêpes, des verres de jus de papaye et quelques bonbons piquants. Comme si n’ayant jamais vécu de plaisirs sucrés, j’avais un retard à rattraper. 20ans, petit corps décharné, criant la faim alors qu’il avait les mains pleines de sang. 40ans, toujours aussi mince mais la bouche pétillant de saveur, les mains vermillon et or.

Je les regarde, ces groupes de jeunes s’affairer autour d’un milkshake ou de bières. Ils respirent l’insouciance, la connerie aussi, petites choses dont les hormones viennent d’être dégoupiller. Mon assiette arrive, entre les doigts d’une serveuse aux allures de prostituée. Trop de rouge sur ta tronche, lèvres indécentes qui réclament bien plus qu’un pourboire. Je lui adresse un grand sourire, celui du gamin qui frétille à l’idée de dévorer encore des pancakes. Et celui de l’homme qui se lèche les babines à l’idée de murmurer quelques horreurs dans sa tête.

« Merci mademoiselle.

Elle tique au roulement du r, signe que je ne suis pas du coin. J’ai le corps brûlé par le soleil du Brésil, des cheveux de jais, les mains puissantes d’une travailleur acharné. Mais y’a mes yeux, beaucoup trop clair, qui perturbent toujours : « Vous êtes issu d’un métissage Monsieur Vargas ? » De la grandeur et de la poussière, ouais.

« Faites attention tout de même, le diabète ça peut vite arriver.
« Je m’occupe de ma santé comme je m’occupe de ces pancakes mademoiselle : avec une grande attention !

Sourire, fourchette plantée, regard dardé dans le sien. Images brûlantes que je lui tisse dans sa cervelle. Elle tremble un peu, abandonne sa moue de pétasse et disparait de ma vue, entrainant avec elle les cauchemars que j’aime planter comme des semences au printemps.
A elle de récolter maintenant.

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 72
double-compte(s) : Venceslas Savrassov
crédits : (c) DΛNDELION (avatar) ○ ASTRA (signature) ○ meathiel (icons)
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Dim 3 Juin - 15:47

Il devait être aux alentours de vingt-deux heures et, pour Ansel, la journée venait comme qui dirait de commencer. Le poète avait grappillé quelques heures de sommeil dans l’après-midi, après être rentré tardivement de son habituelle promenade nocturne, et il s’était ensuite replongé dans ses ouvrages. Il était en bonne compagnie – il venait d’entamer le chapitre sur les vampires de son Encyclopédie des créatures surnaturelles – lorsque sa condition humaine se rappela brutalement à lui. Ansel avait faim, désespérément faim. Et rien à se mettre sous la dent, pas même un petit pot de riz au lait, met qu’il affectionnait tant. La soirée était déjà bien entamée lorsqu’il se mit en route. Il laissa derrière lui son chalet et l’étendue lisse et sombre qu’était Cold Lake, pour gagner la haute ville. Ansel n’était pas familier de ce quartier, lui qui préférait les terres où la nature régnait en maître, mais c’était sans doute l’endroit où il était le plus probable de trouver quelque chose d’ouvert à cette heure-là. Le poète déambula dans la ville au hasard, et arrêta son choix sur un restaurant à l’apparence simple et accueillante.

Le repas se déroula tranquillement, Ansel griffonnant dans son carnet, entre deux bouchées, des vers qui n’avaient aucun sens. A son plus grand désespoir. Il venait de terminer son plat principal lorsqu’il rangea soigneusement son carnet dans la poche intérieure de sa veste et attira l’attention d’une serveuse qui passait non loin de lui. Il avait, quelques instants auparavant, avidement parcouru la liste des desserts, mais à défaut de riz au lait, il allait devoir se rabattre sur une tarte meringuée. Pour passer le temps, Ansel se livra à son activité favorite : observer son environnement. Bizarrement, ses pairs ne l’inspiraient guère. Ce qui l’animait, c’était le bruissement du vent dans les arbres, le craquement des feuilles sous les pas, le ballet des insectes un soir d’été. Et pourtant, il fut bien obligé de reconnaître qu’il y avait des gens intéressants ce soir. Des jeunes dégustant des milkshake et bavardant avec animation, des couples à l’air morose. Et, seul, un homme occupé à déguster une pleine assiette de pancakes ruisselant de ce qui semblait être du sirop d’érable. Devant lui, trois assiettes vides.

Ansel sourit amusé par cet homme qui, l’espace d’un instant, semblait redevenir le petit enfant gourmand qu’il avait probablement dû être. Une serveuse s’approcha de l’inconnu avec lequel elle échangea quelques mots tout en le servant. Puis, elle repartit, un léger trouble obscurcissant son visage. Il n’en fallait pas plus pour que la curiosité d’Ansel soit piquée. Une fois sa tarte meringuée servie, il se leva, lissa les pans de sa veste en tweed et quitta sa table, son assiette dans une main, son verre d’eau dans l’autre. Le poète s’approcha doucement de l’homme aux pancakes, un sourire éclairant son visage.

«  Monsieur, excusez-moi de vous importuner, mais je dînais seul à ma table lorsque je vous ai aperçu, dégustant ce qui semble être de savoureux pancakes. Puis-je me joindre à vous et apprécier mon dessert en votre compagnie ? »

Il leva son assiette contenant sa part de tarte pour appuyer ses propos. L’homme devait avoir la quarantaine. Ses yeux clairs formaient un étrange contraste avec ses cheveux sombres et sa peau mate.

«  Je m’appelle Ansel Llewellyn et je suis arrivé depuis peu dans cette charmante ville qu’est Blackwater Falls », ajouta-t-il.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Lun 4 Juin - 17:22



I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

Le sucre glisse le long de mes lèvres, je l’essuie délicatement avec la petite serviette en papier laissée sur le côté de la table. Je repense à cette jeune serveuse que j’ai laissé déguerpir avec la douleur nichée au creux des synapses. J’aurais pu éviter de lier sa cervelle à de futurs cauchemars au fond. Juste lui servir ma réponse en guise de conclusion et la laisser vagabonder à ces futilités. Mais non, ça aurait manqué de piquant. Je dois déjà m’empêcher de semer la mort à travers les neurones de ces femmes, me calmer sur les discordes… c’est trop demandé.
Un croc, un bout de pancake qui fond dans ma bouche et… Mes yeux se relèvent face à l’inconnu qui se dresse à mes côtés. Le bel inconnu, excusez du peu. Mes dents se referment sur la crêpe épaisse, dévorent le moindre millimètre avant de relever le buste et de faire face à celui qui vient d’entrer dans la bergerie sans savoir que c’est le loup qui y habite. Mes yeux clairs voguant sur son derme, dardés sur ce visage aux courbes minutieuses, comme taillées dans la pierre. Oui, bel inconnu, je ne me suis pas trompé.

«  Monsieur, excusez-moi de vous importuner, mais je dînais seul à ma table lorsque je vous ai aperçu, dégustant ce qui semble être de savoureux pancakes. Puis-je me joindre à vous et apprécier mon dessert en votre compagnie ? »

Je lorgne discrètement sur son assiette, qui loge une superbe part de tarte dont je croquerais bien un morceau. Il a l’air tout penaud et tout gentil l’inconnu, avec son verre et sa gourmandise. Et au fond, y’a pas que la part de gâteau que je croquerais à cet instant.

«  Je m’appelle Ansel Llewellyn et je suis arrivé depuis peu dans cette charmante ville qu’est Blackwater Falls »

Et il se présente alors que j’avale à peine la dernière bouchée de mon pancake. Moi qui pensais que la courtoisie se perdait, je suis presque surpris qu’un patelin comme Blackwater Falls ait encore quelques gentlemen sur ses terres.

« Je vous en prie, asseyez-vous Monsieur Llewellyn.!

Ansel. Ansel à la Tarte. Qu’il s’assoit, qu’il prenne place pour que nous finissions tout les deux notre repas en charmante compagnie. Je ne le lâche pas des yeux, arquant un sourcil en scrutant sa veste en tweed. Gentlemen et assorti aux fauteuils du Coffee-shop, si ça çe n’est pas un signe du destin !

« Et vous avez raison…!

Que je murmure en lui adressant un léger sourire avant de planter ma fourchette dans le dernier pancake, unique survivant de ce massacre culinaire.

« ….Ces pancakes sont délicieux. Même si pour tout vous avouer… Votre tarte me fait de l’oeil !!

J’hésite à commander la même à vrai dire. À faire exploser mon taux de sucre et à revoir les jolies prunelles de cette serveuse à la langue trop pendue. Un geste de la main plus tard, la voici qui réapparait, le regard encore plus perdu qu’il y a quelques minutes. Mes graines ont fait leur petit effet, ça dessine un large sourire sur mon visage, petit soleil qui explose alors que la lune s’élève.

« Je pourrais avoir la même chose que Monsieur ? Avec un peu de crème fouettée à côté s'il vous plait... Merci !

Penser d'abord aux douceurs avant de se présenter. De lui offrir une identité sur ce visage que je lui sers.


fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 72
double-compte(s) : Venceslas Savrassov
crédits : (c) DΛNDELION (avatar) ○ ASTRA (signature) ○ meathiel (icons)
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Mer 6 Juin - 9:46


« Je vous en prie, asseyez-vous Monsieur Llewellyn ! », déclara l'inconnu après avoir jeté un coup d'oeil sur l'assiette que tenait Ansel et avalait le reste de son pancake. Un sourire aux lèvres, il entama la dernière crêpe. Ansel prit place sur la chaise libre, en face, et posa précautionneusement son assiette et son verre. « ….Ces pancakes sont délicieux. Même si pour tout vous avouer… Votre tarte me fait de l’oeil !! » Et avant même qu'Ansel ait pu lui en proposer un morceau, l'inconnu fit signe à la serveuse et exposa sa requête, une part de tarte meringuée, avec un peu de crème fouettée à côté. La serveuse était la même jeune femme qu'il y avait quelques instants, celle qui avait servi l'homme et qui s'était éloignée, visiblement troublée. Ansel observa son visage tandis qu'elle prenait la commande. Elle avait l'air perdu, et le poète remarqua, intrigué, qu'un large sourire était apparu sur le visage de l'inconnu. Quelque chose s'était visiblement passé entre eux, les paroles de l'homme assis en face de lui avaient eu un effet particulier sur la jeune femme. Il était étrange pour Ansel de se trouver entre ces deux-là, faire semblant de ne rien remarquer alors qu'une légère gêne commençait à l'envahir.

Heureusement, la serveuse ne s'attarda pas et repartit, probablement en direction des cuisines, laissant Ansel seul avec l'inconnu. Inconnu, oui, car il était encore impossible pour le poète de mettre un nom sur ce visage si singulier, l'homme ne s'étant pas présenté. Qu'importe, ce n'était pas le genre d'Ansel à forcer les choses.

« Vous savez, j'aurais volontiers partagé avec vous ma part de tarte. Je le conçois, elle a l'air exquise, mais rien ne vaut un petit pot de riz au lait. C'est mon péché mignon, mais malheureusement, il n'était pas à la carte. »

Ansel regarda son assiette, puis les personnes attablées non loin de lui. Il se demanda combien d'entre elles connaissaient l'existence des créatures, entités et autres étrangetés avec lesquelles elles partageaient le monde. Ansel lui-même avait pris conscience de cela très récemment, même s'il avait toujours eu une sensibilité particulière pour les vieilles légendes écossaises qu'on lui racontait enfant. Il reporta son attention sur l'inconnu. Etait-il au courant, lui-aussi, des créatures tapies dans l'ombre ? Il avait l'assurance des grands voyageurs, de ceux qui savaient se sentir chez eux partout où ils allaient et qui se suffisaient à eux-mêmes. Ansel l'imaginait bien vadrouiller de par le monde, sans attache. Ses yeux devaient avoir vu des milliards de choses incroyables et pourtant, Ansel aurait parié que le soir, lorsque sa tête reposait sur l'oreille, il dormait d'un sommeil sans rêve. Finalement, il subsistait peut-être quelques bribes d'imagination dans le cerveau surchargé d'Ansel. Cette pensée le réconforta et un léger sourire fendit ses lèvres.

« Ne trouvez-vous pas que Blackwater Falls dégage une aura très particulière ? Parfois, lorsque mes pieds foulent l'herbe aux alentours de Coldlake, je jurerais que la terre connaît tous les secrets de l'univers et qu'elle observe tout, qu'elle sait tout. C'est une sensation très étrange, surtout quand la lune se reflète paisiblement sur le lac.  »

Ansel se tut. Sa tarte attendait, encore intacte dans son assiette, une petite cuillère posée à côté. Il avait bien envie d'en prendre une bouchée mais son savoir-vivre l'en empêchait. Il lui fallait attendre que la serveuse revienne avec la commande de son étrange compagnon.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Sam 9 Juin - 5:35



I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

Elle disparait la danseuse, pointes vibrantes sur le sol que j’ai spécialement tapissé d'or pour elle. J’y ai fais éclore quelques roses piquantes, quelques marguerites délicieuses. Un peu de beau et d’horreur, histoire de mêler la réalité à l’agréable. De ne pas la rendre folle en un claquement de synapse. C’est tout un art de bâtir des maisons de démence dans la tête des hommes. Il faut que les fondations tiennent bons pour que le cauchemars durent plus de deux minutes. Il faut que la réalité s’emmêle pour donner du corps aux mirages, pour laisser penser que tout est vrai, de la plus violente émotion à la plus insidieuse vision. Etre architecte ne s’invente pas, et mon enseignement, je l’ai fait sur les bancs des Favelas, entre les putes et les toxicos. Meilleurs sujets d’étude à vrai dire, des esprits aliénés qui ne font qu’en demander encore plus.

Je ne peux que répondre par un large sourire à la proposition de mon nouvel ami. Il aurait accepté de diviser sa tarte en deux. Drôle de proposition quand on connait mon.. besoin maladif de me nourir de chaque miette laissée dans un plat. Mais ça me touche à vrai dire, tant de générosité chez une même personne. Ça me… Ah non en fait, je retire ce que j’ai dis, je sens la gerbe me remonter le long de l’oesophage. Pauvre Monsieur llewellyn, il ne va pas faire long feu par ici le bellâtre.

« Du riz au lait… C’est un drôle de choix mais je le conçois, c’est délicieux quand bien préparé.

Bullshit. Du riz dans du lait. Sérieux, il y a bien mieux que ça pour nos palais ! La saveur sucrée de pommes rôties avec du sirop d érable… Un profiterole garnie de crème… Des crêpes suintantes de sucre roux…Du riz au lait. Il m’aurait parlé de yaourt à la fraise que ça aurait été la même chose. Mais ne rien laisser paraitre, non non non. Rester de marbre, la commissure des lèvres qui s’étirent légèrement. Pas trop Saul, ne va pas effrayer ton invité. Accepte sa folie au lait avant de lui montrer ce que c'est, le véritable plaisir.
Heureusement pour lui (et pour moi… Du riz au lait Madre de Dios), la conversation prend une toute autre tournure, se dirigeant vers ce qui intrigue le plus dans ce patelin : la ville de blackwater falls. Si je suis venu ici, ce n’est pas pour rien. Babyblone m’attend, communauté que je chérie secrètement depuis des années à coups de gros cheques et d'espoirs fondés. Babylone, ma belle et très chère Babylone. Que j’ai hâte de rencontrer tes souverains.

Sur le point de lui répondre, nous sommes arrêtés par la ballerine dont la beauté se fane de seconde en seconde. Peut-être que j’y ai été un peu fort avec cette donzelle, pas envie qu’elle me claque entre les doigts alors que je suis entrain de manger ma tarte. Ça gâcherait toute la saveur. Quand elle dépose sur la table le dessert, cachant mon acolyte de son corps décharné, je me concentre quelques secondes pour faire glisser quelques beautés dans sa tête. Très rapidement, des petites fleurs qui se répandant dans son esprit et illuminent son visage en un éclat de beauté. La tête me tourne, le tintement suit et je me retrouve à cligner des yeux pour rester sur la terre ferme. Foutue tumeur qui pilonne mes synapses comme un marteau piqueur.

« Excusez moi… Je fais de l’hypoglycémie et j’ai quelques petits malaises parfois.

Faux, mais ça explique la multitude d’assiettes vides, léchées jusqu’à la dernière goutte de sirop d’érable.

« Je vous en prie, mangez.

Ordre délibéré, servi avec un sourire et ce ton qui m’est propre. Qui fait croire aux gens que me soucie de leur bonheur et de leur santé. J’attends qu’il croque dans sa gourmandise pour en faire de même. Crac. Slurp. Délicieux. Du riz au lait, mais quel abruti fini.

« Et je suis tout à fait d’accord avec vous, Blackwater Falls est l’une des villes les plus inspirantes que j’ai pu visiter. On a l’impression qu’elle est un centre d’énergie, qu’elle…

Petit morceau de tarte croqué, avalé, sucre dans la bouche, plaisir sur le bord des lèvres.

« … Qu’elle est faite pour inspirer les Hommes. Je pensais ma plume asséchée… Mais Blackwater Falls est douée pour réveiller les esprits.

Je lui jette un regard par dessus, dévorant un nouveau morceau. Le mélange du citron avec la rondeur de la crème fouettée embrase chaque papille, chaque porosités de ma bouche. Délicieux. Reprend pied dans la situation Saul, ne laisse ni ton crâne, ni ce sucre guider ta réalité. Car la façon dont il s’exprime, Ansel, ça pique encore plus ma curiosité. Sa verbe est trop recherchée pour n’être que des mots lancés sans origine créatrice. Il comprend ce que je veux dire, il le vit peut-être même.

« …Car j’imagine que vous travaillez dans l’écriture pour parler avec autant de… Recherche.

Énième morceau de tarte. Enième éclat de curiosité alors que pour lui, je ne suis encore que le dévoreur de pancakes au sang couleur érable.

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 72
double-compte(s) : Venceslas Savrassov
crédits : (c) DΛNDELION (avatar) ○ ASTRA (signature) ○ meathiel (icons)
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Mar 12 Juin - 17:12

« Du riz au lait… C’est un drôle de choix mais je le conçois, c’est délicieux quand bien préparé. »  Ansel sourit à cette remarque. Depuis sa plus tendre enfance, quelques bouchées de ce délicieux dessert suffisaient à effacer les malheurs de la journée, et il avait accompagné chaque évènement marquant ayant ponctué son existence. Même s'il vouait une adoration sans bornes à sa patrie d'origine, Ansel devait bien avouer que la gastronomie écossaise n'était pas ce qu'il préférait. Les mets qui lui avaient été servis durant les repas de famille lui causaient encore des visions d'horreur. La serveuse refit une énième apparition et un étrange ballet se rejoua devant les yeux du poète. La curiosité de ce dernier avait une nouvelle fois été piquée au vif, mais il repoussa la question qui lui brûlait les lèvres tandis que ses yeux passaient alternativement de la jeune femme à l'inconnu amateur de pancakes. La serveuse s'éloigna, le sourire aux lèvres cette fois. L'attention d'Ansel se porta alors sur son étrange compagnon. Ce dernier n'avait pas l'air dans son assiette. Il semblait être victime d'une absence et clignait des yeux comme pour revenir à lui. De l'hypoglycémie, telle était la cause de ce léger malaise. Ansel fronça les sourcils, soucieux pour l'homme assis en face de lui.

« Je vous en prie, mangez. » Le ton était amical et le visage de l'inconnu illuminé par un charmant sourire. Ansel coupa un morceau de sa tarte et savoura cette première bouchée. La conversation se poursuivit, rythmée par le tintement de leurs cuillères sur les assiettes. Une phrase retient l'attention d'Ansel : « Je pensais ma plume asséchée… » Ainsi, l'homme écrivait. Cela ravit le poète, mais le ramena à ses propres démons. Le syndrome de la page blanche semblait être ce qui s'en rapprochait le plus. Mais la réalité était bien plus complexe, avec une pointe de surnaturel. « …Car j’imagine que vous travaillez dans l’écriture pour parler avec autant de… Recherche. »  Dans l'écriture. Pourquoi donc personne n'imaginait qu'il pouvait être un poète ? Ansel était toujours surpris lorsque des personnes s'étonnaient qu'il existât encore des poètes. Pour beaucoup, il s'agissait de vieux garçons déconnectés de la réalité. Kear, lui, avait réussi à captiver les foules. Mais à quel prix. Le souvenir de son défunt ami, mêlé au rappel de son incompétence laissa à Ansel un goût amer. Le sourire qui ornait jusqu'à présent ses lèvres se flétrit et une profonde gravité marqua ses traits délicats. Le poète se reprit néanmoins et ses yeux s'illuminèrent à nouveau lorsqu'il prit la parole :

« Pardonnez-moi, ai-je bien entendu ? Vous aussi maniez la plume ? Puis-je vous demander en quelles circonstances ? »

Ansel observa une nouvelle fois son interlocuteur. Lorsqu'il l'avait remarqué quelques minutes auparavant, assis seul à cette table, le poète l'avait tout de suite imaginé voyager aux quatre coins du monde et vivre des aventures incroyables. Quelque chose dans l'aura de l'inconnu le confortait dans son opinion. Blackwater Falls ne devait être qu'une étape d'un de ses multiples périples. Ou bien venait-il chercher quelque chose de particulier en ce lieu.

Le poète ignora volontairement la remarque de l'inconnu sur sa façon de s'exprimer. Ansel n'avait rien contre le fait de se révéler à un étranger, mais si cela devait arriver, cela se ferait de manière réciproque. De plus, sa dernière intervention laissait suggérer qu'il avait lui aussi quelque chose à voir avec le maniement de la plume. Sa naïveté l'empêcha de saisir l'étrangeté de la situation. Il leva les yeux de sa part de tarte.

« Je vous prie de m'excuser, nous ne parlons que de ma personne. Et je n'ai même pas pris la peine de vous demander votre nom. Quel horrible compagnon je fais. »

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Ven 15 Juin - 8:13

center>


I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

La saveur sucrée de la tarte crépitait sur mes lèvres, teintant mon coeur du plus pur plaisir qui puisse exister. Ma gourmandise et surtout, le nombre de mets que je pouvais dévorer, revenait sans cesse dans les discussions. Journalistes surpris de mon coup de fourchette, hommes amusés par ma facilité à me laisser séduire en me promettant monts et crêpes, femmes qui lorgnaient sur ma bouche habillée de cristaux de sucre. Moi-même, je n’avais jamais compris cet attrait pour la nourriture mais je savais que j’en avais besoin. Comme si mon don me rongeait de l’intérieur, absorbant la moindre pépite d’énergie. C’est que ça demande beaucoup de calories de s’introduire dans la tête des gens et d’y jouer les jardiniers ! Alors oui, tant que je vivrais, tumeur ou non, je me remplirais la panse à m’en faire exploser le coeur de gourmandise. Car autant certains vivent pour l’amour, moi, j’offrirais mon corps à qui le demande pour une nouvelle part de cette tarte meringuée.

Mes dents qui se referment sur la pâte sablée, mes papilles qui explosent sous la saveur citronnée et… Qu’est ce que je vois sur son visage ? Une ombre de chagrin ? La silhouette pesante d’une déprime passagère ? Ce n’est pas joli à voir, mais d’un claquement de sourire, il la fait disparaitre comme si elle n’avait jamais été là. Ma curiosité est piquée, presque envie d’enfiler ma salopette d’horticulteur pour aller faire fleurir quelques jolies roses dans son crâne. Des fleurs de sincérité, prêtes à l'obliger à me raconter tous ses secrets les plus inavouables. Raah j’hésite, j’hésite, j’ai déjà le crâne qui tinte…Mais en même temps, ce joli faciès, il doit en cacher des choses…
Des questions. Sur moi. Trop tard Saul, on s'intéresse à ta propre lumière alors fait ton show, illumine la scène comme tu sais si bien le faire. Mais avant, finissons cette bouchée. Cette tarte, mais cette tarte…. QU’ON FASSE VENIR LA CUISINIÈRE QUE JE L’EMBRASSE À PLEINE BOUCHE !

Les joues pleines comme celle d’un hamster (mais un adorable hamster), je montre du doigt mes lèvres pour lui faire comprendre que je dois avaler avant de lui conter mon histoire. Je m’en voudrais de lui cracher à la figure quelques postillons, même s’ils seraient délicieusement fruités. Et heureusement pour moi, il enchaine avec une autre question. Mon identité. Ah bah oui mon p’tit monsieur, ça discute, ça discute mais ça ne connait même pas le prénom de ton compagnon de table !

«  Saul Vargas. C’est à moi de m’excuser… Je me suis laissé charmer par la tarte et n’ai pas pris le temps de me présenter Ansel !

Ansel. Utiliser son prénom à la moindre occasion pour me l’approprier. C’est toujours comme ça que je procède quand quelque chose m’intéresse. J’aime nommer les choses pour les faire mienne, laissent danser les syllabes dans ma tête pour les imprimer à tout jamais.

« Et je suis écrivain. Fantastique, thriller, tout ça, tout ça quoi !

Que je finis par dire, arborant un grand sourire avant de finir la part de tarte d’une dernière bouchée. Tristesse absolue, que vais-je pouvoir manger maintenant ? Peut-être sa curiosité ? Peut-être qu'il connait mon patronyme ? Et si non, ça n'en sera que plus délicieux, l'amateurisme a cette saveur particulière qui fait crépiter mes papilles....

« Et vous alors, quel style ? Attendez ! Laissez moi deviner…

Je laisse tomber mes couverts sur l’assiette dans un léger tintement, me gratte le menton d’un geste théâtral, prêt à faire danser ma langue au creux de ses synapses. Mais avant, encore un peu de mystère…

« Vos mots sont parfaitement bien choisis, mesurés… Pas du théâtre. Pas de journalisme non plus, vous vous exprimez trop bien pour vous abaisser à la simplicité…. Roman épistolaire ? Poésie ?

Jouer au Bingo, ma seconde passion après manger. Papi Vargas au rapport !

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 72
double-compte(s) : Venceslas Savrassov
crédits : (c) DΛNDELION (avatar) ○ ASTRA (signature) ○ meathiel (icons)
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Mar 19 Juin - 16:08


«  Saul Vargas. C’est à moi de m’excuser… Je me suis laissé charmer par la tarte et n’ai pas pris le temps de me présenter Ansel ! » Le poète acquiesça poliment. Saul Vargas. Le patronyme sonna délicieusement exotique aux oreilles d'Ansel. Cela renforça dans son esprit l'image de baroudeur qu'il se faisait de son compagnon. Ansel sourit intérieurement en notant l'emploi de son prénom. Cela donnait une certaine familiarité à la conversion, qui n'était pas pour lui déplaire. Il n'avait jamais vu cet homme auparavant, et pourtant. C'était comme s'ils avaient toujours été là, attablés devant leurs parts de tarte, à discuter de tout et de rien. C'était une sensation très rafraîchissante, qui le changeait de l'ambiance pesante de ces derniers jours. « Et je suis écrivain. Fantastique, thriller, tout ça, tout ça quoi ! », déclara Saul avec un grand sourire. Ansel allait porter à sa bouche un morceau de tarte, mais il suspendit son geste et reposa sa cuillère.

« Ça alors ! J'aurai parié que vous écriviez des récits d'aventures ou que vous teniez des sortes de "journaux de bord". Vous savez, de ceux qui retracent des expéditions en territoire hostile ou des rencontres avec des tribus reculées... »

Il avait laissé parler son enthousiasme et s'était exprimé avec un peu plus de vigueur qu'il n'aurait dû. Il jeta un regard contrit aux tables alentour. Les quelques personnes encore présentes continuaient à vaquer à leurs occupations, comme si de rien n'était. Le poète n'avait pas pour habitude de se faire remarquer. Mais il n'était pas pour autant un vulgaire robot dénué de tout sentiment. Après s'être ressaisi, Ansel ajouta :

« Je dois bien avouer que mes connaissances au sujet du fantastique du trhiller sont très limitées. Quant au "tout ça, tout ça" n'en parlons pas... De ce fait, pardonnez-moi si je suis censé me pâmer d'admiration à l'évocation de votre nom. »

Ses dernières répliques se voulaient être une touche d'humour. Néanmoins, Ansel n'était pas très sûr de son effet. Il espérait ne pas avoir trop montré sa surprise. À côté de la vie que lui avait imaginée Ansel, la véritable profession de Saul et ces genres de prédilection faisaient pâle figure. « Vos mots sont parfaitement bien choisis, mesurés… Pas du théâtre. Pas de journalisme non plus, vous vous exprimez trop bien pour vous abaisser à la simplicité…. Roman épistolaire ? Poésie ? » Ansel observa avec amusement son compagnon.

« Je vois que vous êtes perspicace. Votre dernière proposition est la bonne. Je suis d'ailleurs étonné qu'elle vous ait effleuré l'esprit. La poésie n'est que très preu prisée par les humains de nos jours. Cela est fort regrettable. »

Il soupira doucement à cette pensée. Cela le rendait fort triste de voir le déclin que connaissait son art. Seuls quelques amateurs lui étaient encore fidèles. Heureusement, de petites pépites apparaissaient parfois pour raviver l'attrait des foules pour la poésie. Kear était de ces pépites, sans nul doute. Ansel avait son public également, mais cela ne souffrait d'aucune comparaison. De toute manière, Ansel ne recherchait pas la gloire, ni même l'admiration. S'il pouvait toucher le coeur, ne serait-ce que d'une seule personne, avec quelques-uns de ces vers, ce serait pour lui un grand bonheur. Le poète remarqua que l'assiette de son compagnon était vide. Il regagna sa propre assiette, qui contenait encore la moitié de sa part de tarte. La soirée se passait trop bien pour se laisser distraire par de sombres pensées.

« Commandez tout ce qu'il vous plaira. Je réglerai la note. Pour vous remercier de cette charmante soirée que je suis en train de passer. », s'exclama-t-il en agitant une main en l'air. Ses terribles mésaventures à Inverness, son arrivée dans un pays qui lui était inconnu, ses recherches sur le surnaturel, tout cela avait pesé lourd sur les épaules du poète - bien plus lourd qu'il n'osait l'admettre - et, pour la première fois depuis longtemps, il sentait qu'il pouvait respirer librement à nouveau.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Dim 24 Juin - 8:35



I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

« Ça alors ! J'aurai parié que vous écriviez des récits d'aventures ou que vous teniez des sortes de "journaux de bord »…» Je tique, relève la tête et lui sert un large sourire. Clairement, c’est difficile de ne pas éclater de rire car les tribus reculées, elles existent bel et bien. Même si plus ordinaires et plus proches de ce qu’il peut imaginer. Les indigènes, les étrangers, tout ceux qui à mon coeur, ne sont pas des nôtres. Nous les améliorés, les hommes à l’âme élevée par la magie, par une force qui nous viens de je-ne-sais-où. Nous qui sommes supérieurs, au dessus de cette chose que l’ont nomme humanité. Nous qui observons et tissons des folies dans le coeur des autochtones qui ont plus des animaux que des êtres pensants. Ah Saul, ta facilité à faire des hommes des étrangers à leur propre monde est de toute beauté.

Mais je dois déjà oublier cette magnifique pensée quand Ansel revient à la charge, tout content de mon bingo dans ce jeu de suppositions. « Je vois que vous êtes perspicace. Votre dernière proposition est la bonne. Je suis d'ailleurs étonné qu'elle vous ait effleuré l'esprit. La poésie n'est que très peu prisée par les humains de nos jours. Cela est fort regrettable. » Comme l’intelligence que j’aimerais lui répondre. Mais j’évite, ce serait malvenu de ma part de juger cette sous-espèce en sa compagnie alors qu’il en fait parti. Même s’il y a toujours possibilité qu’il soit comme moi, les esprits fantasques et imaginatifs ont toujours eu la préference du divin. Peut-être qu’Ansel a le coeur qui crépite sous une possible force surnaturelle… Peut-être oui, ça m’amuserait bien.  « Je…. » Que je commence à répondre avant qu’il me coupe en me proposant de commander autre chose pour me sustenter. A ses frais particuliers. J’hésite, mon ventre est rempli mais ma gourmandise encore bien palpable. Tout comme l’envie, celle qui crépite au creux de mes synapses. Mais elle… Elle je peux la darder vers autre chose qu’une part de tarte.   « C’est très gentil, mais je vais faire une pause…Ça serait dommage de finir à l’hôpital pour indigestion ! » Je rigole, tout sourire, écrasant mon dos contre l’assise. Je replie mes doigts les uns contres les autres, placés sur mes cuisses, mes prunelles dardées dans les siennes. Concentrées. Focalisées sur ce qui semble être ma prochaine victime. Tarte ou homme délicieux, j’ai choisi ma prochaine gourmandise.

« La poésie est difficile à assimiler pour la majorité des hommes. Il est parfois compliqué de se faire une illustration précise de ce que des poèmes signifient et… Les lecteurs aiment s’imaginer les scènes quand ils lisent…» Des scènes horrifiques, mélanges de sang et de désir. C’est ce que je leur sers, à ces fans exubérants, qui ne comprennent pas que ce qu’il imagine au creux de leur tête, est réel jusqu’à la moindre effusion sanguine. « …Du moins c’est ce que je pense…. Personnellement, ça ne me gêne pas. J’ai une imagination assez…débordante pour apprécier la poésie pour ce qu’elle est : une effusion de sentiments avant d’être quelque chose de littéral.  Et je vous excuse, en tant que poète, je peux tout à fait comprendre que vous ne connaissiez pas mes romains. Mais ne vous étonnez pas si quelqu’un vient me demander de signer une serviette de table ! »  Je rigole. À moitié.

fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 72
double-compte(s) : Venceslas Savrassov
crédits : (c) DΛNDELION (avatar) ○ ASTRA (signature) ○ meathiel (icons)
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Lun 2 Juil - 15:29


« C’est très gentil, mais je vais faire une pause…Ça serait dommage de finir à l’hôpital pour indigestion ! », dit le dénommé Saul en s'esclaffant. Ansel remarqua son sourire éclatant et la manière dont il se mit à le regarder, droit dans les yeux. Cela embarrassa quelque peu le poète, qui détourna le regard et fit semblant d'étudier la salle, qui se vidait peu à peu. « La poésie est difficile à assimiler pour la majorité des hommes. Il est parfois compliqué de se faire une illustration précise de ce que des poèmes signifient et… Les lecteurs aiment s’imaginer les scènes quand ils lisent…» Ansel partageait l'opinion de son compagnon, néanmoins, sa dernière phrase lui déplut profondément. C'était pour lui un sacrilège que de pervertir son art pour l'admiration de quelques-uns, qui plus est s'ils étaient incapables de saisir la beauté des oeuvres en premier lieu. Ansel avait une vision bien particulière de ce qu'était un véritable écrivain, vision qui ne collait pas avec celle qui prévalait aujourd'hui plus que jamais dans l'édition où un auteur était mis au placard tout simplement parce que ces ouvrages n'apportaient pas les bénéfices escomptés. Tout cela était tellement étranger à Ansel, bien qu'il en ait été l'une des nombreuses victimes. Il ne se faisait pas d'illusion, ses quelques publications avaient été le fruit de l'attachement qu'avaient les éditeurs pour lui, et ces derniers n'auraient certainement pas pris de risque s'ils n'avaient pas quelques auteurs prolifiques et renommés sous le coude. « …Du moins c’est ce que je pense…. Personnellement, ça ne me gêne pas. J’ai une imagination assez…débordante pour apprécier la poésie pour ce qu’elle est : une effusion de sentiments avant d’être quelque chose de littéral.  Et je vous excuse, en tant que poète, je peux tout à fait comprendre que vous ne connaissiez pas mes romans. Mais ne vous étonnez pas si quelqu’un vient me demander de signer une serviette de table ! » Encore ce rire qui sonna délicieusement aux oreilles d'Ansel. Il avait oublié le plaisir que procurait une simple conversation. Il se sentait léger, débarrassé de tous les soucis qui le tracassaient. La tristesse était toujours là, tapie quelque part, mais elle faisait pour le moment profil bas. Le poète prit quelques instants pour réfléchir, aligner les mots dans son esprit afin de trouver la meilleure façon possible d'exprimer ses idées.

« C'est étrange, j'ai toujours pensé qu'un bon écrivain était celui qui avait le don d'amener tout lecteur à lui. Celui qui arrive à réveiller la petite étincelle, qui convoque la plus infime connexion susceptible de pousser le lecteur entre ses griffes. L'écrivain, alors omnipotent, a la mainmise sur ses sentiments et son existence. »

Il ajouta :

« Enfin, j'imagine que même les artistes, cette si noble profession, ont fini par être victimes  du mal du siècle, ce matérialisme dévergondé qui pousse n'importe qui à mettre de côté ses convictions pour quelques biens ou un peu d'argent. »

Son ton se voulait moqueur, mais son sourire ne laissait aucun doute quant au fond de sa pensée. Il voulait juste s'amuser, apporter un peu de fantaisie et de piquant à cette conversation déjà fort agréable. Ansel était d'un tempérament calme, mais il aimait plaisanter à l'occasion et, contrairement aux idées reçues que bon nombre de gens avaient sur les poètes, il savait rire de sa personne et mettre son ego de côté le temps d'un instant. Il reprit, plus calmement :

« Je partage votre vision de la poésie. Mais dites-moi, je me sens vraiment ignorant et j'ai comme l'impression que je suis passé à côté de quelque chose de fantastique. Auriez-vous l'amabilité de partager avec ma pauvre personne quelques-unes de vos histoires ? »

Le poète était réellement curieux et mourrait d'envie de lire la prose de son nouvel ami. Il avait déjà fait des projets dans sa tête et se profilaient déjà quelques longues soirées en compagnie de ses plus tendres compagnons.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Jeu 5 Juil - 1:37



I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

Le don d’amener tout lecteur à lui. Mais c’est qu’il a touché droit dans le mille le petit. Glisser quelques idées à travers les mots, tisser des envies d’une plume experte. Petite pelote, dénoue toi, fais de ton fil des désirs inavoués aux creux des synapses de ces chers empotés… Ô oui, j’aime savoir que mes lecteurs sont accaparés par les lignes tracées sur le papier d’opale. J'aime recevoir des emails, des lettres de compliments. Ou encore mieux, les entendre murmurer mon nom lors de séances d’autographes, l’air un peu paniqué de se retrouver face au plus grand.

A l’inatteignable Saul Vargas.

C’est encore plus réjouissant lorsqu’il s’agit des femmes. Leurs paumettes rosissent, leurs doigts vibrent légèrement et leur voix se teinte d’une légère panique. Ô mais, ma belle, je sens à quel point ton coeur s’est arrêté en lisant mes pensées écrites dans ce bouquin. Je sais parfaitement que tes cuisses se sont resserrées et que ton esprit a divagué en imaginant celles de mon personnages se refermer tout contre toi.

Ah les fandom, pas meilleure inspiration qui soit !

Attrapant le verre vide, je le remplis d’eau n’ayant plus de café ni de tarte à grappiller. Va falloir faire réellement la conversation et ne plus se remplir la panse. Car c’est qu’il parle le poète ! Il parle, parle parle, blahblahblah, avec de jolis mots et de jolis phrasés, comme si ce café était un de ses recueils et que mon visage, une page à éclabousser de sa verbe parfaitement orthographiée.
Heureusement que ce qu’il dit est un peu intéressant - même s’il devrait ouvrir un dictionnaire pour gamin de 8ans et non une encylopédie, histoire de simplifier un peu le tout - sinon mon ventre et moi auriont déjà disparu. Tant pis pour la victime, le marteau piqueur en haut n’est pas très motivé à prendre sa pause sandwich.

Ah.
Aaaah ENFIN on va parler de quelque chose d’intéressant.
De moi.

Allez Saul, gonfle le torse, rajoute un peu de sauce piquante sur ton sourire et en avant la mélodie !

« Vous savez, les loyers ne se payent pas avec de jolis mots tracés sur de jolies feuilles… Je peux comprendre que certains écrivains aient transformé leur plume pour plaire à la majorité.

Une gorgée d’eau, un verre reposé sur la table. Et on recommence.

« Je n’ai pas de soucis de ce côté et je refile 3/4 de ce que mes livres me rapportent à des associations caritatives.

Pour chats et chiens errants. Pour aider les femmes battues (celle-là, elle me fait rire, aider les femmes battues. A quoi serviraient-elles d’autres ? Depuis la baisse de prix des auto-cuiseurs, plus besoin d’elles en cuisine. Autant les utiliser à bon escient.) Et enfin pour Babylone. Mais Babylone, s’est secret. Chut, interdit d’en parler, chut chut Saul. Rester sur les chats perdus et les femmes pendues, ça fait tirer des larmes à chaque fois.

« Je trouve ça normal d’aider ceux qui ne peuvent s’aider eux-même…

Je murmure, feintant la gêne, devenant mon propre personnage dans une scène qui a tout de la farce comique. Manque plus que le chien. Y’a toujours un chien dans les farces au théâtre.

« Et si vous souhaitez, je pourrais vous envoyer le premier tome ? J’ai quelques trucs griffonnés dans mon carnet mais… C ‘est pour le dernier livre. La conclusion.

Fin d’une épopée, d’un personnage nommé Caden, miroir d’un tout autre homme qui a brillé contre vents et marées. Fin d’un cerveau qui a fait imploser par centaines des esprits étriqués. Fin d’un roi dont la couronne ne cessera jamais de briller.

Oh faut que je note ça. C’est beau. J’aime bien.

« Le 6ème tome est sorti l’année dernière, j’ai eu quelques soucis de santé qui m’ont empêché d’écrire depuis… Mais je sens que Blackwater Falls va m’inspirer une jolie fin.

Jolie et toute rouge.
Jolie et toute noire.



fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 72
double-compte(s) : Venceslas Savrassov
crédits : (c) DΛNDELION (avatar) ○ ASTRA (signature) ○ meathiel (icons)
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Ven 6 Juil - 8:42


« Vous savez, les loyers ne se payent pas avec de jolis mots tracés sur de jolies feuilles… Je peux comprendre que certains écrivains aient transformé leur plume pour plaire à la majorité. » Ansel aurait préféré entendre autre chose de la bouche de son compagnon, car ces paroles ne collaient pas avec l'image qu'il s'était fait de lui. Le poète l'écouta avec attention, observant les moindres gestes de son interlocuteur.

« Eh bien, pour ma part, je ne comprends pas », dit-il en réaction à la première réplique de Saul, un léger sourire aux lèvres.

Il reprit son sérieux avant de poursuivre :

« Vous êtes une âme charitable, cela se fait rare de nos jours. Moi-même je ne me soucie pas assez de mon prochain. Une erreur de ma part, très certainement. Je mène une vie assez solitaire, et me plais à m'isoler au milieu de la nature. Cette condition me fait parfois oublier qu'autour de moi évoluent mes pairs. »

L'offre de son ami toucha Ansel droit au coeur. Il accepta avec plaisir, faisant une nouvelle fois l'éloge de sa générosité. Il se demanda quel genre d'écrivain il était, de quel travers de l'être humain il traitait. « Le 6ème tome est sorti l’année dernière, j’ai eu quelques soucis de santé qui m’ont empêché d’écrire depuis… Mais je sens que Blackwater Falls va m’inspirer une jolie fin. » À ces mots, le poète fronça légèrement les sourcils. Du fait de l'évocation des problèmes rencontrés par l'écrivain, ou de cette référence à l'inspiration. Ou les deux à la fois... Pourquoi tous deux espéraient-ils que Blackwater Falls leur apporte quelque chose, vienne nourrir leurs oeuvres respectives ?

Ansel regarda une énième fois autour de lui. La salle s'était considérablement vidée depuis le début de leur discussion, les serveurs passaient de table en table pour collecter les restes laissés par les clients. Ils naviguaient agilement dans l'espace, des piles d'assiettes entre les mains. L'endroit était devenu étonnamment calme, seul un léger bruit de fond provenant des cuisines accompagnait leur conversation. Cette scène éveilla en lui une certaine mélancolie. Il eut soudain envie de se retrouver seul, loin de toute trace de civilisation. La forêt non loin de son chalet, le lac et ses eaux mystérieuses. Son assiette était à présent vide. Il posa doucement la cuillère et replia sa serviette. Il regarda son nouveau compagnon :

« Monsieur Saul Vargas. J'ai été ravi de faire votre connaissance. J'espère que nous nous recroiserons et j'attendrai avec impatience que votre premier roman me parvienne. Je me dois de prendre congé à présent, du travail m'attend. »

Menteur. Ansel n'allait pas se pencher sur les pages vierges de son carnet et tenter d'extraire douloureusement, un par un, quelques mots bons à former des vers. Cette idée ne le tentait guère. Il allait plutôt se trouver un endroit pour laisser divaguer ses pensées, et se laisser absorber tout entier par la mélancolie qui devenait, au fil des jours, l'une de ses plus grandes amies. Cependant, une partie de lui-même ne pouvait se résoudre à mettre fin aussi abruptement à ce moment. Il était épuisé, son esprit était tout retourné et il ne savait plus réellement ce qu'il faisait. Il resta là, immobile sur sa chaise, hésitant entre se lever et prendre congé, comme ses paroles l'avaient annoncé, et rester et continuer à converser.


fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : Jojo leplusbo
crédits : perso
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   Ven 13 Juil - 5:56



I am flesh and I am bone
Rise up, ting ting, like glitter and gold
I've got fire in my soul
Rise up, ting ting, like glitter

Une âme charitable. J’évite d’éclater de rire mais à l’intérieur ça explose dans un long et lent crépitement. Charitable. Il n’est pas le seul à le penser Ansel. Beaucoup d’argent offerts aux associations, acceptations de nombreux interview, jolis phrasé et zou’, vous vous hissez sur la liste du futur prix de Nobel de la paix. Comme si les hommes n’avaient que ça à faire, de mettre des couronnes sur les pires esprits qui écument le monde. Regardez Staline, regardez Hitler. Tous mis en haut de la pyramide pendant quelques années, alors qu'au fond, ils étaient bien au deça de ce que moi je peux faire.

Bonjour prétention, ça faisait longtemps, où étais tu passée ?

Je le vois, Ansel, regarder de droite à gauche après un léger froncement de sourcils. Qui y a -t-il mon beau ? Tu hésites à me demander ce que que je veux dire par "soucis de santé"  ? Allez, pose la question qui te brûle les lèvres, arrête de tournicoter du cou, sinon c’est moi qui vais venir tournicoter dans ta tête.

Conclusion hâtive. Oh dommage que je pourrais murmurer. Serviette pliée, petite cuillère reposée. Joli phrasé, pas d’excuse, juste un au revoir glissé. Je baisse la tête légèrement, agacé de voir que la soirée va se terminer si promptement mais… La lumière est là, au bout du tunnel. Il espère me revoir. Il attendra le livre. Petit sourire vainqueur, petit éclat de grand gagnant. Sans même tisser des ordres dans sa tête, j'ai créé le besoin de me retrouver quelque part, ailleurs.

Entre son décès et le mien.

Je prends les devants, me lève, abandonne le tas d’assiettes bien raclées et lui adresse un léger sourire. De ceux qui signifient que sa tête, je vais elle aussi la lécher de fond en comble. Dernier moment pour s’immiscer en lui Saul, soit violent et rapide. Efficace et invisible.

Rentre chez toi et écris des vers à mon effigie Ansel.

Mur. Petit mais bien là. Oh…. Mais tu es encore plus intéressant que je l’aurais pensé petit poète. Seconde tentative, celle-ci, contre sa frontière en papier mâchée, elle n’aura aucun mal a passé.

Rentre chez toi et écris sur moi Ansel.

Graine mise en terre, pousse jolie fleur et laisse lui le coeur en miette.

« Ce fut un plaisir Ansel, je dois ausi me remettre au travail. Avez-vous une carte de visite ? Pour que je puisse vous envoyer le livre ?

Et venir te regarder écrire sur ma petite personne, t’espionner et te couvrir de sourire quand tu dormiras. Ah non je laisse ça aux vampires et leur besoin de stalker leur future victime.


fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rise up, ting ting, like glitter and gold // FREE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RISE OF PRUSSIA AGEOD
» Carthage, Rise of the Roman Republic - GMT
» Nouveau PTP : Gold-PTP
» sorti des prochain gold
» YU-GI-OH! JCC - Gold série 4 (22/06)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-