Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 happy first wendigo beauty ➼ ALECIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : nope.
crédits : (c) anesidora
MessageSujet: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   Jeu 31 Mai - 11:59

La moto vrombit entre ses cuisses. Son odeur métallique et chaude, qui en devient presque saveur sur ses papilles attentives, est aussi habituelle que les propres effluves de sa sueur. Amaranthe connaît cette moto comme personne, et jonchée sur elle telle une cavalière sur une monture métallique, son sourire trahit la joie sans limites de chevaucher sous la voûte nocturne son rapide destrier. La course s'arrête dans la basse-ville, près d'en endroit qu'elle connaît bien. Retirant son casque, elle le pose sur les énormes bagages de sa moto - ils contiennent tout ce qu'il lui faudra, ce soir. Passant une main fébrile dans sa crinière coiffée d'une façon élaborée - une espèce de queue de cheval remontée, avec plusieurs noeuds et tressages, faisant penser à quelque chose de rituel - Amaranthe essuie le voile de sueur sur son front. Les gants rejoignent le casque, posés sur la selle où l'empreinte de ses fesses s'amenuise doucement. La main, aux doigts courbés, tapote la porte connue ; sans une once de politesse qui serait ici inhabituelle, Amaranthe pénètre l'appartement d'Alecia, ses bottes montantes claquant sur le sol en un bruit régulier, la démarche féline et enjouée. « Hé, beauté, tu es là ? » La voix, un brin grave, un rien musicale, résonne ici. Amaranthe pose les yeux sur les bibelots d'Alecia, sur son séjour ; elle pourrait s'installer, attendre la jeune femme, mais elle reste là, près de la porte. Impatiente. Son visage même est le reflet de cette émotion qui bout en elle - c'est qu'elle est là pour inviter son amie, et pas à une petite fête du quartier.

« J'espère que tu n'as rien de prévu, ce soir. » Normalement, Alecia pourrait sortir. Il était soit trop tôt, soit trop tard pour qu'elle doive prendre son job de barmaid. Et puis, n'avait-elle pas congé ? A moins que ce ne soit la semaine prochaine ? L'asiatique fit une moue en gonflant les joues, haussa les épaules, et tira sur la chemise qu'elle portait. Qu'elle détestait cet accoutrement, cette mascarade vestimentaire, comportementale ; ces mensonges quotidiens. Mais elle se devait de maintenir sa couverture. Elle sortir quelques minutes pour prendre une sacoche, et se changea là, retirant une chemise trempée de sueur pour s'habiller d'une autre espèce de chemise, beaucoup moins féminine et à la mode : faite en lin, elle avait une coupe étrange, très médiévale. Amaranthe l'adorait, malgré ses nombreuses tâches et ses rapiécements. C'était ce qu'elle portait sous son armure, et sentir le contact ténu de son tissu était une promesse d'une traque endiablée. « On sort » qu'elle fait, amusée, en observant Alecia, en mettant les poings sur les hanches, toute fière. « Disons que j'aurai besoin de ton aide. Je sais que tu es forte et capable. Par contre, ce n'est pas le genre de gibier dont tu as l'habitude. Tu es partante ? » Rictus complice. Ama ne doutait pas un instant qu'Alecia accepterait de l'aider, non seulement par amitié mais parce qu'Ama la supposait aussi accro à l'adrénaline des chasses qu'elle-même. Elle avait besoin de décharger sa frustration - jouer les éditrices sages, devoir accepter les reproches de ses parents à chaque coup de fil, devoir supporter les remarques sur le fait qu'elle était célibataire, sans enfant ... Tout cela formait une boule nerveuse au creux de son ventre, un feu brûlant dans ses veines. Elle avait besoin de se défouler un bon coup.

« C'est un wendigo. Il va falloir aller jusqu'à la forêt, là où les os humains ont été retrouvés. Je ne doute pas que l'on ne soit pas les seules sur le sujet. Mais je compte bien aller voir quand même. Peut-être qu'il se cache dans les mines ... Par contre, ce genre de bestiole, mieux vaut ne pas la tuer. Vis à vis de la malédiction. » C'est que les wendigos étaient des créatures sournoises, sous l'emprise d'une force puissante, que l'on libérait à chaque meurtre de wendigo. Amaranthe éprouvait une pitié sans nom pour ces anthropophagses autrefois humains. Elle massa une épaule crispée et pencha la tête sur le côté. « J'ai rêvé toute la journée d'aller me défouler un bon coup en forêt. Devoir discuter autour de la machine à café avec Bob et Myriam, je te jure ... » Grognement. L'ennui la terrassait un peu plus chaque jour. Ses collègues étaient d'un fade ! Gris sur tons de gris. Sa vie, elle la préférait en rouge, dans le noir de la nuit, dans le blanc d'un soleil aveuglant, aux couleurs d'une vie loin de la morosité habituelle. Ses doigts se crispèrent et elle les délia, impatiente, la hâte de leur course diffusant en elle des émotions bouillantes. La présence d'Alecia n'y était pas pour rien : son amie était jolie, jeune, douce. Elle aimait sa présence, plus que bien d'autres gens. Leur amitié était à la fois caresse apaisante et braises ardentes. Amaranthe eut un nouveau sourire vers Alecia et l'observa doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 660
double-compte(s) : aucun.
crédits : schizophrenic (avatar), vickychou (image), proverbe nigritien (sign).
MessageSujet: Re: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   Jeu 31 Mai - 13:13


happy first (wendigo) time.
amaranthe & alecia

Alecia n'avait pas bossé de la journée et pour une fois, elle était restée chez elle. Occupée à lire, à s'épiler les jambes et a se foutre un masque à l'aloe vera sur la face, elle avait vraiment passé une journée à s'occuper d'elle. Elle s'était même fait un bain moussant. C'était rare mais bon sang que ça faisait du bien. Alecia n'était pas la reine de la féminité, malgré les deux trois robes qu'elle avait dans son armoire mais dès qu'elle le pouvait et y pensait, elle aimait bichonner la femme qu'elle était. A défaut d'aimer les autres, autant apprendre à s'aimer. Ses nattes respiraient encore l'huile de noix de coco et sa peau était onctueuse grâce au lait d'amande. Elle avait détaché le bas de ses tresses pour laisser respirer ses cheveux. Sur les longueurs, ses cheveux n'étaient pas crépus comme au niveau de son crâne, ils ondulaient. Autant être honnête, elle ne s'attendait pas à sortir ce soir, ni même voir quelqu'un débarquer. Ce n'était pas comme si, elle était la nana la plus populaire de Blackwater Falls. Elle fumait sur son microscopique balcon au deuxième, vêtue d'un top et un short. C'est ainsi qu'elle passait ses nuits et on ne peut pas dire que le vent du début de soirée, ne la rafraichissait pas.

Surprise lorsqu'elle entendit une voix qu'elle ne connaissait que trop bien. Alecia se hâta d’écraser sa cigarette dans le cendrier, avant de pénétrer dans la pièce de vie pour y découvrir Amaranthe. Tiens, tiens, qui voilà. Amaranthe, son preux chevalier qui lui avait donné un coup de main lorsqu'elle s'était retrouvée bourrée et mal accompagnée. Sérieusement, Alecia n'en était pas fière mais pour le coup, elle était ravie d'avoir rencontré une fille comme Ama. Elles étaient semblables sur beaucoup de points. Amaranthe portait sa tenue parfaite de travail, ça lui donnait un petit côté sage et sexy, ce qui fit sourire Alecia. « Salut toi. Comme tu vois, je n'ai rien de prévu. » En même temps, ce n'était pas dans cet accoutrement qu'elle risquait d'aller quelque part. Alecia fut piquée par la curiosité. Elle avança à peine quelques mètres dans son petit une pièce et attrapa un pantalon en cuir noir. Elle quitta son short de nuit pour enfiler le pantalon, au même moment où la californienne revint avec de nouveaux vêtements. Alecia comprit, Alecia était partante. « Pas le même gibier ? » Elle ne répondit pas à sa question, pas besoin, la métisse était toujours partante. Elles ne chasseraient donc pas de vampires, ce n'était pas un soucis, Alecia était presque toujours partante pour tester de nouvelles choses. C'était ce qui rapprochaient les deux jeunes femmes, leur drogue était l'adrénaline. Et dire, qu'elle avait programmé de passer sa soirée enfermée chez elle, cette idée avait été très vite oubliée. Alors tandis, qu'elle se changeait sous les yeux de son amie, cette dernière lui expliqua le programme du soir. Oh, un wendigo. En réalité, Alecia n'en avait jamais croisé de sa vie, elle connaissait peu de choses à leur sujet. Ça partait d'une histoire de cannibalisme pour se transformer en monstre dégueulasse et après ? « O.K. attends, j'y connais pas grand chose aux wendigos. Si on ne peut pas les tuer, c'est quoi le plan ? » Les wendigos n'étaient pas le genre à être méga résistants aux lames ou balles, d'ailleurs ? Alecia ne connaissait que de petites informations sur ces créatures et si elles ne pouvaient pas les exterminer, Ama avait sûrement une autre idée en tête. Alecia regroupa ses cheveux en une large tresse, avant de fermer son blouson en cuir et de fixer les protections à ses genoux et à ses coudes. Elle rigola sous les lamentations de son amie au boulot, elle pouvait la comprendre, rien ne valait une bonne chasse pour se dégourdir les pattes. « Tu m'étonnes. Moi, j'ai passé ma journée à me pomponner. J'espère que ton wendigo n'est pas allergique à la noix de coco.  » Elle régla les sangles à ses cuisses, à sa taille et sur son dos pour le port futur des armes. Alecia enfila ses bottines montantes, ses mitaines et attrapa son bagage de moto qui lui servait à stocker ses armes. Le casque sous l'autre bras, les deux femmes quittèrent l'appartement pour rejoindre leurs motos respectives. Si ce n'était pas le pied de partager la même passion pour les bécanes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : nope.
crédits : (c) anesidora
MessageSujet: Re: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   Jeu 31 Mai - 13:44

Alecia fleurait bon la coco et l'amande. Amaranthe apprécia ces effluves doux, très organiques. Elle-même préférait les senteurs fleuries, que ce soit pour son parfum ou ses produits de beauté. Elle ne jurait que par le jasmin, le lotus, l'iris, l'orchidée. Même si, en ce moment même, elle sentait plutôt la sueur et le métal chaud. Comme son amie n'avait rien de prévu, Ama embraya rapidement. Elle aurait presque pu se sentir coupable que d'interrompre la soirée tranquille d'Alecia. Mais elle ne mentait pas : attraper un Wendigo était complexe, surtout si elle était seule. Elle se serait bien tournée vers les autres chasseurs de la ville, mais même si elle adorait Dylan, elle ne voulait pas se sentir redevable envers eux. Complexes émotions qui tiraillaient l'âme. Elle préférait nettement demander un coup de main à Alecia. Elle avait confiance en elle - elles se ressemblaient tellement que cela en était parfois effrayant.

Ama n'avait pas voulu noyer la demoiselle sous un flot d'informations, mais à ne chasser que des vampires, sa connaissance sur les Wendigos était pauvre. Amaranthe la regarda s'équiper, et rassembla toutes les informations qu'elle avait. Elle puisait dans ses souvenirs, car l'unique chasse au Wendigo qu'elle avait faite remontait à longtemps, dix ans environs, dix longues années, à une époque où la famille et le clan l'entouraient encore. Elle balaya la nostalgique qui faisait vaciller son coeur et énuméra les points et les explications. « Le Wendigo est un humain poussé pour une quelconque raison à ingérer de la chair humaine. Si la malédiction est là, il se transforme petit à petit en monstre. Or, cette malédiction a tendance à s'affaiblir, comme si elle vieillissait. Mais si un wendigo est tué, elle reprend de la puissance, pouvant pousser de nouveaux humains à consommer de la viande humaine, afin de les transformer. D'où notre traque, ce soir : pas de tuerie, mais un joli petit piège pour l'attraper. Je pense savoir quoi en faire, après. » Le remettre aux autorités chasseuses de l'endroit semblait une bonne idée. Elle-même ne pouvait s'occuper de construire, d'acheter ou de trouver un endroit où enfermer la bête. Elle se contenterait de l'attraper. Alors qu'elles s'avançaient vers leurs bécanes, Ama vérifiant que tout était prêt et qu'elle pourrait attacher rapidement armure et arme une fois sur les lieux, elle donna un dernier avertissement à son amie, alors qu'elles s'apprêtaient à enfourcher leurs montures métalliques, casques à la main.

« Ils sont rapides et très intelligents. Ils n'ont pas de vue à proprement parler mais sont capables de détecter les mouvements, à la manière d'un sonar ou d'un radar. Elles sont également capables d'imiter des voix, il nous faudra donc rester totalement ensemble. Il aurait peut-être été plus facile de chercher en plein jour, vu qu'elles cherchent l'obscurité et dorment. Mais si ce soir nous n'arrivons pas à la capturer, on pourra peut-être au moins la suivre, voir où elle vit. » Elles démarrèrent rapidement, et la course jusqu'à la forêt se révéla trop courte au goût de la chasseuse. Elles s'arrêtèrent sur un sentier en bordure de forêt. Tout en sortant l'armure à la fois souple et résistante aux motifs japonais, elle se tourna vers Alecia, tout en attachant son matériel. « On reste ensemble, quoi qu'il arrive. On va devoir se déplacer sans lampes, afin de ne pas jouer le rôle d'appât, même si il pourra détecter nos mouvements. De toute façon, la lune brille pas mal. Leur peau est impénétrable, mais les yeux ou la bouche sont sensibles. Ils ne sont pas plus forts qu'un homme, malgré leur grande rapidité. J'ai remarqué des pièges à ours, des fosses ou des traquenards de chasseurs. Si on arrive à l'y faire tomber, on pourra le capturer. » Ama voyait mille failles dans son plan. Peut-être se montrait-elle trop impatiente. Tout en finissant d'attacher ses épaulières en métal, elle attrapa son sabre et ses diverses armes blanches et les attacha à sa ceinture. Elle ressemblait un peu à un samouraï. « Tout ira bien. On va attraper ce fils de chien, et on va l'attraper. » Ama se demanda si Alecia craignait cette chasse. Elle se dit que non ; la demoiselle était brave, et même si elle n'avait l'habitude que des vampires, sûrement était-elle curieuse de voir autre chose. Ama sourit à son amie, le sabre au clair à la main.

La forêt avait une odeur humide, mais le sous-bois était exempt de vent. Il y régnait une obscurité percée par la lune haute dans le ciel sans nuage ; feuilles pourries, terre retournée et odeurs bestiales formaient l'ambiance lugubre et forestière. Chasseuses qu'elles étaient, leurs pas étaient félins, harmonieux et silencieux. La présence d'Alecia avait quelque chose de rassurant. Ama communiquait par geste de sa main gantée ; son armure métallique était conçue avec de la soie pour ne pas cliqueter comme des casseroles. Elles n'avaient plus qu'à marcher jusqu'au fond de la forêt et tomber sur le Wendigo. Ama indiqua qu'à trois kilomètres sur la droite se trouvaient deux fosses, et qu'une fois attiré, elles devraient mener le wendigo là-bas. L'esprit de la chasse lui faisait palpiter le coeur ; ses narines frémissaient à la recherche d'une odeur étrange, et ses yeux écarquillés observaient avec l'attention toute prédatrice de celle qui cherche sa proie. Ce wendigo n'allait pas leur échapper.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 660
double-compte(s) : aucun.
crédits : schizophrenic (avatar), vickychou (image), proverbe nigritien (sign).
MessageSujet: Re: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   Jeu 31 Mai - 15:45


happy first (wendigo) time.
amaranthe & alecia

Alecia avait écouté attentivement ses explications. Si encore, certaines créatures pouvaient un minimum faire fantasmer les âmes innocentes, le wendigo en revanche, n'avait rien d'attirant. Le cannibalisme lui rappelait les stéréotypes que la plupart des gens collait à la religion vaudou. Des sacrifices humains à Haïti, terre de ses ancêtres, Alecia n'avait jamais été demandée à sa mère s'il y avait une part de vérité là-dedans. Comme l'histoire du drogué qui avait bouffé le visage d'un sans-abri en Floride, il y a six ans, apparemment victime d'un sort vaudou. Ça n'avait pas de sens et la louisianaise était gonflé d'entendre toujours la même chose sur sa culture. Alors bon si certains choppaient le kuru après avoir ingéré de la viande humaine, d'autres devenaient un wendigo. Chacun son truc, à voir qui était le plus chanceux dans l'histoire. Puis il y avait cette histoire de malédiction chez les wendigos, forcément sans, ça aurait été tellement plus facile. Alecia hocha la tête en signe d’appréhension. Il ne fallait pas tuer la bête mais l’attraper.

Dis comme ça, ça avait l'air fastoche sur le coup. Sauf qu'en Amaranthe continua à raconter ce qu'elle savait sur ces bestioles là. Rapides, intelligentes, aveugles mais réceptives des mouvements, ça leur donnait pas mal d'atouts à ces choses-là. Sans oublier, qu'elles pouvaient imiter les voix. Elle comprenait mieux pourquoi Ama et elle devaient rester ensemble, sinon c'était une très bonne façon de se faire niquer par un wendigo. Les deux jeunes femmes démarrèrent et partir en direction de la direction de la forêt. Les sentiments d'Alecia était mélangés, elle avait hâte, dans un sens, de découvrir une nouvelle créature et d'emprisonner un fléau pour les humains, mais pour le coup la description d'Ama l'enchantait moins.

Elles se garèrent sur un petit chemin au bord des bois sombres, heureusement que la lune était là. Alecia descendit de sa bécane et se débarrassa de son casque pour s'armer comme le faisait Ama. Elle glissa plusieurs couteaux sur ses cuisses et deux machettes dans les sangles contre son dos. Alecia arqua un sourcil pendant les nouvelles explications de l'américaine à la beauté asiatique. « Putain et dire que c'était un humain à la base... Ils sont plutôt bien équipés. » Si en plus le wendigo était insensible aux armes, elles se tenaient de devoir bien viser les yeux et la bouche ou d'improviser. Jouer à l'appât n'était pas quelque chose de nouveau pour Alecia, elle l'avait déjà fait un paquet de fois à l'époque avec ses coéquipiers de chasse et ça l'avait toujours saoulé d'être la proie pour attirer un vampire. « J'espère qu'il ne sait pas grimper aux arbres cet enfoiré. » Ouais Alecia était déjà en train de s'imaginer la scène qui tournait au fiasco et les deux femmes qui devaient grimper aux arbres... C'était dans un sens plutôt drôle et Alecia eut un petit rire. Elle se ressaisit aux paroles de son amie et elle la détailla, dans son armure de samouraï. Elle savait que ses origines étaient japonaises et elle ne pouvait qu'admirer sa tenue. Elle ne connaissait pas cette culture mais ne dirait pas non pour apprendre davantage sur le pays de soleil levant. La lune se reflétait sur le métal et donnait à Ama un côté mystique. Avant d'abandonner leurs motos, la métisse sortit un cordage qu'elle passa autour de son corps, à défaut de porter un sac à main. Chasser avec un sac à main, ça aurait été du jamais vu. Au moins, elles auraient de quoi saucissonner le wendigo.  

Enfin, elles entrèrent dans la forêt. Alecia marcha aux côtés d'Ama en repoussant les branches sur leurs passages. C'était une chance d'avoir la lune de leur côté, ça permettait de voir où elles avançaient. Ama avait son sabre à la main et Alecia ne portait rien. La peau des wendigos était impénétrable et s'ils n'étaient pas plus forts qu'un humain, elle comptait essayer de le neutraliser à mains nues. Elle avait suivi les détails de la samouraï avec attention. C'était un moment unique pour elle de refaire équipe avec quelqu'un, après des mois à se débrouiller seule. Ça lui faisait du bien de savoir qu'elle n'était pas toute seule face aux dangers de la nature. L'excitation chatouillait l'épiderme d'Alecia et lorsqu'elle vit enfin la bête, elle se stoppa net. Elle bloqua l'avancée de son amie avec son bras en travers de l'armure. Le wendigo n'était seulement qu'à quelques mètres et il levait la tête en l'air, forcément il avait dû les sentirs. « C'est vraiment laid sérieux... » Chuchota Alecia à Amaranthe. Elle avait pour habitude de foncer sur le tas, de se jeter dans la gueule du loup. Elle allait être l’appât ce soir. « Je vais l'attirer jusqu'à la fosse. Couvre-moi s'tu veux. » Alecia était comme ça, des fois elle n'en faisait qu'à sa tête et n'avait jamais froid aux yeux. Elle était douée pour créer son propre plan à la dernière minute, ou plutôt d'improviser sur le moment. Elle n'avait pas peur de se brûler les ailes. Du moins, jusqu'au moment où le danger était si prêt qu'elle sentait son souffle sur son visage.

Elle se lança vers l'avant, vers l'antre du wendigo. « Hey, toi le moche ! » cria-t-elle. Immédiatement, il renifla et regardait en sa direction. Son cœur commença à s'accélérer, la chair de poule apparut sous son blouson. Elle était dans le bon mood et c'était ce qu'il fallait. La créature dégueulasse, soyons honnête, on était loin de Brad Pitt là, avança doucement dans la direction de la jeune femme. C'est le moment de bouger ton cul Alecia. « Viens m’attraper... » Même pas eu le temps de finir correctement sa phrase qu'elle s'était déjà élancée à travers la forêt, le wendigo à ses talons. Il grognait derrière elle, c'était assez terrifiant comme bruit mais Alecia ne chercha pas à se faire déstabiliser. Ça courait peut-être vite, mais Alecia en avait dans les tripes et elle voulait profiter des secondes d'avance qu'elle avait sur lui. Au pire, elle grimperait dans un arbre. C'était elle l'ex-gymnaste, pas cette créature. Les arbres étaient comme des barres asymétriques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 126
double-compte(s) : nope.
crédits : (c) anesidora
MessageSujet: Re: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   Jeu 31 Mai - 17:53

Amaranthe essayait de retrouver tous les souvenirs de cette si vieille chasse. Son père avait mené la battue, dans des forêts qu'elle ne connaissait pas. Avait-il donné un coup de main, ou l'avait-on demandé expréssément ? En tout cas, l'asiatique se remémorait les heures nocturnes de traque, avec son oncle et son père près d'elle, et d'autres membres de son clan disséminés sous les arbres. Cela avait été long, certains avaient été blessés, mais les griffures d Wendigos ne mènent pas à une transformation, les Dieux en soient remerciés. C'était son père, qui avait finalement attaché la bête avec une longue corde épaisse, et des chaînes - comme les mêmes maillons qu'elle trimballait d'ailleurs, enroulés dans de la soie, dans un sac à sa hanche, près de son katana. Elle voulait faire la même chose. Faire tomber la bête dans la fosse, l'assommer ou quelque chose du genre, s'arranger pour l'attacher sans se faire bouffer. En fait, ne pas le tuer allait être difficile - Amaranthe savait que la finalité de ses chasses terminaient en meurtre. Elle se jugeait assez forte pour ne pas donner le coup de grâce en conséquence, mais si Alecia ou elle-même étaient en danger de mort, le Wendigo serait tué. Elle n'allait pas les mettre en danger. Elle ferait attention.

La jeune femme eut un sourire aux paroles de son amie. Elle n'en savait rien et elle en doutait. Elle se contenta de dire qu'elle ne savait pas et qu'elle espérait qu'il était manchot ou cul-de-jatte. Elle aurait apprécié plaisanter avec elle le long du chemin, mais difficile de parler sans se faire repérer. Ce fut dans le silence qu'elles avancèrent jusqu'aux mines, ou du moins des grottes d'où le Wendigo sortait ; il s'immobilisa, inspirant afin de les trouver, car leurs effluves devaient être anormales dans l'air de la forêt. Aucune bête dans les alentours, ni moustiques ni prédateurs en chasse. Rien qu'eux trois. « Il ne gagnera pas un prix de beauté, mais il a de la vitesse dans les jambes, le saligaud» répliqua t-elle, les yeux fixés sur l'anatomie ignoble du Wendigo. Elle ne s'était pas souvenu que c'était aussi repoussant, mais quand bien même. Les paroles de son amie firent froid dans le dos à Ama. Mais elles étaient là pour ça - et Alecia était forte. Craignant pour la vie de son amie mais refusant de la rabaisser, elle hocha la tête. Alecia pouvait le faire, et elle la couvrir. Alors que l'ancien humain tournait toute son attention vers Alecia et qu'ils démarraient leur course effrénée, Amaranthe se saisit de ses étoiles de jet, et courut derrière eux, à une certaine distance, lançant parfois des couteaux ou des shurikens pour ralentir la bête. Ce devint cependant de plus en plus difficile - le wendigo ne cessait de se mouvoir, ayant compris qu'on le poursuivait. Peut-être était-il uniquement concentré sur Alecia, car il aurait pu se retourner et essayer de combattre Ama. Néanmoins, cela aurait donné du champs libre à l'autre jeune femme.

Trois kilomètres très longs plus loin, Alecia sembla parvenir à la fosse. Ama s'approcha alors du Wendigo et à coups de sabre, bien que cela ne lui fit pas mal, le repoussa dans la fosse. La forêt ici était plus clairsemée, et on y voyait mieux. Ce n'était pas forcément un avantage ici, du moins esthétiquement, la créature dévoilant toute son hideuse stature. Il sembla sur le point de tomber en arrière, dévoilant le tapis de feuilles fines, le réseau d'osier, la trappe dessous, mais Amaranthe vit l'étincelle cruelle et rusée s'allumer dans ce qui étaient des yeux autrefois. Il bondit sur le côté, échappant à leur plan, et disparut un instant plus tard dans la forêt. Mais Ama pouvait encore le sentir tout proche. « Bordel. » Tout en s'approchant d'Alecia, essouflée et les muscles douloureux sous son armure, elle enchaîna un chapelet de jurons japonais. « Il avait deviné ce qu'on voulait faire. Bordel, pourquoi ils sont aussi rusés ? Je-» Dans la forêt toute proche survint une voix. La sienne, de toute évidence, qui appelait à l'aide. Ama crispa le visage ; si elles avaient été séparés ... Peut-être le voulait-il, ce salaud. Elle avait entouré son avant-bras couvert de son armure par la chaîne et se tourna vers Alecia. « Voilà ce qu'il peut faire. Disparaître comme ça, imiter ma voix ou la tienne. On ne se sépare pour rien au monde. » Ses yeux demandaient si elle allait bien, si Alecia n'avait rien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 660
double-compte(s) : aucun.
crédits : schizophrenic (avatar), vickychou (image), proverbe nigritien (sign).
MessageSujet: Re: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   Mar 5 Juin - 22:55


happy first (wendigo) time.
amaranthe & alecia

Alecia courait, Alecia galopait entre la flore canadienne. Elle remerciait la lune d'être suffisamment claire pour voir où elle mettait les pieds. Son coeur battait à la chamade, à cause de la vitesse, à cause du danger que représentait la bête derrière elle. Le wendigo lui collait toujours aux baskets. Elle descendit la fermeture éclair de son blouson, morte de chaud. Lorsqu'elle osa jeter un coup d'oeil derrière elle, le wendigo sembla avoir rattraper son retard. Il essaya d'attraper la large natte avec sa main -qui ne ressemblait plus à une main- mais la rata au dernier moment. Au final, il lui griffa le dos. Pas assez pour transpercer le cuir et sa peau, mais assez pour laisser une trace sur le manteau. Alecia, quant elle le verra, fera un scandale. Tout juste déstabilisée, la jeune femme accéléra ses foulées. Ça lui rappelait sa jeunesse, lorsqu'elle était en primaire et foutait la pâtée à certains garçons en endurance. Mais ce qu'elle préférait, c'était le saut à la haie. Amaranthe n'était pas si loin de ça, elle essayait de lui donner de l'avance, en poussant la bête dans la bonne direction. Ils étaient en effet plus très loin de la fosse et Alecia s'en sentie soulagée. Encore un dernier sprint et l'affaire sera bouclée.

Sauf que tout ne se passa pas comme prévu.

Alecia ne pouvait pas voir, mais elle n'entendit pas le wendigo tomber dans la fosse. Elle entendit un grognement différent, se rapprochant d'un rire humain. Quand, elle s'arrêta, la bête avait disparut et Ama jurait en japonais. La métisse, se pencha en avant, récupérant son souffle. Quand elle entendit la voix d'Amaranthe à travers les chênes et les sapins, elle se figea. C'était stupéfiant, comme ce monstre pouvait aussi bien imiter la voix de son amie. Elle se redressa enfin, retrouvant le calme dans son corps. « Putain, c'est une blague ? » Effectivement, elle ne comptait pas quitter la japonaise, elles devaient absolument rester ensemble. « T'es sûre que tu ne veux pas le tuer ? Il se fout vraiment de notre gueule. » Malédiction ou pas malédiction, le wendigo savait maintenant où se trouvait le piège et rusé comme il était, il n'était pas prêt d'y retourner. Alecia posa ses mains sur ses hanches, en regardant par où était parti la bête. « Il n'a pas de phobies ? » Il avait forcément une faille. Alecia, elle-même, était claustrophobe à cause de Katrina qui avait sévi à la Nouvelle-Orléans, des années plus tôt. Cette bestiole avait forcément peur d'un truc, parce que sinon, ça lui faisait beaucoup trop d'atouts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: happy first wendigo beauty ➼ ALECIA   

Revenir en haut Aller en bas
 

happy first wendigo beauty ➼ ALECIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Daphné est arrivée !!! ( Ellowyne WO2 / Get happy outfit )
» HAPPY BIRTHDAY THIERRY
» Happy Birthday Mandy'
» Happy Birthday DIDIER!!
» HAPPY BIRTHDAY SERGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest-