AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 This kitchen is way too small (Rilasmo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Jeu 28 Juil - 10:26


4h du matin... On pourrait croire qu'avec mon aisance à l'oral et à me la péter ou encore à faire chier les gens de manière général, je dormais comme un petit loir tout duveteux. Détrompez-vous. Je gère deux affaires, mes pactes, mes informations et les informateurs. Y a de quoi être stressé... Cela faisant déjà quelques heures que j'errais dans la grande bâtisse comme une âme en peine. J'avais fini par échouer dans la cuisine pour combler mon ennui soit avec une bière soit avec de la glace tout en me disant que c'était parfaitement inutile mais que d'un coté la glace c'est vachement bon.
Là où j'habite, c'est grand. C'est pas le plus grand trucs de l'univers mais ça se défend pas mal. J'ai 7 chambres, autant de salle de bain, une grosse cuisine, des bureaux. Bref, vous avez compris l'idée. Le truc d'une maison si grande, c'est que c'est vide. Du coup, j'ai eu la très très bonne idée de louer une des chambres avec salles de bain à quelqu'un. Ce quelqu'un s'appelle Riley et si vous trouvez que Severus Rogue est quelqu'un de mauvaise humeur.... Attendez de voir Riley. Alors... Riley, pour faire court... Elle est... Disons... On va commencer par mettre en avant le fait qu'elle met de l'animation mais parfois, elle part aussi un peu en vrille. Ça rendait certaines situations particulièrement cocasses, surtout quand on connaissait mon penchant pour titiller les gens là où ça embête.
En descendant et surtout en passant devant la chambre de Riley, j'avais bien tendu l'oreille et fait attention à ne pas émettre le moindre bruit. J'étais dans un de ces moments de mélancolie où tout déprimé qui se respectait un peu finissait la soirée avec une glace et un film du genre le journal de Bridget Jones. Je n'avais pas spécialement envie de me prendre la tête.

Alors que j'ouvrai mon congélateur pour y prendre un pot de glace vanille caramel, j'entendis du bruit dans le fond de la maison, une porte qui s'ouvre puis se referme, des bruits de pas étouffés par des pantoufles. L'espace d'un instant, je me suis demandé si j'avais ouvert la porte  trop fort. Je levai les sourcils à ma propre bêtise et secoua la tête. Non mais ça va pas la tête, c'est encore ma maison... Je me dirigeai vers le tiroir à couverts et en retirait une très  -trop- longue cuillère. J'allais poser tout ça sur l'îlot centrale et ouvrit la glace avant d'entamer ça tranquillement.
Une fois que les pas arrivèrent dans mon dos, je dis tranquillement sans lever mon nez de la glace.

-Tiens, j'vois que je suis pas le seul à pas dormir... Glace?

Je lui montrai le pot avant de repiquer dedans à la cuillère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Lun 29 Aoû - 15:27

Riley se réveilla en sursaut, cherchant l’air comme si elle venait de se sortir la tête de l’eau. Inspirant profondément, elle parcourut la pièce sombre du regard, comme à la recherche de quelque chose qui n’était pas là – et au bout de quelques secondes, elle expira, réalisant qu’elle était bien seule. Bien sûr qu’elle était seule. Frottant ses yeux brûlant, elle se redressa dans son lit, tentant de calmer les battements frénétiques de son coeur. Des cauchemars, encore des cauchemars, toujours des cauchemars. Elle en avait plus qu’assez, de ne jamais pouvoir dormir tranquillement, et de se reposer. Elle était terriblement épuisée depuis quelques temps à cause de tous ces cauchemars qui la réveillaient en pleine nuit et l’empêchait d’ensuite fermer l’oeil – et cette fatigue la rendait extrêmement irritable, enfin, plus que d’habitude. Riley n’avait qu’une seule et unique envie – pouvoir dormir doucement, ne pas rêver du tout, et se réveiller un bon matin avec le soleil, sentant son corps et son esprit tranquille. Mais clairement, c’était trop demandé, car voilà quelques temps que cette fantaisie ne restait qu’une fantaisie. Ça avait empiré depuis ce qui s’était passé dans le magasin, avec TJ, elle l’avait bien remarqué. L’apparition de ce fantôme n’avait absolument rien donné de bon, malgré ses avertissements. Elle les avait écouté, jusque là – elle n’avait pas rouvert le document qui contenait les informations sur la mort de sa mère. Une partie d’elle n’avait pas envie de considéré les avertissements de l’apparition, trop curieuse d’en apprendre plus, trop avide de comprendre – mais elle ne pouvait pas oublier la colère et le désespoir dans la voix, encore moins les regards que TJ lui avait lancés ce soir-là. Elle avait besoin de faire du ménage dans sa tête – mais elle ne savait pas du tout par où commencer, et c’était bien ça le pire.

Soupirant, Riley sortit de son lit, s’étirant les bras. Le plancher était froid sous ses pieds nus, mais elle n’en avait rien à faire. Il fallait qu’elle ait prendre un peu d’air – essayer de se rendormir était inutile, elle le savait bien. Ouvrant la porte de la pièce, elle se dirigea d’un air un peu vague vers la cuisine, incapable de chasser les monstres de ses cauchemars de sa tête. La maison était silencieuse – son colocataire était probablement plongé dans le sommeil, à cette heure. Ça n’enchantait pas Riley de devoir partager son espace avec quelqu’un – mais elle avait rapidement eu besoin d’un endroit où vivre et cet endroit s’était démarqué. Car malgré le fait que c’était la maison de quelqu’un d’autre, elle était immense et souvent Riley et Asmodée arrivaient à ne jamais se croiser. Bien sûr, ils devaient tout de même cohabiter, ce qui n’était pas toujours facile avec leurs caractères respectifs, mais depuis que Riley était là elle n’avait jamais particulièrement eu l’envie de repartir. C’était bon signe, sans nul doute. Ses pantoufles glissant contre le plancher de la maison, elle arriva finalement vers la cuisine et constata que la lumière était allumée – visiblement elle n’était pas la seule à faire de l’insomnie. Hésitante, Riley failli presque repartir vers sa chambre, peu tentée à l’idée de discuter – mais elle continua finalement son chemin. Peut-être qu’un peu de compagnie lui ferait du bien. Peut-être que ça lui changerait les idées, au moins, de voir Asmodée et d’entendre ses histoires. Car malgré tout, Riley l’appréciait bien. Et ça, ce n’était pas peu dire.

Elle entra donc dans la cuisine et vit son colocataire perché sur une chaise en train de manger de la glace. À quatre heures du matin, c’était une drôle d’idée. Le spectacle la fit arquer d’un sourcil, alors qu’elle s’approcha de lui et le contourna pour lui faire face. « Tiens, j’vois que je suis pas le seul à pas dormir… Glace ? » Riley l’observa un instant, mi-amusée et mi-exaspérée. « Original, comme snack de minuit. Ça fait changement du cliché du verre de lait et du morceau de gâteau » répondit-elle du tac-au-tac. Mais tout de même, sans un mot, elle alla se chercher une cuillière dans le tiroir, se hissa sur le comptoir et piqua sa cuillère dans le pot. « Alors, t’es là parce que tu peux pas dormir ou parce que tu viens de rentrer après avoir fait la poudre d’escampette avec une fille dont tu te souviens pas le nom ? » demanda Riley avec une petite pointe d’espièglerie. Elle aimait bien le taquiner sur le fait qu’il était propriétaire d’un nightclub, et que inévitablement ça faisait de lui un mafieux et un salopard – ce qui n’était pas nécessairement vrai, mais elle aimait bien le prétendre, jusque pour l’agacer un peu.

Spoiler:
 

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Mer 31 Aoû - 8:28

Riley avait sans doute fait un cauchemar. Elle ne m’en parlait pas vraiment mais comme il m’arrivait régulièrement de vagabonder dans la maison à des heures indues, je l’avais entendu une ou de fois crier ou bouger dans sa chambre. J’imaginais sans peine que ces cauchemars étaient récurrents. Pourquoi ne le seraient-ils pas? On était à Blackwater Falls, en soit, ça filait déjà des mauvais rêves. Je n’étais pas persuadé d’avoir raison mais il y avait quand même peu de vraies raisons qui vous faisaient levés à 4h du matin pour venir errer jusque dans la cuisine. Je souris à sa réponse et haussa les épaules.

-Oh, le lait et les gâteaux, c’est trop mainstream pour moi.



En attendant, Riley la grincheuse prenait une cuillère et vint se poser avec moi pour manger de la glace, comme deux cons, à 4 heures du matin. Je lui souris et considéra un moment sa question. Je connaissais les capacité de ma colocataire et aussi sa gentillesse naturelle, aussi j’hésitai beaucoup à lui en parler. Finalement, je penchai la tête et soupirai.

-Premièrement, et je tiens à ce que ça soit très clair, je me souviens du nom de toute mes conquêtes, d’autant plus celles que je fuis, ça permet de courir quand on entend leur nom. Et ensuite…. Je ne peux pas dormir.

Le fait était que je m’étais encore épris d’une demoiselle avec qui rien de satisfaisant ne se passerait jamais. C’était une vieille habitude chez moi. Eternel célibataire et éternel andouille qui se retrouvait dans la situation du triangle amoureux, je m’étais entichée de la belle Elinor qui, bien qu’il nous soit arrivé de coucher ensemble, n’avait qu’un attachement tout relatif à ma personne. Après Alrune qui n’avait d’yeux que pour Bélial, j’avais comme la sensation d’avoir un petit problème psychologique. Je suis sûre que si j’avais l’envie de me faire psychanalyser - et c’était pas le cas - les spécialistes auraient eut fort à dire sur ma capacité chronique à m’éprendre de personnes qui ne m’aimeraient jamais comme je les aimais.

-Enfin! Le boulot, tout ça. C’est un peu le bordel.

Je la détaillai tranquillement. Je ne relevais pas plus que ça les sarcasmes de Riley, nous avions l’habitude de nous taquiner et je savais que ça déraperait dans pas longtemps. Ca dérapait toujours et ça n’était pas forcément désagréable car je n’avais pas la sensation qu’aucun de nous n’en tenait rigueur à l’autre. Je repiquais de la glace dans le pot et m’empressait de l’enfourner. Brain freeze. Je grimaçai un peu et secouai la tête.

-Wouah. Ca reveille… Bon et toi, alors? Cauchemars?

Je regardai devant moi avant de la regarder et de lui sourire.

-J’ai fait le tour de la maison 2 fois, tellement j’ai hâte d’aller me coucher et y avait pas un bruit dans la maison… Donc…


Je me levais du siège pour réajuster ma veste puis me rassit. Cette nuit allait peut-être finir par une grosse engueulade avec la jeune humaine et très honnêtement, j’étais assez sûr que ça serait salvateur pour mon envie de dormir.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Lun 12 Sep - 21:06

La réponse d’Asmodée lui arracha un sourire – il était bien une des rares personnes à y parvenir. C’est vrai qu’elle n’était pas particulièrement avenante dans la vie, Riley, mais c’était juste qu’elle détestait sourire pour rien. Voilà longtemps qu’elle avait cessé de consacrer de l’énergie à ce qui n’en valait pas la peine à ses yeux. Elle n’avait aucune envie de sourire à tout bout de champ juste pour rassurer les gens ou pour leur faire plaisir – elle souriait quand ça lui venait, et c’était tout. Et Asmodée parvenait toujours à trouver un moyen de faire courber ses lèvres – peut-être que c’était dans son attitude, ou juste par le fait qu’il était assez extérieur à sa vie pour qu’elle puisse se distancer de tout le reste quand elle était avec lui. Il était tellement différent de tout ce qu’elle connaissait que ça lui faisait du bien d’être en sa compagnie – une bouffée d’air frais, en quelque sorte, où elle pouvait bien agir comme elle en avait envie. Pas de regards indiscrets, pas de jugements hâtifs, juste un colocataire un peu particulier qui parvenait à la faire rire même quand elle n’était pas particulièrement d’humeur. Juste pour ça Riley lui était grandement redevable. Mais bon, sa gratitude ou le fait qu’Asmodée l’amusait ne changeait rien au fait qu’elle devait être gentille avec lui – elle était juste elle-même, et ça lui faisait un grand bien.

« Premièrement, et je tiens à ce que ça soit très clair, je me souviens du nom de toutes mes conquêtes, d’autant plus celles que je fuis, ça permet de courir quand on entend leur nom. » Riley arqua un sourcil, masquant son sourire derrière une bouchée de crème glacée. Pas fou du tout, comme stratégie. « Et ensuite… Je ne peux pas dormir. Enfin ! Le boulot, tout ça. C’est un peu le bordel. » Elle acquiesça doucement, observant d’un air vague la cuillère qu’elle tenait, et qui lui rendait un reflet tordu d’elle-même. Ça, elle pouvait bien comprendre – le sommeil ne semblait pas venir facilement à n’importe qui habitant Blackwater Falls. Cette ville était maudite, il n’y avait aucune autre explication. Mais tout de même, elle était curieuse de savoir pourquoi son colocataire n’arrivait pas à fermer l’oeil – elle se doutait bien que ce n’était pas juste ‘le boulot’ qui l’en empêchait – quoiqu’elle n’oserait jamais lui demander. Ce n’était pas de ses affaires, de toute manière. Elle laisserait Asmodée parler s’il en avait envie – mais juste s’il en avait envie. « Wouah. Ça réveille… » Riley sourit doucement alors qu’Asmodée sembla pris avec un brain freeze. « Bon et toi, alors  ? Cauchemars ? » Les yeux de Riley se relevèrent vers lui comme si elle venait de se faire piquer par un moustique. Elle allait lui demander comment il pouvait bien savoir – mais Asmodée la devança, lui souriant d’un air qui troubla légèrement la jeune Mayfair. « J’ai fait le tour de la maison deux fois, tellement j’ai hâte d’aller me coucher et y avait pas un bruit dans la maison… Donc… » Riley reposa sa cuillère – si ça avait été dans ses habitudes elle aurait sans doute rougi. « J’étais juste… enfin, c’était… » Elle déposa la cuillère sur le comptoir, se refermant comme une huitre. « C’est rien de grave. C’pas important. C’est rien que des cauchemars stupides. » Elle n’avait que très peu envie de parler de ses cauchemars à Asmodée – ou à quiconque, d’ailleurs. Ils n’avaient rien de stupide mais elle n’allait certainement pas avouer ça. Riley avait toujours tout affronté toute seule. Elle se racla la gorge, mal à l’aise. C’était un terrain glissant pour elle – un endroit où la glace était trop fine pour s’y risquer. Elle espérait qu’Asmodée n’insiste pas – mais elle se doutait bien qu’il le ferait tout de même. « Qu’est-ce qui se passe à ton boulot, alors ? Qui t’empêche de dormir ? »  demanda-t’elle, voulant à tout prix changer de sujet.

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Mar 18 Oct - 9:10

Riley est un genre de mystère pour moi. Je pourrais faire des recherches et j’en ai fait un certain nombre avant d’accepter de la prendre chez moi mais j’ai simplement suivi mes critères, je n’ai pas balayer large. Quelque part, ça me fait aussi du bien d’avoir une personne que je découvre au fur et à mesure, sans violer son intimité comme je suis capable de le faire pour beaucoup de gens. On pourrait croire que c’est de la curiosité maladive mais à ma place, à l’endroit où je me trouve et vu ce que je fais, j’ai intérêt à être un minimum paranoïaque. Riley n’avait jamais essayé d’être avenante, trop gentille ou même intéressée plus que ça dans quelque aspects de mon existence, même si je pouvais me tromper j’étais parfaitement convaincu que la jeune femme n’était pas prête de me vouloir du mal ou même de refiler de l’information à qui que ce soit pouvant m’attirer des ennuis, elle s’en foutait beaucoup trop. La cohabitation avec Riley, si elle avait été houleuse les premiers temps, avait trouvé un équilibre certain. On s’appréciait. On riait ensemble parfois. Cette jeune fille avait le rire difficile. J’étais impressionné par la dureté dans son regard et je ne peux pas caché que j’y trouvais un mystère que je voulais percer. Ben quoi, c’est quand même un truc qui me botte les mystères. Cela étant dit, je commençais à connaitre Riley et savais donc que j’avais tout intérêts à la laisser me parler et à ne pas fouiner partout pour découvrir tout seul. Pour preuve : je n’avais mis le nez dans sa chambre qu’une seule fois, pour faire changer la tuyauterie de la salle de bain. Un comportement exemplaire. Si je me réveille un jour avec des ailes à plumes et blanches par dessus le marché, merci d’appeler Dieu pour lui claquer la bise parce qu’il aura enfin compris un truc dans le bon sens.

Je la regardai se troubler, bafouiller. Rien que des cauchemars stupide, hein…? Ca n’avait pas l’air d’être des cauchemars stupides et ça se voyait bien. Elle n’aurait pas été aussi proche de rougir si ça n’avait été que ce genre de cauchemar débile où on se réveillait en se demandant pourquoi on avait tant flippé. Non, là, c’était clairement autre chose. Totalement différent, je le voyais bien et même si elle tentait de me faire changer de sujet, j’avais l’intention de comprendre un peu ce qu’il se passait dans ce joli petit crâne. En plus de ça, j’étais convaincu que ça ne lui ferait pas de mal de lâcher un peu de leste et de se laisser aller à parler à quelqu’un même si on finissait tout les deux à se balancer la moitié des meubles de la maison dans la tête. Ca n’était pas la première fois. Je laissais mes questions au placard pour l’instant pour répondre à ses questions. Si j’arrivais à faire marcher ça, donnant, donnant, alors peut être que j’obtiendrais un peu de laisser aller de la part de la jeune femme. Je soupirai et fermai un peu les yeux. C’était compliqué. Ca n’était pas que le boulot, c’était le départ de Tobias, c’était Elinor, c’était Alrune ou ce que je soupçonnai être Alrune… Bordel. J’aurais dû opter pour une vie simple, un truc de démon classique. Tuer, manger, dormir, tuer, finir en enfer, être invoqué, dormir, manger en étant invoqué… Et pourtant, j’avais choisi une autre voie et elle était compliqué et monstrueusement solitaire et douloureuse.

-Hmmm… Difficile à dire. Il se passe beaucoup de choses. Un très bon ami vient de partir, un très très vieil ami. On se connait depuis, pouf… Au moins 8 siècles.

Je pouffai de rire. En réalité, mon coeur se serrait un peu. Tobias n’est pas mort, Tobias était parti et c’est peut-être encore pire. Tobias s’en était allé de son propre chef. J’avais à peine reçu un texto, à peine pu lui dire tout ce qu’il se passait. Moi, bonne poire, j’ai pas insisté, j’ai rien dit. Je n’étais pas forcément dans une forme olympique, j’avais besoin de soutien. Avec ce qu’il se passait, forcément…

-Enfin, tu comprends. On se connait très bien et je ne pense pas qu’il reviendra jamais ici, avec les affaires dans cet état, ça aurait été un atout. Je dois revoir comment je fais les choses. Tu me diras, ça n’est pas la mort mais ça aurait été chouette de pouvoir compter sur quelqu’un pour une fois.

Je lui souris et reprend de la glace. Je médite un peu sur la question et souris.

-Rien de plus qu’un petit coup de moue passager, ça ira mieux demain. Et toi alors, c’est cauchemar, ma belle? Ca n’a pas l’air d’être de simples et stupides petits cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Mer 14 Déc - 21:16

Riley n’était tout simplement pas du genre à s’ouvrir aux gens – même son propre père ne pouvait prétendre bien la connaître. Elle était facile à cerner, dans le sens où elle était froide et cruelle avec ceux qu’elle ne connaissait pas, et la plupart des gens s’arrêtait à ça. On la disait distante, nonchalante, asociale. Et la jeune femme se fichait parfaitement de ce que les gens pouvaient bien penser d’elle. Sauf que parfois, il y avait des personnes assez brillantes pour voir à travers cette carapace, pour voir qu’il y avait bien quelque chose d’autre sous cette couche de glace. Et parfois, Riley trouvait ça agaçant, mais parfois, elle devait avouer, ça lui faisait du bien. De voir qu’elle n’était invisible pour certains. Qu’elle n’était pas un carton à deux dimensions – que quelqu’un se souciait assez d’elle pour essayer de voir derrière. Et en ce moment, elle devait l’avouer, elle en avait bien besoin. Bien besoin que quelqu’un ose lui poser ces questions qu’elle évitait comme la peste. Car l’évitement n’était pas la bonne procédure à suivre face à ce qu’elle vivait – même si c’était ce que son instinct lui criait de faire. De fuir à toutes jambes. Elle ne pouvait se forcer à le faire, autant qu’elle était incapable de faire demi-tour et de tout affronter tête première. Alors de voir Asmodée remarquer que ça n’allait pas – et oser lui dire ce qu’il lui disait, c’était aussi effrayant que rassurant. Et Riley, assise au comptoir de la cuisine, avait presque envie de s’ouvrir un peu à lui. Pas à lui déballer tout son sac, car il était bien plein, et elle n’en avait pas envie. Mais peut-être pourrait-elle juste avouer que ça n’allait pas. Ce serait déjà un bon point de départ. Et elle faisait suffisamment confiance à Asmodée pour ça. Une révélation un peu surprenante, mais pour le non moins vraie.

Mais pour l’instant, elle pouvait se pencher un peu sur le cas de son colocataire. Lui, avait toujours eu plus de facilité à s’exprimer. À dire la vérité. Son éloquence était aussi plaisante qu’agaçante aux yeux de Riley – disons que ça dépendait de son humeur. Mais ça aidait toujours qu’il soit au moins capable de lui parler – il faisait la balance. L’aidait à sortir de sa coquille. Même si après tout ce temps, il demeurait un certain mystère. Il y avait bien quelque chose à propos de lui sur lequel Riley tiquait. « Hmmm.. Difficile à dire. Il se passe beaucoup de choses. Un très bon ami vient de partir, un très veil ami. On se connaît depuis, pouf… Au moins 8 siècles. » La remarque arrache un petit sourire confus à Riley, qui fronce un peu des sourcils. Car certes, ce ne pouvait être qu’un euphémisme, mais le rire de Asmodée lui mit quand même la puce à l’oreille. « Enfin, tu comprends. On se connait très bien et je ne pense pas qu’il reviendra jamais ici, avec les affaires dans cet état, ça aurait été un atout. Je dois revoir comment je fais les choses. Tu me diras, ça n’est pas la mort mais ça aurait été chouette de pouvoir compter sur quelqu’un pour une fois. » Riley, qui avait attentivement écouté son colocataire, lui donne un long regard. « Ouais, je comprends. C’est toujours quand ça va mal que tout déboule » dit-elle en haussant les épaules. « J’espère que ça s’arrangera, en tout cas. Et… désolé pour ton ami. C’est nul. » Elle se sentait toujours fausse en parlant comme ça – mais c’était sincère. Les soucis d’Asmodée avaient vraiment l’air de le miner. Fallait croire que c’était le temps pour les déceptions.

Mais Asmodée n’avait pas terminé – comme Riley s’en était douté, il renchérit sur ses cauchemars, remettant en doute ce qu’elle avait dit plus tôt. Un petit sourire qui n’en est pas un se dessine sur les lèvres de la jeune femme. Perspicace, son colocataire. « C’est juste… » Elle hausse des épaules, encore. « C’est ma mère. Elle est morte y’a dix ans, et… j'sais pas, ces derniers temps, j’arrête pas d'rêver à sa mort. Ou plutôt, à c'qui l’a tué. Et ça m’obsède complètement. » Elle secoue un peu la tête, comme essayant d’exorciser ses pensées. Mais elles sont trop envahissantes. « Je me suis mise dans la tête que j’allais essayer de retrouver le coupable, mais ça m’a juste causé des ennuis. Alors je sais plus trop quoi faire. » Elle relève des yeux un peu troublés vers Asmodée. « Je sais plus trop quelle direction prendre. »

Spoiler:
 

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Sam 7 Jan - 7:27

C’était toujours agréable de parler avec Riley… Non. Pas forcément agréable mais cathartique. Qu’on finisse par se balancer la vaisselle en pleine face ou qu’on finisse par mater un film en commentant le ridicule des personnages, ça avait quelque chose de profondément satisfaisant, parfois, après coup. Riley était un peu comme la petite soeur que je n’aurais jamais. Le genre de personne qui se donne des airs de dures, qui a probablement vécu un certain nombre de merdes et que tu veux simplement connaitre pour le plaisir de connaitre. Elle était l’électron libre dans mon entourage, l’élément que je ne contrôlais pas et que je ne souhaitais pas spécialement maitrisé. C’était mon élément de surprise personnel, ma petite brise d’air frais et vivifiant qui avait une sacré tendance à me cingler le visage et à me remettre les idées en place. C’était jamais superflu. Tout les gens un tant soit peu intelligent vous le diront. On a besoin de se faire secouer les puces, histoire de se faire remettre en place. Surtout que vu mon boulot et mon statut, je pourrais prendre la grosse tête. La partie percluse de complexes d’infériorité ricane jaune à cette idée et se demande bien comment ça serait possible. Asmodée, mon ami, tu seras toujours un second couteau, quoique tu fasses… Riley m’écoutait et j’appréciais sincèrement qu’elle le fasse. Elle me dit quelques mots gentils, un peu maladroits, mais je connais suffisamment la jeune femme en face de moi pour savoir que tout le monde n’a pas le droit à ce genre d’attention. Je la gratifiai d’un sourire et répondis d’un ton plus comique.

-Je dirais même que ça pue bien du cul, mais qu’est-ce que tu veux? Les gens fabuleux sont souvent seuls.

Je revins à elle assez vite, ces cauchemars n’étaient pas simples cauchemars et elle aussi avait bien besoin de vider son sac un peu. J’écoutai ce qu’elle avait à dire. Ce qui avait tué sa mère… Etait-ce la raison de son caractère de merde? Pas de doute, ça devait trouver quelques origines à cet évènement. La pauvre, perdre sa mère tué par… Quelques chose… Oh par le grand borgne, j’ai décidément de la sympathie pour cette jeune femme. Après sept cent ans, on pourrait croire que l’existence humaine m’indiffère mais ça n’a jamais été le cas. Raison pour laquelle il était jouissif de les tuer et pourquoi il est gratifiant de les aider, désormais. Je considérai la jeune femme en face de moi un long moment. Elle ne savait pas ce que j’étais et pour peu que la créature soit un démon et qu’elle s’en rende compte, j’allais me retrouver avec une chasseuse à domicile. Question survie, c’était pas la giga fête… Il fallait réfléchir à comment lui proposer mon aide et alors que je me disais exactement ça, je sentis ma bouche articuler très distinctement la phrase.

-Si tu as besoin d’une aide quelconque, j’ai des contacts qui pourraient peut-être t’aider.

Je haussai les sourcils et me permis de secouer dans tout les sens mon alter-ego débile qui ne comprenait décidément pas ce que « subtilité » voulait dire. C’était fou quand même. J’ouvris la bouche une nouvelle fois, tant sous la surprise d’avoir proposé ça que parce que j’imaginai assez bien qu’un certain nombre de questions venait de se former dans l’esprit de ma compagne de chambrée. Je la détaillai à nouveau et repris un nouvelle cuillère de glace, rien de mieux pour prouver que j’avais la situation en main et ne pas laisser le silence s’installer. Enfin, pas un silence aussi gênant. Je réfléchissais un moment et réalisai que perdu pour perdu… Autant avoir des informations pour l’aider à retrouver le tueur de sa mère.

-Et qu’est-ce qui l’a tué, ta mère? Qu’est-ce que t’as fait et quels ennuis ça t’a apporté?

C’était un peu intrusif aussi je radoucissais mon ton en lui souriant et en secouant la tête.

-Te sens pas obligée, ok? J’vais pas te tirer les vers du nez, c’est ta vie, j’te propose de l’aide mais t’as parfaitement le droit de refuser. C’est pas moi qui vais te forcer, hein.

Je me levai et allai chercher deux verres que je remplis d’eau avant de ramener ça à ma place. Allez savoir pourquoi j’avais toujours envie de boire de l’eau pendant que je mangeais de la glace…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Mer 1 Fév - 17:44

C’était étrange de se confier à Asmodée. C’était étrange de se confier tout court. Depuis que toute cette histoire avait commencé, Riley s’était efforcée de garder tout pour elle, de ne pas divulger quoi que ce soit, pour ne pas inquiéter personne. Même si son père et sa soeur se doutaient de quelque chose, ils ne savaient rien. La seule personne qui était vraiment au courant, c’était TJ. Et ça, ça avait été un accident. Elle n’avait jamais voulu l’impliquer dans toute cette histoire, mais c’était arrivé. Une personne était déjà de trop, et voilà qu’elle allait tout dire à son colocataire. Mais étrangement, elle ne sentait pas que c’était une erreur – même que ça lui faisait du bien. De juste parler à quelqu’un qui l’écoutait vraiment. Quelqu’un qui, elle le sentait, ne la jugerait pas. Peut-être était-ce parce que Asmodée était extérieur à tout ça, qu’il n’était pas son père, qu’il ne l’avait pas connu toute sa vie. S’il s’intéressait à tout ça, ça devait être sincère, et pas juste motivé par un besoin aveugle de la protéger ou de la couver. Peut-être qu’il pouvait s’avérer être un allié. Elle ne savait pas trop. Mais pour l’instant elle avait bien envie de discuter un peu avec lui. De ne pas tout révéler, certes, mais juste assez pour voir s’il avait des conseils à lui donner. Après tout, Asmodée semblait avoir bien vécu. Et malgré ses airs de fêtards, il avait juste cet air à propos de lui, qu’il n’allait pas lui raconter des conneries. Peut-être Riley avait-elle juste besoin qu’on soit honnête avec elle. Brutalement honnête.

Il avait dit que les gens fabuleux étaient souvent seuls – la remarque lui aracha un petit sourire, malgré les circonstances. Ce genre d’attitude l’énervait chez les autres, mais ça fonctionnait avec son colocataire. Il avait juste cette manière de la faire sourire. Et alors que les mots déboulaient de ses lèvres, il l’écouta. Vraiment, il semblait attentif à chacun de ses mots. C’était bien, de se sentir écoutée. Et il ne semblait pas croire qu’elle était complètement dingue, ce qui était toujours un bon début. Même qu’il ne réagissait pas assez, et ça devrait lui mettre la puce à l’oreille. « Si tu as besoin d’une aide quelconque, j’ai des contacts qui pourraient peut-être t’aider. » Le regard de Riley vint se poser dans celui de son colocataire. Des contacts ? Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ? Il semblait lui-même surpris de sa proposition, et autant que Riley trouvait ses mots étranges, autant que ça lui fit chaud au coeur. Ce n’était pas la réaction à laquelle elle s’attendait – mais elle était naturelle venant d’Asmodée, qui ne faisait rien comme tout le monde. Elle hésita – devrait-elle le remercier, lui dire oui ? Elle n’était pas certaine, et elle voulait peut-être prendre un peu de temps pour y songer. Après tout, elle ne saurait pas trop où commencer. Mais Asmodée vint encore à la rescousse. « Et qu’est-ce qui l’a tué, ta mère ? Qu’est-ce que t’as fait et quels ennuis ça t’a apporté ? » Ça avait le mérite d’être direct. Riley le fixa un instant, alors qu’il se radoucit, lui accordant un sourire. « Te sens pas obligée, ok ? J’vais pas te tirer les vers du nez, c’est ta vie, j’te propose de l’aide mais t’as parfaitement le droit de refuser. C’est pas moi qui vais te forcer, hein. » Son honnêteté était presque déroutante – mais appréciée. Riley se disait que c’était vraiment ce dont elle avait besoin.

Elle se redressa alors que son colocataire se levait pour remplir des verres d’eau. « Tu m'forces pas » qu’elle répondit simplement, le remerciant d’un signe de tête pour le verre d’eau. « C’est juste… j'suis pas très habituée à en parler. J'suis pas habituée à parler tout court, en fait, t’as peut-être remarqué. » Le ton était un peu blagueur, plus léger. Mais le sérieux revint sur ses traits. « J’te remercie pour ta proposition, mais je sais pas si tu pourrais m’aider. » Elle haussa un peu les épaules, prenant une longue gorgée, qui lui fit comme l’effet d’une bouffée d’air frais. « Si j'te raconte… y’a des choses que tu crois que j'suis dingue » dit-elle avec un petit rire nerveux, passant une main dans ses cheveux. Puis elle releva les yeux vers Asmodée, prenant un air sérieux, ses yeux cherchant la vérité dans ceux de son ami. « D’abord, il faut que j’te demande… » Elle prit une petite pause, rassemblant son courage. « Est-ce que tu crois aux fantômes ? »

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Dim 12 Mar - 9:36

Cette conversation avec Riley devenait parfaitement surréaliste. Elle devait vraiment avoir besoin que ça sorte pour tout me déballer comme ça. Elle était le genre à grommeler pas contente dans un coin, jusqu’à ce que j’ose l’approcher et je finissais régulièrement avec la moitié du vaisselier brisé sur le parquet et une grosse colère grondante. Je vous avais prévenu: cathartique. Ma petite soeur de coeur était le genre de fille qui rendait l’art de parler compliqué. Je marchais sur de charbons ardents régulièrement mais ce soir, c’était différent. Ca se passait bien. Elle avait besoin de vider son sac et moi j’avais besoin d’une distraction et j’aurais été ravi d’aider pour enfin avoir autre chose que mes ennuis dans la tête. Mieux valait ceux des autres. Les miens étaient nuls et fatigants.
Autant dire que je réprimai une envie de rire digne d’un gadin présidentiel et penchai la tête doucement pour finalement renifler et dire sur le ton de l’humour.

-Non. Non, j’avais pas remarqué…

Je retrouvai aussi mon sérieux et l’écoutait. Vu comme elle essayait de me préparer à la suite, je sentais venir le surnaturel et je ne fus pas déçu. Bien entendu que ma colocataire avait une histoire de fantômes bien au chaud dont elle n’avait parlé à presque personne. Duh, Asmodée, comment tu l’avais pas vu venir, celle là? Voilà que je devenais sarcastique avec moi-même maintenant. Y a une pilule contre ça? Un bonbon magique anti-acidité cérébrale? Tu le gobes et tu deviens aussi nunuche que la famille Hingalls?
Je ne pus m’empêcher de cligner des yeux un long moment, ce qui ne manqua sans doute pas d’être pris pour de l’incrédulité de la part de mon vis-à-vis. Quelques part, ça jouait en ma faveur. Et de beaucoup. Maintenant que j’avais proposé mon aide comme un demeuré et griller ma couverture pour me prendre pour Asmodée le sympathique, il fallait bien que je trouve un moyen de ne pas devenir dans la tête de ma colocataire, Asmodée le démon potentiel-oh-god-appelons-un-exorciste. C’aurait été un gros problème, j’avais aquaponey le mardi. C’était difficile de trouver un bon cours d’aquaponey. Je finis donc par pencher la tête et laissa échapper un hmm, pour faire croire que je réfléchissais. Moi, croire aux fantômes? J’étais un fantôme amélioré, un mec mort il y avait des siècles de ça. La seule différence, c’est que j’avais des pouvoirs magiques beaucoup plus chouette et une connaissance aigue de ce qu’était l’enfer. La blague. Je hochai donc finalement la tête.

-Oui… Enfin… Pour être plus exacte, je n’ai pas d’opinion sur la question. J’ai jamais été confronté à des fantômes ni été témoin d’un truc qui démontrait parfaitement et complètement que c’était impossible. Parti de là… Disons que je vais pas non plus poser du gros sels sur mes portes…

Complètement faux, il y en avait absolument à toute les fenêtre et toute les portes, dans de petites encoches prévus à cet effet qui m’avait valu moule regards étonnés de la part de mes amis menuisiers. On trouvait un peu partout dans la maison, divers protections et charmes rendant les lieux aussi sûres que possible. Oui, parano. En même temps, on peut pas dire que je me fasse beaucoup d’amis avec mon travail et mes activités souterraines, hein. Précautions, précautions. Mieux vaut les avoir et qu’elles ne servent pas que ne pas les avoir mise et mourir bêtement dans sa bile et son sang. Même si ça veut juste dire retourner en enfer pour moi… Ouais… En fait, surtout si ça veut dire revenir en enfer, en fait.

-Mais je ne te rirais pas au nez si tu me dis que ce que tu as constaté c’est qu’un fantôme a tué ta mère ou que tu as vu le fantôme de ta mère ou, je sais pas quoi encore en relation avec un fantôme. Ouverture d’esprit.

Je lui lance un clin d’oeil tout en me disant qu’il me parait illusoire de croire un instant qu’elle ne découvrira pas mon petit secret. Bah… Il sera toujours temps de voir à ce moment-là. Je laisse un peu de silence passé entre nous deux, lui sourit gentiment.

-J’te prendrais pas pour une folle. Même si je pense que tu as un gros problèmes avec ma vaisselle. Promis. Raconte, j’t’écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Jeu 6 Avr - 13:20

Oui, il y avait quelque chose de différent ce soir. Quelque chose qui poussait Riley à se confier, ce qui était loin d’être dans ses habitudes. Mais tout était différent ces derniers temps. Il y avait une tempête qui se préparait, ça se sentait jusque dans les os. Quelque chose qui grondait à l’horizon, et qui menaçait tout ce que Riley avait connu jusque là dans sa vie. Pourtant, elle y était arrivé, à juste vivre tranquillement, à ne pas se faire emmerder et à n’emmerder personne. Et voilà que tout lui tombait sur la tête. Elle ne pouvait qu’espérer que tout s’arrêtait aussi vite que ça avait commencé. Qu’elle puisse se réveiller un matin sans avoir passé les heures précédentes à se battre dans ses cauchemars, à avoir cette couche de sueur sur le front, à avoir le coeur bardassant dans sa poitrine. Oui, Riley prendrait bien un peu de paix. Et à n’importe quel prix. On n’avait qu’à le nommer. Alors peut-être était-ce parce que ça lui apportait un peu de paix intérieure de se confier à quelqu’un qu’elle le faisait. Quelqu’un qui n’avait jamais hésité à lui dire ses quatre vérités, et qui l’avait toujours accepté comme elle était. Après tout, elle était loin d’être une colocataire facile, elle en était bien consciente. Et pourtant Asmodée ne l’avait jamais jeté dehors, ils s’étaient toujours entendus, même si c’était tendu parfois. Au final, elle était bien heureuse de l’avoir auprès d’elle, surtout ce soir. Elle ne voyait pas à qui d’autre elle aurait pu raconter tout ça – pas son père, jamais son père. Sa soeur, peut-être, mais c’était compliqué. TJ, certainement pas. La vérité, c’était que Riley était seule. Alors elle se jetait à l’eau, sans trop savoir où le courant allait les emmener, elle et son colocataire. Mais c’était mieux que de continuer de souffrir en silence. Sans doute était-ce égoiste, de jeter le fardeau dans la vie de quelqu’un d’autre, mais elle en avait trop besoin pour songer être altruiste.

Elle écouta la première réponse d’Asmodée, son coeur battant frénétiquement. Et sa réponse lui donnait espoir qu’il ne la croirait pas complètement dingue, peut-être un peu, mais pas complètement. Et en même temps, quelque chose lui mit la puce à l’oreille – si Asmodée n’avait jamais été confronté aux fantômes, comment savait-il que le gros sel était une arme contre eux ? Riley savait parce qu’elle avait été élevée par un chasseur – Asmodée aurait-il été en contact avec un auparavant ? Les questions se bousculèrent dans sa tête, mais elle laissa son colocataire continuer, trop préoccupée par ses cauchemars.  Il continua en disant qu’il ne lui rirait pas au nez – c’était déjà ça, au moins. Le sourire d’Asmodée était étrangement chaleureux, et Riley se surprit à le lui rendre, très doucement, très simplement. Un sourire qui s’agrandit encore un peu à sa dernière remarque sur la vaisselle, évoquant le souvenir d’une soirée houleuse. Et alors qu’il termina avec un « raconte, j’t’écoute », Riley inspira profondément, jouant du bout des doigts avec son verre d’eau à moitié vide. « Très bien. » Sa voix était un peu tremblante, mais elle s’en fichait.

« C’est une longue histoire, je vais essayer de faire bref. Mon père et ma mère, ils… chassaient les fantômes. Et pendant une affaire, quand j’étais ado, y’en a un qui s’en est pris à elle. Il l’a tuée. » Ça faisait plus de dix ans déjà, mais le souvenir fit tout de même l’effet d’une pique au coeur à Riley. Elle lui manquait, sa mère. Atrocement. « Le fantôme a disparu avant que quiconque puisse l’attraper et le tuer. Il est encore… quelque part. Et puis j’ai décidé d’essayer de le retrouver… pour la venger, tu vois. Je sais que c’est stupide, mais j’en ai besoin. Mais depuis que j’ai commencé, il se passe des trucs bizarres. Évidemment. Je fais des cauchemars toutes les nuits, et puis je vois… » Riley hésita. Devrait-elle parler de son don ? C’était plutôt délicat. Mais à ce point-ci, elle n’avait pas envie de se cacher. « Je commence à voir des fantômes. Genre, partout. Et ça m’rends folle. » Sa voix était plus basse, comme si elle avait peur qu’on l’entende. Un petit rire s’échappa de ses lèvres. « J’arrive plus à dormir, j’ai l’impression de plus être en sécurité nulle part. J’sais plus du tout quoi faire. »

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Ven 23 Juin - 8:47

Je sentais bien que c’était un moment solennel. Riley avait l’air trop sérieuse et assez fragile pour une fois. Ce n’était pas tout les jours qu’elle laissait voir un peu ce qu’il y avait sous sa carapace. Sa voix se fit tremblante et, enfin, j’apercevais la petite fille traumatisée derrière le masque de guerrière amazone. C’est fou comment les gens qui souffrent apprennent à se cacher, c’est quasiment instinctif. Je l’écoute me raconter l’histoire. Je pourrais même dire l’histoire avec un grand « h » tellement elle est tuante de banalités. Combien d’enfants de chasseurs se sont retrouvé dans ses baskets ? Combien de vengeance en cours lacéraient le monde ? Des destins brisés, des vies effondrées à cause d’un monstre. Le plus drôle dans l’histoire, c’est qu’il n’était pas nécessaire que le monstre en soit vraiment un. Tout ce qu’il fallait, c’était l’appel du sang. Elle était fille de chasseur et sa mère était morte comme la plupart des chasseurs, une créature plus forte, plus rapide ou bien tout simplement plus chanceuse lui était tombée dessus et ça avait été la fin. Je connaissais cette histoire, je la connaissais avec d’autres noms, avec des frères, des sœurs, des maris, des enfants même. Elle avait mille noms et milles facettes, des millions de pleurs, des cargaisons de désespoir… Certains finissaient par venir me voir pour demander plus de pouvoir, moi ou mes démons. Ce n’était pas vraiment mes contrats préférés, loin de là.

Par contre, la partie où elle voyait des fantômes… Ca, c’était loin d’être dans toutes les histoires. Je devins tout à coup beaucoup plus alerte. Elle commençait à voir des fantômes… ? Hmmm, soit elle perdait la boule à cause du manque de sommeil, soit elle avait un don et ça, c’était encore autre chose. Je plissai un peu les yeux en réfléchissant à la méthode qu’il faudrait employer pour savoir si elle était simplement ivre de fatigue au point que ses démons la hante ou si c’était bien réel.  Je me levai pour mieux refléchir et fis le tour de l’ilot central pour finalement me mettre en face d’elle. Je hochai la tête.

« -Ca a pas du être simple pour toi… J’suis désolé pour ta mère. Elle doit te manquer. »

Je marchai sur des œufs,  il n’était pas question de griller ma couverture tout de suite avec Riley, j’avais encore deux ou trop choses à vérifier comme le fait qu’elle ne me tuerait pas sur le champ. L’enfer n’était pas bon pour mon teint et mon brushing.

«-Honnêtement, pour les cauchemars… Vu ce que t’as vécu, j’ai tendance à penser que c’est normal. Par contre, pour les fantômes… C’est autre chose. Sans remettre ce que tu viens de me raconter, y a deux solutions : soit tu vois vraiment des fantômes, soit t’es épuisé et la plus grosse source de stress chez toi c’est ce fantôme meurtrier et du coup il se matérialise. »

Je laissai un peu de temps, histoire de réfléchir un peu. J’avais deux options et j’avais l’impression que j’allais faire une connerie. Je lui souris gentiment, loin de la juger.

« -Maintenant, j’ai pas été forcément super honnête avec toi. Bizarre qu’un  mec comme moi sache pour le gros sel, pas vrai ? Bah, en fait, j’connais un peu l’histoire du lieu et de Blackwater Falls, en général et vu qu’on est jamais trop prudent… Je me suis renseigné pour que cet endroit soit le plus sûre possible.  Mieux vaut avoir l’air con et vivant que intelligent et très mort, pas vrai ? Bref…. Viens avec moi. »

Je vais vers la fenêtre et déboite le rebord qui révèle une vaste encoche remplies de gros sel.

« -Les artisans m’ont regardés comme un gros demeuré mais avec ce que tu me dis, j’ai plutôt eu raison… Du coup, ici, c’est l’endroit le plus pur en fantômes que t’ai jamais vu, y a des dessins chelous dans tous les murs qui empêchent quoique ce soit de rentrer. C’est sans doute un chasseur du coup qui a posé ça. Je savais pas trop qui été ce type, un médium ou quoi… Enfin voilà, la vraie question, c’est de savoir si tu en as vu ici, des fantômes. Si ce n’est pas le cas, t’as un don, si c’est le cas, faut vraiment dormir. Dans tout les cas, tu es à l’abri à la maison, quoiqu’il arrive. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Jeu 6 Juil - 17:20

C’était bien la première fois que Riley prononçait tout ça à voix haute. C’était étrange, très étrange. Même que ça faisait un peu peur – mais ça faisait aussi beaucoup de bien. Beaucoup trop. Il semblait qu’elle venait de se libérer de quelque chose, en étant complètement honnête avec quelqu’un d’autre. Et ce n’était pas son père, pas sa soeur, pas TJ – c’était quelqu’un qui, elle le savait maintenant, n’allait pas la juger. Peut-être allait-il la penser complètement folle, mais Riley sentait qu’Asmo n’allait pas la regarder différemment. Elle réalisait à présent que c’était exactement de ça dont elle avait eu besoin. Une véritable conversation honnête avec quelqu’un, sans secrets, sans non-dits. Pour une fois. Riley termina donc de vider son sac, se mettant complètement à nu face à son colocataire, le pot de crème glacée toujours sur l’îlot entre eux. Et il lui semblait avoir les épaules un peu plus légères, bien que la fatigue, l’épuisement même, vint la frapper en plein visage. Bon sang, qu’elle était fatiguée. Bon sang, qu’elle avait juste envie de vivre une journée sans voir un fantôme, sans devoir avoir peur pour sa vie, sans se réveiller en sueur après un vilain cauchemar. Bon sang, qu’elle aimerait juste avoir une vie normale, et pouvoir travailler et faire son chemin sans se faire emmerder. Mais cette vie, jamais elle n’aurait pu l’avoir – elle était née dans la mauvaise famille pour ça. Mais malgré tout Riley ne pouvait se résoudre à regretter ça. Non, elle passerait au travers, sans l’aide de personne s’il le fallait. Et c’était pour ça qu’elle voulait mettre au clair ce qui était arrivé à sa mère. Ça, elle en était sûre, ça lui apporterait un peu de paix intérieure.

Asmodée se leva pour se placer devant elle. « Ça a pas du être simple pour toi… J’suis désolé pour ta mère. Elle doit te manquer. » Riley leva les yeux vers lui, lui donnant un petit sourire, haussant les épaules. « Ouais. Mais ça fait longtemps maintenant. » Depuis la mort de sa mère, une habitude s’était installée – celle de ne pas pouvoir l’appeller, celle de ne pas pouvoir la voir. Ça ne voulait pas dire que la peine n’était plus là – juste qu’elle faisait partie d’elle. Elle écouta ensuite Asmodée, qui lui parla de ses visions comme si elles pouvaient être parfaitement normales. Riley l’observa, un peu surprise par la facilité avec laquelle il acceptait la possibilité qu’elle puisse posséder ce don. Et également, le fait qu’il n’ait jamais remis en question que sa mère puisse avoir vraiment été tué par un esprit. Ça ne faisait aucun doute – Asmodée savait que le surnaturel existait, et ça ne le pertubait pas plus que ça. Même qu’il connaissait très bien ça. Riley le suivit sans un mot vers la fenêtre, écoutant ses explications attentivement, un peu sous le choc tout de même. Ça faisait beaucoup à avaler en même temps, et elle en eut presque le vertige. Dire qu’elle avait eu peur qu’Asmodée la prenne pour une dingue. Elle aurait jamais pu davantage se tromper.

« Heu… » Un petit rire nerveux s’échappa des lèvres de Riley. « Ouais, ça me semble être un boulot de chasseur, tout ça » dit-elle en pointant le gros sel dans le rebord de la fenêtre. « Mon père en était un. Et son père avant lui, tout ça. Il m’a tout montré quand j’étais gosse. » Elle se frotta doucement les tempes, tentant d’assimiler tout ce qu’Asmodée venait de lui déballer. Déjà, c’était une bonne nouvelle que la maison était protégée – elle s’y sentait déjà bien mieux. De savoir qu’elle avait un endroit complètement sécuritaire où se réfugier. Les cauchemars venaient toujours l’y trouver – mais aucun fantôme ne passerait le cap de la porte. « Mais non. Pour répondre à ta question, non, j’en ai jamais vu ici. » Et ça voulait dire ce que ça voulait dire. Riley poussa un petit soupir. « Ma mère était médium. Ça doit être génétique, un truc du genre. » S’accoudant contre le mur, Riley regarda à nouveau Asmodée. « Moi qui pensait qu’t’allait penser que j’suis dingue. En même temps ça me surprends pas. » Un petit sourire s’étira sur ses lèvres. « Comment ça s’fait que t’es au courant de tout ça ? »

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
demon ○ breaking bad
○ messages : 933
○ double-compte(s) : Elie
○ crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   Mer 12 Juil - 15:45

A un moment donné, il faut admettre qu'on s'est soi-même mis le nez dans la merde. C'est ce que je venais de faire avec Riley. Cela étant dit, ma charmante locataire était visiblement peu choquée quoiqu'un peu abasourdi par ces révélations, ce que je comprenais parfaitement. C'était presque impressionnant de voir avec quel calme elle avait prit la situation et comment elle se décidait à poser des questions. Elle tâtonnait, je ne doutais pas qu'elle finisse par me découvrir. Je m'y étais mentalement préparé. Soit elle comprendrait que je ne lui voulais pas de mal, soit il faudrait régler le problème car j'avais d'importantes obligations qui ne pourraient pas attendre que je rentre de l'Enfer.

« Ouais. Mais ça fait longtemps maintenant. »

Je n'en doutais pas. Je compatissais, plus que personne ne pouvait le croire. Je pensais souvent à mon fils, celui d'avant que je sois démon, celui d'avant les prêtres, avant la malédiction... Avant. Il avait été mon trésor, il avait été ma fierté et il avait sans doute vécu et péri comme tout un tas d'autres Islandais de l'époque, effacés par des batailles trop grandes pour eux à la gloire d'Odin, de Thor et de Asgard tout entier. Le fait était que c'était il y a un millénaire mais qu'il n'avait jamais perdu sa place dans ma tête. La mère de Riley devait avoir cette même place, sans doute... Je lui souris tranquillement, pas la peine d'en rajouter une couche. La petite Riley tente de s'en sortir, elle crée des passerelles où la douleur n'est qu'un décors, ou la souffrance s'édulcore : c'est son droit et je ne lui enleverai pas. Je fais ma petite démonstration – oui oui, le moment exacte où l'expression «  se foutre dans le purin jusqu'aux naseaux » prend tout son sens. Je vois bien à sa tête qu'elle a pas compris comment je pouvais bien avoir des protections pareils en étant le parfait néophyte, il va falloir trouver un truc et vite.

« Ouais, ça me semble être un boulot de chasseur, tout ça. Mon père en était un. Et son père avant lui, tout ça. Il m’a tout montré quand j’étais gosse. »

Ben oui tu m'étonnes... Vu l'espérance de vie des chasseurs, faut commencer jeune ! C'est pas en les préservant qu'on va les épargner d'une vie horrible et remplie de violence... Oh wait.

« Mais non. Pour répondre à ta question, non, j’en ai jamais vu ici. Ma mère était médium. Ça doit être génétique, un truc du genre .»

Je hoche la tête et remets ma plinte en place avant de me retourner vers elle, accoudée qu'elle est au mur.

-Ben c'est cool, ça te fait un endroit calme. Et c'est vraiment des fantômes. Mini yay ! Et oui, ça serait étonnant qu'on puisse hériter d'une couleur de peau, d'une tache dans l'oeil ou de tout un tas de trucs mais que ça, ça soit pas transmissible....

Je m’assois sur le rebord de la fenêtre que je viens de remettre. Je la regarde et je vois bien qu'elle a la tête pleine de questions. Ce que je viens de lui montrer est super suspicieux – merci Captain Obvious  - je sens le flot de questions arrivé, les regard inquisiteurs et suspects mais je suis prêt.


« Moi qui pensait qu’t’allait penser que j’suis dingue. En même temps ça me surprends pas. »

Ca y est on y vient. Je lui offre un sourire et un haussement de sourcil répété. Je penche la tête.


- Qu'est-ce que tu veux ? J'suis un gars vachement tolérant, aussi. On y peut rien si je suis si proche de la perfection.

Je lui fais une petite risette, l'air de rien et ne la fait pas disparaître quand elle me pose cette nouvelle question.

« Comment ça s’fait que t’es au courant de tout ça ? »

-Comme je te disais, j'achète pas les maisons sans connaître leurs histoires et puis j'avoue, j'ai une petite curiosité pour tout ça. J'aime garder mes secrets. J'fais très playboy comme ça, mais je le suis beaucoup moins que ce qu'on pourrait croire, je me documente énormément et c'est pas la première fois que je croise des informations similaires sur tout un tas de trucs surnaturels. En gros, la maison m'a un peu attiré parce que j'ai lu pas mal de trucs étranges sur les environs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: This kitchen is way too small (Rilasmo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

This kitchen is way too small (Rilasmo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SMALL WORLD
» Small Wars
» [Small World] Extension
» Questions sur le Supergun Small Cab
» Gamebox Arcade (small test report)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-