Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 Belle affaire || Cecil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 36
double-compte(s) : Gabriel, Antoine & Oana
crédits : ava par BABINE, signa par Exordium
MessageSujet: Belle affaire || Cecil   Sam 30 Juin - 19:56


Faim. J'ai faim. Terriblement faim. Une entorse à un régime, est-ce si terrible ? Doit-on forcément mettre de côté tous les délices de la vie, quand on singe les végétariens ? La question qui le taraude alors qu'il est sorti, cette faim au ventre, dans une heure profondément avancée de la nuit. Il a faim. Si faim qu'il en a oublié de se grimer. Ainsi, cette nuit, il devrait tuer. Ça ne plaira pas à certains. Ni à d'autres, d'ailleurs. Mais il envoie tout le monde paître, n'a signé aucun contrat d'exclusivité, aucun non plus qui le force à crever la dalle après presque trois jours sans manger. Encore difficile d'aller chasser dans la forêt, de se repaître d'une quelconque bête. Il a déjà décimé quelques chats errants et en a assez, du sang qui n'a aucun goût. C'est comme manger pour faire semblant, la sensation de satiété qui ne s'invite pas correctement. Goût creux dans la bouche, creux dans le bidou. Alors il s'est avancé, dans cette nuit tardive, pénombre plus qu'installée. Nombreuses sont les fenêtres qui ne laissent plus filtrer la moindre lumière au travers des volets.

Tic, tac.
Tic, tac.
Tic... Oh.

L'odeur lui plaît. Il renifle, se met à la suivre, jusqu'à un bar, dans les beaux quartiers de la ville. Bien, l'horreur s'invite alors. Sourire sur le visage, avise le mignon petit bout de viande. Coucou toi. On danse ? C'est qu'il aurait pu chavirer, par le passé, pour ce regard-là. Plus le même désir, aujourd'hui. Plus jamais le même. Il avance et s'incruste dans la soirée, joue de la sympathie naturelle, fait mine d'avoir déjà un peu bu, mime l'alcool joyeux d'autrefois. Quand il se sentait léger, avec trois grammes dans chaque bras. Petite victuaille, t'as un beau sourire aussi. Alors il lui rend bien, joue des manières, s'amuse dans le paraître. Dommage qu'il faille le faire s'éteindre. Il a faim, si faim. Le reste du monde ne pourrait pas vraiment comprendre. Et l'heure pointe du bout des aiguilles ce moment fatidique où les âmes, épuisées, s'en vont, petit à petit. Sauf le beau sourire, le beau bout de viande. Lui et son regard qui plaît. Ipolitt songe, Ipolitt attaque. Un bras qui passe, autour des épaules de l'autre, la bouche qui approche du bord d'une oreille, pour y glisser quelques mots.

J'ai très envie d't'embrasser.

L'accent russe coule le long des mots. Il se retire de là, ricane, avise Cecil. Parce que c'est ça, son petit nom. Il retourne à la soirée, non sans quelques oeillades sur le beau sourire. Alors, petit, tu mords à l'hameçon ? Ou en tirera-t-il une leçon ? Le loup est dans la bergerie, sans le moindre poil sur lui. Breloque de plumes, il se relève au bout d'un temps, mime la tête qui tourne, laisse un éclat de rire. Et puis, la main tendue, vers l'humain, le goûter, le dessert, les festivités.

Tu m'suis... ?

Il fait signe, de la tête, pour indiquer l'extérieur. Suis-moi dans la nuit, mon mignon... Tu r'gretteras pas l'voyage... Il pourrait y aller en douceur.

Après tout, il a un beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 797
double-compte(s) : Abel & Magdalena
crédits : (c) hallows
MessageSujet: Re: Belle affaire || Cecil   Sam 30 Juin - 22:28


Danser jusqu’à en perdre haleine.
Jusqu’à ce que la tête nous tourne.

Premier concert de Kelly auquel je participe dans cette ville. Evidemment que j’en ai vu d’autre, j’en ai vu des centaines de ses spectacle ou il se met en scène presque plus qu’il ne chante véritablement. Il se maquille, s’habille, se déguise, se pomponne jusqu’à devenir une nouvelle personne. Jusqu’à ne plus être que son identité de scène. C’est comme l’observer devenir un papillon. Il est si brillant, si souriant, si jovial et enthousiaste que ça me fait presque toujours chaud au cœur. C’est facile d’oublier de se tenir ensuite, une fois qu’il a fait tourner toutes les têtes de sa magnificence. Il suffit de quelques notes rythmées, quelques pas maladroit puis la musique prend le dessus sur la raison et on se laisse porter. C’est splendide, voir même magique. Ensorcelé par la musique, c’est comme ça que je me sens ; c’est comme ça que je me définis ; c’est comme ça que tout le monde le verrait.

Non ?
Non.

Moi je souris : je souris à la vie ; je souris à la musique ; je souris à mes voisins qui sourient aussi et puis au final je danse avec eux. Je danse avec vous. Je danse avec toi. Toi, tu agrippes davantage mon regard que d’autres. J’y suis bien obligé parce que tes tatouages m’intriguent. Comme ça a dut être douloureux. J’ai un léger froncement de sourcils compatissant pour ta douleur passée, enterrée mais encore vive dans mon cœur. J’ai un froncement de sourcils d’incompréhension face à cette idée saugrenue, cette peinture pour grimer ses traits. Ce potentiel désir de ne pas se fondre dans la masse, s’en sortir et briller plus que les autres. Au final, tu n’es pas bien différent de Kelly, ou tout du moins c’est ce qui m’effleure rapidement. C’est ce qui me calme, me canalise, me détend. Alors je danse avec toi, mon sourire défouraillant des tonnes de bonnes ondes. Tu as l’air chancelant et ça me fait un peu sourire. Souvent, j’avance les bras comme pour faire mine de te rattraper. Mais c’est tellement ridicule : tu es tellement plus imposant que moi ; tellement plus carré que moi ; même plus grand de quelques centimètres que moi.

Tu me surplombe de toutes parts.
Mais je ne me rends compte de rien.

Stupide que je suis d’avoir pensé que ce n’était que de la danse. Stupide de ma part d’avoir imaginé que tout ce petit manège ne voulait rien dire. Je suis naif (encore) et je crois sincèrement que tout le monde le voit sur la planète. Lorsqu’il se penche à mon oreille et qu’il parle par-dessus la musique d’une voix ébréchée par un accent inconnu, je suis pris d’un frisson à cause de la proximité soudaine.   « J’ai très envie de t’embrasser. » Mes joues s’empourprent malgré le teint légèrement halée de celle-ci, mon regard se fait légèrement fuyant et mon cœur rate quelques battements : mais je ne dis rien. Je ne sais pas quoi répondre, je ne sais que faire. Je sais exactement ce qu’il y a dans mon petit cœur, je sais exactement ce que je pense mais comment le mettre en mot ? Tu ne me plais pas, je suis vraiment désolé. Tu ne veux pas qu’on discute un peu avant ? Peut-être que tu pourrais me payer un verre, avant ? Non, surtout pas le verre. J’ai déjà vu ça dans les films, c’est une véritable invitation à la débauche. Je ne suis pas de ce genre là. Je ne compte pas perdre ma virginité dans les toilettes d’un club en plein milieu d’une nuit avec quelques relents de cosmopolitains.

« Tu m’suis ? »  La musique est si forte que j’ai manqué de peu de perdre ses mots quelque part dans la foule. Peut-être qu’une fois au calme, je pourrais lui expliquer et lui proposer un verre pour faire connaissance ? Je n’ai pas de problèmes à payer un verre, moi. Je ne sais même pas où sont les autres, d’ailleurs. Mon regard navigue alentours alors que je cherche les quelques têtes connues que j’avais rejoins, mais il n’y a personne. J’espère que Ashley va bien… Il est très probablement prostré quelque part dans un coin à se demander pourquoi il est venu. Très certainement. Je souffle un rire et dodeline simplement de la tête vers l’homme, un sourire presque plus éblouissant que les projecteurs qui balayent la salle. Je suis sûr de pouvoir lui parler si on sort d’ici. Et puis de toute façon, il fait beaucoup trop chaud.

On se dirige vers la sortie l’un l’autre, même si je suis derrière et que je regarde son dos. Il a l’air très musclé, quand même, je me demande si c’est un sportif professionnel. « Est-ce que tu fais du sport ? » que je demande simplement alors que nous dépassons le guichet de l’entrée du bar à ambiance et que je brandis mon poignet pour un nouveau tamponnage en règle, histoire d’être sur de pouvoir entrer de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 36
double-compte(s) : Gabriel, Antoine & Oana
crédits : ava par BABINE, signa par Exordium
MessageSujet: Re: Belle affaire || Cecil   Mar 3 Juil - 11:08


Et il le suit, l'inconscient, le beau sourire qui n'a de cesse de dévoiler ses dents. Le vampire le lui rend bien, éclairage donnant des nouvelles ombres à son visage. Obsidienne qui s’approfondit, peau qui s'éclaire, des airs fantomatiques, des airs morbides que Cecil ne peut plus voir. Poignet offert, pincement de lèvres du pointeur, avant que le tampon ne vienne à se mêler au reste. P'tite marque éphémère, t'es pas si belle... Il remet sa manche en place, écoute l'humain et la créature hésite un instant, avant de simplement acquiescer, avant de sortir et respirer un peu, loin de la foule humaine compressée. Exercice dangereux auquel il s'est prêté, qui pourrait lui faire perdre quelque peu la raison qu'il garde encore sous scellé, malgré cette sacrée faim. Et enfin plus au calme, la créature s'en retourne vers l'autre, une épaule prenant appui contre un mur, avant de croiser les bras contre son poitrail.

J'ai été boxeur.

Fou comme le passé sonne mal face à la carrure éternelle, aux muscles façonnés par des entraînements et qui plus jamais ne pourront partir. C'est frustrant aussi, pour lui, de savoir que son corps ne changera plus jamais, qu'il restera éternellement coincé dans cette même enveloppe qui lui avait valu le regard d'un être qu'il préfère oublier. Casse toi, Icare, casse toi d'mes souvenirs... Ombre dans les yeux, iris dans celles en face. Babine qui se soulève à peine, pommette qui se relève presque trop délicatement, l'animal commence sa chasse.

Et toi, tu fais du sport ?

Infime rapprochement. L'épaule qui se bouge à peine, sur le mur, avant qu'il n'avise les gens autour. Alors finalement, il se redresse après la réponse, fait mine d'inspirer une goulée d'air, fait mine de regarder encore la foule, pincer les lèvres. Mime de la gêne, avant de regarder encore ce garçon dont il ne connaît rien. Jouons, jouons, les cours n'auront jamais été plus utiles qu'une fois mort... Douce ironie qui le remonte un peu plus, dans son pendule interne.

Tu permets qu'on aille plus loin ? J'aime pas être dans les passages. Il vient se frotter le visage d'une pogne, mime un sourire délicat, avant de se déplacer encore, légèrement. Petit à petit, il l'éloignera, le bel imbécile. Je t'donnerais bien m'prénom mais j'peur qu't'penses que j'm'foute de ta gueule. Alors, t'appelles comment, toi ?

À toi l'honneur, même si je t'promets pas d'pas l'oublier, une fois l'aube passée. Parce que c'est ainsi qu'il doit faire, pour éviter de s'exploser encore quelque chose, de repeindre des murs d'un liquide qui ne coagule plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 797
double-compte(s) : Abel & Magdalena
crédits : (c) hallows
MessageSujet: Re: Belle affaire || Cecil   Jeu 5 Juil - 8:53


Bientôt la lumière change, rue éclairée par quelques lampadaires à la teinte plus orange (voir jaunâtre) qu’autre chose. Le tampon sur ton poignet est déjà oublié, l’encre noire se fondant dans les ombres.  Déjà les sons du concert se font plus discret, plus étouffés, dès lors que la porte du bar se referme derrière eux. Porte qui ne cesse de s’ouvrir et de se refermer pour dégueuler toutes sortes de gens de plus ou moins grande fraicheur. « J’ai été boxeur » Ma bouche devient un cercle parfait alors que je me tourne vers toi à nouveau, des étoiles dans les yeux. Tellement cool. « Et toi, tu fais du sport ? » Comment on peut envoyer ça sans s’y attarder ? C’est tellement cool au final. Comme dans les films ! Mais peut-être que tu n’as pas envie d’en parler avec moi. Peut-être que le passé utilisé là était un peu amer ? Peut-être que c’est un sport que tu regrettes ? Peut-être. « Juste un peu de work out pour me maintenir en forme. » La tentation de montrer mes biceps trop secs mais musclés me traverse l’esprit comme du beurre, mais elle ne reste pas longtemps. Je ne veux pas avoir l’air trop prétentieux.

Mais ça me revient : la raison pour laquelle je t’ai suivi à la base c’était pour te parler calmement et faire connaissance. Je devrais réfléchir à mes mots pour te les dire sans trop le vexer, je ne voudrais pas te blesser dans son orgueil. Mais alors que j’ouvre la bouche pour entamer le sujet, tu reprends presque aussitôt, l’air un peu gêné, l’air un peu contrarié, je ne sais pas quel air tu as sur le visage (les tatouages sans doute). « Tu permets qu’on aille plus loin ? J’aime pas être dans le passage. » et je fronce un peu les sourcils. Est-ce que tu essayes de te glisser dans mon pantalon à l’abri des regards ? Je ne suis pas tellement d’accord. Mais j’avance vers toi, j’avance sans réfléchir, en parlant d’une voix égale. Sur le chemin je croise un jeune homme que je salue simplement de la main. Un visage connu qui ne me distrait pas assez longtemps du tatoué. « C’est peut-être un peu rapide ? Je suis pas de ce genre là… Je préfère prendre le temps de connaitre les gens. On peut discuter peut-être ? Apprendre à se connaitre, plutôt ? »

Je ne suis même pas certain que tu m’ai entendu. Ai-je parlé si bas ? Tu m’intimides, il faut dire, avec tes tatouages et ton corps musclé. C’est comme si ton assurance transpirait de ton corps. « Je t'donnerais bien m'prénom mais j'peur qu't'penses que j'm'foute de ta gueule. Alors, t’appelle comment, toi ? » Et je hausse un sourcil, j’ai peut-être effectivement parlé trop bas. Je vais recommencer alors. « Je m’appelle Cecil, mais ton prénom m’intéresses aussi. Promis je me moquerais pas. Je préfère faire connaissance avec toi avant qu’il ne se passe quoi que ce soit. Je suis pas du genre à partir avec les inconnus dans les soirées. » Heureusement que je le dis, parce que c’est exactement à ça que ça ressemble. Je marche avec toi, juste derrière toi (ou devant, c’est selon comment on le voit) et on discute. Les lampadaires nous éclairent toujours et on continue de croiser pas mal de gens, des jeunes comme des moins jeunes qui s’avancent vers le bar ou en viennent.

« Tu étais venus voir Kelly, toi aussi ? » Que j’hasarde simplement en me penchant un peu, comme pour le rattraper. Mais il avance toujours, recule comme pour m’éviter. Mais je n’en démords pas, j’avance toujours vers toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 36
double-compte(s) : Gabriel, Antoine & Oana
crédits : ava par BABINE, signa par Exordium
MessageSujet: Re: Belle affaire || Cecil   Lun 9 Juil - 20:24


Il a tout entendu, le vampire. Et ça le fait sourire, intérieurement. Il aurait préféré que ses pensées soient celles auxquelles le garçon s'attend, plus pures que celle où il le vide de son sang afin de se nourrir, de compenser l'absence de victuailles sanguines des derniers temps. Et finalement, il décide de faire mine de rien, de lui demander après son prénom, cette identité face à laquelle il ne peut faire aucune promesse. Et ainsi beau sourire devient Cecil aussi, pour Ipolitt. L'espace d'un temps, d'une minute, d'une nuit. Peut-être qu'il lui faudra deux lunes, avant que ça ne s'efface. Il n'en saura jamais rien, dans le fond. Il hésite, un instant, entre le pseudonyme et le véritable prénom. De quoi va-t-il lui faire don ? De la galaxie ou de la carrière ratée ? Avortée dans l'oeuf, tuée en même temps qu'il avait pu l'être. Une inspiration, un mouvement sur la nuque, gêne, encore, d'une imitation si pâle.

Mercure. Pseudonyme. Les étoiles qui se dessine, le soleil qui irradie, si proche, terriblement proche... Un regard en arrière, Cecil qui suit encore. Quant au reste... Sourire, du nacre légèrement dévoilé. T'en fais pas.

Rien de plus à dire, si ce n'est qu'il touchera pas, à la vertu du bonhomme. Qu'il n'y a que son odeur qui l'attire, que ces veines pleines de vie qui le démange. Et qu'il ne connaît pas de Kelly. Un froncement de sourcil, l'air de réfléchir à ce qu'il avait pu entendre, durant cette soirée. Mais rien ne lui vient en tête, rien de cet ordre-là. Alors il recule encore, jusqu'à être assez éloigné, jusqu'à s'enfoncer dans un début de ruelle, juste ce qu'il faut pour être à l'abri mais encore assez près de la civilisation pour que Cecil puisse la retrouver, d'un pas. Il ne faut pas effrayer si vite la cible. Il n'aurait qu'à le tirer d'un coup sec pour l'attirer à lui. Ainsi est protégé le jeune homme dans sa tête, le dos éclairé par les lumières de la ville.

C'qui, Kelly ? Sincérité, à cet instant. Il se pose contre le mur, de nouveau, croise les bras, l'air de dire qu'il ne fera rien. J'suis un peu rentré au hasard. J'connais pas l'ville. Ni les événements qui vont avec. Ni d'Kelly.

Et il se souvient du rôle qui tenait, de l'homme qui avait un peu trop bu, du regard pétillant, des sourires. Alors il se marre un peu, l'air légèrement perdu, dans son monde. Ce qu'il est véritablement, dans le fond. Plus dans le même que Cecil, plus dans la même insouciance qui ponctuait ses jours et ses nuits auparavant. Mais il se souvient assez. Et c'est le plus terrible, oui. Que de ça, nulle lune n'a encore su l'effacer.

Déso', pour l'agressivité dans l'boite. J'dis souvent c'qui m'passe par l'tête sur l'instant. Surtout ré-bou ! Un nouveau rire, simple et posé. Juste qu'j'aime ienb ton odeur... Dentition qui se laisse voir encore, la normale. T'portes un parfum ou quoi ? Détourner l'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Belle affaire || Cecil   

Revenir en haut Aller en bas
 

Belle affaire || Cecil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Visite de Belle Rousse.
» Port de Vienne la Belle
» Votre plus belle vente d'académicien
» Une très belle série à suivre : Terres Indiennes sur ARTE
» Presentation d'une fille belle et adorable :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-