Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 bloody night (fiona)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— modératrice —
messages : 407
double-compte(s) : leora drake
crédits : (c) hoodwink (avatar), (c) svenou ♥ (family gif)
MessageSujet: bloody night (fiona)   Sam 30 Juin - 17:44

bloody night
Fiona & Tobias

Tobias avait faim et pas du tout envie de se lever. Dilemme. Son bouquin était prenant, il s’était plongé dedans bien avant que la nuit ne tombe, et maintenant … Maintenant il ne savait pas quelle heure il était, il savait juste qu’il avait faim. « Fionaaaa ? » Il ne savait pas non plus si elle était rentrée, mais dans le doute, il avait tenté. Des fois qu’elle ait ramené un truc à manger du resto … Mais c’est le silence de l’appartement qui lui répondit, désespérant. Tout au plus il parvint à réveiller Platon, qui débarqua tranquillement dans sa chambre pour venir s’installer sur son lit et s’y rendormir aussi sec. « Tu t’appelles pas Fiona toi, que je sache ? » Lança-t-il au chien, qui cette fois ne broncha pas et poursuivit sa sieste perpétuelle. Le jeune homme leva les yeux au ciel avec un petit rire. « Bonne nuit mon gros père, ne te dérange pas pour moi surtout. » Ce chien était ahurissant, toujours à dormir. Tobias aurait donné cher pour avoir sa recette du sommeil … Mais en attendant, ce n’était pas lui qui lui tiendrait compagnie, ni qui l’informerait de l’état des réserves du frigo. Fiona n’avait pas du terminer son service. Alors Tobias dut bien se résoudre à quitter son fauteuil, à reposer son bouquin, et à se bouger jusqu’à la cuisine pour voir s’il leur restait quelque chose à manger. Un coup d’œil à travers le velux lui montra un fin croissant de lune déjà haut dans le ciel noir, et Tobias haussa les sourcils. Il ne s’était pas rendu compte qu’il était déjà si tard, et il n’avait pas la moindre envie d’aller se coucher. Autant attendre Fiona. Autant faire à manger en attendant Fiona. Et le temps qu’elle arrive, qu’il lui demande comment s’était passé sa journée, qu’il la force à manger un bout pour ne pas qu’elle aille dormir le ventre vide … La nuit serait encore plus avancée. Bon plan. Toutes les excuses étaient bonnes pour éviter d’aller dormir.

Il alluma la radio en sourdine tout en commençant à cuisiner, sifflotant entre ses dents au rythme des musiques qui défilaient. C’était la meilleure période du mois, celle où il était le plus loin de la pleine lune, et il était de très bonne humeur. Il aimait ces nuits là, où le loup était suffisamment endormi pour qu’il en oublie presque sa présence au fond de lui. Et il regrettait que Fiona ne soit pas déjà rentrée, pour pouvoir partager un peu sa bonne humeur avec elle. Quitte à profiter de la nuit, il aurait préféré le faire avec elle. Mais elle ne tarderait pas à rentrer, sans doute. Pourtant elle n’était toujours pas arrivée quand il termina de cuisiner, et il mangea seul, avec son livre et la musique en fond sonore. « Bah alors Fiona, tu fais une nocturne ? » Demanda-t-il tout haut en entamant la vaisselle, ne s’adressant à personne en particulier. Il n’avait pas souvenir qu’elle lui ait dit qu’elle découcherait, mais il ne s’inquiétait pas outre mesure. Elle vivait sa vie comme il vivait la sienne, et vu le nombre de fois où il passait la nuit dehors, il n’était pas bien placé pour faire la moindre remarque … D’autant plus que ses raisons à elle de découcher étaient sûrement bien meilleures que les siennes. C’était souhaitable.

Quand il en eut terminé avec la vaisselle, il retourna à son fauteuil dans sa chambre et se replongea dans son roman. Quand la porte de l’appartement s’ouvrit finalement, il commençait à sentir la fatigue alourdir ses paupières, mais il sauta sur ses pieds pour accueillir sa colocataire. Toujours pas envie de dormir – comme toujours. Ce ne serait sûrement pas son cas à elle, mais il la laisserait tranquille si elle était trop fatiguée. Juste deux petits mots et il la laisserait se coucher, promis. « Hey, comment … » Ses mots s’étranglèrent dans sa gorge alors qu’il sortait de sa chambre, et qu’il tombait sur Fiona au milieu de leur salon minuscule. Elle était là, devant lui. Couverte de sang. Son cœur rata un battement, toute sa belle insouciance s’envola en une fraction de seconde alors que la peur le submergeait. « Fiona ! T’es blessée ? » En deux pas, il fut à côté d’elle, cherchant la blessure, cherchant la morsure. Il ne pouvait pas s’en empêcher, il ne pouvait pas penser à autre chose. Pitié, pas ça, pitié. Pas elle.

Made by Neon Demon

_________________
hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 432
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, ismael, janek, leonard.
crédits : avatar (c) miserunt. – signature (c) stephen, we heart it.
MessageSujet: Re: bloody night (fiona)   Jeu 26 Juil - 22:01

▼▲▼

La peur. Celle qui ne la quittait pas, et qui lui faisait trembler les jambes à chaque pas. L'escalier était devenu un supplice, mais elle ne s'arrêtait pas. Une marche après l'autre. Les poumons qui brûlent, les yeux qui brûlent, le cou qui brûle. Les joues en feu, elles aussi — la peau asséchée par les larmes qui y ont coulé. Et les vêtements lui collent au corps, mais cette fois la pluie n'y est pour rien. L'eau est rouge et poisseuse — vient d'elle. Son uniforme qu'elle devra faire tremper si elle veut avoir la moindre chance de le récupérer. Pourtant à cet instant, le sauvetage de ses vêtements de travail est la dernière de ses préoccupations. Le coeur battant toujours de cette peur qu'elle est incapable de contrôler. Incapable de faire refluer. La sensation fantôme de la mâchoire dans son cou lui broie les tripes, lui ankylose l'esprit. Et il lui semble que toutes ses pensées cohérentes ont été avalées par le trou noir que la terreur avait provoqué. Plus rien à quoi se raccrocher. Plus rien d'autre que l'appartement que son corps s'acharnait à vouloir atteindre, et l'espoir que Tobias serait réveillé quand elle rentrerait.

D'ordinaire, le silence et l'oubli étaient ses seules armes pour s'en tirer. Besoin que les ténèbres l'enveloppent, que le froid l'enserre. Mais ce soir, le froid l'effrayait. Coulait déjà dans ses veines, et se mêlait à la fusion de ses poumons pour l'empêcher de respirer. Le sang qui glissait toujours dans son cou, et qu'elle s'évertuait à retenir avec le mouchoir qu'on lui avait prêté à cet effet — mouchoir déjà trop détrempé pour en supporter davantage. Tout ce qu'elle voulait, c'était rentrer. Pousser la porte de l'appartement, l'entendre se refermer, la constater verrouillée. Se laisser glisser dans la baignoire, regarder l'eau chaude couler et s'y immerger. Sans prendre la peine de se déshabiller. Sentir la présence de Tobias, à ses côtés. Avoir ses mains prêtes à la rattraper, si jamais elle en venait à s'effondrer. Mais l'escalier lui semblait interminable à grimper. Trop long. Les marches, trop hautes. Pourquoi il a fallu que tu choisisses le dernier étage, Tobias ?

Et, enfin, l'escalier s'arrête. Le couloir qu'elle remonte en quelques pas, et sa main tachée de sang séché fouille sa poche à la recherche de ses clés. Ses doigts tremblants les sortent et, après une tentative infructueuse ou deux, finissent par insérer la clé principale dans la serrure. La porte qui s'ouvre. Le choc qui refuse toujours de se laisser digérer. Ses yeux qui ne veulent plus pleurer. Son sac qui retombe dans l'entrée — et son cerveau qui assimile avec un net décalage que les lumières sont allumées. Tobias est encore levé. Elle prend une grande inspiration tremblante, figée dans le tout petit hall. Perçoit le mouvement, à quelques mètres de là. La voix du louveteau qui lui parvient. Et son coeur semble redémarrer de plus belle. S'emballer. Dérailler. « Fiona ! T’es blessée ? » Elle met trop de temps à répondre. Le temps que l'information ne grimpe jusqu'à son cerveau. Qu'elle n'essaie de la comprendre. « Non. » Elle ne s'entend pas. Ne réalise que trop tard que les larmes se sont remises à couler. Qu'elle ne lui a pas donné la réponse qu'il fallait. « ... Oui ? » Et dans sa voix tremblante s'immisce la question. Elle ne sait pas. Ne sait plus. Sa main qui relâche la pression sur son cou. Son bras qui retombe le long de son corps, dévoilant la morsure ensanglantée. « Je sais pas. » Les quelques mots qui s'échappent en un sanglot. Les mains de Tobias sur elle. Pour la palper, l'ausculter. Chaleur humaine la raccrochant à la réalité. Peinant néanmoins à retenir les sanglots qui se multiplient dans sa gorge, et qui secouent sa cage thoracique. Les mots qui ne veulent plus sortir, les sons des explications qui se muent en légers gémissements. Les bras oubliés le long de son corps, et la seule présence de Tobias qui lui a suffi à relâcher la pression des dernières semaines. Et elle ne semble plus pouvoir arrêter de pleurer. Pleurer sa première agression, que Slade avait empêchée. Pleurer le retour de Silas. Pleurer le vampire de ce soir. Pleurer de devoir être seule, chaque foutu jour qui passait. Pleurer, pour finalement accepter la présence qui s'affairait autour d'elle. La peur qui, pourtant, refuse de se dissiper. Aide-moi, Tobias. Aide-moi. S'il te plait.

Ne me laisse pas.

(c) blue walrus

_________________
Play me 'till the sun rises; Play me like a violin. I'm here with you now, not coming down. Leave my insanity Up here in the clouds. look what we found: Oxygen, we can breathe again. ✬ ✬ ✬


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— modératrice —
messages : 407
double-compte(s) : leora drake
crédits : (c) hoodwink (avatar), (c) svenou ♥ (family gif)
MessageSujet: Re: bloody night (fiona)   Mar 7 Aoû - 14:08

bloody night
Fiona & Tobias

Une angoisse dévorante avait pris possession de Tobias à la vision du corps de Fiona couvert de sang, invoquant des images féroces, des souvenirs brutaux. Les crocs dans la nuit, l’ultime vision avant la fin de toutes choses. Un instant pétrifié, Tobias ne put que contempler son amie de loin, incapable de faire le moindre mouvement. Déjà persuadé que le pire lui était arrivé … Et qu’il n’avait rien pu faire pour empêcher que ça n’arrive. Il ne voulait pas que ça lui arrive à elle, elle ne méritait pas ça. Il aurait du pouvoir la protéger au moins de cette issue là … Prisonnier de sa propre expérience, il ne voyait pas d’autre hypothèse à ce spectacle macabre, et son cœur s’était pétrifié à cette idée. Mais après cette atroce seconde de flottement à la contempler, figé d’horreur, il se mit enfin à bouger. En quelques pas, il fut auprès d’elle, les yeux rivés sur ce sang qui la couvrait, sur son visage ravagé par les larmes. Et cette question idiote qu’il posa, sans réfléchir, surtout pour entendre sa voix, surtout pour ne pas laisser le silence le pétrifier à nouveau. « Non. » Elle semblait perdue, très loin de lui, et il mit un temps pour comprendre l’incongruité de sa réponse. Mais elle se reprit, toujours aussi lointaine, toujours aussi … effacée.  « ... Oui ? Je sais pas. » C’est à ce moment qu’elle abaissa son bras, écartant le morceau de tissu imbibé de sang de sa gorge, et les choses se mirent enfin en place dans l’esprit de Tobias. Il vit la morsure, et le nom du monstre responsable changea. Vampire. A choisir entre la peste et le choléra … Pourtant il se sentit étrangement soulagé qu’elle ne l’ait pas rejoint du côté des loups-garous.

Il prit doucement Fiona par les épaules, et écarta les mèches de cheveux qui s’étaient collées au sang maculant son cou tandis qu’elle fondait en larmes. Le cœur de Tobias se serra à la voir ainsi, si vulnérable, alors qu’elle mettait habituellement tellement d’énergie à ne jamais se laisser atteindre. « T’inquiète pas, ça va aller. » Il dut faire un effort pour refouler le souvenir immédiat du visage de Dylan Crawford prononçant ces mots, essayant plutôt d’invoquer Sven et toutes les fois où il l’avait apaisé après une nuit traumatisante. Du calme. Il fallait prendre soin d’elle, faire en sorte qu’elle aille mieux. Refouler toutes les questions, et s’occuper de cette morsure qui saignait encore. Il essaya de déterminer si elle était blessée ailleurs, la palpant doucement et soulevant sa veste pour voir si le tissu était déchiré quelque part, mais ça ne semblait pas être le cas. Juste un vampire, alors. Juste une morsure. Il repoussa la question pressante qui lui brûlait les lèvres. Plus tard. « Viens, assieds-toi. » Il la guida fermement vers une chaise, et ne la lâcha que quand elle fut assise. Combien de sang avait-elle perdu ? Elle était blanche comme un linge, sous les traces écarlates. Mais elle était arrivée jusqu’ici, à pied. Ca ne pouvait pas être si mauvais que ça. Il n’aurait pas à l’emmener à l’hôpital, il essayait fermement de s’en convaincre. « Je reviens. » Il s’éclipsa dans la salle de bain et farfouilla dans les placards sans trouver ce qu’il cherchait. Où est-ce qu’elle rangeait sa pharmacie ? Lui n’avait que des somnifères, n’ayant pas l’utilité pour le reste, mais elle devait bien avoir … Il trouva finalement une boîte de pansements et de l’eau oxygénée, ce qui devrait faire l’affaire. Il retourna en vitesse dans le salon avec ses trouvailles ainsi que des serviettes propres. « Je vais désinfecter la plaie en premier, d’accord ? Ensuite on s’occupera de nettoyer le sang. » Il imbiba une serviette d’eau oxygénée et la passa sur la morsure, essuyant le sang et révélant la trace nette des dents du vampire. Il frissonna, et appuya fermement avec la serviette sur le cou de Fiona. « Bon, ça devrait vite s’arrêter de saigner. Je pense. » En réalité il n’en savait rien, il n’avait plus aucune expérience des blessures humaines et de la vitesse normale de guérison du commun des mortels. Mais en attendant, il maintint la pression sur la serviette. Et n’y tenant plus, il posa la question qui le démangeait depuis qu’il avait vu la morsure. « Il faut que je te demande, Fiona … Celui qui t’a fait ça, est-ce qu’il t’a fait boire quelque chose ? Du sang, par exemple ? » La question était maladroite, mais il n’avait pas su comment aborder le sujet sans traumatiser Fiona d’avantage. Mais il devait savoir. Si elle n’avait rien bu, alors elle serait saine et sauve et tout irait bien. Dans l’autre cas … Mais il préférait ne pas envisager l’autre cas.

Made by Neon Demon

_________________
hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 432
double-compte(s) : eli, tadhgán, sylvia, ichabod, ismael, janek, leonard.
crédits : avatar (c) miserunt. – signature (c) stephen, we heart it.
MessageSujet: Re: bloody night (fiona)   Aujourd'hui à 0:08

Tobias, si doux. Tobias, qui repousse ses cheveux. Tobias, qui a l'air soudainement plus vieux que ses traits juvéniles ne le laisseraient présager. Mais le sang-froid et la tendresse ne firent que redoubler les sanglots qui se précipitaient dans sa gorge, s'échouaient sur ses lèvres, et éclataient dans l'air autour d'elle. Mais Tobias ne se laissait pas submerger. Tobias ne la laisserait pas couler. « T’inquiète pas, ça va aller. » Et Fiona voudrait hocher la tête. Croire les mots rassurants qu'il lui donne, les accepter, et s'en servir pour se calmer. Mais elle ne peut qu'agiter brièvement le menton, sans savoir si c'est sous le coup des tremblements du chagrin ou de l'acquiescement. « Viens, assieds-toi. » Il la prit par les épaules, et elle n'eut pas la force de protester. Se laissa guider, asseoir. Le support sous son poids, et l'impression qu'elle pouvait enfin se laisser aller. Elle n'avait plus à se tenir debout. Elle n'avait plus à être seule. Elle n'avait plus à décider de quel serait son prochain mouvement. Sa survie était entre les mains de Tobias, et le jeune loup semblait avoir pris la responsabilité plus à coeur que son simple statut de colocataire ne l'aurait présagé. Pourtant, Fiona n'aurait jamais eu dans l'idée de protester. Fiona ne pouvait que pleurer.

Le choc qui se dissipait finalement, après avoir dû garder la tête haute face au vampire qui l'avait raccompagné. Il y avait eu des pleurs, discrets. Un début d'adrénaline qui retombait. Mais rien qui approchait le chagrin instinctif qui était en train de l'accabler. Celui qui relâchait toute la pression qui lui avait enserré la tête, le coeur, les tripes. Étau meurtrier, dont elle avait cru devoir rester prisonnière à jamais. Mais Tobias était là, désormais. Tobias était là. « Je reviens. » Elle voulut le retenir, accrocher sa manche, lui balbutier de rester à ses côtés. Mais son corps ne put réagir assez rapidement, et Tobias avait déjà disparu en direction de la salle de bain. Alors, elle fit ce qu'il lui restait. Hocha la tête, pour accepter l'idée qu'il allait revenir. Il le lui avait dit.

Rapidement, il fut de retour. Comme promis. Les mains chargées de quoi s'occuper de la plaie qu'elle réalisa toujours à découvert. Toujours à vif. La douleur qui revint, tandis que la vue des pansements lui rappelait la peur qu'elle avait ressentie. Peur de la mort. Peur de ne jamais se relever. Peur de finir sa misérable vie dans cette misérable ruelle — sûrement ce qu'elle aurait mérité. « Je vais désinfecter la plaie en premier, d’accord ? Ensuite on s’occupera de nettoyer le sang. » Machinalement, elle acquiesce. Essaie de ravaler les sanglots, de dissiper les larmes. Et elle y parvient, peu à peu. Seconde après seconde, perdue dans le désarroi de ce qu'elle venait de traverser. Une soirée que trop mouvementée. Qu'il lui faudrait surpasser, et avancer. À moins de fuir, une nouvelle fois. Fuir loin de ce restaurant misérable. Loin de cette ville de malheur. Loin de Slade, loin de Silas.

Loin de Tobias.


Elle se crispa violemment lorsque le jeune loup commença à désinfecter, et porta instinctivement sa main à la serviette lorsqu'il l'appuya sur la plaie. « Bon, ça devrait vite s’arrêter de saigner. Je pense. » Elle renifla. Les larmes coulaient toujours, mais les sanglots incontrôlables avaient fini par s'estomper. Se raréfier. Respire, Fiona. Elle conserva sa main sur celle de Tobias, alors qu'il ne semblait pas décider à relâcher la pression qu'il exerçait sur la serviette. Respire. « Il faut que je te demande, Fiona … Celui qui t’a fait ça, est-ce qu’il t’a fait boire quelque chose ? Du sang, par exemple ? » Ses grands yeux qui se relèvent, pour trouver ceux du jeune loup. Les souvenirs qui défilent à tout allure dans ses prunelles, tandis qu'elle essaie de trouver le moment où un tel fait aurait pu se produire. Mais après quelques secondes d'immobilité, elle se met peu à peu à secouer la tête. Puis, plus franchement. Non. Ça ne lui revient pas. Si un tel événement s'est produit, elle ne s'en souvient pas le moindrement. « N-Non. J'crois pas. » Le sanglot bloqué dans sa gorge. Elle le ravale, inspire une grande goulée d'air. « Il est arrivé de nulle part, et il m'a juste... Mordue. Un autre vampire est arrivé pour le faire dégager, ils se sont battus, mais... Mais j'ai rien avalé. » Elle a la voix qui se brise. La tentative ultime de se remémorer. De comprendre ce que Tobias veut dire par là. Est-ce que c'est comme ça qu'on se transforme ? « Je crois pas. » Se répéter. Essayer de s'en convaincre. Mais savoir ses pensées emmêlées, roulées en une pelote trop étroite sur le coup du choc. Et si rien ne lui revenait à ce sujet, cela ne voulait pas dire que ce n'était pas arrivée. L'inexactitude liée au traumatisme. Des fils enroulés de manière trop serrée, sous la couche des autres — ceux dont elle se souvenait. Elle aurait pu en oublier. Trous noirs. Ça n'aurait pas été la première fois. « Y a un moyen d'en être sûrs ? ... » L'inquiétude, soudainement. Qui traverse ses grands yeux, alors qu'elle n'a aucun moyen d'être sûre que son esprit ne lui jouerait pas le plus funeste des tours. Je fais quoi, Tobias ?

Je fais quoi s'il m'a donné à boire son sang, mais que je ne m'en souviens pas ?


hors jeu:
 

(c) blue walrus

_________________
Play me 'till the sun rises; Play me like a violin. I'm here with you now, not coming down. Leave my insanity Up here in the clouds. look what we found: Oxygen, we can breathe again. ✬ ✬ ✬


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: bloody night (fiona)   

Revenir en haut Aller en bas
 

bloody night (fiona)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» For Bloody Honor (Russie 1918-1922)
» Bloody April
» Bloody Mary acte II : Ladoce de Lorso
» Présentation Dark Night
» Bloody Day Part

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-