Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 Who's hungry ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
messages : 121
double-compte(s) : Cecil & Abel
crédits : (c) PΞSTILENTIA
MessageSujet: Who's hungry ?   Mer 4 Juil - 2:48

C’est bon, tu l’as reçu.

Ton bonheur est à la fois complet et parfaitement désuet, comme une petite fille à qui l’ont cède un caprice plus gros qu’elle. On a effectivement céder à tes caprices, Magdalena, et plutôt deux fois qu’une. Il aura fallut le concours de plusieurs douaniers pour l’obtenir, ainsi que quelques arrangements avec des collègues. Mais c’est sur le champ que tu avais pris un billet d’avion pour Alberta et que tu avais filé comme le vent (ton bagage en soute était d’un ridicule modéré) (des vêtements pour quatre jours à peine). Engoncé dans un chemisier en lin blanc presque trop près du corps, la taille prise par un pantalon qui remonte très haut et dont les jambes sont très larges et chaussées d’escarpins tout aussi noirs que ton pantalon, tu as l’air impériale, comme prête à dévorer le monde, les gens qui y vivent et pourquoi pas gratouiller un chat au passage.

Récupérer ta valise à roulette ne t’as pas pris longtemps. Aujourd’hui encore tu continues d’appeler ça « la valise de feignant » comme un rappel sombre de ton manque d’entrainement à la chasse. Petit rappel que porter des choses lourdes ne font pas partie de tes prérogatives depuis longtemps. Tu fonces directement vers les voitures de location sans même y penser, signant les papiers en un tour de main et sans sortir le moindre sou. « How’s you wife, Jack ? I bet she’s happy with the baby on his way.  » Quelques mots glissés ça et là, rappeler le pouvoir qu’on peut avoir sur les personnes (avant de ne plus en avoir une fois dans ce village ridicule). Bientôt le moteur ronronne, alors que tu quitte le parking de l’aéroport. Une bonne chose de faite.

Le reste du trajet se fait dans le calme, une radio allumée au hasard et le rythme de classiques du rock fredonné comme si de rien n’était. Tes chaussures trônent à côté de toi, sur le sol, pour conduire avec plus de facilité (un accident est si vite arrivé). Tu es électrique ce soir, survoltée, comme si rien ne pouvait t’arrêter : tu es si heureuse de l’avoir reçu et de pouvoir le partager. Tu n’as même pas prévenu Cristian de ton arrivée, en fait. Peut-être que tu devrais ? Peut-être. Non. Les surprises c’est très bien. Tu n’aimes pas qu’on te fasse des surprises, tu n’as jamais aimé ça. Maniaque du contrôle, peut-être. Mais faire des surprises, c’est une autre histoire. On aime ça, faire des surprises. Si possible en évitant de faire faire des crises cardiaques aux gens. Si possible.

Il n’y a pas beaucoup d’hôtels dans cette ville, on est très loin de Calgary ou Toronto, mais je dois avouer que l’hôtel dans lequel je descends toujours à un petit charme rustique. J’ai une salle de bain dans la chambre, le petit déjeuner offert et une vue sur le reste de la ville comme si l’établissement se trouvait sur un petit piédestal : la perfection. Après avoir récupéré la clef de ma chambre, déposé mes affaires à la va-vite, je me suis littéralement rué vers la voiture pour aller faire des courses. Acheter des oignons, du lard et des pommes-de-terre sous le regard souriant et jugeur des différents commerçants. Il faut bien avouer qu’avec un tel attirail sur toi, il était difficile de t’imaginer en cuisinière.

Sac à main sur l’épaule et sac de papier dans les bras, tu traverses la petite cours qui fait face à la maison de ton filleul sous les crissements de ton talons dans le gravier. Tu n’espérais pas vraiment être discrète, mais tu ne peux t’empêcher d’être un peu déçue lorsque le chien à l’intérieur semble annoncé ta venue de quelques glapissements ridicules (souvenir de tes propres chiens en Roumanie) (Des molosses comme on en fait plus). Sans plus tarder tu toques à la porte, sifflant quelques mots roumains entre tes dents : « Petit traitre. Tu mérites pas la pâté que je t’ai ramené. » et alors qu’on ne t’as pas encore ouvert, tu hausses le ton et continue dans le même langage : « Je sais que t’es là, j’entends ton chien ! Ouvre moi, j’ai une surprise ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 135
double-compte(s) : Titan la démone
crédits : (c) Twizzle, anaphore, electre
MessageSujet: Re: Who's hungry ?   Sam 14 Juil - 0:20

Le troisième couteau fut d’un petit geste décalé de trois millimètres vers la gauche. Pour être parfaitement symétrique avec le reste des munitions faites maison. Cristian lève le nez vers le plafond et expire la fumée dense de son pétard. Il est anxieux ce matin, il est toujours anxieux. Alors quand il est anxieux, il a ses moults gestes pour se calmer. Aligné ses armes de chasseurs par ordre croissants de taille, avec une précision chirurgicale, sur son bureau parfaitement nettoyé au préalable, c’était une façon de se calmer. Il avait réorganisé son emploi du temps de la semaine, certains de savoir comment agir pour ses chasses, les horaires de ses proies réglées comme du papier à musique. De quoi rendre son père fier. Mais voilà longtemps qu’il n’était plus certain que ce soit le cas. Pas plus qu’il soit particulièrement en train de courir après une énième validation du paternel. Probablement que oui, comme tout le monde chez les sangs-coureurs.

Mais il était lessivé. Le retour de Ciulin dans sa vie l’avait conforté dans ce qu’il avait toujours su. Il ne sera jamais comme elle. Il ne sera jamais cette pépite de brutalité et de talent que son ainée était. Pas plus qu’il ne sera cet électron libre qui vit sa vie en disant merdre aux traditions. Cristian s’était acharnée à les faire évoluer, alors qu’il aurait pu claquer la porte il y a bien longtemps. Au fond, il le savait : Il avait fait tout ça uniquement pour avoir l’approbation d’un paternel qui l’effrayait autant qu’il l’adulait. Parce qu’il savait que le moindre de ses gestes seraient désignés et  commandités par l’imposante figure de Kaelig Taur. C’était une vérité qu’il avait toujours su. Tout comme il avait rapidement compris qu’il était une irritante mauvaise herbe au sein de la tradition familiale. Mais qu’on aimait trop pour arracher.

Son dos retombe platement sur le sol, les yeux qui observent les jointures du plafond refait à neuf il y a une poignée d’années. Son casque vissé sur les oreilles passe en boucle le bruit rassurant d’un feu de cheminée. Il se calme, de façon nécessaire. Les attaques extérieure sont de plus en plus soudaine, et il doit faire face à son devoir avec un semblant de paix. Index et majeur tiennent sa cigarette avec nonchalance quand –enfin- il entend ses chiens qui lui tournent autour en aboyant. Ça lui vient d’un coup : on frappe à la porte. On passe son temps à y tambouriner en ce moment. Un changement désagréable quand comme lui, on a longtemps cultivé une solitude nécessaire. Un rappel constant de la raison pourquoi il a refusé de revivre avec ses parents et sa famille quand ils sont arrivés à Blackwater Falls.

Il reconnait sans peine la voix qui tonne derrière, outrée par le manque de réaction de son humble filleul. Il en a un bref hoquet, mais sait qu’il doit agir vite si il ne veut pas subir l’ire de la matriarche. Il se passe sa main en arrière dans ses cheveux, en résulte une coiffure proprement hideuse et grand guignolesque, quand il finit par ouvrir à la Sarpe, qui va de paire avec son t-shirt usé et son jeans troué. Et qui tranche avec le look impeccable de sa marraine.

« Pardon. J’ai pas entendu. Salut Magdalena. »

Il retire son casque et l’invite à entrer. Il ne sourit pas, mais hoche vivement la tête. Il est ravi de la voir, et pour cause : ça fait longtemps qu’il attend sa visite. Même si il aurait aimé être prévenu. Les surprises, Cristian n’aime pas ça. Ça le stress. Pour moult raisons évidentes.

« Je suis content de te voir. » qu’il souligne avec un ton monocorde en grattant son cuir chevelue avec la même main qui tient sa cigarette. Elle sait qu’il est sincère c’est bien la seule chose qui compte. Ses deux chiens, eux, sentent l’odeur de la nourriture et lui tournent autour avec une joie non dissimulée.

« Tu es venue ici pour voir Mama ? » Il se penche pour saisir son corgi dans les bras, le plus agité, qui d’ailleurs s’empresse de pourlécher son maître qui recule instinctivement. « Pardon, il est bruyant, c’est encore un bébé… »

Il lui pardonne beaucoup plus de choses depuis qu’il sait qu’il a un certain potentiel pour la chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 121
double-compte(s) : Cecil & Abel
crédits : (c) PΞSTILENTIA
MessageSujet: Re: Who's hungry ?   Sam 21 Juil - 4:31

« Pardon. J’ai pas entendu. Salut Magdalena. » qu’il te dit, l’effronté.   « Je te pardonne, băiete. » Tu souris en coin, discrètement. Tu rentres avec un aplomb certain, un peu comme si tu habitais ici toi-même. Un peu comme si tu possédais la maison, les chiens, l’enfant : tout. C’est d’ailleurs sans tarder que les chiens t’encerclent parfaitement sans doute attirés par l’odeur de tes paquets trop nombreux, trop lourds. Un rire rapide, qui n’ébranle qu’à peine les coins de ta bouche. Les talons crissent un peu alors que tu essayes d’esquiver les cabots qui courent dans tes jambes (ne tombe pas maintenant, ce serait dommage) (si proche du but). « Je suis content de te voir. » Je dodeline doucement avec un sourire doux, butant sur quelques mots roumains pour répondre. « Moi aussi. » Pas moins, pas davantage. Tu finis par avancer jusqu’à la table la plus proche pour déposer tes paquets.

« Tu es venue ici pour voir Mama ? » Sans plus tarder, un sourcil se hausse alors que tu tournes la tête rapidement. Tu ne peux pas t’empêcher d’approcher en observant ton filleul avec soin, résistant à l’envie de passer ta main dans ses cheveux. « Arrange tes cheveux, mon garçon. Je suis venu pour te voir. J’irai probablement voir ta mère demain quand même, mais je voulais cuisiner avec toi. » Et tu pointes les sacs en guise de preuve, dodelinant de la tête comme si tu étais soudainement très agacée. Mais comme toujours, tu sais ménager tes effets : tu n’as toujours pas révéler la recette que tu voulais essayer en cet automne rafraichissant. Croisant les bras sur ta discrète poitrine, tu continues sans chercher davantage à le raisonner. « J’ai ramené de la… comment on dit ? de la pâté, c’est ça, pour les chiens, et quelques croquettes. Tu ranges ça par où ?

Ton roumain est rouillé, du moins celui qu’on parle loin du barreau et des entrevues professionnelles. Tu n’aimes pas réaliser ce genre de choses, comme si tu perdais petit à petit ta nature profonde. Même avec Agathe, tu parles presque uniquement en anglais. C’est hasardeux, et il faudrait que tu parles davantage roumain avec des gens de la sphère du privé. Mais pour le moment tu attrapes les boites et les conserves pour accompagner Cristian jusqu’à l’endroit demandé plus tôt, suivis par les boules de poils. Tes sourires sont éternels, et ne semblent plus vouloir s’arrêter, te penchant même pour caresser l’une des peluches canines du plat de la paume. Ils sont si mignons. Tu les avais déjà vues, évidemment, mais ton cœur est vendu aux animaux de toute manière. Faut-il rappeler que tu as élevée tes deux chiens seule avec les conseils d’un maitre chien ? Tu aurais pu te donner entière à ce métier si le clan n’était pas en jeu.

« Bon, băiete, est-ce que tu connais quelques recettes françaises ? » La question n’avait rien d’anodine, bien évidemment, et ton sourire était tel que tu semblait avoir perdu des années en quelques secondes. Une petite cachotière, trop fière de son petit plan espiègle. Tu retournes à tes sachets pour fouiller dedans, le temps qu’il te réponde, avant de sortir un morceau de fromage très particulier. « Je vais avoir besoin d’aide pour éplucher les patates et les oignons. Ce soir, on mange tartiflette. » Et ça n’avait que peu d’importance qu’il comprenne véritablement ce qui allait être mangé ce soir. L’important c’était l’instant, le partage. L’important c’était que vous soyez réunis. Et ça, Magdalena, ça te faisait énormément plaisir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Who's hungry ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Who's hungry ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Traduction à jour et (un peu) enrichie de la doc sur l'API Nabz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: residential area :: résidences-