Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 A ghost story. || Merrill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
messages : 104
double-compte(s) : Vesper, Amon, Selen & Oliver
crédits : (ava & image profil) Noobody ♥ (code signa) flotsam
MessageSujet: A ghost story. || Merrill   Jeu 12 Juil - 12:29

Août est étouffant. Humide et lourd, à plomber le ciel de nuages qui ne demandent rien d’autre que de crever en continu. La ville s’est ternie avec l’été qui se chevauche avec l’automne, comme si les saisons se mêlaient déjà dans une sorte de miasme climatique. L’atmosphère ploie sous le corps déjà harassé par le moindre degré d’écart avec son confort habituel. Faut-il avoir le cœur piqué par la curiosité pour daigner mettre un pied dehors., qu’il pense, harassé, déjà. Crowley garde de Paul cette capacité à râler en silence contre les tracas quotidiens, des affaires perdues à la planète qui effectue son simple cycle routinier. Et la moiteur de ce mois-ci est un exemple parfait pour s’appliquer à cette activité qui le passionne autant que le cas qui l’a poussé à sortir de chez lui.

Il est seul, cet après-midi. Le « Cups&Cakes », charmant café cosy du quartier historique, n’est dérangé que par un couple de personnes âgées dans un coin qui s’amusent à discuter d’une vague partie de bridge organisée samedi prochain. Il n’écoute que d’une oreille, occupé à se concentrer sur la raison de sa venue dans un endroit pareil. Jamais il n’aurait songé à n’y poser ne serait-ce qu’un orteil, mais son interlocutrice l’a choisie. Et Crowley se plie à la volonté de ceux qui l’appellent à l’aide, ne serait-ce que pour les conforter dans leurs choix. Vous me demandez, et j’accours là où vous le désirer. Enfin, courir. Bien grand mot. Les jambes se font capricieuses, ces derniers temps. Le taxi a été de mise pour ces muscles qui ont oublié comment travailler. C’est presque la honte qui se dessine sur le visage ombré de l’épée qui n’attend que de tomber pour le transpercer. Et l’évidence se grave de nouveau dans sa mémoire, comme un sombre leitmotiv dont il ne peut se défaire depuis deux ans maintenant. Un jour j’arrêterai de respirer. Alors autant se prendre par la main, pour la tendre vers ceux qui ont en besoin. Vers celle qui finit par le rejoindre, au bout de quelques minutes d’attente. Là où Paul est d’une ponctualité sans nom lorsqu’il s’agit des affaires de Crowley. Point d’honneur imposé pour cette passion qui le dévore, qui le pousse parfois à l’impossible risqué. Mais aujourd’hui il ne s’agira que d’une entrevue avec cette jeune femme tourmenté, hantée.

Paul lève les yeux de son café sombre, siroté sobrement sous la houlette de lampes un peu trop fortes pour sa sensibilité oculaire. Tout ici le pousse à s’en aller, et quand elle s’approche, il se refuse immédiatement à cette idée. Impossible pour lui de se lever pour la saluer, les genoux en ont décidé autrement. Alors il se contente de la regarder, et d’arquer, d’un coin de lèvres, un sourire poli.

« Bonjour. Merry, je présume ? »


Merry, ou la demoiselle au fantôme persistant. Un message qui s’est échoué un jour dans le nid de sa boîte de réception affiliée au site web. Une demande de renseignements, de précisions, sur toute la partie concernant les esprits. Un aspect de ce monde alterné diablement trop réel pour certains. Les disparus insistants pour se rappeler aux vivants. Et cette femme semblait être de ceux que l’aura froide d’un spectre avait choisi pour cible.
Vague signe de la main pour lui désigner la seconde chaise qui l’attendait, les affaires peuvent désormais débuter.

« Crowley Therion. Asseyez-vous, je vous en prie. »


Et parlons. Dites-moi tout. Malgré ma condition, je suis là pour vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 430
double-compte(s) : mischief (alecto), shame (jane), pain (thomas) & revenge (rhaena).
crédits : carnavage. ♡ (avatar), myself (sign), halo/starset (lyrics)
MessageSujet: Re: A ghost story. || Merrill   Lun 13 Aoû - 0:37

Des mois qu’elle endure cette situation. Sans rien dire, sans montrer que ça la ronge de l’intérieur. Chaque matin, elle se réveille en se demandant si elle n’a pas rêvé la mort d’Aidan. Chaque matin, elle croit qu’elle va se réveiller avec son tendre, endormi à ses côtés, Lucas bien calé entre eux, dans leur chambre de Boston. Mais ce matin, comme tous les autres, elle ouvre les yeux sur des draps vides et son corps aussi fatigué que lorsqu’elle s’était couchée. Le sommeil vient, mais il n’est pas réparateur. L’esprit accroché à elle arrache de trop grandes réserves de son énergie. Parfois, elle se demande si elle ne va pas mourir par le simple fait de marcher jusqu’à la chambre de Lucas pour le réveiller. Cette pensée la terrifie. Elle ne peut pas laisser Lucas orphelin. Le simple fait de l’imaginer la fait trembler. Alors aujourd’hui, elle se lève et reproduit le train-train quotidien. Réveiller Lucas, lui prépare à déjeuner et aller le porter à la garderie.

Sauf qu’aujourd’hui, elle a un rendez-vous particulier. Une fois son fils aux soins de la gardienne, Merry prend la direction d’un petit café du Historic District. Arrivée sur les lieux, elle remarque l’homme assis seul à sa table et comprend que c’est l’expert qu’elle a consulté. La belle est prête à tout pour se libérer de l’esprit au fond d’elle. Chercher l’aide d’un consultant serait un bon point de départ même si les autres qu’elle a appelé à l’aide n’ont rien pu faire ; ils n’ont jamais rien vu de tel avant. L’ancienne infirmière s’approche de l’homme et ce dernier la remarque et l’invite à s’asseoir. « Oui, Merry, c’est ça. Enchantée. » Elle est nerveuse. Elle n’aime pas parler de ce qui l’afflige. Elle se sent comme une anomalie. Un truc étrange à étudier. Presque un rat de laboratoire. « Merci d’avoir accepté de me rencontrer. Discuter par email, c’est pas trop mon genre. » Considérant la situation… Elle se met à jouer avec une mèche de ses cheveux.

Elle ne sait pas par où commencer. Alors elle hésite et baisse les yeux sur la table qui les séparent. « Comme je vous le disait sur votre site Web, j’ai un petit problème d’esprit. » Elle finit par s'asseoir à la chaise qu'il lui présente gentiment. Déjà, elle a l'impression d'avoir couru un marathon et la journée n'en est qu'à l'après-midi. Elle soupire, exaspérée. « En résumé, cette… entité, ou je sais pas quoi, m’a sauvé la vie il y a deux ans. Sauf que maintenant, il se nourrit de mon énergie. Je suis constamment épuisée. Je perds souvent conscience. Et je peux ressentir les ondes dégagées par les gens autour de moi… leur douleur... » Elle s'assure de ne pas parler trop fort pour que les quelques clients présents ne l'entendent pas. « Les autres consultants que j’ai croisé depuis m’ont affirmé que s’ils séparent l’esprit de mon corps, je vais mourir. Il me maintient en vie... mais à quel prix... » Il y a bien une solution qui pourrait marcher mais c’est en dernier recours. Devenir une créature de la nuit chasserait l’esprit et la garderait en vie… Mais c’est risqué et tout le monde autour d’elle lui dit de ne pas faire ça. Surtout que rien ne dit que ça fonctionnerait. Ce n'est qu'une théorie. Crowley est donc son dernier espoir pour trouver un autre moyen...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 104
double-compte(s) : Vesper, Amon, Selen & Oliver
crédits : (ava & image profil) Noobody ♥ (code signa) flotsam
MessageSujet: Re: A ghost story. || Merrill   Mer 19 Sep - 17:17

Elle ressemble à Lydia. La première pensée qui s'immisce, s'invitant elle-même au bal sans fin. Elle se fait persistante, celle-ci. Merry ressemble à sa fille, peut-être pas dans l'âge ou le physique, mais indubitablement dans ce qu'elle dégage. De la douceur. De la fragilité. Des yeux qui parlent pour réclamer une aide qu'il espère pouvoir lui apporter. Crowley sait beaucoup, Crowley sait écrire, mais plutôt qu'agir, il préfère se cacher. Demeurer l'humain qui donne les pistes pour pouvoir orienter les égarés, ceux et celles qui ne savent plus quoi croire. Il n'est Sauveur de personne, si ce n'est lui-même, en se targuant d'avoir pu donner poser une pierre sur l'édifice d'un monde qu'il ne comprend pas.
Mais en attendant, on le réclame, on veut des réponses.
Merry est là pour ça. Et il ne doit pas la décevoir. Pas quand elle le regarde comme de cette façons. Pas quand elle lui rappelle autant ce qui lui manque le plus depuis que son entêtement l'a mené ici.

Il l'écoute, dans le plus parfait des silences. Il ne peut rien faire tant qu'il ne connait pas les tenants et les aboutissants de la demande. Sa main caleuse touille lentement le café, sans bruit, concentré sur le récit de la jeune femme. Un esprit dangereux sans s'en rendre compte. Une volonté qui s'exprime au travers d'une attache trop pesante. Il réfléchit, l'homme de science et déraison, aux dires de collègues peut-être plus routiniers que lui à ce genre de fait. Il est, après tout, plus coutumier de légendes relatives aux créatures plus tangibles que ces autres qui regrettent tellement de choses que la paix leur est impossible. Il eut longtemps même peur d'en croiser, sans se l'avouer. Ou d'en devenir un lui-même, si ses rêves ne prenaient pas forme. Longtemps il rejeta l'idée de les inclure à son bestiaire, avant de céder, de les étudier, de prendre conscience que la part d'humain en eux les rendaient tout aussi fascinants que ceux qui se griment avec des peaux d'Hommes. Il chercha, décortiqua les mythes, fonda sa culture. Et selon ce que raconte Merry, et ses propres connaissances fantomatiques, les nouvelles ne sont manifestement pas bonnes.

« Et ils ont malheureusement raison, je le crains. » Il cesse de touiller, et la regarde dans les yeux. Le ton calme et rationnel. « C'est un phénomène d'attachement plutôt rare. On pourrait parler d'une forme de possession, mais pas au sens stricte du terme. Disons que je pense cet esprit veille sur vous à sa manière, et que pour ce faire, il trouve son énergie dans la vôtre. Comme pour ne jamais vous quitter. »

Triste ironie de se nourrir des vivants pour oublier que l'on est déjà mort.

« Les esprits ont pour habitude d'être rattachés à un lieu, ou un objet. Peut-être que celui-ci a décidé que vous seriez son nouveau point d'ancrage... Toutefois... les méthodes classiques d'un médium pourraient vous blesser, par conséquent. Ce n'est pas anodin de pratiquer ce genre de chose sur un être humain. Il faudrait que nous trouvions un particulièrement puissant. Je peux consulter mon réseau et parvenir à trouver ceux vivant à Blackwater Falls, si vous le désirez. »


Une ombre de sourire, peut-être pour la rassurer. Il marque une pause, délaisse la pelisse de chercheur pour revêtir celle du rêveur, hypnotisé par la prouesse qui se joue en elle. Tout cela est fascinant, vraiment.

« ... C'est tout de même singulier, je dois vous l'avouer. J'aurai plusieurs questions à vous poser, si ça ne vous dérange pas. »

Il attend son approbation. Et comme de juste, il débute, interrogatoire servant à distiller la vérité.

« Premièrement, s'est-il déjà manifesté devant vous ? Avez-vous déjà pu établir une forme de communication avec lui ? Dans quelles circonstances vous a-t-il sauvé la vie ? »

Et il attend, presque sacré, pour chuchoter, lui demander à voix basse ce que personne d'autre ne peut entendre, café vide pour deux âmes qui cherche à extirper la troisième. C'est comme un secret, ce qui se joue ici. Une vie si jeune et partagée. Il regarde un instant autour de lui, comme pour regarder, lui aussi, si on ne les entendrait pas. Sommes-nous réellement seuls, ici-bas ?

« ... Et... est-il ici, Merry ? Est-ce que vous sentez sa présence ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 430
double-compte(s) : mischief (alecto), shame (jane), pain (thomas) & revenge (rhaena).
crédits : carnavage. ♡ (avatar), myself (sign), halo/starset (lyrics)
MessageSujet: Re: A ghost story. || Merrill   Sam 24 Nov - 19:06


C'est étrange d'être ici. À s'apprêter de parler de son problème. D'ordinaire, c'est elle qui écoute. C'est elle qui conseille. L'émission de radio comme moyen d'aider les âmes en peine. À force de refuser l'aide de sa soeur, celle de son frère. Celle de tout le monde hormis quelques experts, elle a oublié ce que ça fait de demander une épaule sur laquelle s'appuyer. Après avoir rapidement commandé un café à la propriétaire qui vient prendre sa commande, Merry écoute attentivement le consultant. Et malheureusement, il lui apprend ce qu'elle sait déjà... Les séparer, ce serait la tuer. « Je vois... » La serveuse lui apporte à cet instant sa tasse chaude et Merry prend tout de suite une gorgée. Mois le café ne semble plus avoir de saveur et ce n'est pas la faute du commerce puisqu'autrement, elle le trouverait délicieux. Au moins, la chaleur de breuvage l'apaise un peu et quand Crowley avoue pouvoir peut-être l'aider, elle sourit doucement. Un peut-être est moins qu'un non définitif. « Si vous croyez connaître quelqu'un qui se sent capable de nous séparer sans me tuer, je vais essayer, c'est certain. Pour être honnête, je suis rendue à un point où je me dis qu'il serait plus simple de devenir une créature. J'ai entendu dire qu'un esprit et vampire ou loup-garou ne font pas bon mémage. » Une idée stupide, absurde. Trop dangereuse aussi. Mais la belle se sent démunie, vidée de ses résistances. Alors la voilà à considérer des solutions loin d'être garanties. Simplement dans l'espoir de faire changer les choses. « Mais je sais que c'est un risque, que ça ne veut pas dire que ça marchera alors j'essaie de trouver une autre alternative. » Il lui demande alors s'il peut lui poser des question. Curiosité dans le regard.

Un peu mal à l'aise, se sentant tel un rat de laboratoire, elle obtempère malgré tout. Ça fait du bien de parler de son problème et de ne pas tout garder enfoui en elle. Cette douleur... elle a besoin de l'extérioriser. Il se met à lui poser de nombreuses questions et Merry soupire. Par où commencer ? Il y a tant de choses qu'elle pourrait lui dire mais en même temps, elle peine elle-même à comprendre comment elle a pu se rendre là. « En réalité, je ne suis même pas certaine si cet esprit a déjà été humain. Dans le sens où je ne sais rien de lui. Je ne ressens aucune présence étrangère, juste les effets de notre "cohabitation". Je n'entends pas de voix, rien de tout ça. » Si seulement elle pouvait communiquer, elle lui demanderait de partir. De la laisser tranquille même si ça doit lui coûter la vie au final. Elle ne veut pas laisser Lucas orphelin mais à force de déjouer ainsi la nature, le poids l'écrase. Elle n'a même pas l'impression d'être vraiment vivante. Elle essaie de prendre soin de son fils du mieux qu'elle peut mais parfois, elle a l'impression que les rôles sont inversés. Et il n'a que quatre ans ! Il devrait s'inquiéter de briser ses jouer, pas de voir sa mère s'effondrer de faiblesse devant lui. Aller jouer dehors plutôt que s'enfermer à la maison et regarder des films amusants avec sa mère parce qu'elle n'a pas la force de faire autre chose.

Bien qu'elle est tangible, Merrill n'est plus qu'un fantôme qui erre sur cette Terre, avec pour seule attache son petit garçon. Mais elle s'arroche, oh oui qu'elle s'accroche. Sinon, elle ne serait pas ici, à dévoiler sa vulnérabilité à un inconnu. Mais le dénommé Crowley semble vraiment décidé à l'aider. Il dégage une aura bienveillante alors elle soupire doucement et décide de se confier sur les circonstances qui ont mené à sa condition... « Tout ce que je sais, c'est que mon mari et moi avons été attaqués - je crois par un démon. » Elle glisse une main sur son abdomen, où elle porte encore les traces de ses lacérations qui auraient dû être fatales. Un instant perdue dans ses pensées, elle a les yeux baissées sur ses genoux. Des flashs de l'horrible soirée qui lui viennent en tête. Après quelques secondes, elle se reprend, secoue la tête et relève la tête sur l'homme face à elle. « Mon époux était un clairvoyant, et m'avait prévenu que j'allais mourir. Il a tout fait pour déjouer le destin. Malheureusement, c'est lui qui est mort ce jour-là... alors que j'ai été sauvée par cet esprit. » Voilà, il sait tout de la tragique histoire de l'ancienne infirmière. Elle laisse échapper un petit hoquet nerveux. Ironie flagrante. Le destin et son sens de l'humour. Toujours mal à l'aise de reparler de... de tout ça, elle enfouie son visage dans sa tasse de café. Et maintenant, tout ce qu'elle espère c'est que ces informations lui offre une quelconque piste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A ghost story. || Merrill   

Revenir en haut Aller en bas
 

A ghost story. || Merrill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MU Ghost Whisperer
» Pre-order d'Avril 2011 / Story of a Fairy
» Emission a la c** mais j'avoue je regarde - Secret Story
» Ghost Whisperer
» Ghost Whisperer !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-