Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 (Oana Kilik) Veines du coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
messages : 29
double-compte(s) : Gabriel, Antoine & Ipolitt
crédits : Ava perso, profil par Jojomix ♥
MessageSujet: (Oana Kilik) Veines du coeur   Ven 13 Juil - 19:18

Oana Timéa Kilik
D'un regard naquit la honte
○ Âge › Tout juste 19 ans, une après-midi pluvieuse alors qu'elle était encore à Londres, à se triturer les doigts face à l'angoisse.
○ Date et lieu de naissance ›La Roumanie fut son berceau, durant l'année 1998, tandis qu'elle poussait son premier cri le 29 mai.
○ Profession › Étudiante, en troisième année de médecine, arrivant peu de temps en ville avant sa rentrée, pour se laisser le temps de s'acclimater un peu.
○ Situation amoureuse › Un regard qui se perd parfois, avant que les billes bleutées ne se baissent, célibataire depuis toujours. Le cœur abrite une tendresse inavouable, ne semble pas prêt encore à s'ouvrir aux émois de la vie. Sa maladie est son principal frein.
○ Orientation sexuelle › Incapable de se prononcer sur la question, elle ne s'est jamais posée réellement celle-ci et doit reconnaître qu'elle a bien d'autres préoccupations. Peut-être qu'elle ne réfléchit ainsi tout simplement pas en terme de genre, peut-être qu'elle s'intéresse seulement à la nature de tout être sans regarder les corps qui vont avec. Ou simplement est-ce une jeune femme qui n'ose pas regarder les autres dans leur prime apparence.
○ Situation financière › Modérée, elle a des économies de côté avec ses quelques bourses, en plus d'une aide financière parfois de sa mère qui lui assure quelques frais qu'elle ne veut surtout pas imposer à la famille qui l'accueille en son sein. Fort heureusement que le coût de la vie n'est pas aussi élevé qu'à Londres et qu'elle ne soit pas d'une nature trop dépensière.
Schizophrène, douce, déterminée, curieuse voire obsessionnelle, pacifiste, n'est capable de faire du mal qu'à elle-même lors de crise, suit son traitement au mot près, courageuse quand il s'agit d'affronter la vie et ses difficultés, beaucoup moins quand il s'agit des gens, pourtant obtus sur certains sujets, préfère garder son opinion pour elle la plupart du temps, joue du violon quand elle a besoin de se concentrer, boudeuse dans l'âme si contrariée, pas tout à fait mâture partout, peut se renfermer soudainement, studieuse mais qui a du mal à ne pas se laisser distraire par le surnaturel, accroc du jeu de cartes solitaire, rêveuse qui se laisser aller à des visions de paix dans le monde, aimerait travailler dans l'humanitaire plus tard, réfléchie à aider les créatures secrètement.
Je ne sais pas quoi mettre encooore... !
○ 29 mai 1998 › Naissance cachée d'Oana Timea. Fille d'Andrès Kilik et Alina Liebe. Le père la reconnaît dans la plus grande des discrétions, dans une région qui n'est pas la sienne. Avec quelques billets glissés, il parvient à effacer ses traces et s'assurer ainsi que le secret soit gardé. L'homme a déjà des fils et ne veut pas qu'ils sachent qu'il a refait sa vie. Il choisi le prénom, tandis qu'Alina a donné comme second celui de sa défunte mère. Sur des papiers officiels, elle porte le nom de famille de sa mère. ○ Septembre 1998 › L'enfant est baptisée, le couple n'est entouré que du parrain, Kaelig Taur, et de la marraine, Valentina Liebe. La petite semble bien partie pour conserver son grand regard océan. ○ Année 2002 › Sa tante Valentina meurt dans un accident de voiture. La famille se réduit comme peau de chagrin.

○ Années 2004 à 2011 › Andrès rend son dernier souffle, aux côtés de sa famille officielle. Il laisse derrière lui ses secrets et une femme éplorée. L'enfant ne comprend pas tout, saisie juste qu'elle ne reverra jamais son père. Silencieuse au possible, elle passe son temps à écrire ou dessiner tandis que leur départ de Roumanie se prépare. La mère trouve du travail en Angleterre et s'envole avec sa fille. L'aide de Kaelig Taur est précieuse et permet à Alina d'offrir à sa fille un foyer plus stable qu'en Roumanie. La petite peut alors grandir dans une atmosphère totalement différente, moins oppressive que dans son pays natal. Ici, elle peut reprendre son identité initiale, s'appeler de nouveau Kilik sans qu'aucun ne fasse le rapprochement avec la famille de chasseurs. Elle s'épanouit très rapidement dans ce pays d'adoption, sautant une classe.
Sa mère ne se remettra jamais de la mort d'Andrès, ne cherchant pas à refaire sa vie. Ainsi Oana grandit dans un foyer vide de toute autre vie. La petite ressent dès l'enfance un vide que rien ne comble, écrit dans ses journaux intimes que quelque chose manque. Si au départ sa mère songe qu'il puisse s'agir de son père, elle finira par se rendre compte qu'Oana parle d'autre chose. Elle prend la décision de lui parler du surnaturel pour préparer son enfant à rejoindre un jour le destin qui aurait dû être sien si Andrès avait su l'assumer au grand jour. La petite est bien loin des apprentissages de son âge normalement, quelque peu marginalisée ainsi auprès de ses camarades mais parvient à se faire des amies quand même, étant désormais dans une école privée pour jeunes filles. Elle obtient tout de même la permission de commencer le violon, passion qui va l'attraper au corps et au coeur pour de très nombreuses années.

○ Année 2012 › Elle ne savait pas quoi penser des paroles de sa mère, au départ. Quand petite encore, elle lui parlait des créatures qui peuplent ce monde, à défaut que le père puisse le faire encore. Elle écoutait avec l'attention d'une enfant, avec émerveillement, sans se douter des horreurs qui se cachaient aux creux des récits. Et puis en grandissant, elle s'est dit que sa mère était peut-être un peu fantasque, qu'elle était ce genre de femmes trop rêveuses, qui après avoir voulu faire rêver sa fille lui parlait des faces sombres de l'histoire, comme pour l'effrayer de ce monde dans lequel elle vit. Des Contes qu'on distille avec prudence afin qu'elle soit de mise hors des murs familiaux. C'était tout, pour elle.
Finalement, c'était lorsqu'elle se rendit en classe un beau matin qu'elle l'avait rencontré, cet autre être blessé. Sur sa route, un bras en sang. L'effroi l'avait pétrifiée sur place avant qu'elle approche, qu'elle demande comment il allait. Mal, c'était une évidence, mais à quatorze ans, elle n'avait eu que cette question réflexe, stupide. Elle savait déjà comment obstruer la plaie, cesser le saignement, faute à cette mère particulière qui la poussait sans cesse dans des formations pour perfectionner l'art des premiers soins, l'art de s'occuper des autres. Tout en ratant le début de son cours, elle apprit une nouvelle leçon. Celle de cet homme qui n'en était plus tout à fait un, les soirs de pleine Lune. Le désespoir, la honte, l'affliction. Tant de sentiments qui l'ont touché, au plus profond d'elle-même. Sa mère l'a préparé à être une parfaite aide pour les chasseurs... Une rencontre avait suffi à faire de la jeune fille une nouvelle pacifiste. Sa plus belle leçon.

○ Année 2013 › Suite à cette rencontre, elle se plonge finalement dans ce monde, mais pas à la manière dont sa mère l'aurait voulu. Elle passe un temps fou à la bibliothèque, à dévorer les livres qui abordent le sujet du surnaturel. C'est aussi ici qu'elle écrit les lettres destinées à l'homme qu'elle avait pu aider, ce matin d'automne. Elle a su le convaincre du bien fondée de cette correspondance et s'amuse grandement à lui écrire, tandis que lui préfère répondre par mail, prétextant qu'il vaut mieux faire ainsi pour ne pas alerter sa mère à son sujet. Après tout, sait-on jamais qu'Alina pourrait voir d'un très mauvais œil tout ça et accuser l'homme d'intentions qu'il n'a pas. Cela convient tout à fait à la jeune fille, tant qu'elle peut écrire, elle. L'écriture est celle d'une adolescente, avec des coeurs sur les 'i', ce qui fait souvent sourire son nouvel ami. Ils ne savent pas encore qu'ils s'écriront encore, des années plus tard.

○ Année 2014 › Pour fêter ses seize ans, sa mère lui offre un tatouage. Cadeau particulier dont Oana ne voulait pas à la base. Mais le sceau contre la possession se retrouve bon gré mal gré sur un flanc de peau, caché à l'abri des regards. Elle le regarde parfois, circonspecte, ne le trouve franchement pas très beau et se demande souvent si elle ne pourrait pas le faire recouvrir d'un autre tatouage. À défaut de, elle finit par s'y habituer de mauvaise grâce et se renseigner plus en détails sur ce qu'il fait exactement, sans consulter sa mère qui aurait pu l'aiguiller pourtant avec plus de précisions. Le dialogue a été rompu entre  les deux par ailleurs, Oana faisant encore la tête suite à cette décision qu'elle aurait aimée plus réfléchie. De nombreuses lectures lors de ses pauses en cours, elle finit par se faire confisquer un livre qu'elle était en train de lire. Un avertissement de la part de l'avis scolaire mais un grand fou rire entre la mère et la fille quand cette dernière avoue la vérité. Enfin parfaitement renseignée, elle l'accepte mieux et ne le voit après tout pas si elle ne cherche pas après. Le dialogue est rétabli entre elles.

○ Année 2015 › Au mois de Janvier, les prémices de la maladie. Des sensations étranges, des sons qui ne devraient pas être là. Quand Oana en parle à sa mère, cette dernière pense d'abord à un esprit qui viendrait hanter sa fille, avant de comprendre un beau jour que c'était seulement celui de sa propre enfant qui l'était. En Juillet, Oana connaît son diagnostic : Psychose schizophrénique. Un puissant sentiment de honte au départ, qui n'aide pas à calmer les crises. Il faudra un temps encore avant qu'un traitement adapté ne puisse lui être proposé, lui faisant rater quelques semaines dans sa rentrée en première année de médecine. Elle s'accroche malgré tout à l'espoir que malgré sa maladie, elle puisse aider les autres, humains comme créatures. Le cœur gonflé d'espoir pour étouffer les larmes, elle se bat au mieux. Son maigre retard est rattrapé rapidement et elle se plonge à corps perdu dans ses études, remerciant finalement sa mère d'avoir passé tant d'heures à lui avoir enseigné des rudiments qui n'étaient pas de son âge à l'époque mais qui aujourd'hui se révèlent finalement plus qu'utiles. L'ami avec qui elle discute depuis déjà tant d'années est le seul qu'elle met au courant de ses peurs profondes face à cette situation.

○ Année 2016 › Le début d'année est difficile, mais elle parvient à passer ses premiers partiels avec les honneurs. La moyenne et plus encore obtenue, cela la requinque, la pousse à se battre d'autant plus. Elle se renseigne sur tous les tenants et aboutissants que peut-être la schizophrénie, tout ceux que les médecins ont pu taire devant elle. Elle a besoin, de manière rationnelle, de savoir jusqu'où elle pourrait dériver si elle ne fait pas attention à elle, à suivre avec précaution et précision son traitement. Autant dire que ses recherches la secoue, fortement. Remettent en cause beaucoup de ses fondations internes. Mais l'aide aussi à grandir. Elle se détaille dans le miroir pour la première fois de sa vie. Elle se retrouve face à sa plus grande adversaire. Elle pose les doigts sur des traits, ses formes, se découvrent pour mieux se conquérir. Elle se demande si les créatures ressentent la même chose qu'elle, cette sensation d'avoir l'air parfaitement normale mais de couver en son sein quelque chose d'affreux. Oana ne se sent plus tout à fait humaine, malgré l'absence de don, de nature surnaturelle. Elle est atteinte par un mal qui jamais ne pourra être soigné, juste canalisé. Dans le reflet, des nouvelles larmes.
Sa mère constate le cercle vicieux dans lequel sa fille s'enferme petit à petit et décide de lui parler enfin de son histoire familiale. Ainsi Oana se retrouve avec les pièces qui lui manquaient, du puzzle qu'elle voulait tant reconstituer. Ainsi la jeune femme comprend que ce sentiment de vide qui l'a toujours poursuivi n'était pas que dans sa tête, qu'il y avait bien quelque chose qui manquait. Elle respire un peu, se rassure sur son propre instinct et reprend un tantinet confiance en elle. Malheureusement, l'Épiphanie est de courte durée, parce que la famille a été massacrée peu de temps avant. Elle lit toutes les informations qu'elle peut trouver et se retrouve dans la position de la survivante malgré elle. Si elle avait pu en vouloir d'une quelconque manière à sa mère d'avoir gardé le secret, la mort de la famille Kilik lui apprend que sa mère avait sans doute pris la bonne décision de continuer à la garder cachée de ses origines. Oana ne parvient à avoir les détails de l'affaire. Fin Novembre, elle trouve une information à propos d'un Johann Kilik qui aurait survécu. Un nouveau souffle s'opère en elle.

○ Janvier à Juillet 2017 › Face à ses papiers à lettres, elle ne cesse de se retrouver. Elle a débuté une correspondance écrite avec celui qui s'est révélé être son parrain sans qu'elle le sache au départ. Une décision prise sans en parler avec sa mère, parce qu'elle veut faire tout cela toute seule, avec ce besoin de satisfaire la curiosité dévorante qui l'anime à présent. Le sujet est presque devenu obsessionnel, elle manque de peu de rater sa seconde année mais se rattrape aux branches à la dernière minute. Les lettres de Kaelig sont ce qu'elle possède de plus précieux désormais, une porte ouverte sur un monde qu'elle ne pourra jamais effleurer. Jusqu'à finalement retourner dans son pays natal en Juillet. Des fleurs entre les bras, face aux trop nombreuses tombes marquées de ce nom qu'elle partage. C'est devant celles de Mia et Catarina que les lys sont posées, principalement. Elle effleure du regard les dates de la petite, de cette nièce emportée à jamais loin de son père. Une prière, avant de renvoyer un mot à son parrain : elle veut retrouver son demi-frère. C'est sûr, désormais. L'encre est un peu brouillonne, la faute aux quelques gouttes tombées sur le papier.
○ 12 Septembre 2017 › Le maire est mort l'avant-veille, ce n'est ainsi pas le meilleur moment pour arriver en ville. Mais personne n'aurait pu prévoir la mort de ce premier, malheureusement. Chargée de deux valises, pleines de ses précieuses lettres et photos, qu'elle pose chez les Taur, elle est pleine d'appréhension quant à la suite des choses. Se savoir dans la même ville que Johann... Elle est prête à attendre, ce fameux bon moment qui n'existe pas vraiment, pour se présenter à lui. Morte de trouille que son existence puisse être perçue comme l'ultime affront d'une vie terrible pour son demi-frère, elle espère quand même au moins pouvoir l'observer de loin.
Résumé à venir
(♂) Colonel Moutarde › Un scénario à voir par là : clique clique petit !

(♀/♂) Créatures version positif › Vous êtes venus à la clinique clandestine pour un soin et elle a pris soin de vous. Discussion fournie avec.

(♀/♂) Créatures version négatif › Tout à fait délicieuse, la tendre enfant. Et si vous l'ébranliez dans ses convictions ?
fiche (c) blue walrus


time to play
Dans l'ordre chronologique

Inconnu à cette adresse ❖ (lire le sujet – Kaelig Taur) Correspondance avec son parrain, découverte d'un pan de famille sur le papier qui semble devenir une de coeur aussi.

Eyes can't lie❖ (lire le sujet – Johann Kilik) Découverte du demi-frère pour qui elle a traversé un océan. Des yeux qui ont la même couleur et qui prennent des airs de mer morte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 29
double-compte(s) : Gabriel, Antoine & Ipolitt
crédits : Ava perso, profil par Jojomix ♥
MessageSujet: Re: (Oana Kilik) Veines du coeur   Ven 13 Juil - 19:19

Formule magique
Johann Kilik
Demi-Frère ○ Noyée l'enfant, face aux deux océans. D'abord l'éclairci, avant la tempête froide. Carcasse à terre, Homme qui se relève. Enfant qui l'aime, ce grand-frère. Pourvu qu'il soit heureux.
Colonel Moutarde
Le précieux ○ À venir.
Kaelig Taur
Parrain ○ L'homme qui l'a aidé à recomposer un puzzle qu'elle aurait cru perdu à jamais. Qui l'aide au quotidien même, qui la soutient et la porte, l'amène à devenir une véritable adulte. Profond amour pour cette chevelure blanche, qu'elle aurait envie de soigner des maux que le temps installe. Bonne année, cher parrain.
Amon El-Hadji
Époux platonique ○ À venir.
fiche (c) blue walrus


Sang-coureurs
Des Taur
décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne.
Encore
décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne.
Là aussi
décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne.
Beaucoup de Taur
décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne. décris-moi ton lien avec cette personne.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 29
double-compte(s) : Gabriel, Antoine & Ipolitt
crédits : Ava perso, profil par Jojomix ♥
MessageSujet: Re: (Oana Kilik) Veines du coeur   Ven 13 Juil - 19:20

Ouvert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (Oana Kilik) Veines du coeur   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Oana Kilik) Veines du coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» [Lego] Coup de Coeur: BlueStarMedia
» [Guilde Alliée] "Coeur Vaillant"
» Nabaztag au coeur d'un jeu urbain multimédia !
» Le coeur de Pandala.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: the wicked ones :: liens-