Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 Faux semblants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 797
double-compte(s) :
crédits : AV (c) Hallow / SI (c) KSS
MessageSujet: Faux semblants   Lun 16 Juil - 4:37

Faux semblants
Dylan Crawford & Priam Belalcazar

Meurtrier susurrant une rumeur surnaturelle aux oreilles de l’héritier de l’Organisation, un Empire grandissant de trafiquants et de chasseurs, gangrénant ce monde impure, à l’identité encore gardée secrète pour protéger l’humanité… Meurtrier en cavale, laissant derrière lui des victimes aux familles endeuillées et secrètement bafouée… L’hériter et le lieutenant étaient persuadé qu’il s’agissait d’une origine surnaturelle… Camouflant cette constations aux yeux et aux oreilles des familles des victimes, le lieutenant s’engagea à inspecter la vie privée du meurtrier, afin de mettre la main dessus. Créature non seulement traquée par le chasseur qu’il est, mais aussi par le justicier qu’il représente !

Constat fait qu’il suivait un kinésithérapeute arrivé il y a 4 ans en ville… Personnage encore inconnu des registres de la police et de l’Organisation. Personnage encore inconnu aux yeux et aux oreilles expertes des chasseurs de son Empire, ainsi que les siennes…

Stratège mis en place, il décida d’abord de se faire passer pour un patient, afin de rencontrer la personne en elle-même, avant de savoir s’ils pourront collaborer efficacement. Collaboration prévue d’avance pour le lieutenant de police ! Puisqu’un meurtrier psychopathe rôde dans la nature, il est bien normal que la police entre en contact avec celui qui était en charge de sa santé mentale !

Rendez-vous pris, Dylan se vêtit comme à son habitude, d’un costume sur mesure. Le nom Crawford est un nom assez populaire de par le patriarche de la famille, mais rependu également dans la classe moyenne, par le rôle que le file tien au cœur de la ville. Néanmoins, tout le monde ne connait pas encore le nom du lieutenant ! Ni même son visage ! De fait, l’espoir étant que l’identification ne soit pas spontanée, afin d’éviter que son plan ne tombe pas prématurément à l’eau…

Le soir était tombé. L’heure du rendez-vous approchât. Dylan se rendis au manoir 66, là où consultait docteur Belalcazar. Nom aux origines bien entendues trouvées, mais au passé trop flou pour les informateurs de l’Organisation ! Cabinet et salle d’attente trouvée, Dylan se fait conquérant du lieu, attendant patiemment et élégamment son tour.
(c) kss



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Faux semblants   Mer 18 Juil - 8:02

L’hypnose, les hallucinations, des jeux redoutables de l’esprit, Priam y excelle, il peut vous faire croire n’importe quoi. Vous voyez les gens nus, vous êtes l’homme invisible, vous avez changé de sexe, vous êtes soudain un cannibale, vous vous prenez pour un toutou. Des images s’imposent et la folie l’emporte sur tout. Le moment est venu, jolie créature de Frankenstein, de faire tes preuves…il lâche le monstre sur les habitants de Blackwater Falls. Un fauve, un dément, un meurtrier. Tout était prémédité. Des mois de dur labeur pour manipuler le futur psychopathe, un pion sur l’échiquier, l’erreur de la nature. Savoir qu’il est issu de la même race des surnaturels, c’est encore mieux. Combien de temps avant qu’on arrête son nouveau jouet ? Combien d’autres victimes innocentes, agneaux sans berger ? Le kinésithérapeute attend avec impatience la venue musclée de la police, il a un sourire goguenard lorsqu’il lit les journaux attestant du meurtre. Bravo mon p’tit gars. C’est du beau boulot ça. Et dire que ce patient souffrait d’une simple entorse. Quelques séances auraient suffi. Le jeu a pris des proportions inespérées.

« Monsieur Crawford ? C’est par là. » Priam intervient derrière le nouveau venu. Toujours en douce, toujours aussi fourbe. Il se glisse comme un serpent d’eau douce, s’enroule autour de la cheville de ses patients, les enchaîne. « Un café avant de passer aux choses sérieuses ? » Sourcil arqué, il est profondément à l’aise dans son élément, virevoltant entre la machine de George Clooney et le sieur. Le thérapeute prend la température, juge légèrement l’individu, son métier n’est pas indiqué sur la fiche que sa secrétaire a préparée. « Vous faites quoi dans la vie ? » Une question anodine, une formalité. Fausse curiosité. Il plisse les yeux, devinant que Crawford n’est pas franchement souffrant. C’est un bien portant, rien ne paraît tordu, il ne claudique pas comme un pirate avec sa jambe de bois, pas de bras en écharpe, pas de nuque immobilisée. Que vient faire cet homme dans son cabinet ? Après cette affaire mortuaire, peut-être qu’un enquêteur daigne enfin venir fourrer son nez par ici. Il lui tend une tasse machinalement, le prie de s’asseoir et il s’installe comme un félin derrière son bureau, aux aguets, un sixième sens lui dictant sa conduite. « Qu’est-ce qui vous amène ? » Stylo plume en main, à l'ancienne, un carnet Moleskine, prêt à prendre des notes succinctes. Ce serait dommage d’être sain et de finir aux urgences après une séance de kiné.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 797
double-compte(s) :
crédits : AV (c) Hallow / SI (c) KSS
MessageSujet: Re: Faux semblants   Ven 20 Juil - 9:35

Tel le serpent qui se glisse derrière sa proie, Priam vient susurrer aux oreilles de l’héritier, le fait de sa présence derrière lui. Dylan ne sursaute pas. Maître de lui-même, il tourne son visage encore quelque peu marqué par les hématomes de sa rencontre avec Johann, vers l’hôte de ces lieux. Le salue d’un signe de la tête, d’un sourire un peu amusé. L’hôte lui propose un café : «Un café avant de passer aux choses sérieuses ? » Les termes qu’il emplois sont intéressants. Choses sérieuses… Tu ne crois pas si bien dire ! L’homme montre qu’il est maître des lieux, maître de la situation. Professionnel. Il répond :

« Volontiers… »

Un café à cette heure de la journée. Piège installé, Dylan s’y enfonce comme si de rien n’était. Acceptant ainsi, une boisson qui ne lui permettra pas de s’endormir dans les prochaines heures, faisant échos à une nuit prochaine de travail. Quoi qu’il en soit, le kinésithérapeute ciblé pourra interpréter ça comme il le souhaite !

Ensuite, il lui demanda de façon anodine : « Vous faites quoi dans la vie ? » Oubli volontaire de sa part. Préférant jouer le jeu du précieux individu, qui ne souhaite pas dévoiler son métier. Pas encore… Ce serait peut-être un jeu, un défi qu’il lancerait à l’hôte. Il le regarde. Il l’analyse. Il voit son regard d’expert, reflet de réflexions certaines dans son esprit… Mais Dylan reste imperturbable, impénétrable.

Il lui tend sa tasse de café. Dylan le remercie de la tête. Le parfum amer du café noir sans sucre lui est si divin, qu’il en hume les voulûtes de fumée qui sortent de sa tasse. Le kiné s’installe et lui pose alors la question de la raison de sa présence ici : « Qu’est-ce qui vous amène ? ». Dylan pose sa tasse. Le café encore brûlant. Il prend soin de répondre consciencieusement :

« Eh bien, comme vous pouvez le voir, lui dit-il en lui montrant brièvement son visage de ses doigts, je me suis fait mettre au tapis lors d’un entrainement de boxe il y a quelques semaines… et depuis, paradoxalement, mes doigts me font souffrir. »

Conclu-t-il. Étant un sportif, habitué des routines d’échauffement et de d’étirements, il était face à un message lancé par son corps qu’il n’était pas en mesure de décrypter. Même s’il n’y croyait que moyennement, quelque part, sa visite ne serait pas totalement inutile… Autant faire d’une pierre, deux coups ! Jouant les ignorants, Dylan portait ses protections et ses gants aux mains. Les courbatures étaient inexistantes maintenant. Mais ses doigts, en revanche, continuaient de lui faire mal hors… ce n’étais pas elles, les premières victimes.
Situation posée, il attendit la réaction de son vis-à-vis. Qu’allait-il répondre ?
(c) kss



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Faux semblants   Mer 1 Aoû - 16:25

La suspicion, une lueur de défi dans les prunelles du djinn. Son instinct lui dicte de se méfier, il guette les moindres faits et gestes de son alter ego, il veut l’étudier sous chaque angle, en connaître chaque recoin isolé, il veut savoir qui est son ennemi pour mieux lui assener un coup fatal quand il aura relâché sa vigilance. Mais peut-être peut-il y trouver son compte, après tout, corrompre les autorités, c’est tout à fait dans ses cordes et cela servirait fort ses intérêts sur le long terme. Rien de plus excitant que de tendre un piège au loup qui rôde dans sa propre forêt, sous son propre toit.

Priam sirote son café, dodelinant de la tête comme le ferait le Joker dans The Dark Knight – il l’a revu récemment – et il affiche un sourire sardonique (qu’il étoffe avec le temps). « De la boxe, n’est-ce pas un sport pratiqué dans les écoles de police…ou du FBI ? » Toujours avoir un coup d’avance, quelle que soit la situation. Il passe pourtant rapidement à autre chose, exerçant son métier machinalement. Téméraire et prudent à la fois, c’est ce qui caractérise le thérapeute. « Installez-vous. » Une table de massage ordinaire, mais à y regarder de plus près, ne serait-ce pas la table d'un bourreau ? Et là ça fait mal ? Aurait-il envie de dire en appuyant sur le nerf le plus sensible de son anatomie pseudo endommagée. « Je vais vous réparer. » Il appuie, masse la peau, creuse des sillons, il n’y va pas de main morte, expert en la matière, il accentue exprès les gestes histoire de tester la résistance physique.

Le jeune diable ne sait pas dans quoi il se lance, mais il ne peut pas s’en empêcher, il a des fourmis sous la langue, il veut en savoir plus sur son apprenti psychopathe, ce qu’il est devenu, s’il est digne d’être sa créature de Frankenstein ou pas. Un sifflement tel un serpent, il susurre : « Je ne suis pas dupe. Dites-moi la véritable raison de votre venue. » Et ça le démange de lui piquer son énergie et de le mettre KO pour être un menteur et un piètre acteur. « Vous n’êtes pas un boxeur né. Vous avez d’autres atouts, inspecteur. » Le djinn sait pertinemment que tout le ramène vers lui, les preuves sont tangibles, il ne peut guère le nier. « S’agit-il de Monsieur Hernandez ? » Le sourcil levé faussement innocent, bien entendu. Les affaires sont les affaires.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 797
double-compte(s) :
crédits : AV (c) Hallow / SI (c) KSS
MessageSujet: Re: Faux semblants   Sam 18 Aoû - 8:55

 « De la boxe, n’est-ce pas un sport pratiqué dans les écoles de police…ou du FBI ? » Avait-il répliqué en réponse aux dires de Dylan. L’Héritier répondit presque spontanément, comme si la réponse était d’une évidence trop visible et qu’il fallait la faire éclater au grand jour :

« Pas que… »

Dit-il, comme s’il voulait l’emmener sur une autre piste de réflexion. Piège sans doute dans lequel il était tombé. Dylan ne s’était pas braqué à l’annonce du mot police, ni même celui du FBI. Il avait simplement prit le soin de rappeler à son hôte que la boxe est un sport qui peut se retrouver dans plusieurs corps de métier et que c’est même un métier en lui-même. Dylan boxe pour s’entretenir. Il fait régulièrement du sport. Son esprit est sain et toujours à l’affut.

Le kinésithérapeute vint lui donner l’invitation à s’installer sur la table de massage qui se trouvait derrière lui. Dylan se leva et posa sa tasse. En regardant la table et en s’en approchant, il avait l’impression de s’enfoncer dans un royaume et dans un monde qui ne lui appartenait pas. Un monde qui ne lui appartenait plus. Comme s’il perdait pied, l’Héritier commençait à se sentir tout doucement en danger. Non. Pas en danger. Mais nu. Comme si l’hôte était en train de lire en lui. Ses observations avaient déjà été repérées, mais là, elles avaient un poids plus considérable et plus palpable par le chasseur…
Il s’assied. Signe son arrêt de mort. L’hôte appuie sur un nerf fort sensible. Dylan fronce les sourcils, mais ne dit rien, ne sachant pas comment réagir pour garder un minimum de crédibilité. « Je vais vous réparer. » Lui avait-il confié. Il lui attrape les mains et les masse. Il y va fort. Peut-être même trop fort. Plus fort que prévu. Mais la douleur, quand on est un chasseur, elle est beaucoup plus tolérable que la moyenne des êtres humains lambda. Dylan le sait et il fait exprès de crisper son visage aux gestes du kiné. La douleur… La ressentir et la gérer, c’est quelque chose. La simuler, c’est autre chose ! Même s’il ne la simule pas, il a mal. Il lui fait mal. Mais il n’a pas l’habitude de la montrer, entrainé à la faire passer au second plan en mission…

Après quoi, le serpent se redresse et vient susurrer aux oreilles du renard : « Je ne suis pas dupe. Dites-moi la véritable raison de votre venue. » Le cœur de Dylan commence à se serrer. N’aurait-il détecté aucun réel problème anatomique ? Aurait-il deviné ? « Vous n’êtes pas un boxeur né. Vous avez d’autres atouts, inspecteur. » Les pupilles se rétractent. La surprise est là, mais Dylan ne peut s’empêcher d’afficher un sourire en coin. Quel jeu amusant. L’acteur s’est déjà fait repérer ?! Quel dommage…  « S’agit-il de Monsieur Hernandez ? » Dylan regagna alors le contact visuel avec son hôte. Ce sourire toujours amusé et ses yeux qui se mirent à briller de malice, il rétorqua :

« Qu’est-ce qui m’a trahit dites-moi… ? »

Lui demanda-t-il, curieux d’avoir le point sur son observation.
L’hôte se douta que c’était pour cette affaire que Dylan était là. Mais l’inspecteur ne répondra pas. S’il est fort dans le jeu d’observation et des devinettes, il n’aura qu’à savoir par lui-même s’il s’agit bel et bien d’Hernandez ou pas… Surtout que s’il le nomme, c’est qu’il a peut-être une part de responsabilité ou qu’il se sent coupable de quelque chose … Mais ça, Dylan garda cette observation et cette constatation pour lui… Hors de question de lui donner l’opportunité de se défendre quant à cette situation. Ou alors… pas tout de suite !
(c) kss



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Faux semblants   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faux semblants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [8x28] Faux semblants 22/03/2015
» Faux sucre
» Inscription de faux membres pour faire de la pub !!!
» Première pose de faux cils !
» MAC Vrai ou faux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: coldlake shore :: résidences-