Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1776
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}   Jeu 25 Oct - 9:19


- Q... QUOI?!

La réaction me fait sourire mais ne m'empêche pas de continuer. T’es mignon quand tu rougis, Ciulin.

- Honnêtement, je bite rien à tout ça. Le sexe, c'est tellement plus simple....J'ai toujours tracé ma route sans m'attacher : trop de contrariété, d'exigences.. J'ai toujours pensé qu'l'amour c'était un truc exclusif. Mais j'peux pas être exclusif. Je tenais à Shioban, j'aurais voulu l'aimer comme on doit... mais ça suffisait pas. Elle me suffisait pas.... J'aurais du....
Je ris un peu et hoche la tête.

-Le sexe, c’est toujours plus simple pour les gens comme nous, beauté. C’est pas simple pour tout le monde mais ça te parait aussi simple que de peter des gueules parce que c’est pas se retrouver seule avec soi-même. Pour ce qui est d’être exclusif et aimer comme on doit, Ciulin… C’est très formaté comme façon de voir. Tu es peut-être tout simplement polyamoureux et ça tombe plutôt bien parce que c’est mon cas aussi. Je vis assez mal l’exclusivité, j’ai besoin d’autre chose. Shioban ne l’est peut-être pas mais ça n’est ni ta faute, ni la sienne. On l’est ou on ne l’est pas.

J’inspire doucement et me gorge tranquillement de son odeur.

-Tu as toujours tracé ta route seule et ça aussi c’est épuisant et douloureux. C’est juste que tu es habitué à cette douleur-là. Celle que tu ressens maintenant est simplement nouvelle et donc surprenante.

Il s’arrose la gueule et je le laisse faire et continue de parler/ Je l’embrasse et il me le rend différemment. Pas avec la dalle. C’est une nuance que je ne connais pas chez Ciulin. Je comprends que c’est sa manière de me répondre, sa manière de me faire comprendre que lui aussi. C’est trognon.
Je peux pas m'empêcher de sourire après ce baiser. Ma main passe sur son visage, caresse délicatement ses lèvres.

- Asmodée…

-Hmm?

Je l’observe en silence. Il me regarde droit dans les yeux. Le silence s’étend, se dilate puis éclate.

- Est-ce que je suis ... ton septième ?

-Bien sur que tu es mon septième.

Je l’attire à moi et l’embrasse à nouveau, je l’écarte.

-Je viens juste de te dire que je t’aime. Faut suivre un peu.

Je lui mets une petite pichenette sur le nez, pas méchante.

-Tu t’imagines que tu es une passade, peut-être… hmm..?

Je caresse doucement son visage, dessine la courbe de son cou, continue mon chemin sur sa clavicule pour finalement déposer un baiser sur son cou, sa mâchoire et de m’écarter.

-C’est pas prêt d’arriver, beauté.

Je l’attire à nouveau dans mes bras et pose la tête sur la sienne.

-Soyons clairs, je ne te demande pas ta liberté, ni aucune exclusivité.


Je caresse sa peau doucement, sous l’eau.

-Et tu es déjà à la hauteur, avant que la question n’apparaisse de nulle part dans ton cerveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 738
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur/Klaudia Bissot/Simone Montespan
crédits : (c)Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}   Jeu 25 Oct - 12:05

Tu as les mots justes, le verbe qui soulage. Tu me renvoies à moi même en toute simplicité. Tu avais vu dès le premier regard, senti dès le premier mouvement. Tu savais. Tu me comprends, sans questions superflues, sans bavardages, sans promesses qu'on ne saurait tenir. T'es juste là pour moi.

Et ça m'enlève un poids qui me lestait jusque là.

- Bien sur que tu es mon septième.

J'ai un vieux rire nerveux, entre plaisir et gêne. J'ignore ce que cela peut impliquer (Mais j'ai un sourire bizarre en t'imaginant péter tout un night club pour ma belle gueule).

- Je viens juste de te dire que je t’aime. Faut suivre un peu.
-  Aïe !
Je me frotte le bout du nez. Bouderie qui pend aux lippes. Chuis un peu lent à la comprenette sur l'sujet... Au cas où ça t'aurait échappé.

Mordillement de lèvres infantile. Je ne sais pas comment jongler avec cette information et les émotions contradictoires qu'elle suscite. J'ignore comment y répondre.

- Tu t’imagines que tu es une passade, peut-être… hmm..? Caresses, bécots humides, soupirs à la clé. C’est pas prêt d’arriver, beauté.


Mon corps utilise le seul langage qu'il connait.
Je gémis malgré moi quand tu me sers brusquement l'échine. Réponse pavlovienne à toutes les fois où tu as investi ma carcasse. Tu me fais beaucoup trop d'effet, Diabolo.

- Soyons clairs, je ne te demande pas ta liberté, ni aucune exclusivité.

Et ça te suffira, un chat sauvage qui entre et qui sort de chez toi, qui défonce tes meubles avec ses griffes et repars comme un ingrat ? Je suis juste... moi, tu sais.

- Et tu es déjà à la hauteur, avant que la question n’apparaisse de nulle part dans ton cerveau.
-... Trop tard.... Mono-neurone saturé...


Si l'humour de chiotte est de retour, c'est que je me sens un peu plus moi même. Un peu seulement.

- Un jeune chasseur et un vieux démon, On fait quand même une drôle de paire... J'ai compris le premier jour, tu sais. J'ai compris, mais j'en avais rien à s'couer.... J'avais juste envie qu'on r'commence....

J'écarte une cuisse pour la soulever hors de l'eau. Dans l'intérieure de celle-ci, soigneusement évité par les chardons peints sur le derme, un pentacle anti-possession démoniaque.

- Franchement, je doute que tu l'ais manqué....

Touche-le...
Touche-moi.
Mes paumes épousent tes bras, s’arriment aux poignets. Plongée en eaux profondes de tes phalanges, guidées par les sirènes. J'ai envie de recouvrir ma peine d'autres sensations. J'ai envie d’ensevelir mes peurs sous tes mignotises. Disparaître sous la houle, en apnée, une poignée de secondes...

...Et réapprendre à respirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1776
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}   Jeu 25 Oct - 14:04

Le rire nerveux par excellence. Ca me fait sourire. J'avoue, ça m'amuse beaucoup même. Il sait plus où se foutre et ça me donne envie de l'embrasser.


-  Aïe ! Chuis un peu lent à la comprenette sur l'sujet... Au cas où ça t'aurait échappé.


Il se mord la lèvre et je dessine sa machoire d'une caresse légère.

-Non mais faut bien que je me moque un peu sinon tu vas m'dire que j'suis trop gentil.

Je lui lance un clin d'oeil. J'entre en contact et la réaction sur son derme est immédiate : frissons, soupirs. Je souris à la reaction, je ne perds pas le fil pourtant. Un gemissement résonne dans la salle de bain. Elle m'arrache un sourire et un nouveau baiser, plus appuyé. Pas dit que la chasteté va rester au programme. Comme à chaque fois, tu me fous en feu.

-... Trop tard.... Mono-neurone saturé...  

Je pouffe de rire et fais jouer mes dents gentiment sur son épaule.


- Un jeune chasseur et un vieux démon, On fait quand même une drôle de paire... J'ai compris le premier jour, tu sais. J'ai compris, mais j'en avais rien à s'couer.... J'avais juste envie qu'on r'commence....


Je m'arrête un instant et le regarde avant de sourire.

-Je n'ai pas non plus été très discret. J'ai hésité à te laisser seul au manoir, pour éviter que tu vois les marques disparues et puis quelque chose m'a dit que je ferais mieux de rester. J'ai bien fait, on dirait. J'avais envie de te revoir, de toute façon. Y a eu quelque chose de magnétique, ce soir-là.

Je le regarde faire et je ne peux pas m’empêcher de le bouffer du regard. Putain Ciulin, t'es beaucoup trop beau pour me faire un truc pareil.

- Franchement, je doute que tu l'ais manqué....

Ma main glisse le long de sa jambe pour aller dessiner les contours du tatouage et la tienne la capte et la guide. Je ne me fais pas prier, je m'exécute même avec attention. Je te ramène contre moi d'un mouvement et retourne investir la place que tu as donné à mes mains. Faut dire que j'apprécie de te sentir te tendre, là contre moi, alors que je te donne ce que tu étais venu chercher sauf que cette fois, je te l'offre pour de bonnes raisons.

-Je l'avais vu, beauté. Ca n'avait aucune importance. Ca fait simplement partie de toi et tout ce qui vient avec toi me va.

Je ponctue chaque mot par un mouvement, j'instaure un rythme décousu au diapason de tes vibrations, des tensions que je sens venir dans ton corps. Ma bouche investit la tienne en une jonction saliveuse délicieuse, un hydromel divin qu'aucun dieux n'a gouté. J'en reviens à ton cou alors que je m'affaire à t'envoler un peu.

Les secondes passent au bon vouloir de tes gémissements, de tes soubresauts et j'y prend un plaisir incommensurable. Donner du plaisir, recevoir... La similarité est troublante et en cet instant, elle est plus flou que jamais. A plusieurs reprises, mes mains signent une halte qui l'agacent légèrement, mes caresses se font plus chastes, mes doigts effleurants à peine sa peau tatouée.

Je capte ses yeux, sourire malicieux au bord des lèvres, avant de faire retrouver à mes mains leur place originelles. A chaque fois, son corps se tend un peu plus. L'anticipation aidant. Et pendant ce temps, je mate sans vergogne, je détaille, j'absorbe et je finis par avoir un léger rire, trois fois rien et je lache sans vraiment y penser.


-Putain, t'es vraiment magnifique, c'est dingue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 738
double-compte(s) : Salomon Grass / Beitris Quiry/ Ohanzee Figtree/ Kaelig Taur/Klaudia Bissot/Simone Montespan
crédits : (c)Kafkaïne
MessageSujet: Re: "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}   Jeu 25 Oct - 15:07




Sommes nous les jouets du destin
Souviens toi des moments divins
Planants, éclatés au matin
Et maintenant nous sommes tout seuls

Protect me fron what I want...



Mains millénaires qui savent me trouver, m'explorer, me rappeler que le sang coule toujours dans mes veines. T'es vivante, Ciulin.  Ta peau grêle. Tes muscles se contractent et se dénouent. Tes nerfs frisent, déroulent, ténus. Tes poumons happent l'air, alvéoles épanouies. Ton front n’est que fièvre. Ta langue cherche à être rassasiée. Ecoute....

Ton coeur bat,
Encore.
Antoine ne l'a pas détruit.

Halètements sourds. Je me contorsionne sous tes caresses. Tu connais ton instrument sur le bout des doigts. La musique est-elle à ton gout, Diabolo ?

- Putain, t'es vraiment magnifique, c'est dingue.

Je refrène l’envolée lyrique tout juste. Je presse tes poignets pour les stopper.

- A...Attends...attends....

Je me redresse en tremblant. Mes mouvements sont vaporeux, comme ralentis. Je me retourne pour te chevaucher, voir ton visage et tes yeux bleus me dépiauter jusqu’à la moelle. Cette étreinte là est aux antipodes de la violence de notre première fois. C'est lent, doucereux. Baisers tendres, cheveux mouillés, derme en fusion. Torture délicieuse. Je sens les larmes me monter aux yeux.


J'aurais voulu qu'Antoine m'aime ainsi.
J'aurais tellement voulu.

Entre hoquet de plaisir et sanglots refrénés, mes paumes s'accrochent à tes joues. Mes lèvres  s’abreuvent à ta bouche. L'oxygène vient à manquer. Front à front, je m’asphyxie .

Les laissent pas me noyer, Ass !
Les laissent pas me perdre.  
Protège-moi !
Protège-moi !
Protège-moi !

Goulées d'air frénétiques. Extase. Blanc salutaire qui vide l'esprit. Lave. Purge. Visage tacheté qui s'efface, rien qu'un peu. Souffle qui s'éteint lentement sur tes rives. Je grelotte tout contre toi. Je prends conscience  d'à quel point je me suis agrippé comme une forcenée.

Comme si j'allais crever.

Rire un peu faible. Je ne sais plus si je chiale ou je me marre.

- J'ai besoin de toi...
L'évidence. Le souhait égoïste. Et en même temps, tu me l'offres, je le prends. Tu m'abandonneras pas, hein ?

Tu serais bien le premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1776
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}   Ven 26 Oct - 4:02


- A...Attends...attends....

On m’arrête avec moultes tremblements. Je souris doucement alors que Ciu décide d’aller plus loin et m’extorque un frisson de surprise. J’accompagne ses mouvements. Mes yeux dans les tiens qui tentent d’enlacer jusqu’à ton âme dans l’espoir d’alleger un peu ta peine. Je t’embrasse quand tu viens me chercher, j’abonde dans ton sens, te rend en tendresse tout ce qu’on t’a pas donné. Mes mains effleurent, caressent, flattent.

Tes yeux pleurent à nouveau, beauté.

Tu les caches entre deux abondances de plaisirs mais je les vois. Il faut bien que ça sorte, je sais. Tu agrippes à moi et fixe ta bouche sur la mienne. Je t’enlace étroitement et quand l’air vient à manquer, je ne relache pas ma prise, front contre front. Je partage ta peine, fais de mon mieux pour t’en delester rien qu’un peu.
Cette union est d’une douceur rare, tout en nuance. J’ai l’impression de manipuler du verre prêt à se briser mais je n’ai pas peur. J’ai ce qu’il faut, du moins, en partie, pour en prendre soin et bon dieu, j’en ai envie.
Quand enfin l’extase t’emporte, que tout ton corps tremble et se tend avant de se détendre complètement, contre moi. Tu frissonnes, je t’enlace et caresse doucement ton dos en suivant les chardons, les cicatrices au gré de leur apparitions. Ma tête se pose sur la tienne.
Tu t’es attaché à moi avec l’énergie du désespoir mais je n’ai pas vraiment senti. Il n’y a que les vagues rougeurs qui s’estompent déjà pour en temoigner.
Tu ris et tu pleures en même temps. Je caresse ta joue doucement et je te regarde, non, je te couve du regard. Ca fait bizarre. Ca fait longtemps, surtout.

- J'ai besoin de toi…


Mon coeur s’accélère plus que ce que je n’aurais cru. Ces mots me font bizarres. Toute cette situation me fait bizarre. Depuis quand je n’ai pas aimé comme ça, exactement?
J’ai la sensation que ça fait trop longtemps.

-Tu m'abandonneras pas, hein ?

Je lui redresse la tête doucement du bout des doigts et l’embrasse longuement, doucement.

-Jamais. C’est promis.

Je nous sors de l’eau tranquillement. Elle refroidit de toute façon, plus bonne à grand chose ni pour lui ni pour moi. Je prends soin de Ciulin, l’enveloppe dans une grande serviette moelleuse et chaude avant de le poser tranquillement sur le rebord et de passer une serviette autour de ma taille. Je me tourne vers toi, pose un genou au sol pour baisser un peu ma stature, je prends ta main et l'embrasse doucement.

-Je te le répète : je suis là pour toi, tu n’as qu’à m’appeler. Je suis à ta disposition, Ciulin. Je ne vais nulle part.


Je me relève et garde sa main dans la mienne, je l’emmene dans le dressing sans lacher. C’est un endroit plus eclectique qu’on pourrait croire. Si j’aime les costumes, j’apprécie aussi les vieux T-shirt de groupes obscures ou disparu. Ciulin est menu et flottera dedans mais ses vêtements ont besoin d’un bon lavage avant d’être à nouveau portable.

-Prends ce que tu veux, beauté. Chez moi, c’est chez toi.

Un léger sourire s’étale sur ma frimousse alors que je l’embrasse délicatement sur la joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Inima distrusă" {Asmodée&Ciulin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Vendredis Ludiques à l'Outpost Bruxelles
» Elixir, créé par Asmodée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: coldlake shore :: résidences-