Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

  Deep Down ☽ Asmodée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1795
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Mar 4 Déc - 10:07

Le silence s’étend entre Mircea et moi. Je lui laisse de l’espace. Les rares fois où je parle semblent problématique. Pour le moment, je me contente d’attendre, mon bras autour de lui. Je suis calme, silencieux, attentif. Je ne pensais pas qu’il obéirait si facilement. Je suis toujours un peu perplexe face à ses réactions. Il démontre une méfiance assez stupéfiante mais également une confiance qui m’échappe. C’est un enfant-loup. C’est fou à quel point c’est vrai. Ca me fait sourire légèrement. Il finit par ouvrir la bouche. Il inspire un grand coup et finalement, l’air se bloque, rien ne sort. Il reste là, en apnée. J’attends et le détaille tranquillement. Il tourne la tête, capte mon regard et s’y arrête. Salut, toi.

-Tu… As dit que j’étais protégé.

Je hoche la tête doucement. Je passe la main dans mes cheveux, les remets en place avant de lui sourire.

-Je l’ai dit oui. Tu es protégé, Mircea. Je te l’ai promis. Tu n’as plus a te soucier d’être chassé ou blessé. Tu as juste besoin de m’appeler. Je suis là si tu as besoin pour le reste mais je ne peux pas te protéger d’absolument tout.

Je suis honnête. Je vois bien qu’une part de lui veut être rassurée et qu’une autre a décidé de m’en vouloir de ne pas le proteger de ce qu’il vient de lui arriver. Je ne vois pas de coups, pas de marques de combats - pas de nouvelles en tout cas. J’en conclus donc qu’il a pris un choc mental. Il a appris quelque chose qui lui fait du mal. Je ne sais pas ce que c’est mais ça a l’air vraiment douloureux.

-Je… J’n’aurais pas du venir ici.

-Au contraire, tu as bien fait.

Tout ses traits se tordent. La douleur marque son visage qui en a déjà beaucoup trop subi. Il se met à pleurer et par réflexe, le presse contre moi doucement. Il se cache et je le laisse faire, l’y aide même en l’enveloppant de ma présence.

-Je n’aurais pas du…

Il me regarde à nouveau, je pose sur sa joue une main avec douceur. Je ne souris plus, j’offre à la situation la gravité qui lui est dû. Je le soutiens comme je peux.

-Je savais pas qu’elle existait.

Qui existait? Y a beaucoup de gens qui existent. Elle… De la famille, une descendance, probablement. La sienne direct? Celle de sa famille? Il se défile, glisse entre mes bras et s’enfuit près du feu. Je le regarde faire et viens finalement me poser à coté de lui, je prends l’énorme plaid à coté du feu. Un truc affreux que m’a offert Elie à Noël dernier. Il est aussi moche qu’il réchauffe et putain, qu’est-ce qu’il est moche, ce truc. Je l’enveloppe dedans après avoir virer la serviette mouillée et l’attire de nouveau contre moi. Je l’enlace sans arrière pensées.

-Je ne sais pas exactement de qui tu parle mais je suppose que ça doit être une fille ou une petite fille…? Explique-moi ce qui te fait peur. Qu’est-ce qui s’est passé? Je t’écoute. Pas de jugement. Si tu veux pas parler, pas de soucis non plus. Mais… Peut-être que ça te ferait du bien de parler.

Je tourne la tête et lui offre un sourire encourageant. Je laisse l’espace s’étendre entre mes paroles et les siennes, qu’elles viennent ou pas. Je me contente de le garder contre moi, tranquillement. Je ne le serre pas trop fort, juste ce qu’il faut pour le protéger du monde.
Décidément, je vais finir par croire que je fais un complexe du Daddy. Je connais une “Madame” qui va bien se moquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 310
double-compte(s) : Caoimhe Perkins
crédits : Ours™
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Mer 5 Déc - 12:23

« We got demons, demons stuck inside our blood. »
Sept. - Oct. 2017 - Chez Asmodée - Asmodée
Il a bien fait. Il a bien fait ? Bien fait quoi, au juste ? Bien fait de venir ici, de se laisser encore une fois avoir dans les filets d'un démon qui va probablement le manipuler ? La voix d'Asmodée le charme. Un charme transcendantal qu'il ne parvient pas à rationaliser. Définitivement, cette personne lui inspire confiance, et il n'y peut rien. Et ça le tue. Au fond de lui, il sent, il sait qu'il ne devrait pas se laisser approcher, manipuler comme ça. Les démons, on ne peut pas leur faire confiance. Il l'a vu avec Ezekiel. Il l'a su avec Salomon. Pourquoi pourrait-il, à lui, lui faire plus confiance qu'aux autres ? Il lui a offert la protection. Envers et contre tout, Mircea en doute. Les démons sont les rois des contrats. Contre quoi a-t-il échangé sa protection ? Devrait-il avouer à Asmodée qu'il a une fille, et surtout une petite fille présente en ville ? Que, comme lui, elle protège ceux qui sont chassés ? Il n'en sait rien. Il a peur, c'est tout.
Ses sanglots n'ont pas le temps de s'évader dans la pièce, ils sont aspirés par la chaleur de la cheminée, étouffés par la présence d'Asmodée et du plaid énorme et lourd.

La voix s'élève, la vérité qui fâche est dite trop haut. Les bras autour de lui, les mains sur sa peau ; à l'intérieur, quelque chose monte. Quelque chose dont il a l'habitude de côtoyer le chevet. Quelque chose qui maîtrise son corps et lui retire les rênes de sa psyché. Pressé contre Asmodée, il se demande si celui-ci est capable de le sentir se tendre. De sentir sa mâchoire se serrer. Plus les mots s'enchaînent, plus son estomac se tord. Il pensait pouvoir contenir tout ça, mais n'y parvient pas.

Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Le plaid vole, renverse ce qui trônait sur la table basse. Mircea a jeté, rejeté, le bras autour de ses épaules, s'est levé d'un seul coup. Il s'est senti étouffé. Il s'est senti pris au piège. Il s'est senti attiré vers la chaleur ardente du feu, comme si on essayait de lui foutre la tête. De la paranoïa ? Peut-être ; sa respiration s'accélère, il halète comme pour reprendre l'air dont on l'a privé. Les yeux pleins de larmes, ses jambes nues tremblent, et alors qu'il peine à tenir debout, sa voix tonne, résonne jusque dans le couloir :

- NE ME TOUCHE PAS ! Il a crié. À contre coeur, en partie. C'était trop. Cette main sur sa joue, ces bras autour de lui, cette chaleur étouffante comme s'il était pris d'une fièvre. Il a encore la sensation des mains d'Oana contre son dos, des ses bras frêles autour de ses épaules, de ses pousses qui essuient ses larmes. Pourquoi Asmodée cherche-t-il à effacer ces souvenirs de sa peau ? Pourquoi tu me touches ?! La question est rhétorique, mais sa colère ne l'est pas. En fait, il ne sait même pas si c'est de la colère... Ou de la peur ? Il tremble, de partout. Fait quelques pas dans la pièce, toujours haletant, peinant à récupérer son souffle. L'angoisse monte dans sa gorge, et elle déborde dans ses yeux. Pour qui tu te prends pour me toucher comme ça... Son agressivité n'est qu'une mascarade à laquelle il ne croit même pas lui-même. Sa voix était plus basse, plus étouffée, plus grave aussi, plus triste surtout. Il s'assied par terre, le dos collé contre l'assise d'un fauteuil.

Il a peur. Il a toujours peur d'être rejeté, abandonné, alors il préfère encore rejeter de lui-même. Il préfère éloigner ce bras rassurant de son épaule, il préfère s'enfuir et laisser là la pauvre jeune fille venu chercher un morceau manquant de son arbre généalogique. Il préfère perdre ses clés plutôt que de rentrer chez lui. Abandonner son magasin. Si c'est lui qui lâche avant les autres, alors il n'aura plus à souffrir de leur disparition.
Ça l'enrage. Asmodée fait humainement tous les efforts du monde pour le supporter, pour s'adapter à lui. Il se dégoûte à refuser comme ça les mains qui lui sont tendus. Il se dégoûte d'avoir peur comme ça. De se méfier sans arrêt d'autrui. Mais comment pourrait-il croire un démon ? Son dilemme interne le torture de plus en plus. Il cache son visage dans ses bras croisés sur ses genoux rassemblés. Il est pathétique, encore. Comme d'habitude.

L'angoisse lui prend la gorge, mais il parvient à la faire se tenir tranquille. Au moins un moment. Enfin, il relève les yeux sur Asmodée. Des yeux honteux, et en même temps rancuniers. Il lui en veut de s'être permis ces familiarités. Et pourtant, il aimerait l'avoir de nouveau près de lui ; non, pas lui, quelqu'un. Quelqu'un. Il veut juste une présence contre lui. Une chaleur qui ne l'étouffe pas. Pourquoi ne parvient-il pas à accepter les choses ?

Il renifle. Loin du démon.

- ... Une fille. Il renifle grossièrement, essuie ses larmes d'un revers de main. ... Et une femme... Ses sourcils se froncent, il déglutit. Les miennes. Avoue-t-il enfin, la voix enrouée et brisée par sa tristesse et la difficulté d'annoncer ces derniers mots. Un soupir, il appuie sa main contre sa tempe pour tenir sa tête. Il se pince les lèvres. ... J'ai envie d'une cigarette.

C'est bien la seule chose dont il est capable d'avoir envie depuis 50 ans.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1795
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Jeu 6 Déc - 7:41


- NE ME TOUCHE PAS !

Si j’étais pas un démon, je serais désormais une nouvelle victime de la peste moderne : la crise cardiaque. Je n’ai pas sursauté - ce qui est un miracle - et je regarde Mircea s’écarter de moi comme si j’avais tenté de lui arracher son sac à main. Je pousse un gros soupire, entre lassitude et soulagement inconscient.
Espèce de petit con, tu m’as fichue une trouille de tout les diables.

Pourquoi tu me touches ?!

Lourd soupire et ricanement las.

-Oh, bah, j’sais pas, écoute. Sans doute mon grand coté connard.

Je me masse les tempes. Ca y est, j’suis épuisé. D’un coup, je me sens faire mon âge avec tout le sarcasme et le blasé que ça implique. Bordel de merde, mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter des bras cassés pareils, sérieux?
On peut pas dire que je suis énervé. Je le regarde eructer et gesticuler comme si je venais de lui couper les couilles à la cuillère rouillée en me disant que c’est vraiment beaucoup de bruit pour pas grand chose mais bon.

-Pour qui tu te prends pour me toucher comme ça…

La voix est retombée et je penche la tête, je suis d’une sérénité à tout épreuve - il va falloir qu’on pense à me filer une médaille. Je m’asseois sur le rebord de la cheminée.

-C’est bon, t’as fini? La prochaine fois que tu veux pas qu’on te touche, dis-le. Ca sert à rien de brailler comme ça, Mircea. Respire.

Je vois bien qu’il est plus triste de sa réaction qu’il n’est en colère. Il va vraiment falloir qu’il apprenne à grandir un peu. Les traumas, c’est une chose et j’imagine que y en a un sacré paquet, mais là, y a quand même un grave laisser aller.
Il me fait penser à Elie quand je l’ai trouvé à New York. Elle a tout fait pour ne pas s’attacher, pour ne pas être rejetée, quitte à s’infliger toute seule ce qu’elle voulait éviter. Mircea a peur du rejet et ça se voit comme le nez au milieu de la figure.
Il finit par se rouler en boule par terre, loin de la chaleur, loin du plaid, loin des autres. Il se blottit contre le dossier un d’un fauteuil. On dirait un gamin terrifié par ses parents. Ca me fait un mal au coeur incroyable.
Il me regarde à nouveau et je ne sais pas ce qu’il cherche à faire passer comme message. J’attends donc en le détaillant. Est-ce que je vais réussir à le faire se sentir suffisamment bien pour parvenir à le garder sous la protection de Malsheem…? J’en sais rien. Je n’ai pas envie de penser à ce qu’il se passerait si ça n’était pas le cas, s’il s’obstine à refuser les mains tendues. Pourtant, je ne peux pas me permettre de mettre Malsheem en danger, je ne peux pas mettre en peril tout les autres pour un seul. Je marche sur une corde raide et j’en ai parfaitement conscience.

-... Une fille… Et une femme… Les miennes.

Bon, on avance. Pas beaucoup. Mais on avance. Je hoche doucement la tête.

-Très bien. Et pourquoi ça te met dans cet état-là?

Je pose la question en toute connaissance de cause. Quand on devient un “monstre” comme Mircea semble se percevoir, difficile d’accepter une quelconque filiation. Les raisons sont diverses, elles vont de celles de Bélial à ne pas mériter d’avoir un enfant parce qu’on est un monstre et qu’on va tout salir. J’imagine que c’est ce qui m’a retenu loin de Rafney et notre fils à l’époque… J’imagine.

-J’ai envie d’une cigarette.

Je ris un peu et sort de la poche de ma veste un paquet de clope.

-Tiens, attrape. Le briquet est dedans. Touche pas aux roulées, c’est des joints.

Je lui souris à nouveau. J’ai besoin de boire un verre. Je me lève donc et me sers un verre de Brennivin. Je me rassois près du feu pour garder Mircea dans ma ligne de vision. Je bois le fameux vin brulé Islandais en regardant Mircea.

-Qui tu as rencontré ? ta fille? La fille de ta fille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 310
double-compte(s) : Caoimhe Perkins
crédits : Ours™
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Jeu 6 Déc - 8:30

« We got demons, demons stuck inside our blood. »
Sept. - Oct. 2017 - Chez Asmodée - Asmodée
Dans d'autres circonstances, l'attitude d'Asmodée l'aurait fait entrer dans une colère noire et une profonde angoisse. Il se serait senti agressé, l'aurait probablement insulté dans sa langue natale ; mais pas aujourd'hui. En ce jour, il ne comprend qu'une seule chose : Asmodée, comme tous les autres et malgré l'empathie et la gentillesse dont il peut faire preuve, ne le comprend pas. Ou du moins, n'est pas en mesure d'appréhender ses réactions. La dernière personne à avoir été capable de cette prouesse lui a été sauvagement arrachée, sans laisser de trace. Avec sa tristesse et son désespoir, ils se disent souvent qu'ils ne retrouveront jamais quelqu'un comme lui.
C'est Asmodée qui s'immisce dans ses pensées, ou plutôt la question. Qu'est-ce qu'il le met dans cet état ? Rien. La simple existence d'êtres pouvant appartenir à sa lignée lui est complètement insupportable. Ce souvenir de la chaleur familiale, de l'entièreté de son éducation, lui est insupportable. Et aujourd'hui, comparé à avant, l'idée même de devoir côtoyer du monde lui est difficilement acceptable.  Pourquoi ça le met dans cet état-là ? C'est un choc, il songe. Un choc et c'est tout. Un peur de l'avenir, une phobie sociale, des traumatismes et des maladies mentales qui gangrènent le cerveau et font fumer ses neurones avant même que ceux-ci n'aient pu faire quelconque connexion. Au delà de tout, il sait qu'il exagère à chaque réaction. Il le sait. Seulement, il ne parvient pas à se maîtriser, à se...

Il se prend un paquet de cigarettes dans les genoux. L'impacte lui fait redescendre la tête et ses pensées par la même occasion. Effectivement, il a besoin d'une cigarette. Sans écouter Asmodée, il ouvre le paquet, sort ce qui ressemble à une cigarette industrielle et l'allume. Sans même la retirer de sa bouche, de la fumée s'échappe par son nez et ses lèvres ; un vrai dragon. Petit à petit, il se détend, la nicotine de la denrée fait son effet. Un nouveau souffle.

- Elle s'appelle... Il réfléchit. Peut-être qu'il est en train de divulguer une information qu'Asmodée pourra utiliser contre elle. Oana... Il se fait croire à lui-même qu'il omet son nom de famille pour la protéger ; la vérité est qu'il est incapable de s'en souvenir. C'est la fille de ma fille. Ses poumons se gorgent de la fumée alors que la cigarette se consume à une vitesse fulgurante. Il cherche un cendrier en urgence, mais finit par revenir près du feu y jeter les cendres tombées au creux de sa main. Mais, je...

C'est compliqué à avouer. Compliqué à assumer. Asmodée ne comprendra pas tant qu'il ne lui raconte pas tout. Sa sœur, sa famille, son attitude, la maladie, le monstre, et le monstre encore. Des événements chronologiques qu'il essaye d'oublier tant bien que mal ; impossible, il ne peut pas en parler au démon. D'un geste rapide de la main, il jette le mégot au feu, sort une autre cigarette et rend le paquet à Asmodée. Délicatement, il vient caresser la flamme avec le papier de la denrée, juste histoire de l'embraser, quitte à se brûler les doigts.

- Elle, euhm... Il déglutit fébrilement, fume, fume encore. C'est quand j'étais encore en Roumanie ; enfin, non, je n'y étais plus... Enfin... Si... Il pose sa tête contre le genou d'Asmodée. Sa tête est trop lourde de tourment, et ses boucles gorgées d'eau rajoutent du poids, pour qu'il ne puisse la tenir droite sur son cou. ... Désolé. Des excuses, enfin. Se répercutent dans son esprit celles d'Oana. Je n'arrive pas à me... Les mots sont compliqués et conflictuels. Il serre les dents, souffle pour se détendre sans trop y parvenir. Malgré lui, il se met à trembler d'anxiété. Là-dedans... Sa main se pose sur son estomac, à peine plus bas, pour désigner ses tripes. Ca se passe mal là-dedans à cause de là-haut. Ça remonte toujours dans la gorge, et ça fait toujours mal au cœur. Elle est née... J'étais pas... Enfin... Il espère intérieurement qu'Asmodée comprend. Qu'il n'a pas besoin de mettre des mots dessus ; c'est si difficile à cristalliser.

Il se courbe un peu sur lui-même ; au fond, très au fond de lui, il aimerait trop larguer, renverser les tonneaux de bile qui fermentent dans sa tête depuis trop longtemps. Mais les choses ne se passent pas aussi facilement.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1795
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Jeu 6 Déc - 10:15



- Elle s'appelle… Oana… C'est la fille de ma fille. Mais, je...

Wow. Je reçois Mircea par satellite. Les mots sortent un à un, avec une difficulté flagrante. Ses silences semblent vouloir dire long et j’ai l’impression que derrière cette phrase jamais terminée se cache le monstre que Mircea peut devenir. L’instabilité mentale est une chose que je connais peu. J’ai la colère, certes. Elle est irraisonnée la plupart du temps mais elle est sans commune mesure avec ce que traverse Mircea. J’ai du mal à imaginer. De la même manière que j’ai du mal à imaginer ce par quoi passe ma nièce. On mets des mots sur des maladies mentales mais elles ne les rendent pas plus faciles à comprendre pour les gens qui n’ont jamais eu à les subir.
Je ne comprendrais sans doute jamais complètement Elie ou Mircea mais je m’y applique de mon mieux. Je ne remets jamais la parole d’Elie en doute lorsqu’elle me dit qu’elle ne peut pas faire telle ou telle chose. Je ne cherche pas à discuter quand elle abrège une visite. J’essaie de rester ouvert. Peut-être pas assez mais je ne suis pas un surdémon.
Je regarde Mircea cramer une cigarette, se lever. Il en tire une autre avant de me tendre le paquet. Je le récupère et le range. Mon verre est posé à coté de moi, pas encore complètement vide.

Elle, euhm... C'est quand j'étais encore en Roumanie ; enfin, non, je n'y étais plus... Enfin... Si…

Je ne sais pas s’il n’a plus de repères temporels ou s’il y a des choses qu’il voudrait omettre sans y parvenir. Le plus surprenant, c’est qu’il vient s’asseoir par terre et pose sa tête sur mon genoux. Je le laisse faire, sans bouger, laisse l’animal se faire à ma présence.

-Désolé.

Le silence encore. Je prend mon verre et en bois une nouvelle rasade. Je ne sais pas où il va avec tout ça.

-Je n'arrive pas à me… Là-dedans…

Je regarde sa main se placer sur ses tripes et je plisse les yeux.

Elle est née... J'étais pas... Enfin…

Je repose mon verre sur le rebord de la cheminée et détaille Mircea qui se recroqueville. Je suis perplexe, je comprends sans être sûre de bien comprendre. Avec Mircea, je marche sur des oeufs en permanence : entre ce qu’il veut, ce qu’il espère secrètement et ce qu’il montre, il y a des galaxies entières.
Ma main effleure légèrement ses boucles sans trop s’attarder avant de repartir chercher mon verre. Décidément, j’vais peut-être me prendre une petite cuite, moi.

-Ok, mettons la Roumanie de coté et ta présence ou non là-bas. Tu as le droit de ne pas vouloir en parler, comme tu as le droit de vouloir vider ton sac. C’est toi qui décide. C’est toi qui sait.

Je soupire et ferme les yeux.

-Peut-être que c’est différent mais j’ai adopté une humaine, y a pas très longtemps. Elle a quoi… 21 ans. C’était sans doute la gamine la plus pure du monde. Gentille, rêveuse, reservée. On aurait dit un petit faon. Et, j’ai pas trop eu le choix de l’adopter. Ses parents me l’ont balancé dans les pattes par faiblesse. Ils l’auraient probablement buté… Bref. Quand je l’ai récupéré, j’ai eu un long moment de malaise parce que… Ben parce que j’étais un démon. J’étais capable de colère fulgurante, j’avais tué et fais la guerre. J’avais du sang sur les mains et beaucoup trop de sang innocent.

Je regarde Mircea.

-Dis moi, si ça te stresse que je te raconte ça. J’essaie simplement de voir si c’est similaire ou pas. J’essaie simplement de te comprendre.

Je lui souris à nouveau, mon expression doit être plus lasse qu’auparavant, moins solaire.

-J’ai jamais voulu être un démon. J’ai juste emmerdé le mauvais prêtre anglican et je me suis retrouvé maudit. Sur le coup, ça m’a bien fait marrer. Chez moi, les dieux uniques, c’était un peu de la merde. N’empêche que j’ai finis à Pandémonium. Bref. Quand j’ai récupéré Gene… J’étais furieux, je me sentais… Comme un énorme monstre qui ferait rien d’autre que la détruire. J’avais pas envie que mon héritage puisse lui être transmis. Il m’avait mené à la mort, à la destruction et je voulais que ça s’arrête avec moi.

Je regarde mon verre, rire désabusé et le vide.

-Tout ça pour dire que je comprends sans doute pas tout ce que tu traverses, penses, essaies de dire sans le dire mais c’est pas parce que t’as rencontré ta descendance que c’est forcément néfaste pour eux ou pour toi. Dans l’absolu, tu ne leurs dois rien, ils ne te doivent rien. Tu as le choix. Oana - c’est un joli nom, d’ailleurs - voulait te rencontrer. C’est chose faite. Si tu n’as pas envie de prolonger l’expérience, tu as le droit. Comme tu peux parfaitement prendre le temps qu’il te faut pour que ça te soit tolérable. Tu n’es pas non plus responsable de ce qui se passe quand tu n’es pas là. Peut-être que tu n’as pas été à la hauteur à un moment, t’as peut-être été le pire des connards mais ça ne change rien à la lois fondamentale de cette putain de planète : tu es libre de tes choix.

J’hausse les épaules et regarde Mircea.

-J’ai pas dit que c’était facile. Je dis simplement que tu es plus libre que tu sembles croire. Je dis juste que y a peut-être des options que t’as pas exploré. Après, j’avoue, j’ai peut-être pas tout compris. Alors, dis-moi, Mircea : tu l’as trouvée comment Oana?

Ma main dégage ses yeux de ses grosses boucles brunes.

-J’écoute, promis. Je juge pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 310
double-compte(s) : Caoimhe Perkins
crédits : Ours™
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Jeu 6 Déc - 17:54

« We got demons, demons stuck inside our blood. »
Sept. - Oct. 2017 - Chez Asmodée - Asmodée
Comme un chaton blessé, Mircea s'est recroquevillé sur lui. Il sent l'agacement d'Asmodée, et il est contagieux ; pourtant, sans rien dire, il attend les réactions du démon. Patiemment, et en même temps avec appréhension. Il ferme les yeux un instant, soupire légèrement en sentant la main dans ses cheveux. Ce contact-là, il l'a demandé. Ça lui va. Il craint de sentir les doigts d'Asmodée dans ses mèches noires, et en même temps ça lui ferait plaisir. Un entre-deux constant et anxiogène, comme le fait de lui faire confiance ou de le fuir comme la peste. Combat interne, la glace contre le feu. Il abdique : Asmodée est aussi tendu que lui dès qu'il s'agit de contact, maintenant. Il comprend, silencieusement.
Ainsi le récit va, et il écoute. Passif. Les yeux fermés, la tête posé sur les genoux du démon. Il lui raconte sa vie, ou du moins une partie. Il se laisse presque bercer au son de sa voix qui s'assombrit de plus en plus alors que le récit devient petit à petit plus atroce et cru. Lorsqu'il sent ses prunelles bleus sur le sommet de ses bouclettes noires, il lève la tête à son tour, la joue collée au genou qui lui déforme un peu le visage. De ses yeux bruns, il cherche ceux plus clairs, un peu dubitatif, mais toujours attentif. Que doit-il faire de ces informations ? Asmodée a l'air bien plus en paix avec lui-même que Mircea ne l'est. Un non de la tête lorsqu'il doit répondre à l'interrogation ; il n'en a cure. À vrai dire, son récit ne fait que très peu écho au sien.

Les choses sont différentes.

Le roumain songe un instant, l'écoute à peine en vérité. Il comprend les efforts que fait le maître de maison pour comprendre son invité. Son regard se perd dans le vague ; il a l'impression d'entendre Asmodée penser à voix haute. C'est logique, en un sens, puisqu'il essaye de comprendre, capter quelque chose, qu'il cherche à avoir un échange. Et c'est tout ce que Mircea exècre le plus au monde : qu'on cherche son contact, qu'on cherche un échange, verbal, de regard, corporel. Qu'on cherche à le côtoyer. Et pourtant il reste là, comme ayant le contrôle enfin sur son anxiété, comme s'il avait mit la sous-pape pour lui faire fermer sa gueule à cette pute.
Jusqu'à ce qu'elle se décide à l'ouvrir à nouveau.
Une grimace quand Asmodée fait ses suppositions. C'était tellement pire que tout ça. C'était tellement une horreur, un pêché impardonnable et viscéral. Le fratricide, tout de même. Surtout celui de sa tendre âme-sœur. Quelle honte. Il passe sa main sur son front et dans ses cheveux pour faire dégager ces pensées néfastes de là. Le démon fait de son mieux pour comprendre les choses - au fond de lui, il se dit qu'il fait de son mieux pour lui mentir et le manipuler, mais là aussi, il se chasse lui-même. A l'intérieur, il a l'impression d'être un rafiot mal remit d'une tempête qui tangue en mer agitée. À gauche. À droite. Puis encore à gauche. Puis droite. Sans trouver d'équilibre stable ni d'endroit où s'amarrer, ne serait-ce que mouille l'ancre. Un soupir.

Asmodée fait vraiment de son mieux, mais Mircea n'écoute presque plus tout en donnant l'air d'être attentif. Il est perdu, là-haut, ne se réveille que lorsqu'il capte la question. Comment il a trouvé Oana ?
Sa gorge se serre, tant et si bien qu'il doit déglutir fébrilement. Pas de jugement ? Il secoue la tête négativement. Ce n'est pas ça qu'il craint ; il n'a jamais craint le jugement. Mais il a toujours eu peur d'être au centre de l'attention - c'est pour ça que Mira était là. Elle qui adorait se faire voir, être admirée. C'est pour ça qu'ils se complétaient si bien. Il l'aimait si fort.

- Euhm... Le regard fuyant, il décolle sa joue du genou d'Asmodée, se frotte son propre bras, remonte un genou pour l'y poser. Ses yeux ne parviennent à se fixer nulle part, il a l'air subitement agacé par la question. Comme un chat. Sa tête suit les mouvements de ses prunelles, et il repense à ce quelque chose qui a germé dans les cendres. Ce quelque chose qui lui a tant fait peur. Qui l'a fait fuir, au bout du compte. Elle m'a fait peur. Il admet, mais ment sur la raison : Les femmes me font peur. Mensonge à demi ; elles sont si fourbes, et parfois si ingénues. Elles tendent des filets dans lesquels il se coince comme un bleu, se débat avant d'être croqué vivant. Il pense à la potentielle mère de sa fille : elle était de celles-là. Tu sais, cette légende de femmes superbes qui attirent les hommes pour enfanter et les tuer ensuite ? Pareil. Elles me font toutes peur. Il prend sa tête entre ses mains, frotte sa nuque du bout des doigts. Surtout, surtout, sans regarder Asmodée. ... Mais si elle est de ma famille, je n'ai pas le droit d'avoir peur d'elle.

Le lien du sang est d'une importance capitale, chez lui. Entre eux, ils s'aiment, ils passent leur vie ensemble. Du nourrisson à l'âgé, c'est ainsi qu'ils mènent leur vie.

Et lui, le mouton noir, qui a tout fait à part, qui a perdu ce sang qui était le sien, le voilà de nouveau avec lui qui coule dans les veines d'une autre.

Les femmes lui font peur.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1795
double-compte(s) : Elie
crédits : DASVITANIA (<3 sweetie OwO)
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Dim 9 Déc - 6:36

Pendant que je lui raconte ma petite histoire, je crois que Mircea décroche. Il essaie de donner le change mais pour un démon qui gère les fascinations et les colères, je sais rapidement quand je n’attire plus l’attention. C’est mon fond de commerce après tout. Tant pis, je continue, il a l’air de s’apaiser un peu, la tête posée sur ma jambe. C’est déjà une grosse victoire en soi. Il accepte d’être près de moi, il accepte mon contact. Baby steps.
Mes mains parcourent délicatement ses boucles brunes sans que je cesse de vérifier qu’il est toujours calme. Ca serait dommage de le refaire partir en couille pour une caresse.
Je finis par poser une question que je sais d’avance problématique mais si j’ai vocation à aider, je ne peux pas donner dans la totale complaisance, je ne peux pas aller toujours dans son sens et éviter les sujets sensibles.
Alors, cette petite Oana?

-Euhm…

Ca l’agace instantanément. Je hausse un sourcil. Ca fait combien d’années qu’il est à fleur de peau comme ça? Combien d’années à ne pas faire face et à fuire tout ce qui fait potentiellement mal? Je me demande… Pourtant, je ne juge pas. Je me dis juste que ça doit être incroyablement douloureux. Je le laisse s’écarter sans rien tenter. La retenue est quelque chose qui ne m’est pas vraiment familier. Pas à ce point-là, en tout cas.

-Elle m’a fait peur. Les femmes me font peur.

Alors, ça, pour le coup, je vais pas pouvoir comprendre du tout. J’avoue avoir du mal à m’expliquer comment c’est possible. Mais j’accepte sans comprendre. Les femmes lui font peur.

-Tu sais, cette légende de femmes superbes qui attirent les hommes pour enfanter et les tuer ensuite ? Pareil. Elles me font toutes peur.

Il évite mon regard depuis tout à l’heure alors que je l’observe se triturer.

-... Mais si elle est de ma famille, je n’ai pas le droit d’avoir peur d’elle.

Je penche la tête et capte le paradoxe. Ok. Je crois que je vois, j’espère que je vois.

-Pourquoi tu n’aurais pas le droit? J’imagine que la famille est importante pour toi. Les liens du sang, tout ça. Tu as le droit d’avoir peur d’elle. Ca n’est pas incompatible avec le fait de faire des efforts.

Je soupire doucement et ferme les yeux.

-J’ai du mal à comprendre tout ça. Mais la peur que tu ressens n’est pas invalidée par le fait que cette demoiselle est de ta famille. Ca ne veut pas dire qu’il faut la fuire, qu’il ne faut pas être là pour elle.

Je le détaille un moment et laisse échapper un léger rire un peu vaincu.

-J’t’aide pas beaucoup, hein?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 310
double-compte(s) : Caoimhe Perkins
crédits : Ours™
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   Lun 10 Déc - 9:47

« We got demons, demons stuck inside our blood. »
Sept. - Oct. 2017 - Chez Asmodée - Asmodée
Au vu du regard que lui a adressé Asmodée, Mircea comprend que ce sont des choses peut-être trop personnelles et insaisissables pour le démon. Il a beau offrir une image pour en parler, ça n'a pas l'air de faire preuve de quelconque efficacité. Une chose est sûre, il ne mettra pas plus d'efforts dans son explication, ou pour qu'Asmodée puisse comprendre ce qu'il ressent, où il peut en venir. Il laisse son regard s'enfuir dans la pièce, s'attarder sur les œuvres aux murs, et profite de la main qui cours dans ses cheveux. D'un geste balbutiant, il se gratte la joue, comme un peu gêné d'avoir fait part de cette partie de lui au démon ; celui-ci tente bien malgré lui de comprendre, de saisir les subtilités de sa psyché, sans pour autant y parvenir. Au moment où il prend la parole, Mircea lève les yeux au ciel.

Il hoche la tête, cependant, à l'affirmation.

- Plus que de raison. Avoue-t-il dans un souffle. La soirée s'annonce tourmentée, pour lui. Lorsqu'il pense au lien du sang, il ne peut s'empêcher de revoir sa tendre sœur. Et, plus il y pense, plus c'est douloureux.

Un frisson parcours sa colonne : "faire des efforts". Il doit faire des efforts vers quelqu'un ? Quelqu'un de sa famille, en plus ? Alors qu'il est supposé pouvoir faire les choses naturellement, parce que c'est ainsi qu'elles ont toujours été ?
Il prend une inspiration. Avec ce que lui dit Asmodée, il n'est même plus sûr d'avoir peur d'une femme ou d'avoir peur de retrouver ce lien familial qui l'a aliéné pendant cinquante ans. Une plaie béante incapable de se refermer. C'est fou qu'il soit face à ce dilemme, alors que ceux qui l'ont banni ne sont plus depuis longtemps, et qu'Oana est la seule à lui avoir ouvert les bras. C'est terrifiant de voir ça. Elle a l'air si féroce, comme ça, les ailes déployées, si imposante. Elle lui fait peur, putain. Il n'a pas envie de s'y loger, et en même temps c'est la meilleure chose à faire. Ça le tue, cette histoire.

- ... Non, pas vraiment, conclu Mircea avec une honnêteté presque vexante. Asmodée fait de son mieux, mais il ne peut pas se cacher de n'être atteint par aucun de ses mots. Disons que ce sont des choses auxquelles j'ai déjà pensé. Il lève un regard vers lui. Ça va te paraître dérisoire, mais en cinquante ans j'ai eu le temps d'y réfléchir...

Son affecte prime sur tout le reste. Se sensation dirigent entièrement son corps, et la rationalité n'a pratiquement plus sa place. Il peut réfléchir, rien n'y fait, la tempe fait toujours rage. Son corps et son cœur ont pris le pas sur son esprit il y a bien longtemps. La plupart des gens font ça, aussi, sauf que lui c'est démesuré. Il se souvient d'un gars qu'il avait croisé sur sa route un jour, et qui avait eu la fabuleuse idée de lui dire "nah mais t'es surdoué toi, ça se voit". Et Mircea n'a simplement pas réagit. L'idée était absurde, son comportement et sa situation, sa nature, transcendent le principe même de la métacognition. C'est bien au-delà de tout ce que l'on peut imaginer.

- Oana, c'est religieux. Commence-t-il. Ça veut dire "Yahweh est grand". Il se sent d'expliquer ça, à Asmodée, pour aucune raison. Le regard perdu dans les flammes de la cheminée. Je pense que c'est parce que sa mère a été élevé chez les roms qu'elle porte ce nom. Oana n'est pas très répandu en Roumanie, c'est un prénom qui vient surtout d'Israël. Mon peuple vient de régions que les occidentaux appellent "Proche" et "Moyen-Orient". Mais je n'ai pas très bien compris la subtilité chez vous ; deux noms pour désigner deux mêmes régions. Ça devient politique, et ça me dépasse.

Statique, il déblatère, raconte tout et rien. Ça fait longtemps qu'il n'a pas parlé de sa patrie, ni même de l'histoire de ses origines. Étrangement, à l'intérieur, ça lui fait un peu de bien.

- Depuis des générations, mon peuple s'est installé en Roumanie. Ça fait très longtemps, et nous sommes très imprégnés de cette culture. Il marque une pause. J'ai l'air plus occidental parce que j'ai grandi en Italie.

C'est étrange pour lui de parler de ça, mais quelque part il y trouve son compte. Peut-être qu'Asmodée comprendra mieux son dilemme, comme ça. Il prend une grande inspiration, souffle doucement, ferme les yeux un instant. Une chanson dans la tête, avec la voix de sa sœur. C'est bizarre comme le monde a évolué en cinquante ans. Lui ne connaissait la musique qu'à travers les chants de sa mère et de sa sœur. Des voix qu'il est incapable de retrouver aujourd'hui.

- Et la religion dans notre peuple est- Aïe ! Il se redresse subitement. Asmodée à posé ses doigts contre une plaie encore douloureuse qui ne parvient pas à cicatriser. Il n'a pas mangé depuis un moment, en vérité, et sait qu'il devra le faire bientôt. Ne touche pas là, je suis ble- Il grimace, les dents serrées, en passant ses doigts sur la plaie. Un coup d’œil à sa main : merde, ça resaigne. Il soupire, agacé.

Ça lui apprendra à parler de lui.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Deep Down ☽ Asmodée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deep Down ☽ Asmodée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» BALLISTIC - DEEP FOREST ATMOSPHERE
» Deep cleansing oil DHC = PRODUIT MIRACLE
» Soin profond (deep conditioner)
» Kamina divers (Les Dumping,...)
» Vendredis Ludiques à l'Outpost Bruxelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest-