Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 tread lightly. (priam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 199
double-compte(s) : aucun.
crédits : self.
MessageSujet: tread lightly. (priam)   Sam 11 Aoû - 14:47

« Il voit le jour derrière l'ombre, Tel un croyant dans le saint lieu, L'autel désert, sous la nef sombre. » t. gautier.

— Ξ —
Sur les pavements scintillants de Londres, lune et nuit s’écharpent dans des reflets mouvants. Quelques rats passent, bercés par les feuilles de journaux que le vent d’hiver soulève et charroie jusqu’aux murs où les vieilles pierres transpirent de peur à chaque ombre naissante. En bord de Tamise, là où les privilégiés ne trainent guère savate, des corps grelottent en attendant la Mort ; s'exterminent précipitamment, parfois, pour une miette de ce pain ranci qu’untel aura ravi aux ordures frelatées des bas-quartiers. L’empire de la Couronne s’arrête ici – là où la lumière des falotiers n’existe qu’en songes décousus, nourris par les récits des vagabonds s’en étant allés mendier à Westminster, au Paradis perdu qu’aucun d’eux ne connaîtra jamais. Néanmoins et parce que la puanteur a, dans les naseaux de cet être, l’odeur d’une friandise, Gustave La Serre rôde en compagnie des gueux. Nul n’y prête attention, à cette cape fuligineuse ondulant près des quais, car elle est tel un vaisseau fantôme dérivant sur les chagrins de ces quidams ; propre à leur mer éplorée sur laquelle elle se confond. C’est auprès d’un garçon que le Spiritiste, anonyme des gouapeurs, ploie genou, toutes griffes dehors, prêt à festoyer sur le cadavre de Famine. Misère et rachitisme ont peinturluré les ridules de l’enfant, si bien qu’il est impossible de lui donner un âge – une âme. Ses billes péniblement levées vers l’étranger ont la couleur d’un doux écœurement. La patience infinie de sa carcasse bousculée par la misère assouplit ses muscles, aussi se laisse-t-il faire lorsque, délicatement, les phalanges inconnues s’enroulent autour de lui. Le piègent. Le tuent. Miséricorde létale prodiguée par un Saint harnaché de ravages ; parce qu’un môme, des siècles auparavant, a eu son regard, ce sont des rêves élyséens et non pas un rosaire de cauchemars, qui l’ont conduit au Néant. Sur cette petite charogne bientôt boursouflée de mouches nécrophages, la silhouette passe, poursuit sa traversée, et ainsi, d’angle en trottoir, vide, tous tatouages flamboyants, les molles ardeurs de ces résidus de vie – sans merci. Finalement rassasié et quelque peu agité, c’est en amont des venelles qu’il s’enfonce, les sens harcelés. Quelque chose talonne son sillage. L’habitude, toutefois, mord la frousse d’être traqué. C’est même assez grisé par la perspective d’une poursuite qu’il progresse dorénavant sur l’empierrement immaculé du district nord. Et si cette fois c’était la bonne ? Enfantillages d’un Mathusalem désabusé.

* * *

Bombance à Gomorrhe. Striges et goules fanfaronnent plume au séant. Luxe, volupté, décadence infertile. L’or brille de mille feux, aveugle ses adeptes, calcine la pâle clarté de l’astre sélénite. Dans l’hôtel particulier de Covent Garden, une autre sorte de lie humaine s’adonne aux vanités parnassiennes sur lesquelles bien des auteurs et poètes cracheront plus tard. Le squale nage quelques instants dans cette eau douçâtre piquetée de remugles, se montre, vitrioleur et mensonger, au grand jour de ces messieurs dames, cause, bavasse, captive et charme sa future clientèle, avant d’en finir et de se retirer dans quelque coursive, frôlant au préalable des bêtes à deux dos ; puisque ça fornique déjà, entre deux mets ou deux grandes idées. Insensible aux diptyques paillards – dont il a tant de fois été le morne spectateur – c’est à revers de passage plus ou moins secret qu’il coince son Nimrod, lorsqu’ils débouchent tous deux, en fin de course hâtée, dans une vaste bibliothèque. Les poings se sont pelotés aux nippes de ce qui, vraisemblablement, n’est qu’un éphèbe, et avec force violence parfaitement gratuite, la charpente longiligne heurte un recoin d’étagère. Il serait inconcevable pour un chasseur émérite d’avoir attendu si longtemps, tout aussi sadique soit-il ; en franchissant sain et sauf la cour du manoir, Al-Rahman a deviné n’avoir affaire à aucun spécimen qui soit de ces parasites. Faire ça dans un lieu aussi public serait rompre les règles de leur art émétique. Qu’est-tu donc ? Les orbes toisent, lippes retroussées, ce faciès que la Jouvence travestit peut-être – Apollon a l’odeur âcre des problèmes. Péché mignon du Maure. « Qu’est-ce que tu me veux ? » C’est à peine un ronron, une déclaration de guerre qui s’étire au sortir de la sieste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

tread lightly. (priam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-