Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 a supposed family dinner - ft. kaelig taur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 455
double-compte(s) : ariane & barbara
crédits : (c) eliyam (ava) blues walrus (sign)
MessageSujet: a supposed family dinner - ft. kaelig taur   Mer 22 Aoû - 17:54




~ kaelig & skylar ~

a supposed family dinner


Guère de coup de fil, comme à son habitude, le père Baker s'était contenté d'un simple sms pour prévenir sa fille - deux jours auparavant - qu'elle était conviée au repas de famille habituel du mois. Il arrivait parfois qu'il y en ait deux, rarement plus et très souvent l'invitation n'était pas maintenue. Important, ces rendez-vous de famille permettaient de resserrer les rangs, d'assurer le lien qui les unissait tous les quatre dans la quête de la vengeance - on parlait souvent affaires et par affaires, on entendait chasse. Depuis des années, et pas moins de dix-huit ans, la relation entre le père et la fille Baker était au point mort, les chiens ne faisant pas des chats, Skylar tenait tout du sale caractère de son père, rancunière et têtue ne comptant pas céder la première. Leur conflit n'empêchait pourtant pas à la famille d'être soudée, on mettait de l'eau dans son vin sans broncher, n'empêchait-il pas que souvent le repas était écourté par une des nombreuses querelles du père et de la fille. La jeune femme depuis son enfance, prenait son paternel partie responsable dans la disparition de sa mère  - elle l'avait épousé, lui et le surnaturel, certes mais c'était lui qui avait amené ça dans sa vie, dans leur vie à tous. Même si à première vue, Sky semblait exceller dans son domaine et se convenir de son dit statut de chasseuse, elle avait rêvait d'autre chose à une époque - il y avait des jours où elle aurait choisi l'ignorance de ce monde, à son savoir.. bien entendu, les temps ont changé.

Plutôt enjouée à l'idée de retrouver ses frères - plutôt que de retrouver son père - il était convenu que la jeune brune arrive à l'avance afin d'aider à la préparation du dîner - le rendez-vous était donné pour dix-neuves heures trente, Skylar s'y rendrait pour dix-neuves heures tapantes. Apprêtée avec goût, coiffée et maquillée avec soin, et une fois assise derrière le volant de la vieille mustang, la brune prenait la direction de l'Upper Town pour rejoindre la maison familiale, ignorant encore qu'un autre invité se joindrait-à-eux pour le repas.

Pénétrant la petite propriété, seul son père l'attendait - apprenant alors qu'elle ne verrait que le plus jeune de ses frères, uniquement en fin de soirée - il était sur le chemin du retour d'une cavale dans le nord du pays et parce-que l'aîné avait un empêchement, il ne pouvait être présent, la brunette se retrouvait donc seule avec le Baker.
 
« Pourquoi ne pas avoir reporté dans ce cas ? » demandait-elle à son père, le ton indifférent alors qu'elle lui tournait le dos pour déposer son éternelle veste en cuir dans l'entrée avant de pénétrer la cuisine.

La maison Baker n'était ni la plus grosse, ni la plus impressionnante du quartier - ni même la plus moderne même si elle possédait les classiques tels que les volets électriques, plaques à induction, chauffage au sol - voyez, ce genre de détails. Elle était décorée avec goût, comprenait de grands espaces, la cuisine ouverte donnant sur le séjour comprenant salle à manger et salon, dans lequel trônait la cheminée - quelques flamme y crépitaient - la maison était accueillante et chaleureuse et à la fois affreusement vide. Les murs respirant les souvenirs douloureux, d'une disparition d'autant plus douloureuse qu'on n'y avait attaché aucun coupable - autre que les vampires - mais, pas de nom, pas de réel responsable. Ces murs épurés et dépourvus de photos donnaient à la maison son air de vécu, comme s'ils étaient lourds et prêts à s'écrouler - un peu comme le ferait les Baker s'ils ne se donnaient pas une raison de vivre.

Sa raison à elle, c'était la vengeance mais, pas seulement d'exterminer que les vampires mais, d'exterminer LE vampire - celui qui était responsable de ce qu'était sa vie depuis dix-huit ans, depuis qu'il lui avait arraché une mère dont les souvenirs étaient flous et quasi inexistants, le souvenir douloureux d'une gamine de cinq ans qui se voyait devenir le meilleur espoir d'une famille endeuillée.

Le père Baker n'avait répondu à sa fille que lorsque - alors qu'il était en train de terminer de mettre la table, et qu'elle surveillait le risotto, on vint sonner à la porte - pas dans l'habitude de ses deux frères. « Parce qu'on a un invité supplémentaire. » disait-il de sa voix rauque.

Loin de se douter de qu'il s’agissait, la brune avait suivi son père dans l'entrée - alors qu'il accueillait chaleureusement, un vieil ami (semblait-il).

Code by Cookies., don't give it without permission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 213
double-compte(s) : Ciulin+ Beitris+ Salomon+ Ohanzee+ Klaudia+ Simone
crédits : NOOBODY LE PETIT RIGOLOW
MessageSujet: Re: a supposed family dinner - ft. kaelig taur   Jeu 23 Aoû - 4:37


One pain, one hope
Too far, so close
We laugh, we cry
We live, we grow

Because...
Because we know the future is all we have left


Rebondir. Vivre. Apprendre à s'ouvrir.
La vieillesse apporte la sagesse, dit-on. L'âge offre la perspective du chemin parcouru, croit-on. Pour ma part, je recommence au point de départ. Tabula Raza. Je dois me réinventer, je dois tout reconstruire.

Mon héritage, je le porte en moi. Il ne s'agit pas que de gênes, mais bel et bien d'un savoir qu'il me faut livrer. Et ces enfant que j'aurais créé, me survivront. Et enseigneront à leur tour, l'homme que je fus.
Rebondir. Vivre. Laisser une trace.
Un fil noué.
Solide.

J'ai tenté de fédérer quelques chasseurs solitaires, des les inviter à se réunir au club, à s’entraîner ensemble, mais on ne déboulonne pas des siècles de "lonesome cowboys". Le travail est lent, considérable, éreintant. Rares sont les fruits que je récolte. Maigre sont les échos que je suscite.

Adham Baker est une exception.

Nous nous sommes entendus très vite. Adham Baker a une famille, lui aussi. Un foyer dévoué à la chasse dont il est le patriarche. Un veuf qui n’est pas sans me rappeler Andres Killik, seul pour élever tous ses fils. Adham a, lui aussi, une fille, une enfant talentueuse mais difficile qui lui reproche tout ce que la terre peut porter. La jeune femme n'a pas fuit, mais les coutures craquent. Je sais reconnaître les symptômes de mes propres erreurs.

Cet invitation à déjeuner est une tentative pour ramener l'écoute entre le père et la fille.
Et une perspective d'avenir pour moi même.

Rhiannon devait m'accompagner, mais s'est désistée au dernier moment après un énième saut d'humeur, me laissant seul avec le choix du vin. Nous ne manquons pas de bonnes bouteilles. ignorant la nature des plats, j'ai donc opté pour un Saint Estèphe et un Gewurztraminer. Un rouge et un blanc, on devrait pouvoir s'y retrouver.

La maison des Baker a ce charme prolétaire des banlieues pavillonnaires. Il s'en dégage une certaine chaleur et un bon vivre que je ne retrouve pas toujours dans notre loft suréquipé. Parfois je me dis que nous avons beaucoup trop d'argent et que cela nous désensibilise aux attraits de la vie.

Je sonne.
La porte s'ouvre.
Le visage jovial d'Adham se dessine dans l'embrasure et nous nous laissons aller à une accolade naturelle et virile. Je le domine de ma stature imposante. Il n'y a que Gabriel qui parvienne à me tenir tête en terme de taille dans cette ville.

- Salut Adham, comment vas-tu mon vieux ?

La camaraderie a du bon et du sain. Vraiment. Je me détache et tourne la tête vers la jeune femme qui se tient dans le corridor.

- Tu dois être Skylar ,
Accent chantant de ma Roumanie natale, malgré mon anglais impeccable. Je tends une main vers toi, gamine, un sourire fin sous la barbe. Enchanté, je suis Kaelig, un ami de ton père.

Ce "genre" d'ami là, oui, qui sont aussi de la partie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 455
double-compte(s) : ariane & barbara
crédits : (c) eliyam (ava) blues walrus (sign)
MessageSujet: Re: a supposed family dinner - ft. kaelig taur   Jeu 23 Aoû - 16:20




~ kaelig & skylar ~

a supposed family dinner


Skylar ne connaissait que très peu les amis de son père, à dire vrai, tous les Baker étaient un peu solitaires dans l'âme - même s'ils étaient généralement bien entourés dans leur relationnel, ils n'étaient pas des personnes qui aimaient vivre en groupe - ils préféraient la solitude et se plaisaient entre-eux, n'aimant pas vraiment les étrangers. Il en est autre chose lorsqu'il s'agit des familles de chasseurs du pays, comme les Harker, dont ils sont d'assez proches alliés de par la relation entre Rhys et Skylar - mais, eux mis à part, la chasseuse n'avait jamais rencontré d'autres amis du père Baker.

L'invité en question était grand, dominant par sa taille et sa carrure le père de la jeune femme, ses cheveux grisonnant qui encadraient son visage lui donnait une certaine sagesse mais, son regard d'acier trahissait un long vécu, et son charisme donnait l'impression qu'il en avait vu de toutes les couleurs, des vertes et des pas mûres, ou encore qu'il avait connu toutes les guerres. Il avait l'air d'être une personne de confiance et d'expérience. La jeune chasseuse se sentait ridiculement petite, dans tous les sens du terme.

« Salut Adham, comment vas-tu mon vieux ? » ton amical et accolade virile, le géant et son paternel avait l'air de se connaître depuis un petit moment - et Skylar l'ignorait - pas étonnant puisque la discussion entre père et fille était rompue depuis certainement bien plus d'années.

« Rhiannon ne t'accompagne pas ? » demandait le père Baker, en rendant la franche accolade de son ami - qui avait posé son regard sur la silouhette de Skylar - à laquelle il tendait désormais une main. « Tu dois être Skylar » la jeune femme hochait la tête, un demi-sourire sur les lèvres, lui - avait l'air de la connaître, alors qu'elle - ne savait rien de lui. « Enchanté, je suis Kaelig, un ami de ton père. » avait-il dit avec un doux accent dont la brunette ignorait la provenance.

« Il semblerait, sinon vous ne seriez pas dans cette entrée. » rétorquait-elle, souriante, en lui serrant la main, s'attendant à se faire broyer les doigts ou à en perdre un ou deux dans cette poignée de main. Tout en jetant un regard accusateur vers son père, elle ajoutait à l'intention de Kaelig : « Je ne me présente pas, cela semble avoir déjà été fait. »

Il avait prononcé le mot ami comme si le sens du mot était différent, il semblait avoir un sens caché derrière comme s'il se disait de ces amis-là, de ceux qui savent. A voir la bonne entente évidente entre son père et cet homme, et connaissant le Baker, s'entourant uniquement de personnes de confiance, de ceux qui sont de la partie comme qui dirait, Skylar n'avait quasiment pas de doute sur la statut de l'homme que son paternel avait invité à leur table - il l'avait invité à un repas de famille mais, pas celui des Baker. Bel et bien à celui des chasseurs.

Une question résidait, qui était-il et pourquoi était-il l'invité à la table de ce soir ? Pourquoi Skylar ne l'avait-elle jamais rencontré auparavant, est-ce que son père avait des ennuis ? Ou bien s'était-elle attiré les noises d'une quelconque créature ? Qui était-il, d'où venait son charmant accent et pourquoi avait-elle été conviée s'il s'agissait uniquement d'un repas entre deux amis ? Tant de questions qui resteraient sans réponses peut-être jusqu'à la fin du repas. Repas, qu'elle devait d'ailleurs surveiller si elle ne voulait pas servir du cramé dans les assiettes. Un peu mal à l'aise, la jeune femme se passait une main dans la nuque avant de répondre: « Enchanté également. Vous m'excusez, je vais jeter un coup d’œil au risotto.   » elle ne se privait pas d'ajouter: « Mon père n'est pas bon cuisinier, si ça crame ce n'est pas lui qui rattrapera le coup. » Elle lançait un nouveau regard à son père, accusateur une nouvelle-fois, ils auraient une discussion -qui se terminerait en une nouvelle dispute.

Elle n'appréciait pas ce genre de situation et il le savait, elle n'aimait pas l'inconnu, se sentir prise au piège, n'appréciait guère se sentir coincée - elle priait pour trouver une excuse avant la fin du repas pour s’éclipser mais, malheureusement elle craignait qu'elle soit obligée d'arriver jusqu'au dessert. Ça lui faisait penser à un des nombreux repas où la jeune chasseuse devait se faire voir - au nom des Baker - pour les représenter. Comme les repas chez les Harker où Adham envoyait sa fille plutôt que de s'y rendre lui-même. Elle avait le même sentiment,  sauf que cette fois c'était à domicile.

Fuyante, elle s'était réfugiée dans la cuisine.

Code by Cookies., don't give it without permission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: a supposed family dinner - ft. kaelig taur   

Revenir en haut Aller en bas
 

a supposed family dinner - ft. kaelig taur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» e n g e l xxx family is the only thing you have to care about
» Family Tree Builder
» you were supposed to love me | NEMO
» [Vidéo] Dinner for one
» Exode de 1940 - Les Français sur les routes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-