Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 ≡ topic commun : fête nocturne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 842
double-compte(s) : -
crédits : RaniPyaa
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Sam 6 Oct - 18:35


HALLOWEEN PARTY — EVENT


Tout se passait très bien pour le moment. Presque trop bien à vrai dire. Mais Del se permit d’espérer que son frère avait décidé de faire des efforts, qu’il faisait ça pour qu’il passent du temps ensemble... Ou bien alors avait il juste abdiqué face au trop grand enthousiasme de sa chère petite sœur. Un enthousiasme débordant. 

« Je ressemble à un robin des bois moderne... t'abuses. Le fusil est dans l'armoire d'à côté. J'ai pas l'permis. Si j'me fais arrêter par les flics, ce sera d'ta faute. »

La belle blonde se fendit d’un large sourire amusé. 

‹‹ Tu fais un Robin des Bois fantastique ! Tu vas sûrement de nouveau briser des cœurs ce soir. ››

Trop mielleux ? Sûrement. Mais Delilah voulait obtenir sa présence d’Aser, alors elle y allait avec des pincettes, des fleurs et du chocolat. Quitte à ce que ce soit totalement évident, du temps que ça fonctionnait... 
Prenant ensuite l’entière responsabilité du fusil, la belle blonde allait se décaler vers l’armoire indiquée pour en descendre l’arme mais son aîné la devança. Elle prit donc le parti de s’occuper immédiatement du maquillage. Il fallait faire ça vite avant qu’Aser n’ait trop le temps de réagir. 

« Hey mais qu'est-ce que tu fous avec ce rouge-à... »

Trop tard, méfait accomplit. L’air ravi de l’expectation de la soirée continua à se peindre sur les traits de la jeune chasseuse alors qu’elle observait fièrement ce qu’elle avait fait de son frère. Delilah était une vraie gamine dans ce genre de situation, trop heureuse d’aller s’amuser avec son grand frère, comme quand il était d’accord pour l’emmener faire des manèges quand elle était petite... ou que Papa le lui ordonnait. Mais Del pouvait assumer cette juvénilité la. 
Maintenant il était temps de rejoindre les festivités. 


La belle blonde retrouva le froid automnale avec un soupire de contentement. 

« Super. Pas question que je marche comme ça jusqu'au centre-ville, on prend la voiture. »

La chasseuse lança un regard en biais à son aîné. 

‹‹ Fainéant. ››

Elle marmonna entre ses dents serrées cependant assez fort pour qu’il puisse l’entendre. Assurément ne voulait il pas juste se faire voir par la moitié de ville mais Del n’allait pas insister là dessus. 
Elle laissa glisser le sac qu’elle avait jeté sur ses épaules jusqu’à sa main pour le refermer correctement. 

« Au moins, t'as pris ça. »

La jeune femme baissa les yeux sur son sac encore ouvert et entr’aperçu la bouteille de rhum piquée dans la cave familiale, avant de le refermer et de le passer sur son dos. 

‹‹ Tu me connais, je prévois tout. ››

Ce qui n’était pas forcément vrai. Ce qui n’était sûrement pas vrai du tout. Mais bon, Delilah pouvait bien affirmer ce qu’elle voulait. Et puis elle enfourcha la moto à l’aide de son frère et ils prirent la direction de la fête. 

« Pourquoi tu tiens tant à fêter ça? T'as pas ton lot d'épouvante avec la chasse? »

La jeune femme fronça les sourcils sous son casque. 

‹‹ C’est pas pareil. ››

Rien à voir. Elle secoua la tête même si Aser ne pouvait pas la voir. 

‹‹ C'est vraiment pas pareil. Ici c’est une fête, on ne jouera pas nos vies. On va s’amuser et c’est tout. ››

Enfin ils allaient essayer. Mais la bouteille que Deli avait emporter les y aiderait sûrement !
Bientôt, les lumières et les bruits éclatants d’une fête déjà entamée se firent entendre. La moto était à peine arrêtée, le moteur pas encore coupé que la jeune femme avait déjà mit pieds à terre en sautillant. Elle attrapa son sac par les lanières, tourna le dos à la fête après lui avoir jeté un rapide coup d’œil et tendit la bouteille à son grand frère. 

‹‹ Aller, une gorgée de jus de fruit et on y va ! ››

La jeune femme pressa Aser avec la main tendue en attendant qu’il lui rendre la boisson. 

‹‹ La fête ne va pas nous attendre toute l’éternité ! ››


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 172
double-compte(s) : 0
crédits : Asra
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mar 9 Oct - 2:14





Je ne manquerai la célébration d'Halloween à Blackwater Falls pour rien au monde. Premièrement parce que ma baraque perdue dans la nature est des plus flippantes quand on y pense bien avec ses interminables baies vitrées ouvertes sur l'immensité d'encre de la forêt. Deuxièmement, parce que je n'ai pas beaucoup d'amis, encore moins people dans le secteur, et que les fêtes où j'ai l'occasion de me saper un peu ou me maquiller ne courent pas les rues. Et j'adore ça. Et troisièmement, car il faut bien conclure sur une trinité, ce sera sans doute amusant, tout simplement!


Il y a différentes écoles en matière de déguisements, de l'improvisé avec trois bouts de ficelles au plus élaboré. Clairement, j'appartiens à la dernière catégorie, avec un goût prononcé pour le sexy plutôt que le gore. Je me sape tout en noir d'un costume à l'élégance forcenée et c'est sur le maquillage que je mise gros. Je grise mon teint avec de la cendre et accentue les contours de mes pommettes et arcades avec du maquillage de couleur charbon et bleu cobalt en dégradé, un fondu tout naturel et assez terrifiant malgré tout. A l'aide de pommade, d'un kabuki et de farine à laquelle je mélange des oxydes bleu et pigments gris, je poudre mes cheveux pour leur donner une allure d'outre-tombe. Mais je ne m'arrête pas sur les fondations de cette grise mine aux lèvres bleutées, qui ne sont là que pour rehausser l'eyliner et les larmes d'or qui semblent s'écouler de mes yeux aux sclérotiques totalement noires, grâce à des lentilles de grande taille totalement opaques. C'est vraiment une plaie à mettre, et pas très confortable d'ailleurs. La perception des couleurs en est légèrement altérée. Mais j'en parais cent fois plus démoniaque. Le rendu est d'enfer... Ce soir, je serai Hadès, prince de l'Erèbe.
 
Ma chemise très largement échancrée, j'en profite pour sculpter le contours de mes clavicules et de ma gorge. Et poudrer mon buste de poussière d'or, une petite touche sur les arrêtes du front à l'éponge humide, j'applique un vernis à ongles noir. Tout y est. Après plus d'une heure de préparation experte.
Je suis un peu en retard, mais la fête de Coldlake est à deux pas de chez moi, et peut-on vraiment considérer qu'elle aura commencé avant que je ne sois là?


Un jeu de tarot divinatoire Marigold dans la poche intérieure de ma veste, tout contre mon coeur. Je pourrais peut-être initier quelque sombre prophétie à la faveur de cette nuit fantomatique.
 
Si je m'y ennuie, je pourrais toujours faire un tour au cimetière où un jeune amant m'a confié - à condition que j'en garde le secret - qu'il s'y tiendrait une fête clandestine un peu plus tard dans la soirée.
En arrivant à l'hôtel sur les coups de 21h30, je remarque qu'ils ont sorti le grand jeu sur la décoration, entre citrouilles, lampions, toiles d'araignées. Je joue mon rôle en entrant d'un pas sépulcral et conquérant dans l'édifice et me dirige vers le bar tout en adressant des salut volontairement ombrageux aux autres costumés. Quel plaisir de voir le soin que chacun aura mis à jouer le jeu. J'adresse un sourire carnassier à une jeune démone qui arbore elle aussi des yeux entièrement noirs et une tenue très recherchée.
 
Puis me dirige vers le bar dans l'idée de m'offrir un cocktail bien lugubre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1961
double-compte(s) : anthony farnese, alonso de la vega.
crédits : av./rastamachine, gif/tumblr&moi.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mer 24 Oct - 12:52


S'amuser, ok. Mais qu'en est-il des déguisements ridicules et des croyances alambiqués sur Halloween? Tu trouves cela tellement bizarres de fêter les morts en s'habillant comme leur meurtrier. Au volant de ta moto, ton regard s'arrête sur quelques passants, l'un en vampire, l'autre en fantôme. Ils n'ont aucune idée de ce qu'il se passe réellement. Ils n'en ont aucune idée et s'en foutent royalement. Une soeur disparue? Un oncle décédé? Des circonstances étranges? Si seulement ils savaient... Parfois, tu te demandes s'il est vraiment judicieux de cacher le surnaturel aux mortels. Mieux vaut savoir ce qui se trouve sur son passage...
« Attend... j'ai besoin de quelques gorgées de plus là. » Une, deux, trois. Quatre. Ce jus de fruit est en effet un bon remède dans ce genre de situation.
A peine la moto garée, Delilah te traine jusqu'au regroupement qui fait fureur devant l'hôtel. Les costumes sont parfois découpés au détail près, d'autres sont un peu plus farfelus. Un peu comme le tien que ta soeur s'est empressée d'improviser à la maison. En voyant toutes ces personnes réunies, tu pries pour ne pas qu'un regard familier se pose sur toi. Tu as un peu honte, vêtu de ce déguisement, et tu penses directement à tes potes qui se feraient une joie de te chambrer sur ça. Le rose aux joues, tu t'enfonces dans ta capuche, essayant de faire profil bas.
« Et on fait quoi maintenant? » Ce qu'on fait lorsqu'on est à une soirée. Normalement, ce sentiment et les conneries qui vont avec te sont assez familiers. Mais ce soir, t'es d'humeur écrasante et l'amusement n'est pas au rendez-vous. Alors, tu restes près de Deli et tu lui poses des questions digne d'un sociopathe. Tu ne fais aucun effort et tu te dis que rien ne vaille la peine d'être ici. A part bien sûr pour faire plaisir à la soeurette. Même les décorations d'Halloween dans le hall ne retiennent pas ton attention. « Si je tombe sur quelqu'un que je connais, tu me dois un Taco Bell. » T'espérais notamment ne pas à avoir à croiser du regard Rain, Leora, ou Percy tout simplement. Le moment ne serait pas vraiment opportun. Et alors que tu cherches un échappatoire à la foule qui s'amasse sur le dance floor et au bar, tu aperçois le labyrinthe hanté. Parfait. Une petite tape sur l'épaule de la petite soeur, un coup d'oeil en direction du "manège" et le tour est joué. Tu n'auras pas à échapper aux connaissances toute la soirée. « Regarde. Ça a l'air fun ça. Ou bien t'as trop peur pour y mettre les pieds? » Et tu lui souris de ton plus beau sourire malicieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 842
double-compte(s) : -
crédits : RaniPyaa
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Jeu 25 Oct - 20:07


HALLOWEEN PARTY — EVENT


Il n’y avait pas grand chose que Delilah ne savait pas tourner au jeu - à part peut être sa dernière dispute avec Elias - et la soirée d’Halloween avait tout pour ne pas faire figure d’exception. Mais un petit remontant n’étant jamais de trop, Delilah espérait bien avoir le droit à au moins une gorgée de la bouteille qu’elle avait emmené et refilé à Aser... En espérant qu’il ait encore quelque chose à boire quand il la lui rendrait.

« Attend... j'ai besoin de quelques gorgées de plus là. »

La jeune femme se mit à taper du pied par terre dans un signe évident d’impatience, jusqu’à ce que son aîné lui tende enfin le rhum.
Satisfaite, Del sourit avant de prendre elle même quelques gorgée, faire disparaître la bouteille dans le sac et enfin traîner Aser au cœur même de la fête.

Il y avait un monde considérable qui se pressait sous les lampions des stands de boissons et de nourriture entre lesquels Del se faufilait agilement tout en vérifiant de temps en temps si son frère n’était pas entrain d’essayer de fuir.

« Et on fait quoi maintenant ? » 

La belle blonde jeta un regard en biais à son grand frère.

‹‹ Je nous ai prit des places à l’atelier de tricot. J’espère que t’as pas oublié tes aiguilles.  ››

Elle dit assez fort pour que son frère l’étende malgré le bouquan ambiant... Et pour que les gens autour l’entendent aussi : Aser avait l’air plutôt mal à l’aise alors Delilah n’allait certainement pas se priver d’aggraver la situation. D’ailleurs n’était ce pas un des amis d’Aser qu’elle avait vu là-bas entre le stand de confiseries et celui de tir ?

« Si je tombe sur quelqu'un que je connais, tu me dois un Taco Bell. »

Eh merde... Se dessina en lettres capitales dans la tête de la chasseuse. Pour une soudaine question de fierté, la jeune femme n'avait aucune envie de payer quoi que ce soir à son ainé. Surtout pas quand il le lui demandait. Même si c'était d'une façon détournée. Heureusement, alors que la chasseuse cherchait un échappatoire, l'ainé Harker lui tapa sur l'épaule pour lui indiquer une direction à l'opposé de leur marche. Deli tourna la tête : un labyrinthe.

« Regarde. Ça a l'air fun ça. Ou bien t'as trop peur pour y mettre les pieds ? »

Delilah haussa les sourcils en lui offrant un regard des plus défiants.

‹‹ Tu vas pleurer de peur avant moi. ››

Et puis à grands pas elle s'enfonça dans le labyrinthe avant son grand frère.
Honnêtement, Delilah avait vu bien trop de films d'horreur pour ne pas savoir que les labyrinthes étaient toujours une mauvaise idée. Un peu comme monter à l'étage et devoir ensuite sauter du toit.
Mais ils n'étaient pas dans un film. Du coup, Del n'allait pas faire la scène de la fille qui disparaît... Elle n'allait pas le faire. Nooooon...
A une embouchure, après s'être un peu éloigné de la foule et des bruits de la fête, Delilah se cacha derrière un angle. Quelque part derrière les murs du labyrinthe, on entendait des cris de gens apeurés à qui on avait certainement préparé la même plaisanterie que la jeune Harker était entrain d'organiser pour son grand frère.
Quand il passa devant elle sans l'apercevoir, Del laissa à Aser le temps de prendre un peu d'avance. Ensuite, elle se mit à le suivre à pas de loups pendant quelques mètres, avant de tenter une dangereuse attaque en tentant un petit croche pied tout en hurlant :

‹‹ ATTENTION ! ››

Alors qu'il était déjà trop tard.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 894
double-compte(s) : aser harker, alonso de la vega.
crédits : av./noobody ♡, gif/tumblr, userban/marianne.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Dim 28 Oct - 9:58


ft. @ilya cebrián

On s'était donné rendez-vous à l'hôtel, dans sa chambre qui ne tient plus de mystères à mes yeux. J'en connais le moindre recoin, la moindre cachette, j'ai même retenu la couleur du papier peint et la sensation du parquet sous mes chaussettes d'hiver. Les jours passaient et je m'étais frayé petit-à-petit un chemin dans sa vie quotidienne. L'humeur joyeuse à chaque fois que je le voyais, le coeur qui battait, le sourire aux lèvres, l'entente s'étalait dans le temps, comme si rien ne pouvait craquer notre amitié et la mettre à rude épreuve. Will était venu ici pour me secourir, tel un ange gardien, mais aussi pour se ressourcer. La fatigue avait creusé sont territoire sur son visage, l'homme avait besoin de repos, cela se voyait. Loin des prisonniers qu'il tente d'aider, mais proche d'une nouvelle source de difficulté et de stress dont il ne pouvait être pleinement conscient. Lui avais-je révélé tout ce qui n'allait pas à Blackwater Falls? Bien sûr que non. J'y vais avec des pincettes, moi-même incertain de la réalité et férocité de la chose. C'est un sentiment étrange, comme si je nage dans des eaux profondes. Quand est-ce que je la reverrai, la créatures de la nuit qui m'avait rendu visite au motel? Quand est-ce que le frisson de la terreur viendra à nouveau frôler mon échine? Et celle de Will? L'idée qu'il puisse vivre la même chose me noue l'estomac, mais c'était un risque à prendre quand je lui ai envoyé mon SOS.
Arrivé à l'hôtel, les mains chargés de sacs rempli de bouffe en tout genre, je m'apprête à monter les escaliers après m'être frayé un chemin à travers la foule. La fête nocturne d'halloween bat déjà son plein malgré les dix-neuf heures trente tapantes. Des stands ont été entreposés ça et là dans le hall et la salle de réception. Il y a même un labyrinthe et je me promets d'en toucher un mot à Will pour qu'on aille y faire un tour. Autant profiter des festivités tant qu'elles sont à notre porte. Cela permet aussi de briser notre petit train quotidien, car j'ai parfois l'impression que l'ennui se glisse dans notre petit deux pièces. Une collocation comme il en existe des centaines. Un regard autour de moi, comme pour m'imprégner de l'excitation de la foule pour cette fête, et mes prunelles se posent sur le visage d'un jeune homme à peine à cinq mètres de moi. Le contact visuel se crée et je reste un peu ébahi par sa présence, ICI. La stupeur se délite au fur-et-à mesure et je me résous à froncer des sourcils. Qu'est-ce qu'il vient faire ici? Décidément, les surprises vont bon train dans cette ville maudite. On se demanderait même si une toute autre force que le hasard est à l’œuvre.
C'est bizarre, j'aimerai rebrousser chemin, monter les marches et offrir à Will mes victuailles, mais nos regards sont comme emprisonnés l'un dans l'autre, incapable de détourner la tête. J'ai l'impression que lui aussi me connait, et c'est tout à fait possible. Après tout, nous faisons parti tous les deux du même monde. Je l'ai probablement déjà rencontré lors de soirées mondaines orchestrée à Los Angeles par la perle des perles, les grands du show business. Mais ce sont ces écrits qui me sont le plus familiers, et les broutilles people qui ont trainé dans les journaux. On parlait d'histoire de drogue et de son mariage raté si je m'en rappelle bien. La curiosité et l'envie de savoir s'il restera ici longtemps ou pas me piquent soudainement le derme. Je brise donc la glace et m'avance vers lui, l'air un peu plus détendu, le sourire presque avenant.
« Tiens donc, mais si ce n'est pas l'illustre Ilya Cebrián. Je ne pensais pas vous rencontrer ici, quelle -bonne- surprise. »
Je minaude, ce que je fais de mieux. Le jeu d'acteur m'est si naturel, m'a-t-on déjà dit, lors de certains caméo. Je me libère une main des sacs et la tend vers le mister aux cheveux longs et aux regard pinçant. Il est bel homme, il n'y a pas de doutes, mais quelque chose en lui refroidit rapidement les sentiments. Je ne suis peut-être pas assez objectif, ayant retenu de lui son image d'écrivain bad boy. La sympathie ne vient pas naturellement, elle est même fausse, mais je ne peux pas simplement l'éviter en plus de ma curiosité avivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1961
double-compte(s) : anthony farnese, alonso de la vega.
crédits : av./rastamachine, gif/tumblr&moi.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mar 30 Oct - 18:00


Tu lui lances un regard provocateur parce qu'il n'y a que comme ça que Delilah acceptera de suivre une de tes suggestions. Il est tellement facile de lui faire faire des choses en remettant en question ses capacités et son courage. Elle tombe dans le piège en un instant. Il ne lui fallut pas même deux minutes pour accepter d'un coup de tête et te répondre sur le vif du sujet. Sa pique te fout le sourire sur les lèvres, une première depuis qu'elle est apparue à la porte de ton chalet. Tiens, elle devrait être fière d'elle, d'avoir provoqué en toi une goutte d'amusement.
« C'est ce qu'on va voir sœurette. »
Tu sais que ce surnom n'est pas très apprécié et lui fait lever les yeux au ciel. Tu t'en délectes un moment, et la suit, côte-à-côte, dans le labyrinthe. Qui sortira d'ici en un seul morceau? Tu ricanes d'anticipation. Please. Les humains ont beau avoir une imagination et créativité de ouf, ce ne sont pas des psychopathes ambulants (à quelques exceptions près). Ce labyrinthe est une grosse blague pour vous, chasseurs. Il n'y rien à craindre, et tout à apprécier. Un coup d’œil derrière toi pour t'assurer que personne ne t'a reconnu, et tu t'enfonces dans le circuit. Parfais pour se cacher. Après ça, inutile d'aller rejoindre la foule, tu prétexteras une excuse et rentreras à la maison.
Tu lèves des yeux et regardes ta soeur avec amusement et moquerie alors que des cris parviennent à vos oreilles.
« Certains sont en train de se pisser dessus. J'espère que t'as apporté des slips de rechange. »
Ta blague de mauvais goût te fout le rire à la gorge. Tellement que tu continues ton chemin sans vraiment t'apercevoir de la distance que prend Delilah sur toi. Ce n'est qu'en croisant l'angle que tu te rends compte de son absence et commence à te poser des questions. Puis, tu aperçois un pan du déguisement de Deli caché derrière les bruissants immenses. Et c'est parti...
« ATTENTION ! »
Son cri te fait plus mal aux tympans qu'il ne te fait peur, mais tu portes quand même la main à ton coeur, le visage déformé par la surprise et l'horreur. Tu es mauvais acteur, mais si ça peut lui faire plaisir, qu'elle te laisse ensuite en paix le reste de la soirée.
« Aaaaah. »
Et tu te rattrapes tant bien que mal aux petites branches du labyrinthe, t'égratignant le bout de deux doigts au passage. Tu sens la peau s'ouvrir un peu et s'échauffer. Tu saignes sûrement, mais ce ne sont que de petites blessures. Pas la peine d'en faire tout un plat, t'as vécu pire.
« C'est malin Deli, tu m'as foutu la frousse. Touché. »
Ton ton de voix est en légère discordance avec ce petit cinéma, mais qu'importe. Ça devra lui suffire.
« Je me vengerai de toute façon, fais gaffe. », dis-tu dans un souffle, assez bas pour le murmurer, assez haut pour que ta soeur puisse l'entendre. Puis, tu continues le chemin en t'enfonçant rapidement dans le labyrinthe, pour essayer de perdre Delilah. Tu commences même à courir tout en riant de votre petit jeu qui ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 333
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mar 30 Oct - 19:21

@delilah harker @aser harker

-Est-tu sûr et certain que ce costume n’est pas…
-Nan ! C’est spé Halloween ok ?

Tu soupires en le regardant mettre ses lentilles de contact blanche dans l’ouverture de la porte et te facepalm. Tu cherches du regard ton képi, la cerise sur ce gâteaux étrange qu’est ton déguisement et semble plus concerné par voir les anachronismes sur cette copie d’uniforme qu’autre chose. Devant le miroir, tu grimaces un peu. Douloureux souvenirs qui reviennent, mais ce n’est pas le moment de te lamenter tu le sais. Tu râles un peu.

-Je suis habillé comme un officier supérieur SS…

-J’te jure que ça passe. C’est un style zombie d’un jeux vidéo d’guerre sur la Seconde ! C’est grave dans l’thème, les gens verront que dalle.


Tu lèves les mains aux ciels dans un désespoir plus que visible alors que tu le vois sortir de la salle de bain. Tu grimaces, mais la prothèse de maquillage qui est sur ta joue t’empêche de sourire, rire ou même de faire la tronche. Tu vas devoir donc garder un visage neutre pendant toute la soirée.

-Pourquoi doit-on se déguiser ?

-On s’fondra dans la masse. J’te rappelle que c’est Halloween et qu’notre client nous donne rendez-vous dans l’labyrinthe hanté d’la ville. Normalement c’est moi le flippé quand des transactions s’font dans des endroits public. Y se passe quoi dans ta tronche ?


Tu ne réponds pas. Tu te contentes de boire un verre de sang à la paille en tripotant ton pendentif fraîchement acheté dans le milieu du mois. Tu attrapes ton képi et le plante dans ton crâne après avoir posé dans le lavabo ton verre vide. Tu prends tes clés sans faire attention aux râleries incessantes du loup et vous vous dirigez à l’endroit prévu. Tu entends à peine ce que dit ton ami tant tu es dans ta bulle, un peu paumé, un peu triste. T’as juste envie de rester chez toi en fait. Vous arrivez par pénétrez dans le lieu mystique et tu relèves un peu la tête.

-Bon alors. Y m’a dit quoi l’autre débile ? Droite ? Gauche, gauche… Ah ok.. Tu prendras ça sur ma paye, t’sais bien que…

Mais la fin de la phrase est éloignée. Distante. Tu es un peu perturbé en fait. Une fine odeur traîne dans le labyrinthe et tu la reconnaîtrais entre mille. Tu as alors pris un chemin différent pour te perdre dans ce dédale mal éclairé, faisant peur à quelques visiteurs tant ton maquillage est réussi et que tu as le regard fou d’un prédateur. Et contre tout attente, l’odeur persiste. Tu t’approches à pas de loup et les voix se font entendre… Mettant ainsi un vrai visage sur l’odeur dans ton esprit.

-ATTENTION !

-Aaaaah. C'est malin Deli, tu m'as foutu la frousse. Touché. Je me vengerai de toute façon, fais gaffe.


Tu recules un peu… pour mieux les prendre à revers et faire peut-être quelque chose d’insensé et complètement dingue. Alors qu’il court un peu plus loin, tu le rattrapes. Rapidement tu es derrière lui… Lui… Une main sur ses hanches, l’autre sur sa bouche, tu l’oblige à te suivre ailleurs, se séparant ainsi de la personne qui l’accompagnait. Tu attends d’ailleurs que cette dernière s’éloigne pour de bon en le gardant fermement contre toi, sifflant à ses oreilles.

-Ssshhh… Tu sais pourtant que je ne te ferais aucun mal, Engel...


Tu fermes les yeux alors qu’il est contre toi, que les battements de son coeur résonne dans tout ton corps et tu fermes les yeux pour te contenir de te jeter sur lui de suite. T’es censé être là pour le travail est t’as dérivé simplement en le sachant ici. Tu sais qu’il est bien plus dangereux qu’un chasseur. Tu grognes et vérifies que personne n’est autour de vous pour le relâcher et lui faire face, tes mains toujours sur ses hanches. La question sera sûrement posée par vous deux, mais qu’importe.

-Qu’est-ce que tu fais ici ?


Tu recules un peu pour regarder son déguisement d’un nouvel angle et cela t’arrache un sourire étrange.

-Tu es au courant que tu pourrais te faire tuer dans cet accoutrement ?


costume inspiré de ça:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 172
double-compte(s) : 0
crédits : Asra
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Ven 2 Nov - 0:02

Je sirote mon Blody Mary, cocktail pas très fameux mais dont le nom rigolo m'a attiré sur la carte. Je toise discrètement mes voisins de droite et de gauche, écoute les conversations, sans vraiment trouver matière à m'y insérer. Oh non, dites-moi qu'il ne s'agit pas du genre de soirées où l'on vient escorté par ses amis, où l'on passe le temps avec eux en huis-clos au milieu d'une foulitude d'autres groupes hermétiques et où l'on rentre à la maison accompagné des mêmes joyeux drilles?
 
J'ai besoin de mixité et de spontanéité pour m'amuser. Et même si cela me peine de me l'avouer à moi-même, j'ai peur de souffrir de solitude. Repoussant toute idée de servir de plante verte - ou plutôt de plante carnivore - dans ce décorum travaillé, je finis par penser que si personne ne vient rapidement me parler, je vais aller me cacher derrière une haie dans le labyrinthe et déclencher une ou deux crises de tachychardies en effrayant les passants. Je repère d'ailleurs déjà ma première proie, un gentil binôme qui s'engouffre dans les allées tentaculaires.
 
Mon regard se focalise soudain sur un homme entre deux âges, en train de me dévisager. Saisi, je le scrute à mon tour, n'offrant à sa vue que les gouttes étincelantes noir d'encre de mes yeux masqués par les lentilles démoniaques. Je suis assez déconcerté, mais mon étonnement est noyé sous le maquillage. Pour qu'il s'attarde à ce point sur moi, me confond-il avec l'un des ses amis? Ou alors mon déguisement est vraiment du tonnerre et il est venu souligner le soin remarquable que j'y avais porté? Ou alors, ou alors... oh non! Je déteste lorsque je ne parviens pas à remettre les hommes. Un vent de panique souffle sur mes souvenirs. Se pourrait-il que ce soit l'un de mes anciens amants? Je les passe en revue... Cela peut être très long. Vraiment long. C'est tout de même embarrassant de ne pas savoir comment réagir face à l'autre.
 
Je reste en même temps dans mon rôle de créature nocturne, posant naturellement sans m'en rendre compte telle une monstruosité racée. Et le voila qui s'avance vers moi en m'apostrophant. Non, il n'y avait pas erreur. Ce n'est qu'alors qu'il prononce mon nom que je suis piqué d'intérêt. Son allure d'épicier cache un tout autre personnage que je suis à présent presque certain d'avoir rencontré. Pris sur le vif, totalement hors contexte, j'ai eu du mal à le retrouver dans l'almanach des célébrités. Mais il s'agit bien d' :
 
-"Anthony Farnese!" m'exclamai-je -froidement, un sourire tenant plus du rictus dans mon costume d'Hadès.
L'entregent. Toujours l'entregent. Potasser son bottin mondain et savoir le replacer au bon moment est tout un art, bien qu'en l'occurrence on puisse presque parler de contrôle surprise sur mes connaissances mondaines.


Etre l'époux de Natasha Castellini conduit à des rencontres incessantes et prolifiques qui ne manquent pas de me tenir au fait des actualités du monde des arts. Je n'avais pas manqué de visionner certains des films de mon interlocuteur en bonne société, champagne en main, il fut un temps. 
 
-"Oserais-je dire que les grands esprits se rencontrent dans ce monde si petit? Ou que cette ville est une retraite pour gloires déchues?" soufflai-je avec humour sous cape de mon accent Castillan, un sourire en coin.
 
Les intentions s'opacifient derrière le personnage que j'endosse immédiatement. Sans quitter Anthony Farnese du regard, ma vision périphérique semble s'assurer que personne ne prête une attention particulière à notre échange. Je ne tiens pas à être spotted. Quoique la scène serait parfaitement instagrammable. Et voila les mauvaises habitudes mentales qui refont tout de suite surface!
 
Je tends une main prédatrice au cinéaste d'un air tout à fait dégagé, comme si la situation n'avait pour moi absolument rien d'incongru ou d'inédit.
 
-"Il ne faut jamais présumer de rien. Les princes des ténèbres aussi savent apprécier un séjour reposant à la campagne. L'animation de cette soirée est assez réussie, vous ne trouvez pas?"
 
A l'époque où je faisais carrière à temps plein dans le mannequinat, peu de gens perçaient véritablement la façade insolente que je présentais. Le monde de la mode était d'humeur frivole et scabreuse et on me prêtait spontanément des intentions douteuses et des mœurs dissolues. Peu de personnes se donnaient la peine de creuser plus loin. Elles s'arrêtaient à mon attitude provocante par généralisation ou, pire, parce que c'était là leur fantasme de me voir jouer le rôle de porte manteau capricieux.
Et je masquais ainsi à dessein les failles nombreuses de ma sensibilité à fleur de peau. Tout cela avait plus ou moins volé en éclats depuis le jour où j'avais couché sur le papier un nombre effrayant de pensées et anecdotes intimes pour laisser entrer des millions de personnes dans le jardin de mon authenticité. Mais rien n'interdisait de continuer à jeter de la poudre aux yeux aux sceptiques qui se demanderaient toujours où se situait la frontière entre le mythe et la réalité.
 
-"L'un de vos scénarios à venir se déroule en Colombie britannique?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 22
double-compte(s) : Nope
crédits : Moi-même
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Ven 2 Nov - 9:53


Un dernier coup de pelle bien tassé et on en parle plus. Làààà, au poil, ce connard va dormir comme un vrai coq en pâte. Je ramasse tant bien que mal la machette que j'avais balancée sur le bas-côté et comprends soudain que je me fais de plus en plus vieux, vu le mal de dos que ça me provoque.
Bon, c'est pas tout ça, mais il est temps de rentrer maintenant.
Pour de vrai.
Pas de détour possible. Pas de vampire à enterrer en urgence avant de remettre les pieds dans cet appart de merde abandonné depuis six mois.
Accoudé au manche de la pelle, j'allume une énième clope. Le nuage infâme qui s'en échappe résume bien mon état d'esprit et l'air glacial du soir enserre ma gorge à chaque inspiration. J'ai aucune envie de revenir vivre dans ce trou. Bon sang, vraiment aucune envie. Isaiah va me guetter à chaque coin de rue, c'est sûr : il était déjà casse-couilles de son vivant, il n'y a pas de raison qu'il le soit moins une fois cané. Et j'ai laissé trop de gens sur le carreau en partant, ça se répare pas tout ça.

Je quitte la clairière pour retourner à la voiture garée devant l'hôtel Coldlake mais une fois arrivé à l'orée du bois je remarque que le parking est plein à craquer. Qu'est-ce qui passe, au juste ? Méfiant, comme toujours, je m'approche discrètement de l'hôtel, le manche de la machette à portée de main en cas de grabuge. J'aperçois alors une aile d'ange par ci, une corne en plastique par là, et mon cerveau atrophié fait le lien. De la musique tonitruante qui s'échappe de la vieille baraque, des citrouilles grimaçantes entassées devant les portes :  les jeunes cons fêtent Halloween, évidemment. Mon petit côté rabat-joie lève les yeux au ciel, j'ai franchement passé l'âge pour ces conneries. Mon côté alcoolique, par contre, me pousse à m'incruster pour essayer de chopper un verre ou deux. Ou trois, même. J'ai pas de costume mais j'ai un t-shirt maculé de sang et une machette accrochée à la ceinture, ça fera illusion. Les gens croiront que je suis déguisé en aventurier ou un truc dans le genre, et d'façon je ne vais pas rester assez longtemps pour qu'on me remarque.

J'écrase ma clope par terre avant de me frayer un chemin entre les gosses déjà beaucoup trop bourrés. Il est dix-neuf heures, c'est n'importe quoi. Je décide d'ignorer les jeunes éphèbes qui attirent mon regard affamé et me contente de filer vers le bar pour commander un whisky. Je ne connais ni la musique qui me pète les oreilles, ni les références des costumes qui se dandinent autour de moi. J'me sens putain de vieux. Et on ne peut même plus fumer en intérieur de nos jours, c'est insupportable.

Une fois mon verre dans la main, j'essaies de traverser la foule pour aller me caler dans un coin. Il y a trop monde et ça fait ressortir mes plus beaux ronchonnements. Je bouscule alors une gosse aux cheveux bleus et manque de renverser mon whisky sur elle.

"Non mais bord-"

Elle se retourne et ma phrase se perd quelque part dans ma gorge. C'est Elie, merde. Même si j'aurais dû m'y attendre, ça me coupe la chique. Dieu sait que ça ne m'arrive pas souvent.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 878
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux, Gontrand le deux de T
crédits : Nephyla d'amour
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Ven 2 Nov - 11:45

J’essaie désespérément d’amener le vieux taureau post-apocalyptique que j’ai trainé ici à profiter de la soirée mais il est d’une réticence crasse. Sans déconné, on s’amuse bien là! Y a de la musique de mauvais goût, des gens qui ricanent dans tout les coins et qui sautillent en rythme. Et en plus, j’ai réussi à lui commander un verre d’un truc fort.
A défaut de réussir à le faire bouger, moi, je danse sur  place en lui tirant la langue de temps en temps, comme la gamine écervelée que j’ai très envie d’être.
Bien évidemment, je finis par heurter quelqu’un. Majoritairement parce que à part l’ambiance ici, y a pas grand monde à qui je fais gaffe à part Kaelig.

Je me retourne pour m’excuser et j’entends la voix avant de voir le visage. Et elle fait plonger mon coeur au fin fond de mes entrailles.

Suibhne.
Suibhne est là.
Suibhne est devant moi.


Mon souffle se coupe. J’ai la nausée. Elle n’a rien à voir avec celle du cancer.

Putain.
Putain putain putain putain.


Je le dévisage sans savoir comment réagir. Tout part en couille. C’était sensé être une soirée simple : de la danse, des citrouilles, des verres et retour à la maison. Je recule un peu, toujours silencieuse.

T’es vivant, putain. T’es pas mort.

Une part de moi est super contente de voir qu’il ne lui ai rien arrivé de grave. Une part de moi est soulagée de le voir toujours vivant.

Mais c’est pas cette part-là qui remonte d’un coup. C’est la colère, le sentiment d’abandon, l’incompréhension totale, la vexation. Mes yeux s’embuent par dessus mes scléra d’obsidiennes. J’ai le corps parcouru d’un courant électrique qui part de mon ventre jusqu’à mon poing. Avant que je réalise pleinement, celui-ci fini de parcourir à grande vitesse la distance entre moi et son nez. Ca le fait à peine reculer mais putain, j’espère qu’il a bien mal. Et d’un coté, j’ai pas du tout envie qu’il ai mal. Suibhne, c’est mon meilleur ami.

Est ou était?
Il s’est barré.


Oui mais il avait mal, il avait perdu son amour de jeunesse.

Il n’a même pas envoyé un message pour prévenir.

Il y avait le silence et puis l’appartement vide, les deux cent balles, le cuir et le mot.

Le silence était douloureux,
L’appartement vide était une horreur.
Le reste ressemblait trop à ma réalité.


Deux cent balles sur un pieu avec un cuir et un mot.

“Désolée”

Que je lâche entre mes dents serrés. Derrière moi, Kaelig ne bouge pas. Il intervient pas. En même temps, c’est pas quelqu’un qui m’agresse. C’est moi qui agresse quelqu’un. Je suppose qu’il sait pas trop sur quel pied danser. Je prends le temps de boire mon verre. Je l’ai pas laché du regard, Suibhne.

-Tu t’attendais pas à tomber sur moi, hein.

Je sens la bête colérique me dévorer les entrailles et anéantir ma bonne humeur à petit feu. J’ai envie de lui sauter à la gueule pour l’embrasser avec un parpaing.

-T’es putain de con où tu le fais exprès, bordel? C’était trop dur pour tes yeux de vieux de taper un putain de texto?

J’vous jure, il fait le malin, je lui en recolle une. Je plisse les yeux en voyant son t-shirt. Pas le genre à se déguiser, c’est du sang, du vrai. L’inquiétude reprend le pas immédiatement, la colère toujours pas loin. Elle reprend le pas. J’ai envie de lui hurler dessus, de cracher ma bile.

Mais putain, j’suis contente de te voir en vie Suibhne. Tellement contente, t’as pas idée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 22
double-compte(s) : Nope
crédits : Moi-même
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Ven 2 Nov - 20:06


Son poing microscopique entre en collision avec mon nez et manque de me faire lâcher mon verre. Du whisky gicle sur mes fringues déjà dégueulasses. Je grogne mais ne moufte pas, évidemment. Il ne manquerait plus que ça. Elie a l'air traumatisée par ma réapparition - je peux le comprendre, c'est assez logique. Je me suis tiré en lui laissant un pauvre mot gribouillé à la va-vite, expliquant tant bien que mal ce qui s'était passé avec Isa. J'étais resté vague parce que c'est pas mon genre d'écrire de la poésie, mais la connaissant elle avait sûrement dû se rendre compte que c'était la merde. Je l'ai abandonnée, oui. Mais putain, j'suis pas son père.

Elle marmonne quelque chose qui ressemble à des excuses mais je n'entends pas. Ce que je vois, c'est le regard hargneux qu'elle me lance tandis que son chaperon reste planté derrière elle comme la dernière des potiches. Je masse le coin de mon nez en faisant mine de n'avoir rien senti.

"Tu t’attendais pas à tomber sur moi, hein."

Non, clairement, je ne m'attendais pas à la trouver ici. Si ça avait été le cas je serais rentré direct à l'appart et elle le sait très bien.

"T’es putain de con ou tu le fais exprès, bordel? C’était trop dur pour tes yeux de vieux de taper un putain de texto?"

J'hausse les épaules en portant le verre à mes lèvres desséchées. J'ai pas envie de rire mais c'est plus fort que moi, il faut que je fasse le malin.

"Tu veux vraiment parler vieillesse ?" que je fais en désignant son beau d'un signe de tête, moqueur. "T'as toujours eu un faible pour le troisième âge alors viens pas me la jouer". C'est peut-être plus Hunter qui joue le  boyfriend (pourquoi, d'ailleurs ?) mais ça pue toujours les dady issues à plein nez, ça c'est sûr.

Nouvelle gorgée, histoire de meubler l'engueulade. La petite m'a vraiment manqué mais c'est trop difficile à admettre. Et j'aime pas avoir tord. "J'étais..." nouveau regard au mec qui l'accompagne, "...en vacances. Pas le temps d'écrire pour raconter mes journées à la plage, c'est tout." J'hausse à nouveau les épaules et amorce un geste en direction de la porte. "J'vais fumer, bonne soirée." Je balance ça rapidement pour m'enfuir de cette scène au plus vite. Il y a trop de monde autour de nous et j'ai mal au crâne. Il faut que je prenne l'air. Je sais que c'est moi le méchant de l'histoire mais j'en ai marre d'avoir toujours le mauvais rôle. Une fois sous le porche de l'hôtel j'allume une nouvelle cigarette et me cale contre un mur à l'écart des groupes de potes un peu trop alcoolisés. Halloween c'est vraiment une fête de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
newbie ○ take me to church
messages : 878
double-compte(s) : Sassmodée, le fabuleux, Gontrand le deux de T
crédits : Nephyla d'amour
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Sam 3 Nov - 11:11

"Tu veux vraiment parler vieillesse ? T'as toujours eu un faible pour le troisième âge alors viens pas me la jouer"

Allez savoir pourquoi, ça me coupe la respiration. C'est pas mon mec, Kaelig. Pourquoi tout le monde s'évertue à vouloir le voir comme ça.
Je sais qu'il parle de Hunter et j'ai pas envie d'en parler, j'ai pas envie d'y penser. Ca me rappelle qu'il est mort, que j'ai rien pu faire pour arrêter ça. Pourtant j'ai essayé. J'ai essayé de toutes mes forces. A croire que tout ce que je touche finis par être maudit.
Penser qu'il voit Kaelig comme mon mec me fout très mal à l'aise, j'ai jamais envisagé Kaelig comme ça. On est autre chose. Il comprend mon état d'esprit. Il comprend instinctivement.

Je perds immédiatement en contenance alors qu'il s'apprète à parler à nouveau mais qu'un coup d'oeil à Kaelig semble le faire changer d'avis.

Pas le temps d'écrire... Ouais... J'avais vu...

Ca me replonge des mois en arrière. Ca me rappelle le barrage, la décision que j'avais prise en montant là-haut.
Il s'esquive et file en direction de la porte de sortie. Je reste immobile un moment avant de poser un baiser sur le masque à gaz de Kaelig.

-Je... Je reviens. Faut...

Qu'est-ce qu'il faut ? Pourquoi je le suis ? Il a été très clair sur le fait qu'il s'en foutait, sur le fait qu'il avait pas pris le temps de m'expliquer.

Il s'en fout de ce qu'il pouvait bien t'arriver.
Surprise, surprise...

Les voix susurrent avec un cynisme qui me donne envie de chialer. Je sors et mets un certain temps à le repérer dehors parmi les hordes de gamins bourrés et d'adultes à la masse.
C'est sa cigarette qui le trahit, petite lumière orangé dans un coin sombre de l'hotel. Je me dirige vers lui et chaque pas vers Suibhne me fait douter. Et si je le dérangeais ? Et si j'avais été une nuisance depuis le début pour lui ? Et si c'était juste qu'il s'en foutait de moi ?
Moi, je m'en foutais pas. J'ai passé les meilleurs soirées de ma vie avec Suibhne, j'ai passé mes meilleurs fou-rires avec lui... Ca pouvait pas être complètement faux, si ?

Raz de marée de fatigue.

Les doutes se taisent sous l'épuisement qui nait dans ma chair. J'ai pas le temps pour les chamailleries, j'ai pas le temps d'être rancunière. J'ai pas la force, surtout.
Avec un peu de chance, il aura pas l'occasion de voir que je suis malade. Le maquillage, les prothèses dissimulent parfaitement mon air malade pour ce qui est de ma maigreur... J'en sais rien. Il a jamais vraiment préter attention à ça, Suibhne, si ?
Là n'est pas la question de toute manière, je lui pique sa clope silencieusement et tire dessus avant de lui rendre. Toute façon, je vais crever, c'est pas le tabagisme qui va m'achever.
Je le détaille, cherche mes mots un moment puis finit par ouvrir la bouche.

-Ecoute... Je...

Je m'arrête et regarde par terre avant de dire.

-Je suis contente que tu sois en vie.

Un pauvre sourire se dessine sur mon visage alors que je joue avec mon arme en plastique pour occuper mes mains et me donner un truc à faire qui m'oblige pas à le regarder. Je t'en veux sans t'en vouloir.

-On... On fait ce qu'on peut, pas vrai... Pour que ça aille bien pour nous. T'avais besoin de partir, je comprends. J'aurais juste voulu...

Je me coupe toute seule et secoue la tête.

-Peu importe. Tu me dois rien pas plus que tu me devais quoique ce soit avant. Alors, euh... J'espère que tu vas un peu mieux.

Je me sens mal. J'arrive pas à savoir si c'est la situation ou si tout ça m'a vidé et que la douleur revient insidieusement. Je presse son bras gentiment avant de reculer et de me demander si je dois rester ici ou pas.

Non. J'ai pas envie de m'imposer. J'ai pas la force pour ses sorties sarcastiques pourtant c'est moi qui  l'ai suivi jusqu'ici. Je soupire un peu et finis par hausser les épaules.

-Je te dérange pas plus. Passe une bonne soirée, Suib'. Tu m'avais manqué.

Je me retourne et commence à m'en aller. J'ai plus vraiment envie de faire la fête. J'ai envie de rentrer chez moi et de pas trop en sortir pendant quelques jours. Tant pis pour Halloween, cette année, et puis c'est pas Kaelig que ça va déranger. Il avait pas envie de m'accompagner dans mes gamineries. Il voulait juste pas m'embéter en me disant non. Décidément, j'ai l'impression de toute faire de travers. Peut-être que je devrais laisser Kaelig tranquille, aussi. Avec sa famille. Peut-être que seule, c'est le mieux pour emmerder personne.
Non. Pas Kaelig. Kaelig, c'est différent. Kaelig, il me comprend et je le comprends. On est un tout bizarre. Des amis de toujours sans s'être jamais vus.
Pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 894
double-compte(s) : aser harker, alonso de la vega.
crédits : av./noobody ♡, gif/tumblr, userban/marianne.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Sam 3 Nov - 14:44


ft. @ilya cebrián

L'objet de ma curiosité, l'homme devant moi n'a pas l'air aussi enjoué de me voir que je ne le suis. Ma fausse bonne joie n'est que trop évidente mais ne décide pas de redescendre d'un cran pour autant. C'est une bonne cachette que sont un sourire étendu sur la moitié du visage et une lueur malicieuse coincée dans les prunelles. Je ne peux pas dire que le dénommé Ilya m'avait manqué puisque qu'aucun lien ne nous réunit, lui et moi. C'est plus de la surprise qu'autre chose. Voir un écrivain aussi talentueux et controversé que lui ici, dans ce trou abyssal qu'est Blackwater Falls, je dois dire que le Destin a tapé fort! Malgré son enthousiasme absent, je m'approche de lui avec la ferme intention de connaître les raisons de sa venue ici. Cela ne durera pas très longtemps je pense, car ce ne sont que des formalités de vieilles connaissances qui se retrouvent dans un monde qui n'est pas des leurs. Ilya Cebrian, ici, à se déguiser et jouer à Hadès, le roi des enfers.
« Gloires déchues? Parler pour vous-même. »
Un petit sourire hypocrite point doucement au coin des lèvres alors que l'écrivain taquine mon ego. Il ne m'en faut pas beaucoup pour piquer la mouche. Il n'en faut d'ailleurs pas beaucoup pour les gens comme nous. Sous nos écrits hasardeux se cachent souvent une âme estampillée d'un fort amour propre.
« Très réussie, je ne vous le fais pas dire... j'allais justement monter dans ma chambre et y ressortir illico-presto pour en profiter un peu. Un ami à l'appui. Pas de déguisement, cependant, je le crains. Le vôtre vous va comme un gant, comme si vous aviez rencontré le roi des enfers en personne. »
Petite pique sur son passage quelque peu grisonné par la presse people. Tout LA était au courant des affaires louches dans lesquelles trempait le blond. A l'époque, et même aujourd'hui, c'est monnaie courante, mais personne n'en parle. Ce sont des faces qui restent cachées et Mister Cebrian fut le seul à l'avouer ouvertement.
« Non, ce pays me donne tout sauf de l'inspiration. Je suis là pour raisons personnelles. Dès que l'affaire sera réglée, je compte rapidement quitté cette ville et retrouver LA. »
Pour une fois que mes lèvres transpiraient la vérité. Seulement, c'est le seul bout de franchise qu'Ilya allait entendre ce soir. Je garde le reste pour Will et moi-même. Il est difficile de concevoir le blond comme un ami, car la méfiance et la compétition ne me quittaient jamais.
« Alors comme ça, il s'agit d'un simple séjour à la campagne? Je ne savais pas que ce genre de petite ville était à votre goût... si éloignée de notre Amérique. »
J'essaye de décortiquer ses réactions, ses faits et gestes, pour y apercevoir une faille. Est-ce que les habitants de Blackwater Falls savent qu'ils ont à leur portée un écrivain de renommée? Je serre la mâchoire, sous l'effet de la jalousie. JE suis sensée être le brin d'exotisme dans la ville. Un scénariste venu d'Hollywood à la recherche de l'inspiration dont l’œuvre viendra prochainement sur l'écran du cinéma. J'ai pris l'habitude de voir leur réaction ébahie et intéressée quand je me présente. C'est une sensation doucement grisante dont on ne se lasse pas.
Et Ilya Cebrian apparait soudainement pour me voler tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1961
double-compte(s) : anthony farnese, alonso de la vega.
crédits : av./rastamachine, gif/tumblr&moi.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Sam 3 Nov - 15:18


Tu portes un regard en arrière pour voir où en est Delilah. T'a-t-elle rattrapé ou as-tu de la marge pour te cacher discrètement dans un buisson? La chance est avec toi, elle ne court pas à tes talons et tu vas pouvoir lui jouer un petit jeu qui dure maintenant depuis des années. Déjà quand vous étiez enfants, les parties de cache-cache finissaient en effroi et en pleurs. Tu te souviens une fois de la petite Deli qui avait pleuré à chaudes larmes parce que son frère -toi- l'avait abandonné dans la forêt. Le regret ne s'était pas fait attendre et tu t'étais retiré de ta cachette pour voir son visage retrouver sa couleur porcelaine et ses yeux se sécher. Et tu t'étais promis de ne plus jamais pousser le jeu aussi loin. Mais vous voilà adultes et tu sais que cette fois Delilah ne pleurera pas. Elle est grande maintenant et se débrouille toute seule. Le jeu n'est plus interdis et peut même se révéler être drôle.
Tu souris bêtement et reviens t'intéresser au chemin devant toi avant que tu ne perdes du terrain. Seulement, tu sens un coup de vent à tes côtés, des mains qui te prennent le cou et la bouche et un corps qui t'entraine dans un aléas du labyrinthe, sombre et désertique. Un silence plombe l'atmosphère et tu réagis en bon humain, essayant de te débattre. La voix de Percy t'es familière maintenant et tinte à tes oreilles, mais tu ne défronces pas des sourcils. Vous êtes toujours dans la dualité, la bagarre, l'adrénaline, et c'est à se demander si vous ne vivrez pas autrement.
Tu grognes quand il relâche sa prise sur ta bouche et inspire une bouchée d'air. L'oxygène se faisait rare, après avoir couru de la sorte.
« Tu veux me clamser ou quoi? », lances-tu dans ta barbe, l'humeur terrible.
Cette humeur qui change du tout pour tout lorsque tu sens ses mains sur tes hanches. Le contact te fout des papillons au ventre et met à mal tes reins. Les sensations se réveillent doucement et viennent taquiner ton bassin. Un soupire hoqueté transperce tes lèvres sans que tu ne puisses le rattraper. Qu'importe, le vampire n'en tient pas compte et recule d'un pas pour mieux te dévisager et contempler ton déguisement de la soirée. La peau de tes joues s'échauffent directement et rosissent. Est-ce que ça s'voit? Le costume de la soeur adorée t'embarrasse vraiment et t'aurais préféré être nu comme un vers plutôt qu'habillé de la sorte.
« Très drôle... Ma soeur, Delilah, a insisté pour qu'on vienne ensemble à la fête. Donc, on peut dire que j'suis là pour m'amuser. »
Ta cachette n'est finalement pas si utile que ça. Tu rumines dans ta barbe encore un peu et décide d'aller à l'encontre de Perceval qui a revêtu un manteau de SS. Charmant. Tu grimaces et remarque le maquillage digne d'un zombie. C'est très, très ressemblant, assez bluffant.
« Et toi, tu fous quoi ici? J'pensais pas que, les soirées Halloween, c'était ta tasse de thé. Mais maintenant que j'te vois dans ce costume... j'imagine que j'ai eu tord. Nan, sérieux, être un suceur de sang, ça t'suffit pas? »
S'il fête vraiment Halloween, ça t'en mettrait vraiment un coup. Tu n'y crois pas une seconde, mais tous les signes sont réunis. Lui, toi, la fête autour de vous, une soirée à tuer. C'est vraiment la situation la plus ridicule et la moins romantique qui soit.
« Je t'aurais bien embrassé, mais j'ai bien l'impression que ta bouche ne soit putréfiée. »
Triste vérité. Tu avais vu Perceval sous de meilleurs jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 333
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Sam 3 Nov - 20:21

-Tu veux me clamser ou quoi?

Qu’il te balance un peu en colère. En même temps tu l’avais pris par surprise dans un lieu qui ne s’apprêtait aucunement à vos caractères respectifs pour se voir. Tu ne réagis même pas à sa question en fait, mais l’entendre te dire ça t’arrache limite un sourire. Cela t’avait manqué mine de rien. Puis soudainement, alors que tu remarques en quoi il s’est déguisé, il semble rougir. Assez fort au point que tu entends son cœur qui résonne de plus belle. Étrangement, tu te demandes si c’est vraiment de son propre chef qu’il a opté pour un tel accoutrement. La réponse ne se fait pas attendre.

-Très drôle... Ma soeur, Delilah, a insisté pour qu'on vienne ensemble à la fête. Donc, on peut dire que j'suis là pour m'amuser.
-Je comprend mieux.


Tu rigoles de bon coeur, comme tu peux avec le maquillage, mais de bon coeur, gardant ce contact sur ses hanches que tu caresses du bout des doigts. Tu le vois qu’il analyse lui aussi ton costume. Étrange ou ironique selon la situation. Tu ne sais pas ce qu’il en pense, mais vu sa grimace… a quoi que… cela doit être à cause de ce que tu as sur la figure.

-Et toi, tu fous quoi ici? J'pensais pas que, les soirées Halloween, c'était ta tasse de thé. Mais maintenant que j'te vois dans ce costume... j'imagine que j'ai eu tord. Nan, sérieux, être un suceur de sang, ça t'suffit pas?


Tu te calmes un peu, et vient essuyer une larme qui s’était perdue dans tes rires. Décidément… Tu allais répondre, mais il te devances avec un remord assez… peu attendu.

-Je t'aurais bien embrassé, mais j'ai bien l'impression que ta bouche ne soit putréfiée.


Tu penches la tête sur le côté, joueur. Tu prêtes attention à votre environnement. Tu n’aimerais pas tellement être dérangé en fait. Tu t’approches un peu, une main sous le menton du chasseur. Carnassier.

-Ah oui ? C’est bien dommage en effet…


Tu ricanes et décide de prendre toi même les devants en offrant… un baiser digne de toi disons le… de la même envergure que votre premier baiser. Tu passes ta langues sur ses lèvres.

-Au moins je peux faire ceci…


Que tu confirmes en le ramenant contre toi. Tu relèves un peu la tête.

-Et pour ta gouverne, c’est Caleb qui a choisit le déguisement. Je suis censé faire une transaction ce soir, mais mon client a voulu le faire ce soir dans ce labyrinthe. Et pour se fondre dans la masse, l’Irlandais a préféré qu’on soit comme tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   

Revenir en haut Aller en bas
 

≡ topic commun : fête nocturne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» (2.2) TOPIC COMMUN
» ✤ UPRISING : topic commun
» Premier topic commun ▬ La parade des Macrales
» (topic commun), radcliff's fair.
» La Nocturne de l'ULB annulée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-