Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 plastic heart, (catleya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 570
double-compte(s) : tadhgán, ismael, janek, leonard, sarwan, julias. (eli, sylvia, ichabod)
crédits : avatar & icons (c) hallows keur keur / signature (c) may wells.
MessageSujet: plastic heart, (catleya)   Lun 1 Oct - 16:50

catleya rosalena russo
but everybody knows that it's now or never.
and everybody knows that it's me or you.



○ âge › vingt-sept années déjà envolées. la jeunesse toujours dans les veines, malgré la hâte d'atteindre l'âge où on ne lui demandera plus de faire ses preuves. ○ date et lieu de naissance › elle est née un sept juin, quelque part entre boa vista et caracaraí, au brésil. ○ profession › chasseuse de primes depuis plusieurs années déjà, elle s'est peu à peu fait un nom dans le métier. ne chasse que rarement lorsqu'il n'y a pas d'argent à la clé — a girl needs to eat. il lui arrive également de prendre des contrats d'agent de sécurité ou de garde du corps, une branche dans laquelle elle songe à s'implanter si son séjour à blackwater falls en vient à s'éterniser. ○ situation amoureuse › seule, elle a failli se fiancer, mais a dû le tuer avant que quoi que ce soit ne puisse se concrétiser. elle ne le digère toujours pas, et c'est l'amertume qui la force à garder le coeur fermé et à se perdre dans les draps qui passent à sa portée, une fois la nuit tombée. ○ orientation sexuelle › bisexuelle complètement assumée, elle n'a pas de préférence marquée entre les hommes et les femmes. ○ situation financière › de plus en plus aisée, elle fait en sorte de prendre les contrats qui paient. sait économiser, et n'a pas besoin de beaucoup d'argent pour survivre. elle n'a pas de compte en banque, cependant — vit avec ses moyens comme ils viennent. de l'argent sale, sale du sang qu'elle fait couler, la plupart du temps. mais ça ne l'empêche pas de dormir. ça ne l'a jamais fait. ○ groupe › pistols at dawn, malgré ses activités diversifiées et sa tendance à glisser entre les mailles du filet. ○ avatar › jessica clements, pretty. ○ crédit › icons par hallows gchjgkhhv ♡.
○ pseudo › blue walrus / clo. ○ et à propos de toi ? › ça ne s'arrête donc jamais ? ○ comment t'es arrivé ici ? › les dcs, jamais trop, jamais assez. ○ un dernier mot ? › je l'attendais depuis un sacré moment, elle.
≡ recensement avatar. (obligatoire)
Code:
<bottin>jessica clements</bottin> ❖ <bott>catleya russo</bott>

≡ recensement personnage. (obligatoire)
Code:
❖ catleya russo
droite, indépendante, calculatrice, vulgaire, franche, butée, audacieuse, prévoyante, charismatique, acharnée, débrouillarde, adaptable, élégante, ambitieuse, consciencieuse, téméraire.
(no roots) son indépendance n'a d'égale que sa débrouillardise, et elle s'est très vite habituée à ne dépendre de rien ni personne. sauvage, à en juger par ce qu'on dit d'elle. froide, distante. obstinée, acharnée — pas le genre à lâcher un morceau de viande une fois qu'elle l'a attrapé. elle marche, le menton haut et le nez relevé. se convainc qu'elle n'a plus rien ni personne à perdre, et accueille tous ceux qui s'approchent avec autant d'aisance que de méfiance. ne dépend que d'elle-même, depuis bien trop longtemps — famille laissée derrière elle lorsqu'elle n'avait que six ans. la solitude lui pèse, mais elle sait le cacher. elle a su s'y accommoder et, aujourd'hui, admet que c'est peut-être mieux ainsi. que sa violente autonomie a toujours fait d'elle une âme à part, et que la liberté lui permet de n'avoir désormais que sa propre peau à s'occuper. lui permet de prouver au monde entier qu'elle n'a jamais eu besoin de personne pour s'en tirer.

(the wolves) malgré son jeune âge, malgré sa carrure qu'on tend souvent à sous-estimer, elle est loin de faire partie des proies de ce monde. elle était encore trop jeune, lorsqu'elle a décidé qu'elle serait le prédateur. que la place n'était pas réservée aux hommes, et que les rapports de force pouvaient être rééquilibrés. et aujourd'hui, elle n'a rien à leur envier. grince des dents face à tous ceux qui se pensent permis de lui rire au nez, en raison de son jeune âge ou de son sexe. ne se prive jamais de sortir les griffes et de montrer les crocs. et les morsures sont profondes — suintant souvent d'un venin qu'elle n'a jamais appris à doser. les mots qui font aussi mal que les coups. cat, elle ne se laisse pas rabaisser. cat, elle a la fureur d'exister, et la froideur de le faire au nez et à la barbe de tous ceux qui le désapprouvent. les loups hurlent, la nuit, lorsqu'elle tente de fermer les yeux. les loups, pour lui rappeler d'où elle vient. les loups, pour lui rappeler pourquoi elle a choisi d'être où elle est. les loups, aux côtés desquels elle n'a pas peur d'évoluer. laissant les âmes faibles danser au milieu de la meute, et rejoignant cette dernière lorsque vient le temps d'aller chasser.

(side effects) l'élégance lui est si naturelle qu'on a du mal à se souvenir d'où elle vient. du mal à imaginer qu'elle a passé ses petites années dans une caravane, les cheveux emmêlés et la poussière mordant la plante de ses pieds. d'aucuns penseraient que cette époque ne lui manque pas — que c'est beaucoup trop loin pour ça. mais la vérité veut qu'elle en garde un souvenir plus doux qu'on ne pourrait l'imaginer. le temps de l'innocence, le temps de la liberté. un temps où elle n'avait pas à lutter à tout instant pour sa survie, et pour sa place dans un monde désireux de la déraciner. et elle en garde de douces séquelles, il faut bien l'avouer. un rapport à l'argent étrange, malgré l'élégance des tenues qu'elle se retrouve à acheter pour se fondre dans les plus hautes sphères de la société lorsque besoin est. on lui retrouve aussi une sauvagerie sans pareil, et un espagnol toujours sur le bout de la langue — bien plus facile à tirer que l'anglais. un besoin de vivre, besoin d'exister. besoin de se battre pour ce qui lui est cher. se battre pour respirer. se battre, à la mémoire de tous ceux qui l'ont protégée durant ses jeunes années.

(bad habits) deux lacs au fond des yeux, et un charme à faire fondre les glaciers. avec les années, elle s'y est habituée. et elle a appris à en profiter. elle a compris que les sourires pouvaient lui servir, et elle n'a désormais plus honte de le faire. sans avoir peur que ça lui joue des tours, et sans jamais avoir le besoin de vendre outre mesure son corps. simplement magnétique, et consciente de ses atouts. consciente des regards qu'on peut poser sur elle, et de ce qu'elle peut en tirer. envoûtante, malgré son indépendance et sa langue plus piquante qu'on ne s'y attendrait au premier coup d'oeil.

(natural) cat, elle sait survivre. sait se battre, sait s'en tirer. elle avait la résilience dans le sang, et elle a rapidement compris qu'un coeur de pierre lui serait nécessaire dans le monde où elle évoluait. ses élans d'empathie ou de sympathie sont contrôlés, et elle prend un soin tout particulier à ne pas se laisser emporter dans les vagues émotionnelles d'autrui. suffisamment intelligente pour s'éloigner lorsque le ciel gronde ; suffisamment brutale et autoritaire pour savoir trancher les liens lorsque le temps est venu. elle sait où elle va, sait dans quel sens le vent souffle. et il n'est rien pour se mettre en travers de sa route.

(queen of the clouds) on lui a dit, une tueuse se doit d'être brillante. on lui a dit, si tu n'es pas plus intelligente que tes proies, tu y resteras. et malgré sa réticence, elle a reconnu que l'intellect pourrait pallier le manque d'expérience. s'est employée à développer ses capacités. ambitieuse et déterminée. elle est allée à l'université, a complété un diplôme en sciences physiques mécaniques, avant de mettre les voiles pour retourner dans le monde de violence qui l'avait toujours appelée. dégourdie et logique, elle ne nie jamais les bienfaits que ses années sur les bancs de l'école lui ont fait — surtout après l'éducation précaire qu'elle avait reçue durant son enfance. tueuse au fait que l'intelligence est une arme plus dangereuse encore que les balles, et un gilet plus résistant que tous ceux qu'elle pourra porter.

(random) elle fume, elle boit. elle consomme, profite — mais n'abuse pas. que trop consciente que la perte de ses capacités serait la pire des choses pouvant lui arriver, et se refusant à le vivre. bien trop en contrôle de son corps, de sa vie, et de tous les éléments qui l'entourent. / habituée du cambouis, rodée à retaper toutes les bécanes et les bagnoles passant à sa portée ; c'était le boulot de son père, les occupations de son camp avant ça, et elle en a toujours fait partie. cela fait cependant bien longtemps qu'elle n'a plus trouvé sa place dans un garage, et elle ne fait aujourd'hui que s'occuper de sa propre moto. elle sait qu'elle va devoir la ranger pour l'hiver, et cela lui déplaît profondément — mais ainsi soit-il. / née dans un berceau où l'on ne s'adressait à elle qu'en espagnol et dans des dialectes tsiganes, ces langues restent celles vers lesquelles elle a tendance à se réfugier. elle est complètement fluide en anglais depuis bien longtemps, malgré les intonations chantantes qui traînent encore dans sa voix. rien qu'elle n'apprécie plus, cependant, que de repasser à l'espagnol — pour jurer, pour plaisanter, pour séduire, ou même pour discuter. / de ses origines gitanes, elle a conservé une nette tendance à aimer porter des vêtements colorés. deux facettes à sa penderie — la gitane en elle, et la tueuse. cols roulés noirs, bottines pratiques en toute occasion, pantalons noirs également. élégante, mais dangereuse. / elle n'a pas digéré la perte de rick. trop brutale, trop irréelle. rick, avec qui tout allait si bien. rick, auprès de qui rien n'était compliqué. rick, qui lui avait parlé de se marier. rick, aux côtés de qui elle pouvait très bien s'imaginer, pour le reste de sa vie. et tout ce qui lui en reste aujourd'hui, c'est une vision de cauchemar, et des cicatrices hideuses pour l'empêcher de mettre la plupart des dos-nus que sa penderie contient. / avec son élégance, contraste sa vulgarité parfois un peu trop prononcée. elle a appris les mots colorés en anglais également, et bien qu'elle soit tout à fait capable de tenir une conversation parfaitement civilisée, la tendance à se laisser aller au langage grossier de la gamine des rues n'est jamais loin. / d'un naturel plutôt froid et détaché, ne se souciant apparemment que peu de ce qui peut arriver aux gens autour d'elle, elle n'en conserve pas moins une personnalité colorée et épicée. la colère n'est jamais bien loin, et si le sarcasme lui permet la plupart du temps de décharger son agressivité, mieux vaut tout de même se méfier des retranchements vers lesquels on peut parfois être tentés de la pousser. / elle ne possède aucun tatouage, à l'exception d'un très petit symbole anti-possession, le long des côtes, presque sous le sein droit. pour le reste, son corps est parfaitement lisse, et elle s'emploie à le conserver ainsi. aucun signe distinctif apparent, pour ceux qui voudraient l'identifier. / la moralité est un concept auquel elle ne peut échapper, mais qu'elle prétend la plupart du temps ignorer. consciente que les limites sont floues, dans son métier — et préférant largement ramener ses proies vivantes que mortes, à cet égard. car sa pitié existe, de paire avec sa considération pour les autres êtres vivants — soient-ils humains ou non. une humanité de laquelle elle n'est pas tout à fait débarrasser, mais qu'elle sait mettre de côté à l'occasion, pour les besoins du métier.

○ as-tu déjà été témoin d'un événement surnaturel ? › elle le savait, que ça existait. sa mère et sa grand-mère lui en avaient parlé — et tout le camp autour d'elle. elle savait que son clan y était mêlé, de loin seulement depuis que le surnaturel avait bien failli les condamner. et qu'il a tué son père, finalement. elle était dans l'appartement misérable qu'il louait lorsque l'homme est arrivé. on l'a cachée dans le placard, et papa lui a dit, surtout ne bouge pas. pas un bruit, pas un mouvement. respire doucement. papa a refermé la porte du placard, et l'homme est entré. l'homme lui a ordonné de prendre un tabouret, et d'accrocher une corde à la poutre du plafond. l'homme a demandé, et papa s'est exécuté. papa serrait les dents — papa savait. mais papa ne pouvait pas refuser. et quand l'homme lui a dit de monter sur le tabouret et de passer la corde autour de son cou, papa l'a fait. papa s'est aussi débarrassé du tabouret. le cou n'a pas craqué, mais la violence a fait hoqueter la gamine cachée dans le placard — et l'homme l'a trouvée. l'homme l'a regardée, droit dans les yeux. l'homme avait le coeur brisé — et l'homme lui a murmuré, oublie-moi. oublie que j'ai jamais été là. oublie-moi. et cat a oublié. cat a toujours su que son père ne s'était pas tué, mais n'a jamais rien eu pour le prouver. son inconscient pour faire sauter le verrou durant son sommeil, régulièrement. mais aujourd'hui encore, elle n'arrive pas à savoir s'il y a vraiment eu un homme avec son père, dans la chambre, ce jour-là.

○ 1990 › Naissance de Catleya Rosalena Montero, dans un campement tsigane nomade, entre les villes de Caracaraí et de Boa Vista, au Brésil. Les tsiganes voyageaient vers le nord de l'Amérique du Sud, trouvant leur fond de commerce dans la vente de pièces de voiture et la réparation de véhicules à bas prix. Catleya grandira les mains dans le cambouis et le nez dans les moteurs, à observer son père, Gustavo, participer activement au business. Sa mère, Luisa, conservera de l'accouchement difficile un problème à la hanche, et malgré les désirs du couple d'avoir d'autres enfants, ils ne le pourront jamais.

○ 1992 › Un jour que mère et fille évoluent en lisière du campement, Luisa est mordue par un serpent. Catleya s'en sort intacte, épargnée par le reptile qui lui tournera autour quelques longues secondes, avant de prendre la fuite. Luisa mourra en quelques heures, malgré les soins prodigués par les soigneurs du camp. Ils tenteront de l'amener à l'hôpital, mais les médecins déclareront son cas perdu au moment même où elle passera la porte de l'hôpital. Gustavo en souffrira cruellement, et c'est la grand-mère maternelle de Catleya, Isabela, qui commencera à s'occuper davantage de l'enfant. Gustavo, lui, se mettra à sortir régulièrement du campement, partout où ils s'arrêtent. À marchander avec l'extérieur, un peu trop inconsciemment, pour les aider à se faire plus d'argent. Un changement que tous regardent d'un mauvais oeil — mais que beaucoup comprennent. Sous l'aile d'Isabela, la gamine grandira et s'épanouira. L'âme sauvage, et le besoin de faire ses preuves auprès des autres enfants. Bercée des légendes racontées autour d'elle, et entretenue par les anciennes pratiques d'un camp qu'on lui apprendra avoir autrefois été spécialisé dans la traque des événements hors du commun. La traque de la magie, la traque de la sorcellerie. La traque des fantômes, et des créatures en tout genre. On ne transmet plus rien, cependant. Plus rien d'autre que des histoires, et un héritage basé sur la conscience de cet autre aspect du monde. Mais Catleya y trouvera un intérêt qu'elle aura du mal à relâcher, et son imaginaire d'enfant en sera dangereusement teinté.

○ 1996 › Alors que le campement se trouve non loin de Saltillo, Mexique, Gustavo disparaît, et les tsiganes décident presque immédiatement de plier bagage et de retourner vers le sud. Catleya paniquera, apeurée à l'idée de partir sans laisser une chance à son père de revenir — mais rien n'y fera. Quelques semaines plus tard, alors qu'ils sont arrêtés en lisière de Veracruz et s'apprêtent à repartir sous peu pour traverser la frontière avec le Guatemala dans les plus brefs délais, Gustavo refait soudainement surface au campement, au beau milieu de la nuit. Il réveille Catleya, lui ordonne de rassembler ses affaires, et l'aide à faire son sac en lui intimant de ne pas réveiller sa grand-mère. Mais Isabela l'entendra, et une violente dispute éclatera entre eux. Isabela déclare que Cat n'ira nulle part — Gustavo ne lui laisse pas le choix. Parle de danger, parle de salut, parle de la frontière américaine. L'échange est féroce, mais Isabela ne pourra finalement pas empêcher Gustavo d'attraper sa fille et de l'emmener. Isabela en aura le coeur brisé, croyant dur comme fer que les menaces de Gustavo ne sont qu'un prétexte pour mettre la main sur Catleya et s'enfuir avec elle.

○ 1996-2000 › Gustavo la conduira tout d'abord en plein coeur de Veracruz, où un faussaire leur fera des faux-papiers au nom de Russo. De là, ils prendront la route, et passeront la frontière américaine. Ils remonteront le pays peu à peu, nomades, ne restant jamais plus de quelques semaines au même endroit. Gustavo paie leurs logements au noir, et élève sa fille dans l'idée de toujours être prête à repartir au besoin. Peu à peu, les choses sembleront cependant retomber, et ils commenceront à s'attarder plusieurs mois au même endroit — repartant tout de même à chaque fois. Gustavo n'inscrira pas Catleya à l'école, et tentera de la garder le plus possible à ses côtés. De trouver des petits boulots où il est capable de la faire participer — légaux ou non. Il la forcera néanmoins à se familiariser avec la langue du pays ; lui-même ayant du mal à l'apprendre, elle se trouvera l'interprète des deux. Intelligente, le cerveau encore élastique de son jeune âge, elle aura soif d'apprendre, mais ne le pourra que modérément en raison de leur vie de nomade et des capacités limitées de son père.

○ 2000 › Gustavo cesse finalement de courir. Considérant que le danger est suffisamment écarté, il s'installe avec sa fille à Boston. Refusera toujours de la scolariser, cependant, et fera plutôt appel aux services d'un vieil ami, Eduardo, professeur à domicile, pour donner à Catleya une éducation. Les Russo s'installeront peu à peu dans le quartier. Gustavo trouvera du travail, emmènera régulièrement Catleya avec lui. Le professeur, lui, découvrira l'ampleur des lacunes de la gamine, et de son intelligence, et s'échinera à lui faire rattraper son retard. Il lui donnera des cours plus généraux, et la petite s'avèrera une exceptionnellement bonne élève. Elle ingurgitera les connaissances avec une rapidité impressionnante, malgré son manque de rigueur occasionnel, et n'aura de cesse d'aller plus loin. Eduardo insistera auprès de Gustavo pour scolariser Catleya, mais le père refusera toujours avec obstination, scandant que cet acte resterait trop dangereux pour eux deux.

○ 2002 › Eduardo est malade, et la congédie bien avant la fin de sa journée de travail. Elle rentre chez elle avec deux heures d'avance. Gustavo n'est pas là, et n'arrive qu'un peu plus tard. Paniqué de la voir déjà là, il lui dit de se cacher dans le placard, et de n'en ressortir sous aucun prétexte. Peu de temps après, un homme fait irruption à sa suite, dans l'appartement. Cachée, Catleya le voit ordonner à Gustavo de se pendre à la poutre du plafond de la chambre. Et, horrifiée, elle voit son père s'exécuter sans protester. Comme si une force supérieure à sa volonté l'y avait contraint, et que rien ne pouvait être fait pour lui résister. Sous les yeux de Cat, Gustavo saute au bas de la chaise. Le cou ne se brise pas, la mort est lente. Les yeux de la gamine, remplis de larmes. Un hoquet la dévoile au tueur, qui ouvre le placard pour la découvrir cachée. Qui ne lui fait aucun mal, pourtant. Se contente de lui dire qu'il n'a jamais été là. Et de lui ordonner d'oublier sa présence — ce qu'elle fait. Encore aujourd'hui persuadée que son père s'est suicidé, malgré les signaux que lui envoie parfois son inconscient, la nuit, et qui lui intiment qu'une ombre était là pour encourager Gustavo à son acte.

Sous le choc, elle se retrouve incapable de réagir, incapable de bouger. L'homme part sans qu'elle ne se souvienne qu'il ait un jour été là, et elle reste immobile, dans le placard, durant près de trente heures, avant de finalement se lever pour aller attraper le téléphone de son père et appeler à l'aide. Creo que mi papá está muerto. Lorsque les secours arrivent, on l'emmène à l'hôpital. On essaie de la faire parler anglais, mais seul l'espagnol lui vient. On finit par appeler un chirurgien natif de Madrid, Antelme, avec qui elle pourra alors communiquer. Et elle s'y accrochera comme si sa vie en dépendait. La seule personne autour d'elle capable de comprendre ce qu'elle marmonne. Capable de lui rallumer une étincelle au fond de ses yeux, et d'apprivoiser sa sauvagerie avec une facilité déconcertante. Sans famille, et sans proches pour venir la réclamer, Catleya ne donnera que le numéro d'Eduardo, que Gustavo lui avait dit de contacter en cas d'urgence. Celui-ci n'étant cependant pas en droit de la prendre à sa charge, Antelme l'emmènera chez lui pour quelque temps, jusqu'à ce que le professeur ne puisse avoir les papiers nécessaires, et devenir son tuteur légal. Le meurtre de Gustavo sera classé comme un suicide, et plus personne n'en parlera. Pas même Eduardo, qui conservera cependant toujours des doutes raisonnables, et déménagera de Boston assez rapidement après cela.

○ jusqu'en 2007 › Eduardo et Catleya posent leurs valises à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Eduardo scolarisera finalement Catleya, et lui permettra de commencer à évoluer parmi les jeunes de son âge. Elle peinera à rattraper son relatif retard, tant au niveau scolaire qu'au niveau social, mais finira par se remettre sur pieds. Battante, et déterminée. Se plaisant dans sa vie aux côtés d'Eduardo, et respectant ses secrets. Ne mettant pas très longtemps à apprendre qu'il a fricoté avec les monstres dont les histoires de sa mère et de sa grand-mère parlaient. Ne s'en formalisant cependant pas, et passant une adolescence relativement tranquille à ses côtés — uniquement mouvementée par les reflux de personnalité dynamique qu'elle pouvait manifester. Eduardo la fera concentrer son énergie dans les sports de combat et l'athlétisme, où elle commencera à se développer. Ravie, qui plus est, à l'idée d'apprendre à se défendre.

○ 2007 › Peu de temps après la rentrée scolaire de 2007, Eduardo disparaît sans laisser de traces. Un soir qu'elle rentre de l'école, elle trouve la maison en léger désordre, et certaines de ses affaires simplement envolées. Elle aura beau le chercher à tous les endroits qu'il a l'habitude de fréquenter, rien n'y fera. Répondant à de vieux réflexes implantés au fond de son crâne par son père, elle fera alors son sac et prendra la fuite. Elle quittera Albuquerque dans la nuit, sans papiers, avec assez d'argent pour s'acheter un simple billet de bus qui l'emmènera jusqu'au Nevada. Là-bas, elle erre quelque temps sans un sou en poche. Essaie de trouver du travail. Se fait passer pour une gamine de dix-neuf ans, et cache habilement les dix-sept. Le premier boulot qu'on lui propose n'est néanmoins pas celui qu'elle espère — et elle a beau refuser fermement de se prostituer, elle sent les regards continuer de la suivre, partout où elle passe. La fierté qui la force à conserver le menton haut, et à cracher sur toutes les propositions qu'on lui fait. Jusqu'à ce qu'un homme insiste un peu trop, et que la violence ne soit de mise pour s'en défaire. Qu'on lui tende la main — quelqu'un qui a assisté à la scène, quelqu'un qui veut l'aider. Quelqu'un qui l'encouragera à user de son charme, sans pour autant se laisser posséder. Qui la réorientera vers un petit bar se cherchant des serveuses. Lui dira de continuer de mentir sur son âge. Et elle l'écoutera. Elle ira. Jouera de ses atouts et de son intelligence pour être engagée. Bien rapidement, elle se rendra compte du genre de bar dans lequel elle a mis les pieds. Les contrats qui y circulent, et qui l'attireront comme un papillon de nuit vers la flamme d'une bougie. Ici, on chasse les têtes pour la prime. Et elle voudra en faire partie. Voudra faire ses preuves. Voudra s'améliorer. Voudra arrondir ses fins de mois comme eux. Voudra, voudra, voudra. Même pas encore dix-huit ans. Et pourtant.

○ 2008 › Elle a écouté son mystérieux bienfaiteur, et elle a joué de ses charmes. Ça lui a permis de trouver un protecteur en la personne du patron du bar. Ça lui a permis de décrocher son premier contrat, aussi. Puis un deuxième. Au début, c'est difficile. Elle n'a pas beaucoup d'expérience, et elle se jette sur ceux que personne ne veut. Les cibles qui ne sont pas difficiles à obtenir, et qui ne rapportent presque rien. Mais ça lui convient. Un jour, cependant, un rebondissement survient durant sa chasse — et la nouvelle femme de sa cible se révèle être une polymorphe. Défend bec et ongle son mari, et Catleya manque d'y passer. Ne doit la vie sauve qu'à une chasseuse suivant à la trace les méfaits de la créature, et intervenant pour l'aider. Elle rencontre ainsi Luz, qui la prendra alors sous sa protection à son tour, pour compléter sa formation et l'aider à trouver d'autres contrats. Pour lui apprendre à séduire, également, et à jouer de ses charmes avec encore plus d'aplomb. Lui apprendre les secrets de ce monde, enfin — et le deuxième marché qui s'offre aux chasseurs de prime. Catleya en soufflera un mot à son patron, et l'aidera à élargir son marché. Profitant de tout ce qui s'offre à elle pour asseoir son début de réputation, et continuant de mentir sur son âge malgré les quelques têtes au courant qu'elle vient tout juste de dépasser les dix-huit ans.

○ 2010 › Un contrat trop bien payé pour refuser — faire tomber un vampire, médecin dans un hôpital de Boston. Cat s'immisce dans un gala de charité, usant de l'élégance et de la distinction qu'elle a appris à incarner ces dernières années. Elle est cependant interceptée par Antelme, qu'elle sait être un polymorphe, et qui est assigné à la protection dudit médecin. Frustrée, elle ne peut néanmoins rien faire pour s'approcher de sa cible, et se verra même offrir une somme d'argent plus élevée pour la protéger — ce qu'elle fera, non sans une certaine dose de mécontentement. Les choses tourneront quelque peu au vinaigre lorsqu'un autre chasseur rentrera dans la partie, et elle sera légèrement blessée. Restera aux côtés d'Antelme pour quelques jours, le temps de récupérer. Au fait de ses activités, il l'enjoindra alors à reprendre l'école, et à aller à l'université. Elle refusera, tout d'abord, mais il commencera à la faire chanter face aux crimes qui pourraient lui coûter la prison — et elle accepte. Une tueuse se doit d'être intelligente. Il l'enverra vers un contact, au Canada, qui lui fera des faux-papiers et lui montera un faux dossier, et elle commencera à l'UBC (University of British Columbia), sur le campus d'Okanagan, dès la rentrée qui suivra.

○ 2013 › Après trois ans passés sur les bancs de l'école, à suivre un cursus en physique mécanique et à redoubler d'effort pour passer chacun de ses cours, Cat est finalement diplômée. Elle quitte alors Darcy, sa colocataire et proche amie, ainsi que le campus d'Okanagan, pour retourner auprès de la vie qu'elle avait toujours convoitée. Elle retrouve le bar où elle travaillait, dans le Nevada, et on lui redonne un emploi. Cela ne durera cependant pas longtemps : rapidement, elle rencontrera un autre chasseur de primes, Rick, qu'elle se mettra à fréquenter. Les deux partiront sur des contrats ensemble, et seront bien vite inséparables. Rick est plus vieux — mais qu'importe. Ils finissent par quitter le Nevada en 2014, et par s'installer dans le New Jersey, à l'autre bout du pays. Volonté de voir s'ouvrir un nouveau marché, volonté de se faire leur propre vie.

○ 2015 › Rick commençait à parler de mariage. Cat en riait — mais il avait raison : ç'aurait été bon pour leur réputation. Rick n'aura cependant jamais le temps de concrétiser ses projets. La faim l'assaillira soudainement, et son corps se mettra à changer. La surprise totale des deux amants, pourtant au fait du surnaturel, qui n'ont jamais rien vu de tel. La peur, aussi — qu'ils ne puissent pas l'empêcher, que Rick ne leur soit arraché. Lorsque la situation devient alarmante, et les comportements de Rick complètement erratiques, Catleya essaie de comprendre. Se plonge dans les livres avec d'autant plus d'ardeur, ne pouvant ignorer le problème. Et la réponse lui sautera alors au visage, tandis qu'elle expose les symptômes à un contact. Rougarou. S'il mord un humain, une fois, rien qu'une fois, c'en est fini de lui. Mais tu ne pourras pas l'en empêcher, Catleya. Tu ne pourras pas. Tue-le, avant qu'il ne te tue. Retourner chez elle avec précipitation. L'hésitation — le tuer, ou lui expliquer. Mais elle n'a le temps de rien. Rick lui saute à la gorge, à peine la porte passée. Elle se défend comme un beau diable — mais le corps d'un voisin inquiet gît déjà dans la salle à manger. Transformation inévitable. Elle le sait. Manque de se faire tuer. Les lacérations dans son dos, les morsures violentes sur ses côtes, sur ses flancs. Le reste est flou. Tout ce qu'elle sait, c'est que la maison a brûlé. Qu'elle a déclenché l'incendie en sortant, et que Rick n'a rien pu faire pour l'en empêcher. La maison a brûlé, et il était dedans. Elle a fait ce qu'il fallait.

○ 2015-2016 › Blessée, et seule. Elle ne pense pas réussir à se relever, et c'est le retour inattendu d'Eduardo qui le lui permet. Il ne lui explique rien sur sa disparition, mais elle n'en a pas besoin. Accepte la main qu'il lui tend, lorsqu'il lui dit qu'il l'a surveillée, ces derniers temps — et qu'il sait ce qui est arrivé. Elle se remet sur pied, et fait profil bas pendant plusieurs mois avant qu'Eduardo ne la pousse à prendre du boulot dans la sécurité rapprochée d'un apparent dignitaire colombien, Paolo. Loin de la chasse et du surnaturel, pour le moment. Tête d'une branche d'un cartel implanté ici, aux États-Unis — et elle accepte. L'incident avec Rick la poussant à s'éloigner peu à peu de la chasse et, pour se refaire les poches, elle profite donc de ses origines pour rentrer au service de cet homme. Si les autres sicarios affectés à sa sécurité rapprochée ne la prennent tout d'abord pas au sérieux, elle fait néanmoins rapidement ses preuves, et décide de rester à New York. Elle se rapprochera aisément de la petite amie de Paolo, Arabella, et de son fils Jacob, et se retrouvera régulièrement assignée à leur protection.

○ juin 2017 › La relation entre Paolo et Arabella se dégrade lentement. Et lorsque Paolo fait le pas de trop, la dispute éclate. Arabella tente de le tuer, lui collant une balle dans la tête — et ignorant alors sa nature de polymorphe et sa capacité à se régénérer. Lorsque Catleya arrivera sur les lieux, Arabella sera en train de plier bagages. Prendra peur — mais la chasseuse ne fera que l'aider à boucler les derniers sacs, et lui dire de partir. Partir loin. Là où personne ne pourra les retrouver. Lorsque Paolo reviendra à lui, Catleya aura pris la fuite à son tour, consciente que ses services ne seraient plus requis, et qu'elle ne survivrait probablement pas à l'affront. Elle passera les mois suivants à se cacher et à refaire sa vie dans les ombres, grâce à Eduardo avec qui elle gardera un contact discret. Eduardo restera au fait des activités de Paolo, et de la recherche pour Arabella qui a suivi le drame.

○ novembre 2017 › Lorsqu'elle apprend par Eduardo qu'un avis a été lancé à Paolo sur la probable présence d'Arabella en Alberta, Catleya n'hésite pas, et se met en tête de doubler les contacts de Paolo pour retrouver Arabella et la protéger. Elle sait qu'Antelme vit dans un petit patelin de la région, et se dit qu'elle commencera ses recherches par là. Arrivant donc à Blackwater Falls, dans l'idée de n'y rester que le temps de rassembler ses informations, et de reprendre la poursuite d'Arabella et de son fils. Profitant néanmoins de l'activité surnaturelle de la région, et du foisonnement de contrats de chasses, pour se refaire les poches après ses mois de discrétion.
fiche (c) prima luce

_________________
Boy you be trippin', 'Cause the player got played, And you losin’ the game. When you fightin' a Queen, Think you land on your feet ?


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— administratrice —
messages : 609
double-compte(s) : leora & sarah
crédits : (c) dandelion (avatar), (c) svenou ♥ (family gif), (c) Beylin (code sign)
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Lun 1 Oct - 17:02

OKAY COME ON (version jeune):
 

en version plus vieux:
 

mais en fait on sait très bien comment ce sera ...:
 

BREF, t'es tellement qkdfgqyiegryiezgtifzeyg  que mon futur moi en peut déjà plus

_________________
darkness reminds us
where light can be
tomorrow is stronger than yesterday


hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 516
double-compte(s) : riley, blair, rain, bazyl, maya (aussi lenny, slade et arabella).
crédits : avatar (c) blue walrus la perf, icons (c) hallows.
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Lun 1 Oct - 17:02

LA BELLLLLLLLLE CAT OH LA LA JE SUIS TROP ÉMUE QU'ELLE SOIT LÀ, ENFIN
trop badass, trop belle, trop parf je l'aime d'amour
ce début de fiche trop parfait, on veut la suite, on veut la suite :hii:

ah et puis...




trop hâte de rp avec la belle, rebienvenue chez toi. (et y'a jamais trop de dcs, pff)
love you peanut

ps: I SHIP IT

_________________
now those days are over,
and we're all ghosts. 
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 107
double-compte(s) : Gabriel, Antoine, Oana, Will, Zacarias & Peter
crédits : Ava et img profil perso, signa par Exordium
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Lun 1 Oct - 17:46

Aaaah, la voilà enfiiiin ! J'ai hâte de la voir en jeu, gnnnh ! Elle promet grave et... GOSH, UN FUTUR SHIP A SURVEILLER ?!

(Je suis d'accord avec Darcy sinon, y'en a jamais trop des dcs... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1088
double-compte(s) : kindness (merrill), shame (jane), pain (thomas) & revenge (rhaena).
crédits : lilousilver (avatar), myself (sign), the devil within/digital daggers (lyrics)
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Lun 1 Oct - 18:52

la fameuse catleya
je suis déjà trop fan, faudra trouver des petits liens maintenant j'ai encore envie de dc aussi arrête de m'influencer de la sorte vilaine bref, tu le sais, j'adore toujours tes persos
rererererererebienvenue chez toi I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 570
double-compte(s) : tadhgán, ismael, janek, leonard, sarwan, julias. (eli, sylvia, ichabod)
crédits : avatar & icons (c) hallows keur keur / signature (c) may wells.
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Lun 1 Oct - 22:17

@Tobias Weaver LJKHGJYFUIO;JLKHGUIOK;L JE ME PEUX PLUS NON PLUS DÉPÊCHE-TOI LÀ OK

la version jeune :
 

et un peu plus vieille:
 

anyway we all know that:
 



@Darcy Flint HIHIHIHIHIHIHIHIHIHI TROP CUTE PEANUT OK T'ES TROP ADORABLE JE T'AIME (mais ouiiiiiii jkghjfguytihjkhgyiuo enfin làààààààààààààà ) OFC QUE JE VEUX ÊTRE TA BFF, TU CROIS QUOI, TU M'ÉCHAPPERAS PAS. (surtout si tu shipes it, me likes it very mouch ) DU LOVE merci de me soutenir dans ma folie et de m'avoir éternellement soutenue jusqu'à ce que petite Cat voie le jour lhjkjgiyohui.

@Ipolitt Matveyev t'es trop adorable olalalala. je suis contente si elle te plaiiiit. elle a subi pas mal de changements depuis la dernière version que tu en connaissais, mais l'idée reste là héhé. j'espère qu'on pourra quand même se trouver des liens. (et merci de valider notre folie des DCs, ça fait du bien à l'âme, crois-moi. )

@Alecto Vayne ouiiiiii avec plaisir pour des petits liens. contente qu'elle te plaise, en tout cas. et désolée de te tenter again vers les dcs, mais c'est le bieeeeen en même temps. merci, ma belle.

_________________
Boy you be trippin', 'Cause the player got played, And you losin’ the game. When you fightin' a Queen, Think you land on your feet ?


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 128
double-compte(s) : //
crédits : Ava : (c) ~cannelle~ / Signa : motley control.
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mar 2 Oct - 2:17

Bienvenue à toi !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1804
double-compte(s) : minute papillon.
crédits : schizophrenic (avatar), old money (sign), tumblr (gifs).
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mar 2 Oct - 2:37

la fameuse cat est là.  
il fait s'y froid au canada l'hiver, faut se tenir chaud you know.
koukou:
 

j'aime trop ce que je lis déjà, nos filles sont plus semblables que je le pensais.
rebienvenue madame, aux trois milles comptes. hâte de jouer tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 570
double-compte(s) : tadhgán, ismael, janek, leonard, sarwan, julias. (eli, sylvia, ichabod)
crédits : avatar & icons (c) hallows keur keur / signature (c) may wells.
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mar 2 Oct - 11:59

@Jhælynra Korobæl merci la belle. I love you

@Alecia Madden toiiiii ofc que je veux bien être ta little spoon, tant que tu veux encore de moi. hâte de rpeeeeer, et merci bien héhé.

_________________
Boy you be trippin', 'Cause the player got played, And you losin’ the game. When you fightin' a Queen, Think you land on your feet ?


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
djinn ○ heaven can wait
messages : 135
double-compte(s) : Vesper, Paul & Selen
crédits : (ava) NooBody ♥ (bann tonic) Jojo (signa) anaphore
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mar 2 Oct - 12:13

Aaaah la voilà la fameuse !!! Comme promis on se trouvera un petit quelque chose, en tout cas je survalide cette version et j'ai hâte qu'on en papote ! Je ne connaissais pas du tout l'avatar et j'avoue que DAMN, elle envoie !!
Des gros poutous et re-re-re-re-re-rejusqu'àlamort -bienvenue chez toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 833
double-compte(s) : nope.
crédits : (c) sweet poison (avatar), old money (signature), feu! chatterton//souvenir (quotes).
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mar 2 Oct - 14:24

je ne connaissais pas la miss, mais gosh, elle est trop belle le personnage a l'air génial encore, en plus I love you
rebienvenuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 282
double-compte(s) : /
crédits : (c)Hallows <3/Nanami
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mar 2 Oct - 16:44

Stop aux persos canons on a dit, jpp moi là
Laisse du talent pour les autres un peu, merci bien Encore un perso qui dépote tout, la plume qui gère tellement la fougère (the feels) tu me fais radoter, regarde ça
Rebienvenue chez toi Bon courage pour la rédaction, je te souhaite de t'éclater avec cette nouvelle petite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 516
double-compte(s) : riley, blair, rain, bazyl, maya (aussi lenny, slade et arabella).
crédits : avatar (c) blue walrus la perf, icons (c) hallows.
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mer 3 Oct - 13:06

TROP BADASS cat de mon coeur
j'ai adoré lire ta fiche peanut, elle est trop parf, jolem de tout mon coeur

congratulations !
Oh yeah, ça y est, te voilà validé ! Maintenant que t'as ta couleur et ton groupe, les choses sérieuses peuvent enfin commencer.

Pour commencer, on te suggère fortement d'aller jeter un oeil au registre des avatars, pour être bien sûr qu'on n'aurait pas oublié de le recenser en même temps que de te valider. Après ça, n'hésite pas à visiter toutes les rubriques ci-dessous, histoire de te familiariser avec le forum, et d'intégrer ton personnage au jeu. N'hésite pas non plus à investir le flood ! Et si tu as besoin de quoi que ce soit, n'oublie surtout pas que Riley, Eli et Leora te sont entièrement dévouées (ou presque), et que leurs boîtes MP sont grandes ouvertes ! I love you

Sur ce, on te souhaite un excellent jeu sur RAISE HELL.


(c) prima luce

_________________
now those days are over,
and we're all ghosts. 
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
messages : 570
double-compte(s) : tadhgán, ismael, janek, leonard, sarwan, julias. (eli, sylvia, ichabod)
crédits : avatar & icons (c) hallows keur keur / signature (c) may wells.
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mer 3 Oct - 13:26

@Amon El-Hadji, hjgyioujklhuiy merci infiniment chaton. je suis contente que cette version te plaise héhé. et bien hâte qu'on se trouve quelques liens. I love you

@Mila Mersch, merci la belle. et jessica c'est une queen olalala, merci infiniment à marianne pour la découverte kljhjyfuihjk, on est d'accord.

@Helena Murdock t'es trop adorable staaaaaahp. je t'aime, merci beaucoup, je suis contente que cat te plaise.

@Darcy Flint THX BB DE MA VIE JE SUIS CONTENTE QUE TU L'AIIIIIMES. et merci pour la validation huhu.

_________________
Boy you be trippin', 'Cause the player got played, And you losin’ the game. When you fightin' a Queen, Think you land on your feet ?


keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 253
double-compte(s) : Aucun
crédits : (c) hallows & trumblr
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   Mer 3 Oct - 16:13

Re-bienvenuuue avec cette bonnasse amuse toi bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: plastic heart, (catleya)   

Revenir en haut Aller en bas
 

plastic heart, (catleya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Cherche Plastic Cards
» 2011 - Heart burn (tenue uniquement)
» [Fan-Fiction] BIONICLE: Dive to the Heart
» Bérénice (My Tell-Tale Heart) débarque chez Cérès
» Lonely Heart et Pru de la Convention Tonner 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: death will have your eyes :: fiches validées-