Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 winter is coming - ft. baker's family

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 494
double-compte(s) : ariane, barbara & avalohn
crédits : (c) perlman (ava) blues walrus (sign)
MessageSujet: winter is coming - ft. baker's family    Ven 5 Oct - 17:07




~ elias, edward & skylar ~

winter is coming


A une dizaine de jours de Noël, la neige tenait déjà bien sur le sol du Canada et à Blackwater Falls les bourrasques de vent allaient bon train en cette nuit du treize décembre - Ô fameux treize décembre quatre-vingt-dix-neuf - la nuit était noire, vraiment très noire et froide, glaciale même, pourtant dans le foyer des Baker, la bonne humeur et la chaleureuse ambiance qui y régnaient quotidiennement, réchauffaient la pièce, voire l'éclairaient - des bûches brûlaient dans la cheminée, réchauffant l'atmosphère d'une rude nuit d'hiver. Dehors on pouvait entendre le vent souffler, la neige s'abattre contre les murs et les fenêtres, on distinguait légèrement la lumière de quelques réverbères qui luttaient contre la ardeur du vent.

Skylar se rappelait du moindre détail de cette nuit, jusqu'à la position des aiguilles sur l'horloge du salon - le souvenir était vif et pourtant la petite n'était âgée que de cinq ans, encore frêle, insouciante et effrayée par le plus grand de ses deux frères qui lui racontait toujours des histoires à faire dormir debout - elle se réfugiait toujours auprès d'Edward, à peine d'un an son aîné mais, qui pourtant trouvait toujours les mots pour la rassurer. Innocente et inconsciente du destin qui lui était réservée - la petite brunette aux yeux brillants de malice, s'afférait à découper dans les pages des catalogues de jouet, pour élaborer sa liste au Père Noël - il était tard mais, aucun des Baker n'était couché - tous attendaient le retour de Margarett, dans le salon.

Un retour très attendu, puisque la matriarche Baker s'était absentée près d'une semaine désormais - et elle manquait aussi bien aux enfants qu'à Adham - qui tentait tant bien que mal de dissimuler son inquiétude grandissante, aux yeux de ses enfants - parce que lui seul connaissait les réelles raisons de cette longue absence. Le mensonge n'avait pas été difficile à monter, il avait suffit de prétexter un déplacement professionnel, sans rentrer dans le détail de ce que voulait dire professionnel, ici. Toute inquiétude dissimulait à la perfection, le père de famille s'occupait au salon, veillant sur les trois fruits de son amour, comptant une histoire à l'un des trois - Adham était bienveillant, avait l'esprit vif, inspirait le respect - ses enfants le voyaient comme un héro - en tout cas, la jeune Skylar le voyait comme tel. Parce qu'il était son papa. Skylar idolâtrait son père, souhaitait lui ressembler - quand on lui demandait ce qu'elle voulait faire plus tard, elle répondait naïvement mais, fièrement:  « Je veux être comme papa! » pas comme maman, non. Comme papa. Si la Skylar d'aujourd'hui pouvait parler à la petite Skylar de 1999, elle lui dirait sans doute dit qu'elle n'avait pas idée comme ce souhait allait devenir réel, vraiment pas idée.

Skylar c'était la plus jeune des trois gamins Baker - et pourtant, pas la moins téméraire, ni même la moins intelligente, de son jeune âge elle était parfois plus maline que ces deux imbéciles de frères, dirait-elle aujourd’hui. Sans le savoir elle allait devenir l'espoir de toute une famille, parce qu'elle allait se révéler meilleure, l'étoile montante, la perle rare des Baker - elle l'ignorait encore du haut de ses cinq ans et pourtant cette-nuit risquait de tout faire basculer.
Bien loin de s'en douter, elle manipulait, avec l'aide d'Elias, ciseaux et colle pour monter sa liste au père Noël. Elle l'avait tanné un peu plus tôt dans la journée pour qu'il l'aide, il était du genre pénible mais, Sky était du genre convaincante. Elle avait été le chercher dans sa chambre, avait tambouriné à sa porte, plus excitée que jamais à l'idée de choisir ses nouveaux potentiels jouets.

 « ELI! » s'était-elle époumonée « T'avais pomis de m'aider pou' fai' la liste des cadeaux de noyël! » de sa petite voix qui ne prononçait pas les r - on aurait pu deviner qu'elle faisait la moue rien qu'à l'entendre. Elias avait certainement autre chose à faire qu'aider sa cadette à coller des jouets ridicules sur une feuille de papier - mais, la gamine s'était montrée insistante.  « Eli, si tu viens pas, je vais di' à Edwi que c'est toi qui a p.. a p.. que t'as son doudou » renonçait-elle a prononcer le verbe prendre, Skylar s'exprimait déjà bien pour une fillette de cinq ans mais, la prononciation n'était pas parfaite et encore hésitante. Ni, une ni deux, la malicieuse était partie en courant - aussi vite que ses courtes gambettes le lui avaient permis - voir son second frère - Edward, celui avec lequel elle passait le plus clair de son temps, celui  avec lequel elle allait dormir lorsqu'elle faisait un cauchemar.

 « EDWIIIIIIIIIIIIIII ! » criait-elle en posant ses mains en porte-voix, autour de sa bouche, persuadée qu'Elias allait accourir pour ne pas se faire balancer.

Soirée classique chez les Baker, rien de plus banal que des chamailleries entre frères et sœur et puis, le calme, le jeu, la bonne humeur.
Sauf que ce n'était pas un soir comme les autres, pas une nuit comme les autres, pas un hiver comme les autres, non.

C'était une nuit d'hiver dont ils se souviendraient tous.
Une nuit qui les hanterait toute une vie.


Code by Cookies., don't give it without permission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 598
double-compte(s) : none
crédits : (c) ultraviolences.
MessageSujet: Re: winter is coming - ft. baker's family    Lun 8 Oct - 16:56



Skylar & Edward
Elias
« winter is coming »


Elias avait dix ans. Non, pas tout à fait, il allait avoir dix ans, comme il se l’entendait dire un peu trop souvent ces derniers temps. Pas encore tout à fait la dizaine, il était coincé à neuf ans pour ce qui semblait être l’éternité, une éternité de dix-huit jours exactement : invivable. Heureusement qu’il y avait Noël entretemps, et heureusement aussi qu’il y avait tout ce qui allait de pair avec Noël, comme les catalogues de jouets, les bougies, le sapin, la neige, les biscuits, les chocolats, et les cadeaux à venir. Comme ceux qu’il était en train de finaliser, à savoir le doudou d’Edvy. Lui offrir son propre doudou pour Noël, Elias trouvait l’idée parfaite et puis, edward était siiii agaçant, tout de même ! Il était bien gentil de lui faire malgré tout un cadeau. Et donc, Elias était en train d’achever – et le terme achever convenait à merveille lorsqu’on avisait le carnage qui avait lieu dans sa chambre et surtout sur son bureau – l’empaquetage de la boite à chaussures dans laquelle reposait le précieux doudou. Il tira la langue, coupa un nouveau morceau de scotch, tenta de rattraper l’échec critique du découpage et abandonna l’idée de rajouter du bristol dans le coin.

Ce fut lorsqu’il attrapa son stylo plume, concentré comme jamais pour écrire distinctement Edward dans une plume faite de plein et de déliés – il fallait être soigneux dans les bêtises, c’était ce qu’il disait toujours lorsqu’il s’apprêtait à en faire une – qu’on frappa à la porte. Une fois. Deux fois. Des coups assortis d’une petite voix stridente. « ELI! » Il sursauta, se foutant de l’encre partout sur les doigts – et sur le paquet, mince !. « JE SUIS PAS DISPO ! » A presque dix ans, Elias en avait oublié qu’il pouvait tout à fait communiquer sans crier. Beugler était devenu l’un de ses principaux modes de communication depuis quelques mois, et malgré les remarques de moins en moins patientes de Papa et de Maman, il ne s’en lassait pas. Et face à Edvy et Sky, de toute manière, il fallait s’imposer d’une manière ou d’une autre. Surtout que dans la famille, ils étaient du genre têtu. Comme le lui rappela Sky en ne se laissant pas démonter par la logique d’Elias. « T'avais pomis de m'aider pou' fai' la liste des cadeaux de noyël! » Il leva les yeux au ciel, en envoyant son papier taché à la poubelle et en en récupérant un autre – heureusement qu’il n’avait pas commencé à écrire directement sur le paquet. « J’ai rien promis du tout, Sky, démerde-toi toute seule ! » Et puis, elle était relou, à ne pas pouvoir se débrouiller toute seule. Depuis quand elle avait besoin d’aider pour déchirer trois jouets dans un catalogue et les coller sur une feuille, hein ? Et puis, elle… « Eli, si tu viens pas, je vais di' à Edwi que c'est toi qui a p.. a p.. que t'as son doudou » « QUOI ? » Elias laissa là stylo-plume, paquet cadeau, doudou volé et bondit de sa chaise comme un diable hors de sa boite. Comment elle s’avait ça, d’abord ? Il se prit les pieds dans son château en lego, poussa un cri en réponse à l’attaque vicieuse d’une brique contre la plante de ses pieds, échoua dans le couloir pour voir un feu follet s’enfuir du côté de la chambre d’Edward. « Oh merde, SKYLAAAAAAAAR ! » Si avec ça, elle ne l’entendait pas, il ne répondait plus de rien. Parce qu’à ce niveau sonore, rien d’inhabituel chez les Baker, l’entièreté du voisinage devait à présent être au courant que la plus jeune de la fratrie était appelée par l’aîné. Elias partit en courant, dérapant sur le parquet, ses chaussettes glissant sur la surface soigneusement cirée, trébuchant sur le tapis qui l’attendait en haut de l’escalier. « SKY, J’TE JURE QUE… » Où est-ce qu’elle était passée, cette petite peste, hein ?

Pour le savoir, il n’avait qu’à suivre les cris. « EDWIIIIIIIIIIIIIII ! » Aussitôt, Elias se tourna en direction du hall d’entrée. Si Sky’ était en train de saouler tout le monde, si lui était à l’étage, alors Edward… oh non, oh zut… Edward devait être avec Papa, et…
Elias dégringola l’escalier en sautant les marches deux par deux, s’appuya à la rambarde pour en sauter même trois d’un bout et déboula au rez-de-chaussée, les doigts ponctués d’encre, les cheveux en bazar, sa robe de chambre pas tout à fait fermée, son pyjama passé à la hâte à la sortie du bain, avec la ferme intention de rattraper sa petite sœur avant qu’elle n’atteigne Papa et Edward qui devaient être dans le salon. « Sky’, j’t’ai déjà dit, y’a le démon des vilaines petites sœurs qui vient manger toutes celles qui font chanter leur frèèèèère ! » Oh, et des démons, dans les histoires qu’Elias servait à Edvy et Sky – la nuit de préférence, quand le vent soufflait dans les volets et que les ombres devenaient menaçantes – il y en avait une multitude. Des dizaines et des dizaines, qui grignotaient les orteils, arrachaient des dents ou – pire encore – volaient les chaussettes des petits frères et des petites sœurs qui n’obéissaient pas aux grands frères et surtout aux Elias. « Tu vas voir, il va t’attraper ! Et il va faire rissoler tes orteils à la poêle ! Tu veux ça, c’est ça qu’tu veux ?! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

winter is coming - ft. baker's family

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bastian Baker
» Collection Dior Golden Winter for Holiday 2013
» biscuits au chocolat Baker's
» e n g e l xxx family is the only thing you have to care about
» CHET BAKER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-