Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 (all of you), denrake.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 1058
double-compte(s) : riley, rain, bazyl, maya, darcy, leilani, graham. (aussi lenny, slade et arabella)
crédits : avatar par ultraviolences.
MessageSujet: (all of you), denrake.   Sam 13 Oct - 5:15

Respire, Blair.
Respire.
Ce n’est que Leora.


Et pourtant, ça fait plus de deux heures que la rouquine tourne en rond dans son appartement. Le pas déterminé, le coeur battant à toute vitesse, ses dents mordillant sa lèvre inférieure presque jusqu’à y faire couler le sang. Son téléphone qu’elle regarde à environ toutes les demi-secondes, juste au cas où. Tous les scénarios possibles et imaginables qui se multiplient dans sa tête. Elle sera peut-être en retard. Peut-être qu’elle ne pourra plus venir. Peut-être qu’elle n’a pas envie de venir. Et à chaque fois, Blair s’arrête, inspire profondément et essaie de relativiser. Tout va bien. Tout va bien. Respire. Elle ne sait pas pourquoi elle est aussi nerveuse, après tout ce n’est pas la première fois que Leora vient passer un peu de temps chez elle, et encore moins qu’elles se retrouvent toutes les deux. Quelques semaines déjà, depuis qu’elles accumulent les sorties, les conversations et les moments passés toutes les deux. L’amitié qui s’est consolidée, et qui a rapidement grandi - l’attachement de la rouquine envers Leora se fait de plus en plus solide. Autant qu’il y a toujours cette retenue entre elles, que Blair explique par le fait que Leora a bien affirmé qu’elle n’est pas là pour rester. Profiter du temps qui lui reste, pour la voir, pour lui parler, pour la regarder. Et les sentiments de Blair qui n’ont pu que fleurir, en apprenant davantage à connaître la Drake. Dans toutes ces nuances d’humeur, de goût et d’existence. La Leora sauvage, la Leora douce - la Leora colérique, la Leora tendre. Et cette soirée n’en était qu’une parmi tant d’autres. Un simple repas, partagé entre amies - ce n’était vraiment rien de plus que ça, pas la peine d’en faire toute une histoire. Et pourtant, Blair avait une drôle d’impression dans le creux de l’estomac, comme si il allait se passer quelque chose aujourd’hui, quelque chose dans l’air, quelque chose dans l’atmosphère.

Elle avait ressenti ça toute la journée au travail, bien loin du Galway, bien loin de Leora - sous la lumière néon de la morgue, elle avait travaillé la tête dans les nuages. Ses pensées ne cessant de se diriger vers Leora, qui avait semblée plutôt préoccupée ces derniers temps. Le vent d’automne avait soufflé fort sur Blackwater Falls - le froid était tombé rapidement et avait refroidi les os de tout le monde. Blair pouvait sentir que beaucoup de monde n’étaient pas trop dans leurs assiettes. Les sourires se faisaient plus rares, alors que l’hiver pointait lentement mais sûrement le bout de son nez. La rouquine devait être une des rares à attendre la neige avec impatience - après tout, avec la neige venait le ski, et elle avait bien décidé de s’y remettre cet hiver. Elle espérait avoir la chance d’en faire avec Leora - elle ne savait pas trop si elle en aurait l’occasion, mais elle croisait les doigts à chaque fois qu’elle y pensait. Pouvait déjà voir la scène se dérouler - les habits de neige, les pentes, et puis le chocolat chaud, se réchauffer devant le feu de la cheminée, proche l’une de l’autre… Les pensées de plus en plus nombreuses, Blair qui réalisait doucement mais sûrement à quel point Leora la fascinait, et qu’elle avait envie de goûter à ses lèvres, et de la connaître autrement. Concentre-toi, Blair. Vous êtes justes amies. Et c’était correct comme ça - Leora allait partir un jour ou l’autre. Elle ne devait pas trop s’attacher. Mais elle ne pouvait s’en empêcher.

Blair avait préparé les ingrédients nécessaires pour préparer le repas qu’elles avaient convenues toutes les deux - retourner aux bons vieux classiques, une lasagne à déguster ensemble. Il ne restait plus qu’à attendre Leora, qui terminait son quart au Galway un peu plus tard. Blair se laisse retomber sur son fauteuil, aux côtés de Haricot qui ne lui jette pas un regard. Clémentine, elle, est occupée à faire la sieste sur le rebord de la fenêtre. Un soupir passe ses lèvres. Ne reste plus qu’à attendre, et ne pas perdre l’esprit d’ici là. Quand des coups se font entendre à la porte, la rouquine saute sur ses pieds comme si elle avait eu un ressort au derrière. Le sourire éclatant qui se forme d’avance sur ses traits, elle accourt vers la porte. Grande gamine fébrile, trop énergique pour son propre bien. Elle ouvre la porte, le coeur frénétique dans sa poitrine. « HEY ! » Elle salue Leora d’un grand sourire, contente de la voir, et lui laisse l’espace de rentrer dans l’appartement. « Contente que tu sois là. J’ai l’impression que ça fait une éternité. Comment tu vas ? » Ses bras qui viennent trouver la brunette, lui donnant un câlin rapide mais bien serré - signé Denbrough, en quelque sorte. Elle se retient de lui faire un bisou sur la joue, malgré l’envie, et s’éloigne, toujours le sourire fendu jusqu’aux oreilles. « Alors, le boulot ? Y’avait du monde ? » Toujours curieuse d’entendre parler de la journée, et de ce qui se passe au Galway. « Moi, c’était plutôt mort. » La blague pourrie qui passe le cap de ses lèvres, et qu’elle ponctue avec un petit sourire angélique. Merci, merci, oui oui, c’est un talent naturel, l’humour, chez moi.

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 1709
double-compte(s) : tobias le bb loup, sarah la médecin utopiste et nicodemo le polymorphe en colère.
crédits : (c) dandelion (avatar), old money (codes sign), tumblr (img)
MessageSujet: Re: (all of you), denrake.   Jeu 1 Nov - 22:53

all of you
Blair & Leora

La journée au boulot avait été longue et difficile. Leora avait eu l’impression de suffoquer pendant tout son service. Les nerfs tendus, les muscles crispés, sursautant à chaque fois qu’on la frôlait ou qu’on s’adressait à elle. Et toujours, à jeter des regards effarés autour d’elle pour vérifier que rien ne bougeait, que rien n’explosait. Terrifiée à l’idée de perdre une nouvelle fois le peu de contrôle qu’elle avait sur sa télékinésie, et que son chaos intérieur ne déferle sur le Galway, devant tout le monde. Elle ne sentait pas son pouvoir, pas vraiment, mais elle avait une conscience exacerbée de sa présence. Ce n’était pas une sensation physique, mais elle avait tout de même l’impression qu’il courait sous sa peau, invisible et incontrôlable, prêt à jaillir à la moindre occasion. Peut-être qu’elle se montait la tête, peut-être qu’à force de trop y penser elle ne voyait plus que ça. Mais depuis sa rencontre avec le type, dans la rue, qui l’avait forcée à utiliser sa télékinésie … Elle n’arrivait plus à penser à autre chose, d’autant qu’elle perdait régulièrement le contrôle. Et les services au Galway devenaient un enfer. Elle avait songé à ne pas aller bosser, à appeler Ichabod pour lui dire qu’elle était malade et rester réellement au fond de son lit pour espérer avoir la paix. Mais elle avait déjà trop utilisé cette excuse ces derniers jours et elle avait peur qu’il ne finisse par la virer, aussi compréhensif qu’il puisse être. Il avait besoin qu’elle soit là, et elle, elle avait besoin de cet argent. Si elle n’allait plus travailler, elle finirait par ne plus pouvoir rester au motel … Et elle n’envisageait pas de partir, pas maintenant. Ici il y avait Ismael, et il était le seul à pouvoir l’aider maintenant qu’elle perdait pied. Rien que pour ça, pour sa présence, elle ne partirait pas tant qu’elle n’avait pas réussi à faire taire ses pouvoirs.

Et puis il y avait Blair. Elles avaient passé des bons moments ensemble dernièrement, elles étaient devenues réellement proches et Leora appréciait d’autant plus de passer du temps avec elle. Mais depuis l’incident avec l’homme, elle avait peur de la voir seule. Elle ne voulait pas que qui que ce soit apprenne pour son pouvoir, et surtout pas Blair. Alors, quand elle eut enfin terminé son service, épuisée par la tension nerveuse qui l’avait gardée aux abois pendant des heures, elle envisagea d’annuler le repas chez Blair. Pourtant, elles en parlaient depuis des semaines, depuis ce fameux soir où son amie était venue frapper à sa chambre pour trouver un peu de réconfort chez elle. Blair devait lui cuisiner ses lasagnes, Leora attendait ça avec une certaine impatience. Mais à cet instant, tout juste sortie du Galway et frissonnant dans le vent froid, elle avait surtout envie de rentrer au motel et de s’enfouir sous sa couette. C’était le seul endroit où elle se sentait relativement en sécurité dernièrement. Le seul endroit où personne ne viendrait la pousser à faire des choses qu’elle ne voulait pas faire, et là où personne ne la voyait quand elle avait une crise et que tout se mettait à bouger autour d’elle. Ca arrivait tellement souvent maintenant, elle ne savait plus quoi faire, elle était à bout.

Les mains sur son téléphone, prête à envoyer un texto pour se défiler, Leora hésita un bon moment. Et finalement, elle rangea son téléphone et prit le chemin de l’appartement de Blair. Elle avait quand même très envie de la voir, ça faisait plusieurs jours qu’elles n’avaient pas pu se parler. Leora se promit de ne pas rester longtemps, et surtout de partir si elle se sentait déraper. Mais en attendant, elle avait besoin de voir Blair. Ca allait toujours mieux, quand elle était avec la petite rouquine. Peut-être qu’elle aurait encore cet effet sur elle ce soir, et qu’elle réussirait à faire disparaître ses peurs et toute sa tension … Elle frappa à sa porte, et la jeune femme apparut, un sourire éclatant aux lèvres. Immédiatement, Leora sentit une vague de chaleur prendre place au creux de son ventre, et elle sourit à son tour. « HEY ! Contente que tu sois là. J’ai l’impression que ça fait une éternité. Comment tu vas ? » Elle serra Blair contre elle, un peu sonnée par cette explosion d’énergie qui la frappait soudain – mais son enthousiasme était communicatif, et Leora se sentait déjà un peu mieux. « Ca va, merci. Contente de te voir aussi. » Elle pénétra dans l’appartement, se débarrassant de son manteau au passage. « Alors, le boulot ? Y’avait du monde ? » Elle haussa les épaules. « C’était assez calme, il s’est pas passé grand-chose. J’suis contente que la journée soit finie. » Ca lui allait très bien comme ça, qu’il n’y ait pas trop de clients. Elle ne voulait même pas imaginer ce que ça serait, quand le bar serait bondé. « Moi, c’était plutôt mort. » Après un temps d’arrêt, Leora éclata franchement de rire à la vanne de Blair. « Pfff ! Elle était facile, celle-là ! » Se moqua-t-elle avec une grimace. Elle se laissa tomber dans le canapé, appréciant de pouvoir s’asseoir enfin. Et comme Haricot était couché à côté d’elle, elle le regarda avec envie … Et craqua à la tentation : elle se roula en boule contre lui et poussa un grand soupir d’aise. « Ooooh, trop bien. Je vais rester là, merci. Tu peux éteindre la lumière en sortant. » Ou tu peux venir te coucher à côté de moi ? Elle ne prononça pas cette dernière proposition qui s’insinua vicieusement dans un coin de son esprit, et s’efforça de ne pas non plus y penser. Elle leva les yeux vers son amie, alors que la bonne odeur émanant de la cuisine la distrayait efficacement de ses pensées idiotes. « Ca sent trop bon, Blair. » Elle tendit les mains vers elle, sans bouger d’un iota de sa position si confortable. « Tu peux m’aider ? Sinon je te jure, je m’endors sur place. C’est la faute à Haricot. » Rester couchée ou se lever pour déguster les bonnes lasagnes de Blair, le dilemme était fort. Alors un peu d’aide ne serait pas de refus.


Made by Neon Demon

_________________

--- you matter to me
All of this time I've been keeping my mind on the running away, and for the first time I think I'd consider the stay. Because you matter to me.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 1058
double-compte(s) : riley, rain, bazyl, maya, darcy, leilani, graham. (aussi lenny, slade et arabella)
crédits : avatar par ultraviolences.
MessageSujet: Re: (all of you), denrake.   Ven 16 Nov - 3:21

Leora paraissait calme - le genre de calme fatigué, le calme un peu las, le calme qui s’insinue dans les os. Le genre de calme qui ne pouvait que se fracasser contre la vague d’énergie de Blair, qui comprit rapidement qu’elle devait se canaliser un petit peu. Elle savait qu’elle pouvait être intense, parfois - et elle ne voulait surtout pas faire fuir Leora. Le but de cette soirée, c’était de passer du bon temps ensemble, de se faire du bien, de se changer les idées - et Blair se promit de lui offrir au moins ça. Elle savait que Leora n’avait pas une vie facile. Elle ne savait pas tout, car la brunette avait son lot de mystères - du bagage dans le fond du regard que Blair ne connaissait pas - pas encore. Et elle respectait ça, elle respectait vraiment ça - elles ne se connaissaient pas encore depuis très longtemps et Leora avait le droit de ne pas tout révéler sur elle-même. Mais de ce qu’elle savait, Blair avait compris que la vie de Leora était compliquée, et que la jeune femme elle-même était complexe. Mais pour Blair, c’était une magnifique complexité, qu’elle avait envie de découvrir sans trop insister. Les carapaces, la rouquine connaissait bien ça. On ne penserait pas à ça en la côtoyant, pas du tout - mais Blair avait son lot de fantômes également. Elle avait envie de s’ouvrir à Leora sur tout ça, sur son passé, sur ce qui pesait sur ses épaules - et elle se disait que peut-être, ça pourrait inciter Leora à faire de même. Qu’elles puissent se libérer d’un poids quelconque. Mais la confiance n’était pas facilement gagnée, et Blair comptait bien prouver à Leora qu’elle n’avait pas à avoir peur avec elle. Qu’elle voulait l’accompagner, peu importe ses démons, peu importe ses regrets.

La belle brune entre dans l’appartement et se débarrasse de son manteau, que Blair va susprendre aux crochets. Elle est tellement belle, avec sa fougue naturelle, ses cheveux un peu en bataille et ses traits un peu fatigués - et contente que la journée soit terminée. Ça ne veut rien dire, Blair s’en doute, mais ça lui tire quand même un sourire. Et alors qu’elle dit sa blague pourrie, elle guette la réaction de Leora - qui finit par éclater de rire, au plus grand plaisir de Blair. « Pfff ! Elle était facile, celle-là ! » Blair ricane à la grimace de Leora, le coeur léger, heureuse que son amie soit là, enfin. S’il y a une chose à laquelle Leora avait du s’habituer, et le faisait certainement encore, c’était l’humour douteux de Blair à l’égard de son boulot. Elle laisse Leora aller s’installer dans le canapé, verrouillant la porte derrière elles - et quand elle arrive à la hauteur du canapé, elle trouve Leora recroquevillée contre Haricot, qui n’en a franchement pas l’air troublé. « Ooooh, trop bien. Je vais rester là, merci. Tu peux éteindre la lumière en sortant. » Un rire franc s’échappe des lèvres de la rouquine, qui sent son coeur manquer un battement face à cette image. Leora et Haricot, sur son canapé - elle aimerait que ce soit ça tous les soirs. Il me semble que ça serait bien. Et elle pourrait se coucher juste là, contre elle, et caresser les cheveux de Leora pendant qu’elles se racontent leurs journées… « Ça sent trop bon, Blair. » La voix de Leora la ramène à la réalité, la tirant de sa rêverie, et elle constate que Leora l’observe. Le sourire qui revient sur ses lèvres, alors. Les mains de Leora qui se tendent vers elle. « Tu peux m’aider ? Sinon je te jure, je m’endors sur place. C’est la faute à Haricot. » Blair laisse échapper un rire à nouveau, attrapant sans hésitation les mains de Leora. « Allez, hop, hop ! C’est le temps de manger, pas de roupiller.  » Et elle tire Leora vers elle, l’aidant à se relever avec un petit bond. Le contact de ses mains dans les siennes qui est un peu trop agréable - et elle le fait durer une seconde de plus qu’elle ne le devrait, aimant pouvoir serrer les doigts contre les siens. Doucement, Blair. Elle détourne le regard, un peu timide, avant de se tourner vers le chat qui n’a toujours pas bougé. Les doigts de Blair qui viennent gratter le sommet de sa tête. « Vilain Haricot. Pourquoi tu essaie de me voler Leora, hein ? Elle vient tout juste d’arriver, laisse-moi un peu de temps avec elle. » Puis elle se redresse, Blair, et donne un sourire éclatant à Leora. Laissant son coeur dérailler un peu - bon sang qu’elle est belle.

« Je te sers quelque chose à boire, peut-être ? » Sourire un peu malicieux au coin des lèvres, alors qu’elle se dirige vers le comptoir de la cuisine. Enfile les mitaines de four, pour jeter un coup d’oeil au repas qui se prépare. « J’ai acheté du vin, mais si t’as pas envie d’alcool j’ai du jus, du café, de l’eau pétillante. » La lasagne en bon chemin - il ne reste plus qu’à préparer la salade. Elle se tourne vers Leora, désignant les petits tabourets de l’autre côté du comptoir. « Je me suis dit qu’on pourrait préparer la salade ensemble. Si tu as envie. » Les ingrédients déjà tout prêts à être coupés - Blair qui enfile son tablier, sans trop réfléchir. Un vieux tablier qui était une blague en cadeau, et sur lequel on retrouve la forme d’un homme presque nu - mais elle n’y pense plus du tout, la rouquine. « J’ai déjà fait la base, mais il faut couper le concombre et les tomates. Une préférence ? » Sourire aux lèvres, alors qu’elle prend chacun des ingrédients, dans chaque main, et qu’elle en fait la présentation en prenant une petite pose. Juste pour te faire sourire un peu, Leora. Juste un peu.

hj:
 

_________________
and I'd move farther than I thought I could, but I missed you more than I thought I would. +
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
messages : 1709
double-compte(s) : tobias le bb loup, sarah la médecin utopiste et nicodemo le polymorphe en colère.
crédits : (c) dandelion (avatar), old money (codes sign), tumblr (img)
MessageSujet: Re: (all of you), denrake.   Mar 27 Nov - 20:09

all of you
Blair & Leora

Elle serait bien restée couchée là, Leora. Dans un appartement bien chauffé et douillet, en bonne compagnie, blottie contre le chat qui ronronnait délicieusement, elle était si bien … Leora n’avait pas l’habitude de rentrer chez elle pour être si bien accueillie. Le motel, c’était froid et bruyant, pas très confortable. C’était juste suffisant pour la vie qu’elle menait ici – et ça commençait à ne plus l’être tant que ça, surtout quand elle goûtait à l’appartement de Blair. Elle n’aurait pas dû se coucher là en entrant directement chez son amie, elle risquait d’en prendre la mauvaise habitude. Mais elle se voyait bien refaire ça, encore et encore … A supposer que les invitations du genre se reproduisent. A supposer qu’elle ne s’endorme pas comme une masse et que la soirée s’arrête là. Il fallait vraiment qu’elle se bouge. Elle tendit donc les mains et Blair les lui saisit pour l’aider à se relever. Un bond et hop ! Elle était à nouveau debout, pas tout à fait fraîche et dispose, mais plus aussi prête à s’endormir. « Vilain Haricot. Pourquoi tu essaie de me voler Leora, hein ? Elle vient tout juste d’arriver, laisse-moi un peu de temps avec elle. » Un sourire, un peu éblouie par celui que lui lança soudain Blair. Pas vraiment l’habitude d’être traitée comme ça, en réalité. Leora ne savait plus trop où se mettre ici. Elle avait envie de prendre ses aises, comme Blair semblait l’y inviter si clairement. Et puis dès qu’elle se laissait un peu aller, elle se souvenait que ce n’était que temporaire et qu’il valait mieux ne pas s’y habituer. Bientôt, elle repartirait. Cette idée fit retomber tristement le coin de ses lèvres. Ce soir, elle n’avait vraiment pas envie de partir. C’était le seul moment de la journée où elle se sentait enfin bien, comment songer à s’en aller, alors ? Un nœud se forma dans l’estomac de Leora, pénible et dérangeant. Les idées noires revinrent, le frisson désagréable sous sa peau aussi. Et merde.

« Je te sers quelque chose à boire, peut-être ? J’ai acheté du vin, mais si t’as pas envie d’alcool j’ai du jus, du café, de l’eau pétillante. » Elle releva la tête et rejoignit Blair vers le comptoir, le sourire à nouveau sur les lèvres, à peine forcé. « Du vin oui, parfait ! » Elle avait besoin d’un verre. « Tu m’accompagnes, hein ? Entre mes poivrots et tes morts, on a bien mérité de se détendre. » Ce n’était pas comme si Leora avait envie de se soûler, mais elle se sentirait bien mieux avec un peu d’alcool dans le sang. Elle préféra ignorer que ce n’était pas très prudent, qu’il aurait mieux valu qu’elle garde l’esprit clair pour garder toute la maîtrise d’elle dont elle était capable. Elle voulait se détendre. Elle n’allait sûrement pas se priver de cette soirée avec Blair. « Je me suis dit qu’on pourrait préparer la salade ensemble. Si tu as envie. » Leora alla s’asseoir sur le tabouret que Blair lui avait désigné, bien obéissante, prête à aider. Quand elle releva la tête, elle eut un temps d’arrêt devant le spectacle de Blair avec des abdos luisants d’une belle couleur chocolat au lait. « J’ai déjà fait la base, mais il faut couper le concombre et les tomates. Une préférence ? » Un rire naquit dans la gorge de Leora et enfla, enfla, devant l’innocence de Blair qui lui présentait ses légumes tout en arborant l’anatomie parfaite de son tablier. Un rire tel qu’elle n’en avait pas eu depuis très longtemps, et qui n’avait aucune source réelle. Ce n’était pas si drôle, ce n’était qu’un tablier. Et pourtant, Leora riait à en avoir les larmes aux yeux et les joues douloureuses, sans chercher à comprendre d’où lui venait une telle hilarité. Ca lui faisait tellement de bien ! « Oh … Non mais … Mais … » Elle en bafouillait au milieu de ses rires, tout en se massant la mâchoire pour essayer de détendre ses muscles endoloris, pas capable d’aligner une phrase complète. « D’où – d’où tu sors ce truc ? Garde la position, faut que je te prenne en photo. » Elle dégringola de son tabouret pour aller chercher son téléphone au fond de son sac, et immortalisa Blair dans son magnifique tablier, au milieu de sa cuisine. « Parfaite. On en mangerai. » Ajouta-t-elle en laissant traîner ses doigts sur les abdos du tablier, avant de contempler la photo qu’elle avait prise. Elle eut un nouveau petit rire, ravie : celle-ci, elle la garderait précieusement.

Elle posa le téléphone sur le comptoir et reprit sa place sur le tabouret. « Va pour le concombre. » Elle tendit la main pour attraper le légume, ainsi qu’un couteau. « Pas de deuxième tablier sexy pour moi ? » Demanda-t-elle avec une moue déçue. Elles auraient fait une belle paire. Et pour Leora qui n’était pourtant pas accro des photos, elle aurait bien voulu en refaire une où elles auraient été toutes les deux affublées du même tablier. Mais à défaut, elle se contenterait de la photo de Blair toute seule – c’était le plus intéressant, quoi qu’il en soit. Elle entreprit de couper le concombre – sans tablier – et chercha des yeux un saladier. Elle repéra celui que Blair avait préparé et tendit le bras pour l’attraper. Un geste un peu trop brusque associé à un esprit trop allégé : sa main n’atteignit pas le saladier, qui fut projeté sur le côté avant qu’elle ne le touche. Elle poussa un cri et se jeta en avant pour le rattraper avant qu’il ne touche le sol. Le tabouret tomba dans un grand fracas et Leora le suivit lourdement, empêtrée par ses jambes qui précipitèrent sa chute. Mais le saladier, lui, ne fit aucun bruit. Au-dessus de ses mains tendues, il lévitait tranquillement. A quelques centimètres du sol. Leora l’attrapa, se releva d’un bond, ignorant la légère douleur à l’épaule et à la hanche causée par sa chute. Elle reposa le saladier, se prit la tête entre les mains, serra fort. Le cœur qui battait comme un fou, les oreilles qui bourdonnaient et les membres qui tremblaient. La panique revenue au galop. Tout allait exploser, tout allait se briser. Elle le sentait, ça montait, ça montait. La délicate digue avait été brisée, dans un instant d’insouciance. Ca vibrait de tous les côtés.

Et Blair, Blair … Qu’est-ce qu’elle avait vu, Blair, de l’autre côté du comptoir ? Rien ? Tout ?

« Blair … Je suis désolée, je suis désolée … »


Made by Neon Demon

_________________

--- you matter to me
All of this time I've been keeping my mind on the running away, and for the first time I think I'd consider the stay. Because you matter to me.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (all of you), denrake.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(all of you), denrake.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district :: résidences-