Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 Wise advices from a foolish bird • Rhys&Delilah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 802
double-compte(s) : -
crédits : RaniPyaa
MessageSujet: Wise advices from a foolish bird • Rhys&Delilah   Mar 16 Oct - 14:19


Rhys & Delilah



Un bras bandé, enroulé dans un demi kilomètre de tissus pour être sûr qu’il ne bougerait pas (le plâtre n’avait jamais été une option) pendant un mois - un putain de mois - voilà ce qui faisait chier Delilah. Elle était obligée de rester chez elle, incapable de chasser avec un bras en moins, forcée par M Harker en personne à ne surtout rien tenter jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement guérie. Heureusement, ses collègues et ses amis qui ne connaissaient pas son activité de chasseuse savaient tous que Del pratiquait des sport de combats (quelque part perdus entre les entraînements de tir à l’arc, à l’arbalète et le lancé de couteaux, pour n’en citer que trois - mais ça ils n’étaient pas au courant) et l’épaule luxée n’avait pas été trop dure à justifier. Mais ça faisait bientôt deux semaines d’immobilisation et Del se sentait inutile et ennuyée. Profondément inutile et profondément ennuyée. Elle qui avait l’habitude de ne pas tenir en place, elle se retrouvait en congés forcés (dur de soutenir des patients avec une seule main) et privée de son loisir préféré (dur d’arracher la tête d’un vampire à une seule main... faisable cependant, mais pas si on ne voulait pas mettre sa guérison rapide en jeu). De plus la belle blonde repensait à cette chasse avec Skylar Baker, quelques dizaines de jours plus tôt, de plus elle se disait que ça n’aurait pas du se passer comme ça. Dans sa tête elle changeait ses mouvements, ses réactions... C’était ridicule, mais elle s’en voulait plus qu’elle en voulait à Skylar. Sauf qu’en réalité, ça ne changeait rien à l’état de son bras et ça ne faisait que lui donner plus envie encore que sa guérison s’achève bientôt ou de retourner sauvagement sur le terrain pour achever le travail. Alors à quoi bon ? 

La moitié de sa première semaine de congés de maladie, Del avait tenté de la passer chez elle, enchaînant les films d’horreur dans une douce nostalgie du mois précédent Halloween. Elle avait vu des amis aussi, Ezekiel notamment. Mais l’hyperactive avait vite fini par déchanter et le samedi, elle avait emballé quelques affaires pour retourner à la maison, chez Papa. Ça allait la distraire de voir ses frères, de s’en occuper comme elle le pouvait, même si malheureusement, les bagarres ne pourraient être que verbales. Et puis peut être qu’à un moment on lui permettrait de s’entraîner un peu ou d’être utile à leur cause. 

Le samedi 18 novembre, Delilah avait commencé sa matinée en prenant en main la quasi totalité des armes que Papa laissait à la disposition de ses enfants, bien cachés dans la cave. Juste histoire de ne pas oublier le sentiment que procurait le fait d’avoir un fusil entre les mains. Del détestait être en convalescence, définitivement. Combien de monstres avait elle raté, combien d’humains blessés n’avait elle pas pu sauver ? Les questions venaient la torturer sans cesse alors qu’elle lissait les mèches de ses cheveux une après l’autre pour la centième fois, dans une habitude nerveuse. 
Pendant plusieurs secondes, la belle blonde avait regardé son bras en espérant que ça le guérirait plus vite, mais ce fut un échec, alors elle investi le salon. 

La maison familiale était plutôt calme pour un week-end. Papa avait un rendez vous avec le père Baker si Del avait bien suivi et quant à ses autres frères... Elle ne savait pas trop. Sûrement Aser était il dans sa cabane à tailler des pièges à loup avec un couteau de chasse. Et les autres ? A son réveil - pourtant pas tardif - Del n’avait déjà plus entendu un bruit dans la maison - ce qui n’était pas franchement habituel. Qui savait après quoi - qui - ils étaient encore entrain de courir...
Alors en désespoir de cause, Deli avait cherché dans son ancienne chambre quelques DVD d’Hitchcock, elle avait regardé des oiseaux tuer des gens, puis avait mangé du poulet.
L’ennui total. Toujours avec un bras emballé. 

L’après midi avait déjà bien défilé devant l’écran de télévision qui recrachait une femme entrain de se faire tuer dans sa douche en noir et blanc et Delilah remuait ses pensées sombres en tenant comme elle le pouvait son bras empaqueté, quand des bruits de pas se firent entendre derrière elle. La jeune femme se retourna vivement, libérant dans son épaule une vive douleur que les médicaments qu’elle prenait n’avaient pas totalement réussis a anesthésier. Elle étouffa un cri. Il fallait ce qu’il fallait et dans une maison pleine de gamins comme l’étaient ses frères, ne pas se retourner assez vite pour faire face à la menace pouvait être fatal. On ne savait jamais quel coup fourré ils pouvaient bien avoir inventé.
Dans l’ouverture du salon apparut Rhys, l’un des jumeaux Harker et à sa vue, le visage de Del s’illumina immédiatement, penché au dessus du dossier du canapé. 

‹‹ Caïn ! Tu m’as fait peur, j’ai cru que c’était Rhys.  ››

Delilah ne confondait pas les jumeaux, jamais. Maman non plus ne faisait pas l’erreur. En revanche, elle adorait taquiner ses petits frères et elle ne manquait pas beaucoup d’occasions à ce sujet. 

‹‹ Entre nous...  ››

Elle continua sur le ton de la confidence. 

‹‹ Je ne l’aime pas beaucoup et je trouve qu’il ne te ressemble pas du tout.  ››

La jeune femme aurait voulu avoir l’air plus sérieuse mais son sourire ne disparaissait pas de son visage. Delilah adorait ses petits frères, chacun à sa manière et elle avait une grande complicité avec Rhys. C’était un sale gosse parfois et il était sûrement arrivé que Del le materne un peu trop, mais elle l’adorait et personne ne pourrait l’empêcher de le surprotéger. 
La jeune femme tapota la place libre sur le canapé à côté d’elle et prit un air apitoyé : 

‹‹ Dis moi que tu viens me tenir compagnie, je suis au bout de ma vie.  ››

Et honnêtement, ce n’était pas loin de la vérité, parce que si ça continuait comme ça, Delilah allait sûrement mourir d’ennui.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Wise advices from a foolish bird • Rhys&Delilah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ça me prouve que je suis à ma place - Jael Joseph Bird
» Où trouver haricots noirs, crème anglaise Bird's, crémette?
» Photos John Rhys-Davies
» blush poudre
» You can't be old and wise unless you were young and stupid.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-