Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

  ≡ mission : feed on your fear.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
pnj ○ come with me now
messages : 91
double-compte(s) : //
crédits : avatar (c) hallows.
MessageSujet: ≡ mission : feed on your fear.   Jeu 18 Oct - 10:13

mission prédéfinie
contexte

Les festivités d'Halloween de l'hôtel Coldlake attirent toujours une foule tous les ans. Par curiosité, ou pour accompagner quelqu'un, vous avez décidé de vous y rendre, que ce soit en journée ou en soirée. Une fois sur les lieux, vous réalisez à quel point l'endroit est déserté. Les visiteurs sont peu nombreux, moins de la moitié de ce qu'il y a d'habitude comme achalandage. Une drôle de tension règne dans l'air. Blackwater Falls n'a pas le coeur à la fête, ça se sent. Il y a quelque chose d'étrange dans les environs, mais vous ne pouvez dire quoi exactement. Une peur, une inquiétude qui empoisonne les esprits. Au loin, deux parents se querellent à grand cris. Décidez-vous d'aller voir ce qui se passe ?


précisions

•• joueurs@ariane montaigne ; @bertus taur ; @sinéad harris.

•• La ville est toujours sous tension après la disparition de Lola Blake, et certains parents reportent craindre pour leurs enfants. À vous de choisir pourquoi les deux parents se disputent — sachez juste qu'ils ont au moins un enfant, quelque part sur le terrain de l'hôtel. Pour le reste, amusez-vous !

•• Vous pouvez vous arranger entre vous sur la nature de vos rôles, et sur l'ordre de votre passage. Un sujet est ouvert juste ici pour vous permettre de discuter plus facilement de tous les détails pratiques entourant votre mission. N'hésitez pas à l'utiliser.

•• Si vous avez besoin de quoi que ce soit (question, intervention du PNJ, ou que sais-je), n'hésitez pas à nous contacter. I love you

_________________
compte pnj – ne mper qu'en cas de question/demandes concernant les animations rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 371
double-compte(s) : /
crédits : (c) NooBody et Yvoneedits icons
MessageSujet: Re: ≡ mission : feed on your fear.   Ven 26 Oct - 11:14


Feed on your fear
Sinead, Ariane & Bertus



Alors qu'il déambule dans les couloirs du grand hôtel, les mains enfoncées avec nonchalance dans ses poches, Bertus affiche une moue sceptique. Le luxe environnant est plaisant pour ses yeux d'esthète et il y baigne comme un poisson dans l'eau, lui-même revêtu avec une sobre élégance. Toutefois, il espérait tout de même profiter d'une meilleure d'ambiance pour ces festivités mais au lieu de la horde de donzelles plantureuses qu'il s'est plu à imaginer, il a dû se contenter de tronches maussades grimées en zombies pour l’accueillir. Point de beautés attirées par le mystère d'Halloween à l'horizon. Il balaie les présents du regard et c'est assez consternant. Des couples qui tirent la gueule. Quelques mouflets qui braillent. Une grande bringue déguisée en momie qui a l'air de se demander ce qu'elle fout là. Lui aussi, il se le demande. Son caractère optimiste a beau le pousser à toujours voir le bon coté des choses, il faut tout de même être réaliste : cette fête est tragiquement chiante. Certes, la décoration est soignée, on y retrouve les tons d'Halloween avec ces citrouilles grimaçantes finement sculptées, ces fausses toiles d'araignées artistiquement disposées contre les murs, ces bouquets de fleurs séchées dans les hauts vases noirs. Le raffinement dans le glauque. Mais la vaste salle ouverte sur le jardin parait bien vide et les serveurs errent désespérément avec leurs plateaux remplis. Le point positif dans ce cas ci étant qu'ils sont toujours disponibles pour le délester de son verre vide et le remplacer aussitôt.

La plupart des rares visiteurs sont donc venus déguisés et Bertus s'est contenté de ramasser une des roses séchées pour la glisser dans sa boutonnière. Un moindre effort d'intégration aux coutumes locales...
Dans toute cette morosité, une gazelle au visage poupin a pourtant capté son radar à jolie fille, toujours en éveil. Elle semble seule et c'est sans hésiter qu'il s'est dirigé vers elle d'une démarche placide, tout en hélant un serveur au passage d'un simple geste de la main.

« Un verre ? Ça leur fait tellement plaisir, les pauvres, ils sont désœuvrés. »

Murmure complice et faussement altruiste qu'il glisse à la jeune beauté, dans un coup d’œil au pingouin. Un léger salut, quelques phrases badines et la discussion est lancée entre deux verres de vin. Un flirt subtil s'installe entre eux, ce qui rompt un tant soit peu la monotonie de ce début de soirée. Ils s'échangent leurs prénoms et des sourires enjôleurs, ignorent volontairement cette tension désagréable qui plombe l'atmosphère et pendant quelques minutes, Bertus se persuade que cette soirée ne sera pas si ratée finalement.

« J'ai cru qu'il n'y aurait que des sorcières aux nez crochus dans le coin, fort heureusement je me suis trompé. »

Il trinque dans sa direction avant de savourer une gorgée de ce vin, agréable à son palais de vampire, quoiqu'un peu fade comparativement à l'élixir de vie... Distraitement, son regard s'égare vers le cou de Sinéad. Le parfum qui émane d'elle lui semble particulièrement captivant et il ne saurait dire pourquoi.

Soudain, des éclats de voix non loin d'eux l'arrachent à sa contemplation, lui évitant ainsi de loucher avec trop d'insistance sur ce décolleté avantageux. Il semble que des gens soient en train de se disputer et l'ambiance est si calme que le ton trop haut de leurs voix détonne et surpasse la musique de fond. Impossible de les ignorer et Bertus partage une question ironique à l'oreille de sa cavalière.

« Quelqu'un a mis des cafards dans le ponch ? »

Il ne sait pas encore jusqu'où peut aller l'humour Black Water Fallsien, après tout.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
siren ○ hell's angels
messages : 48
double-compte(s) : /
crédits : (c) têtedeboeuf
MessageSujet: Re: ≡ mission : feed on your fear.   Lun 12 Nov - 12:28

feed on your fear
ariane, bertus & sinéad



Il y en a elle une masse qui l'empêche de rester statique. Un poids sans demi-mesure qui la rend folle lorsqu'elle reste trop longtemps entre les murs de sa chambre. L'auberge dans laquelle Sin a élu domicile ressemble à une cage d'abattoir dans laquelle on la parque en attendant qu'elle trouve le courage de se poser sur le tapis qui la mènera en enfer. Prostrée dans son silence et sa solitude, l'Idaho lui semble un paradis qui ne la faisait pas souffrir avec une telle ampleur. Le vide avait une texture, pleine de souvenirs et de connaissances défaites. Ici, elle ne connaît personne, même plus elle-même. Lorsque la gamine se regarde droit dans les yeux à travers le miroir de la salle de bains, il y a cette inconnue qui prend forme et qui la regarde comme si elle ne valait pas mieux que ça.

Dans les rues sombres de Blackwater falls, il y a cette ambiance sordide qui pèse sur ses épaules et ne la quitte pas même lorsqu'elle pénètre dans l'hôtel de Coldlake en réalisant qu'une fête d'Halloween s'y déroule. Elle dénote dans ses vêtements sombres et usés. Après des mois de route, impossible pour la gamine d'en acheter de nouveaux, de renouveler sa garde robe quand sa seule préoccupation réside dans l'inquiétude de pouvoir se nourrir suffisamment pour la semaine à venir. Depuis que Taylor s'est barré, paradoxalement, ses peurs viscérales se sont nouées ailleurs, comme dans ce besoin de se perdre vers ce qu'elle ne connaît pas pour oublier qu'elle est seule, sans la moindre attache. Etre une gamine paumée lui fait l'effet d'une douche froide. L'acide au fond de sa gorge n'est pas juste une illusion, son besoin d'indépendance et sa fierté la forcent à garder la tête haute alors que son regard cherche instinctivement un homme vers qui se tourner. Ses instincts les plus primaires l'incitent toujours à s'attacher au sexe masculin comme s'ils étaient son oxygène alors qu'ils ne font que l'étouffer. Combler les failles de son âme, son unique mission du soir. Au milieu des citrouilles et des décors soignés, quelques bougies éclairent les traits de leur visage, mettent en avant l'aura de chacun. Un homme l'approche. Instinctivement ses pupilles de prédatrices le détaillent. Il est assez grand pour la dominer, assez solide pour la serrer brutalement entre ses bras. Il est assez costaud pour potentiellement la briser. Elle trouve cela rassurant, lui adresse un sourire charmeur. Sin s'efforce de s'ouvrir, discuter juste assez pour ne pas le voir partir dans l'espoir de l'embarquer plus tard dans ses draps.

Sinéad.
Bertus.
Des échanges qui ne leur apporteront certainement rien mais qui donnent à l'instant une profondeur parfaitement simulée.
Sa remarque lui décroche un sourire mais son regard contre son cou l'empêche de lui répondre tout de suite. Tu penses ? Si ça se trouve je suis un imposteur, c'est Halloween après tout, qui sait ce qui se cache sous les masques. Son souffle se coupe alors qu'elle se sent suffisamment proche pour tenter autre chose que de simples échanges formels jusqu'à ce que des cris sévères l'arrachent à sa contemplation, à cet instant enivrant.
La sirène fronce les sourcils, aperçoit sans mal une beauté de son espèce mais les mouvements de l'homme l'atteignent avant tout le reste. Elle se tourne vers Bertus, accepte un instant de mettre de côté leur jeu et hausse les épaules. Au vu de l'ambiance générale, j'ai comme un doute. Elle soupire, passe une main dans sa nuque pour dissiper le malaise qu'elle ressent depuis le début de la soirée. Finalement, ses doigts glissent le long du bras de son partenaire et le tire légèrement vers lui. Allons voir, je suis certaine que ce sera toujours plus enrichissant que s'enfiler des verres. Naturelle, un peu brute, Sin n'a pas la classe naturelle des autres femmes, se laisse parfois surprendre par son essence première. Elle ne masque pas de maquillage son visage, reste dans les fondamentaux que la nature lui a donné à sa naissance. A quelques pas du trio excédé. Bête sauvage, elle ne parle pas, se contente d'un regard intense en direction de la rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
siren ○ hell's angels
messages : 357
double-compte(s) : skylar, barbara & avalohn
crédits : (c) scarred euphoria
MessageSujet: Re: ≡ mission : feed on your fear.   Dim 25 Nov - 6:56




~ sinéad, bertus & ariane ~

feed on your fear


L'atmosphère était pesante, suffocante mais rien qui n’arrêterait la rouquine dans sa quête de la soirée. C'était vêtue d'une somptueuse robe noire, au décolleté presque aussi profond que son dos nu qu'elle déambulait dans les couloirs de l’hôtel Coldlake, perchée sur des escarpins, le son de ces derniers, frappant sur le carrelage du hall, résonnait contre les murs de la bâtisse - presque vide, au grand désespoir de la créature. Rares étaient les âmes qui y déambulaient, des familles peu nombreuses, souvent avec des enfants, rares étaient les solitaires. La ténébreuse la moitié du visage dissimulé derrière un masque noir de plume, ses yeux de glace perçaient la tension qui planait dans l'air, à la recherche d'une divine occupation.
La belle Ariane n'était pas du genre à fêter Halloween, à dire vrai, en France ça restait tout de même moins couru que de l'autre côté de l'atlantique. La coutume - bien que fêtée par certains - étai typiquement américaine et beaucoup moins répandue en Europe, la rouquine n'avait d'ailleurs jamais vraiment fêté cette occasion, mis à part les bals costumés où l'on retrouvait toujours les mêmes déguisements de sorcières, de fantômes et de vampires. C'était amusant pour le commun des mortels peut-être, pas pour la sirène qui de toute manière n'avait jamais eu besoin de se déguiser pour se faire remarquer ou pour finir reine de la soirée.
Mais, ça ne changeait rien au goût prononcé d'Aria pour les bains de foule - la sirène appréciait les foules où elle pouvait s'y pavaner et y être admiré - parce qu'elle aimait y trouver ses proies et victimes, parce qu'elle aimait s'amuser de ses charmes et de ses illusions. La sirène était vile, baignait dans la luxure, respirait les ténèbres. Alors, c'était dans cette même optique qui la suivait partout, qu'elle s'était rendue à la soirée organisée par l’hôtel - dans l'espoir d'assouvir son ennui et ses désirs charnels, ainsi que faire taire - ne serait-ce qu'un peu - ce dément désir de semer le trouble et le chaos.

Elle aurait pu se contenter de lui apparaître sous ses traits de rouquine mais, il lui était bien plus amusant de le bercer dans une illusion et ainsi le laisser commettre l’irréparable. La rouquine avait longuement observer le couple, tapis dans l'ombre d'un recoin de la pièce - telle la lionne prête à bondir sur sa proie.  Même de loin, la beauté s'infiltrait dans les méninges du convoité, telle une vipère, elle y cherchait de quoi subvenir à sa faim, un détail, quelque chose qui pourrait la divertir. Ariane ne pouvait lire les pensées ou les intercepter mais, elle pouvait s'y faufiler, y fouiller et y trouver une image, un genre, quelque chose qui ferait vibrer l'humain - son fantasme le plus fou - qu'il soit physique, humain ou tout autre-chose. La rouquine sirotait un verre, les prunelles figées sur le simple mortel. Et puis, elle mit le doigt sur quelque chose et un sourire étira ses lèvres maquillées.
Abandonnant son verre, elle profitait de l'absence de l'épouse pour en voler les traits et l'apparence, rajoutait à son illusion les détails sur lesquels l'homme fantasmait. Une poupée brune sulfureuse dont elle avait gommé le temps et les cicatrices se dessinait doucement au fur et à mesure qu'elle avançait vers l'homme marié. Un sourire ravageur au bout des lèvres, des prunelles brunes remplaçant les siennes glacées, elle l'abordait, une main posée sur l'épaule du dit mari.

« Suis-moi chéri.. Les enfants sont en train de s'amuser, on a un peu de temps avant qu'ils ne reviennent nous chercher.. » susurrait la vile créature, ses lèvres contre l'oreille du mâle.

Il semblait subjugué, perturbé et n'osait dire un mot. Le charme de la sirène opérait, tout son aura déployé sur sa victime, elle entrelaçait ses doigts aux siens, le guidait entre les pièces - mais, dans son dos elle entrevoyait déjà revenir la véritable épouse - alors, pour semer davantage le trouble, la créature embrassait l'époux, un baisé tendre teinté d'une légère goutte de son poison fatal. Un mouvement arrachait l'homme de son emprise, l'épouse était revenue, elle s’empourprait, s'époumonait et tous les regards étaient désormais tournés sur le trio qu'ils formaient. Ariane se tenait-là, divine dans sa robe, sa chevelure flamboyante descendant en cascade dans son dos, le visage dégagé et le menton haut. Ses prunelles trouvèrent celles d'une brune, tout aussi belle et au regard que cette dernière lui lançait elle comprit. Alors, la classieuse parisienne lui faisait un clin d’œil, un sourire espiègle au bord des lèvres - tandis que le couple sous ses yeux se déchirait.

L'homme voyait une vision amélioré de sa femme, tandis que la femme ne voyait qu'une beauté rousse qui avait essayé de lui voler son mari. Bientôt c'est à elle qu'elle s'en prendrait.

La seconde sirène s'approchait du trio, accompagnée. Et les prunelles de la sirène passèrent de sa comparse à l'homme qui lui tenait le bras, charmeuse elle eût un sourire à son égard.


Code by Cookies., don't give it without permission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 371
double-compte(s) : /
crédits : (c) NooBody et Yvoneedits icons
MessageSujet: Re: ≡ mission : feed on your fear.   Mar 4 Déc - 12:39


Feed on your fear
Sinead, Ariane & Bertus



Effectivement, bien des choses peuvent se cacher sous les masques et Bertus glisse un regard attentif sur sa mystérieuse cavalière. L'instinct de chasseur est toujours resté vivace en lui, en dépit du poison qu'il a ingéré et qui a fait de lui cette créature maudite. Le corps solide du Taur est imprégné des années d'entraînement qu'il a subie, dès sa prime jeunesse, tout comme son esprit reste influencé par les doctrines des Sang-Coureurs. La méfiance l'enveloppe, malgré lui. Mais comme souvent, il lutte contre ses anciens réflexes, dans sa volonté de renier son passé et sa famille, à laquelle il n'appartient plus. Alors, il puise dans sa désinvolture pour négliger les signes qui l'entourent et se vautrer dans l'insouciance la plus crasse. Dans cet hôtel, à la décoration volontairement sinistre, il perçoit pourtant la présence sournoise du Mal dans cette peur qui s'immisce au cœur d'une fête pour la rendre pesante. On dit qu’Halloween symbolise l’ouverture sur l’"autre monde", celui des dieux. Mais cette fête est également considérée comme la dernière occasion pour les esprits défunts de se venger de leurs ennemis. C’est pourquoi les humains se déguisent pour éviter d’être reconnus et de subir la vengeance des morts. Et dans cette ronde des faux semblants, se mêlent les mauvais esprits en quête de proies...

« Tu parais pourtant si naturelle. C'est que tu caches bien ton jeu. Mais je ne demande qu'à en découvrir davantage...»

Nul doute qu'il apprécierait d'effeuiller cette jeune beauté, sans se soucier de la triste banalité de ses fringues, pour respirer d'un peu plus près son parfum si captivant. Néanmoins, il ne peut pas lui donner tort, il semble peu vraisemblable qu'un joyeux luron se soit décidé à une quelconque blague potache. S'il se contraint à demeurer léger, luttant contre la morosité ambiante, la plupart des gens tirent des têtes de six pieds de long. En définitive, il n'y a bien que les cris provoqués par cette dispute tempétueuse qui apporte une quelconque animation dans la salle. « J'espère que l'objet du débat sera intéressant. » Délaissant son verre vide sur un guéridon, Bertus cède donc à l'invitation de sa cavalière, et lui abandonne son bras sans se faire prier.

Tandis qu'ils s'avancent, le regard acéré du vampire détaille rapidement les trois protagonistes de cette scène qui s'offre à eux, dans ce cadre au luxe morbide. Un couple d'âge moyen en pleine tourmente - mariés, comme les alliances qu'ils portent le prouvent - et à leurs cotés, une ensorcelante créature masquée qui les nargue de sa prestance, sans se soucier du malheur qu'elle semble pourtant avoir provoqué. C'est le regard de la flamboyante rousse qui parait intriguant, tandis qu'elle lui adresse un sourire énigmatique au beau milieu du désordre. A son bras Sinead se mure dans un étrange silence et Bertus prend donc la parole, sans cacher son air moqueur.

« Vous avez besoin d'aide ? »

De l'aide pour quoi, on se le demande. Loin de paraître en détresse, elle semble parfaitement à son aise. A l'écoute des insultes proférées, il est évident qu'il s'agit d'une querelle d'amoureux qui prend des proportions assez sauvages, sans que personne dans la salle n'ose intervenir, par fausse pudeur. La femme hurle, les joues rouges et les yeux humides de larmes colériques pendant que son compagnon riposte avec flamme, lui crachant des paroles méprisantes. Dans un élan de solidarité masculine, Bertus abaisse un regard vers le pauvre type, sans pour autant ressentir de réelle compassion.

« Reprenez-vous, mon gars. Il faut savoir faire des choix dans la vie, quitte à briser des cœurs. »

L'homme en question semble perdu, comme s'il avait déjà abusé des apéritifs, distribués dans cette fête somptueuse. Son regard parait trouble et c'est vers la séduisante rousse qu'il dirige toute son attention, comme s'il admirait une déesse, invoquée dans un quelconque rite païen. Visiblement son choix est fait, il n'a d'yeux que pour elle. D'un geste brutal, il repousse son épouse en larmes pour se rapprocher de l'objet de sa dévotion. « Excuse-moi, je t'en prie... » Souffle-t-il à la rousse, d'un ton implorant. Son comportement est pour le moins étrange et ne fait que provoquer davantage la fureur de sa compagne qui l'insulte de plus belle. Voyant qu'il l'ignore, elle se rapproche alors de lui dans un élan rageur, pour lui infliger une gifle sonore.
Se remémorant les paroles de Sinéad, Bertus lui murmure un commentaire évasif. « Tu as raison, c'est enrichissant. Cette histoire nous apprend qu'il ne faut jamais se marier. » Serait-ce la morale de l'histoire ? Tout cela ne pourrait être qu'anecdotique sans cette étrange sensation de danger qui pèse sur l'atmosphère. Dans les yeux de l'homme, brille une lueur sanguinaire alors qu'il se place en rempart entre son épouse et sa déesse.



(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ≡ mission : feed on your fear.   

Revenir en haut Aller en bas
 

≡ mission : feed on your fear.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» recherche émission tv/vivre avec 100 objets
» Parlez-vous Normand... l'émission. Et la chronique.
» Décès de Peter Graves, héros de la série Mission Impossible
» Mission de conseil mediatheque - Bruxelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: coldlake shore :: hôtel-