Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

  ≡ situation : truth or dare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
pnj ○ come with me now
messages : 84
double-compte(s) : //
crédits : avatar (c) hallows.
MessageSujet: ≡ situation : truth or dare.   Mer 7 Nov - 17:02

situation prédéfinie
contexte

Vous vous trouvez à une fête pour les fêtes de fin d'année. Vous vous amusez bien, la musique est forte et tout le monde s'amuse. Sous la proposition d'une personne un peu étrange, vous et quelques amis (ou des inconnus) décidez de vous lancer dans une partie du jeu « action ou vérité ». C'est tout à fait inoffensif comme jeu, certainement influencé par l'alcool. Cependant, alors que vous jouez, vous réalisez que ceux qui ne respectent pas les règles du jeu ont des conséquences plus graves... Jusqu'à ce que vous regardiez un des joueurs être « forcé » par quelque chose d'invisible à accomplir son action. Le jeu n'en est plus trop un, et vous ne savez pas quoi faire. (note — la personne étrange se retrouve à être une manipulatrice psychique, qui est jouable ou non).


précisions

•• joueurs@iula taur ; @jackson hogan ; @amy-hann geontiz ; @rodin di loctis ; @cassius o'driscoll

•• Vous pouvez décider entre vous d'où se passe exactement la panne. Pour le reste, laissez-vous porter par le rp, et amusez-vous !

•• Vous pouvez vous arranger entre vous sur la nature de vos rôles, et sur l'ordre de votre passage. Un sujet est ouvert juste ici pour vous permettre de discuter plus facilement de tous les détails pratiques entourant votre mission. N'hésitez pas à l'utiliser.

•• Pour le reste, amusez-vous ! Et si vous avez besoin de quoi que ce soit (question, intervention du PNJ, ou que sais-je), n'hésitez pas à nous contacter. I love you

_________________
compte pnj – ne mper qu'en cas de question/demandes concernant les animations rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
messages : 149
double-compte(s) : //
crédits : eilyam
MessageSujet: Re: ≡ situation : truth or dare.   Jeu 8 Nov - 4:27

C’est si facile, au final, de se mêler à la foule. Il lui a suffi de prendre une nouvelle apparence, et tout le monde n’y voit que du feu. Ça l’arrange bien d’ailleurs. Jackson, ce prénom si simple à porter qu’il ne l’oublie jamais. Pour l’heure, il n’a fait aucune faute. Il a les bons papiers sur lui en permanence, un bon boulot, pas mal d’argent de côté. En un mois, il s’est remis à flot. Finie la rue et les galères. Ce soir d’ailleurs, il sort. Il a promis à Cassius une soirée d’enfer. Il ne sait pas trop comment il est, le bonhomme, une fois sorti de leurs débats cinématographiques. Mais c’est l’occasion de voir ça. Jackson attrape une coupe de champagne sur un plateau, l’analyse d’un œil faussement critique.

« Mais c’est que c’est mondain ici, dis-donc ! »

Il donne un petit coup de coude léger et rapide à Cassius en observant les lieux. C’est grand, éclairé, chaleureux mais impersonnel à la fois. Des petits groupes par-ci par-là. Comme dans toutes les soirées qu’il a pu connaître. Un groupe uni, c’est rare. Six, sept personnes, maximum partageant une histoire commune, une passion. Ici, qui peut dire par qui il a réellement été invité ? Qui est l’hôte, comment s’appelle t-il, que fait-il dans la vie ? Clairement, Jackson n’a pas honte d’avouer qu’il n’en sait fichtrement rien. Et partout dessus tout : il s’en moque. Il est bien différent du Zeus qu’il était devenu après sa chute dans les abysses.

Jackson termine sa coupe de champagne. Il inspecte la foule, cherche du regard un être particulier. Anja est-elle ici ? Qu’a-t-elle fait de leur enfant, si elle a préféré la fête à ce petit être ? Il est beau à vouloir donner des leçons, lui qui les a lâchement abandonné. Mais il ne la voit pas, alors il hausse les épaules et se sert une nouvelle coupe.

« Tu connais des gens ? »

Finalement, heureusement qu’il n’est pas venu seul. Jackson vide d’un trait ce nouveau verre d’alcool à bulle, abandonne la flûte quelque part et avance avec agilité entre les gens stagnant. La grande pièce est joliment décorée. Les gens parlent toujours en petits groupes. Certains occupent le canapé. D’autres restent près du grand buffet. Puis il y a ceux qui s’isolent pour ne pas être vus ou entendus. Jackson fait un pas vers le buffet. Autant en profiter. Un pas. Puis deux. Et quelqu’un le bouscule. Ce même quelqu’un qui a l’air dans un autre monde. Pupilles dilatées, sourire niais et joues rouges. Empégué à plein nez.

« Hé ho, toi. Et toi aussi. Un petit jeu ça vous dit ? Oui, hein que ça vous dit. Aller, on me suit ! »

Et il hurle à plein poumons que la meilleure soirée se passe à l’étape. Quelques rires moqueurs, des regards impétueux. La main de ce gars est toujours fermée sur son avant-bras. Il pourrait facilement se dégager. Mais il ne veut pas se faire remarquer. Il doit jouer les humains normaux. Alors il suit ce garçon sans parvenir à lui donner d’âge. Il entraine Cassius à sa suite, en haussant à nouveau les épaules. Il monte les escaliers, la musique d’ambiance s’atténue, remplacée par quelque chose de plus électro dans une des grandes chambres.

Quelques personnes sont assises en rond autour d’une bouteille. Il aurait dû demander le jeu. Et alors qu’il va pour décliner l’invitation, la porte se ferme devant son nez.

« Te te, on ne s’en va pas. Assieds-toi y’a plein de place. Confort et tout, où tu veux. »

Jackson est un poil embarrassé, mais il s’assoie, un sourire de requin collé au visage. Zeus aurait rougi, c’était une particularité de cette peau. Mais pas celle-ci. Lui, il sait jouer avec les émotions, tromper le monde. Ce n’est pas son but, bien sûr. Sauf qu’il s’est promis de changer. De s’ouvrir aux autres, de se moquer – sans trop non plus – de ce qu’on peut penser de lui. Il veut se faire des amis, s’amuser. Vivre tout ce qu’il a raté en plongeant dans la drogue. Avoir un air désinvolte tout en vivant une vie d’adulte. Beaucoup de choses à la fois. Mais Jackson est plein d’ambition et de bonnes intentions.

Quelqu’un joue avec la bouteille, le murmure des conversations s’arrête. Finalement, en fait, ce n’est pas un jeu de la bouteille. Elle est simplement là parce que quelqu’un vient de terminer sa dernière goutte. Apparemment, c’est un « action ou vérité » qui les attend. Jackson regarde les visages des participants. Ils sont huit. Enfin, ils étaient. Deux filles s’écartent un peu du cercle. Jouent-elles encore ? Combien sont-ils réellement ? Jackson ne connaît que Cassius. Peut-être que le visage du garçon le plus jeune lui parle. Il l’a déjà croisé quelque part, mais impossible de s’en souvenir. Et peut-être que l’autre fille aussi, il la connaît. Le maitre du jeu, celui qui l’a entrainé ici, prend la parole en se redressant. Jackson arrête de contempler tout le monde.

« Rapide tour de présentation. Histoire au moins qu’on sache les prénoms de tout le monde. J’vous connais même pas les gars, ça va être trop génial. Moi c’est Kristopher, mais vous pouvez m’appeler Kris. Ouais, c’est mieux Kris les gars. »

Quelqu’un le connaît, ici ? Il est totalement saoul. Jackson est pile en face de lui. Et voyant que personne ne prend la parole, il se décide alors à le faire.

« Jackson » dit-il tout simplement.

Puis chacun se présente. Il ne retient clairement pas les prénoms. Deux filles, deux garçons. Plus lui, et ce Kris. Au final ils sont six. Les deux autres filles, qu’est-ce qu’elles font ? Kris semble se poser la même question.

« Hé, ho, vous venez ? Aller on commence. »

Le maitre du jeu est survolté. Un peu trop même. C’est bizarre, étrange. Jackson ne le sent pas. Lorsque Kris pose ses yeux sur lui, il sait que le premier choix sera pour lui. En général, au débout, tout est soft. Alors Jackson dit « vérité », pour ne pas se mouiller. Kris lui demande simplement combien de partenaires sexuels il a eu dans sa vie, sexes et genres confondus. Jackson n’en sait rien. Il se creuse un peu la tête.

« Franchement je sais plus. Entre les coups d’un soir dont je me souviens, ceux que j’ai oublié … Bon, on va dire une dizaine ? Une quinzaine ? J’en sais vraiment rien. »

Il avait la côte, au lycée. Le petit gars populaire et musclé dans son équipe sportive. Et la côte encore au Bronx, quand il dealait en silence. Il en a fait passer des commandes en nature … Sans doute qu’une quinzaine, au final, ce n’est pas beaucoup et bien loin de la vérité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 32
double-compte(s) : //
crédits : (c) lux aeterna
MessageSujet: Re: ≡ situation : truth or dare.   Ven 16 Nov - 17:42

Cassius ne se souvenait pas de la dernière fois qu’il était sorti pour les fêtes. En vérité, il s’en rappelait très bien, mais il avait fait tant d’efforts pour coller ce souvenir sous le tapis que tout cela lui semblait désormais lointain et très confus. La fin décembre, pour la majorité de son existence, avait été synonyme de réunions en famille, de la joie d’enfin revoir les aïeux éloignés et du partage d’un bon moment. Mais depuis que sa nièce avait disparu, cette communion s’était effilochée au point de rendre les repas insupportables, pleins de reproches sous entendus par des adultes qui ne savaient plus sur qui rejeter la faute. Alors Cassius avait tout bonnement cessé de faire le déplacement. Depuis une dizaine d’années, il préférait faire comme si le 25 décembre était une journée normale, comme si l’extase de sa nièce sous le sapin ne lui manquait pas le moins du monde. Se mentir à soi-même était le pire des vices, mais il fallait au moins ça pour tenir.

Quand Jackson lui avait proposé de venir avec lui à cette fête, il avait donc longuement hésité. Savait-il encore passer un moment de détente? Il n’en était plus si sûr. Mais il n’avait pas voulu paraître malpoli, et il s’était dit que s’il ne s’amusait pas, au moins pourrait-il enquêter un peu sur les fortes têtes de la ville. Le travail ne le quittait jamais vraiment, même pendant une telle soirée. Il avait sorti un costume du placard sans pour autant choisir le plus cher de sa collection. Le but n’était pas d’en mettre plein la vue, mais tout de même de paraître sur son trente-et-un. Il sourit doucement à la remarque de son nouvel ami.

« Ca fait un moment que je n’ai plus mis les pieds dans ce genre de soirée. J’ai perdu l’habitude, il semblerait. »

Ca remontait à l’époque où il était encore policier. Son commissariat organisait toujours un événement en grandes pompes pour les fêtes de fin d’années, où tous les politiques se rendaient pour montrer leur soutien aux forces de l’ordre et gagner des points d’opinion publique. Si Cassius avait adoré se fondre dans cette masse de gens importants, désormais cette idée le répugnerait presque. A la question de Jackson, il fit rapidement le tour de la salle, mais ne repéra personne qui retienne son attention. A son tour, il attrapa au vol une coupe de champagne sur un plateau.

« Je ne crois pas, non. »

Il porta le verre à ses lèvres, distraitement. Ce moment de flottement lui fit presque perdre la trace de Jackson qui disparaissait déjà entre les amas de personnes. Il lui emboîta le pas en faisant attention à son verre. Ce serait dommage de gâcher du champagne d’une telle qualité. Soudain, son ami se fit interpeller par quelqu’un qui semblait déjà bien imbibé. Cassius assista à la scène, comme impuissant. Il sentait qu’il y avait quelque chose de bizarre chez cet homme, mais il n’aurait pas su dire quoi. La curiosité lui donnait envie d’en savoir plus, son instinct lui dictait déjà de faire marche arrière. Il décida de suivre Jackson et l’homme étrange malgré tout.

Lorsqu’ils arrivèrent dans la salle, les tripes de Cassius lui indiquaient de faire demi-tour, immédiatement. Mais il ne voulait froisser personne et il n’avait pas envie de laisser Jackson tout seul. L’opportunité de la fuite disparut en même temps que l’hôte ferma la porte. Cassius compris à ce moment exact qu’il faudrait jouer le jeu s’il voulait en finir au plus vite. Il prit la chaise à côté de Jackson sans piper mot. Il commençait à s’impatienter. Il avait passé l’âge des jeux à boire, et il n’était pas venu là pour se mettre minable.

Il observa les autres en silence. A part Jackson, il ne connaissait personne autour de la table, mais leurs visages ne lui semblaient pas complètement étrangers. C’était sans doute l’effet petite ville qui voulait ça. A force, on avait l’impression de connaître tout le monde et personne à la fois. Leur étrange animateur demanda que chacun se présente.

« Cassius. » dit-il juste après Jackson.

Apparemment, le jeu serait un action ou vérité. Cassius était perplexe. Quel âge avaient-ils, au juste? La plupart d’entre eux devaient avoir passé celui de ce genre d’enfantillages. Soudainement, il avait terriblement envie de rentrer chez lui. Il aurait vraiment du rester à la maison avec Morty et un bon film. Et puis, l’excentricité de l’énergumène lui paraissait complètement déplacée. Il y avait quelque chose qui n’allait pas, Cassius était incapable de mettre le doigt dessus et cela l’irritait. Il allait devoir rester jusqu’à ce que le tableau s’éclaircisse, mu par son besoin irascible de savoir, de comprendre.

Alors que Jackson venait de donner sa réponse, le regard de Cassius croisa celui de l’homme qui animait la session. Ca allait être son tour, c’était certain. Il vit juste. Il se redressa sur sa chaise et demanda une question de vérité. Il n’aimait pas parler de lui-même mais il appréciait encore moins se donner en spectacle.

« Alors Cassius, tu m'as l'air bien timide, toi. Tiens, raconte-nous ta première fois! » demanda Kris avec un sourire malicieux, visiblement fier de lui. Cassius but une gorgée de sa flûte, le visage dénué de tout entrain. Il avait vraiment du mal à saisir l’intérêt de ce genre de jeu.

« C’était à l’université. Je sais j’étais en retard par rapport aux autres, mais j’ai toujours fonctionné à mon rythme. C’est arrivé à une fête, j’ai atterri avec une fille dans une chambre, sans savoir comment. J’avais pas mal bu, c’était pas fameux, mais elle ne m’en a pas tenu rigueur. » dit-il en riant doucement. Que c’était embarrassant.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 188
double-compte(s) :
crédits : (c) ImpossibleSoul (ava) ; anesidora (sign) ; jerkchesterx (icons)
MessageSujet: Re: ≡ situation : truth or dare.   Sam 17 Nov - 12:19

Comment je me suis retrouvée invitée à cette fête où je ne connais strictement personne ? C’est simple : j’étais pas invitée. D’ailleurs, ça se voit : je ne suis absolument pas habillée pour. À la base, j’étais partie faire des achats de Noël tardifs au centre commercial qui ferme à 23 heures. J’avais toujours rien pour Cristian, ni pour Sorin, ni pour Rhiannon, et à peu près aucune idée de quoi leur offrir. C’était donc ma mission du soir, puisque j’avais passé une partie de la journée à bosser et l’autre à repousser au maximum le moment de m’engouffrer dans un centre commercial à l’approche de Noël.

J’ai fini par me forcer à décoller, enroulée une douzaine de fois dans une écharpe géante, un bonnet enfoncé jusqu’aux yeux et un manteau de laine feutrée acheté dans un surplus militaire sur les épaules. Il va vraiment falloir que je m’achète une de ces vraies parkas en duvet que tout le monde porte ici. On approche tout juste de la fin décembre et j’empile déjà les couches comme si je partais en expédition dans l’Antarctique. Je pensais être habituée au froid de la campagne Roumains, mais celui d’ici n’a rien à voir. J’ai attendu mon bus en grelottant, et ensuite j’étais tellement bien, assise au chaud dans l’habitacle, que j’ai loupé mon arrêt. Je suis descendue en catastrophe quelques blocs plus loin, découragée par la perspective de devoir marcher en sens inverse jusqu’à ma destination.

Je me trouvais dans un quartier résidentiel où je n’avais encore jamais mis les pieds, assez cossu à en juger par la taille des baraques. Il faisait nuit depuis longtemps — le milieu de l’après-midi, pour être précise — et les rues étaient désertes, éclairées par le halo des lampadaires dans lequel dansaient quelques flocons de neige. J’aurais pu trouver ça féérique si j’étais pas aussi congelée. Alors quand j’ai croisé une grosse bâtisse toute illuminée déversant et accueillant de petits flots de gens bien habillés, au lieu de presser le pas pour atteindre au plus vite la chaleur réconfortante du mall je me suis arrêtée pour demander ce qu’il se passait à une fille qui fumait dehors en robe de soirée — par -10°C, les gens d’ici doivent vraiment avoir un autre métabolisme. Elle m’a répondu que c’était une soirée donnée par un type dont j’ai déjà oublié le nom (mais à la façon dont elle le prononçait, on comprenait qu’il s’agissait d’un notable de la ville que tout le monde devait connaître) et m’a spontanément invitée à retourner à l’intérieur avec elle.

J’ai pas hésité longtemps.

À l’entrée, j’ai refourgué manteau, écharpe et bonnet à un type qui semblait là spécialement pour ça, et je me suis mêlée à la foule. En bottes fourrées — j’avais pas prévu de chaussures de rechange, contrairement au reste des convives — et veste de survêtement fluo, on peut dire que je détonais un peu. Mais personne ne m’a posé de questions. J’ai discuté un moment avec la fille qui m’avait fait entrer tout en raflant tous les petits fours que je voyais passer, le tout arrosé d’une ou deux coupes de champagne. Ensuite elle a croisé une connaissance et on s’est perdues de vue. J’aurais pu prendre ça comme le signe que j’avais assez traîné et reprendre la route vers ma mission première, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Au moment où je commençais à songer à peut-être retourner dehors dans le froid, j’ai vu un groupe de trois ou quatre personnes — plus jeunes que la moyenne d’âge du reste de la fête — prendre un escalier vers les étages en s’esclaffant. Je ne sais pas pourquoi je les ai suivis. Par curiosité, parce qu’ils avaient l’air d’êtres les gens les plus fun de ces réjouissances, et parce que j’avais vraiment, mais alors vraiment pas envie de faire ces putain de courses.

En les suivant, j’ai atterri dans une chambre à l’ambiance moins guindée. Il y avait déjà trois personnes dedans, plus celles qui venaient de monter, et puis moi. Deux d’entre eux étaient sérieusement torchés, et quelques autres un peu ivres. Ça n’augurait que du bon, et donc je suis restée. D’autant qu’une des filles présentes avait un sourire absolument charmant, avec une petite fossette, et que c’est le genre de truc auquel je résiste pas. La musique était meilleure qu’en bas, j’étais en bonne compagnie… Je voyais pas de raison de repartir tout de suite. À part peut-être un des mecs bourrés qui prenait un peu tout l’espace sonore. Mais il est finalement parti pour aller chercher d’autres joueurs — joueurs de quoi, aucune idée, je n’avais pas écouté ce qu’il racontait — et on s’est retrouvés un peu plus tranquilles. J’en ai donc profité pour me rapprocher plus ou moins subtilement de la jolie meuf et l’entraîner un peu à l’écart pour lui conter fleurette.

Malheureusement, le type envahissant est revenu rapidement, en compagnie de deux autres mecs qui avaient l’air d’à peu près tout sauf d’avoir envie de se trouver là. J’ai continué de discuter avec Fossette, pas certaine qu’elle ait pigé que je tentais outrageusement de la séduire, jusqu’à être interrompue par le groupe qui s’était formé et semblait sur le point de démarrer quelque chose. Et on en est là. On rejoint tout le monde, on s’assoit plus ou moins en cercle, je finis par capter que le jeu en question serait un action ou vérité. Pourquoi pas hein, ce genre de truc finit toujours par dégénérer, ça pourrait servir mes desseins du moment. Sur l’impulsion de l’excentrique — qui s’appelle Kris, donc —, tout le monde a commencé à se présenter à tour de rôle. J’ai loupé quelques noms mais je souris poliment aux deux nouveaux venus et donne mon prénom quand vient mon tour, dans un petit geste de la main.


« Iula. Salut tout le monde. »

Évidemment, les premières questions sont déjà orientées cul. C’est toujours comme ça avec ce jeu. Je hausse un sourcil en écoutant le premier joueur énoncer son nombre de partenaires, parce que… je sais pas, à première vue il fait plus sage. Vient ensuite le tour de son voisin — les deux ont l’air de se connaître —, probablement le plus âgé du groupe, qui a l’air de se demander un peu ce qu’il fout là. Je lui adresse un sourire compatissant quand Kris le prend pour cible. Lui, il a droit à l’inévitable question de la première fois et sa réponse est presque mignonne. Il a l’air gêné, je le plains un peu de s’être laissé entraîner là-dedans. Et puis le meneur de jeu se tourne vers moi. Bon. En général, tout le monde commence par vérité, mais vu comme c’est parti… J’ai pas envie de révéler tout de suite la couleur de mon soutif ou si je préfère un doigt ou quatre.

« Okay, action ! »
« Hahaa, une téméraire ! » Kris fait mine de réfléchir un moment avant de s’exclamer : « Tu sais quoi ? On manque de lubrifiant pour nos gosiers. Y a un mini-bar dans le salon d’à côté. Rapporte nous une bouteille de quelque chose ! Genre, un truc fort. »

Clairement le type a pas besoin de boire plus que ça. Mais les règles sont les règles et je m’exécute gracieusement, m’éclipsant une ou deux minutes pour aller piocher une bouteille de vodka parmi la jolie petite collection. Pas de doute, y a du fric dans cette maison. En revenant dans la chambre, j’en profite pour me délester de mes bottes, qui commençaient à devenir étouffantes, et retrouve le cercle au centre duquel je dépose triomphalement mon butin.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ≡ situation : truth or dare.   

Revenir en haut Aller en bas
 

≡ situation : truth or dare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la situation économique de la vallée de l'Andelle
» Loreal NEW Hip High Intensity Pigments Color Truth Cream Eye
» Double changement de situation
» La situation de l'est de la RDC abordée à Luanda
» Sangaris : point de situation du 20 novembre 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-