AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en avril 2017. le soleil pointe enfin le bout de son nez
en raison d'un déséquilibre dans la répartition des créatures, les démons ne sont plus autorisés, tout comme les vampires de plus de 100 ans.

Partagez | .
 

 Black market - ft. Basile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 617
○ double-compte(s) : Raven Silverwood - la folle qui voit les morts.
○ crédits : sign - Blue Walus (Gif(moi)+vava: ϟ SWAN)
MessageSujet: Black market - ft. Basile   Lun 5 Sep - 17:53


Black market
   
Basile & Hunter


   
Le mois d'octobre avait fini par pointer le bout de son nez, amenant avec lui de tragiques événements. J'aurais bien aimé dire que c'était une blague; le genre de farce qu'on faisait à Halloween, mais il était trop tôt pour ça. Nan, tout ça c'était pas du flan; les êtres surnaturels commençaient à prendre la confiance. Et très clairement, j'étais pas du tout d'accord avec l'idée. Le Blackwater Falls Journal avait beau rassurer les gens en affirmant que les autorités étaient sur le coup, moi j'savais pertinemment que cette histoire ça les dépassait largement. Évidemment qu'il pouvait arriver qu'un flic pète un câble et devienne hors de contrôle, néanmoins il existait toujours des signes avant-coureurs, des déclencheurs. Une femme qui se casse, un blâme ou une propension à se livrer à la bouteille. Or, là le type était passé de l'agneau au loup en une fraction de seconde. Un tel changement de comportement n'était pas naturel, j'en étais convaincu.

C'était une saloperie paranormale qui se cachait derrière ça! Et en tant que chasseur, je devais faire en sorte de remonter la piste, trouver à qui j'avais affaire et éliminer la menace. Mais pour ça, fallait que je me procure l'arsenal adapté.

En traînant par-ci par-là, j'avais entendu parlé d'un gars qui s'était installé aux abords du lac et dont la spécialité de receleur n'était plus à prouver. On m'avait certifié qu'il possédait un local qui ressemblait à la caverne d'Ali Baba, le genre d'endroit qui faisait n'importe quel chasseur. Bon, naturellement ce n'était pas donné mais j'avais confiance en ma faculté à marchander. Et puis, avec tous ces monstres qui rôdaient, le mec saurait reconnaître la nécessité de me faire une petite ristourne...Ou en tout cas, j'espérais qu'il saurait se montrer raisonnable! Je devais sauver cette ville, et limite rien que pour ça on devait me fournir gracieusement. Et non, ce n'était pas vrai; je ne dépensais pas le peu d'argent que j'avais en alcool, ceux qui l'affirmaient n'étaient que des putains de menteurs; juré craché. Les seules raisons pour lesquelles je fréquentais les bars étaient professionnelles; la preuve en était que sans ma présence dans l'un ces bouges, jamais je n'aurais entendu parlé de ce marchand!

J'avais donc enfilé mon cuir et grimpé sur ma moto, roulant au gré des brumeuses indications de mes compagnons de boisson. C'était leur fautes, pas de la mienne si je galérais dans le froid; le whisky se distillant dans mes veines avait au moins l'intérêt de me tenir chaud! Après quelques égarements, je finis par enfin détecter la remise dont on m'avait parlé. En même temps, c'était la seule habitation à des kilomètres à la ronde, ce qui était plutôt malin vu ce qui s'y trouvait. Par contre, je m'étais attendu à quelque chose de plus imposant. Mais bon, ce n'était pas bien grave; tant que j'y dénichais mon bonheur, hein! En roue libre et sans phare, je rejoignis l'entrée et mit ma moto sur béquille. A peine débarrassé de mon casque, je m'allumai une cigarette et allais frapper sept fois à la porte. Ouais, un genre de code secret, instauré par le gus afin de faire le tri entre les initiés et les autres. Perso, j'étais d'avis que cela relevait plus du folklore qu'autre-chose, mais bon...

Il valait mieux faire bonne impression.  

 


   
(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 91
○ double-compte(s) : Aveline la sérieuse, Simon le saint, Gene la rêveuse & Bélial le cruel
○ crédits : jackspirit (ava) | endlesslove (signa)
MessageSujet: Re: Black market - ft. Basile   Mer 7 Sep - 15:01


Black market
   
Basile & Hunter


   
Assis à la grande table de bois qu’il avait installée dans son cabanon au bord du lac, Basile s’occupait de nettoyer son revolver. C’était une arme d’excellente qualité qu’il traînait depuis un peu plus de quinze ans et pas une seule fois il ne lui avait fait défaut. Bien sûr, un entretien consciencieux avait aidé ces prouesses techniques, mais ça ne dérangeait pas l’homme qui pouvait passer des heures penchées sur son matériel à en prendre soin, à polir des pièces et en graisser d’autres sans jamais se lasser. Légèrement maniaque sur les bords, il était surtout adepte du travail bien fait, quitte à sacrifier des journées entière. De toute façon, il pouvait se permettre d’être son propre patron s’il en avait envie, et les petits emplois qu’il avait eu çà et là n’avaient jamais servi que de couverture pour qu’il ne donne pas l’impression de faire apparaître son argent de nulle part. Sa véritable activité serait bien moins acceptée par la loi et les autorités aux yeux desquelles il avait réussi à cacher son trafic et ses comptes plus que gonflés. Et si jamais il devait se faire prendre et qu’un peu de corruption ne marchait pas, il pourrait toujours se faire passer pour fou en parlant du surnaturel de la manière la plus naturelle du monde. Après tout, qui irait emprisonner pour de bon un homme persuadé que la planète était peuplée de créatures sorties de toutes les légendes possibles et imaginables ? Au mieux, il se retrouverait en aile psychiatrique, et il trouverait toujours un moyen de s’en tirer, que ce soit par un tour de passe-passe ou avec l’aide de Beryl – finalement, ce n’était pas si mal que ça de voyager en sa compagnie. Ca rendait les choses plus intéressantes, et les paris moins risqués. Et puis, il s’amusait toujours autant de la voir s’acharner à essayer de lire ses pensées, les seules qui lui aient jamais résisté. Il se demandait bien pourquoi d’ailleurs.

Un bruit sembla venir du dehors et Basile redressa la tête, aux aguets. On ne tombait pas par ici par hasard, et il n’était jamais sûr d’ouvrir sa porte à un ennemi ou un client. Dans le doute, il garderait une arme à portée de main tant que cette question n’aurait pas de réponse. Sans bouger, il attendit quelques secondes avant d’entendre sept coups frappés à sa porte. C’était donc un client. Il avait instauré ce code et avait demandé à ceux et celles venus se fournir chez lui de faire passer le mot seulement à ceux qui souhaitaient venir voir sa marchandise de plus près. Ca lui évitait les visites désagréables, mais pas toujours les amateurs. Enfin, s’il se retrouvait face à de la bleusaille, il n’en serait pas plus tendre ou plus intransigeant pour autant.
Se décollant de sa chaise, laissant son revolver sur la table, il en attrapa un autre qu’il saisit de la main droite – celle qu’il ne posa pas sur la poignée de porte – et ouvrit. D’un coup d’œil rapide, il détailla l’individu debout devant lui. Pas incroyablement grand, un cuir de motard sur le dos, une grosse bécane garée derrière lui, des cernes, des traits creusés et une odeur d’alcool diffuse mais persistante. Allons bon, sur quoi était-il tombé cette fois ? Son regard clair se vrilla dans le sien. Quand on faisait affaire, on regardait toujours le client dans les yeux.

- Vous venez pour quelque chose de précis ou vous avez trouvé l’adresse par hasard ?

Tâter le terrain, s’assurer qu’il ne se prendrait pas un coup de surin entre les côtes, et ensuite, il redeviendrait le commerçant qu’il savait si bien être.


 


   
(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 617
○ double-compte(s) : Raven Silverwood - la folle qui voit les morts.
○ crédits : sign - Blue Walus (Gif(moi)+vava: ϟ SWAN)
MessageSujet: Re: Black market - ft. Basile   Lun 12 Sep - 18:51


Black market
   
Basile & Hunter


   
C'était moi ou le mec venait de me jeter un regard en mode dédaigneux? Sérieusement? A moi? Depuis quand on se permettait d'être aussi grossier envers un chasseur de mon envergure? Sans déconner, tout s'perdait dans ce monde! C'était bien parce que j'avais besoin de remettre la main sur quelques munitions et jeter un œil aux possibles outils représentant une nouveauté que j'me trouvais là; autrement je jure que le bonhomme se serait prit un coup en plein dans l'pif. L'autre poivrot de je-sais-plus-qui allait m'entendre. Le gars m'avait vendu un commerce sympathique, accueillant et voilà que j'me retrouvais face à un jeunot qui osait me prendre de haut. Même si c'était pas dans mes habitudes que de m'offusquer et jouer les têtes de cons - quoique fallait pas me pousser beaucoup pour y arriver, j'pouvais pas trop le nier non plus - là, clairement le petit gars risquait d'être servis. Bon, d'accord mon taux de spiritueux dans le sang aidait pas à me rendre particulièrement aimable, mais même sans, j'sentais bien que c'était principalement l'une des raisons qui le rendait aussi peu courtois envers moi...

Quoi? Paranoïa, encore une fois? Mais tellement pas. Visualisez-moi un peu ce regard...

- Par hasard? répétai-je l'air légèrement moqueur, c'est vrai que la coutume veut qu'on tape toujours sept fois à la porte.

Ouais c'était carrément gratuit. 'Fin disons que j'étais un peu comme les clebs, j'aimais marquer mon territoire une fois arrivé quelque part. Même moi, j'assumais pas trop la comparaison, mais j'voyais pas trop comment expliquer l'idée dans l'absolu. Quoi qu'il en fût, je m'imposai d'un petit coup de pied dans la porte et entrai le sourire aux lèvres. Il me fallait pas grand chose, ouais...J'étais conscient que si je faisais un minimum d'effort j'pouvais bénéficier de ristournes, mais parfois fallait laisser son Orgueil parler et...Sérieusement? J'avais vraiment pensé ça? Bordel, les démons de la boissons me faisaient quelque peu disjoncter. Depuis quand un protecteur des lois divines faisait corps avec l'un des pires vices? C'tait lui qui m'avait cherché! Si c'était une remarque puérile? P'être bien. J'avançais dans le cabanon, l'air dégagé mais les yeux rivés sur l'endroit et ses moindres détails. Ca payait pas d'mine, néanmoins j'étais sûr que le proprio, malgré son jeune âge, n'était pas du genre à prendre des risques inutiles; fallait au moins lui reconnaître une certaine lucidité.

- Comme mon ton ironique laissait le suggérer, je suis là pour affaire. Vingt ans de chasse, je suis bien obligé de me tenir au courant de toutes les avancées et des personnages susceptibles d'être en mesure de me briefer.

J'eus un rictus en regardant le revolver posé sur la table en bois. C'était pas de la première fraicheur, loin de là. Mais au vu de son état irréprochable, le bonhomme devait passer des heures à l'astiquer; chaque jour...Un toc, limite psychotique? Pourtant, je me retins de faire une quelconque remarque dessus. J'pouvais le trouver désobligeant, mais tant qu'il ne me provoquait pas ouvertement, je ne comptais pas le démolir psychologiquement. J'avais des principes.

- Qu'est-ce que t'as en magasin? lui demandai-je en faisant volte-face, on m'a affirmer que tu étais assez bien calé dans le domaine, j'veux voir à quel point tu sais te vendre...

Je lui adressai un sourire à la limite de la suffisance.  


 


   
(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
○ messages : 91
○ double-compte(s) : Aveline la sérieuse, Simon le saint, Gene la rêveuse & Bélial le cruel
○ crédits : jackspirit (ava) | endlesslove (signa)
MessageSujet: Re: Black market - ft. Basile   Mar 11 Oct - 18:54


Black market
   
Basile & Hunter


   
Basile était un homme qu’on pouvait aisément qualifier de patient. Lui aussi avait ses limites, bien entendu, mais il savait suffisamment bien se contenir pour ne les dépasser que lorsqu’on  le poussait vraiment à bout. Ca n’était pas arrivé souvent, mais ceux qui avaient eu le malheur de le faire passer de taciturne à colérique s’en souvenaient encore et s’en souviendraient probablement jusqu’à la fin de leurs jours. Il avait supporté des clients pompeux, des hommes hautains, des femmes dédaigneuses, et pourtant, malgré tout ça, il se sentait déjà agacé par cet inconnu qui venait d’entrer dans son cabanon comme s’il était en terrain conquis. C’était chez lui et, même s’il n’était pas particulièrement casanier, il restait très prévenant avec sa marchandise. Il était vendeur de mort après tout, alors il était très au courant de la dangerosité de tout ce qui se trouvait dans ce petit chalet de bois qui lui servait d’officine – après tout, hors de question de faire des affaires chez lui. Il n’aurait plus manqué qu’on vienne le cueillir dans son bungalow et qu’on le dérange d’autant plus.
Refermant la porte derrière lui, il alla s’asseoir sur le bord de la grande table à laquelle il était installé quelques secondes plus tôt à peine et fixa le chasseur détaillant les armes accrochées au mur. Au moins, il ne venait pas là par hasard : après tout, on n’était jamais trop prudent, et ce malgré le code bien particulier qu’il avait instauré lorsqu’on venait frapper à sa porte. Il soutint son regard lorsqu’il se tourna vers lui pour lui parler de ses années de chasse, comme si vingt ans à traquer et tuer des créatures surnaturelles devaient lui conférer un statut supérieur. Comme si ces deux décennies justifiaient qu’il se montre ouvertement ironique et prétentieux. Il aurait pu n’être chasseur que depuis deux jours ou bien avoir été entraîné depuis sa naissance que ça n’aurait rien changé aux yeux du Rivia : tout le monde se trouvait sur un pied d’égalité pour lui, tous à même niveau à partir du moment où ils venaient chez lui pour lui acheter de la marchandise. Cet homme-là ne ferait pas exception.

- Tant mieux pour vous.

Bras tendus en arrière pour s’appuyer contre la table, il arqua un sourcil une fois encore et se redressa avant de s’approcher du grand type ; de là où il se trouvait, il arrivait à sentir l’alcool qu’il avait dû ingurgiter en quantité ridicule avant de venir ici.

- Tout dépend de ce que vous cherchez.

Le contournant sans le toucher, Basile se dirigea vers les grandes malles qui reposaient au fond de la pièce. Il en ouvrit trois qui révélèrent respectivement des armes de poings et leurs munitions, des armes blanches, des sortilèges et autres ingrédients plus délicats à utiliser et à ne réserver qu’à des monstres bien précis.

- Si ce sont des petits calibres que vous voulez, vous avez ici tous les modèles disponibles, du .45 Magnum au Desert Eagle. Toutes les balles ont été retravaillées à la main pour être gravées de symboles anti démons et dotées d’une tête en argent.

Il désigna la deuxième malle.

- Pour le corps-à-corps, vous avez là des lames plus ou moins fines – dagues, grands couteaux, poignards, machettes. Toutes en argent bien entendu, les lames sont vierges d’inscriptions mais on peut y rajouter des formules moyennant supplément.

Enfin, il montra le dernier rangement.

- Si vous avez l’intention de jeter un sort ou bien d’en briser un, de vous attaquer à une sorcière ou à un démon, vous aurez tout ce qu’il vous faut ici, des herbes aux cendres en passant par les os.

Il tourna les talons pour faire face au brun et vrilla son regard clair dans le sien sans ciller un seul instant.

- J’ai des flèches, des carreaux d’arbalètes et les arbalètes qui vont avec également. Quant aux fusils, ils sont tout autour de vous, mais il serait malheureux que vous manquiez de discrétion.

L’ironie était palpable dans sa voix, le sarcasme sincère : il ne croyait pas une seconde que ce type soit capable d’être un traqueur efficace, vingt ans de métier derrière lui ou pas.


 


   
(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 617
○ double-compte(s) : Raven Silverwood - la folle qui voit les morts.
○ crédits : sign - Blue Walus (Gif(moi)+vava: ϟ SWAN)
MessageSujet: Re: Black market - ft. Basile   Mer 12 Oct - 8:48


Black market
   
Basile & Hunter


   
Sa voix résonnait dans le lointain tandis que j'admirais ce qu'il avait en réserve. Wow! Sans rire, c'était la caverne d'Ali Baba! J'étais subjugué, pareil qu'un enfant devant les vitrines des grands magasins à l'approche de Noël. Il m'avait déjà été donné de rencontrer des revendeurs proposant de l'arsenal de qualité, mais là ça dépassait toutes mes espérances. D'un seul coup d’œil, j'étais capable de déterminer si la marchandise qu'on tentait de me refourguer valait le coup. Nombre de camelots malhonnêtes s'étaient engagés sur cette voie glissante, autant dire qu'ils faisaient pas de vieux os sur le marché. Les chasseurs ont à cœur de protéger les êtres humains, néanmoins ils ne se gênaient pas pour casser deux-trois membres d'un profiteur s'ils estimaient qu'il le méritait. Et ouais, fallait pas nous prendre pour des cons de Bisounours!

Si j'avais déjà ruiné quelques commerces de cette façon? Personne n'a su le prouver...J'dis ça, j'dis rien.  

Par principe, j'étais un peu réfractaire à l'idée qu'on me demande de payer pour me fournir. Ouais, parce que moi je me cassais le cul à protéger l'Humanité, au risque de ma vie j'rappelle, et n'en tirait que dalle. Limite, il serait carrément justifié de braquer un pareil endroit...Pas très morale, sur le moment en tout cas. Fallait juste s'imaginer que toutes ses armes seraient utilisées pour de nobles causes, ça rachetait l'acte condamnable que représentait le vol. Bon sang! Maintenant que j'y réfléchissais bien...Il m'était quasi impossible de m'enlever cette idée de la tête. Putain, on aurait dit une saloperie de pie qui remarquait un truc brillant. Mon taux d'alcoolémie n'aidait pas. Toutes les idées stupides arrivaient dans ces moments là! T'façon, j'aurais jamais assez de bras pour tout emporter. Puis, faudrait l'assommer, le ligoter ... Insensiblement, mes mains se crispèrent.

Je secouais discrètement la tête pour m'ôter cette idée et finis par accorder un peu plus d'attention à ce qu'il racontait. Manifestement, il se trouvait malin. Genre comme s'il était en position de se laisser aller à l'ironie.

- C'est sûr que toi, niveau discrétion, tu fais fort...comme tous les autres planqués de ton genre, lui dis-je en ricanant

D'un geste leste, je me saisi d'une dague de faible valeur et jouais négligemment avec.

- M'enfin, faut croire que c'est le propre de l'être humain; y a ceux qui agissent et les autres, j'imposai un bref silence, mais j'vais quand même admettre que ta marchandise n'est pas mal du tout. Dommage que ton esprit d'entreprise te rende aussi antipathique à mes yeux.

Si après ça, il voudrait bien me faire une petite ristourne? Hm, pas sûr. Au pire, il me restait plus qu'à mettre au point mon braquage. Ouais, la géométrie variable de ma moralité était désormais fortement avérée.

 


   
(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Black market - ft. Basile   

Revenir en haut Aller en bas
 

Black market - ft. Basile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» .:Bon anniversaire Black:.
» Call of Duty : Black Ops
» Mes Black Templars
» C'est l'histoire d'un mec.. Black-mamba.
» Black gobbo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: coldlake shore-