Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 Breathe for two || Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
messages : 145
double-compte(s) : Gabriel, Galileo, Ipolitt, Will, Zacarías, Peter, Yann & Soheïl
crédits : Ava par terpsykore, crackship par amon ♥, code signa par EXORDIUM.
MessageSujet: Breathe for two || Caleb   Mar 20 Nov - 22:43


Tout est terminé, Caleb.

Tout. Avant même de commencer. Avant même que ça puisse avoir un quelconque début. J'étais venu pour débuter une histoire et finalement, le livre est déjà refermé. J'ai essayé d'être aussi forte et digne que possible, promis. Mais ça n'a pas suffit. Il est parti, parce que je ne sais pas faire les choses comme il faut. Je comprends finalement pourquoi tu ne voulais pas que je reste, au départ. Je n'aurais pas dû insister, je crois. Excuse-moi pour ça, tu es loin de tout à cause de moi à présent. Pardon, pardon, pardon... Je ne sais pas comment décrire mon état à cet instant. Comme si avoir pleuré toute la nuit et la journée entre les cours, dans les toilettes de la faculté, ça m'avait vidé de toutes mes émotions, à force de les purger ainsi. J'aimerais bien faire comme si tout allait bien, comme si ce n'était pas grave. Parce que c'était beau, tout de même. Que je peux enfin mettre une voix par-dessus la photo que j'avais de lui. Que je peux enfin comprendre ce qu'il dégageait sur celle-ci, que je peux dire que j'ai réussi le pourquoi de ma venue ici. C'est ce qu'il faut se dire, pas vrai... ?

Mais tout est terminé.

Plus de bleu dans l'horizon.
Il ne reviendra plus jamais.

C'est dur de l'accepter.
Dur de comprendre Johann.
Il me manque déjà, tellement.

Ça fait mal, de respirer.
Ça fait mal, de vivre.
Sans lui, je veux dire.

Et les larmes qui coulent encore,
alors que j'aimerais que ça cesse.


Pardon.

[...]

Je sors les clefs, l'attention quelque peu ailleurs, perdue dans des limbes où tout a été balayé par cette rencontre, ce départ. Respire, ne montre rien. Et avec cette idée-là, déjà, viens l'envie de céder de nouveau à son appel. À celui de cette espèce de désespoir tranquille. Il me dévore les entrailles depuis hier, ne me donne plus l'occasion de supporter quoi que ce soit. Le front qui tape doucement contre la porte, alors que ma vision se brouille encore. Non, NON ! Pas maintenant ! J'inspire, reniflant, venant me frotter les yeux pour chasser au mieux l'humidité. Mais ça revient déjà, par vagues entières et je me laisse finalement glisser contre le bois, allant plaquer finalement une main contre ma bouche, pour qu'aucun sanglot ne s'en réchappe.
Elle ne doit toucher personne d'autre, cette peine.


The show must go on
Inside my heart is breaking
My make-up may be flaking
But my smile still stays on
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 10
double-compte(s) : Willow Cedano
crédits : (c) Noobody
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   Jeu 29 Nov - 2:53

Ni le vent, ni le froid, ne pourraient jamais le détourner de son but. Et qui le connaissait savait qu’il était difficile de le détourner d’un objectif. Surtout quand il lui tenait à coeur… Et pire s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort. Avec son estomac réclamant sa pitance, et son cerveau qui hurlait au cru, Caleb avait bien traversé la ville à pied pour trouver un sushi shop digne de ce nom.
Au moins, ainsi, il sortait plus au grand air. Cela ne pourrait pas lui faire de mal de se sortir de sa clinique, ou de son petit appartement. Si la clinique de Caleb ne recevait pas encore beaucoup de monde, il passait de longues heures chaque jour à l’aménagement et au réaménagement de certaines pièces, aux travaux du sous-sol comme en témoignaient ses mains abîmées. Pour la nouvelle année, il souhaitait recevoir légalement ces patients. Trompe l’œil. Comme son innocente apparence.

Une démarche nonchalante, mais l’oeil vif du guerrier. Le masque du trentenaire cachant une ossature de quarantenaire. Un homme si calme qu’on ne remarque pas sa présence. Et pourtant…

Tout ce qui retenait à présent tout ce qu’il était, c’était cette gamine qu’il avait pris sous son aile. Ou plutôt, était ce elle qui l’avait enveloppée de ses bras d'éther. Un ange. Une créature qu’il se devait de protéger. Un devoir. Une obligation. Des chaînes. Une prison qu’il chérissait. Son salut…

Aussi, quand il la vit prostré devant la porte de la clinique, la tempête en lui fit rage. Calme. Ses larmes alimentaient les flots tumultueux de son âme, attisant la colère en ses entrailles, et l’envie de destruction qui brûlait en lui. Calme. L’impudent… Ses mains pouvaient bien lui briser les os pour avoir osé répandre la peine. Calme…

L’homme inspira pour calmer la bête.

Et malgré ce flot ardent bouillant en lui, c’est une main, amie, caressante, rassurante qui se posa sur l’épaule de la jeune fille. Il vint à déposer un baiser entre les mèches de sa tignasse blonde. Tentative de consolation.

-Aller Squirry… Restons pas là …

L’aidant à se redresser, il lui prit la clé des mains pour ouvrir le cabinet et l’invita à y entrer. Ils y seraient plus à l’aise pour bavarder. Elle serait plus à l’aise pour lui parler de ce qu’il s’était passé. Et les murs blanc l'aideraient à ce calmer.

-J’ai un chou à la crème dans mon sac.

Douce invitation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 145
double-compte(s) : Gabriel, Galileo, Ipolitt, Will, Zacarías, Peter, Yann & Soheïl
crédits : Ava par terpsykore, crackship par amon ♥, code signa par EXORDIUM.
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   Jeu 29 Nov - 3:21


Je n'ai pas pensé que tu pouvais être dehors. Je n'ai pas pensé au fait que je ne serais pas seule pour cet instant de faiblesse supplémentaire. Quand je sens ta présence, ta main sur mon épaule, ton être qui me couvre un instant, ce baiser déposé, je tente de me calmer. Mais ça me fait mal, ça me rappelle l'espace d'un instant le dernier geste de Johann et les larmes continuent d'affluer alors que je me murmure une tentative d'excuse, face à toi qui doit me relever pour tenter de me rendre forme humaine. Alors que je ne souhaiterais que rester là, recroquevillée sur moi-même. Parce qu'ainsi, peut-être, je cesserais de faire souffrir les gens autour de moi. La fatigue qui me cisaille la voix, la tête, mais pas les maux. Ils n'ont de cesse de se fracasser contre moi, comme la houle contre un récif trop essoufflé de ne savoir reprendre son souffle entre deux assauts. Et quand on rentre, je ne peux que me cacher au mieux derrière les mèches, mes mains. Et ta gentillesse qui tente de me repêcher, alors que les épaules se font plus hautes, la tête plus basse. J'aimerais te dire comme ce n'est rien. Mais il n'y a que quelques pas de faits, pour m'écraser contre toi, comme on pourrait s'accrocher à un rocher en pleine mer agitée, trop épuisée que je suis pour continuer de nager à contre courant à cet instant. Le visage qui se niche pour ne pas être vu, pour qu'on ne puisse pas voir que même les taches de rousseur se retrouvent à boire la tasse. P-p-pardon... La voix est faible, le geste puissant quand les mains s’agrippent à ton dos. Le désespoir qui me transperce à cet instant. Gamine perdue qui aimerait se rappeler de la route vers le rivage.

C'est frappant, tu sais. Comme je ressens, à cet instant, le besoin que j'ai de te savoir là. Comme la sensation de solitude profonde dans laquelle ça peut me plonger s'éloigne un peu avec toi là. Et les sanglots qui s'extirpent de moi avec rage encore, comme un besoin de vider toutes les vannes, comme pour mieux repartir à zéro après tout ça. Peut-être est-ce la vérité, que t'avoir là, c'est devoir savoir affronter la fatalité. Se rappeler que c'est dur mais surmontable. Et je m'accroche encore à toi, par peur que mes jambes se dérobent encore sous le poids que je ressens, sur le coeur. Qui écrase celui-ci au point d'en faire découler tout ceci. Toute cette avalanche de ressentis. I-il... Il ne reviendra... Jamais... Et les larmes qui redoublent de vivacité, face à ce fait que je dois accepter. Et la crainte qui se réalise, alors que je sens mes forces m'abandonner pour de bon une nouvelle fois. Je le sais, qu'un jour, ça ira bien mieux. Que bientôt, je pourrais en sourire sans plus avoir envie de pleurer. Mais là, j'en ai besoin. Telle l'enfant qui s'est sentie toujours avec une part de vide en elle, sans comprendre pourquoi. Qui espérait retrouver la partie manquante de sa famille pour la combler. Et qui au final, se retrouve sans rien pour tenter de construire quelque chose. Ce... C'est... Terminé... Ça m'arrache l'âme, de l'avouer ainsi, à haute-voix. Mais il le faut, pour l'accepter, Oana.

Noyade, dans les profondeurs.
Le fond de l'océan n'est pas bleu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 10
double-compte(s) : Willow Cedano
crédits : (c) Noobody
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   Jeu 29 Nov - 4:31

Oana. Si douce. Si forte. Si fragile. Si forte… A cet instant, alors qu’elle se jette littéralement contre lui, Caleb se dit qu’il a eut raison de venir avec elle. Elle a le coeur en miette. Et intérieurement il s’en veut de ressentir cette bouffé d’orgueil. Il a eut raison. Oui. Il a eut raison. Mais il aurait préféré avoir tort. Tort… Si seulement.

Ses bras enveloppent la douce jeune fille. Ses mains caressent tantôt son dos tantôt sa nuque. Des mains qui rêvent de s’abattre sur le coupable. Des mains qui pourraient se faire dures et violentes mais mentalement, il a plus l’impression d’être une petite cuillère qui ramasse les éclats brisés du coeur d’Oana. Il a bien fait… Et se disputant à sa colère, la satisfaction de pouvoir lui rendre ce qu’elle a toujours fait pour lui. L’aider à reprendre pied, à se calmer, accepter. Il murmure des paroles apaisantes à son oreille. Sa main remonte jusqu’à la tête de la jeune fille, et par mouvements circulaires et réguliers, il lui masse le crâne. Qu’elle se calme… Qu’elle se repose.

-Tu as fais ce que tu as pu…


Main qui s’aventure sur une joue pour en chasser les perles salines. Il n’aimait pas la voir pleurer. Oana était un soleil… Un temps radieux. Pas une tempête… Il reserra son étreinte sur elle. Il serait son pilier, son coussin jusqu’à ce qu’elle aille mieux. Qu’elle déverse sur lui sa peine, sa tristesse, et si tant est qu’elle en ait un peu, sa colère, sa déception. Il supporterait. Il la soutiendrait. Elle fléchit. Il reste debout pour eux deux. Marche pour eux deux. Et la fait s’asseoir sur le canapé de la salle de repos. Caleb ne la lâche pas. Pas tant qu’elle aura besoin de lui. Pas tant que ses larmes n’auront cessé de couler. Pas tant qu’il ne saura pas…


-Tu veux me raconter ce qu’il s’est passé ?



Il tendait la main, espérant qu’elle puisse la voir, la saisir… Et si elle ne le faisait pas, il irait la chercher pour la ramener vers la surface, et la pousser à nouveau vers le ciel, vers sa place, entre les nuages…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 145
double-compte(s) : Gabriel, Galileo, Ipolitt, Will, Zacarías, Peter, Yann & Soheïl
crédits : Ava par terpsykore, crackship par amon ♥, code signa par EXORDIUM.
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   Jeu 29 Nov - 5:20


Je n'en suis pas sûr, tu sais. D'avoir pu faire tout ce qui était en mon pouvoir. Je crois que c'est le contraire, même. Que je me suis juste laissé porter pendant un instant par un élan quelconque qui n'avait rien de réfléchi. Qu'il était idiot et juste là pour me rappeler comme je ne sais rien de la vie. Qu'il vaut mieux parfois écouter les autres plutôt que soi. Je craignais une rencontre organisée, mais sans doute aurait-elle été moins destructrice que celle qu'on a pu avoir. Je me réfugie un peu plus contre toi, à cette pensée. À la recherche d'une chaleur, au travers de la tienne, que je ne retrouverais plus jamais. Ça fait mal, Caleb. Comment on fait, déjà ? Et je sens comme ça s'arrache, en moi. Tu sais, les filaments d'espoir. Comme ils s'enlèvent, un par un. C'est... Faux... Non, je n'ai pas fait un tiers de ce que j'aurais dû faire. Mais il est trop tard et mon étourderie m'aura coûté l'occasion d'approfondir le mot "famille". Avec Mircea aussi, c'est compliqué. J'aurais dû comprendre, dès le départ, rien qu'avec lui, comme c'était compliqué de débarquer de nul part. Mais j'ai été bête de croire que ça irait pour Johann.

J'avais oublié.
Comme la solitude
peut briser un être.

Peut-être ai-je songé que ça irait ? Mais non, bien entendu que non. Idiote. Blottie contre toi, l'âme écorchée. Je tente de récupérer mon souffle, de fermer si fort les yeux que plus rien ne pourrait s'en empêcher. mais c'est inutile. Et le mal de crâne qui ne cesse de s'approfondir, de rendre les cloisons de la peine lourdes. Je ressasse déjà tout, du premier instant jusqu'au dernier. Je tente de refaire la scène sans y parvenir. Je sais ce qui a posé problème, tout au fond de moi. L'approche, simplement. J'aurais dû rester loin, à l'observer, quitte à passer pour une pauvre gosse amourachée d'un individu inconnu au bataillon. Je... J'ai tout raté. J'ai cassé la plume après avoir raturé les quelques lignes que j'avais pu déjà écrire. Tu sais, celles qui disaient que je voulais retrouver ce demi-frère perdu. Plus jamais il ne sera ouvert, cet ouvrage-là. Promis. J'ai tout fait... Tout fait raté... Encore. Il... Il a été... Les doigts qui s'accrochent un peu plus à toi, la honte qui s'abat davantage encore sur moi. Si gentil... Et les larmes prennent un tout autre sens. Se mêlent au regret celles de l'amour. Mais... Mais... Et les froides lames de la vérité qui viennent à croquer le coeur, davantage encore. Mais je n'ai... Jamais... Jamais eu ma place... Dans... Dans sa vie... Parce que je ne serais qu'Oana. Pas une Kilik, véritablement. Qu'importent les projets de père par le passé ou de ceux de Mère. Je ne veux pas être une autre, tu comprends toi, pas vrai ? Ni dans celle... Celle de père, je crois... Regarde la taille de ses barreaux. Ils n'étaient pas faits pour tenter de les outrepasser. La crise de larmes continue encore, après ses aveux. Les sanglots sont devenus ceux de quelqu'un qui doit se raisonner. Qui doit accepter ce qu'il en est. Pardon, Caleb... Pardon... Que je marmonne, souvent, entre deux vagues. Comme une bouffée d'air, parmi le reste. Excuse-moi d'être aussi égoïste. Je te promets de changer ça rapidement, d'accord ? J-je suis... Désolée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 10
double-compte(s) : Willow Cedano
crédits : (c) Noobody
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   Ven 30 Nov - 19:56

-Ca va aller…

Des mots qui perdent sens à force de les prononcer. En quoi ça va aller ? Pourquoi ça va aller ? Ses mains, son visage, son corps parlent pour elle. Elle s’accroche à lui. Il a l’impression d’être un canot de sauvetage. Elle est belle l’image quand on sait que c’est elle qui, il y a quelques années, s’est amusé à le repêcher. Il est facile de perdre pied quand tout se retourne contre soi. Alors il la serre pour qu’elle ne sombre pas. Il est là. Il veut qu’elle le sache.

-Tu sais parfois les gens ne sont tout simplement pas fait pour entrer dans nos vies, d’autres ne sont pas fait pour y rester… Tu en verras beaucoup des gens qui viendront, qui partiront. C’est triste. Mais c’est comme ça.

Caleb n’a jamais été à l’aise avec les larmes. Même avec Clary, il ne savait pas y faire. Il aurait préféré se la fermer, ne rien dire. Il se donnait l’impression de ne dire que “de la merde”. Pourtant il le pensait, même s’il n’était pas certain que ce soit ce qu’il fallait dire dans une telle situation.

- J’aimerais te dire que tu t’y habitueras... Mais on s’y habitue pas même si la douleur à force est moins vive… C’est ça aussi grandir. Faut juste se dire qu’on a eu la chance de rencontrer certaine personne, même si ce n’était que pour un court instant…

Après tout, mieux valait dire ça, que de traduire la colère qui l’habitait.

-Tu peux te consoler aussi en te disant que ce n’est pas une fin, car il vit quand même quelque part… Et ses pensées te suivront parfois.

Un comble pour lui qui ne pensait qu’à étriper l’ordure qui osait la faire pleurer. Caleb déposa un nouveau baiser dans ses cheveux, ses mains continuant leur lente danse sur le dos de la jeune femme.

-Pleure Squirry…. Pleure. Ca ira mieux demain… Souris. Y a rien de fini tant que vous vivez tous les deux... ça ira…


Le prochain aurait intérêt à quitter la ville tout aussi rapidement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 145
double-compte(s) : Gabriel, Galileo, Ipolitt, Will, Zacarías, Peter, Yann & Soheïl
crédits : Ava par terpsykore, crackship par amon ♥, code signa par EXORDIUM.
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   Mer 5 Déc - 12:00


Tu distilles des vérités, m'apportent avec douceur ce qu'il est, simplement. Parfois, ça ne va pas plus loin que ça. Je t'écoute en ravalant au mieux mes sanglots, me détendant doucement mais sûrement, petit à petit, face à la douceur et la patience dont tu fais preuve. Et j'essuie d'une main les larmes qui perlent encore, les écrase avec force, reste parfois là afin de leur dire de cesser. Les traits tirés dans une expression figée le temps de, avant de souffler doucement quand je sens que c'est enfin en train de se calmer. Je cherche dans mes poches après des mouchoirs pour effacer les dernières traces de toutes ses émotions. J'ai encore la tête basse, soufflant tout en reprenant des grandes gorgées d'air. Et puis finalement, je relève un peu la tête pour te sourire, du mieux que je peux. Tu as raison... Et tes mots me font du bien, persistent à me résonner dans le crâne. Je déglutis un peu face aux sanglots qui veulent encore m'habiter. C'est comme ravaler ses peines. Je t'observe pour me donner la force de lutter, hochant légèrement pour moi-même. Merci... Un murmure d'une voix trop chaude d'avoir pleuré. Et je reviens contre toi, prostrée encore dans mon attitude, cherchant après ta chaleur encore. Mes bras qui entourent mes genoux, la tête qui s'est échouée contre ton buste. Et le silence de ma part, alors que je me perds dans mes pensées. Merci d'être là. Je ferme les yeux pour éviter que ça ne puisse repartir. Il est temps de grandir, Oana. Et merci pour tes mots. Pour ta patience et ta bienveillance aussi.

Il faudrait que je m'éloigne un peu, que je fasse comme si j'étais réellement déjà toute remise du tout. Mais je ne sais pas encore le faire. Calmer les larmes est une chose. La solitude qui m'enserre le coeur est encore trop puissante pour consentir à me retrouver seule. Alors je reste juste là, en espérant que tu me pardonneras cette colle excessive, me pardonner de devenir pour aujourd'hui une glue qui n'a pas envie de partir encore. Et finalement, mes mains se détachent doucement de mes jambes pour venir te chiper une main, pour jouer avec tes doigts, comme pour tenter de m'occuper l'esprit. Tu as mangé ? Que je m'inquiète enfin, te faisant plier quelques phalanges, m'accrochant à ce contact dans un sourire qui petit à petit revient réellement, quelque peu candide j'imagine face à ce que je peux bien faire. J'ai pensé à mes cachets. Que je te dis, pour que tu ne t'en fasses pas aujourd'hui. J'ai dû prendre des neuroleptiques en plus, hier... Je soupire, face à l'annonce de cette crise potentielle qu'il a fallu éviter. Je devrais peut-être me taire, ne pas l'annoncer, mais je n'ai jamais su te mentir à ce sujet. Hum... Replongeant dans mes pensées, une question qui m'effleure et qui me fait cesser de jouer avec la pliure de tes doigts, avec le creux de ta paume pour observer les plis de peau qui se forment et qui me fascinent à cet instant. L'impression de me sentir de nouveau lourde, face à ce qui me traverse l'esprit. Et je n'affronte toujours pas ton regard, ramenant simplement ta main vers moi pour déposer sur son dos un baiser, avant de lui rendre sa liberté. Dis, Caleb... Comment tu fais, toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Breathe for two || Caleb   

Revenir en haut Aller en bas
 

Breathe for two || Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une reprise des Filles de Caleb
» "Le temps est un grand professeur mais malheureusement il tue ses élèves.". + CALEB
» (m/city) Caleb Ainsworth - Best friend, complicated
» Caleb | Everybody needs a perfect man in their life
» [boite de nuit] Breathe In Breathe Out † Dany

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-