AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en avril 2017. le soleil pointe enfin le bout de son nez
en raison d'un déséquilibre dans la répartition des créatures, les démons ne sont plus autorisés, tout comme les vampires de plus de 100 ans.

Partagez | .
 

 cause I'm in too deep (aveline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 853
○ double-compte(s) : Ashley & Tobias
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), royal deluxe - i'm a wanted man (txt sign)
MessageSujet: cause I'm in too deep (aveline)   Mer 7 Sep - 16:38


– cause I'm in too deep –
aveline&adémar The faster we're falling. We're stopping and stalling. We're running in circles again. Just as things we're looking up. You said it wasn't good enough. But still we're trying one more time. Maybe we're just trying too hard. When really it's closer than it is too far. – sum 41


Longue, longue, longue journée… Six visites, deux signatures et un couple de vieux clients casse-pieds à un point qu’il n’avait jamais expérimenté. Adémar n’avait jamais eu des clients aussi pénibles que ceux-là. Il avait fini par faire passer la maison qu’il était en train de faire visiter pour hantée en s’amusant avec son don pour faire claquer les portes et faire clignoter les lumières. C’était bon pour le marché et les histoires de fantômes dans le coin, ça allait bon train. C’était parfait. Le vieux couple, visiblement peu pressé de rejoindre la tombe trop tôt avait déserté avant la visite de l’étage suivant. Il lui avait promis une autre visite, dans une autre maison. Cette fois, il les prendrait en après-midi, après avoir mangé, il serait plus détendu que lors de la dernière visite de la journée, surtout une journée aussi remplie. C’était ça, où il les tuait lui-même ! Vieux casse-couilles.
Tant bien que mal, il essayait de tenir ses distances avec sa sœur, mais là, il avait clairement besoin de la voir, de lui parler, de passer la soirée avec elle. Il avait besoin de leur complicité. Comme toujours, il la prévint d’un sms clair et concis, si elle n’était pas disponible, il le saurait très vite. « Pizzas ou thaï ? » Il passait rarement par une formule de politesse pour ce genre de choses. C’était des banalités et les banalités, c’était bon quand on n’avait pas partagé sa vie pendant vingt-neuf ans. Une fois sa réponse obtenue, il bifurqua chercher leur commande et se refournit en cigarettes. Il avait largement massacré son stock avec cette journée interminable.
Cette fois, contrairement à la dernière fois où il était venue chez sa jumelle -tout ça pour tomber sur ce cafard-, il prit les escaliers. Tant pis, il allait crever avec tous ces étages à grimper à pieds, ça lui ferait du bien et ça lui permettrait de se calmer un peu entre deux volées de marches. Essoufflé une fois à destination, il prit évidemment le temps de respirer un peu avant de frapper à la porte. Silence… juron étouffé, bruit sourd puis lourd. Il posa en vitesse la bouffe pour sortir sa clef. Ave avait bien entendu laissé sa clef dans la serrure. Rageant, il utilisa son don pour ouvrir la porte de l’intérieur et se précipita, larguant à nouveau les sacs de nourritures dans l’entrée. Sa jumelle était sous une armoire. « Sérieusement… » Mi ahuri mi effrayé, Adémar s’empressa d’aller soulever l’armoire en s’aidant à nouveau de son don. Il était incapable de soulever ou bouger des choses aussi avec son don seul, mais l’alliance de la force physique et de ce dernier l’aida à remettre le meuble sur ses pieds plus vite. « Ave ? Tu vas bien ? » Parfois, il se demandait comment un telle malchance pouvait exister. Une tuile devait se détacher ? C’était pour elle. Un pavé sorti du trottoir ? Encore pour elle. Un lot de bouffe contaminé ? Toujours pour elle ! Un serpent venimeux rare ? Tout juste… c’était encore et toujours pour sa jumelle. Sa chance à lui était proportionnelle à sa malchance à elle. Il contrebalançait d’ailleurs bien souvent à merveille le phénomène, mais il n’était pas toujours proche. Et il avait glandé quoi là ? Le démon protecteur de pacotille ? Il jouait aux cartes ?! « Comment tu te sens. Et me réponds pas bien ou je t’emmène à l’hosto sans te demander ton avis. » Aveline, spécialiste de la minimisation, il la connaissait trop bien pour se contenter d’un pauvre, ça va. Il en avait vu d’autres avec elle.


(c) blue walrus

_________________
They didn't know it when they turned me loose. I started running in the middle of the night. The law ain't never been a friend of mine. If you ask me to change, I don't know, if I can...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 314
○ double-compte(s) : Simon le chasseur, Gene la traductrice, Basile le trafiquant & Bélial le consultant
○ crédits : faust (ava) | neon demon (signa)
MessageSujet: Re: cause I'm in too deep (aveline)   Mer 7 Sep - 19:06


– 'cause I'm in too deep –
ADEMAR ET AVELINE / There are things in life that exist, and yet our eyes cannot see them. Have you ever seen something startling that others cannot see? Why are some things kept from our vision? Is life a puzzle? I am filled with questions. Sometimes my questions are answered. In my heart, I can tell if the answer is correct. – LONG DISTANCE CALLING.


Installée dans son fauteuil, Aveline avait le nez plongé dans un livre qu’elle dévorait avec passion. A force, elle avait fini par se faire à l’idée que si elle avait ouvert une librairie, c’était surtout parce qu’elle n’avait plus assez de place chez elle pour entreposer tous les ouvrages qu’elle voulait ou avait lu. Elle adorait entrer dans ces histoires qu’elle chérissait tant, qu’il s’agisse de grandes fresques épiques, de romans noirs ou bien à l’eau de rose pourvu qu’ils soient bien écrits. La qualité et l’originalité, voilà ce qu’elle préférait par-dessus tout. Elle avait lu, relu et relirait sans aucun doute l’intégrale du Seigneur des Anneaux avec un plaisir non feint, elle avait dégoté des romans policiers français absolument géniaux et elle s’était jetée dans la lecture d’une histoire japonaise très connue, la version romancée du samouraï Miyamoto Musashi – après tout, un peu d’exotisme ne faisait de mal à personne, et la jeune femme suivait les péripéties du rônin vagabond avec passion. Elle fut dérangée dans ses aventures par la sonnerie de son téléphone portable lui annonçant qu’elle venait de recevoir un message, et elle pesta entre ses dents contre celui qui venait de la tirer de son imaginaire avant de se calmer sur-le-champ en voyant s’afficher le nom de son frère. Elle lui répondit un simple « Thaï, j’ai ce qu’il faut à boire dans le frigo » et marqua sa page avant de se lever. Pour accueillir son jumeau, elle allait bien faire un peu de rangement. Son appartement n’était pas particulièrement en désordre, mais ça n’était pas une raison pour laisser traîner tout et n’importe quoi – généralement des déchets ou des restes laissés là par Bart qui avait un peu trop tendance à venir chez elle comme s’il était chez lui. Et dire qu’elle n’avait qu’à monter quelques étages pour atterrir dans son appartement à lui. Enfin, ce soir il devrait la laisser en paix, et tant mieux : une soirée en tête à tête avec son frère, voilà une chose qui ne s’était pas produite depuis bien trop longtemps à son goût.

En entendant la sonnerie retentir dans l’entrée, la grande brune se dirigea vers le salon, bien décidée à ouvrir. Ce fut sans compter sur le bord du tapis dans lequel elle se prit les pieds ; en trébuchant, elle laissa échapper un juron et se rattrapa à la première chose qui passa à sa portée : une armoire pleine de livres qui chuta en même temps qu’elle, lui coupant le souffle lorsqu’elle tomba sur son dos. Clignant des yeux sous la douleur, Aveline mit quelques secondes à réaliser qu’elle était vivante et qu’aucun de ses organes vitaux n’avait été touché. Elle ne pensait pas avoir de fracture non plus – elle aurait juste de beaux hématomes. Cependant, elle ne fut pas mécontente de voir arriver son jumeau, malgré le regard qu’il lui lança. Sa malchance les étonnerait toujours autant tous les deux, visiblement. Elle l’aida à soulever le meuble lorsqu’elle put bouger et se redressa en grimaçant un peu. Prête à lui assurer qu’elle allait bien, elle resta silencieuse un moment avant de soupirer, vaincue d’avance. Ils se connaissaient beaucoup trop bien l’un l’autre pour essayer de se tromper sur leur état.

- Je vais avoir des bleus, mais sinon ça va. Je n’ai pas pris de coup sur la tête, je n’ai pas d’os cassé et hey, mes côtes n’ont pas perforé mes poumons et je n’ai pas de vertèbre en miettes, alors tout va bien.

Elle sourit et poussa même le vice à ajouter :

- Tu vois, je commence à devenir chanceuse aussi.

La chance était une chose très relative chez eux, mais lorsqu’ils étaient ensemble, ils parvenaient à un équilibre. Comme si la vie leur rappelait à sa façon qu’ils fonctionnaient mieux ensemble que séparés. Elle sourit au grand homme, navrée de lui avoir fait peur.

- Désolée pour le coup de sang. J’ai … trébuché dans le tapis.

Cette révélation n’avait rien d’étonnant quand on la connaissait. Elle ne passait pas sa vie à être victime de la loi de Murphy – cette dernière préférait lui rendre visite pour des choses autrement plus grave qu’une petite chute, et la cicatrice encore fraîche sur le côté de sa gorge en était une excellente preuve.

- Bière ? Je suis tombée sur une marque belge l’autre jour, je pense que tu vas aimer.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 853
○ double-compte(s) : Ashley & Tobias
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), royal deluxe - i'm a wanted man (txt sign)
MessageSujet: Re: cause I'm in too deep (aveline)   Dim 18 Sep - 8:11


– cause I'm in too deep –
aveline&adémar The faster we're falling. We're stopping and stalling. We're running in circles again. Just as things we're looking up. You said it wasn't good enough. But still we're trying one more time. Maybe we're just trying too hard. When really it's closer than it is too far. – sum 41


La bouffe Thaï et ses affaires larguées sur la table pour s’assurer que sa jumelle allait bien, Adémar ruminait. Il se demandait comment Aveline avait fait son coup cette fois pour se retrouver dans une position pareille. Parfois, il désespérait de savoir comment elle était restée en vie avant qu’il ne vende son âme à Bartimeus. Sa chance insolente y était pour beaucoup, c’est vrai, mais malgré tout… il ne pouvait pas s’empêcher de se demander comment une chose pareille était possible. Sa sœur jumelle était une catastrophe ambulante et même si un démon de pacotille veillait sur elle, il craignait qu’il lui arrive quelque chose à la librairie avec tous ces rayonnages plein à craquer de livres qui pouvaient lui tomber dessus. Pour n’importe qui, ce genre de frayeurs et de considérations pouvaient passer pour de la paranoïa, mais quand il s’agissait d’Aveline, ce genre d’idées ne semblaient plus vraiment disproportionnées. Ave était un cataclysme pour elle-même et il n’exagérait même pas. Adémar était à la fois effrayé, atterré et amusé, c’était compliqué de se fixer sur une humeur tant c’était… absurde comme situation. Rire ou pleurer, avec Aveline, difficile de savoir.

Bien malgré lui, il ricana, moqueur, en l’entendant étaler sa chance incommensurable de ne pas s’être blessée mortellement dans la manœuvre. Il ferait un arrêt cardiaque avant la fin des dix ans de sursis, il en était convaincu. « Quelle chance que tu ne te sois pas fracassée la tête sur un coin de la table, c’est sûr… Dis-moi qui d’autres dans le monde se réjouit des catastrophes évitées à part nous. » Il soupira, maudissant la malchance de sa sœur et passa une main légèrement tremblante mais soulagée sur son visage. « Chanceuse ouais… c’est ça. On va dire ça comme ça. » Adémar se permit d’inspirer un grand coup pour se remettre de sa frayeur. Il ne manquait jamais de shoot d’adrénaline en présence de sa jumelle, ça, c’était certain.
Les yeux ronds, il la regarda un moment, pour finir par éclater de rire. « Sérieusement ? T’as trébuché dans le tapis ? » Il avait du mal à s’en remettre, vraiment du mal. Il n’y avait vraiment que sa sœur pour annoncer avec désinvolture qu’elle s’était prise les pieds dans le tapis. C’était un gag… sa vie était un gag perpétuel avec sa jumelle. Après quelques minutes, Adémar parvint pourtant à se calmer. C’était nerveux, indéniablement. La journée avait été beaucoup trop longue et la frayeur réelle, quoi qu’il puisse en dire. « Avec plaisir. J’arriverai peut-être à me remettre de mes émotions comme ça. » Il soupira et alla ouvrir la fenêtre avant de s’allumer une cigarette, qu’il fumerait, perché, comme à son habitude. « Un jour, je vais faire appel à un spécialiste de la sécurité infantile pour s’occuper de la librairie et de ton appartement. Et demain, je viens fixer cette étagère au mur. » Et peut-être même tous les meubles contre les murs d’ailleurs. Il faudrait qu’il pense aussi à fixer le tapis au sol même si ça lui compliquerait sérieusement la tâche pour le nettoyage. Tout devenait un danger avec Aveline. Vraiment tout, même la chose la plus absurde ou inoffensive au monde. « Je vais finir paranoïaque, avec des cheveux blancs avant l’âge et le stress finira par me tuer et pourtant Dieu sait que je t’aime. » Il avait dit ça avec humour, plus qu’il ne croyait pouvoir en faire vu qu’il était condamné de toute façon. Mais c’était vrai, il aimait sa sœur plus que tout.


(c) blue walrus

_________________
They didn't know it when they turned me loose. I started running in the middle of the night. The law ain't never been a friend of mine. If you ask me to change, I don't know, if I can...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 314
○ double-compte(s) : Simon le chasseur, Gene la traductrice, Basile le trafiquant & Bélial le consultant
○ crédits : faust (ava) | neon demon (signa)
MessageSujet: Re: cause I'm in too deep (aveline)   Mar 11 Oct - 18:59


– 'cause I'm in too deep –
ADEMAR ET AVELINE / There are things in life that exist, and yet our eyes cannot see them. Have you ever seen something startling that others cannot see? Why are some things kept from our vision? Is life a puzzle? I am filled with questions. Sometimes my questions are answered. In my heart, I can tell if the answer is correct. – LONG DISTANCE CALLING.


Aveline ne savait absolument pas pourquoi la malchance s’acharnait sur elle de cette façon. De même, elle ne parvenait pas à réaliser à quel point son jumeau avait une chance prodigieuse. A eux deux, ils avaient un équilibre parfait, mais pris séparément, c’était elle qui avait hérité de toute la poisse du duo. Pourquoi, comment, elle n’en avait aucune idée ; elle avait longtemps pensé qu’il s’agissait d’une malédiction, mais il n’y avait aucune raison qu’elle ne touche qu’elle et pas Adémar. Au final, elle avait fini par accepter qu’il s’agissait simplement d’un état de fait et qu’elle ne pouvait rien y faire. Peut-être qu’un jour, l’univers déciderait qu’elle avait payé sa dette karmique et lui laisserait vivre une vie normale ; en attendant, tous les pavés déchaussés, tous les pots de fleurs suicidaires, tous les démons malveillants, tous les gens mal intentionnés étaient pour elle. Elle allait finir par se promener avec une patte de lapin à force – quoiqu’elle était certaine qu’elle devait y être allergique, ainsi qu’aux fers à cheval et aux trèfles à quatre feuilles. Enfin, au moins, quand le danger se faisait trop grand, elle savait que Bartimeus jaillissait de nulle part pour lui éviter une mort atroce. C’était bien le seul avantage à l’avoir sur le dos en permanence.

Une fois sortie de sous l’armoire qui lui était tombée dessus et après avoir rassuré son frère, elle lui avoua, assez penaude, qu’elle avait chuté à cause d’une malheureuse rencontre entre son pied et le tapis. L’éclat de rire d’Adémar lui fit lever les yeux au ciel, mais un sourire ne tarda pas à apparaître sur son visage.

- Tu doutes de ma capacité à trébucher sur mon propre tapis ?

Elle partit dans sa cuisine et ouvrit son frigo avant d’en sortir deux bières qu’elle décapsula avant de rejoindre sa moitié dans le salon en prenant bien garde de là où elle marchait. Finalement, après une traversée sans nouvelle chute ni sans rencontre fortuite avec un coin de meuble, elle s’accouda à sa fenêtre et tendit une bouteille à sa grande tige de frère.

- Tu parles, même incrustée dans le mur, elle serait capable de se détacher pour me tomber dessus – encore une fois.

Elle visualisait tellement bien la scène qu’elle aurait très bien pu la voir dans l’une de ses visions tant elle était nette. Avec un peu de chance, ça n’arriverait pas … mais de la chance, justement, elle n’en avait pas.
Elle rit un peu à la remarque d’Adémar et le poussa gentiment.

- Monsieur Adémar Twain avec des cheveux blancs, il ne manquerait plus que ça. Ca casserait ton look de grand ténébreux chic.

Si elle ne se négligeait pas pour autant, elle n’avait pas la même allure que son frère entretenait. Cela dit, si elle avait fait un tout petit peu d’efforts, elle aurait très bien pu rivaliser avec lui en élégance. Ca ne lui avait jamais traversé l’esprit cependant, et elle préférait un jean confortable mais banal à une robe sur-mesure mais absolument pas pratique.

- Déjà que tu as l’air stressé ces derniers temps, ça serait dommage que tu perdes de ta superbe.

Elle avait bien remarqué que quelque chose avait changé chez lui, mais impossible de mettre le doigt sur ce qui clochait. Et comme elle n’avait pas spécialement envie de lui faire passer un interrogatoire en bonne et due forme, elle chercherait des indices au gré de leurs conversations à venir.

- Tout va bien au travail ? J’ai comme l’impression qu’il y a beaucoup d’arrivées ces derniers temps. Ne nous fait pas un burn-out, ça serait dommage.

Elle lui lança un clin d’œil malicieux avant de boire une gorgée de bière et de contempler la ville qui s’étendait devant eux.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 853
○ double-compte(s) : Ashley & Tobias
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), royal deluxe - i'm a wanted man (txt sign)
MessageSujet: Re: cause I'm in too deep (aveline)   Mer 26 Oct - 12:23


– cause I'm in too deep –
aveline&adémar The faster we're falling. We're stopping and stalling. We're running in circles again. Just as things we're looking up. You said it wasn't good enough. But still we're trying one more time. Maybe we're just trying too hard. When really it's closer than it is too far. – sum 41


Adémar n’aurait jamais dû s’étonner d’apprendre que le tapis était responsable de sa frayeur. Au fond, il n’était même pas surpris et comme Aveline le soulignait très justement, il ne doutait pas le moins du monde que ce soit possible. Il ne doutait même pas du fait qu’elle était capable de trébucher sur ses pieds. Après tout, elle était déjà parvenue à s’assommer toute seule, sans l’aide de personne, devant lui, avec une poêle en faisant la cuisine. Il ricana encore. Toujours nerveusement. « Tu as déjà trébuché sur tes pieds et tu t’es déjà assommée tout seule. Je ne sais même pas pourquoi je suis encore surpris quand ça arrive. » Il devrait être blasé à force, sauf que ça n’était pas le cas. Sa jumelle était la prunelle de ses yeux, une moitié immuable de sa personne, il ne pourrait jamais s’habituer à sa malchance et à ce qu’elle engendrait à chaque fois. S’habituer voudrait dire qu’il ne tenait plus à elle et ça n’arriverait jamais.

Acceptant la bouteille avec plaisir, le grand échalas qu’il était leva les yeux au ciel en marmonnant quelque chose de forcément très grossier au sujet de la malchance de sa jumelle. « Je viens quand même la fixer demain et tout le reste avec. Je prends congé, je fais ce que je veux, je suis presque mon patron. Et à moins que tu ne grimpes dessus -ce que je t’interdis évidemment de faire-, ça devrait tenir un moment avant que ta malchance ne décroche les chevilles que je vais enfoncer dans ce mur. » Et il en profiterait pour retirer tout ce qui pouvait traîner en haut des étagères et des meubles. Non, il n’exagérait pas du tout, le plus absurde devenait possible avec Ave. Ces films ridicules là… du nom de Destination Finale, lui filait une trouille bleue par exemple. Pour n’importe qui, c’était du plus haut comique, de l’absurde à l’état pur en matière de mort. Pour lui, c’était un cauchemar parce que c’était typiquement le genre de truc qui pouvait arriver à sa moitié. Ça lui filait des sueurs froides.
Toujours en marmonnant, il se laissa pousser doucement par sa sœur en affichant un air faussement vexé. « Mais je suis ténébreux et chic ! Je refuse d’avoir des cheveux blancs alors que je n’ai pas encore atteint la trentaine. » Il haussa un sourcil, lui signifiant d’oser dire le contraire. C’était qu’il y tenait à son image, aussi fausse soit-elle même si elle tendait à devenir de plus en plus authentique tant il pouvait se montrer rapidement odieux quand il était sur les nerfs et si elle n’était pas dans les parages pour le voir à l’œuvre. Et puisqu’il était justement de plus en plus sur les nerfs… Ses airs supérieurs avaient tendances à devenir des plus authentiques.

Avec l’habitude que confère la pratique du mensonge, Adémar masqua à la perfection son malaise aux paroles de sa jumelle et haussa les épaules avec désinvolture tout en tirant sur sa cigarette. « C’est vrai qu’il y a pas mal de choses à faire en ce moment. L’immobilier ne ressemble pas à ce qui se fait par chez nous, sans compter les arrivées et les départs. » Ce n’était pas à ce point, mais l’immobilier n’était pas le secteur de sa sœur, aussi, elle ne risquait pas de voir le pot-aux-roses. Si elle ne fourrait pas son nez là-dedans, il n’y avait aucun risque qu’elle se rende compte qu’il lui mentait comme un arracheur de dents. Et de toute façon, cette journée-ci avait effectivement été stressante. Il se consolait donc en se disant qu’il n’avait pas tout à fait menti. « Mais j’vais me reposer, promis. » À sa façon bien sûr.
« Et toi ? La librairie ? Tout va bien ? » Noyer le poisson était sa spécialité et il n’avait aucun mal à simuler de l’intérêt puisqu’il était réellement intéressé par ce que faisait sa jumelle de ses journées. Aveline était son soleil au milieu de l’obscurité et même la chose la plus insignifiante avait de la valeur à ses yeux. En réalité, tant qu’ils ne parlaient pas de Bartimeus, il n’avait aucun mal à oublier ce qui l’attendait, ce qui rendait le retour à la normal d’autant plus dur à gérer pour lui.


(c) blue walrus

_________________
They didn't know it when they turned me loose. I started running in the middle of the night. The law ain't never been a friend of mine. If you ask me to change, I don't know, if I can...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: cause I'm in too deep (aveline)   

Revenir en haut Aller en bas
 

cause I'm in too deep (aveline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ZDoom] Knee-Deep in ZDoom
» [Guide] Episode I : Knee-Deep in the Dead
» Deep-Water : campagne Polaris
» Deep Matrix 3000
» Deep Sea Country (platformer) par yu-kamone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: résidences-