en haut
en bas
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
les créatures sont présentement surpeuplées ! on vous invite donc à privilégier les petits humains (ainsi que, toujours, les fantômes).
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février)

Partagez | .
 

 Dans le viseur || Luz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Gabriel Rodríguez
human // drink the water
messages : 501
multicompte(s) : Ipolitt, Niels, Peter, Soheïl, Tulio, Will, Xavier, Yann, Zacarías
crédits : signa par Exordium, aes par Harfang
MessageSujet: Dans le viseur || Luz   Mar 18 Déc - 9:21



Décembre 2016 // Le regard rivé sur l'avis de recherche qu'il a pile en face de lui. Il en décroche pas, perdu dans ses pensées, mais le visuel bien ancré dessus. À s'imaginer ce qu'il y a bien pu se passer pour que cette gonzesse qui lui semblait jeune soit recherchée pour double homicide. Le nom hispanique qui se grave dans la mémoire sans qu'il y prête attention, les prunelles qui lâchent pas celles en face. Carmen Mendoza. Il soulève ses pognes, celles entouraient du bracelet spécifique seuls les vilains policiers peuvent mettre aux gens, pour se gratter un recoin du nez, frottant du pouce la zone incriminée. Ça doit bien faire quatre heures qu'il est assis là, avec pour compagnie le tableau d'affichage des visages recherchés. Une vingtaine qui lui disent rien du tout, tous autant qu'ils sont. Alors il s'en est concentré sur un seul, celui bien en face de sa vision. Et deux heures passent encore, avant qu'on ne vienne enfin à s'occuper de lui, à le relâcher plus tard quand ils comprennent enfin qu'il avait rien à se reprocher. Délit de sale gueule dont il ne tirera aucune excuse, pas même l'ombre. C'était au cas où, monsieur. Y'a des coups de boules qui se perdent à pas être donnés, parfois.

[...]

Décembre 2017 // Échoué comme souvent dans un bar, à lester ma carcasse sur un tabouret qui frémirait presque de supporter la lourde barbaque, je me pose non sans un soulagement pour ma part, après une journée de merde qui se termine foutrement trop tard pour que je puisse être de bonne humeur. Bar choisi au hasard, toujours cette foutue idée de pas prendre de mauvaises habitudes. Alors je reconnais que vaguement quelques personnes dans la clientèle, des gueules que j'ai déjà pu voir ailleurs. Même un de ses foutus chasseur dans le fond, qui appelle parfois à la boutique pour qu'on vienne nettoyer son foutu merdier. Pas du genre à faire les choses proprement. Simple signe de pogne vers lui, mais aucune invitation quelconque parce que j'ai sacrément pas envie de me le faner en plus du reste. Les deux mains qui remontent pour chasser en arrière les mèches qui se font trop longues mais qui, faut bien se l'avouer, me tiennent plus chaud ainsi. Alors on va ressembler à rien encore un moment, parce que ça caille dans ce pays à la con. Pas hâte d'être considéré comme canadien, bordel. Des dollars de sortie, déposés sur le bar pour attirer l'attention de quelqu'un derrière le comptoir. Et c'est là que tu ramènes vite ta face parce que c'est pas tant bondé que ça - et tant mieux parce que je me serais cassé autrement, sérieux. Je te fixe quelques secondes, avec cette idée que je te connais. Foutrement même, ta face me dit quelque chose, truc de dingue. Mais d'où ? Aucune idée.

Une blonde, por favor. Troublé, l'espagnol ressort à moitié, alors que je glisse plus amplement les billets vers toi, à te suivre du regard alors que tu te casses me servir ma commande. Et franchement, pendant ce temps-là, je fais le tour de mon carnet de bal, à tenter de remettre là où on a bien pu se croiser. Parce qu'on doit forcément se connaître pour que ça me colle autant à la peau, comme sensation. Et franchement, ressasser cinquante piges de vie pour remettre une seule gueule, ça me gonfle vite. Le tour du bocal est pas rapide à faire, tu comprendras bien. Alors quand tu reviens et me poses ma bière devant, je te balance mon interrogation primaire. Hey, on se connaît déjà non ? Je t'ai déjà vu. Je plisse un peu les yeux, toujours à décortiquer cette foutue mémoire. Autant j'ai l'allure du pachyderme, autant y'a des trucs qui m'échappent trop souvent. Alors finalement je viens mettre une pogne autour de ma boisson pour en prendre une première gorgée. Bordel de merde, je vais réussir à remettre le doigt dessus, c'est pas possible autrement. Aide-moi avant que je n'ai envie d'égorger des gens, par frustration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz Seehawk
hunter // ultraviolence
messages : 155
multicompte(s) : Cara & Eiza & Gail
crédits : (c) June ; avatar <3 | gifs by me
MessageSujet: Re: Dans le viseur || Luz   Mar 18 Déc - 10:36


Lousianne, Juillet 2006.

Merde, faut bouger Luz !
Faut prévenir sa femme, c'est pas un meurtre...

Le sang de ce gosse de 5 ans sur les mains, la jeune hunter lève les yeux sur son associé. C'est un cauchemar, elle va se réveiller. Le corps encore brûlant du père de famille gît au milieu du salon, embrasant déjà les quelques meubles de tissus à cause du jet du flamme. La tête lui tourne, tandis qu'elle tient bon gré mal gré la plaie béante à son bras quand le cinglé à essayé de lui arracher un morceau de chair dans leur lutte.

Mendoza, Lafleur. Vous êtes en état d'arresta-

Une déflagration lui arrache les tympans alors que le hunter à ses côtés tire sur les flics. Merde merde merde. Il la tire par le bras, la traîne vers le jardin de derrière pour la sortir de là. Désormais, quitter la Lousianne devient une question de survie.

___________________________________________

Blackwater, de nos jours.

Une blonde, j'm'en occupe.

Ce soir, Luz n'a pas la tête à travailler et Jim le voit bien. Pourtant il lui fout la paix. Sans doute parce qu'il sait pour Nayati. Tout se sait dans ce monde de chasse... Soupirant, la Navajo s'occupa donc de préparer la commande, songeuse.
Soucis de famille ? demanda Jim qui se voulait compatissant. C'était un miracle que cet ex chasseur à la retraite soit encore en vie en y pensant. Haussant les épaules, Luz se contenta de lui sourire.
L'anniversaire de mort de mon grand père. Ce n'était qu'un demi mensonge après tout. Mais t'inquiète, j'm'occupe de la fermeture. Rentre avant que Maggie ne te hurle dessus.

Jim se contenta de sourire avant d'hocher la tête, faisant glisser les clés dans sa main en lui souhaitant bonne nuit. Il ne restait que quelques habitués dont le bouffeur de paëlla, à qui elle servit son verre avec un bref sourire. Devant elle, deux habitués lui firent un signe de tête pour annoncer leur départ. Plus que le latino et elle pourrait fermer.
Du moins si il n'avait pas la parlotte. Sauf qu'il venait de lui demander si il la connaissait. Ses yeux noirs se posèrent sur lui un bref instant. Non, désolée. J'suis arrivée qu'en septembre. Les bonnes vieilles tentatives de drague lourde du coin. Tout ce qu'elle adorait tiens. Ah, 2$ pour la bière. Annonça t-elle en lui rendant le plus gros de la monnaie. C'est encore l'happy hour.

Idée saugrenue de Jim ça. Un happy hour passé minuit sérieux... Comme ça tous les piliers de bar traînaient quand elle n'aspirait qu'à aller se coucher. Il vous fallait autre chose jefe? proposa t-elle avec un sourire poli mais ferme tandis qu'elle s'armait d'un chiffon pour nettoyer les verres tout justes sortis de la machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Rodríguez
human // drink the water
messages : 501
multicompte(s) : Ipolitt, Niels, Peter, Soheïl, Tulio, Will, Xavier, Yann, Zacarías
crédits : signa par Exordium, aes par Harfang
MessageSujet: Re: Dans le viseur || Luz   Sam 29 Déc - 2:44


Arrivée qu'en septembre. Je t'en fouterais moi, des septembres. Je grogne face à ta réponse, regarde la monnaie et hausse une épaule. On s'en branle, de ce coin. Je t'ai déjà vu ailleurs. Parce qu'en même temps, ça fait pas si longtemps non plus que je suis arrivé ici. Le regard qui reste sur toi. Un brin d'espagnol et ça me fait tiquer encore plus. Bordel, je vais retrouver d'où, je te le jure. Ouais, une meilleure mémoire. T'as ça en rayon ? Et Dieu sait pourtant qu'elle est franchement déjà pas mal. T'as fait l'armée ? Mais merde, toi, ça m'échappe encore, alors je bois ma bière en vitesse, te remet deux dollars sur le comptoir en poussant le verre. Une autre, por favor. Et je m'en fous un peu d'avoir l'air d'un trou là, y'a la frustration qui me guette plus que jamais. Je viens à me frotter une tempe avec quelques doigts, me triturant réellement la mémoire. Et puis d'un coup, ça me revient juste un nom. Carmen Mendoza ! Je sais plus à quoi il est lié, ce patronyme, mais ça éclate comme une évidence comme une tronche sur le parvis. Carmen Mendoza, c'est ça bordel. Maintenant, faut que je refasse le tour pour savoir d'où ça me vient. Je peux reprendre une gorgée déjà un peu plus satisfait de moi-même. Mais ta tronche m'indique que je suis possiblement pas sur la bonne piste. Ou si mais que ça pue. Merde.

T'étais dans quel coin, avant ? Je te jure qu'on se connaît, ta tête me parle beaucoup trop pour que ça soit le contraire. Je me redresse un peu pour me faire craquer le dos. Et c'est Carmen Mendoza qui est associée à ta tronche. J'ai des contours qui se redessinent dans ma tête. Des esquisses de souvenir. Et c'est un visage plus jeune qui m'apparaît au fur et à mesure. Merde, ça doit dater en fait. Mais t'as une gueule assez spécifique quand même, le genre de beauté sauvage qui te hurle de pas l'emmerder, clairement. Mais j'écoute rien et je saccage le beau la plupart du temps alors on va continuer sur cette lancée, hein. Nouvelle gorgée, j'ai l'impression que ça m'aide à me souvenir, tiens. Et en même temps, ce genre de réflexion, c'est le pas sûr vers l'alcoolisme alors on va éviter de l'avoir de trop, hein. J'inspire sous le coup de mes réflexions, avant d'enfin réussir à mettre le doigt sur le bon engrenage. C'est telle une évidence, d'un coup encore. La Louisiane. J'ai l'image du commissariat qui s'y associe. T'étais flic là-bas ? Ça date d'un an à peine, c'est sans doute pour ça que ça me paraît aussi évident dans ma tronche. Mais ça explique pas pourquoi je te revois avec des traits bien plus jeunes, pour le coup. Parce que t'as pu prendre dix ans d'un coup, hein. 'Fin, si, peut-être. Y'a des tellement des trucs de merde désormais avec le surnaturel qui s'est dévoilé comme une effeuilleuse mal lunée que ça me surprendrait pas, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz Seehawk
hunter // ultraviolence
messages : 155
multicompte(s) : Cara & Eiza & Gail
crédits : (c) June ; avatar <3 | gifs by me
MessageSujet: Re: Dans le viseur || Luz   Mar 1 Jan - 13:57


Mais c'est qu'il insistait en plus. C'était quoi son problème à ce gars ? Gngn une meilleure mémoire. Bien sûr qu'elle avait ça en rayon, elle allait la sortir et lui enfoncer dans les dents sa meilleure mémoire il allait voir ce con. Bien qu'elle se contenta d'un sourire poli tout en ayant écrasé 15 fois ce type dans sa tête avec un piano, une voiture, et même le toit d'un immeuble. Avait-elle fait l'armée. Non m'sieur. Comme si elle avait la carrure d'un militaire. Et quand bien même elle aurait menti, elle aurait été incapable de lui parler bataillon et autres grades en tout genre...
Elle venait tout juste de lui servir son second verre quand son sang se figea dans ses veines. Carmen Mendoza.

Les rares personnes connaissant encore ce nom étaient soient mortes au cours d'une chasse, soit dans le secret absolu, soit à sa recherche. Qui diable pouvait être ce type merde ! Si il avait été flic il lui aurait déjà passé les bracelets. Méfiante, Luz l'observa sans mot dire. Trouver une excuse, rapidement.

La Louisiane.

Il y avait bien longtemps que les fantômes du passé n'étaient plus revenus la hanter de la sorte. Elle aurait presque pu sentir à nouveau la morsure du rougarou arracher sa chaire et entendre les hurlements de panique de la femme en trouvant son fils et son mari morts côtes à côte. L'espace d'une demi seconde, le temps sembla se figer avant qu'elle ne reprenne contenance, jetant un regard de défi à l'inconnu qui semblait si bien informé sur elle. Un bref regard lui confirma qu'elle ne pouvait clairement pas aller récupérer le flingue que cachait Jim dans la réserve. Trop loin. Trop risqué. Elle pouvait toujours prendre un des couteaux qui servaient à couper les citrons mais face à la montagne, il ressemblerait d'avantage à un cure dent qu'à une arme blanche. Il lui fallait une histoire aussi sec, et crédible de préférence.

Ptin mais c'est quoi le problème des gens dans cette ville... soupira t-elle comme si l'inconnu avait découvert un énorme secret la concernant, mais pas suffisamment grave pour qu'elle ne parte en courant. Pas de stress. Elle devait la jouer fine. C'est ma soeur. Mentit-elle avec un aplomb certain. Elle est portée disparue en Louisiane. Probablement sa photo que t'as vu. T'es content ?  

Voilà. C'était légèrement mieux que l'idée de lui coller un flingue entre les deux yeux sans savoir à qui elle avait affaire. Voilà. Donc non, on s'est jamais vu. Mais t'as peut-être vu ma soeur. Luz haussa les épaules l'air de dire qu'elle s'en moquait royalement. Les familles à tensions ça existait de partout de toute manière. Au pire il la prendrait pour une connasse ça lui irait très bien.
Restait juste à espérer que sur les avis de recherche, on ne remarquait pas son pendentif en jade qu'elle portait depuis l'âge de 10 ans... C'aurait été une façon très stupide de se trahir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans le viseur || Luz   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans le viseur || Luz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dompierre-les-Ormes (71) - Cour d’appel : les gendarmes dans le viseur !
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )
» 14-18 les bûcherons Canadiens dans l'Orne.
» La d&co dans tous ses états...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-