en haut
en bas
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
les créatures sont présentement surpeuplées ! on vous invite donc à privilégier les petits humains (ainsi que, toujours, les fantômes).
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février)

Partagez | .
 

 (aizla) Mila witch project

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Eiza Sheppard
human // drink the water
messages : 93
multicompte(s) : Luz & Cara & Gail
crédits : (c) cyrine - semi hiatus - buffyverse
MessageSujet: (aizla) Mila witch project   Dim 13 Jan - 21:50


La semaine avait été des plus ... Longue. Eternellement longue à dire vrai. Aussi, quand Mila l'avait appelé pour lui proposer de se faire un petit restaurant entre copines, Eiza avait franchement hésité, la tête en bas et le corps en travers du lit en priant pour que ses courbatures dû au Galway ne cessent un jour. Mais Mila avait été tellement insistante qu'elle avait finit par soupirer en guise d'accord, avant de raccrocher. Elle était bien là pourtant, avec le sang qui lui montait à la tête. Ca lui permettait de réfléchir un peu. De ne pas penser à Liam. Ou Aidan. Il allait franchement falloir qu'elle apprenne à l'appeler autrement que Liam tout de même. Elle en avait glissé un mot ou deux à Mila sans vouloir rentrer dans le vif du sujet. En plus Titanic démarrait à la télé. C'aurait été un super plan ça ! Des cigarettes, une glace Ben& Jerry's cookie et une bougie parfumée pour se mettre dans l'ambiance. Même pas besoin de couper le chauffage, celui du motel était en panne. Il fallait vraiment qu'elle trouve une nouvelle chambre.

03.81 indiquait son réveil. Ouais, 18h30. Elle avait rendez vous à 19h et était officiellement en retard. Super. Faisant un effort surhumain pour se relever du lit en prenant tout de même la peine de s'habiller -parce que c'était Mila et qu'elle avait joué la carte "maman célibataire" qui fonctionnait à chaque fois - elle avait finalement appelé un taxi pour rejoindre la haute ville. Wow. Le restaurant n'allait clairement pas être dans ses revenus. Songea t-elle en observant la devanture avant de vérifier qu'elle avait pris son liquide. Parfait. Un dernier coup d'oeil dans le miroir pour s'assurer que son maquillage n'avait pas bougé, et que sa tenue était correcte et elle pouvait y aller. Elle ignora royalement le regard de la serveuse sur son jean déchiré - c'était pas correct ? - avant de faire signe à Mila en reconnaissant sa chevelure blonde, s'avançant tout de même avec le sourire à l'idée de la retrouver.
Sourire qui s'éteignit instantanément en reconnaissant le brun avec qui elle se trouvait et qui avait été savamment caché par l'arrivé du serveur. Ce guet apens tout de même. Encore pire que la fois ou Aidan lui avait passé les menottes.

C'est ta définition d'une soirée entre copines ? La questionna t-elle en guise de salut en observant le duo. Jetant un bref regard à Aidan en hochant la tête pour le saluer elle ne put s'empêcher de hausser les épaules avec un air imperturbable.

Et je suppose que je ne peux pas m'enfuir ? Le désespoir. Franchement. Y'avait Titanic à la télé en plus.

Comment plomber une bonne ambiance selon Eiza Hope Sheppard. Elle aurait été parfaite pour assister à son propre enterrement là tout de suite. Désolée. J'ai eu une grosse journée. Finit-elle tout de même par souffler en venant prendre place à la table, posant son sac au sol. Quand est-ce qu'arrivait le serveur pour qu'elle lui demande n'importe quoi à base d'alcool ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Mersch
hunter // ultraviolence
messages : 86
multicompte(s) : pas encore de dédoublement de personnalité
crédits : (c) Antiope / tumblr / Luz / bat'phanie
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Lun 14 Jan - 1:28


Mila witch project
Aidan & Eiza & Mila (Aizla)

Quand Mila lui avait proposé de se faire un restaurant "en famille", l'idée l'enthousiasma particulièrement. Toujours friand de moments conviviaux avec ses proches, il avait même proposé de l'inviter dans un joli restaurant, souhaitant aussi fêter une affaire qu'il avait réussi à boucler pour un juge local. Ce genre de réussite lui permettait de briller dans ce petit milieu. Les affaires allaient être florissantes et Aidan souhaitait partager son optimisme. Voulant mettre les petits plats dans les grands, le jeune homme prit plus de temps qu'accoutumé dans la salle de bain. En même temps, une chevelure pareille, il fallait en prendre soin. Le temps fut encore plus long quand il se trouva devant sa petite commode. En même temps sa garde-robe était assez limitée, vivant sur les routes depuis plus d'un an, il ne pouvait pas se permettre d'avoir trop d'affaires. Mais pas sûr que les chemises en flanelle ferait l'unanimité au restaurant. Dubitatif, il opta finalement pour une chemise noire qu'il ne ferma pas jusqu'au bout et son éternel jean. Cela suffirait. Promis, avec la prime qu'il venait d'obtenir, il irait faire les magasin. Tiens, cela pourrait être une proposition de sortie avec Mila. En plus de lui trouver des affaires pour le bébé, au moins ils y trouveraient tous les deux leur compte. L'idée de ce nouveau venu ne mettait pas Aidan très à l'aise. A ses yeux, cela serait plutôt du rôle de Leandro, mais celui-ci semblait aux abonnés absents. Tant pis, il tiendrait alors ce rôle. Il le devait bien à Mila pour ne pas trop lui avoir tenu rigueur de son absence à un moment crucial de sa vie. Même si une part de lui, lui intimait encore l'idée de prévenir sa famille. Que ce petit bout méritait quand même un foyer solide. Chassant cette dernière pensée dans un coin de son esprit, le jeune homme se mit enfin en route.

Au volant de sa voiture, il passa chercher Mila directement à son motel pour lui éviter le trajet. Quand elle grimpa dans la voiture, il jeta un regard suspicieux à son "logement" et après l'avoir salué avec un sourire, reprit la parole : « Il va vraiment falloir te trouver un endroit décent pour vivre, le motel, c'était bien pour un pied à terre. Tu sais que tu peux toujours venir à mon appartement en attendant de te faire quelques économies ... ». Il avait lancé l'idée avec toute son honnêteté. Ils pourraient bien lui faire un peu de place dans son petit duplexe. Il venait d'ailleurs d'installer un clic-clac à la place du canapé qu'il avait pas loin de son lit, cela pourrait suffire. Enfin le moteur redémarra pour les emmener à l'endroit où ils voulaient diner tranquillement. La voiture garés, les deux entrèrent rapidement dans la bâtisse pour se protéger du froid. Une fois installés, Mila semblait prendre un temps particulier pour faire son choix, ce qui n'échappa pas au regard interrogateur d'Aidan. Plusieurs signes lui mirent la puce à l'oreille. Elle semblait pensive mais son regard vaquait de la carte à la porte d'entrée du restaurant dans son dos. Attendait-elle quelqu'un ? La réponse ne tarda pas à lui arriver en pleine figure avec la violence d'une poile à frire. Une voix qu'il pouvait reconnaitre entre mille. Eiza. A sa remarque, son regard vert réprobateur se posa sur une blonde qui l'ignorait passablement. Une soirée entre copines ? Sérieusement ? Aidan leva les yeux vers la nouvelle arrivante et lui rendit son salut d'un même geste de la tête et lui répondant :  « Ah. Moi, j'avais la version "soirée en famille", comme quoi ... » et alors qu'elle s'installait avec eux :  « Pourquoi le regarder à la télé quand tu peux le vivre en direct ? ». Et au fond, Aidan n'avait jamais compris tout cet engouement autour de ce film. Il y avait largement assez de place sur cette foutue planche. Finalement, il lança un regard compatissant à Eiza tandis que celui qu'il lançait à Mila lançait des éclairs :  « Et bien, profites-en un peu pour souffler, je vous invite ce soir. ». Comme pour allier le geste à la parole, il fit un signe au serveur qui arriva assez vite pour prendre leurs boissons. Désirant faire passer la nouvelle du piège lâche de sa cousine, le jeune homme commanda 2 flutes de crémant et la boisson non-alcoolisée de son choix à Mila, car il fallait rester raisonnable un peu. Le digestif viendrait plus tard. « Et à la base, je voulais fêter une prime. On peut ajouter à cela notre présence ensemble à tous les trois. N'est-ce pas, Mila ? ». Insistant bien à ses dernières paroles, démontrant que lui non plus ne s'attendait pas à pareille ... Manigance. Même si une bonne partie de son esprit se trouvait bien satisfait de la situation. Après tout, passer plus de temps avec Eiza lui faisait aussi plaisir. La retrouver avait été un véritable choc, mais tout aussi désireux qu'il était de profiter aussi de cette chance offerte. Sa conscience et ses sentiments se menaient un combat des plus féroces. Mais pour ce soir, il capitulait à l'appel du coeur. Le serveur revenait très rapidement avec la commande et une fois la flûte en main, il la leva vers les deux jeunes femmes :  « A cette soirée ... Inattendue. »

(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mila Mersch
paranormal // walk the line
messages : 1554
multicompte(s) : Noah le papa super-héros (f. jones).
crédits : (c) cliffs edge (avatar), coral (signature), ruelle//war of hearts (quotes).
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Lun 14 Jan - 18:41

C’était peut-être son côté naïf, qui lui a donné l’idée. Ou son envie de romantisme – qu’est-ce qu’elle en sait. Peut-être qu’elle espérait seulement, peut-être bêtement, voir émerger une fin heureuse, au moins pour d’autres, au moins pour ceux qu’elle apprécie, pour ceux qu’elle aime. Peut-être qu’elle voulait faire ça pour eux, comme pour les remercier, comme pour leur prouver sa gratitude. Peut-être aussi, qu’elle voulait tout simplifier. Mais elle ne pensait pas à mal, Mila. Elle voyait juste l’évidence, quand ils demeuraient aveugles. Est-ce qu’elle a eu tort, hein ? Elle ne regrette pas, et si c’était à refaire, elle le referait, sans hésiter. Et s’ils doivent la blâmer, lui en vouloir, tant pis – elle a vu pire, elle croit qu’on ne pourra jamais battre Leandro dans le domaine, parce qu’elle aurait même tendance à penser qu’il possède le trophée à perpétuité, du plus gros connard de l’humanité. Elle voulait juste un peu de joie, Mila, même si elle sait que c’est plus compliqué que ça, même si elle sait que ça ne suffira pas – au moins, c’est déjà un premier pas. Elle a presque l’impression d’être comme une gamine dont les parents sont séparés, à vouloir essayer de les rassembler, de les rabibocher. C’est juste qu’elle pense, qu’ils mériteraient d’être heureux, tous les deux – Aidan et Eiza. Ils ont fait tant pour elle, déjà. Elle se sent moins seule, elle, depuis qu’ils sont là. Un petit peu moins triste, même s’il lui en faudra plus que ça – même si la peine, elle ne s’efface pas, même si la douleur, elle est toujours là. Même si Leandro, à son grand dam, elle ne l’oublie pas. Même si elle l’aime encore, Mila. Et qu’elle l’aimera probablement toujours, comme ça. Elle devrait sans doute se concentrer sur son bébé, au lieu de préparer des plans traîtres et farfelus, au lieu d’essayer de compenser la morosité de sa vie avec les sentiments des autres, en jouant l’entremetteuse. Mais ça faisait tant de bien, de se détacher de ce monde, de se détacher du surnaturel, rien qu’une fois. D’oublier, un peu, ou d’essayer, du moins. Peut-être qu’elle se comporte comme une gamine rêveuse, un peu naïve, en faisant ça ; mais elle en avait besoin, Mila. Elle ne pouvait pas rester sans rien faire, sachant tant de choses ; elle ne pouvait pas continuer, rester dans son coin, sans rien tenter, en sachant ce qu’elle savait. Alors elle a élaboré un stratagème, basique, pas compliqué – et malgré tout, pas méfiants, ils se sont laissés berner. Elle aurait presque pu se demander si elle avait des talents cachés, mais c’est juste que c’était tellement son genre, qu’ils n’ont rien soupçonné.

Elle s’est réjouie, Mila, pour ce dîner. Elle s’est réjouie – et c’est réellement une nouveauté, une avancée. Elle s’est réjouie, pour quelque chose. Pensant quand même – encore – toujours au même ; parce qu’elle n’aura jamais plus d’occasions, de vivre avec lui quelque chose comme ça. Peut-être qu’il avait raison, Elias, peut-être qu’elle retrouvera quelqu’un d’autre, un jour, même si pour l’heure, l’idée lui fait mal. Même si pour l’heure, elle n’est pas prête pour ça. Elle a un bébé en route de toute façon, un bébé qui aura besoin d’elle à cent pour cent quand il sera venu au monde. Un bébé qui, de toute manière, elle le sait, aura toute son attention. Elle n’a pas envie, elle, d’un jour avoir à se reprendre la tête avec l’amour – alors que ça lui fait bien trop de mal, depuis quelques semaines. Elle sait que c’est beau, pourtant, que c’est agréable ; ça a donné à sa vie un sens, pendant plusieurs mois. C’était simple et en même temps, inégalable – ça étouffait l’espace de quelques instants, son mal-être persistant, ça étouffait quelques temps, ses traumatismes et ses plaies intérieures. Il lui faisait du bien, Leandro, il l’apaisait, la calmait, la réconfortait ; et quand elle étant en proie à l’insomnie, à cause de son don lui pourrissant la vie, elle était pratiquement sûre de le trouver toujours éveillé à ses côtés, parce qu’il peinait aussi à trouver le sommeil. Ils se comprenaient, ils s’épaulaient, se soutenaient, s’aimaient ; ils s’apportaient ce que personne d’autre, n’aurait pu leur donner. Maintenant, elle n’a plus tout ça, elle n’a plus rien du tout – et même si c’est elle qui est partie, elle serait peut-être revenue, si seulement il n’avait pas prononcé les mots abominables assurant qu’il ne voulait pas de cet enfant. Maintenant, tout est fini. Maintenant peut-être, elle se console dans les histoires des autres. Et tant pis, si elle apparaît pathétique. « J’veux pas te déranger. » qu’elle répond d’une voix douce à Aidan, quand il vient la chercher en voiture au motel. Et c’est vrai : elle ne veut pas le déranger, elle ne veut pas dépendre de lui, ni des autres – elle a sa fierté, peut-être mal placée. Il n’empêche qu’elle n’aurait pas craché sur une quelconque compensation financière de la part de Leandro, mais même ça, il n’a pas été fichu de le faire. Elle se persuade de toute façon, Mila, que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne trouve un autre endroit où vivre, même si c’est long et compliqué, et qu’elle est fatiguée d’avance face à toutes les visites à enchaîner. Pour l’heure de toute façon, ce n’est pas la priorité, alors qu’ils arrivent au restaurant, et qu’elle s’évertue à prendre son temps. Jusqu’au moment où elle voit Eiza arriver – et c’est là que tout s’apprête à être, nettement plus compliqué, elle le sait. Parce qu’elle a su les faire venir pour diverses raisons, mais ce sera autre chose de les faire rester, tous les deux. « Eiza ! » qu’elle répond, avec un léger sourire, en guise de réponse à sa question – sûrement rhétorique. Et c’est devenu si rare qu’elle sourie comme ça, Mila ; ils ne peuvent pas l’abandonner comme ça, hein ? « Ah bon ? J’ai retenu que dîner, moi. Les grosses faims de femme enceinte, tout ça. » qu’elle dit, l’air de rien, sans se défaire de sa douceur. Elle les sent bien, les tensions, pourtant elle a cette incroyable et inattendue capacité à prétendre qu’il n’y en a aucune, usant de sa bienveillance naturelle pour faire mieux passer ce qu’elle a clairement fait – parce que ouais, elle les a coincés. « Tu perds rien, c’est triste, Titanic, personne n’a besoin de ça. » qu’elle souffle tout bas, en reposant son regard sur le menu, ignorant la pique de son cousin, non sans lui avoir, malgré tout, donné un léger coup de coude pour faire taire son sarcasme. Et lorsqu’il commande du crémant, elle demande de la limonade. Et peut-être que ça ne l’aurait pas tuée, mais elle craint tellement tout et n’importe quoi pour le bébé, qu’elle préfère éviter la moindre goutte d’alcool, quel qu’il soit – des fois que ç’aurait plus de chances de le tuer, que les créatures potentiellement aux trousses de son père. « Une prime ? Félicitations, je suis contente pour toi. » Et sa joie est sincère, elle le gratifie même d’un autre sourire – clairement, elle n’a souri autant en une seule soirée, depuis des lustres. « Totalement d’accord, on peut lever nos verres à mon génie, tant que nous y sommes. » Et toujours, cette légère insouciance, ou naïveté, d’enfant – alors qu’elle a parfaitement saisi qu’Aidan comme Eiza, n’étaient pas franchement ravis de cette supercherie. « A cette soirée. » Et elle entend bien faire de son mieux pour disperser le malaise, voire les possibles représailles, pour ce qu’elle a fait. « Oh génial, ils offrent un apéritif ! » qu’elle s’exclame, lorsqu’on leur apporte cacahuètes et autres gâteaux apéritifs, se jetant presque immédiatement dessus. Grossesse oblige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiza Sheppard
human // drink the water
messages : 93
multicompte(s) : Luz & Cara & Gail
crédits : (c) cyrine - semi hiatus - buffyverse
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Lun 14 Jan - 19:27


Visiblement, ils avaient tous les deux été bernés par Blondie. Super. Eiza ne put s'empêcher de hausser un sourcil à la remarque d'Aidan, ne pouvant s'empêcher de répliquer Y'a pas DiCaprio, ce sera pas la même saveur... Ne serait-ce que pour énerver un tant soit peu les nerfs du grand brun. Et Mila qui en rajoutait une couche sur la tristesse du film Titanic. L'occasion était trop belle. Tu trouve ? Au contraire je pense que Rose à eu beaucoup de chance de tomber sur un homme honnête et sincère avec elle du début à la fin. D'accord elle y allait peut-être un peu fort alors qu'il ne semblait pas chercher querelle, est-ce que ça valait vraiment le coup de se jeter dans une joute verbale ici et maintenant ? Il était tout de même très en beauté pour un rendez vous familial, songea la brune sans pour autant en faire une réflexion à voix haute qui l'aurait mise dans l'embarras. Il proposait même de l'inviter à dîner malgré sa méchanceté gratuite. Merci, mais je paierai ma part. Annonça t-elle derechef avec sa fierté mal placée lui offrant tout de même un rare sourire aimable. Mila en tout cas semblait ravie de sa petite feinte. Elle avait de la chance de mettre sur le dos du bébé tout de même. Le petit n'était pas encore né qu'il avait déjà un sacré bon dos.

Croisant une jambe sur l'autre après avoir répondu brièvement au regard du serveur qui avait croisé le sien (un peu de jalousie était toujours la bienvenue après tout), la brune rejeta en arrière ses cheveux qui retombaient sur son visage en écoutant vaguement Aidan annoncer sa prime. Voyez vous ça... Et elle qui s'escrimait au Galway. Oh elle n'allait pas s'en plaindre. Ichabod était tout de même un patron en or. Et bien félicitations alors. Pour une fois, nul once de sarcasme dans sa voix. Aidan travaillait dur, elle le savait. Cette prime saurait lui être bénéfique. Les boissons arrivèrent rapidement, alors qu'elle se saisissait de sa flûte de champagne en écoutant la remarque de Mila. Tu devrais surtout te faire toute petite toi. La taquina doucement Eiza en tournant ses yeux bruns vers elle. C'est pas le bébé qui t'a soufflé cette idée. Mais bon, au stade ou ils en étaient. Ses yeux croisèrent brièvement l'émeraude de ceux d'Aidan alors qu'elle se forçait à regarder ailleurs immédiatement pour ne pas y sombrer. A ton augmentation et à cette soirée. C'était laconique mais au moins elle pouvait se venger sur le crémant qu'elle descendit de moitié en une gorgée.

Allez Grant, fais un effort. S'auto motiva la brune en pensée en reposant la flûte, reprenant la parole tandis que Mila se jetait sur les apéritifs. Pour ma part j'ai trouvé un appartement en haute ville. Ce n'était pas aussi extraordinaire que la promotion d'Aidan, mais cela avait au moins le mérite de ne plus souffrir de l'absence de chauffage. J'ai les clés fin janvier, le temps que le propriétaire termine de repeindre les murs; De ce fait, son regard se tourna vers Mila. Il y à deux chambres. Pourquoi tu n'en profites pas pour emménager avec moi ? Ca pourrait être marrant, et t'aurai un meilleur confort pour ton gosse.

Et puis de toute manière, pour le peu de repos qu'elle possédait, Mila ne risquait pas d'énormément la déranger. C'est un appart en dernier étage sans ascenseur. Comme le proprio veut rejoindre sa fille à Calgary il chercher à le sous louer en urgence. Si je lui annonce qu'on est deux il sera peut-être encore plus intéressé par le dossier. Est-ce qu'elle avait soufflé le nom de Mila au moment de la visite ? Peut-être. Pour s'assurer de le conserver. Avec ses immenses baies vitrées qui donnaient sur la ville, elle n'avait pu s'empêcher de penser qu'elle y serait bien. Enfin... Si toi aussi tu es d'accord bien sûr. Annonça t-elle en relevant le regard vers Aidan. Ce n'était pas tout le monde qui autoriserait sa cousine enceinte jusqu'aux yeux à jouer les colocataires d'une ancienne revendeuse de drogue meurtrière. Même si c'était de la légitime défense. Tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Mersch
hunter // ultraviolence
messages : 86
multicompte(s) : pas encore de dédoublement de personnalité
crédits : (c) Antiope / tumblr / Luz / bat'phanie
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Lun 14 Jan - 20:38


Mila witch project
Aidan & Eiza & Mila (Aizla)

Evidemment qu'Eiza n'allait pas se laisser faire comme cela. Aidan ne le savait que trop bien. Il en aurait même été déçu s'il n'avait pas eu un peu de résistance à ses piques. Ces joutes verbales l'agacent autant qu'elles le stimulent et il pourrait difficilement s'en passer. C'était plus fort que lui. Encore plus quand elle titillait une partie bien particulière de son caractère : sa possessivité. Et par extension sa jalousie. Et Eiza semblait bien en jouer. En même temps, contrairement à ce qu'elle pouvait proclamer, elle le connaissait bien. A part sur son nom et son travail, il avait toujours été honnête avec elle. Dans sa façon d'être dans les choses et les expériences qu'il avait pu vivre. Cela était d'ailleurs libérateur pour lui de pouvoir parler avec une personne avec autant de liberté. Il savait qu'il ne serait pas jugé. Ou alors cela serait jeté dans un de leurs jeu de piques. Il encaissa sans broncher la remarque sur DiCaprio (en même temps, il ne comprenait que trop bien ...) avant de lui répondre pour Rose : « Ouais et vu comment elle l'a remercié, je doute que cela encourage quelqu'un. A moins d'aimer les douches froides. ». Evidemment, elle déclina son invitation, cela ne l'étonna pas du tout. Le contraire l'aurait été. Encore plus vu la situation. La fierté d'Eiza était légendaire et il comprenait aussi les principes de base de l'égalité. Ne voulant pas se battre avec elle, il lui répondit avec un léger sourire, décontracté : « Comme tu veux. ».

Et comme pour le provoquer davantage , elle ne manqua pas de jeter un coup d'oeil au serveur qui était venu prendre la commande. Comme sur des montagnes russes, le grand brun serra les dents avant de recevoir les félicitations apaisées de la jeune femme. Non, décidément, il ne savait plus sur quel pied danser. Il accueillit avec un sourire plus prononcé les félicitations des deux jeunes femmes. Leur sincérité lui faisait plaisir. Il les remercia avec chaleurs. Peut-être fut-il trop démonstratif car Mila reprit rapidement confiance en elle et il ajouta à la remarque d'Eiza avec un ton réprobateur : « Ouais, le génie il va tout d'abord boire sa limonade et rentrer bien gentiment dans sa lampe. Non mais, ça va les chevilles ? ». Alors peut-être que ce n'était pas forcément une bonne idée de sembler d'accord aussi rapidement avec Eiza, mais ils devaient bien faire front face à la supercherie de la blondinette. Et évidemment sa question fut tout à fait réthorique. Et comme pour faire diversion, Mila se jeta sur les gâteau apéritifs : « Laisse un peu de place pour le reste du repas, tu mangues peut-être pour deux mais pas pour dix ! ». Il porta sa flute à ses lèvres pour prendre un peu de boisson doré.

Eiza prit alors la parole pour annoncer, à son tour, une bonne nouvelle. Bon joueur, Aidan lui sourit avec gentillesse, très heureux que la jeune femme retombe enfin sur ses pattes.« Félicitations ! Finalement, on peut aussi fêter ça ! » en relevant à nouveau son verre pour le porter à nouveau à ses lèvres. Les choses changeaient doucement. Par contre, à la proposition d'Eiza, le doux et piquant liquide qui glissait le long de sa gorge se trompa malencontreusement de trajet. Ouvrant les yeux d'un coup, il se mit à tousser avec violence en reposant son verre sur la table. Non, vraiment, il ne s'y attendait pas du tout. Mais alors, pas du tout. Non pas qu'il trouvait l'idée sortie de nulle part, mais ... L'ancien inspecteur de la brigade des stup' avait encore en tête les souvenirs du quotidien de la jolie brune. Pas forcément un cadre idyllique pour la venue au monde d'un bébé. Pendant un très bref instant, il s'était imaginé Mila et son poupon au milieu de tout cela. Tout en toussant, une autre partie de lui trouva l'idée totalement stupide et mal-venue. Bien sûr qu'Eiza avait changé, il venait d'ailleurs de s'en faire la remarque quelques instant plus tôt. Reprenant doucement son souffle, ce fut cette part de lui qui prit le dessus même si cela ne fut pas facile à prononce : « Ca ... Ca pourrait être une bonne idée. Enfin ... La coloc' c'est toujours pratique. », toussant un dernier coup avant de reprendre : « Mais ... Ermh, c'est aussi particulier, vous vous connaissez bien ? ». Au fond, une part de lui aurait aimé que Mila le choisisse. Ou qu'Eiza le lui propose. Même si c'était plus qu'hors de propos. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait à la fin ? Cette jalousie mal placée le mettait mal à l'aise, alors il demanda un verre d'eau à ce même serveur à qui il lança un regard noir quand il tenta encore de capter les yeux de la brune. « Enfin, de quoi je me mêle ... Vous êtes majeures et vaccinées à ce que je sache. », ses yeux se portèrent ailleurs tandis qu'il buvait son verre d'eau. Il sentait ses joues chauffer par un afflux sanguin non-désiré. Sérieusement ?

(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mila Mersch
paranormal // walk the line
messages : 1554
multicompte(s) : Noah le papa super-héros (f. jones).
crédits : (c) cliffs edge (avatar), coral (signature), ruelle//war of hearts (quotes).
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Mer 16 Jan - 19:04

Les maux ne disparaissent pas, ne disparaîtront probablement jamais. Les maux de toute façon, ils font partie de sa vie depuis bien trop d’années. Mais tout lui paraît rien qu’un peu, plus supportables, depuis qu’elle a rencontré Eiza, depuis qu’Aidan est là. Elle pourrait toujours prétendre que c’était pour cette raison-là, Mila, qu’elle a organisé tout ça. Pour les remercier, d’être là, et d’avoir fait tout ça. Pour l’avoir aidée à se sentir un peu plus à sa place, pour l’avoir aidée à assumer un peu plus son état. Pour avoir relativisé, quand elle a encore du mal. Elle pense peut-être trop souvent au pire, mais c’est qu’elle a vu trop de choses pour ne penser qu’au positif, à chaque fois. Ses craintes pour le bébé n’ont pas disparu, mais elle se veut plus optimiste quant à l’avenir – même, elle en arrive à s’en réjouir. Mine de rien, un lien s’est tissé depuis plusieurs semaines, depuis qu’elle a appris qu’elle portait la vie. Mine de rien, elle l’aime, cet enfant, même s’il n’était pas désiré, et surtout pas attendu. Elle l’aime, voilà pourquoi elle n’a pas su se résoudre à avorter ; parce que dans un sens, il est tout ce qui lui restait. Si elle l’avait fait, si elle s’en était séparée, elle croit qu’elle ne se le serait jamais pardonné, elle croit qu’elle n’aurait jamais oublié, que ça l’aurait toujours hantée. Et elle a déjà bien trop de fantômes dans sa vie, Mila, bien trop de choses du passé qui continuent de la bouffer, de l’achever. Peut-être s’est-elle condamnée à vivre, ainsi, avec le constant souvenir de Leandro – mais ça vaut mieux à un vide profond qui se serait emparée d’elle, à coup sûr. Il ne le comprenait pas, ça, quand il lui avait balancé d’avorter, mais il ne comprend pas grand-chose, de toute façon. Ce n’est pas comme s’il s’était franchement mis à sa place, ce n’est pas comme s’il avait tenté de respecter ses choix. Lui, tout ce qu’il voit, sans doute, c’est qu’elle l’a lâché, abandonné, largué, parce qu’ils n’avaient pas la même vision des choses, concernant le surnaturel. Ce n’est même pas comme si elle lui avait reproché la chasse, comme si elle avait refusé de tolérer qu’il s’adonne à pareille activité ; mais depuis ce jour où tout s’est terminé, elle a pris en horreur cette occupation. Ce n’est pas qu’elle le juge, c’est qu’elle doute parfois des raisons se cachant derrière, qu’elle n’approuve pas forcément la façon de faire – celle de Leandro en tout cas, quand il avait balancé une polymorphe. C’est surtout que ça la tue, parce que ça l’inquiète, parce qu’elle a bien vu dans quel état il a fini, l’autre fois – parce que tout a beau être terminé, trop compliqué, elle peut pas s’empêcher de s’en soucier ; c’est comme ça.

Mais elle n’a pas envie d’y penser ce soir, même si c’est toujours plus fort qu’elle. Sa grossesse l’y associe, quoi qu’il arrive ; le déni ne servirait à rien, de toute manière. Mais elle n’a pas l’intention de se miner le moral, à cause de ses choix, Mila, alors qu’elle a si brillamment mis en place son plan. Peut-être qu’elle s’est trouvé un côté romantique insoupçonné, toujours est-il qu’elle a fait ce qu’elle a fait et qu’elle n’est pas près de regretter. Ça valait quand même mieux que Titanic, quand même, hein ? Elle a suffisamment pleuré ces derniers temps, de toute façon, pour avoir envie de le faire pendant des heures, pendant et après avoir vu le film. « En bref, pas de Titanic ce soir. » Si elle doit jouer la maman qui remet à leur place ses deux enfants se chamaillant constamment, elle le fera, Mila, prête à couper court à tous les débats. Elle doit admettre que ça a quelque chose de légèrement amusant, toutes ces piques qu’ils se lancent – mais ça la met quand même, globalement, plus mal à l’aise qu’autre chose, même si elle devait s’y attendre en les mettant à la même table. « J’suis déjà petite. » qu’elle rétorque, le regard teintée d’une légère malice, parce qu’elle peine toujours à se laisser aller à trop d’humour, trop de joie, trop habituée à l’omniprésente noirceur de son existence. Mais elle tient le bon bout, Mila, on y croit. Elle laisse même échapper un léger rire, à sa mention du bébé, un peu plus décontractée qu’à l’arrivée. « C’est quoi, ça, un complot ? Je ne m’attendais pas à une alliance. » Encore moins à ce que l’un appuie l’autre, quand il s’agit d’Eiza et d’Aidan – mais elle ne proteste pas vraiment, au contraire, elle a un sourire en coin, qui trahit qu’elle est beaucoup trop fière d’elle, en voyant l’appui qu’Aidan apporte à la brune. Dans ces cas-là, Mila, elle veut bien poursuivre sur cette voie-là, les retourner un peu plus contre elle, si ça peut les rapprocher – peu à peu, ça lui apparaît comme la stratégie à adopter. « T’inquiète pas, ça vient, ça repart, j’ai faim tout le temps de toute façon. » Peut-être profite-t-elle aussi de la fin des nausées, qui se sont calmées depuis quelques temps – et puis c’est vrai, qu’elle a faim, qu’elle a pris son temps pour attendre Eiza. « Et puis je mérite bien ça après l’élaboration de cette superbe machination. » Parce que ouais, elle est fière d’elle, Mila, et au lieu de se faire oublier, elle en rajoute une couche. Elle délaisse quand même ses taquineries pour sourire sincèrement, en entendant l’annonce d’Eiza, concernant l’appartement qu’elle s’est trouvé. « J’approuve le lever de verre pour la prime et l’appartement. Tant de bonnes raisons d’être là, tous ensemble. » qu’elle dit tout doucement, Mila, attrapant sa limonade pour en boire quelques gorgées, passant la main sur son ventre sans trop s’en rendre compte. Et puis Eiza, elle fait une proposition inattendue, si bien qu’elle en avalerait presque de travers sa boisson, tant elle est surprise – en positif. Sur le coup, elle ne sait pas quoi dire, comprenant tout ce que ça signifie ; et puis Aidan prend la parole, demandant si elles se connaissent bien, s’inquiétant visiblement – et Mila, ça la fait sourire doucement. « Bien plus que tu ne le crois. » Et elle repose son regard sur Eiza, sans se défaire de son sourire, touchée par sa proposition. « C’est vraiment adorable, Eiza. » C’est tout ce qui lui vient d’abord, avant que l’inquiétude ne surgisse, aussitôt. « Mais ça ne te dérangerait pas, avec le petit ? » En même temps, Eiza connaît sa situation – c’est plutôt difficile de l’ignorer désormais, la grossesse se remarquant nettement plus qu’avant, du haut de ses quatre mois et quelques de grossesse. « J’veux dire, il… ou elle, mettra du temps à faire ses nuits et puis, ça pleure tout le temps, et… » Et elle préfère ne pas trop y penser, au risque de se remettre à paniquer – et elle n’en a pas envie maintenant, elle aura tout le temps pour ça plus tard. Et ses hormones de femme enceinte semblent avoir décidé de jouer avec elle, parce qu’émue, elle sent une boule dans sa gorge, sentant qu’elle pourrait pleurer facilement, face à tant de bienveillance et de sollicitude. « T’inquiète pas, tu pourrais venir souvent. » qu’elle ajoute, Mila, se tournant vers Aidan – autant continuer le plan sur le long terme, hein, si c’est possible. « Je vais demander un autre serveur, celui-là n’était pas prévu au programme. » Et elle ronchonne en regardant le serveur un peu plus loin, celui-là même auquel Eiza faisait les yeux doux il y a quelques instants, celui-là même qu’Aidan semble être capable de tuer de ses propres mains. Mais dans le fond, cette remarque, c’est peut-être surtout pour dissiper l’émotion qui s’est emparée d’elle, face à la proposition d’Eiza, qu’elle voudrait accepter sans plus attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiza Sheppard
human // drink the water
messages : 93
multicompte(s) : Luz & Cara & Gail
crédits : (c) cyrine - semi hiatus - buffyverse
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Mer 16 Jan - 21:28


C'est qu'il la cherchait en prime. A vouloir avoir le dernier mot avec elle. Etait-ce le moment idéal pour balancer que Jack Dawson au moins prenait la peine de terminer ce qu'il avait commencé peu importe le lieu ou il se trouvait ? Et qu'il ne jetait pas Rose comme une malpropre ? Eiza avait ouvert la bouche pour lui hurler sa réplique cinglante, avant de se rappeler que Mila se trouvait à ses côtés. Et que Miila enceinte jusqu'aux yeux n'avait absolument pas besoin de savoir ce qu'il s'était passé avec son cousin. C'était un coup à ce qu'elle n'accouche ici devant eux deux, et elle n'était pas sûre de vouloir assister à ça. Alors elel se contenta d'écraser brièvement le pied d'Aidan sous la table en lui offrant son plus beau sourire aimable pour que Mila ne se doute de rien. Voilà. Simple et concis. Quand à cette histoire d'alliance sorti de nulle part dont parlait Mila... Jamais de la vie. Elle avait fixé ses yeux noirs sur Aidan pour qu'il se rappelle précisément les raisons pour lesquelles une potentielle alliance n'existerait pas entre eux. Elle ne jetterait pas de l'huile sur le feu par respect pour Mila. Mais qu'est-ce que ça la démangeait de faire une scène dans ce restaurant ...

Et puis, elle avait parlé de l'appartement. Sortant son portable pour montrer les photos à Mila et brièvement à Aidan avant que celui ci ne manque de s'étouffer. On s'est rencontré au motel un soir ou on arrivait pas à dormir. Précisa sans plus de détails Eiza avant de répondre aux interrogations de la blonde. Pourquoi ça me dérangerait ? Regarde, t'aurai une vraie chambre avec vue sur la ville ! Et le bébé sera plus à l'aise la-bas que dans ce bouge qui se fait appeler motel... Non pas qu'elle n'ait jamais vu pire. Mais au prix auquel elle payait ses nuits clairement le duplex valait infiniment mieux pour elles deux. Tant que tu ne me demande pas de changer les couches, rien ne me dérange. Promit la brune avec un sourire. Tu me donne ta réponse quand tu veux. Et si on enlevait le fait que le détective manquait de s'étrangler en imaginant une telle colocation, elle ne put malgré elle s'empêcher de le rassurer tout en ayant envie de se mettre des gifles pour avoir sorti ça. Ouais, tu pourras venir la voir. Tant qu'il ne venait pas taper à la porte de sa chambre ça ne lui poserait pas de problèmes. Elle s'arrangerait juste pour être à l'autre bout de la ville à chaque fois pour éviter d'avoir envie de mourir en croisant son regard.

Le pauvre serveur qui avait eu le malheur de croiser son regard avait donc été congédié, visiblement par une Mila au bord de l'émotion. Eiza se contenta de venir presser sa main dans la sienne un court instant pour la rassurer, lui offrant un sourire compatissant. Ca va bien se passer, respire. Sans doute les hormones qui lui remontaient dans la gorge ou un trop plein d'émotion comme la première fois qu'elle l'avait croisé.

Eviter de croiser le regard d'Aidan quand il se trouvait à la même table qu'elle devenait tout de même très difficile; Mais si elle ne tentait pas un minimum la conversation Mila risquait de poser trop de questions. Alors, cette prime... Comment tu as réussi à l'obtenir aussi rapidement ? Elle avait tenté de ne pas paraître trop froide, observant avec intensité la carte des menus comme si elle s'apprêtait à y trouver le secret des templiers, stoppant sa concentration quand le premier serveur passa tout près d'elle pour laisser un bout de papier non loin de son assiette. Ne comprenant pas immédiatement pourquoi puisqu'il s'était déjà éloigné, Eiza avait brièvement sourit en reconnaissant un numéro de portable qu'elle n'appellerait jamais. Posant ledit papier sur la table non loin de son sac, elle fit comme si de rien n'était avant de reprendre. Vous avez choisi ce que vous voulez manger ? Je meurs de faim pour ma part.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Mersch
hunter // ultraviolence
messages : 86
multicompte(s) : pas encore de dédoublement de personnalité
crédits : (c) Antiope / tumblr / Luz / bat'phanie
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Hier à 21:29


Mila witch project
Aidan & Eiza & Mila (Aizla)

Même si Aidan eut toutes les peines du monde à se remettre de sa fausse-route, le verre d'eau lui faisait tout de même du bien. Mais ce qui l'aida surtout fut les paroles rassurantes de Mila, visiblement, elles se connaissaient bien. Suffisamment pour que Mila semble si touchée que l'émotion se lisait sur son visage. Le cousin fut rapidement touché par cette vision qui balaya doucement sa jalousie. Voir la petite blonde sourire et aller aussi bien lui faisait à lui aussi beaucoup de bien. Eiza entreprit alors de lui montrer les photographie de l'appartement. Même s'il ne vit que des morceaux, il pouvait déjà voir qu'il donnait bien envie. Il comprit néanmoins la proposition de colocation. Un logement de cet acabit ne devait pas être facile à payer, même en loyer. La jolie blonde le rassura alors en lui proposant de passer. Le sourire qu'il lui rendit s'accompagna d'une remarque : « J'espère bien oui ! ». Jusqu'à ce qu'Eiza le confirma derrière même si cela semblait un peu tirer de sa bouche. Dans un sourire ironique, il ne put que répondre : « Trop gentil, merci ... ». L'attention d'Aidan se tourna alors à nouveau vers Mila, voulant lui aussi, participer à la rassurer : « Et sinon, dans le cas où vous auriez besoin de sommeil, je pourrais toujours le prendre avec moi, ce petit. Je pourrais bien m'en sortir ! ». Il le dit avec un certain entrain, voire une assurance qui pouvait le caractériser. Malgré les apparences et son quotidien de chasseur, cela lui semblait une nouvelle forme de défi à relever. De ceux particulièrement compliqué à ses yeux mais qui donnait justement une certaine valeur au geste. Le sourire et le regard rassurant qu'il lui portait tentèrent d'apaiser l'émotion qui brillait encore plus dans ses yeux. Décidément, il avait une admiration infinie pour les femmes qui donnait la vie.

La jolie brune évitait soigneusement son regard. Aidan ne pouvait que le remarquer. Lui qui ne prenait absolument aucun gant à la scruter. A essayer de comprendre, de lire, d'analyser. D'essayer de voir en elle la moindre trace d'un intérêt. Ce qu'elle lui montra finalement assez rapidement, tentant de s'intéresser un peu à sa vie. Il continuait de la regarder pour commencer sa réponse alors qu'elle même semblait passionnée par le menu proposé. Ce qui l'agaçait déjà un petit peu. Pourtant, il ne se démonta pas en commençant ses explications : « Et bien, j'ai rendu un service à un juge local. Il galérait avec une histoire de disparitions dans le nord de la ville. Il avait des difficultés à ... » mais sa voix resta alors en suspens alors que le dit-serveur congédié revenait à la charge en passant habillement un petit papier tout près d'Eiza. Faisant attentions aux moindres faits et gestes qui les entouraient, Aidan ne put ignorer la manoeuvre. Son sang ne fit qu'un tour. Non mais qu'est-ce qu'il ne comprenait pas cet abruti ? Surtout que la jeune femme y sourit tout en ne prenant même pas le soin de camoufler le papier. Avalant avec difficulté, il soupira de façon peut-être un peu trop ostensible avant de reprendre : « A prouver la culpabilité du suspects que la police avait arrêtée. ». Avalant une grande gorgée d'eau pour tenter de se calmer, il reprit d'une voix un peu plus rageuse : « Ce que je me suis empressé de faire. Fin de l'histoire. ». Se saissant d'une carte de menu qu'il ouvrit devant son visage, il tentait alors de garder son calme tout en fronçant les sourcils. Que pouvait-il dire à haute voix ? Après tout, il n'était pas son petit-ami et la jeune femme pouvait se faire librement draguer par n'importe qui. Elle était libre après tout. Rien que cette idée le rendait dingue.

La voix d'Eiza le ramena alors à la réalité. Il referma rageusement la carte qu'il posa à côté de lui et se contenta d'un bref mais tranchant : « Un plat du jour me suffira. Je n'ai plus très faim. ». La seule chose qu'il désirait actuellement était de déguerpir d'ici. Il ne supporterait pas un nouvel assaut du serveur impertinent. Il risquerait de lui sauter à la gorge, ce qui gâcherait sans aucune doute la soirée. Surtout qu'il n'était clairement pas venu pour ça le grand brun. Il souhaitait simplement se détendre et passer une bonne soirée avec sa cousine. Et avec Eiza aussi, même s'il rageait intérieurement de devoir se l'avouer. Oui, il payait probablement pour son comportement immonde dans son bureau. Oui, il le méritait peut-être un petit peu. Mais s'il avait fait tout cela, ce n'était que pour la protéger. L'éloigner de lui le temps qu'il règle cet histoire de secrétaire surnaturelle. Rien de plus, rien de moins.

(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mila Mersch
paranormal // walk the line
messages : 1554
multicompte(s) : Noah le papa super-héros (f. jones).
crédits : (c) cliffs edge (avatar), coral (signature), ruelle//war of hearts (quotes).
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Hier à 23:26

C’était peut-être fourbe, c’était peut-être égoïste. D’une certaine façon, c’était peut-être sa façon à elle de se réjouir, pour quelque chose, au moins. Est-ce qu’elle est bête, d’y croire, Mila ? Des fois, elle se dit que Leandro a peut-être raison, qu’elle est naïve et se fait une fausse idée des choses. Et pourtant, dans ce cas présent, elle a vu juste, non ? Elle trouverait ça dommage, qu’ils passent à côté de quelque chose. Elle trouverait ça dommage, que deux nouvelles personnes souffrent, quand ça pourrait être si simple. Si simple, peut-être pas, mais depuis quelques temps, elle est du genre à positiver, Mila, ou du moins, à essayer – peut-être, parfois, sans grand succès. C’était peut-être son petit plaisir à elle. Mais elle voudrait qu’ils soient heureux, tous les deux, parce qu’elle les aime. Parce qu’ils font partie des rares personnes qui seront là quoi qu’il arrive, parce qu’elle pourra toujours compter sur eux. Elle le sait, la blonde, et mine de rien, ça lui réchauffe le cœur – ça pèse un peu moins lourd de ce côté-là, et ça met un peu de lumière dans ses idées noires. Ils sont les seuls à lui donner de l’espoir ces temps-ci (et pas seulement parce qu’elle les shippe affreusement), parce qu’ils sont gentils, bienveillants, parce qu’ils sont présents – plus que ne l’a été Leandro depuis qu’elle lui a appris sa grossesse. Elle n’est plus seule, maintenant, après des mois à errer, à ne pas trop savoir que faire, à se sentir perdue dans cette ville inconnue. Peut-être est-ce aussi pour cela que le courant est passé si bien avec Eiza ; elles y étaient deux étrangères, deux clientes du motel, deux jeunes femmes seules avec leurs peines – et même si elles sont différentes, elles avaient, ont, leurs points de ressemblance. Et une présence féminine dans sa vie ne lui fait que du bien – finalement, elle est peut-être la seule qu’elle ait, désormais. Et Aidan, il est son dernier lien avec leur famille, cette dernière personne qui la raccroche aux Mersch, qui ne lui donne pas totalement envie de renier ses origines, de renier son nom. Parce qu’elle s’y sent si peu attachée, finalement. Parce qu’elle n’a plus envie de l’être, en fin de compte. Elle a été trop déçue, trop blessée – ses efforts ont été réduits à néant trop de fois, et pourtant elle a essayé, Mila, de se faire accepter, de se faire une place, de répondre un minimum à leurs attentes, en vain. Alors maintenant, elle n’a plus qu’Aidan, il est devenu sa seule famille.
Avec son futur enfant, évidemment.

Eiza aussi, elle la considère un peu comme sa famille, finalement – alors voilà, Mila, faute d’avoir été acceptée parmi les Mersch, elle refait sa famille à sa manière. Ça vaut mieux comme ça, c’est mieux comme ça. Et pour cette famille-là, finalement, elle ferait n’importe quoi. Y compris des trucs débiles, des plans foireux comme celui-là – y compris jouer l’entremetteuse, comme ça. Dans le fond, ça ne la regarde pas ; mais ça part d’une bonne intention, et puis ils n’ont pas l’air si en colère que ça, si ? Au moins, ils ont plus ou moins accepté de rester, ne l’ont pas laissée en plan. Ils se sont même mis à discuter et puis, sans qu’elle s’y attende, Eiza lui a proposé de venir vivre avec elle, dans son appartement. Et ça la touche énormément, la blonde, ça facilite tout et en prime, elle ne serait pas seule. « Je sais pas, c’est pas facile… je comprendrais simplement si ça te dérangeait. Oui, c’est certain. Il lui faut un vrai endroit. » Et ça la touche, de voir qu’on se réjouie réellement pour l’arrivée de cet enfant. Avant de rencontrer Eiza, avant de retrouver Aidan, elle n’avait pas vraiment pris le temps de se réjouir de sa grossesse, Mila. Faut dire qu’elle n’avait pas vécu la chose comme la meilleure nouvelle de l’année, non plus – et Leandro n’avait pas aidé avec ça. « T’inquiète, pas de couches. » Et ça lui arrache un rire, elle qui le fait si peu, depuis des mois. « Je te la donne maintenant, c’est d’accord. Mais pas de Titanic. » qu’elle ajoute, comme si c’était une condition, sans se défaire de son léger sourire amusé, parce qu’elle la taquine, bien évidemment. Elle a bien vu les photos de l’appartement, alors pour elle, c’est suffisant, ça et les mots d’Eiza, la rassurant. « Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Merci. » Elle est touchée de voir leurs soutiens sans faille, déjà. Touchée de voir, d’entendre, encore, qu’ils seront là, qu’ils l’aideront. Qu’elle ne sera pas seule, comme elle le croyait, il y a encore quelques semaines. Ça ne lui fait pas rien, tout ça, ça fait même beaucoup, si bien qu’elle se sent rapidement submergée – mais sentir la main d’Eiza sur la sienne la rassure, l’apaise, un peu, et la touche, une fois encore. Ouais, elle n’est pas seule, Mila. Plus jamais. « Félicitations. Tu vas rapidement t’imposer comme le meilleur détective de la ville. » Et elle y croit, Mila, tout sourire, la fierté brillant dans ses yeux – il est resté comme un grand-frère pour elle, en dépit de la distance ces dernières années. Elle note quand même le petit jeu qui se passe entre le serveur, Eiza et Aidan, parce qu’elle n’est pas dupe, et qu’elle a beau être enceinte, sa vue fonctionne toujours aussi bien. Elle pourrait presque faire un blague avec la clairvoyance, tiens. « Mais c’est quoi son problème, à lui ? J’vais leur mettre un mauvais avis google, ils vont rien comprendre au film ! » qu’elle fulmine, ouvertement, à propos du numéro du serveur – parce qu’il ne faut pas contrarier une femme enceinte, c’est bien connu, et elle s’en fiche, elle, si elle mentionne tout haut ce qu’Aidan pense peut-être, tout bas. Sauf pour l’avis google. Peut-être. Ou peut-être pas, elle n’en sait rien. « T’es sûr ? Ceci dit, le plat du jour a l’air très bon. » qu’elle répond, jetant un œil à la carte avant de se lancer dans une longue séance d’indécision, à se demander ce qu’elle va bien pouvoir prendre. « J’vais prendre le truc au poulet là. » Ready pour un plat copieux. Et déterminée à ce que le serveur ne revienne pas. « Et toi Eiza, tu prends quoi ? » Déterminée à dissiper la tension entre la brune et son cousin, aussi, clairement. Et à arranger les choses entre eux. C’est bien pour cela, qu’elle a prévu tout cela, Mila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiza Sheppard
human // drink the water
messages : 93
multicompte(s) : Luz & Cara & Gail
crédits : (c) cyrine - semi hiatus - buffyverse
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   Aujourd'hui à 1:16


Trop gentille ? Eiza se contenta d'un bref sourire froid. Il s'attendait à quoi après l'avoir jetée à moitié nue de son bureau ? A une déclaration d'amour. C'était déjà un miracle qu'elle ne lui jette pas son verre au visage pour quitter le restaurant avec dignité ! Heureusement Mila prit la parole en acceptant enfin l'offre de colocation. Ca c'était une bonne nouvelle. Même si elle annonçait déjà ne pas vouloir entendre parler de Titanic. C'était un super film pourtant ! Une histoire d'amour avec un homme qui ne foutait pas Rose hors du bureau après avoir tenté de lui faire des gosses sur une table. Des musiques sublimes, des vêtements somptueux. De l'art. Non, elle ne comprenait pas une telle haine pour ce film. Mais s'abstint d'en parler malgré tout, puisqu'elle avait tenté un semblant de conversation avec Aidan rapidement tuée dans l'oeuf quand le serveur vint lui tendre son numéro sans discrétion aucune. Surtout vu la réaction du détective qui termina son histoire aussi sec. Ca à l'air... Passionnant. tenta la brune quelque peu interloquée par la réaction soudaine du jeune homme. N'aurait-il pas dû s'en moquer royalement pourtant ? Et maintenant, Mila qui en rajoutait une couche.

C'est rien, il doit faire ça à toute les clientes du coin ça arrive... Avait-elle tenté de défendre le serveur en chassant de la main une poussière imaginaire. Pas de quoi faire une scène pour ça le regard lourd de sous-entendu adressé à Aidan n'y trompait pas mais c'était plus fort qu'elle. Si elle ne se reprenait pas immédiatement nul doute que Mila allait finir par demander quel était le fond du problème, et Eiza se voyait déjà annoncer la couleur en manquant à Mila d'accoucher sur place si elle mettait trop de coeur dans ses propos.

Quand à quoi prendre... Une revanche glacée, ça comptait comme un plat de la carte ? Non. Raté. Eiza grimaça en soupirant. Rien ne lui faisait réellement envie à part d'aller se coucher et de ne plus se lever avant le déménagement. Un plat du jour également. J'ai subitement perdu l'appétit depuis quelques jours. nouveau regard noir silencieux. Et la pauvre Mila qui semblait si déterminée à tenter de calmer les tensions... Ca lui faisait mal au coeur. Jetant un regard désolée à son amie proche avant de lui sourire, elle tenta une excuse toute faite. Avec la panne d'électricité du motel je me suis retrouvée avec un tas de bouffe à jeter. L'odeur m'a écoeurée depuis. Ce n'était qu'un demi mensonge. La panne avait bien eu lieu mais c'était la réaction d'Aidan qui lui avait donné la nausée. Un autre serveur arriva à leur table pour prendre rapidement commande des assiettes, Eiza en profitant pour commander une seconde tournée de crémant et limonade pour Mila et son enfant. C'est moi qui paie celle-ci. Annonça t-elle immédiatement en offrant un sourire crispé au duo. C'était bien plus difficile qu'elle ne se l'était imaginée. Une partie d'elle mourrait d'envie de s'excuser et d'aller fondre en larme dans les toilettes des femmes, avant de se reprendre en se pinçant discrètement le poignet. Elle avait connu pire. Elle pouvait gérer une crise supplémentaire.

Tu peux être fier de ton cousin du coup. rebondit Eiza en remarque à Mila, concernant les prouesses du brun. Et si j'ai bien compris, vous êtes tous les deux originaires de ce coin paumé ?

Comme le monde pouvait être petit. Il était bien loin, ce Liam O'Reilly qui venait d'Irlande. Remerciant le serveur qui était venu poser la seconde tournée, la brune descendit d'une traite sa flûte. Tant pis si elle passait pour une alcoolique en manque de vinasse, au moins ses nerfs se détendraient un minimum. Tu as déjà des idées de prénoms Mila au fait ? elle n'avait pas pu s'empêcher de sourire à cette évocation. En réalité,, elle n'aurait jamais été contre des enfants. Mais la vie ne lui avait jamais laissé cette chance d'en avoir un jour. Et au moins parler du bébé rendait tout le monde de bonne humeur, loin de la guerre froide qu'elle livrait à Aidan. Tu préfèrerais un garçon ? Une fille ? Pitié, une fille. Il y avait décidément trop d'abruti dans la gente masculine pour s'en taper un supplémentaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (aizla) Mila witch project   

Revenir en haut Aller en bas
 

(aizla) Mila witch project

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nieuw project: Wiki.Navy.be
» Ali Project
» Ma collection Witch
» WITCH de fragolette
» "Project Bush" : 93 photos de pubis pour dire non au diktat de l'épilation intégrale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-