AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains et les créatures ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir

Partagez | .
 

 Another night's dawn (lenny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 56
○ double-compte(s) : Adémar, Roe & Lance
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), godsmack - straight out of line (txt sign)
MessageSujet: Another night's dawn (lenny)   Mer 19 Avr - 12:49

– another night's dawn –
lenny&thomasNo remnants were ever found of it. Feeling the hot bile with every fake smile though no evidence was ever found. It never went away completely. – disturbed (asylum)


Depuis qu'il avait été maudit, Thomas s'abstenait de chasser et il aurait même probablement arrêté définitivement malgré les menaces qui rodaient si l'activité de la ville où il avait fini par s'établir n'avait pas été la victime d'une montée des activités qu'il qualifiait d'obscures. Son problème, c'était qu'il aimait la chasse. Un peu trop. Sans parler du fait qu'il était efficace. Au fond, ça n'était pas pour rien qu'il avait été maudit des années plus tôt. Si la chasse avait repris, il ne s'y consacrait pas autant qu'avant. La souffrance qui découlait régulièrement de ce qu'il avait tendance à considérer comme des dommages collatéraux ne lui permettait plus de s'y adonner autant. La récupération était de plus en plus dur. Cependant, il ne pouvait ignorer que les choses empiraient et son propre code l'obligeait à intervenir et à chasser plus que sa tolérance ne le lui permettait.
Pour cette raison, il était en train de parcourir la forêt, aux aguets. Mieux que quiconque, Thomas savait ce qui rôdait dans cette forêt et le danger que ces créatures représentaient. S'il était aussi efficace dans la mise à mort des wendigos, c'était parce que leur précieuse voix n'avait aucun impact sur lui. Ces monstres devaient périr, qu'importe qui ils emportaient avec eux. Même s'il n'était pas là pour eux ce soir, il était prudent sans perdre de vue son but. Ce soir, c'était l'histoire des gamins dans ce vieil hôpital qui le préoccupait. Ne leur avait-on jamais dit de ne pas jouer dans ce genre d'endroits ? Bon Dieu, ça finissait toujours mal. Lui plus que quiconque le savait. Ces endroits ne faisaient pas de bonnes histoires d'horreur par hasard.

En train de faire le tour de la bâtisse, Thomas avançait progressivement en prenant soin de ne pas faire trop de bruit. Il comptait bien inspecter l'intérieur et faire ce qui devait être fait même s'il devait y foutre le feu. Jouer les pyromanes était le cadet de ses soucis.
Le coup de feu qui parvint à ses oreilles se répandit de façon inquiétante entre les arbres et instinctivement, il se retourna vers son origines et avança, arme au poing. Chasseur, victime ou créature, il se devait de savoir ce qui se passait. C'était plus fort que lui, malgré tous les inconvénients de la malédiction qui pesait sur ses épaules, il restait un Abascal et il était du devoir des Abascal de s'occuper des nuisances dont la plupart des gens ignoraient tout.
Après plusieurs minutes, il finit par trouver l'origine du boucan. Une femme, une gamine à ses yeux, blessées et un cadavre qu'il ne prit par le temps d'identifier mais dans lequel il prit pourtant la peine de tirer dans la tête avant d'y foutre le feu. Si c'était une victime, tant pis, il s'occuperait de la gamine de toute façon si elle était le monstre de l'histoire. La douleur ne vint pas, la chose ou la personne -chose par défaut- était donc bien morte. Sans sourciller, Thomas braqua son arme vers l'être vivant tout proche.

« Christo ! » Rien. C’était déjà un bon point. Il n’avait pas de quoi vérifier qu’elle n’était pas un vampire de même pour un loup-garou, aussi, il passa à la suite. « Ton bras. » Pas une demande mais un ordre. Une lame en argent, il en avait toujours une sur lui. Une blessure de plus ou de moins, il ne voyait pas la différence. Quand il se serait assuré qu’elle était bel et bien humaine jusqu’à preuve du contraire, il s’occuperait de savoir ce qu’il s’était passé. En attendant, il se foutait pas mal de savoir qu’elle pouvait crever sur place. Sa sécurité passait très largement avant une vie. Tant qu’il était vivant, il pouvait protéger. Mort, il n’était plus utile à rien et tant pis pour celles et ceux qui en payaient les conséquences à sa place. Un raisonnement qui avait mené à sa malédiction et un raisonnement dont il n’était toujours pas débarrasser. Chasser le naturel et il revenait au galop. Les leçons... Thomas Abascal ne les retenaient pas à moins qu’elles soient essentiels et la leçon qu’on avait tenté de lui enseigner en le maudissant était tout, sauf essentielle.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
○ messages : 1059
○ double-compte(s) : riley, mica, ness, lester, slade.
○ crédits : avatar par blue walrus. signature par hallows.
MessageSujet: Re: Another night's dawn (lenny)   Mer 26 Avr - 19:24

another night's dawn
LENNY & THOMAS
La police de Blackwater Falls n’était pas en mesure d’expliquer ce qui avait causé l’état de ces quatre adolescents retrouvés à l’ancien hôpital psychiatrique, mais pour Lenny, ça n’avait rien de bien sorcier. Cette violence, cette folie, elle n’avait pu être causée que par quelque chose qui n’avait rien de naturel; et donc, après avoir lu l’article du Blackwater Falls Journal, elle savait qu’elle devait s’y rendre afin de voir elle-même les lieux. Ça ne l’enchantait guère, elle devait l’avouer. L’ancien hôpital se trouvait au beau milieu de nulle part et il faisait un froid de canard à cette période de l’année. Mais une certaine curiosité l’avait piquée, et elle avait pris la décision d’aller faire son tour. Elle espérait ne pas y croiser d’autres chasseurs – car elle savait qu’il y en avait d’autres dans le coin – mais elle se ferait discrète afin de ne pas attirer l’attention sur elle. Son dernier souhait était bien de se retrouver obligée de coopérer avec un autre chasseur qui l’emmerderait très certainement. Mais quelque chose la poussait à aller voir, et elle enfila donc son manteau le plus chaud ce soir-là pour se diriger vers la forêt. Même s’il faisait très froid, la température était clémente; presqu’aucun vent ne secouait les arbres et il ne neigeait pas. Lenny gara sa voiture non loin, s’assura qu’elle avait tout son matériel et se dirigea d’un pas déterminé vers le vieux bâtiment.

Il était dans un piteux état, après avoir été ainsi laissé à l’abandon. Il y régnait une odeur peu agréable qui lui fit plisser le nez, mais Lenny n’était pas du genre à se laisser abattre par ce genre de détail. Lampe de poche et fusil à pompe entre les mains, elle continua d’avancer, attentive à chaque bruit ou mouvement. L’article parlait du premier étage; la jeune femme s’y rendit donc en premier, trouvant la pièce où avait eu lieu l’altercation entre les policiers et les adolescents. Elle pouvait voir quelques gouttes de sang sur le sol et du verre cassé, sans plus. Une ombre attira son attention; c’était une casquette, certainement oubliée derrière par un des adolescents. Rien d’autre d’intéressant dans la pièce. Lenny reprit sa route, décidant d’inspecter le reste du bâtiment afin de voir s’il y avait d’autres indices. Ses pas étaient furtifs, faisant bien attention de ne pas accrocher quelconque objet traînant sur le sol. Cet endroit avait une mauvaise énergie, une très mauvaise énergie; c’était probablement hanté de manière spectaculaire, et qui savait ce qui pouvait s’y trouver d’autre. Lenny ne baissa donc pas sa garde, pas une seule seconde, continuant toutefois d’avancer sans trop hésiter.

Une fois au deuxième étage, elle poussa une porte menant à ce qui ressemblait à un vieux laboratoire; c’est là que quelque chose lui tomba dessus. Le choc la poussa sur le sol et lui coupa un instant l’air des poumons, mais elle se reprit rapidement et tira. Sa balle ne fit qu’effleurer la créature, mais cependant cela lui permis de se défaire de son emprise. Lenny eut à peine le temps de discerner le corps déjà défiguré d’un jeune homme, à moitié couvert de sang, les yeux anormalement blanc, avant qu’il ne se redirige vers elle à une vitesse surhumaine. Le tir de Lenny manqua à nouveau le corps, et elle sentit une longue griffe lui lacérer profondément la peau au niveau de l’épaule. Avec un cri de douleur, elle tituba et s’écroula au sol; mais elle ne lâcha cependant pas prise et laissa tomber le fusil dans son autre main, le relevant pour tirer à nouveau. Cette fois, sa balle atteint sa cible; l’homme tomba, la tête à moitié arrachée par sa force. Lenny laissa tomber un grand soupir, mais n’eut pas le temps de souffler qu’une autre personne entrait dans la pièce. C’était un homme, qui se dépêcha de tirer à nouveau sur le cadavre et d’y mettre le feu. Lenny l’observa un instant, stupéfaite, avant qu’il ne se tourne finalement vers elle.

« Christo ! » Lenny lui lança un regard noir en tentant tant bien que mal de se relever. Super. Un chasseur – exactement ce dont elle avait besoin. « Ton bras. » Lenny lui jeta un autre regard noir, aigrie par la douleur sifflante de sa blessure à l’épaule. « Va te faire voir. » Mais au même moment, une pensée lui traversa l’esprit; si cet homme était un chasseur et qu’elle refusait les habituels tests, il pourrait très bien décider de l’achever. Ce fut donc avec un énimème regard noir que Lenny se redressa pour lui tendre son bras. C’était de peine et de misère, car la douleur était brûlante et l’empêchait de voir clairement. Avec un grognement, elle tendit sa main vers l’homme qui tenait un couteau – une lame en argent, très fort probablement. Elle l’observa, le visage complètement fermé et clairement énervé. « Bah alors, t’attends quoi ? J’ai pas toute la nuit, tu vois pas que j’ai autre chose à m’occuper ? » Non, elle n’était pas d’humeur à discuter – après tout, elle venait de se faire attaquer par un homme ressemblant beaucoup trop à un wendigo, et un chasseur paranoïaque était la dernière chose qu’elle avait envie de gérer.

hj:
 

_________________
i have waited, i have waited
takes it's toll, my foolish pride
how long before I see the light?
i have waited, i have waited
for you to lay me down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 56
○ double-compte(s) : Adémar, Roe & Lance
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), godsmack - straight out of line (txt sign)
MessageSujet: Re: Another night's dawn (lenny)   Sam 6 Mai - 16:39

– another night's dawn –
lenny&thomasNo remnants were ever found of it. Feeling the hot bile with every fake smile though no evidence was ever found. It never went away completely. – disturbed (asylum)


Thomas Abascal détestait plus que tout autre chose devoir s’occuper de quelqu’un d’autre que de lui-même en pleine chasse. Il chassait seul, c’était pour une bonne raison. Non seulement il n’avait jamais aimé ça si l’autre chasseur n’était pas un Abascal mais depuis sa malédiction, c’était devenu véritablement problématique. Ce maudit sort avait tendance à prendre des libertés et considérer certains faits et gestes comme étant un certain type de douleur engendré par ses actes, ce qui ne simplifiait jamais les choses. La douleur pouvait parfois s’avérer être une distraction dangereuse. Surtout s’il avait un boulet à traîner et par défaut, tout autre être humain était un encombrement dont il n’avait pas besoin. Non, Thomas n’avait décidément pas retenu sa leçon et ne la retiendrait sans doute jamais. Après tout, les rares personnes pour qui il s’en faisait étaient de sa famille et était capable de se débrouiller, ce qui facilitait considérablement les interactions sociales dans la famille.

Sa vérification première faite, il ne se préoccupa pas du regard noir lancé. Honnêtement, ça ne le touchait même pas. Si elle était une chasseuse, elle devrait savoir que nécessité et sécurité faisaient loi en chasse et si ça ne lui convenait pas, il ne lui restait plus qu’à se convertir et faire autre chose de son temps libre. Déjà prêt à la menacer très clairement de son arme à sa réflexion, il haussa un sourcil indifférent en la regardant peiner à se lever. Si elle avait encore la force de râler, elle allait suffisamment bien, à ses yeux du moins.
Le chasseur n’avait aucun problème avec le fait de blesser son homologue probable. Non. Ce qui était dérangeant en l’occurrence, c’était qu’en tenant le couteau, il allait se prendre le retour de flamme habituel. Grognant plus qu’il ne soupira, il n’hésita pas à entailler le bras, serrant les dents au passage en éprouvant l’habituel effet d’une douleur infligée à autrui. Dès qu’il mettrait la main sur le dernier responsable de sa malédiction, il se ferait un plaisir véritable à mettre fin à ses jours.
Aucune réaction de sa part autre que l’habituelle douleur reflétée sur le visage. Il se contenterait de ça. Si elle était autre chose, il finirait bien par l’apprendre. « Montre-moi tes blessures maintenant. Pas besoin d’attirer les vampires ou les wendigos du coin avec un buffet. Et comme tu le dis, magne-toi, j’ai pas toute la nuit et j’ai des choses à faire. » Une chasse à poursuivre, entre autre. « Fais pas cette tronche, j’suis médecin. Grouille. » Il avait toujours de quoi paré à la plupart des éventualités et une bonne trousse de secours était parfois plus utile qu’une arme chargée.

Au fond, Thomas n’avait clairement pas envie de s’occuper d’elle mais, il n’avait effectivement pas envie d’attirer les autres créatures des environs. Il n’avait pas véritablement complété le bestiaire du coin mais, les wendigos, les vampires et les démons, ainsi que les fantômes étaient les monstres les plus flagrants du coin. Il savait qu’en l’aidant, il allait forcément être emmerder par sa malédiction et puisqu’il l’avait déjà blessée une fois, il y avait de très forte chance qu’il s’en sorte avec un mal de crâne agaçant et peut-être même un peu plus. Sa résistance à la douleur était bien plus impressionnant que celle de n’importe qui mais, il n’était pas d’humeur, il était levé depuis un long moment déjà et n’allait pas dormir beaucoup avant de prendre son poste à l’hôpital. Définitivement, il allait payer les pots cassés de cette petite virée alors qu’il n’était pas le responsable pour une fois. « C’est pour aujourd’hui ou pour demain ?! » Cette nuit, Thomas était très loin d’être patient et au fond, même s’il devait aggraver la douleur en devenir, il aurait bien volontiers décapité un vampire ou deux, aussi bien pour le sport que pour se défouler. Ça n’était pas parce que c’était sa mission qu’il ne pouvait pas de temps en temps en tirer quelque chose de bon.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
○ messages : 1059
○ double-compte(s) : riley, mica, ness, lester, slade.
○ crédits : avatar par blue walrus. signature par hallows.
MessageSujet: Re: Another night's dawn (lenny)   Mar 30 Mai - 9:25

another night's dawn
LENNY & THOMAS
Lenny se demandait parfois si la chasse était vraiment quelque chose pour elle – après tout, elle ne ressentait aucune satisfaction après quoi. C’était presque mécanique. Un automatisme. Elle ne chassait pas parce qu’elle en avait envie, mais tout simplement parce qu’elle ne savait pas quoi faire d’autre. Parce qu’après tout ce qui s’était passé dans sa vie, elle ne se voyait tout simplement pas rendre les armes, s’installer dans un appartement et reprendre un boulot d’architecte. Ça lui arrivait de se demander si elle pourrait le faire, reprendre une vie normale. Mais en sachant tout ce qui grouillait dans le noir, en sachant que cette mort inexpliquée avec bien une cause, une cause qu’elle pouvait régler – non, elle ne pourrait pas. Pas maintenant. Pas alors qu’elle était seule, qu’elle n’avait rien à perdre, rien à faire, rien à protéger sinon sa propre peau. Depuis la mort de Charlie, Lenny semblait errer sans véritable but – la chasse avait empli le vide dans sa poitrine, lui donnant un faux semblant d’objectif. Elle protégerait le reste du monde des créatures, si elle ne pouvait pas faire autre chose. Si la chasse faisait bien quelque chose, c’était de la faire oublier. Oublier la douleur de sa perte, oublier la douleur de la solitude. Et c’était sans doute pour cela qu’elle chassait autant, et avec si peu de peur. Si certains se réfugiaient dans leur travail, ou d’autre dans l’alcool, Lenny s’était réfugié dans la chasse aux monstres. C’était une manière d’échapper à la vie comme une autre, non ?

Mais malgré tout ça, elle n’arrivait pas à se résoudre à apprécier le processus. Se faire casser la gueule, se faire griffer par un fou furieux, gérer les autres chasseurs à gros bras et petite tête, non, ça n’avait rien de palpitant pour Lenny. Et à ce moment-là, sa blessure lui faisait un mal de chien, et même si elle savait qu’une griffure de wendigo ne faisait aucun mal, pas vraiment, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir que quelque chose clochait. Au fond de son estomac, ça tiraillait – il y avait quelque chose qui lui échappait dans toute cette histoire. Mais pour l’instant, elle ne pouvait y penser, car elle devait bien s’occuper de sa blessure et de cet inconnu qui venait de débarquer et qui lui faisait passer les habituels tests. Lenny obtempérait, car il semblait bien décidé à la décapiter s’il avait le moindre doute. Le bras tendu, elle attendit donc qu’il lacère sa peau d’un geste déterminée. Serrant les dents, elle observa une perle de sang couler de la l’entaille avant de retirer son bras. Un autre regard noir fut lancé en la direction du type, un regard qui signifait clairement, c’est bon, t’es content ? Maintenant ils pourraient se séparer et partir chacun de leur côté – et Lenny pourrait s’occuper de cette blessure qui luif aisait un mal de chien. Comment elle allait conduire, elle n’en savait rien. « Montre-moi tes blessures maintenant. Pas besoin d’attirer les vampires ou les wendigos du coin avec un buffet. Et comme tu le dis, magne-toi, j’ai pas toute la nuit et et j’ai des choses à faire. » Les yeux de Lenny s’agrandirent légèrement aux mots de l’inconnu, alors qu’elle le fixait avec une légère indignation et surtout, beaucoup de méfiance. « Fais pas cette tronche, j’suis médecin. Grouille. »

Lenny hésita. Elle ne savait pas qui était ce type – médecin ou pas médecin, elle n’était pas certaine de vouloir confier son bras à un inconnu. Mais après tout, elle n’avait peut-être pas trop le choix. Elle était en mauvais état, et même si elle ne l’avouerait pas à voix haute, il avait raison – nul besoin d’attirer ici quelconque créature assoifée de sang avec une blessure ouverte. « C’est pour aujourd’hui ou pour demain ?! » Immédiatement, la réponse fusa des lèvres de la jeune femme. « C’est bon, c’est bon, pas la peine de gueuler ! » Non mais c’était qui, ce type, au juste ? Énervée, elle lui jeta un regard froid avant de se tourner vers la pièce. Grommelant légèrement sous sa barbe, Lenny se tira une chaise qui traînait et prit place. Elle retira lentement son manteau, grognant à la sensation de brûlure sur son épaule. Tassant la manche de son t-shirt, finalement, elle put voir la blessure à l’air libre – ça avait l’air méchant. « Bordel... » Elle regarda à nouveau le chasseur, le visage crispé par la douleur. « J’espère qu’tu sais c’que tu fais. » Un avertissement, une menace, c’était tout à la fois. Après tout, Lenny n’était pas du genre à confier sa santé dans les mains de n’importe qui. « Médecin. Tu dois pas être reconnu pour ta patience, hein » grommela-t'elle entre ses dents.

_________________
i have waited, i have waited
takes it's toll, my foolish pride
how long before I see the light?
i have waited, i have waited
for you to lay me down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Another night's dawn (lenny)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Another night's dawn (lenny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TEST] Castlevania - Dawn of Sorrow (NDS)
» Shadow Night
» Fight Night Round 4
» Rendez-vous pour une bataille [Dawn of War]
» Armée du chaos, Night Lord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest :: ancien hôpital psychiatrique-