AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en avril 2017. le soleil pointe enfin le bout de son nez
en raison d'un déséquilibre dans la répartition des créatures, les démons ne sont plus autorisés, tout comme les vampires de plus de 100 ans.

Partagez | .
 

 – shadows and monsters. (dimitri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
○ messages : 1247
○ double-compte(s) : eli, sylvia, ichabod, carson.
○ crédits : avatar (c) ultraviolences. – signature (c) kovacs.
MessageSujet: – shadows and monsters. (dimitri)   Mar 30 Mai - 12:16


shadows and monsters
tadhgán et dimitri / I'm meaner than my demons, I'm bigger than these bones. And all the kids cried out, "Please stop, you're scaring me". I can't help this awful energy–God damn right, you should be scared of me. Who is in control? – HALSEY.

Saleté de ville. Saleté de surnaturel, saleté de monstres. Saletés d’abominations, qui ne trouvaient rien de mieux à faire que d’empoisonner la vie des honnêtes habitants de cette ville. Foutue ville pourrie jusqu’à la moelle. Trempée jusqu’à l’os dans les affaires les plus louches qu’on puisse imaginer. Oh, il avait bien déjà pensé à déménager. Foutre le camp d’ici, aller s’enterrer dans un coin où toutes ces choses monstrueuses ne pourraient plus l’atteindre, et ne parviendraient jamais à le retrouver. Il y avait pensé, oui — mais comment espérer un jour franchir le pas, quand on avait conscience de tout le mal que ces choses pouvaient faire ? Il aurait eu l’impression d’abandonner cette ville à son sort. De baisser les armes et d’accepter la victoire de ces horreurs sur leur monde. Et ça, ça n’arriverait pas. Pas tant qu’il aurait encore deux pieds sur lesquels se tenir. Pas tant qu’il serait encore capable de tenir un fusil, et de renvoyer tous ces monstres là où ils auraient dû rester. En Enfer.

Saleté de fantôme. Il y avait plusieurs jours déjà que le Jones le chassait. Et alors qu’il lui était finalement tombé dessus, la créature s’était avérée beaucoup plus coriace qu’il ne l’avait imaginé. Le chasseur ne s’était pas laissé terrasser et lui avait tenu tête, vidant munition après munition sur cet esprit visiblement alerte et au courant des techniques utilisées pour ralentir les monstres comme lui. Lorsqu’il avait finalement réussi à prendre au piège l’esprit, la libération émotionnelle qu’il avait ressentie en lui tirant une cartouche de sel dans la tête n’avait eu d’égale que son soulagement à être enfin débarrassé temporairement de cette horreur. Il s’attendait à ce que l’esprit ne réapparaisse rapidement, et ne tente de se venger. Pourtant, il ne s’était rien produit. Après quelques minutes, le chasseur avait simplement rebroussé chemin pour rentrer chez lui. Il l’avait vu à l’œuvre. Désormais, il savait quoi chasser. Mais il savait aussi que le corps de l’homme avait été incinéré, et que son esprit devait donc être rattaché à autre chose. Il lui fallait poursuivre ses recherches, et trouver un moyen de l’éliminer pour de bon. Un moyen radical pour que ce truc n’attaque plus jamais personne.

La porte de son appartement claqua lorsqu’il la referma d’un geste sec. Machinalement, il referma les trois verrous derrière lui avant de s’éloigner dans le petit hall d’entrée. Ses chaussures volèrent, et sa veste atterrit sur le dossier du canapé sans qu’il n’y réfléchisse vraiment. Le bordel qui régnait ici ne le gênait plus depuis longtemps. Ranger n’avait jamais été son fort, et si Simon n’était pas là pour lui dire de le faire, il ne perdait pas de temps à jouer les maniaques. L’avantage de désormais vivre seul était que le prêtre ne pouvait plus se mêler de ses affaires. Et que même si d’aventure il serait venu traîner dans le coin, il n’avait rien à ordonner dans un logement qui n’était pas le sien.

Son fusil dans la main, le chasseur entra dans le petit cabinet qui lui servait d’armurerie. Il avait déjà songé à dissimuler la porte au moyen d’une bibliothèque ou d’une étagère faussement remplie, au cas où l’appartement ferait l’objet d’une perquisition. Pourtant, il ne s’était jamais décidé à prendre le temps ou la peine de le faire. Il était le seul à avoir les clés de la serrure et du cadenas qui en bloquaient l’accès, et bien qu’il sût que cela ne garantissait en rien la sécurité de l’endroit, il se préoccuperait de la renforcer lorsque le besoin s’en ferait réellement sentir. D’ici là, il s’était assuré de doubler les murs d’une tôle de fer, et d’avoir en permanence du sel aligné derrière la porte pour empêcher les fantômes de rentrer. Et si d’aventure un démon trouvait le moyen de tout de même s’y infiltrer, un piège anti-démon occupait la quasi-totalité de la pièce. Ce genre de protection basique lui avait suffi jusqu’ici, et il ne voyait pas pourquoi il se serait compliqué la vie d’ici à ce qu’un humain n’ait l’idée stupide d’essayer de s’y infiltrer. Il ne ramenait jamais personne ici, et n’habitait même pas officiellement dans cet appartement. Les chances qu’un intrus non-surnaturel ne vienne faire un tour ici et ne réussisse à trouver les clés étaient basses. Pas inexistantes, mais basses — et pour TJ, ça suffisait.

Rapidement, il sortit les clés de leur cachette et ouvrit les deux verrous. Mais alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la porte, son instinct le figea. D’un geste rapide, il laissa les clés tomber au fond de sa poche et chargea son fusil, se retournant d’un même mouvement. Il conserva le canon pointé vers le sol. Ses yeux balayèrent le minuscule salon en désordre, tandis qu’il sentait son cœur s’emballer au fond de sa poitrine. Il espérait que son instinct lui mentait. Il espérait devenir parano, et n’avoir aucune raison de s’inquiéter. Mais la peur, au fond de ses tripes, étaient trop profonde pour qu’il ne puisse le nier. Y avait quelque chose ici. Une chose qu’il se ferait un plaisir de tirer, pour peu qu’elle ne daigne de se montrer.

(c) blue walrus

_________________

But boy you're a liar, just a thief. Don't waste your breathe, Cause there's nobody left who believes in who you are. Say what you want, I know just where you're coming from.
✖️✖️✖️
keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: – shadows and monsters. (dimitri)   Sam 10 Juin - 9:32

SHADOWS AND MONSTERS
Tadhgán & Dimitri

✻✻✻ Dimitri n'était pas le seul fantôme en ville. Il le savait. L'esprit rencontrait ses semblables tous les jours. Certains sont détruits ou vides émotionnellement, d'autres sont pris d'un bouillonnement émotionnel ravageant tout sur son passage. Il y avait des esprits ouverts au dialogue, d'autres au contraire étaient enfermés dans une forme de mutisme. Dimitri souffrait plutôt du passage des ans, il avait de plus en plus l'impression de perdre la notion du temps, d'être en dehors de cette époque moderne. L'esprit avait donc décidé de ne plus penser au temps, laissant les jours et les nuits filer à toute allure. Les saisons ne faisaient plus grand chose à Dimitri car il n'avait plus aucune sensation de chaud ou de froid. Seul le poids des choses inachevées et des rêves qui ne se réaliseront jamais pesaient encore sur son existence.

Même parmi les esprits, il y avait des prédateurs. Des fantômes particulièrement mauvais et destructeurs. La plupart du temps, Dimitri les fuyait. Parfois il essayait de les raisonner, en vain. Auparavant, la seule chasse gardée de Dimitri était le manoir Atwood, son domaine pour lequel il n'hésitait pas à se battre contre des esprits particulièrement belliqueux. Mais même s'il défendait toujours la propriété de sa famille avec autant de forces, depuis quelques temps, l'esprit avait aussi réalisé que des jeunes fantômes pourraient avoir besoin de protection en ville. Les vivants aussi étaient des victimes récurrentes d'attaques d'esprits malveillants. Dimitri ne voulait pas devenir une sorte de protecteur ou quoi que ce soit, il ne pourrait jamais sauver tout le monde de toute façon. L'esprit avait déjà trop de peine pour lui-même pour recevoir celle des autres sur ses épaules, il sombrerait dans la folie s'il faisait ça... Mais Blackwater Falls était sa ville. Après tout si son cœur était conservé telle une relique sous les fondations du manoir Atwood, le reste de son corps reposait dans le cimetière de la cathédrale St. James...

Un chasseur combattait un fantôme malveillant. Une scène que Dimitri avait déjà observé. Mais aujourd'hui les deux adversaires semblaient terriblement coriaces. Caché loin du combat, l'esprit regardait les combattants. Dimitri avait toujours compris les esprits malveillants. Plusieurs fois, il avait lui-même failli succomber à la colère et à la volonté de vengeance. Pourtant il fallait croire que sa nature était bienveillante au plus profond d'elle-même, car il avait réussi à ne pas sombrer du "côté obscur" selon une expression qui semblait à la mode ces dernières décennies...
L'humain avait fini par vaincre l'esprit. Du moins c'est ce que le chasseur pensait. Dimitri resta là longtemps, à écouter le vent siffler dans les arbres et contre les toitures des maisons. Il vit l'esprit malfaisant apparaître de nouveau, celui-ci ayant retrouvé ses forces. Le vaincu se mit aussitôt en chasse du vainqueur, ayant faim d'une terrible revanche. Dimitri se sentit mal à l'aise, devait-il prévenir le chasseur qui a du baisser sa garde dès à présent ? Il espérait ne pas le regretter... Et si le chasseur s'en prenait à lui aussi ? Mais cet esprit malfaisant était terriblement dangereux...
S'il pouvait respirer encore, Dimitri aurait poussé un long soupir en se mettant en route pour suivre lui-aussi le chasseur. L'esprit fit bien sûr très attention de ne pas se faire repérer par l'autre fantôme. En alternant déplacements rapides et téléportations, Dimitri parvint même à passer devant l'esprit mauvais. Dimitri étant un esprit plus âgé, il avait une meilleure maîtrise sur ses pouvoirs, alors que la colère aveuglait l'autre fantôme qui avait des déplacements plus erratiques.

Lorsque Dimitri voulut entrer chez le chasseur à sa suite, il se cogna d'abord sur du fer. L'esprit ressentit... ce n'était pas vraiment de la douleur. Juste une grande faiblesse alors qu'une partie de sa forme fantomatique s'évapora. Dimitri manqua de laisser échapper un juron, le visage grimaçant. Evidemment le chasseur avait une pièce couverte de fer... Dimitri perdit ainsi de précieuses secondes à se reconstituer entièrement puis à tenter de tourner autour de l'appartement pour trouver un accès. Une seule pièce était protégée par du fer, il put ainsi finalement entrer. Il n'y avait plus de temps à perdre !

L'esprit quitta l'entre-monde, déchirant ce léger voile pour paraître dans le monde des vivants. Le chasseur avait du percevoir quelque chose, peut-être un changement de température, car il restait immobile à regarder son salon. Pressé par le temps et par la peur, Dimitri apparut devant le chasseur en causant sans le vouloir un courant d'air froid dans la pièce. Les interférences électromagnétiques furent telles que l'ampoule allumée la plus proche de Dimitri sauta.
Le chasseur avait son fusil, Dimitri craignait un réflexe de sa part. « Je vous en prie ne tirez-pas !! » implora Dimitri, une expression inquiète sur le visage, se tenant quand même prêt à se téléporter pour éviter une balle...
« Il arrive ! Il arrive ! » Répéta très vite Dimitri, sa voix de fantôme résonnant dans la pièce et faisant de légers échos. « Il est ici ! » s'exclama l'esprit en voyant l'autre membre de son espèce entrer dans la pièce. Le chasseur ne pouvait pas voir l'esprit malfaisant qui se manifesta pourtant bientôt. La présence de deux fantômes dans la pièce firent valser les champs électromagnétiques et la température tomba en chute libre.

Dimitri redevint invisible pour se réfugier dans un coin de la pièce et se protéger du début du combat qui allait débuter...

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
hunter ○ ultraviolence
— administratrice —
○ messages : 1247
○ double-compte(s) : eli, sylvia, ichabod, carson.
○ crédits : avatar (c) ultraviolences. – signature (c) kovacs.
MessageSujet: Re: – shadows and monsters. (dimitri)   Jeu 6 Juil - 18:18


shadows and monsters
tadhgán et dimitri / I'm meaner than my demons, I'm bigger than these bones. And all the kids cried out, "Please stop, you're scaring me". I can't help this awful energy–God damn right, you should be scared of me. Who is in control? – HALSEY.

Inspirer, expirer. Et surtout, tenter de ne pas paniquer.

Y avait quelque chose ici, et TJ le sentait. Et d’ailleurs, l’apparition ne mit pas longtemps à se manifester. Les ampoules qui clignotent — et même une qui explose. Le canon de l’arme s’éloigne brusquement du sol pour se vriller dans la direction de la lampe brisée. Et les mains du chasseur, elles, se sont brutalement resserrées autour de son arme. Il est sur le point de tirer quand la forme pâle apparaît finalement. Mais, tétanisé, il ne fait rien.

Lorsque la voix s’élève, ses premiers mots sont pour une supplication. Le blond en fronce les sourcils, dents serrées. La chair de poule qui se dresse sur ses bras, dévale le long de sa colonne. Il a l’impression que la terre est en train de progressivement s’arrêter, et que l’air s’alourdit. Rien à voir avec le fantôme, et il le sait. Hormis peut-être le fait qu’il n’arrive pas à appuyer sur cette détente qui l’empêcherait d’avoir à affronter plus longtemps ce visage translucide. Pourtant, il le voudrait. Tirer, laisser le sel se propager dans la pièce autour de lui, et faire disparaître cet esprit qui le terrifiait plus qu’il ne l’admettrait jamais. Il le voulait — plus que tout, il le désirait. Mais la supplication le laissait dans un état d’hébétement duquel il ne s’était pas encore tiré. Après tout, pourquoi un fantôme viendrait-il le prévenir du danger ? Et surtout, qui arrivait ?

« Qui arrive ? Qu’est-ce que tu racontes, hein ?! » Il sent ses mains devenir moites sur la crosse de son fusil. Il sent son cœur s’emballer, son esprit s’embrumer. C’est la peur qui se distille dans ses veines, et qui l’empêche de tirer autant qu’elle ne lui donne envie de le faire. Et il voudrait le menacer, l’être transparent. Lui dire de lui répondre, de lui dire la vérité. Mais alors qu’il ouvrait la bouche pour s’exécuter, pointant son canon avec davantage de férocité sur l’esprit, la température de la pièce chuta de plus belle. Une volute de buée s’échappa d’entre ses lèvres, et il sentit ses doigts se crisper instinctivement sur son arme. La sensation qui avait pris place au fond de ses tripes empira, et il ne put que lever les yeux vers les ampoules qui grésillaient autour de lui.

« Fuck ! » Le juron éclata dans la pièce, alors qu’il baissait à nouveau les yeux vers son interlocuteur. Mais celui-ci avait disparu, le laissant seul avec le second esprit qui venait d’apparaître sans crier gare. Bien plus hideux que celui qui se tenait encore à sa place quelques secondes auparavant, l’être se rua vers lui, les deux bras tendus en avant, une expression de rage lui barrant les traits. Et ça ne lui prit pas longtemps pour réagir, à TJ. Le coup de feu partit. Le sel explosa dans la pièce et le fantôme disparut sur le coup, sous les battements de cœur effréné du chasseur, pris par surprise. Il pensait avoir plus de temps devant lui avant que cette chose n’apparaisse à nouveau. Il pensait avoir plus de temps pour se préparer, plus de temps pour s’équiper. Plus de temps pour trouver comment s’en débarrasser.

Avec empressement, sans se soucier de la présence éventuelle du second esprit, il se tourna vers la porte métallique, déverrouillée, qui l’attendait. Sa main abaissa maladroitement la poignée, son épaule poussant le battant pour le faire pivoter dans ses gonds. Il posa un pied de l’autre côté du pas de porte, projetant son corps en avant pour se mettre en sécurité. Mais alors que son second pied allait rejoindre le premier, il sentit une étreinte glacée s’emparer de sa cheville et le tirer violemment vers l’arrière. Brutalement, son corps heurta le sol. Son menton percuta le sol de béton, tandis que l’impact de son fusil contre le cadre de porte lui faisait voler hors de la main. « Fuck fuck fuck ! » La douleur fusa dans son index, un instant coincé par la gâchette, alors que le fantôme tirait avec plus d’acharnement encore sur sa cheville. Bientôt, le corps du chasseur fut presque entièrement à l’extérieur de la pièce. Ses doigts tentaient désespérément d’agripper le cadre de porte, mais rien n’y faisait. L’autre le tenait, et n’avait pas l’intention de le lâcher. Le coup de pied qu’il lança se perdit à l’endroit où se tenait la silhouette, sans qu’il ne parvienne à vraiment le toucher. Et alors, il entendit le grognement s’échapper de la gorge de l’esprit. À moitié retourné sur le dos, il vit la main de son ennemi se lever, tous doigts écartés. Prêt à lui faire payer l’assaut qu’il avait essuyé quelques minutes auparavant à peine.

Prêt à faire payer à l’irlandais tout ce qu’il avait un jour pu faire, sans jamais ni remords ni peine.

(c) blue walrus

_________________

But boy you're a liar, just a thief. Don't waste your breathe, Cause there's nobody left who believes in who you are. Say what you want, I know just where you're coming from.
✖️✖️✖️
keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: – shadows and monsters. (dimitri)   

Revenir en haut Aller en bas
 

– shadows and monsters. (dimitri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation : Joe monsters
» UNIVERSAL MONSTERS (Remco) 1979
» Fiches techniques: Les vertus (hors shadows)
» City of Shadows
» Les shadows de chez Paragon...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: historic district :: résidences-